Guerre et paix à Donetsk | Causeur

Guerre et paix à Donetsk

Où la trêve n’a pas duré longtemps

Auteur

Victoire Chevreul
Journaliste

Publié le 06 février 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Depuis 2014, un Etat non reconnu par la communauté internationale s'est formé dans une région russophone de l'Ukraine, la République populaire de Donetsk. Trois ans après le début de la guerre civile, la vie y suit son cours. Reportage.

Dans les ruines de l'aéroport de Donetsk, Gilis et Denis, du bataillon Sparta, patrouillent sur la ligne de front à 1,5 km des positions ukrainiennes, septembre 2016. João Bolan.

Une gigantesque statue de Lénine surplombe la place du même nom. Nous sommes au cœur de Donetsk, « capitale » de l’état autoproclamé dans la partie oriental du Donbass, à l’est de l’Ukraine, à seulement vingt minutes en voiture de la ligne de front et des immeubles réduits en miettes par les bombardements. À l’heure où Kiev amorce sa « dé-communisation », effaçant tous les stigmates de l’URSS, noms des rues et statues, Donetsk les arbore fièrement. Le russe, déjà parlé majoritairement dans l’oblast (département) avant les combats, est devenu la langue officielle sous l’impulsion du nouveau gouvernement.

Entre la Russie et l’Ukraine, la petite RPD (République populaire de Donetsk), jadis la plus « russe » des provinces ukrainiennes, s’est séparée de Kiev, et depuis, elle est en guerre contre son ancien gouvernement. C’est dans ce climat martial que le nouvel état tente de forger ses institutions et sa propre identité. Tournant le dos à l’Ukraine en essayant d’oublier un quart de siècle de destin commun, Donetsk embrasse la Russie avec enthousiasme tout en s’en démarquant. Ni ukrainien ni tout à fait russe, l’ancien oblast se rêve en nation.

À la très dangereuse périphérie de la ville, en cette fin septembre 2016, les snipers tirent, les obus tombent et l’école 21 accueille les élèves du primaire au lycée. Dans l’établissement, on n’enseigne plus l’histoire ni la langue ukrainiennes. Inna, envoyée du ministère de l’Éducation local, guide une visite officielle de l’école. La quinquagénaire au visage encadré par un carré court a revêtu une tenue bariolée pour l’occasion. Notre petite délégation est accueillie en grandes pompes par le directeur de l’école autour d’un petit déjeuner « à la russe ». Au même moment, au dernier étage du bâtiment, une femme s’affaire à changer une fenêtre explosée par les récents bombardements. La pièce où elle bricole a été transformée en remise, des piles de livres y sont entassées. « Ce sont les anciens livres d’éducation, explique Inna. On les a remplacés par de nouveaux manuels d’histoire russe. » Pour ces enfants de huit ans, qui apprennent en cours de patriotisme les symboles du nouvel état, la rupture avec Kiev est nette. Dans cette démarche éducative, l’enseignement de l’histoire russe est enrichi par des éléments locaux. On y célèbre les héros de la RPD tombés au combat depuis 2014. Les petits élèves apprennent également leur nouvel hymne (où on chante la richesse minière du Donbass), ainsi que

[...]

  • causeur.#43.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 43 - Fevrier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#43.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Février 2017 à 22h15

      Pepe de la Luna dit

      Sentant le vent tourner, Porochenko a tenté un coup de force fin janvier, conseillé par les usual suspects McCainistan et Graham : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/02/avdeievka-d-ecole.html
      Mal lui en a pris, Trump n’a pas mordu à l’hameçon.

      • 8 Février 2017 à 16h22

        silco dit

        Et les Russes et séparatistes ils tentent quel coup depuis une semaine à Advievska?

        • 8 Février 2017 à 16h26

          steed59 dit

          en l’occurence à Avievska c’est l’armée ukrainienne qui bombarde les zones séparatistes

    • 6 Février 2017 à 18h58

      maxou dit

      La communauté internationale au service de l’Arabie Saoudite et du Qatar a reconnu le Kosovo pour faire plaisir aux musulmans Albanais qui sont d’abord venus pour travailler en yougoslavie et qui ont fini par prendre cette province serbe. Mais reconnaître le Donestck ce serait faire plaisir aux russes, alors que la communauté internationale regarde avec gourmpandise les richesse minière de cet immense état avec seulement moins de 150 000 000 d’habitants. S’ils (les russes) n’étaient pas aussi armés il y a longtemps que les américains se le seraient appropriés. Il y a évidemment 2 poids de mesure dans ce contexte.

      • 7 Février 2017 à 11h22

        silco dit

        Je vous conseille de retourner en cours d’Histoire mais pas dans la version soviétique

        • 7 Février 2017 à 14h38

          Angel dit

          Et quelle est la version officielle de la Province du Kosovo avec le patriarcat de l’Eglise Orthodixe Serbe et plus de 1 300 monasteres et eglises ?
          Vous aussi avez ete soudoye par les trafiquants d’organes humains et de drogue comme Bill Clinton et Bernard Kouchner ?

