La surprise Trump | Causeur

La surprise Trump

Les journalistes ont refusé de voir

Auteur

Ingrid Riocreux

Ingrid Riocreux
est agrégée de lettres et auteur de "La Langue des médias".

Publié le 14 novembre 2016 / Médias

Mots-clés : ,

donald trump medias usa

Le président américain élu Donald Trump au Capitole le 10 novembre 2016 à Washington © AFP/Archives NICHOLAS KAMM.

Ceux pour qui la victoire de Donald Trump était, sinon prévisible, du moins envisageable, ne sont apparus sur les plateaux qu’après la victoire du candidat républicain. Par superstition sans doute, on les en avait tenus écartés durant toute la campagne. Cet événement ne constitue donc pas une surprise pour tout le monde. Il n’en est une que pour les journalistes, moins parce qu’ils n’ont pas été capables de le prévoir (deviner l’avenir n’est d’ailleurs pas ce qu’on leur demande) que parce que la victoire de Trump leur a toujours paru si intolérable qu’ils refusaient de l’envisager.

Errare mediaticum est

Titrer sur la « surprise » que représente la victoire de Donald Trump est typique de l’hypocrisie autocritique de la presse française. C’est tout à fait comme lorsqu’après avoir donné à fond dans l’emballement médiatique, les journalistes posent soudain la question : les médias en font-ils trop?

Là, c’est pareil : pourquoi n’avons-nous rien vu ? Suprême paradoxe, ils n’ont pas voulu voir ce qu’ils nous montraient eux-mêmes.

En réalité, quand deux candidats sont, comme on dit, au coude à coude, il n’y a pas à proprement parler de surprise. Il y a beaucoup de suspense. Cela ne veut pas dire que la victoire de l’un ou de l’autre ne soit en rien surprenante, au moins sous certains aspects. Mais il est ridicule d’affirmer, ainsi qu’ils le font en boucle sur France Info, que la victoire de Trump est « la plus grande surprise de l’histoire électorale américaine », comme si Trump avait été donné perdant, 10 points derrière Clinton !

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Novembre 2016 à 20h25

      IMHO dit

      17 Novembre 2016 à 9h54

      IMHO dit

      mise à jour de:

      15 Novembre 2016 à 22h59

      http://edition.cnn.com/election/results/president

      Aujourd’hui, on en est à:

      Trump 60.948.836 votes,

      Clinton 61.993.,136

      soit une majorité par 1.046.300 voix à Hilary Clinton .

      Sans le coup de jarnac du FBI, un acte de république bananière, Clinton serait présidente des Etats-Unis.

      Et face un candidat démocrate normal, plus jeune et en bonne santé, calme et expérimenté, il y en a beaucoup, Donald Trump n’aurait pas existé .
      La victoire de Trump sur une adversaire très faible est une preuve de faiblesse . .

    • 16 Novembre 2016 à 21h08

      la pie qui déchante dit

      Et ça continue encore et encore …
      quel déferlement dans les journaux de gauche ..
      il y en a qui n’arrivent pas à avaler la pilule … ou bien est-ce le suppo ( de Satan?)qui passe mal ???

    • 16 Novembre 2016 à 9h54

      IMHO dit

      mise à jour de:

      15 Novembre 2016 à 22h59

      IMHO dit
      http://edition.cnn.com/election/results/president

      Aujourdhui, on en est à:

      Trump 60.834.437 votes,

      Clinton 61,782,016

      soit une majorité par 947.579 voix à Clinton .

      Et il reste des votes par correspondance à dépouiller.

      Donc, les Trumpettes sont priés de la mettre en veilleuse, les sondages était bons et les prévisions logiques .

      Sans le coup de jarnac du FBI, un acte de république bananière, Clinton serait présidente des Etats-Unis.

      • 16 Novembre 2016 à 10h04

        Hannibal-lecteur dit

        ImhoBill croyez-vous que la répétition de votre argument imbécile lui donne plus de poids? Non, elle prouve juste votre obstination dans la sottise. 

        • 16 Novembre 2016 à 11h16

          IMHO dit

          Pas un argument, des faits .
          Taper sur un clou est la seul moyen connu de l’enfoncer .
          De même pour les évidences dans les têtes en bois.

    • 16 Novembre 2016 à 6h35

      Miss-sourire dit

      Il y a deux jours, F. Clémenceau (JDD – E1) a dit, droit dans ses bottes : “des journalistes qui ont pris parti, personnellement, je n’en connais pas” !

    • 15 Novembre 2016 à 21h18

      Livio del Quenale dit

      &&& Enfin les sondages furent si éloignés de la réalité qu’il est obligatoire de penser que soit leur système d’évaluation ne vaut pas un “clou”, &&&
      -
      cela pourrait venir du fait qu’il ne renouvelle pas le panel de consultation ce qui mène à penser que si leurs calculs sont juste leur base de données chiffres est fausse .
      dans un cas comme dans l’autre ces instituts de sondages sont gravement incompétents .

      &&& soit qu’ils tentaient d’influencer les résultats en proclamant Trump perdant.&&&
      -
       Ce n’est pas à exclure ! Mais ce genre de manipulations se payent le prix fort lors de la découverte de ces subterfuges, à savoir, décrédibilise la profession durablement même hors des frontières, car ce sera découvert, peut-être  même l’est ce déjà.
      Question : ont-ils pris ce risque  ?  Si oui, pour quelle contre-partie ? The answer would be very interesting !
      –   

    • 15 Novembre 2016 à 18h22

      Pol&Mic dit

      France “unfaux” ?????????