L’après-Trump: vers une nouvelle ère populiste? | Causeur

L’après-Trump: vers une nouvelle ère populiste?

La gauche libérale n’est pas aux bout de ses peines

Auteur

Jérôme Blanchet-Gravel
est essayiste.

Publié le 20 octobre 2016 / Monde Politique

Mots-clés : , ,

La probable victoire de Clinton risquant d'exacerber le rejet des élites, le populisme américain a de beaux jours devant lui. Et si un latino l'incarnait un jour mieux que Trump?
populisme donald trump clinton

Donald Trump. Sipa. Numéro de reportage : AP21964535_000060.

Il aura beau avoir fait preuve d’une combativité hors du commun durant toute la campagne présidentielle américaine, il est maintenant fort probable que les derniers scandales à caractère sexuel aient raison de Donald Trump. S’il croyait avoir enterré ses aventures compromettantes, voilà qu’elles sont remontées à la surface, non sans l’intervention d’une opération médiatique bien planifiée. Disons que si le sexe fait vendre, il peut surtout faire perdre quand il est associé à tant de mauvaises manières.

Le rejet des élites perdurera

Alors que de plus en plus de commentateurs annoncent la défaite de Trump et le couronnement de Clinton, il est assez curieux d’observer à quel point les gens ont déjà l’impression de passer à autre chose. Pour la plupart des analystes qui se sont évertués à chanter les louanges d’Hillary Clinton tout en comparant son adversaire aux grands génocidaires de l’histoire, la défaite de Trump marquera la fin d’un certain populisme malodorant aux États-Unis. Mais dans les faits, l’histoire ne fait que commencer.

Le rejet des élites, dont quelques auteurs ont souligné le rôle dans la dernière campagne présidentielle, ne doit pas être aussi rapidement évacué de la discussion. Pour comprendre l’évolution prochaine de la société américaine, il faut garder en tête que ce mépris de l’establishment restera profondément ancré dans l’imaginaire populaire. Aussi longtemps que les politiciens contribueront à aseptiser la société pour se conformer servilement au politiquement correct, le peuple sera enclin à verser dans cette nouvelle forme de romantisme ambiant. Aussi longtemps que les gouvernants lèveront le nez sur le besoin d’adversité qui anime toute société, la population baignera dans le cynisme. Car si les extrêmes se nourrissent, le centre leur fournit souvent bien de la matière.

Un populo latino ?

La victoire prochaine d’Hillary Clinton pourrait donc jeter de l’huile sur le feu plutôt que de calmer les esprits. Non seulement Clinton n’a jamais fait l’unanimité dans son propre parti en raison, justement, de son grand attachement pour l’establishment, mais elle incarne toute cette tiédeur, voire toute cette modération dont les effets sont devenus contre-productifs. La candidate démocrate affiche peut-être un plus grand dynamisme lorsqu’il est question de géopolitique, mais il est fort à parier que sa politique intérieure marquée par l’adoration du multiculturalisme sera mal accueillie.

En gros, deux mandats consécutifs assumés par Hillary Clinton pourraient préparer le terrain à la formation d’une relève populiste encore bien plus féroce que celle représentée par Donald Trump. Quand on y réfléchit, Trump n’aura probablement pas été le plus radical de tous les candidats républicains. Il aura surtout été le plus grossier et le moins éloquent. Dans quelques années, gageons qu’un homme politique rusé et distingué pourrait canaliser beaucoup plus habilement la grogne populaire qui sévit aux États-Unis. Et qui sait, peut-être sera-t-il issu de la communauté hispanophone ?

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Octobre 2016 à 0h26

      mordor dit

      Ce qui va faire perdre Trump, ce ne sont pas ses mauvaises manières, avec B.Clinton, et avant lui J.F.Kennedy, les américains ont été servi, mais le parti pris des médias en faveur de H.Clinton, étouffant, massif, honteux. Le peuple américain, déjà fâché avec ces “élites”, n’est pas près de changer d’opinion. Quant à H.Clinton je la tiens pour déséquilibrée et dangereuse. Les jeux ne sont pas encore faits.

    • 22 Octobre 2016 à 14h14

      Pol&Mic dit

      Trump ne ferait pas mieux que les “BUSH” (père et fils ) (surtout le fils qui fait MENTIR toutes les statistiques et la réalité!!……..

