Débat: dites bonjour à Monsieur Mélenchon! | Causeur

Débat: dites bonjour à Monsieur Mélenchon!

Le bruit, la fureur et le fracas, c’est fini

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 05 avril 2017 / Politique

Mots-clés : , ,

Jean-Luc Mélenchon lors du débat présidentiel à 11 candidats du 4 avril 2017. SIPA. AP22036293_000001

Un regret d’abord. Pourquoi mesdames Ferrari et Elkrief se comportaient parfois comme des candidates ? Je veux bien croire qu’un débat à onze n’est pas aisé à arbitrer. Mais justement pourquoi se permettaient-elles de donner leur avis par questions voire affirmations interposées ? Puisque des débats télévisés d’avant premier tour sont aujourd’hui un acquis, que les animateurs restent animateurs et se cantonnent au rôle de faire respecter les temps de parole et d’éviter les hors-sujets. Ce ne sont pas les journalistes qui ont passé des mois à trouver les cinq-cents parrainages et les téléspectateurs se fichent pas mal de leur avis.

Une satisfaction, ensuite. Je m’étais refusé à regarder le débat à cinq protagonistes, et donc à le commenter. Il faut remercier les deux chaînes d’information continue d’avoir organisé ce débat qui n’excluait aucun candidat, et qui permettait à chacun de pouvoir interpeller ses concurrents.

Deux candidats comptaient beaucoup sur ce débat où ils pouvaient laisser leurs derniers espoirs. François Fillon et Benoît Hamon avaient justement forgé leurs victoires respectives aux primaires lors des débats télévisés. A ce jeu-là, c’est sans doute Benoît Hamon qui s’en est le mieux tiré des deux, faisant preuve d’une combativité inhabituelle, notamment vis-à-vis de de Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. François Fillon a démarré le débat sur un ton larmoyant et il a ensuite fait preuve de nervosité et parfois de mépris par rapport à certains contradicteurs. Son attitude par rapport à Nicolas Dupont-Aignan, notamment, pourrait bien lui causer du tort dans l’éventualité où il se qualifierait pour le second tour.

Emmanuel Macron a joué en défense, un peu comme Alain Juppé lors des débats de la primaire de droite. La position de favori n’est pas la plus facile qui soit, mais cette tactique n’avait pas réussi au maire de Bordeaux. Macron compte davantage sur l’émission de jeudi soir sur France 2. Marine Le Pen a semblé sur la réserve elle aussi, se positionnant d’ores et déjà en candidate de deuxième tour. Sa conclusion était plutôt réussie, à cet égard. Jean Lassalle et Jacques Cheminade ont fait le spectacle, à l’instar de Jean-Luc Bennahmias lors de la primaire socialiste.


Jacques Cheminade : “Vous êtes des grandes… par CNEWS

Leur authenticité a apporté des couleurs à l’émission. François Asselineau fut fidèle à lui-même. Il a cité beaucoup d’articles de textes divers, se montrant un élève appliqué, et a parfois lancé des flèches acides à certains de ses adversaires, en particulier ceux qu’il considère comme de faux eurosceptiques.


François Asselineau tacle Emmanuel Macron… par CNEWS

Il est difficile de séparer Nathalie Arthaud et Philippe Poutou tant leurs interventions étaient similaires, bien que provenant de partis historiquement séparés. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n’ont guère surpris ni par leurs tons respectifs ni par leurs prises de positions. Nicolas Dupont-Aignan a marqué quelques points, notamment en début de débat où il a donné l’impression de prendre la place d’opposant numéro un à Emmanuel Macron, laissant Marine Le Pen et François Fillon spectateurs. C’est finalement Jean-Luc Mélenchon qui a sans doute le mieux tiré son épingle du jeu. Serein et pédagogue, il semblait sur la lancée de ses meetings du Havre et de Châteauroux. Qu’on se le dise, le bruit, le fracas, la fureur, c’est bien fini. Mélenchon veut incarner la sagesse. Il n’est pas interdit de penser que cette attitude lui réussisse et que le débat d’hier soir entretienne sa dynamique actuelle.


