Dieudonné : «Je n’ai absolument aucun remords» | Causeur

Dieudonné : «Je n’ai absolument aucun remords»

Entretien avec Dieudonné M’bala M’bala

Publié le 06 février 2014 / Politique Société

Mots-clés : , , , , ,

dieudonne judaisme iran sionisme

Avouons-le, le 16 janvier, en partant interviewer Dieudonné dans son quartier général, un bâtiment sans charme situé dans un village d’Eure-et-Loir, nous éprouvions l’agréable frisson de la transgression, tout en nourrissant vaguement le fol espoir de le ramener à la raison et à la maison communes. Peut-être allait-il nous dire que oui, il avait franchement déconné et qu’il voulait sincèrement sortir de la spirale haineuse dans laquelle il s’est enfermé depuis dix ans. Autant le dire d’emblée, le miracle ne s’est pas produit. Nous l’avons questionné honnêtement, sans essayer de le piéger. Il a joué le jeu, sans chercher à se défausser par de grosses blagues et des pirouettes.

Du reste, il semblait plutôt embarrassé. Mais sur le fond, il n’a rien lâché, confirmant ce que nous savions. Dieudonné n’est certainement pas un imbécile, mais un antisémite qui ignore ce qu’est un juif et un antisioniste qui n’a pas une traître idée de ce qu’est le sionisme. Dans ces conditions, on peut se demander l’intérêt de publier ce texte. Tout d’abord, il était normal de donner la parole au principal protagoniste de la polémique dont tous les médias ont abondamment parlé. Par ailleurs, il s’agit, nous semble-t-il, d’un document d’intérêt général car il s’exprime sans qu’il puisse y avoir la moindre ambiguïté sur la nature, humoristique ou pas, de ses propos. Si l’atmosphère était courtoise, nous n’avons pas beaucoup ri. À défaut d’avoir été les agents de sa conversion (à l’humanisme, pas au judaïsme) nous espérons contribuer à éclairer ses admirateurs.

NB : Cet entretien lui a été envoyé pour validation. Il n’en a pas changé un mot, mais n’a pas eu le temps, malheureusement, de répondre aux questions complémentaires que nous avaient suggérées ses dernières péripéties, judiciaires et financières.

 

Causeur. Le Conseil d’État a ordonné, en référé, l’interdiction de votre spectacle « Le Mur » car, selon lui, il constitue une menace de « trouble à l’ordre public ». Comprenez-vous cette décision ?

Dieudonné. Manuel Valls a dit qu’il ne croyait pas aux « remords de Dieudonné ». Mais soyons clairs : je n’ai  absolument aucun remords, puisque les juges n’ont pas encore tranché sur le fond. Je vous rappelle que, peu avant cette décision, le tribunal administratif de Nantes m’avait donné raison. Je compte jouer le jeu de la Justice et épuiser tous les recours possibles. « Le Mur » est quand même le premier spectacle comique à être interdit : cela crée un grave précédent dans l’histoire de ce pays ! La Cour européenne des droits de l’homme aura son mot à dire, d’autant  que cette instance a déjà condamné la France plusieurs fois. Cependant, j’ai pris acte de la décision du Conseil d’État, et j’ai décidé de jouer un autre spectacle, « Asu Zoa ».

En attendant que la question soit tranchée au fond, le jugement en référé vous somme de retirer les DVD de la vente. Vous y soumettrez-vous ?

Pour le moment, je ne fais que des préventes de DVD et j’attends le jugement définitif pour décider des livraisons.

Avez-vous joué « Le Mur » en Suisse ? Comptez-vous le faire dans d’autres pays où l’ordonnance du Conseil ne s’applique pas ?

Non, j’y ai joué mon nouveau spectacle, « Asu Zoa ». Mais j’en prépare un autre pour juin, qui reviendra sur tout ce qui m’est arrivé ces dernières semaines. Mon  « affaire » a  mis le doigt sur des problématiques essentielles : les limites de la liberté d’expression et la question de la dignité. Un vrai débat s’est ouvert. C’est une aventure intéressante pour l’humoriste, pour l’homme et pour le citoyen.

