Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

France, ton impôt fout le camp !

La révolte fiscale – qui n’est pas l’apanage des seuls riches – traduit la crise du contrat social

Publié le 16 janvier 2013 à 11:30 dans Économie Politique

Mots-clés : , , ,

depardieu lenglet impot

« Il ne faut pas se moquer des riches, on ne sait jamais ce qu’on peut devenir. » À en juger par le psychodrame national déclenché par les tribulations belgo-russes de Gérard Depardieu, les Français n’ont pas suffisamment médité cet aphorisme que l’on doit, selon l’ami André Sénik, à un lointain cousin de Cyrano, le commissaire San-Antonio. Encore qu’à y regarder de près, la France ne se moque pas des riches : elle les déteste, les méprise, les jalouse ou les admire – et parfois tout cela à la fois. Une chose est sûre : avec l’argent, on ne rigole pas. D’ailleurs, on n’en parle pas, en tout cas pas du sien. Ça ne se fait pas. Sur la question, nous sommes aussi puritains que les Américains sur le sexe. Hypocrites et obsédés. C’est peut-être le principal échec de Nicolas Sarkozy : il s’était mis en tête de réconcilier les Français avec l’argent. Il semble qu’il ait raté son coup.

A-t-on eu droit, comme le proclament tous ceux à qui on ne la fait pas, à l’une de ces fausses polémiques destinées à divertir le bon peuple pour lui faire oublier la dureté des temps et éviter de lui parler des vrais problèmes ? À traîner dans les bistrots (y compris dans ces cafés du Commerce que sont les talk-shows de radio et de télévision), on a plutôt l’impression que la querelle passionne l’opinion. Depardieu est-il un salaud ou une victime ? Un déserteur ou un homme en état de légitime défense fiscale ?  Sur ces questions, nous avons tous notre petite idée, et même plusieurs qui coexistent ou se succèdent – il doit être permis d’être partagé ou hésitant.

Schématiquement, on peut distinguer deux positions. Les uns, agacés par cette « chasse aux riches » − dans laquelle l’aspiration égalitaire est souvent le masque de l’envie et l’appel à la solidarité le visage aimable de la détestation de tout ce qui dépasse − redoutent qu’une fiscalité confiscatoire finisse par décourager toute initiative et bouter les talents hors de France. Les autres, rappelant que nombre des candidats à l’expatriation fiscale ont bénéficié des largesses étatiques, affirment que c’est une question de common decency, qu’on ne quitte pas le navire par gros temps et que les privilèges confèrent des obligations. En vérité, tous ont un peu raison, ce qui signifie que tous ont un peu tort1.

Quoi qu’il en soit, à réduire le débat à un affrontement entre droite et gauche, riches et pauvres, possédants et prolétaires, ou même entre gagnants de la mondialisation qui peuvent s’offrir le luxe de l’exil fiscal et perdants scotchés à un territoire et, par la même occasion, aux bienfaits dispensés par l’État, on risque de passer à côté de l’essentiel. Si l’on en croit les sondages, l’opinion est bien plus partagée que ce qu’on aurait pu penser (et que les médias qui communient aujourd’hui dans l’indignation « anti-riches », comme ils le faisaient hier dans l’admiration benête) et de façon plus aléatoire : on peut appartenir aux couches les moins favorisées et trouver que « Gégé » et les autres ont bien raison. Du reste, la fuite devant l’impôt n’est pas l’apanage des plus riches et des saute-frontières : pour ne citer qu’un exemple, l’artisan qui travaille au noir peut être considéré comme un évadé fiscal de l’intérieur.

