Danemark, l’autre pays du leave? | Causeur

Danemark, l’autre pays du leave?

Vers un référendum sur l’Europe

Auteur

Olivier Prévôt
anime le site et la revue L'Esprit de Narvik et le blog Les Carnets de Betty Poul sur Causeur.

Publié le 11 août 2016 / Monde

Mots-clés : , ,

Coincé entre une opinion publique hostile et des partenaires européens moins souples, le gouvernement danois n'aura qu'une seule issue : donner la parole au peuple.
danemark brexit europe

David Cameron rencontre son homologue danois, février 2016. Photo: Mathias Loevgreen Bojesen.

« Organiser en Grande-Bretagne un référendum sur l’Union européenne a été une erreur. » En France, un tel propos ne ferait sursauter personne. Ce fut même notre ordinaire médiatique durant les jours qui ont suivi la victoire du leave outre-Manche : des élites scandalisées, outragées, mais en aucun cas découragées (c’est à cela qu’on reconnaît l’objet passionnel) se sont relayées à la télévision et à la radio pour nous dire tout le mal qu’elles pensaient du référendum en général, et du Brexit en particulier.

“Dérapage” européiste

Au Danemark, ce propos sur « l’erreur » de David Cameron (en danois, « fejl » a aussi le sens de faute, voire de péché) scandalisa de la pire façon : on y a perçu de l’arrogance, c’est-à-dire un péché contre la démocratie. Les réseaux sociaux et une partie de la presse (parfois enthousiaste vis-à-vis du Brexit) se sont enflammés contre son auteur, Mogens Lykketoft, un hiérarque social-démocrate, ancien ministre, ancien président du Parlement, devenu, après la défaite de son parti, président de la 70e conférence des Nations unies. Pour l’opinion danoise, les honneurs obligent. Ils ne dispensent pas. On ne dénie pas impunément au peuple le droit de choisir, même en prétendant « défendre la démocratie représentative ».
Pourtant, il y a bien aussi au Danemark des gens « raisonnables » qui regrettent sobrement le résultat du référendum : la Grande-Bretagne est le cinquième partenaire économique du Danemark ; elle absorbe 7 % de ses exportations ; on évoque 13 000 emplois menacés par une sortie « sèche » du Royaume-Uni. Dans l’expression de ces inquiétudes, il n’est nulle question de grand dessein européen, de vision indépassable ou de rêve brisé, mais de business, tout simplement.

[...]

  • Brexit : l'étrange victoire

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 96 - Juillet-aout 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Brexit : l'étrange victoire
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Août 2016 à 2h49

      Livio del Quenale dit

      L’Europe ressemble à la Côte d’Azur une belle idée pour qq gens riches où la vie est très chère.
      Et les autres tirent la langue et serrent la ceinture.
      -
       Non, l’Europe n’est pas née, pas encore, on en parle, mais c’est une Europe d’argent, pas des hommes l’Europe, c’est 400 millions de gens pas riches, avec une constitution faite pour les autres : les gens riches, qui brassent beaucoup d’argent. –
      Et les autres alors ? Que les gens riches ne se fassent pas d’illusion c’est le peuple qui reprendra le pouvoir l’histoire le montre assez. Mais en attendant … on distribue qq aumônes pour calmer les mouvements sociaux, ça a marché jusque là… Mais l’oncle Sam arrive avec ses gros pieds dans nos affaires (OTAN; NAFTA ou ALENA; ALSTHOM vendu à la GE; Airbus dirigé par des pointures de la stratégie US …) Nous n’avons encore rien vu, les choses se précisent. 