      • 22 Octobre 2016 à 14h17

        Pol&Mic dit

        mais que ne ferait-on pas pour ne plus voir la tête de “fausse-jetonne” de Hillary Clinton ! (le tour de Trump viendra après……)

      • 23 Octobre 2016 à 15h16

        jacques dit

        Bush père a dit qu’il va voter Clinton. Les Bush sont bien plus semblables à Clinton qu’à Trump. Ils représentent l’élite américaine. Clinton est sur le plan international proche des néoconservateurs. Idéologiquement, Clinton et les Bush étaient des centristes. En gros, les Bush sont le centre droit alors que Clinton le centre gauche.
        Je n’aimes ni Trump ni Clinton ni les Bush mais arrêtez de dire n’importe. Cela vous ridiculise plus qu’autre chose. Tous les politiciens mentent. Clinton ment. Trump ment. les Bush mentent. Le mensonge fait parti innhérente de la politique

      • 25 Octobre 2016 à 9h25

        Pol&Mic dit

        ceci dit : Hillary Clinton non plus !…… (nous avons vu ce que cela a donné par ricochet en France !…… ) (petit toutou des USA!)

    • 22 Octobre 2016 à 13h26

      plouc dit

      je donne entièrement raison à Donald Trump dans ses grossièretés vis à vis des ses ” mondains ” prout prout avec leur bien- pensance , leur politiquement correct , leurs mensonges et manipulations philosophiques et ils ne méritaient pas autre chose que de se faire rentrer dans le lard , ces crétins pathologiques atteints d’ islamophilie aigue !!!!!!

      un grand Bravo encore à Donald Trump !

    • 22 Octobre 2016 à 5h02

      Pol&Mic dit

      Hillary Trump ton pain ….. etc etc….

    • 21 Octobre 2016 à 21h30

      Wil dit

      Trump a déclaré que l’élection serait truquée(Sans blague!hahaha!…Wall Street veut Clinton,elle aura Clinton,point barre.) et que si le résultat n’était pas clair il n’accepterait pas le résultat.
      Scandale dans le Landerneau médiatique parisien…une fois de plus.Pfff,de toutes façons,quoi que dise Trump,les réactions médiatiques parisiennes deviennent pavloviennes…et les Shadocks pompaient,pompaient…
      “Bizarrement”,les mêmes journalistes français qui trouvent la déclaration de Trump scandaleuse étaient les mêmes qui étaient scandalisés quand Bush a été réélue en 2006 grâce à un recomptage plus que douteux des voix de Floride dont le gouverneur n’était autre que le frère Bush.
      La malhonnêteté intellectuelle et le deux poids,deux mesures des soi-disant journalistes et autres intellectuels français n’ont décidément aucune limite.

      • 23 Octobre 2016 à 6h19

        Pol&Mic dit

        ““Bizarrement”,les mêmes journalistes français qui trouvent la déclaration de Trump scandaleuse étaient les mêmes qui étaient scandalisés quand Bush a été réélue en 2006 grâce à un recomptage plus que douteux des voix de Floride dont le gouverneur n’était autre que le frère Bush.”
        ………………
        cqfd

    • 21 Octobre 2016 à 17h04

      Pyrrhon dit

      Donald Trump n’a rien, intimement, d’un populiste. C’est un narcissique imbu de lui-même qui s’est vu “tout en haut de l’affiche”, Président des États-Unis. En réalité, il est probable qu’il n’a rien à faire du peuple américain. Il l’a flatté (li s’y connait en la matière), et il sera très vexé, mais pas longtemps, d’être privé de cette gloire.

    • 21 Octobre 2016 à 10h57

      Ex Abrupto dit

      On ne peut mieux dire:
      “Trump n’aura probablement pas été le plus radical de tous les candidats républicains. Il aura surtout été le plus grossier et le moins éloquent. ”
      Il a fabriqué les torpilles qui l’ont coulé. Et ça n’a rien à voir avec ses propositions programmatiques.

      • 21 Octobre 2016 à 11h22

        disco dit

        Attention avec vos histoires de torpille boomerang…

        D’abord, it’s not over until the fat lady sings, dans 2 semaine et demi.
        Et avec la merde qui sort chaque jour sur Hillary et les démocrates, on ne sait jamais.

