L’UMP en danger de mort | Causeur

L’UMP en danger de mort

Vers un paysage politique tripolaire

Auteur

Xavier Théry

Xavier Théry
travaille dans un grand groupe de communication.

Publié le 09 février 2015 / Politique

Mots-clés : , , , ,

ump ps fn sarkozy

Les résultats de la législative partielle dans le Doubs confirment les derniers sondages et montrent très clairement que le Front national joue désormais le premier rôle dans la vie politique nationale. Il est probable que lors des prochaines élections régionales et cantonales le FN s’enracine dans notre vie politique. Mais là n’est pas le plus important : la question centrale reste celle des élections législatives de 2017.

Nous ne le savons pas encore, mais nous pouvons imaginer au vu des sondages que si Marine Le Pen passe haut la main le premier tour de la présidentielle, elle échouera très probablement au second tour, certes de peu, mais elle échouera. Dans quelles conditions, face à qui ? La remontée récente de François Hollande dans l’estime des Français montre que tout n’est pas perdu pour lui.  Mais quel que soit le second tour « Hollande (ou Valls) vs. Le Pen », ou encore « Sarkozy (ou Juppé) vs. Le Pen », tout se jouera lors des législatives qui suivront de 15 jours l’élection présidentielle.

Il est convenu de dire que la bipolarité de la cinquième République se construit au second tour de l’élection présidentielle et qu’elle entraîne de facto une majorité toute acquise au président  au sein de l’Assemblée nationale. Pourtant, nous sommes bien obligés de constater que nous évoluons à grands pas vers une « tripolarité ». En effet, il faut considérer que la personne qui sera élue en 2015 contre Marine Le Pen ne sera pas un homme neuf, mais une personnalité usé et décrédibilisé par son bilan. Si c’est Sarkozy, ce sera le bilan catastrophique enregistré en 2012. Si c’est Hollande ce sera celui tout aussi catastrophique qui sera publié en 2017. Si ce sont Juppé ou Valls qui arrivent au second tour, ils ne pourront ni l’un, ni l’autre se prévaloir d’une virginité politique susceptible d’entraîner un sursaut national dans les urnes. Dans un cas, comme dans l’autre, le rejet de l’UMPS jouera à fond pour Marine Le Pen lors des élections présidentielles qui succèderont à la présidentielle. D’autant plus que Marine Le Pen fera sans doute (dixit les derniers sondages) un score honorable au second tour, sans doute proche des 45%, donc très en progrès par rapport à celui de son père face à Jacques Chirac (20%).

Nous devons donc nous préparer à voir élue une Assemblée en 2017 où le Front National entrera en force à la suite de triangulaires qui auront lieu pratiquement partout en France. Compte tenu des derniers rapports de force établis par les partielles et les sondages, il ne fait nul doute que selon les dynamiques locales, ce sera soit un PS, soit un UMP soit un FN qui l’emportera au second tour. Dans quelle proportion ? Il est trop tôt pour le dire, mais une tendance se dessine quand même : le désaveu de la majorité sortante n’est nullement compensé par une percée de l’opposition parlementaire UMP. Au contraire, on a vu dans Doubs que beaucoup d’électeurs UMP basculent facilement dans le vote FN. Donc le PS perdra la majorité mais ne s’effondrera pas, l’UMP se maintiendra ou régressera légèrement et le FN entrera massivement à l’Assemblée.

On peut très bien se retrouver avec une assemblée composée de 30 % de députés FN, de 30 % de députés socialistes et 30% de députés UMP, plus une prime de 10 % au parti soutenant le président qui aura été élu quinze jours avant.  L’UMP ou le PS légèrement en avance mais rien qui leur permette de dégager une majorité. Que peut-il se passer alors ? Dans tous les cas de figures, il est fort à parier que c’est l’UMP qui fera les frais de l’affaire :

Scénario 1 : Si le président est socialiste (Hollande ou Valls), il agitera le chiffon du danger démocratique et appellera à la constitution d’un Front républicain anti-FN : il parviendra sans grande difficulté à débaucher une cinquantaine de députés centristes (UDI) ou ex-UDF qui rejoindront la majorité présidentielle sur un programme européen, social-libéral et réformiste. L’UMP explosera alors et la tentation sera grande pour les rescapés de former une coalition de droite avec le FN sur un programme identitaire et anti-européen, laissant sur le bord de la route la droite libérale pro-européenne mais très  antisocialiste. Dans ce cas de figure l’UMP exploserait en 3 composantes : les ralliés, les débauchés et les laissés pour compte.

