Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Droite/Gauche, c’est reparti !

On n’efface pas cinq siècles de confort intellectuel

Publié le 07 janvier 2013 à 14:30 dans Politique

Mots-clés : , ,

droite paris chevenement

On n’en finira jamais avec le vieux couple droite/gauche. Longtemps je le crus, ou l’espérai dissous, l’impressionnante similitude des politiques qu’ont menées depuis presque quarante ans les gouvernements dits « de droite » et dits « de gauche », la succession de cohabitations somme toute pacifiques, enfin − bouquet final − l’installation de ce qu’il est convenu d’appeler le « système UMPS » − expression peut-être excessive mais fort pertinente pour pointer la connivence idéologique entre les états-majors des deux partis « de gouvernement » − confirmant, pour moi et quelques autres, l’idée qu’une opposition nouvelle entre mondialistes et antimondialistes se substituait à l’ancienne,  bouleversant la vieille structuration de l’échiquier politique. Semblable innovation se révélait de surcroît assez douce à mes oreilles gaullistes (« La France, ce n’est pas la gauche, la France, ce n’est pas la droite… ») caressant la nostalgie d’une grande politique qui réconcilierait les uns et les autres dans une même œuvre française. Hélas, au fil des années, j’ai peu à peu glissé de ce confortable fauteuil pour retrouver, en termes à peine renouvelés, la vieille opposition que j’avais cru dépassée.

Le premier doute naquit lorsque, élu député européen sur la liste dite « Pasqua-Villiers » de 1999, donc réputé « de droite », je n’en décidai pas moins de soutenir la candidature de Jean-Pierre Chevènement lors de l’élection présidentielle de 2002. Le piètre accueil que réserva à mes confrères droitiers la plus grande partie de l’entourage du « Che » en tous ses échelons (il n’est pas jusqu’à Régis Debray qui ne se pinça ostensiblement le nez), et la façon dont tourna la campagne de l’« Homme de la nation » revenu bien vite « à gauche » ( jusqu’à s’y abîmer), me convainquirent que celle-ci n’était pas prête à abandonner ses réflexes.

[...]

*Photo : chevenement.

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

12

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 4 Mai 2013 à 14h32

    skyhigh dit

    Un plaisir de vous lire ici M Coûteaux; n’en déplaise à certains je me considère comme “gaulliste” aussi et c’est grâce à vous  que j’ai franchi le pas et me suis inscrite au RBM.
    Sus à l’UMPS! :) 

  • 9 Janvier 2013 à 9h31

    Angel dit

    Bonjour Mr Couteaux et a tous les Causeurs,

    je vous felicite pour cet article et je vous apprecie depuis longtemps.
    Mais je pense qu’iln’y a plus de gauche ou droite. Il y a les laquais de l’UMPSMODEMEELV s’applatissant devant Bruxelles (OTAN et Commissions), Francfort/Main, Doha et Ryad, Gaza, Washington et parfois devant Strasbourg.
    Il y a les extremistes de 2 bors nuls et attardes.
    Et il y a les patriotes, laics (athees et croyants tolerants vis a vis d’autrui) TOUS des Republicains. Mais il est vrais que la mediacratie ne leur donnne presque pas la parole.

    D’ou un site aussi rafraichissant que Causeur.

  • 9 Janvier 2013 à 0h18

    eclair dit

    droite gauche cela ne veut rien dire.
    C’est du simplisme.
    C’est comme parler de gaullisme .

    Donner les définitions qu’on ces termes.
    Vous vous englués dans un préchi précha qui tentent de dire que vous êtes de droite alors que dans le même temps vous dites que le clivage n’est pas droite gauche.

    Faudrait savoir.

    Droite gauche n’ont aucun sens. la droite et la gauche d’il y a un siècle aurait toutes les deux été classés à droite de l’UMP actuel sur de nombreux points.*Parler des idées mais pas de droite ou de gauche c’est un préchi précha stérile. 

  • 8 Janvier 2013 à 19h52

    painblanc dit

    1°J’approuve vos positions sur l’Europe.
    2°C’est vrai,je suis de droite et j’habite sur la rive droite,mais si j’en avais les moyens financiers,j’aurais un appartement avec vue sur le jardin du Luxembourg comme le richissime socialiste Badinter.
    3°Vous devriez lire “Les schèmes qu’on abat ,à propos du gaullisme ” de Fabrice Bouthillon aux éditions de Fallois.