Vous parlez de « dignité ». Vous n’avez jamais pensé que vous étiez allé trop loin ? Vous ne vous êtes jamais dit : « Là, Dieudo, tu as un peu déconné » ?

Certes, il m’arrive de faire des saillies plus piquantes que d’autres. En plein scandale Dieudonné, des Femen pissaient dans une église. Je fais ce métier du rire depuis plus de vingt-cinq ans. Heurter, choquer, c’est notre métier. On peut en parler. Si certaines choses ne font pas rire tout le monde, doit-on les interdire pour autant ? Ça ne va pas être facile parce que chacun a sa morale, donc ses interdits.

Certainement, mais la loi est la même pour tous.

En tout cas, ce n’est pas la même tout le temps ! Alors que j’ai joué ce spectacle des centaines de fois depuis juin, la polémique a commencé après le discours de Manuel Valls à l’université d’été du Parti socialiste. Pourquoi s’est-il focalisé sur ma petite personne ? Y trouvait-il un intérêt politique, à quelques mois des élections ? Je vous rappelle que, contrairement à Valls, je suis inéligible et je ne fais pas de politique !

D’abord, vous en avez fait et nous y reviendrons. Ensuite, si vous êtes inéligible, c’est parce que vous avez été condamné, non ? Donc, ne faites pas le naïf : vous savez bien que votre petite phrase contre Patrick Cohen a saisi d’effroi des millions de Français, dont nous. Et vous savez pourquoi.

Ce que je sais, c’est que le scandale est parti d’images volées et diffusées hors contexte par BFMTV et « Complément d’enquête ». Lorsque je dis sur scène, à propos de Patrick Cohen : « Quand je l’entends parler, je me dis : effectivement, les chambre à gaz… dommage… », je ne fais que répondre à ses insultes puisqu’il m’a traité de « cerveau malade » !

Mais justement, vous auriez pu vous moquer de lui de mille façons, en vous demandant s’il est « neurologue l’après-midi », comme vous le faites dans le nouveau spectacle. Mais c’est immédiatement à sa qualité supposée de juif que vous vous en êtes pris…

Mais traiter un Noir de « cerveau malade », c’est aussi un stéréotype raciste non ?

Non…

Ceci étant, si certains ont été heurtés ou se sont sentis agressés par certains de mes propos, je m’en excuse le plus sincèrement du monde. Je ne cherche pas à créer de la souffrance chez les autres. Et même si c’est douloureux, il faut remettre tout cela dans son contexte : on parle de blague, pas de gens qui se tapent dessus !

Eh bien justement, parlons d’autre chose que de blagues. Vous revendiquez un droit à la transgression illimité au nom de l’humour, et nous ne trancherons pas cette question ici. Aussi allons-nous nous intéresser aux propos du citoyen, voire du militant Dieudonné. Quand vous êtes interrogé à la télé iranienne, que vous faites un parti antisioniste ou que vous vous exprimez sérieusement dans vos vidéos, ce n’est pas l’humoriste qui parle. Ne tournons pas autour du pot : êtes-vous antisémite ?

[...]

  1. Elle-même est revenue sur ses propos en expliquant qu’il y avait eu une mauvaise interprétation de ses paroles et qu’elle n’avait jamais pensé que le sida avait été fabriqué par l’homme.

  • Causeur-No10-fevrier-2014

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 68 - Février 2014

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Causeur-No10-fevrier-2014
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 24 Mai 2014 à 16h33

      Ralph K.Krüger dit

      Rappel de la définition de Sémites :

      “… Les Sémites sont l’ensemble des peuples utilisant les langues sémitiques…”

      Langues parlées par les Sémites de nos jours :

      - Araméen (en voie de disparition, langue parlée de Jésus Christ).
      - Assyriens (Irak, Syrie, Iran).
      - Amharique (Amharas/Éthiopie).
      - Arabe (pays arabes).
      - Hébreu (Israel/Palestine).
      - Maltais (Malte).
      - Mandéen (Irak, Iran).
      - Syriaque (Proche-Orient).
      - Tigré (Érythrée).
      - Tigrigna (Érythrée).