Les clivages classiques, même s’ils recèlent une part de vérité, ne suffisent donc pas à comprendre ce qui se joue en profondeur : une véritable crise de l’identité collective française. En effet, comme l’observe François Lenglet dans le passionnant entretien qu’il nous a accordé, la fiscalité ne saurait être réduite à un domaine technique dans lequel la pertinence d’une mesure s’apprécie à la seule aune de son efficacité économique. Certes, nous avons tous appris à l’école que le bon impôt est celui qui rapporte – et l’idée d’un impôt purement symbolique, voire éventuellement punitif, ne laisse pas d’être déplaisante. De ce point de vue, la naissance de la fameuse taxe à 75 %, sortie du chapeau du candidat François Hollande en fin de campagne pour enrayer la progression de Jean-Luc Mélenchon, témoigne d’un cynisme fiscal de fort mauvais aloi. Reste que la fiscalité est en quelque sorte la feuille de route de la nation. L’impôt n’est pas seulement le moyen de financer des hôpitaux ou des écoles, il est aussi l’instrument de la redistribution, c’est-à-dire la matérialisation du contrat social qui définit les droits et les devoirs de chacun.

Seulement, ce contrat social, à la différence du contrat tout court, n’est pas uniquement une affaire de rapports de force et d’intérêts bien compris, de chiffres et de clauses. Il se nourrit aussi, et même surtout, d’affects, de culture, d’histoire, de langue, bref de tout ce qui fait qu’un entrepreneur strasbourgeois contribue plus volontiers à l’éducation d’un jeune Marseillais plutôt qu’à celle d’un habitant de Kiel.

En d’autres termes, il en va de l’impôt comme du contrat social : ils n’existent pas sans coercition, et pas non plus sans consentement.

C’est ainsi, en tout être humain, y compris celui qui n’a pas de mots assez durs pour fustiger la « sécession des riches », l’égoïsme le dispute à la générosité. Si on ajoute que la plupart des gens font passer l’intérêt de leurs enfants avant celui de leurs concitoyens inconnus, on comprend que toute politique fiscale repose partiellement sur la coercition. Dans un livre paru il y a deux ans, Peter Sloterdijk en appelait à une reformulation de l’impôt dans les termes du don. Ce projet aux accents utopiques est peut-être moins séduisant qu’il n’y paraît. En effet, contrairement à la charité, la solidarité nationale repose sur la possibilité d’une distance minimale entre concitoyens. Ou alors, un pays fonctionnerait comme une grande famille : on imagine difficilement pire cauchemar.

Nombre de raisons « objectives » expliquent que le consentement des plus favorisés semble aujourd’hui faiblir – encore qu’on ne sache pas dans quelle mesure, car on devrait peut-être s’intéresser aussi à tous ceux qui pourraient partir et ont choisi de rester. La première est tout simplement qu’ils ont la possibilité de le faire, grâce à l’effacement des frontières et, plus généralement, aux mécanismes européens mis en place ou approuvés par ceux qui, abhorrant les effets dont ils chérissent les causes, s’indignent aujourd’hui que certains en profitent. Il est pour le moins absurde de montrer du doigt ceux qui franchissent une frontière pour des raisons fiscales après avoir braillé sur tous les tons que rien n’était plus merveilleux que l’Europe sans frontières, prélude au monde du même nom.

Mais si l’entrepreneur strasbourgeois rechigne à payer pour le jeune Marseillais, c’est aussi parce qu’il ne croit pas, ou plus, que chacun contribue à proportion de ses facultés et reçoit à hauteur de ses besoins, ce qui est la définition même de la justice sociale. Ce sont toujours les mêmes qui bossent, grogne l’un. J’étais foutu à la naissance, rétorque l’autre. Alors on peut s’agacer de la propension française à lorgner sur l’assiette (ou la voiture, ou la maison) de son voisin, dénoncer les excès de l’égalitarisme. Force est d’admettre que cet égalitarisme, s’il  s’enracine dans notre passé révolutionnaire, a bien quelque chose à voir avec le recul de ce qu’on appelle l’« égalité des chances ». Quand la réussite n’est plus la récompense du mérite mais un privilège, les parents ne peuvent plus se dire que s’ils en bavent, ça ira mieux pour leurs enfants; et le jeune Marseillais a quelques raisons de penser qu’il vit dans une société injuste. Dans cette perspective, ce ne sont pas les inégalités en tant que telles qui posent problème, mais le blocage de l’ascenseur social qui fige les hiérarchies économiques et sociales de départ, privant le fils de pauvre de tout espoir d’accéder au sommet. À moins de gagner au Loto, seule façon de réconcilier richesse et démocratie. On conviendra que la France mérite des rêves plus exaltants.