  • 8 Janvier 2013 à 10h12

    Bois-Guisbert dit

    Dans l’inconscient de nombreuses personnes de gauche, leur mouvance est celle qui oeuvre pour le bonheur de l’humanité – rien que ça ! -, tandis que la droite est la force infâme qui s’oppose à ce combat noble et grandiose.

  • 7 Janvier 2013 à 20h20

    Olyvier dit

    Un salut amical à Paul-Marie Couteaux.
    Je viens de la Gauche, et nous sommes nombreux “bleu-marine” qui avons voté et soutenu activement Chevènement en 2002.

  • 7 Janvier 2013 à 16h57

    L'Ours dit

    Il y a bien une droite et une gauche (même si leurs définitions devraient admettre bien moins de frontière étanche), mais ceux qui sont à leur tête n’en représentent absolument pas le fond.
    Mais alors me direz-vous, d’où viendrait ce clivage que vous avez remarqué chez ces personnes? Simplement d’une appartenance à une coterie.
    Et pour être élus, ils piochent large dans l’air du temps, et dans les idées – fussent-elles les pires – des ailes plus extrêmes qui, pendant la campagne, leur soustraient des voix. 
    Ni plus, ni moins. 
    Pourtant, même au pouvoir – et surtout en ce moment – ils semblent dogmatiques. En réalité, ils exploitent  l’idée que se font les gens de l’appartenance à un camp pour imaginer des lois. C’est le résultat d’une impéritie à agir efficacement.

  • 7 Janvier 2013 à 16h00

    Villaterne dit

    Ce qu’il y a de certain c’est qu’il faut une opposition, son nom importe peu. Je dirai même qu’il faut “des oppositions” afin d’éviter un bipartisme avec ses fausses querelles, ses adversités de façade, pour mieux nous tondre la laine sur le dos ! Et puis les idées étant multiples, comment imaginer qu’elles puissent se résumer à un ou deux courants?
    La pluralité des partis joue comme un contre-poids au pouvoir dans une démocratie. Toute la difficulté est que ce contre-poids ne devienne pas un boulet pour le bien du pays!

  • 7 Janvier 2013 à 15h23

    Theodora dit

    Pourquoi diable ce clivage devrait-il disparaître ? Les notions d egauche et droite ont éviddemment considérablementé évolué depuis 1789, mais il y aura toujours une différence de “mentalité” énorme entre ceux dont la valeur essentielle est la liberté (adossée à l’égalité de droit) et ceux qui prônent l’égalité de fait, obtenue au prix de procédés liberticides. Hier la lutte des classes, aujourd’hui la lutte des sexes et des “genres”, des croyances et cultures et, de façon générale, la tyrannie des minorités succédant à la dictature du prolétariat. Bourdieu aprés Marx. Jean-Pierre Chevènement est “institutionnellement” à gauche mais qui ne voit depuis longtemps qu’il est est “idéologiquement” à droite. Il n’y a pas un seul sujet sur lequel il partage les vues de Hollande, Aubry et Cie. S’il disait en public tout ce qu’il pense en privé, son alliance de pure opportunité avec le PS ne tiendrait pas un seconde.

    • 7 Janvier 2013 à 15h44

      Marie dit

      Bien vu!

    • 7 Janvier 2013 à 16h33

      panpan2017 dit

      MdR en lisant la description de la droite par quelqu’un de droite. “A droite on est les champions de la liberté, a gauche y’a rien que des tyrans bouseux”. Rafraîchissant 

      Ce genre de débat de surface est futile et inutile. Déjà la définition même du clivage droite/gauche est totalement biaisée (parce que généralement faite par un tenant de l’un ou l’autre camp, qui se croit donc pare de toutes les vertus), et d’autre part parce que l’on mélange la position sur cet axe virtuel et la soi-disant représentativité de cette position par des acteurs politiques. Selon certains il y aurait actuellement un gouvernement de gauche en France, re-MdR.

      Si on refaisait un tri objectif, permettant a chacun de se positionner selon ses valeurs, on aurait de belles surprises. 

      Mais bon on en est loin, commençons donc par éliminer tous ces arrivistes qui encombrent le Palais Bourbon, le Sénat et autres cénacles.  Ils ne servent a rien, ne représentent qu’eux mêmes et ont choisi un camp en fonction de l’opportunité du moment, pas de leurs convictions a géométrie variable (en dehors du “je vais m’en foutre plein les poches”. Quand on aura mis au point un système de représentation plus crédible, on pourra commencer a trier.

    • 7 Janvier 2013 à 16h43

      Eugène Lampiste dit

      Tous chez Poutine, ce grand défenseur des libertés !!!

      Et profitons en pour aller cracher sur la tombe d’Anna Politkovskaïa…