    • 13 Août 2016 à 9h30

      keg dit

      C’est con, si toutes les royautés quittent l’€urope, on ne va se retrouver qu’avec des démocraties de nom et non de pratiques. Quel merdier!

      http://wp.me/p4Im0Q-1eu

    • 12 Août 2016 à 18h12

      jcm dit

      Le référendum : expression de la démocratie ou usine à gaz ?
      Curieusement, des petits sujets sont soumis très souvent au vote par référendum en Suisse sans que cela entrave la bonne marche du pouvoir éxécutif.
      les grands sujets sont ceux qui devraient en priorité être soumis à ce genre d’initiative, le Brexit en fait typiquement partie. Le vote des habitants de Crimée montrent clairement , très clairement , que la Crimée est Russe, et rien n’est plus antidémocratique que l’esprit procédurier des Européens qui se réfèrent à des accords internationaux anciens pour dénoncer la Crimée russe. Un accord international violé, le principe du choix des peuples à s’autodéterminer est violé : vive la tragédie grecque . L’Histoire montre qui s’impose à long terme , toujours : le droit des peuples, au risque des guerre quand un traité n’est pas respecté. Mais la Crimée ne veut pas de l’Ukraine, alors qui dans les conditions d’aujourd’hui est le fauteur de trouble si ce n’est l’UE et l’administration Obama ?

      Le Danemark ferait bien de sortir de l’Europe, cela ferait 2 pays au compteur et nous serions alors en droit d’espérer que les Hollandais suivent, et que tout ce petit monde dessine enfin l’apparition de 2 modèles européens, lesquels seront soyons en sûr tous les deux économiquement libéraux, mais avec des conceptions migratoires et identitaires très différentes et un fonctionnement institutionnel radicalement rénové.

      Deux Europes et deux monnaies, pourquoi pas : l’Euro allemand d’un coté,fort, et l’Euro anglais de l’autre , faible, système beaucoup plus adapté selon les experts économiques eux-mêmes.

      Pour l’heure, espérons que les élections autrichiennes connaissent un résultat inversé et qu’une enquête approfondie montre l’ampleur des fraudes qui ont profité au candidat de la démocratie européenne autoproclamée.

      • 12 Août 2016 à 19h14

        Schlemihl dit

        Mon Dieu , vous avez peut être raison , et il est possible que le Danemark fît bien de quitter l ‘ UE . Quant aux élections en Crimée , je ne sais qu’en penser . Il est clair que le pays n’ est pas historiquement ukrainien . Si on se débarrasse des populations non russes et qu’ on repeuple avec des Russes , il est plausible que la Crimée devienne russe , comme ce fut le cas de Kazan , de Kaliningrad et de la Sibérie .

        J’avoue ne pouvoir me défaire d’ une sotte sensation de méfiance devant des élections faites par des amis de M Poutine . Les élections soviétiques étaient remportées triomphalement par les amis du gouvernement , et Carélie Estonie Lettonie Lituanie Biélorussie occidentale Galicie et Moldavie se sont jointes à l’ Union des Républiques socialistes soviétiques avec un enthousiasme unanime .

    • 12 Août 2016 à 8h33

      QUIDAM II dit

      Il apparaît de plus en plus évident que si l’UE est une réussite pour les grands groupes européens mondialisés et pour une petite catégorie de citoyens privilégiés… en revanche elle est un grave échec et une très grande déception pour les citoyens ordinaires qui souffrent du chômage, de la désindustrialisation, du surendettement de leur pays, du communautarisme, de « l’insécurité culturelle », de la précarisation et du déclassement des classes moyennes, etc.
      Ces citoyens ordinaires se détournent naturellement de l’UE… et « les élites » songent à empêcher la sortie des pays de l’UE en durcissant et compliquant la procédure de sortie, montrant ainsi quelle tripe démocratique est la leur. (ironie)
      Cependant, « il me semble que le problème central aujourd’hui tient moins à l’existence d’élites qu’au fait que les prétendues élites n’en sont pas. Je veux dire que certaines personnes occupent des places en vue ou privilégiées. Mais il suffit de les écouter parler ou d’observer leur comportement pour comprendre qu’elles constituent peut-être une caste, mais certainement pas une élite ! » (Olivier Rey, philosophe et mathématicien).
      Les citoyens ordinaires ayant voté le Brexit étant, bien évidemment, des vieux, des xénophobes, des chauvins, des racistes, des sots et des pauvres. (ironie)

