Débat Fillon/Juppé: misère du journalisme politique | Causeur

Débat Fillon/Juppé: misère du journalisme politique

Mutez-les tous au service des sports!

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier. Prochain roman à paraître : janvier 2017, aux Editions du Rocher.

Publié le 25 novembre 2016 / Politique

Mots-clés : , ,

Si le débat entre les deux finalistes fut si soporifique, ce n'est pas seulement parce que Juppé et Fillon ont été sur la défensive. La mise en scène grotesque du duel avait de quoi ennuyer.
fillon juppe fillon debat lr

François Fillon et Alain Juppé, candidats à la primaire de la droite à Paris avant un débat télévisé, le 24 novembre 2016 © POOL/AFP Eric FEFERBERG

Depuis quelques années, notre consoeur Natacha Polony fustige le journalisme politique qui tend à ressembler au commentaire sportif. Jamais elle n’aura eu autant raison qu’à l’occasion de ce débat. Tout y était. Pour ma part, j’étais sur France 2 et j’ai eu l’impression dès le début qu’on allait assister à la finale de coupe du monde. L’arrivée des joueurs au stade. Ouf, ils n’avaient pas leur casque sur les oreilles, les supporters n’aiment pas ça. La reconnaissance de la pelouse, c’est important. Les allers-retours avec le plateau, et les consultants qui nous expliquent qu’untel a de l’avance sur l’autre au classement. Que le second doit « tout donner » pour faire son retard. On s’enquiert de la forme des joueurs. On s’interroge sur le rythme du match qui s’annonce. Viril ? Musclé ? Attentiste ? Un petit tour vers les reporters présents parmi les supporters des deux équipes. L’ambiance est là. Cela manque tout de même de drapeaux et de cornes de brume. Retour sur le plateau. Le vieux consultant FOG est là qui analyse le jeu des deux protagonistes. Si FOG est là, c’est que le match est sérieux. Du niveau d’un Brésil-Allemagne.

Mais le débat commence, et on est déçu… Presqu’aussi ennuyeux que le premier match. Les équipes sont défensives. Quelques tacles virils mais corrects. L’avant-match nous avait promis une finale de Coupe du monde, et on a droit à un Créteil-Belfort

Lisez la suite de l’article sur le blog de David Desgouilles.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Novembre 2016 à 17h30

      MGB dit

      De qui parle SRUL ? Qui c’est “la Bensaid” ? Qu’est-ce que ca vient faire ici ?

    • 25 Novembre 2016 à 20h48

      C. Canse dit

      Il est chiant le Borde-laid ! Il est chiant ! 

      Seigneur, qu’il est chiant !
       

    • 25 Novembre 2016 à 19h05

      srul dit

      la bensaid est la fille du bensaid de mai 68j’aimerais que l’on m’éclaire merci!

      • 25 Novembre 2016 à 19h07

        steed59 dit

        non son vrai nom c’est bansart, mais elle a changé en bensaïd parce que ça faisait trop pathos

    • 25 Novembre 2016 à 18h44

      gégé dit

      Très déçu par la posture agressive d’AJ. Pour lui FF n’est pas un adversaire mais 1 ennemi. Pendant cet entre-deux tours : quel silence assourdissant la part des cinq candidats éliminés au 1° tour!! Franchement, après dimanche soir, j’ai un sérieux doute quant au ralliement sincère et entier des 6 autres au futur challenger de la droite pour 2017. Dès lundi il devra se méfier des peaux de banane et autres joyeusetés glissées sous ses semelles.

      • 25 Novembre 2016 à 19h00

        munstead dit

        AU cas où on ne vous en a pas informé, AJ jouait sa dernière carte. Un peu plus d’agressivité, pas très méchante en fait (moins que “le Canada que vous connaissez bien, Alain de Fillon) s’explique parfaitement. Quant à la sincérité des Hortefeux, Dati, Ciotti, oui on peut en douter, par contre leur désir de se placer est certain.

      • 25 Novembre 2016 à 19h50

        durru dit

        “Silence assourdissant”? Comme par exemple la tribune publiée par Poisson à l’adresse de Juppé? Ou la déclaration de NKM sur sa grossesse? Effectivement.

    • 25 Novembre 2016 à 17h41

      MGB dit

      Je n’ai pas regardé ce “débat” présenté comme le sont les matches de boxe. Rien que de savoir que David BONOBO était là m’en aurait dissuadé. Tant d’argent et d’efforts dépensés pour tout ca…
      A écouter les commentaires à la radio le lendemain, je n’ai rien perdu. Encore une fois, Le très islamophile Ali JUPPE aurait dû avoir la même élégance que SARKOZY : accepter sa défaite. Mais non ! Ce monsieur s’imagine qu’il a encore un avenir politique national avec toutes ses casseroles. Les électeurs de la classe moyenne, celle qui a voté pour FILLON au premier tour de cette primaire, n’ont pas la mémoire courte. Hélas, ils ne sont pas majoritaires.
      Dimanche, JUPPE va encore se prendre une gamelle. Je le souhaite à ce pur produit de l’ENA, arrogant et prétentieux, qui n’oublie rien mais n’apprends rien.
      On aura probablement F. FILLON versus M. LE PEN en mai 2017.

