Dieudonné dans les clous | Causeur

Dieudonné dans les clous

Dans le public du théâtre de la Main d’or

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 14 janvier 2014 / Culture Politique

Mots-clés : , , ,

dieudonne spectacle valls

Autant l’avouer, je me suis plutôt amusée. J’espère que ce n’est pas trop grave. De toute façon, impossible de le cacher. Dans le public entassé au théâtre de la Main d’or pour la première représentation post-interdiction du nouveau spectacle de Dieudonné, beaucoup guettaient attentivement mes réactions – sans agressivité d’ailleurs. Comme si un éclat de rire de ma modeste personne valait brevet de cacherout idéologique. Je crains qu’ils surestiment l’étendue de mon magistère, mais pour une fois qu’on m’interroge comme si j’étais une autorité morale, je ne vais pas me défiler. Puisqu’on insiste, je veux bien donner mon avis. Qui est aussi celui de Paulina Dalmayer et de Guillaume Erner, mes complices pour cette soirée, je ne dis pas ça pour les mouiller bien sûr, mais par souci d’exactitude. Et puis six oreilles valent mieux qu’une, enfin deux.

Je ferais bien durer le suspense en narrant par le menu le sketch où deux mariés pour tous se voient proposer toutes sortes d’enfants (tous âges et tous usages) par un maquignon africain qui conclut en leur disant : « Ici, on n’est pas homophobes, non pas du tout, on est homovores ! » C’est trash et réjouissant, sans fiel ni ressentiment. Je sais, ce n’est pas ça qui vous intéresse. Sur ce spectacle, tout le monde a une seule question en tête. Vous et moi. Les spectateurs. Les flics qui ont sans doute assisté à la représentation (ou alors, la République est mal tenue). Les amis à qui j’ai parlé plus tard. Sans oublier les confrères qui avaient fait le pied de grue dans l’impasse. Alors, antisémite ou pas ? Oui, non, modérément, peut-être ? Eh bien, ça a l’air facile comme ça, de savoir si un type est antisémite ou dit des trucs antisémites, mais on n’a pas d’instrument de mesure. Et quand il faut répondre en trois secondes, ça intimide. « Alors, il l’est ou pas ?», interroge une consœur. « Euh…plutôt non… », hasarde l’un de nous. « Plutôt non ? Et vous le croyez ? » Comme quoi le journalisme, ça peut être amusant. Celle-là, c’était une blague juive.
Bien sûr, Dieudonné joue avec la limite en tournant autour du sujet dont il ne parlera plus sur le mode du gamin qui tourne autour du pot de confiture. Il en remet une petite louche sur Patrick Cohen, « neurologue l’après-midi » – il avait parlé de son cerveau malade. Il frôle la limite quand il campe le patron de la Licra, Alain Jakubowicz, exhortant les spectateurs à quitter le théâtre et rappelant au comique qu’il est sous « étroite surveillance ». Moi aussi je me paierais volontiers la tête d’un adversaire qui se féliciterait de me placer sous étroite surveillance. Même s’il était goy. Ce serait une victoire paradoxale de l’antisémitisme qu’on n’ait plus le droit de se moquer de juifs. On a eu raison de rappeler à Dieudonné et à ses fans qu’il y a une limite, il ne faudrait pas qu’on en profite pour la déplacer en interdisant tout propos susceptible de choquer.

Le couplet sur les sociologues et les journalistes étudiant le dieudonniste et concluant qu’il est fou et même nazi est assez réjouissant. Mais j’ai eu beau tendre l’oreille, humer l’ambiance, traquer le double-sens, je n’ai pas senti de haine derrière les rires, plutôt le besoin de se laver de l’infâmant soupçon. Quand il dit « je ne suis pas antisémite », le comique abandonne le ton farce. Tous les spectateurs qui sont venus nous voir voulaient vraiment nous convaincre qu’ils ne le sont pas. Ce qu’ils aiment, c’est la provocation, la transgression maximale. Le mec qui ne cède pas. « Dieudonné, c’est le Django de Tarantino, le nègre qui se bat, l’insoumis », confie Chloé, vendeuse, la jolie trentaine, inconditionnelle depuis l’époque Semoun. Certes, nous n’avons pas sondé les reins et les cœurs, ni scanné les cerveaux. Nous n’avons pas réalisé une étude statistique. Mais, pour ceux avec qui nous avons parlé, s’ils sont antisémites, ils sont très forts car on n’a vraiment pas l’impression que c’est leur came. « On n’est pas antisémites, soupire Dieudonné sur la scène. On n’a pas le temps ». Ça tombe bien parce nous, on n’a pas le temps de compter les antisémites.
Pour discutable qu’elle soit sur le principe, la sanction a peut-être fait l’effet d’une douche froide – ça dégrise. Tant mieux parce que depuis dix ans, entre les blagues pourries sur les chambres à gaz, les génuflexions devant Ahmadinejad et l’obsession du pouvoir sioniste, on avait de sérieux doutes, pour être aimable, sur leur champion – et du coup, un peu sur eux aussi. Ils ne sont pas antisémites, disent-ils. Fort bien mais, antisémites ou pas, qu’ils me permettent de leur dire qu’ils pensent souvent des conneries et croient souvent des âneries.