Le Grand Débat : la conclusion de Jean-Luc… par CNEWS

Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Avril 2017 à 0h45

      Livio del Quenale dit

      Rhéteur, posticheur, amuseur,cabot, enfin, un saltimbanque.
      Ce n’est pas un reproche, il sait son texte, qui est bien écrit,
      mais je me demande ce qu’il fait là, il s’amuse et j’ai bien l’impression qu’il ne veut pas de la place. Il flirte sans vouloir conclure.D’aucuns dirait : “il allume”. 

    • 6 Avril 2017 à 0h01

      Martini Henry dit

      Il soutient pas Macron Madelin? Avec des soutiens pareils, il est au chaud! :)
      Il a pas l’air très effarouché par Philippot, l’ancien d’occident… Retour aux sources? :)

    • 5 Avril 2017 à 23h37

      ronchon56 dit

      L’OURS s’interroge sur les costumes de M. MELANCHON, fort seyants au demeurant..
      ce sont des costumes de charpentiers, taillès dans du weep-cord…et sur mesure par un maître tailleur du quartier latin….à l’intention des hommes de goût….affichant leur “gauchitude” néanmoins élégante, coupe “près du peuple” mais avec plus de distinction que le bleu de travail…
      Chics et un peu moins chers que ceux de l’ami sarthois..

      • 6 Avril 2017 à 9h02

        L'Ours dit

        Ce n’est pas lui que je critique en la matière, mais bien ceux qui ne remarquent pas ce “signe”. Pour moi ça en dit long sur leur déconnexion.

    • 5 Avril 2017 à 23h00

      Robinson dit

      Dans cette campagne, JLM prend volontiers une posture de doyen, qui a fini par comprendre le gentil peuple et la méchante réalité (dans son cœur, il est toujours Melenchavez).

    • 5 Avril 2017 à 19h38

      modramalina dit

      Pourquoi Desgargouilles ne nous recopie-t-il pas “Le sous-préfet aux champs”! Quitte à être au ras des pâquerettes…
      Le bonheur est dans le pré, les ânes de Causeur lui courent après!

      • 6 Avril 2017 à 7h49

        Hannibal-lecteur dit

        Et il y a une ânesse qui court après chaque âne de Causeur pour tenter de le dézinguer en bavant dessus tant qu’elle peut. Une passion contrariée, semble-t-il. D’où cette attitude contradictoire : pourquoi ne pas fréquenter d’autres ânes si ceux de Causeur sont si mauvais ?
        Il est vrai qu’alors la pub qu’elle fait sur Causeur, merci Causeur, en tant que pute à QuelBorné , pub gratuite, merci encore Causeur, ne serait plus possible … 

    • 5 Avril 2017 à 17h23

      L'Ours dit

      Les journalistes et analystes politiques des médias, toujours prêts à mettre le doigt sur le moindre détail qui pourrait alimenter une chronique, surtout si c’est pour montrer qu’ils sont du côté du peuple, n’ont jamais fait de remarque sur le costume avec lequel Mélenchon a fait ses meetings.
      Il se trouve – et je pense que c’est volontaire – qu’il ressemble à un bleu de travail. Sans doute cette classe qui donne des leçons à longueur de journée n’en n’ont jamais vu. Ils pouvaient pas savoir.

    • 5 Avril 2017 à 17h14

      Justin Derniez dit

      Dommage qu’en terme économique, ni les candidats de droite, ni les journalistes n’osent relever l’aberration des programmes de l’extrême gauche ! Que l’on respecte les opinions de chacun, c’est démocratique, mais il y a une inquiétante acceptation de ce qui pourrait mener la France au chaos et à la ruine. Hamon, Mélenchon, Arthaud, Poutou, pour ne citer que ceux-là, prônent en gros l’interdiction des licenciements, le quasi doublement du SMIC, les 32 heures hebdomadaires, l’abandon des frontières, le contrôle sur les entreprises, les nationalisations massives, la suppression de la dette, etc. Les conséquences: une fuite immédiate des capitaux, une délocalisation des entreprises, une hausse des exilés fiscaux et un coup d’arrêt sur les investissements ! Si l’économie n’est pas une science exacte, certaines lois économiques sont malheureusement indiscutables. Lorsqu’il n’y a plus d’argent dans les caisses, on ne va pas le cueillir dans les champs, les gouvernements grecs ou vénézuéliens en savent quelque chose !