      Donc, être antisémites, c’est être anti-érythréens, anti-irakien, anti-iranien, anti-maltais, anti-palestinien, anti-israëlien, anti-arabe, etc…

      J’ai bon ?

    • 27 Février 2014 à 15h41

      JBC dit

      M. M’Bala M’Bala,

      Votre discours manque tant de clarté, et il appert tant que vous filoutez et pratiquez la langue de bois quand ça vous chante – contrairement aux allusions évidentes de vos interrogateurs, qui cherche à se faire entendre, – que vous méritez qu’ils commencent par vous dire antisémite.
      Si sincèrement vous pensez ne pas faire preuve d’antisémitisme, il faut déduire alors que vous avez la tête à l’envers, vous, bourré de torsions, rétorsions et distorsions ; qu’on vous plaigne en ce cas.

      Cordialement

    • 17 Février 2014 à 21h46

      barnatigue dit

      Une analyse de “l affaire dieudonné”, d’un jeune philosophe, autant inconnu que prometteur..
      http://www.femmesdechambre.be/dieudonne-tout-a-ete-dit/
      Je note cette phrase : “Mon avis est que Dieudonné rit de ces gens non pas pour ce qu’ils sont, mais pour ce qu’ils se revendiquent être! “.

    • 16 Février 2014 à 22h37

      barnatigue dit

      Une autre interview de Dieudonné, pour comparer :
      http://mireilletchiako.wordpress.com/2014/02/16/dieudonne-je-suis-venu-communier-avec-mes-ancetres/
      C’est au cameroun que ca se passe.

    • 15 Février 2014 à 1h32

      stefyx dit

      Un peu court l’interview…

      Quelqu’un pourrait-il répondre à cette question cruciale que j’espère ne pas être le seul à me poser mais à laquelle personne ne répond :

      Comment cette personne noire dont une partie non négligeable de la carrière s’est fait en compagnie d’une personne juive est elle devenue antisémite, donc raciste par définition ?

      Quels mécanismes et engrenages ont provoqué cette dérive ?

      C’est je crois dans cette analyse que pourraient se trouver les meilleurs moyens de lutte contre une pensée aussi malsaine.

      • 16 Février 2014 à 5h37

        barnatigue dit

        effectivement. c est une question difficile. se la poser est dangereux. car une majorité de l elite mediatique et politique pourrait decouvrir, en se la posant, qu’en fait, tout bonnement, il ne l’est pas ; raciste…
        et, par voie de consequence, ces personnes, pourraient decouvrir qu’elles sont complètement connes, elles…
        un métis raciste… ben oui, comme cela ce faisse, hein ?
        IL va falloir mettre a contribution le cnrs, la..

        • 16 Février 2014 à 7h27

          Belle dit

          On s’en fiche du fond de l’âme de votre gourou, c’est pas la question, c’est juste un gros et gras voleur!
          Vo leur!!!
          Il est toujours au Cameroun,? en Iran? qu’il y reste! Ou alors la taule pour abus de biens sociaux, truand âge du fisc et juste un peu trop de potacheries.

        • 16 Février 2014 à 12h41

          barnatigue dit

          Je n ai pas l’impression que tout le monde se fiche du fond de l’ame de mon Dieu (étant) donné que c’est la question centrale depuis deux mois. DE plus, pour etre un gros et gras voleur, il doit bien avoir un fond de l ame mauvais.
          Belle, la tata taquine, que pensez vous de ce que dit son avocate sur le sujet ?

    • 14 Février 2014 à 0h20

      Leboulonnais1 dit

      Merci Madame LÉVY pour votre démarche qui suit déjà le compte rendu piquant de votre visite à un de ses spectacles.
      Vous êtes courageuse, bien plantée sur vos deux pieds et l’âme bien chevillée au corps. 
      Personne, je crois, n’en doute. 
      Mais, de grâce, CAUSEUR peut-il passer à autre chose  ?