Scénario 2 : Si le président est Nicolas Sarkozy, il ne parviendra pas davantage à rallier un nombre suffisant de députés socialistes. Quelques individualités sociales-libérales tenteraient bien de le rejoindre comme par le passé mais compte tenu de sa personnalité, de son flirt avec les thèses d’extrême droite, il ne parviendra pas à débaucher un nombre suffisant de sociaux-libéraux pour constituer une majorité. La tentation sera grande pour lui de passer un accord avec le FN, sur la base d’un programme identitaire et raisonnablement anti-maastrichtien.  La greffe peut prendre et compte tenu de l’opportunisme du personnage, c’est tout à fait envisageable. Mais là encore le pari est risqué et l’on peut voir un bon tiers de l’UMP faire scission à l’instigation de Juppé pour faire une coalition avec Manuel Valls au centre droit. Dans ce cas encore, l’UMP est en grand danger. Et la majorité présidentielle peut-être introuvable.

Scénario 3 : Si le président est Alain Juppé, il ne cherchera bien évidemment pas à constituer une majorité avec le FN. Mais plutôt avec les sociaux-libéraux de Manuel Valls qui pourrait devenir son premier ministre. Là encore l’UMP éclaterait, sa droite rejoignant le FN. Le Parti Socialiste éclaterait aussi en renvoyant vers la gauche de la gauche une partie notable de ses élus.

Le scénario qui prévaudra en 2017 réside, comme toujours sous la Ve République, dans l’issue de l’élection présidentielle. Pourtant, nous voyons qu’elle ne sera pas déterminante et que c’est bien lors des législatives que se jouera la recomposition de notre paysage politique. Aucun des présidents prévisibles ne disposera d’un capital de confiance suffisant pour contrer la dynamique Le Pen.  Et dans tous les cas de figures envisageables, on voit que l’UMP est en danger de mort. La droite conservatrice française est en passe de se disloquer pour voir émerger une droite identitaire agrégée autour du FN face à un centre droit social-libéral recomposé en rejetant à gauche certains socialistes.  Les élections législatives de 2017 enregistreront un glissement à droite de la France : un éclatement de l’UMP et une recomposition  de la droite autour du FN ainsi qu’une droitisation du Parti socialiste autour de thèses libérales. Dans tous les cas, le consensus républicain et social français sortira perdant de ces élections.

En fin de compte, la disparition de l’UMP et de la droite républicaine sous la conduite de Sarkozy n’aura été qu’un accident prévisible de l’Histoire : il fallait le retour de ce politicien falot pour donner un petit coup de pouce à cet enterrement programmé.

*Photo : pixabay.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Février 2015 à 15h36

      la pie qui déchante dit

      Juppé , maitre de cérémonie , ordonne ( a ordonné ) les obsèques ..

    • 11 Février 2015 à 15h33

      la pie qui déchante dit

      De profondis

      UMPIBUS

      alalal lala lala la hal
      haha ….

      allons qu’on l’enterre et qu’on n’en parle plus …

    • 11 Février 2015 à 15h23

      CHEVRIER91 dit

      Effectivement, avec 36%, l’UMP est morte…
      N’importe quoi. Restez dans votre grand groupe de communication, oubliez les gens qui vivent dans la vraie France. 

      • 12 Février 2015 à 17h42

        x.thery dit

        Où voyez-vous que l’UMP fait 36 % ? Vous confondez avec le FN.

