Humour macabre et pessimisme chic | Causeur

Humour macabre et pessimisme chic

Les carnets de Roland Jaccard

Auteur

Roland Jaccard

Roland Jaccard
Psychologue, écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste et éditeur suisse.

Publié le 29 janvier 2017 / Culture

Mots-clés : , , , , , ,

Les carnets de Roland Jaccard Clément Rosset Beigbeder Romain Debluë

1. Un portrait de Schopenhauer

Une anecdote sur Cioran que j’ignorais : dans la chambre de l’hôtel parisien où il écrivait son Précis de décomposition (dans les années 1940), Cioran avait accroché un portrait de Schopenhauer. « C’est la photo de monsieur votre père ? » lui avait demandé un jour la femme de chambre… Elle avait visé juste.

Clément Rosset, lui aussi, a découvert Schopenhauer à l’âge de quatorze ans, alors qu’il était en plein désespoir amoureux. La lecture de l’oncle Arthur a rendu ses déboires insignifiants. Après l’avoir lu, tout devenait au choix dérisoire ou absurde. L’ami Clément reproche à Cioran d’avoir rendu le pessimisme chic. Je me suis toujours senti en accord avec ce pessimisme chic – qui va de pair avec le refus de la vie –, alors que Clément, lorgnant du côté de Nietzsche, succombe à une joie de vivre qui procède d’une acceptation totale du réel, aussi absurde et tragique soit-il. Question de tempérament sans doute et de sensibilité à la musique et à l’alcool, deux baumes divins pour Rosset.

2. Le thé vert de Beigbeder

Rien ne ressemble moins au roman de Romain Debluë Les Solitudes profondes, qui s’inscrit dans la ligne d’un Bernanos qui écrivait « On ne comprendra absolument rien à la civilisation moderne, si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure », que les vagabondages tantôt cyniques, tantôt amers, d’Arnaud Le Guern avec Frédéric Beigbeder, l’incorrigible. D’un côté, un jeune

[...]

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Janvier 2017 à 16h11

      QUIDAM II dit

      Il y a également l’humour sinistre, mais irrésistible, de Houellebecq dont tous les personnages sont calamiteux à un degré hautement désopilant.

    • 30 Janvier 2017 à 4h42

      Platon dit

        En juin dernier , Roland Jaccard nous avait promis de nous parler du diable , en l ‘occurrence  de Tony Duvert , il n ‘en a encore rien fait. .

    • 29 Janvier 2017 à 11h47

      Habemousse dit

      « …traquer les faux-semblants de ce que nous croyons être notre culture et qui n’est qu’une gigantesque manipulation de décervelage. »

      A quoi sert de décerveler un Hamster qui remonte inlassablement la roue installée dans sa cage ?

      Que l’approche de la mort vous rende la vie encore plus regrettable, soit, est-il besoin de placer l’homme, ce hamster, aussi haut que vous le faites ?

       Rions avec Richepin de notre sort, mais pas aux dépens d’autrui, même si sa cage est dorée.