        Et surtout votre interprétation ressemble beaucoup, à mon sens, à l’explication de la défaite de Sarko en 2012 par sa droitisation. Cad que globalement vous flirtez avec le contresens dans une explication moralisatrice très politiquement correcte pour le coup. “Finalement, il n’a pas été gentil, il a perdu”.

        Vu les dynamiques et le déroulement de cette campagne, s’il perd c’est à mon avis qu’il n’aura pas su taper assez fort.

        • 21 Octobre 2016 à 11h25

          disco dit

          J’ajoute…
          Et que l’élection était encore plus “rigged” qu’envisagé dans la république bananière que sont devenus les USA sous Obama.

    • 21 Octobre 2016 à 7h15

      QUIDAM II dit

      Non seulement « les élites » ont échoué en tout, sauf à maintenir ou même à augmenter leurs privilèges, mais encore elles se sont détournées de la classe moyenne et du prolétariat pour chanter, avec une complaisance insigne, la louange de la mondialisation, du multiculturalisme, de « la diversité »… finalement, de tout ce dont souffrent les pauvres.
      Dès lors, il est naturel et juste de considérer qu’elles sont les principales responsables du succès des différents courants populistes en Amérique et en Europe.

      • 21 Octobre 2016 à 13h15

        Perlimpinpin dit

        C’est pire…les “élites” se prennent pour la classe moyenne ! Elles en sont convaincues ! Et elles votent et pensent en conséquence !

        En fait, une belle classe “moyenne++” bien “gentrifiée”, au pouvoir culturel sans contestation autorisée. Du coup, ils continuent de se raconter la vieille fable du gentil de gauche (démocrate) et du méchant de droite (républicain). Et ça marche sur tous les continents.

        Un petit aperçu de la véritable Histoire des USA (et de l’entre deux guerres) ne leur ferait pas de mal, surtout sur l’esclavage et le KKK (Clinton a honoré son mentor Robert Byrd, un sain au chapeau pointu). Et ne me lancez pas sur Alinsky. Mais on est post moderne, l’Histoire ça compte plus, s’avérerait de pas l’étudier de trop près, de peur qu’on se sente inspirer de refaire les mêmes erreurs…

        C’est d’ailleurs très visible dans les mouvements identitaires actuels comme Black Lives Matter…dirigés par des gamins de bonne famille, ayant payé 40k$ l’année pour un diplôme en sociologie, et qui prétendent se battre pour se libérer de leurs chaînes…en vivant à 150k l’année…et en instrumentalisant encore au passage le vrai pauvre black de banlieue, entendez le “Thug”, la racaille élevée par sa mère célibataire, engrossée à 16 ans et ayant pondu 7 enfants de 7 pères différents…et lui il va faire le sale boulot en brûlant des voitures et en gueulant Black Power ! Puis il finira par prendre une balle perdue tirée par un dealer du quartier, parce qu’on s’en fout, au fond… Allez voir ce qu’en disent Thomas Sowell, David Clarke ou de nombreux autres blacks plus rationnels.

        Une grande entourloupe historique, qui sera sûrement un beau sujet d’étude dans 50 ans. Mais d’ici là, allez expliquer à votre “bobo” du quartier qu’il n’a jamais été la classe moyenne qu’il se croyait être, mais bel et bien la classe supérieure qu’il pensait combattre…au détriment de la classe populaire qu’il méprise de ne pas accepter son aide culturelle !

    • 21 Octobre 2016 à 5h10

      Naif dit

      Donc à lire cet article les élites sont tous de gauche, de plus ils sont anti démocrates puisque pour eux le populisme, lorsqu’il n’est pas de leur bord, est malodorant, cela change de fasciste mais si peu, par contre ils ne sont pas logique, est ce vraiment etonnant ? ainsi le populisme perdrait les élections, à deux reprises ! Donc logiquement s’il perd deux elections c’est qu’il est minoritaire, mais aux bouts de huit ans comme par miracle il deviendrait majoritaire, pourquoi ? Pas à cause de la coruption massive puisque que clinton est largement reconnu par son peuple comme archi corrompue. Pas non plus à cause de leur mépris pour leur électeurs puisque à déjà montrer tout le bien qu’elle penser de ses electeurs. Ben non ce serait, d’après l’auteur à cause de ses positions molles et du multiculturalisme. et comme l’auteur n’est pas à une contradiction près ce serait un latino, donc un représentant du multiculturalisme, qui serait élu après Clinton ! J’espère que c’est après une biture d’enfer que l’auteur nous a pondu ce navet au moins il aurait une excuse.