Que leur connaissance de l’histoire et de la politique moyen-orientale est pour le moins sommaire. Que les caricatures du Prophète et les horreurs sur la Shoah ce n’est pas pareil. Que leur ritournelle obsessionnelle du « deux poids-deux mesures » ne tient pas la route devant les faits. S’ils peuvent entendre ça et quelques autres choses encore, ça veut dire qu’on peut s’engueuler, ça veut dire qu’on vit dans le même monde. Et je n’ai pas perdu ma soirée.

*Photo : Michel Euler/AP/SIPA. AP21506354_000007.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Janvier 2014 à 17h56

      fionatryum dit

      Merci à Elisabeth Lévy pour la qualité de son article, critique objective et bienveillante du dernier spectacle de Dieudonné.
      Provinciale je n’ai que le Web pour visionner ses spectacles, et en général je ris de bon coeur. Quoi qu’il en soit, un Conseil d’Etat aux ordres, c’est très grave, d’autant plus qu’à ma connaissance il n’y a jamais eu de “trouble à l’ordre public” dans la rue de “La Main d’Or” au nom prédestiné…

    • 27 Janvier 2014 à 16h23

      Aboire&Amanger dit

      Je m’excuse pour les quelques fautes d’orthographe, j’ai publié un peu vite.

    • 27 Janvier 2014 à 16h21

      Aboire&Amanger dit

      Bonjour à tous,
      je pensais être sur le site de E.Lévy rédactrice controversée mais qui aime le débat sans dénigrer ses contradicteurs ou opposants idéologique. On entend dans toutes les bouches (médiatiques, politiques et autres) que l’on voit fleurir tout type de commentaires (numériques et anonymes, essentielement)douteux, racistes (envers tout le monde, races/religions/gôuts vestimentaires/alimentation/sexualité…) et haineux, et qu’il faudrait commencer à nettoyer tout cela, voir mettre en place un diktat de la pensée avec un instrument d’état à l’appui comme il était courrant de l’instaurer dans toute dictature digne de ce nom (police de la pensée, gestapo idéologique) et ainsi éviter les débats rationels sur des questions qui doivent être occultées non pas pour des raisons de santé mentale ou liées à l’éducation objective de notre jeunesse mais par une volonté minoritaire mais farouche du contrôle des échanges d’idées et une ferme intention de cloisoner les débats polémiques sortant du courant de pensée institutionel établi (par qui d’ailleurs et pourquoi?).
      A quand une loi fixant les limites du raisonement dans des débats encadrés non philosophique ou historique?

      J’en revient à ce qui m’ammène, après l’article d’élizabeth bien sur, c’est cette phrase:

      “mais oui,mes bien chers frères”les bouddhistes !!!!!!!!!! se mettent à “casser du musulman ” tellement cette religion peut ètre haïssable !!!!!”

      Je voulais avant tout m’assurer qu’elle soit ironique ou très mal formulée, ou outrancière et hors-sujet car elle constitue exactement ce qui est pointé du doigt en ce moment concernant des propos incitants à la haine de l’autre et une xénophobie latente cachée derrière des propos soit disant “anti-religieux” sans éléments pertinents de contradiction qui eux méneraient le débat vers des échanges sains, mais éprouvant à parcourir, et pourtant necessaires si l’on veut être objectif, factuel et ne pas tomber dans le cloaque nauséabond et répugnant des racourcis idéo- fascisant et subjectifs auquel laisserait penser cette phrase et que l’on voit fleurir partout.

      En tout cas merci pour ton objectivité élizabeth, même si habituellement je suis plutôt en contradiction avec ce que tu écris, et continue à provoquer des débats comme Frédéric taddei, vec des soit disant “cerveaux malades”.
      Contre une censure liberticide et l’instrumentalisation de la justice (dieudonné/valls/dassault, cherchez l’erreur??)

    • 21 Janvier 2014 à 20h38

      jeff dit

      Alors Faurisson, drôle ou pas?
      Et les soit-disant négriers sionistes probablement inspirés de Rastapopoulos (c’est la seule référence historique que je connaisse sur la question).
      Tout cela n’est pas franchement drôle.