Cet article en accès libre est issu de Causeur magazine n°54 de décembre 2012. Pour lire tous les articles de ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne : 6,50 € le numéro / 12,90 €  pour ce numéro + les 2 suivants.

*Montage: Tjebbe van Tijen / Imaginary Museum Projects.

  1. Penchant plutôt, pour ma part, pour la première position, je n’en juge pas moins légitimes certains arguments employés par certains détracteurs de Depardieu – dont Philippe Torreton, qui s’est illustré par sa vindicte bête, ne fait pas partie.
Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

17

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 11 Février 2013 à 18h48

    Eddie Constantine dit

    “À traîner dans les bistrots (y compris dans ces cafés du Commerce que sont les talk-shows de radio et de télévision)”: j’adore cette phrase, Elisabeth. Votre article est excellent. J’apprécie particulièrement aussi le paragraphe sur l’Europe sans frontières (mais avec des paradis fiscaux intra muros) avec la libre circulation des biens, des services et des personnes… Pour avoir forcé la manœuvre en mettant la charrue avant les bœufs, décidé l’€uro sans régler les problèmes majeurs de l’harmonisation générale de tous les systèmes (fiscaux et sociaux majoritairement etc.), en se disant de la manière la plus stupide qui soit : « l’intendance suivra », pour cela la catastrophe est en route, irrémédiable, incontournable. Toutefois vous oubliez un pan de la problématique que vous abordez, le chapitre sur l’utilisation de l’argent public: social clientélisme, gaspillages, inefficacité, prébendes, situations financières indues pour certaines catégories de nos « élites » auto proclamées (qu’est devenue la valeur de l’exemple ?) etc. font du consentement à l’impôt désormais un rêve illusoire. Quand de plus il s’agit de payer les intérêts d’une dette d’Etat qui ne cesse de gonfler au bénéfice des marchés financiers, alors que pendant le même temps le nombre de chômeurs et de pauvres ne cesse d’augmenter, que les restos du cœur sont débordés, la question de la légitimité de l’impôt finit par se poser, de façon objective me semble-t-il.  

  • 28 Janvier 2013 à 17h28

    Lama1998 dit

    Souhaitez-vous que la Wallonie soit rattachée à la France ainsi que Bruxelles, pour des raisons historiques et/ou fiscales ? Venez fait le débat ici http://bougerlafrance.kazeo.com/

  • 26 Janvier 2013 à 2h40

    ALMFBTYPP dit

    lapallissade surement mais l’argent est tellement là où le gouvernement ne veut pas aller le cueillir ( batiment , textile , sociétés qui se mettent en faillite sans payer d’IS en rennaissant ensuite sou en autre nom ) car peur de froisser secteurs liés à des pays amis ( chine , maghreb, pakistan avec main d’oeuvre non déclarée, travail dissimulé ) qu’effectivement ta pas envie de voir augmenter tes impôts car c toujours toi , pauv con qui raque pendant que les régles du jeu ne sont pas respectées d’où aigreur , frustation et faillites des entreprises aux normes.
    torreton pov con, bobo et acteur à la noix

  • 24 Janvier 2013 à 17h51

    Lama1998 dit

    Un exemple de plus du délabrement de notre pays que ce soit sur le plan économique, culturel et social. N’hésitez pas à en visiter mon blog qui en parle http://bougerlafrance.kazeo.com/

  • 18 Janvier 2013 à 10h47

    a2lbd dit

    Ça m’escagasse un peu de l’avouer vu que je ne goute guère le parti-pris anti-européen d’EL mais force est de constater que cet édito est assez bien vu.

    bravo.

    • 11 Février 2013 à 18h52

      Eddie Constantine dit

      a2lbd dit

      Vous ne mettrez plus longtemps à comprendre que cette Europe est une tragique mascarade…En tout cas c’est ce que je vous souhaite, au moins vous ne serez plus une victime consentante. 