      • 21 Octobre 2016 à 5h13

        Naif dit

        Au faite on se demande pourquoi les gens vont voter puisque d’après l’auteur et les “experts” “spécialistes” les élections sont déjà jouées !

    • 21 Octobre 2016 à 1h18

      Martini Henry dit

      Grande nouvelle aux USA : le diable a changé de look! D’après un sondage du Wall Street Journal, les américains ont une plus mauvaise opinion de Trump et de Clinton que de Poutine! Alleluia! Les américains se sont acheté un cerveau! Miracle!
      http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/10/o-douce-ironie.html

    • 20 Octobre 2016 à 15h45

      Perlimpinpin dit

      Il faudra déjà qu’elle survive à son premier mandat, dans tous les sens du terme, après on verra.

      Ensuite, ça calcule déjà à plein tube, même si Trump n’est pas battu. On se demande : vaut-il mieux élire Trump et se taper une Chambre de représentants et un Sénat démocrates…ou l’inverse ? La vérité je crois, pour beaucoup, ce sera l’inverse.

      Vous remarquerez quand même que l’idée d’un candidat populaire latino séduit car elle continue, de fait, le politiquement correct…Tout sauf un homme blanc ! Hors le politiquement correct ne rime pas avec Républicain, mais avec Démocrate. Quoique, écoutez bien les prises de position de Bernie Sanders sur l’immigration…(ah, pauvre Bernie, tu t’es bien fait pigeonner aux primaires !) Et puis surtout, on est Open Border chez les Clinton, et on aime flatter les minorités avec des doses de Welfare à tout va…c’est la plantation démocrate. Même si vous devriez voir les manifestations récentes, de latinos et d’asiatiques, contre les violences communautaires (black vs latino/asian)…Pas sûr qu’en 2020 le pays soit aussi uni derrière un quelconque parti. C’est qu’après avoir attisé toutes ces tensions identitaires, s’agira maintenant de les calmer à gros coups de $$$ (certaines prévisions parlent de 2033 pour l’implosion du système. Rappelez-vous, quand il avait fallu fermer Yosemite faute de budget…). Allez, ce n’est qu’une grosse dette de plus, personne viendra la réclamer.

      Personnellement, je n’y crois pas trop. Trump était un candidat hors système, c’est tout ce qu’il avait pour lui, et c’était déjà presque suffisant (s’il n’avait pas été si caricaturalement grossier…quand bien même son co-listier et ses conseillers auraient très bien pu corriger le tir pour une présidence à moindre mal, au final…). Là, ce sera Wallstreet et pétro$ au pouvoir, gageons qu’ils sauront y rester quelques décennies…

    • 20 Octobre 2016 à 15h35

      Fioretto dit

      Coucou les cathos de causeur,
      Poisson antisémite selon le CRIF
      https://twitter.com/Le_CRIF/status/789086209754722304

    • 20 Octobre 2016 à 14h25

      Villaterne dit

      Une analyse qui peut très bien s’appliquer à la France.
      Les inconditionnels du sweetlife et du care préparent sans doute le pire !
      Il faut dire qu’en attendant ils se seront bien rempli les poches.

    • 20 Octobre 2016 à 14h24

      IMHO dit

      http://presidentialgenderwatch.org/polls/womens-vote-watch/presidential-polling-data/

      Il faudra d’abord que le populisme cesse de faire la guerre aux femmes.

    • 20 Octobre 2016 à 14h22

      Rattachiste dit

      Il faut donc aussi s’interroger sur l’après-Juppé-Macron.

    • 20 Octobre 2016 à 14h06

      L'Ours dit

      Très plausible.

      • 20 Octobre 2016 à 14h13

        kelenborn dit

        Oui pas idiot loin s’en faut!