        Aujourd’hui au niveau national l’UMP ne pèse pas plus de 20-25% . Rappelons que l’UMP est l’agrégation du RPR et de l’UDF qui pesaient chacun en leur temps 20%… Je ne dis pas que l’UMP est morte, c’est vous qui anticipez. je dis qu’avec un potentiel de 25% des voix (mais peut-être 30 ou 40 en sièges) face à un FN qui fait 30% des voix, elle est condamnée à exploser après mai 2017. Mon raisonnement se tient si vous le lisez bien.

    • 11 Février 2015 à 8h26

      Naif dit

      j’ai tenter de lire dans les viscère d’un saumon et je suis arrivé au même conclusions. Mais le vol des mouettes au dessus de Douarnenez prédise une victoire du FN au premier tour, alors qui croire ?

    • 10 Février 2015 à 19h38

      eclair dit

      le jeune representant de la droite forte de l’UMP est un clandestin oups j’oubliais le politiquement correct un sans papier 
      ah non c’est finalement un ni-ni

      http://www.fdesouche.com/550201-minute-camerounais-tete-jeunes-lump 

      • 10 Février 2015 à 19h41

        eclair dit

        “Mais on a beau chercher, on ne trouve nulle part mention de sa naturalisation. Sa désignation ayant eu lieu en présence de Nicolas Sarkozy, qui l’a validée et en a informé la presse par communiqué daté du 17 décembre, on se dit que le président de l’UMP n’a tout de même pas nommé un Camerounais à la tête de l’organisation de jeunesse du grand parti de la droite… française. Si ?”

        • 10 Février 2015 à 19h44

          eclair dit

          Après l’accueil de  coulibaly à l’elysée.
          L’intronisation d’un non français pour diriger une mouvance de l’UMP.

          L’UMP ils sont plus fort que le PS pour le coup.  

        • 11 Février 2015 à 15h48

          la pie qui déchante dit

          Sarkozy n’y a vu que du bleu …trop occupé à préparer sa prochaine conférence …

          Car il faut bien se gagner l’entrecôte qui nourrira les chères têtes blondes …

      • 10 Février 2015 à 21h03

        Wil dit

        Alors là,Il est con.Il aurait dû d’abord aller au MJS.
        là,Il aurait eu des papiers français en quelques mois,puis ensuite aller à l’UMP.
        C’est ballot.

    • 10 Février 2015 à 14h32

      jcm dit

      Les élections se gagnent au centre : règle apprise par coeur par les étudiants de Science Po, mais cette leçon est également accessible sur perroquet mobile.
      La droite classique n’est pas assez à droite, c’est pour cela qu’elle perd : c’est le contrepied logique de la remise en cause du postulat perroquet. Cette nouvelle formulation sent un peu la manif pour tous et loin de convaincre, elle est susceptible de faire reculer le front national s’il cède à ses extrêmes intégristes de la nature et de l’ordre, car le FN est aujourd’hui par une double force qui est en réalité hostile, très hostile au conservatisme et à la “droiture” : ces forces sont le courant laïc, et le protectionnisme économique raisonné.
      L’échec absolu de le gauche radicale dans le doubs , malgré la grèce, montre que les Français ont compris la necessité de la rigueur , et le modèle allemand victorieux reste la référence en France, voilà la vraie leçon des urnes.
      L’échec de la droite classique repose uniquement sur la faute de la tendance Juppé et de son discours hallucinant sur les valeurs. Sarkozy en tenant le discours du Front national aurait fait le jeu du front national : voilà la tarte à la crème du militant PS antisarkozyste primaire , mais c’est très précisément l’inverse qui est vrai : c’est le courant centriste de l’UMP qui a peut-être définitivement écoeuré l’électorat libéral de l’UMP . Je suis libéral et je ne voterai pas Juppé et son école : voilà quelqu’un qui n’a pas l’étoffe d’un préident et qui campe au pire moment sur sa position de mentor, de défenseur de valeurs, alors qu’en réalité, il est victime de ses sentiments et de son émotion.
      Tout sauf le Front national, etc….nous ne mangeons pas de ce pain là, nous condamnons les leaders du FN, leurs élus, …..et donc ses électeurs, y commpris à l’UMP. Avec de tels anathèmes , avec de telles oeillères sur le présent et l’incantation d’un passé révolu comme repère absolu, Juppé est victime de son manque de nerfs , de ses lacunes irrépressibles à partager avec son électorat, et de ses fausses certitudes sur la force des valeurs qu’il défend mal : l’UMP , c’était la gaullisme éclairé, la défense de la liberté et de la patrie : en termes politiques non “économiques”, aujourd’hui, ces valeurs sont incarnées par le seul FN plus que par l’UMPS républicaine : un comble ? ou alors une faute immense de la classe dirigeante modérée ?