        • 7 Février 2017 à 17h05

          silco dit

          Supportez que l’on vous vous contredise sans tomber dans l’excès qui n’apporte rien à votre affirmation péremptoire.
          Et pour rester à votre niveau poubelle, je suis orthodoxe et je vous emm…..

        • 7 Février 2017 à 22h12

          Pepe de la Luna dit

          Silco, l’art de troller sans rien argumenter…

        • 8 Février 2017 à 12h17

          Schlemihl dit

          Les USA envisageraient de s’ emparer du bassin minier du Don ? cela présente quelques difficultés pratiques

          MM Kouchner et Clinton sont des trafiquants d’ organes humains ? je l’ ignorais . A propos est ce légal ? Il semble que l’ incendie volontaire soit légal en France . La prostitution , dit on ne l’ est pas . Le proxénétisme et la prévarication seraient parfaitement légaux

          Pourquoi ne pas vendre à la Russie ou à l’ Ukraine ou à l’ état libre du Don , si il y en a un , des organes humains ( yeux coeurs fois anus sang ) en échange du bassin minier qu’ on pourrait installer dans le Nouveau Mexique ou en Caroline du sud ?

    • 6 Février 2017 à 16h46

      persee dit

       Le facteur déclenchant de cette sanglante histoire ? N’est-il pas à  chercher du côté de l’UE, et de l’OTAN  . Je me souviens juste des propos de Chevènement,  Védrinne  et d’autres , assez éclairants.  

      • 7 Février 2017 à 11h23

        silco dit

        Rappelez nous leurs propos?

        • 8 Février 2017 à 12h39

          persee dit

          De mémoire Chevénement  à la radio faisait état de la grossièreté de Baroso envoyant balader le Le ministre russe des A. étrangères,  par le droit à la souveraineté de L’Ukraine qui  s’en était offusqué sur RMC  ; Cette arrogance européenne qui n’est pas digne de la diplomatie a démontré que l’U.E ne maitrise pas ce domaine sensible . Et les russes n’étant pas stupides ont très bien compris le but de la manoeuvre, de cette “libération désintéressée “de cette Ukraine que l’on nous dit  corrompue jusqu’à la moelle. 

        • 8 Février 2017 à 16h18

          silco dit

          Persee

          La corruption du système soviétique ne se balaye pas d’un coup de plume mais par l’exercice de la démocratie, encore que, voyez chez nous….
          IL y a de vrais efforts qu’il faudra bien sur juger sur le temps.
          En tout cas il y a des efforts contrairement à ses deux voisins qqui maintiennent un système ancien dans ce domaine. Yanoukovitch avait bien compris que coopération avec l’UE signifiait une certaine transparence dans les affaires qu’il ne pouvait pas accepter, et l’intérêt de Poutine c’est d’avoir un dirigeant corrompu qu’il puisse contrôler: méthode cagébiste.

    • 6 Février 2017 à 14h28

      Angel dit

      Cette region comme tant d’autres de Russie, Bieloruussie a terriblement souffert
      des exactions nazis (allemands et raclures locales adorees par le gouvernement actuelle du chocolatier de Kiev).

      Ces gens ne veulent pas etres de nouveau sous la botte des descendants de Bandera.

      Demandez au Grand Rabbin de Kiev ce qu’il disait sur ce conflit en Aout 2014 ?

      • 7 Février 2017 à 11h23

        silco dit

        Et que disait il ?

        • 7 Février 2017 à 22h13

          Pepe de la Luna dit

          Il disait : “Ta mère, Silco”

        • 8 Février 2017 à 16h20

          silco dit

          Pepe 23h13

          C’est le reflet de la quintessence de votre QI?

    • 6 Février 2017 à 14h13

      rolberg dit

      Bien oui, Poutine change le monde. Qu’il doit être fier !

    • 6 Février 2017 à 13h44

      Schlemihl dit

      Rappels

      Le socialisme mettra fin à la guerre
      les prolétaires n’ ont pas de patrie
      Dieu et les Diable sont des inventions démontées depuis longtemps

      et quelques opinions personnelles . Ceux à qui elles déplairont peuvent sans inconvénient se les fourrer quelque part

      Si Nicolas II était un saint , Pobiedonostsev était une machine à coudre et Lénine une mare aux canards
      Un communiste qui croit en un Dieu quelconque est un jean foutre
      Un pope ou ex ou quasi qui regrette l’ URSS se fout du monde
      Thorez Garaudy Makarenko Badiou ont été des foutus menteurs
      M Poutine est une frappe
      Si le gouvernement ukrainien est à moitié aussi honnête que sa police , il est meilleur que je ne crois
      Les ci devant maos sont de la pègre intellectuelle , comme de nos jours les verts et les fougueux défenseurs du Hamas
      Il NE FAUT PAS COMPRENDRE les vraies causes du terrorisme .