      • 6 Avril 2017 à 7h58

        Hannibal-lecteur dit

        Vous avez raison, mais le vrai problème c’est qu’il existe apparemment des électeurs qui croient à la vertu de ces fables. Et tant qu’ils n’en auront pas vu par eux-mêmes l’inanité aucun journaliste ne parviendra à les convaincre : ils ne raisonnent pas, ils font foi et font confiance à ceux qu’ils croient ” de leur bord “. 
        Ce sont eux les véritables arnaqueurs car ils sont, eux, assez intelligents et conscients des réalités pour ne pas croire à leurs propres fables. Mais …ce sont elles qui les font vivre et à qui ils doivent leur notoriété… 

    • 5 Avril 2017 à 16h16

      Pyrrhon dit

      Je n’attendais pas grand chose de ce débat, mais j’ai apprécié le boulot des deux journalistes modératrices. Mon estime pour les “petits” est restée au niveau zéro, surtout pour le plus acide. Fillon a fait….du Fillon, et Macron….du Fillon. Hamon a été à la hauteur, Mélenchon….j’ai du rater ses interventions. Je pense que le débat profitera aux “grands”.

    • 5 Avril 2017 à 16h16

      arduenna dit

      Mélenchon a bien viré sa cuti par rapport aux élections précédentes ,il ne parle plus beaucoup de métissage ,de république islamique ,il emballe bien tout dans un discours lénifiant , sa nouvelle compagne lui a certainement donné des cours de comédie !

    • 5 Avril 2017 à 16h14

      saintex dit

      5 Avril 2017 à 10h14 Warboi dit, J’attendais un tous contre Macron, ce fut haro sur le roi des affaires.
      Quelle idée ! Tant qu’à attendre le résultat des primaires pour sortir des affaires, autant aller au bout de la démarche. Et puis, ils ont peut-être d’autres résultats de sondages que nous.

    • 5 Avril 2017 à 16h13

      L'Ours dit

      Et le César est attribué à…

      • 5 Avril 2017 à 16h17

        saintex dit

        Il faut rendre le César à César et le Sheba à Sheba.

        • 5 Avril 2017 à 17h13

          L'Ours dit

          C’est vrai que j’en donne parfois à Salsa et patapouf, mes chiens.

        • 5 Avril 2017 à 20h06

          saintex dit

          )))))))) J’aime beaucoup les noms de vos clebs !

    • 5 Avril 2017 à 13h59

      Martini Henry dit

      Je remets ici cette vidéo de démontage de la stratégie marketing de Macron parce qu’elle a été supprimée par LCI. À titre de lutte contre la censure, donc… :)
      https://www.youtube.com/watch?v=HIogFMKwQUA

      • 5 Avril 2017 à 14h55

        C. Canse dit

        Merci pour ce lien où on dit ce que nous, ici, disons depuis longtemps.

      • 5 Avril 2017 à 16h37

        i-diogene dit

        … La jalousie des médiocres qui n’ ont jamais rien entrepris d’ autre que la causette et la critique:

        - ” Celui qui entreprend un projet d’ envergure, aura pour ennemis:

        - ceux qui sont contre ce projet,
        - ceux qui auraient voulu l’ entreprendre à sa place,
        -.. Et toute la ribambelle de ceux qui n’ entreprennent jamais rien..!”… (Confucius).

        Ceci explique ceux-là..!^^

        • 6 Avril 2017 à 8h08

          Hannibal-lecteur dit

          L’i-dio, on comprend bien que vous donnez là la motivation de toutes les critiques que vous déversez sur Causeur.
          Curieux que vous ayiez si peu d’estime pour vous-même. Autant que je vous en accorde, voyez le peu!

      • 5 Avril 2017 à 19h53

        Lector dit

        excellent ! La vacuité du marketing people et des promesses hollandaises, couplée aux mimiques corporelles sarkozystes (déjà repérées hier). Ils oublient, en plus de la “mesure phare jmlepeniste”, les éléments de langage et/ou la stratégie “ni droite ni gauche” insufflée par Philippot… Mimétisme gamellard quand tu tiens ton pantin… Par là la mauvaise soupe !

      • 5 Avril 2017 à 19h56

        Lector dit

        excellent ! La vacuité du marketing people et des promesses hollandaises, couplée aux mimiques corporelles sarkozystes (déjà repérées hier).

        • 5 Avril 2017 à 19h57

          Lector dit

          Ils oublient, en plus de la “mesure phare jmlepeniste”, les éléments de langage et/ou la stratégie “ni droite ni gauche” insufflée par Philippot.