    • 10 Février 2015 à 13h10

      Lecteur92 dit

      Quand la droite sera de droite et défendra des valeurs de droite(et les appliquera), elle reprendra des couleurs, tant qu’elle reste un parti centriste, honteux d’être de droite et supplétif du PS, elle disparaitra.
      Pour être simple, ou la droite suit ses électeurs ou elle disparait, ce qu’elle a déjà commencé à faire.

    • 10 Février 2015 à 11h47

      Picquigny dit

      Aux Etats Unis, le Parti Républicain regroupe des tendances qui sont bien plus opposées que celles qui existent entre le FN et l’UMP. D’ailleurs, aux Etats Unis, les idées du FN sur l’immigration ou l’insécurité, appliquées à la situation américaine, peuvent être considérées comme modérées. Il fut un temps où l’UMP aurait pu s’allier au FN, quitte à en subir des désagréments électoraux à court terme, mais avec de réelles chances de phagocyter ses éléments les plus carriéristes ou les plus modérés, et aujourd’hui ce bloc serait largement majoritaire. Sarkozy en 2007 aurait pu tenter cette manœuvre mais l’Histoire ne repasse pas les plats et demain l’UMP explosera peut être et ce sont certains de ses survivants qui rejoindront le FN.

    • 10 Février 2015 à 11h44

      mogul dit

      Ce qui se dégage, c’est que l’UMP devient la centrale d’achat d’électeurs du paysage politique française. La grande force de droite et du centre n’est plus.
      Je trouve que Sarkosy s’en sort mieux, ce week end, que beaucoup ne le disent. Il apparaît que l’electorat UMP est beaucoup plus capté par la force d’attraction du FN que par le “front républicain”, ce qui risque d’être déterminant dans la future primaire “ouverte”. 
      L’UMP est en état de mort cérébrale avancée. Elle préfigure déjà le futur front identitaire et anti maastrichtien évoqué dans l’article.

    • 10 Février 2015 à 10h38

      dacey dit

      Merci de ne pas reprendre à votre compte l’expression, ou plutôt le slogan, “droite républicaine” sans l’utilisation de guillemets, qui est parfaitement mensonger puisque le FN est totalement républicain, certains diraient même plus républicain que les autres partis …

    • 10 Février 2015 à 9h16

      radagast dit

      Ceux quiveulent se couler dans le moule si péniblement construit de la société française sont les bienvenus , ceux qui veulent y vivre en prédateurs ou en parasites doivent être combattus , chassés voir exterminés .
      Ainsi pensent beaucoup de petits bourgeois plus ou moins en voie de déclassement à cause de la financiarisation de l’économie , petits bourgeois dont je me revendique , et qui ont longtemps formé le socle électoral de l’U.M.P. ou de ses prédécesseurs. Par ailleurs ses dirigeants se sont toujours engouffrés dans les pièges que lui tendaient les socialistes avec la complicité des médias et pour faire chorus avec eux pour brailler les louanges d’un universalisme abstrait.
      A force de les désespérer l’ U.M.P. se vide de sa substance et il ne reste effectivement plus qu’ à éclater entre un bloc d’ européo-libertaire et fumeurs de pétards et un bloc plus conservateur qui ne pourra que se ranger plus ou moins aux cotés du F.N.