  • 16 Janvier 2013 à 18h17

    nico dit

    Sur la haine jalouse des Torreton et autres artistes de poche :
    http://les-minuscules.blogspot.fr/2012/12/patriotisme-geometrie-variable.html

  • 16 Janvier 2013 à 16h02

    vt35 dit

    Encore un bel article. Bravo madame Lévy.
    L’intuition à la fin de votre papier est frappante. Dans un pays à “statuts”, à privilèges, à utopies quasi religieuses, hostile aux jeunes et conservateur en profondeur, tous caractères qui s’opposent au bonheur d’entreprendre et de s’accomplir par le succès, dans un tel pays, la passion de l’égalité, l’envie sont une réaction au fond normale.
    Par contre les mots “contrat social”, “redistribution”, “justice sociale”, veulent-ils dire quelque chose ? Ne sont-ils pas de ces boîtes à double fond où on met et on retire ce qu’on veut sans que nul n’y voit rien ?

  • 16 Janvier 2013 à 15h26

    Boomer dit

    L’Europe des européistes c’était bien la libre circulation des biens, style délocalisation de Renault en Espagne. Ou alors la libre circulation des personnes, style migration des ghettos roumains au logement précaire sous les autoroutes franciliens et retour à la case départ sous forme d’expulsion “volontaire” avec un viatique de 200€.
    Mais l’objectif ultime des euro-libertariens c’est bien une Europe de la libre circulation des personnes AVEC leurs biens. Mais chut!  Si l’Europe ne dit pas toujours ce qu’elle fait, elle fait surtout ce qu’elle ne dit pas.  
    C’est comme l’enc….. des tortues, c’est très lent mais c’est très long…  

  • 16 Janvier 2013 à 14h56

    panpan2017 dit

    Pas trop souvent d’accord avec Madame Levy mais la je le suis globalement.
    Je ne pense pas que les français ”n’aiment pas les riches”. Au fond ils étaient très contents avec la royauté et si ils avaient a choisir, il s’en accommoderaient sans doute mieux que de l’espèce de pale imitation de noblesse d’argent qui lui a succède. Ce qu’ils n’aiment pas, c’est d’une part l’argent qui semble “mal acquis” (l’interprétation étant ici très large), mais l’on rejoint la reconnaissance de “l’effort” d’EL, d’autre part l’arrogance de ceux qui sont bien nantis envers ceux qui le sont moins.

    Apres cela, il y a le dramatique manque d’éducation de base sur le principe même ”impôt/redistribution/pot commun”. Je ne sais a quel moment on inculque aux enfants que “l’Etat peut payer” en oubliant de leur préciser que l’Etat c’est eux et leurs voisins, mais c’est vraiment grave. Sans cette compréhension il est tellement facile de tomber dans le confort de l’assistanat paye par l’Etat aux moyens manifestement infinis. Si on pouvait régler au moins en partie ce problème d’éducation, cela simplifierait sans doute les choses.

    • 16 Janvier 2013 à 15h22

      lisa dit

      C’est vrai, c’est comme cela que l’on entend des remarques du style “la santé c’est gratuit en France”, ou “je me mets au chômage puisque j’ai côtisé” etc…

  • 16 Janvier 2013 à 12h02

    Olyvier dit

    Le sentiment d’une préférence étrangère dans l’attribution des bénéfices de la redistribution, sentiment que l’on résume “certains ont droit à tout, d’autres à rien” fait le lit de l’antifiscalisme et du refus de cotiser.
    Ce n’est pas Copé qui devrait entendre l’opinion frontiste, mais la gauche qui a le plus à perdre dans cette affaire. 

    • 16 Janvier 2013 à 15h24

      lisa dit

      Sentiment, comme dans sentiment d’insécurité ?

      • 16 Janvier 2013 à 16h41

        Olyvier dit

        J’ai exactement pensé à cette expression. Il n’est pas sûr en revanche que je l’aie écrit avec la même hauteur patricienne que ceux qui l’ont inventée.

      • 16 Janvier 2013 à 17h31

        lisa dit

        c’est joli hauteur patricienne…

      • 16 Janvier 2013 à 17h34

        Olyvier dit

        Mais parfois “le sentiment” d’une hauteur patricienne peut se révéler pénible… ;-)

      • 16 Janvier 2013 à 17h38

        lisa dit

        Là ce sont les socialistes qui doivent être le plus être incommodés !