      • 12 Août 2016 à 18h15

        jcm dit

        L’élite économique française existe toujours , y compris chez les jeunes de moins de 30 ans, qui trouvent aujourd’hui du travail sans difficulté ….à l’étranger !
        Jeunesse assez inculte mais qui a toujours le sens du commerce , de l’effort, et la pratique obligatoire de l’informatique de haut niveau.
        L’élite politique, subit très exactement la même baisse “littéraire” et “culturelle” que la moyenne des jeunes français. On se moque des fautes d’orthographe en termina

        • 12 Août 2016 à 18h25

          jcm dit

          (suite ….) on se moque des fautes d’orthographe des élèves en terminale S mais étant donné ce qui se passe partout dans l’enseignement du français, et depuis longtemps, observons la baisse tout aussi spectaculaire des élèves de science Po, qui fournit le futur personnel politique . Sans compter l’effet “académie” et le coté clanique de cette élite culturelle aux abois qui est d’autant moins en mesure d’imposer ses 4 volontés que son incompétence saute aux yeux et sa baisse de qualité encore plus : il faut voir le président Hollande comment il parle et la France comment elle a des atouts , pour s’exprimer comme notre président quand il parle à tous les Français.

          Tous ces petits signes sur la forme qui ne masquent plus une absence de formation continue, un enfermement dans le présent du militant, du dilômé au rabais qui ne lit plus une fois son diplome en poche, mais qui fait des meetings et qui s’exprime à la télé sans avoir eu aucune formation rhétorique digne de ce nom.
          L’écrit ne se maintient pas, mais n’importe quel télévangéliste obtus américain se qualifierait au premier tour éliminatoire dans un concours de présence sur scène et de construction structurée d’une intervention.

    • 11 Août 2016 à 18h14

      desi75015 dit

      J’apprécie vos papiers, en général, mais celui-là est tout près de la désinformation la plus totale!
      Le 1er ministre danois a exclu tout référendum, et ce d’autant que l’appartenance à l’UE a connu un regain de popularité après le Brexit!! (69% pour)
      L’UE est bien assez critiquable pour ne pas avoir a inventer des accusations de toute pièce!

      • 12 Août 2016 à 18h41

        jcm dit

        C’est complètement faux, car les sondages sont tous rédigés pour confondre l’Europe et l’Union européenne. Face au péril musulman, l’idée de l’Europe et la nécessité d’une réponse européenne sont plus fortes que jamais. Si vous me demandez si je suis pour l’Europe, je réponds oui sans hésiter, mais je voterais pour le Brexit sans une once d’hésitation et je voterai pour que la France sorte de l’Europe de Merkel avec la même détermination, si la question était posée.

        Tout changement se prépare et les initiatives solitaires sont difficiles : la France est si fragile, si endettée, si désindustrialisée ! Les Anglais aussi ont des difficultés économiques, mais leurs fondamentaux, notamment en termes de production industrielle, critère le plus important , sont bien meilleurs, et malgré les doutes et les risques , les Anglais ont franchi le pas.
        Baisse immédiate de la livre, mesure d’encouragement en faveur des entreprises, tout les clignotants virent au vert, on le lit désormais chez éditorialistes comme Marc Touati . Que lit-on chez nous à ce sujet ? la livre baisse , les importations sont plus chères et le porte – monnaie de l’anglais de base souffre ! quelle propagande à 3 sous . Autant écrire qu’en investissant pour l’avenir j’ai moins de sous dans mon compte en banque et qu’alors j’en souffre !

        Les premiers qui quitteront l’Europe malade et crééront la nouvelle Europe seront les gagnants.