    • 21 Janvier 2014 à 18h03

      Arsenelupin dit

      Dieudonné pourrait ironiser sur l’Islam sans être dénoncé comme “islamophobe” en montrant que même les chrétiens en Centre Afrique et même (mais oui,mes bien chers frères”les bouddhistes !!!!!!!!!! se mettent à “casser du musulman ” tellement cette religion peut ètre haïssable !!!!!

    • 21 Janvier 2014 à 10h12

      mokosso dit

      Le droit de conscience me donne le droit a l’indifference.
      Si je n’ai que le droit de dire que je t’aime cela n’a plus aucune valeur. (cf Coree du Nord).
      Pour etre ou paraitre sincere il faut que j’ai le droit de dire le contraire.
      Elisabeth Levy pose des criteres moraux qui n’ont pas lieu d’etre. Un musulman dira qu’on peut se moquer de tout sauf du prophete.
      Je ne me sens pas lier par les crimes commis par certains de la meme facon que je ne me sens pas concerne par les religions et les devoirs de memoires…

    • 20 Janvier 2014 à 10h10

      Rodi dit

      très bon article de Daniel SCHNEIDERMANN
      Rire avec Dieudonné ?
      http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/01/12/rire-avec-dieudonne_972249

      • 20 Janvier 2014 à 10h19

        Fiorino dit

        Du grand n’importe quoi article narcissique d’autant plus que Schneidermann avait refusé d’inviter dieudonné et son antisémitisme a commencé en 2002.

        • 20 Janvier 2014 à 10h41

          Rodi dit

          C’est évidemment toujours du grand n’importe quoi lorsque quelqu’un ne partage pas votre point de vue, c’était pas la peine de le préciser…
          Et au passage, vous avez oublié d’ajouter: Daniel SCHNEIDERMANN cet antisémite notoire!
          A l’image de votre comparse Kravi, avocats de la médiocrité, vous ne faites que confirmer une fois de plus que “dans la bêtise on s’arrête rarement en chemin”.

        • 20 Janvier 2014 à 10h48

          Fiorino dit

          C’est pas une question de partager ou pas un point de vue. DS la bêtise est du coté de Scheindermann qui reproche à Cohen de ne pas vouloir inviter Dieudonné sur le service public alors que lui même aussi a carrément refusé. 

        • 20 Janvier 2014 à 11h04

          Rodi dit

          Bien, si il vous faut une explication de texte à chaque fois, on va jamais s’en sortir. Tourner en rond ne vous donne pas le vertige?
          L’article de Daniel SCHNEIDERMANN interroge sur (et c’est le titre, pour faire plus simple, je ne vois pas) : Rire avec Dieudonné?
          Et non pas: faut-il invité Dieudonné sur les plateaux de télévision?

        • 20 Janvier 2014 à 11h07

          Fiorino dit

          Un article qui nous raconte que DS c’est bien marré avec Dieudonné ? Article narcissique sans aucun intérêt. DS n’est pas un ancien déporté.

        • 20 Janvier 2014 à 11h28

          Rodi dit

          Réponse éloquente, mais une fois de plus à côté du sujet.
          Seulement je m’étonne que vous ayez oublié votre meilleur argument, celui qui est censé “claquer le beignet” pour clore tout débat: sous entendre l’antisémitisme de Daniel SCHNEIDERMANN …

        • 21 Janvier 2014 à 18h11

          Fiorino dit

          Je ne sous entend rien simplement lui et sa copine nièce de terroriste qu’il avait embauché comme modérateur d’Asi au temps de France c’est pas une référence. 

    • 19 Janvier 2014 à 20h49

      eclair dit

      cela s’arrange pas.
      http://www.francetvinfo.fr/societe/un-anti-hollande-interpelle-pour-un-dirigeable-en-forme-de-quenelle_508973.html
      Ils sont tous devenus fous à voir des quenelles partout.

      Un dirigeable  de 1 m de diamètre sur 6 m de long c’est une quenelle. C’est même plus le geste maintenant c’est ce qui ressemble au plat désormais qu’ils chassent.

      Ils sont cinglés. 

    • 17 Janvier 2014 à 19h49

      Guenièvre dit

      eclair ,

      non, les mots ont un sens : une spécificité c’est ce qui est propre à quelque chose. Il n’y a aucune notion de hiérarchie là-dedans !

      • 17 Janvier 2014 à 21h50

        eclair dit

        un mort est un mort!

        • 17 Janvier 2014 à 23h23

          Guenièvre dit

          Oui mais il n’empêche que les causes et les circonstances de ces morts varient d’un événement à l’autre. Etudier ces variations c’est le travail des historiens pour comprendre le passé.