    • 25 Novembre 2016 à 16h58

      Specht dit

      La seule chose qui semble intéresser les journalistes politiques, dans un débat politique, est la confrontation émotionnelle entre candidats, plutôt que le débat d’idées, jugé morne et ennuyeux. Au premier tour je me souviens que les commentateurs de BFMTV se concentraient sur les petites phrases assassines, les tactiques de placement hiérarchique et les signes de machiavélisme. Les programmes furent soigneusement écartés.

    • 25 Novembre 2016 à 16h27

      Terminator dit

      Ali Juppé n’était pas content de sa nouvelle popularité glanée chez les aliens et il l’a dit fort et clair. C’en a secoué une à Fillion sans faire bouger l’autre… Ça va nous changer d’avoir un président “digne” !

      • 25 Novembre 2016 à 17h54

        Jacques des Ecrins dit

        Attendez tout de même l’effet de la balladurisation du si digne Monsieur.

    • 25 Novembre 2016 à 16h22

      Pyrrhon dit

      J’ai pu suivre le débat de bout en bout, mais sans enthousiasme. Les interventions des journalistes, en particulier de Pujadas et d’une jeune femme dont je n’ai pas saisi le nom, étaient entièrement négatives, contre-productives. La plupart des journalistes n’aiment pas ces politiques là, leur hostilité est incontrôlée.
      Du côté des protagonistes…..mon choix étant déjà fait, il n’a pas été ébranlé. J’ai été malheureux pour Canteloup, qui s’est enlisé dans sa satire. 

    • 25 Novembre 2016 à 13h51

      Bleuet4106 dit

      Débat lénifiant, qui n’a fait que me conforter dans mon opinion.
      Juppé aurait dû avoir le panache de se retirer au soir de la primaire au lieu de prétendre continuer un combat qui n’en est pas un.
      Programme frileux, sans réelles réformes pour un pays qui en a PLUS que besoin……..
      Mais n’est pas gaullien qui veut ou est sensé se présenter tout comme. 

      • 25 Novembre 2016 à 14h18

        Sancho Pensum dit

        Oh, il ne faut pas réclamer autant de réformes. La plupart de celles qui ont été accomplies ces dernières années ont été soit improductives, soit contre-productives.
        J’en arrive à me demander, après l’expérience belge, si un pays sans décideurs ne se redresserait pas plus vite…

    • 25 Novembre 2016 à 13h30

      Sancho Pensum dit

      Si le match a été aussi “ennuyeux”, c’est parce que Je Pète et le Fion devront, dans 3 jours, quel que soit le résultat, travailler dans la même équipe.
      L’autre raison, c’est que leurs programmes, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Difficile dans ces conditions d’accuser l’adversaire de vouloir supprimer les 35 h, quand on veut soi-même faire de même…
      Allez, DD, allez donc voir aussi au service des sports si j’y suis, vous nous épargnerez vos chroniques. Et pendant que vous y êtes, emmenez-y votre consoeur Polony, elle ne vaut pas mieux que vous.

    • 25 Novembre 2016 à 13h13

      Bernard dit

      25 11 2016 // 1345

      Pour changer ou ne rien changer, que dire du dernier débat F.Fillon – A.Juppé ? Nous sommes à quelques mois de l’élection d’un des cinq membres du Conseil de Sécurité à l’ONU – lourdes responsabilités – et l’on nous parle d’une salle d’attente médicale à l’attente trop longue… On ne rêve pas ! Je pense ici à la responsabilité des trois sinistres journaleux. Affligeant, comme cela devient la norme pour cette sinistre confrérie arrogante – vulgaire, idéologue et trop souvent incompétente. Bref, que sont devenus les journalistes d’antan ? Sur le fond aucun problème posé par l’immigration et sa difficile intégration ; pour ne pas dire le refus de certains réfugiers d’accepter nos uses et coutumes quand ces dernières ne sont pas vilipendées au nom d’une idéologie d’un autre âge. Rien au sujet de l’Europe en vrille – des problèmes pour les 50 années à venir en production électrique et si peu au regard de l’école devenant communautarisme. Danger. Quel manque de courage enfin ou si peu dites des origines de la France et de son mode de vie… non négociable ! Que les nouveaux venus respectent cette France accueillante – tout simplement pour être en retour acceptés. Et selon l’adage Romain : A Rome vis comme les romains, ailleurs vis comme on y vit. Tout ira mieux ! Non ?