        • 5 Avril 2017 à 19h59

          Lector dit

          rhâââ la suite ne passe pas ! Encore le cabinet-bot-noir !

    • 5 Avril 2017 à 13h57

      ANOB dit

      Les 2 journalistes que j’ai appréciés lors d’un débat sont Mr BOULOT et Mme COUDRAY, sobres,corrects, laissant l’invité parler sans lui couper la parole, donc le temps imparti a été respecté. Trop de journalistes transforment des émissions , en principe sérieuses en spectacle …et se prennent pour des procureurs.
      Inutile de préciser que je n’ai pas apprécié les animatrices du débat d’hier au soir et certains débordements qu’elles n’ont pas repris .
      Mon choix de candidat étant fait, je ne suivrai certainement pas de prochain débat animé par Mr PUJADAS.

    • 5 Avril 2017 à 13h55

      expz dit

      J’ai apprécié la réplique d’Asselineau sur Macron “vous êtes toujours d’accord avec tout le monde” : en effet c’est le digne héritier d’un Hollande incapable de décider , de trancher (au point qu’il nomma Valls pour le faire à sa place).
      Joyeuses perspectives si Macron est élu…

      • 5 Avril 2017 à 15h17

        Warboi dit

        Pour Macron un débat ce n’est pas la guerre et s’il est d’accord il le dit, conforme à sa ligne habituelle de “bienveillance” et de renouvellement du logiciel politique. Dans ses meetings il interdit au public de siffler ses “adversaires”, mot qu’il réprouve d’ailleurs…
        Du chinois pour vous -;)
        Mais vous verrez s’il ne tranchera pas. Son programme sera appliqué à la virgule et ça nous changera agréablement des grandes gueules incapables.

        • 5 Avril 2017 à 15h29

          durru dit

          Vu qu’il n’y a aucun chiffrage précis, ça serait pas difficile. Dommage pour lui qu’il n’aura pas l’occasion de le prouver :)

        • 5 Avril 2017 à 15h51

          lisa dit

          Bienveillance ça fait très catho ça, d’ailleurs EM s’est fait baptiser à l’adolescence.

        • 5 Avril 2017 à 16h05

          saintex dit

          24 Juin 2014 à 0h58 nadia.com dit Et comment ! Plus que jamais. Mettons la brutalité hors la loi, vivent le persiflage et la dérison, les seules armes de destruction massive.
          Comme l’a écrit Boris Vian, “Elles se rendent pas compte”.
          Mais nadiagnu, s’il y a quelqu’un qui a des problèmes à reconnaître la vérité chez celui qui n’est pas d’accord, c’est bien vous.
          Il y a ici un problème. La soutien à Chéri se borne à dézinguer Fillon sur une chose non jugée et à citer un hypothétique programme sur ses seuls virgules. Et les quelques intervenants qui jouent ce jeu ont généralement un potentiel d’objectivité égal à celui d’autres parlant des Arabes. Si on réduit Chéri à ses soutiens obtus, on a le même résultat qu’en réduisant Le Pen à ses partisans racistes.
          Ce serait bien de commencer par être exemplaire lorsqu’on cuisine ce mot à toutes les sauces.

        • 6 Avril 2017 à 5h48

          Lector dit

          un mot qu’il réprouve, en bref comme les lâches qui voudraient plaire à tous… quelle drôle d’idée ! Heureusement qu’il ne sera pas élu, parce que l’application de ce programme à la lettre serait une belle saloperie. Mais bon, il y en a tjrs pour s’accommoder des slogans frontistes pourvu que ce ne soit pas le FN qui les tiennent… cherchez l’erreur…

        • 6 Avril 2017 à 8h48

          Hannibal-lecteur dit

          Bravo, Lector, votre description de Macron et de son apôtre Wargirl est d’une pertinence parfaite. Sa Pentecôte, à Wargirl, j’aurais aimé voir ça, les petites flammes du Macron-saint qui vous donnent la science à aller répandre parmi les nations…
          En fait, Wargirl qui s’est toujours senti mal à l’aise entre gauche et droite, défense de la vertu ou efficacité, trouve dans Macron le parangon du consensus universel, l’amour de tous, synonyme d’impuissance à gouverner, mais ça il refuse de l’envisager, il le nie. On ne croit que ce qu’on a envie de croire…