    • 10 Février 2015 à 9h00

      radagast dit

      Ceux qui veulent se couler dans le moule si péniblement élaboré de la société française en respectant un certain nombre de règles sont les bienvenus , ceux qui veulent y vivre en prédateurs ou en parasites doivent être combattus , chassés voir exterminés .
      Ainsi pense beaucoup de petits bourgeois dont je me revendique et qui constituait un socle important de l’électorat UMP.
      Faute d’avoir clairement défendu un certain nombre de règles et de principes pour ne pas dire de valeurs , l’U.M.P. n’a effectivement plus qu’à éclater en un bloc d’européo-libertaires et fumeur de pétards et un bloc qui ne peut effectivement trouver d’asile qu’

    • 10 Février 2015 à 8h56

      radagast dit

      Ceux quiveulent se couler d

    • 9 Février 2015 à 21h26

      brubru35 dit

      Je n’ai jamais vu un article de causeur aussi idiot.Et pourtant il y en a des billets avec lesquels je ne suis pas d’accord mais je reconnais au moins une analyse qui se tient.Là c’est du grand n’importe quoi de bout en bout.Mais que l’auteur se rassure donc,il y a une constante en vème république post-quinquennat,c’est que le président élu a toujours sa majorité haut la main.Certes le quinquennat date d’hier et l’époque est dangereuse mais je suis sur d’une chose,la démobilisation des perdants du second tour de la présidentielle.

    • 9 Février 2015 à 20h21

      Parseval dit

      • 9 Février 2015 à 20h28

        Fioretto dit

        Tiens tiens donc maintenant la féministe lesbienne sur têtu et la présidente du Strass et Nancy huston sont sur la même ligne du FN 

      • 10 Février 2015 à 10h45

        steed59 dit

        ceci dit, j’ai le souvenir d’Axel Khan qui comparaissait les meetings de sarkozy en 2012 au congrès du parti nazi de Nuremberg en 36

    • 9 Février 2015 à 20h07

      Fioretto dit

      @ eclair
      Cela ne sera pas ma faute mais la faute de tout ceux qui sur causeur et ailleurs font tout pour faire exploser l’ump sans pour autant dire clairement qu’ils veulent la victoire du FN. On connait le petit jeu de Marine Le Pen, elle sait qu’elle n’a aucune chance en cas de duel contre la droite donc son seul espoir est Hollande et Elle qui passe le premier tour. Et oui je préfère le PS que le FN au pouvoir déjà vu la façon dont il gère ses villes.

      • 9 Février 2015 à 20h15

        eclair dit

        @fioretto
        L’inversion des fautes.

        Un parti doit avant tout convaincre et donner une orientation d’avenir.
        Si l’UMP ne convainc pas  ou plus. C’(est la faute à ces adhérents et ces chefs!

        Qu’est ce que vous faites par exemple si causeur à part dire  être anti FN.
        Quelles sont vos propositions d(‘avenir.

        Les électeurs se moquent de savoir si vous êtes anti quelque chose.

        Ils veulent savoir ce que vous améliorerez dans leur avenir.

        En se positionnantt contre le FN  l’ump ne devient qu’un parti de protestation sans proposition.

        Tu dis que marine le pen n’a aucune chance contre la droite.

        Il faudrait déjà que la droite convainque les électeurs de voter pour elle.

        Pour la gestion des villes FN. toutes les villes FN ont vu leur déficit baisser.

        Les villes UMP ou PS c’est le contraire.
         

        • 9 Février 2015 à 20h17

          Fioretto dit

          Eclair je ne parles pas de vous qui etes FN mais ces genres d’articles qui veulent casser l’ump sans pour autant prévoir quelque chose à sa place. De plus là il s’agit des départementales et si à cause du score FN la gauche remporte un max des département ça sera un problème aussi pour le FN car les gens ne s’en remetrons pas d’avoir servi la victoire sur des choses aussi importantes au PS.

        • 9 Février 2015 à 21h19

          eclair dit

          @fioretto
          la gauche a déjà les départements à un moment où le FN était atone.

          elle vas en perdre un maximum sauf si l’ump appelle au front ripoucain 

    • 9 Février 2015 à 19h32

      Leftcruiser1 dit

      la politique politicienne fiction est un exercice sans grand intérêt