    • 17 Janvier 2014 à 18h32

      Guenièvre dit

      @ Parseval, 17h 50
      Je serais “la Reine des Rebelles” alors ? Non, je n’ai rien de Gene Tierney ! :-)))))
      On n’est pas sur Antidoxe et je me demande en quoi dire qu’il ne faut pas faire d’amalgame, que chaque événement a sa spécificité, que le communisme n’est pas le nazisme, que les guerres coloniales, l’esclavage et la Shoah ce n’est pas pareil ferait partie de la “rebelle attitude “.

      • 17 Janvier 2014 à 18h40

        Parseval dit

        Vous m’avez mal compris. Je ne parlais pas du fond de vos messages sur ce fil (avec lesquels je suis globalement d’accord) mais du « certains commentaires de gens qui sont venus sur ce site uniquement pour parler de ce sujet » et de la réponse de eetu.
        C’est vrai quoi, Causeur est censé être anticonformiste, ouvert à toutes les idées, etc et dès que des étrangers (un peu bizarres je vous l’accorde) débarquent, on se plaint qu’on est plus chez soi !
        (Ceci dit je suis un peu d’accord, certes ils ont compris qui est bibikravi, mais à part ça…)
        Et puis c’est surtout de la taquinerie, ne le prenez pas mal ;-)

        • 17 Janvier 2014 à 18h42

          Fiorino dit

          C’est qui bibikravi ?

        • 17 Janvier 2014 à 18h45

          Parseval dit

          Vous n’êtes pas arrivé à cerner leur pensé depuis le temps ?

        • 17 Janvier 2014 à 18h46

          Fiorino dit

          Je pense qu’il ne pensent pas exactement la meme chose et puis Kravi est athée.

        • 17 Janvier 2014 à 18h50

          Parseval dit

          J’avais remarqué ; kravi prétend aussi qu’il n’est pas toujours d’accord avec les manières de faire de bibi, mais comme il ne le lui dit pas en public il est complice…

        • 17 Janvier 2014 à 18h51

          Guenièvre dit

          Je ne le prends pas mal Parseval mais ce n’était pas non plus un reproche que je faisais à ces personnes c’était uniquement pour les désigner en allant vite . Il est vrai que j’aurais dû donner les noms …ça aurait été plus sympa .
          Je ne trouve jamais que les contradicteurs dérangent ! Au contraire, ils permettent souvent de préciser ou d’affiner une pensée.

        • 17 Janvier 2014 à 18h54

          Parseval dit

          Des contradicteurs polis (ou insolents avec drôlerie) et honnêtes c’est quand même mieux. On a l’impression d’avoir le camp idéologique diamétralement opposé à bibikravi…

        • 17 Janvier 2014 à 18h55

          Fiorino dit

          Mais complice de quoi parseval ?

        • 17 Janvier 2014 à 18h58

          Parseval dit

          Et bien de bibi ! C’est pour ça que je les noue dans le même nœud de vipères.

        • 17 Janvier 2014 à 19h27

          Guenièvre dit

          Suis pas d’accord sur cette opposition et sur la “malhonnêteté supposée ” des deux camps. On a d’un côté une position claire sur ce qu’est l’antisémitisme ou sur le conflit du M.A ( que l’on peut partager ou non ) , de l’autre justement cette mise à plat de toutes les tragédies de l’histoire qui joue sur l’émotion et la compétition victimaire.

        • 17 Janvier 2014 à 19h34

          eclair dit

          de quelqu’un qui donne une specificité donc hiérachise très drôle.

    • 17 Janvier 2014 à 18h10

      Saul dit

      ah oui y’a du lourd ici.
      j’ai renoncé à lire au dela de cette page, car quand on lit que les Palestiniens sont victimes d’un massacre continu, un génocide quoi (il faut alors saluer leur incroyable natalité qui, malgré cela voit une évolution démographique constante.
      et puis des perles comme “L’antisémitisme c’est la haine des sémites c’est à dire des juifs et des arabes mais depuis un siècle on a décidé que le mot antisémitisme ne se rapporte qu’aux juifs.”

      Sauf que le mot antisémitisme a été inventé fin 19ème siècle par les premiers antisémites justement qui ont voulu se démarquer ainsi de la judéophobie chrétienne traditionnelle basée uniquement sur la différence religieuse. “Antisémitisme” se voulait à caractère “racial”.
      Et donc ce terrme a avant tout une définition historique. 
      Mais si même la définition de ce terme donné par les inventeurs ne suffit pas…

      Mais bienvenue à Fleurdeselle, je sens là une championne… 

    • 17 Janvier 2014 à 18h10

      Bibi dit

      Pas très drôle cette loge du Lobby de la Main d’Or. On s’amuse bien mieux dans ma loge du LoBibi.