        L’Allemagne : si bien redressée économiquement dans les années 30 par le talent du ministre des finances Hitlérien de l’époque , a connu un regain d’efficacité spectaculaire, qui a débouché sur ….le nazisme : la prospérité économique n’est pas un critère de stabilité et de lucidité politique.
        Merkel est une centriste , dont les succès économiques sont avérés, en continuité avec les réformes risquées au bon moment, sans retard, par la gauche allemande il y a plus de 15 ans.

        mais cette Allemagne restera elle aussi comme fossoyeur de l’Europe après l’erreur de Merkel

    • 11 Août 2016 à 15h21

      Cardinal dit

      Après la chute du mur de Berlin et l’implosion du soviétisme on a vu toutes les vieilles nations renaître avec leurs vieilles traditions, cultures, folklores, religions comprises, le passé était le renouveau.
      Oublié le passé dont on avait fait table rase, oublié le paradis du prolos pour laisser place aux milliardaires qui retrouvaient les plages de la Côte d’Azur après celles la Mer Noire, l’Europe de l’Est internationale s’est révélée être restée une Europe des Nations de l’Est.
      Bruxelles ne semble pas s’en être aperçu, l’Union Européenne n’aura même pas eu le temps de s’unir avant de se désunir.
      Il n’y a pas que nos gauchistes et nos Bobos qui veulent ignorer l’Histoire des Pays d’Europe. Dommage, ils y auraient lu qu’il y a deux millénaires, déjà, les Romains, avaient cherché à unir l’Europe en un seul Empire, même la pax romana n’a pas résisté.
      Gaulois, teutons, vikings, slaves, latins, ibères…. ont la peau dure et durable. Il suffit de voir le festival celte de Lorient pour s’en rendre compte.

      • 11 Août 2016 à 16h01

        Schlemihl dit

        Les Nations ont eu un commencement , elles auront une fin . Seulement c’ est une erreur de croire qu’ on passe d’ un système à un autre en réunissant des gens instruits , ou demi instruits , malins , ou demi malins , et en signant des papiers . La Grèce la Finlande et la Grande Bretagne s’ obstinent à ne pas être identiques .

        Au fait il n’ existait ni nationalité grecque ni nationalité finlandaise en 1820 . Il est vrai qu’ il n’ y avait pas non plus de nationalité allemande ou italienne .
        Les gens qui ont construit ces nations nouvelles se sont appuyés sur quelque chose de solide : la réalité . Les peuples grec , finlandais , allemand et italien existaient , Et l’ Allemagne et l’ Italie ont été créées tous les deux par l’ Empire romain , parfaitement , même l’ Allemagne , conquise par les empereurs romains , ce qu’ on ne sait pas toujours .

        Quelle est la langue du peuple européen ???

        • 12 Août 2016 à 9h13

          durru dit

          La consumérite?

        • 12 Août 2016 à 19h05

          saintex dit

          La langue de bois qui file la gueule du même nom.

      • 12 Août 2016 à 19h03

        Schlemihl dit

        La consumérite ne fait peur qu’aux personnes qui n’ ont pas connu la rationnite et le ticketisme . Je crains que la langue européenne n’ evolue vers la tirite ( d’ ou l’ expression tirer la langue ) accompagnée de danse devant le buffet .

        Si cela arrivait , on ne trouverait plus en France , en dehors des gouvernants , aucun ennemi de la malbouffe ou de la société de consommation .

    • 11 Août 2016 à 15h12

      kelenborn dit

      C’est marrant !!! le prochain slogan qui devrait plaire à Junker et Quatremerde:
      DEAD OR A LEAVE !!! Le choix est pas trop difficile!!

    • 11 Août 2016 à 14h39

      Schlemihl dit

      Non ! non !!!!! pas le Danemark ! Pitié ! je n’ai pas encore eu le temps de me remettre du ….. Brexit ( j’ hésite à écrire ce mot horrible ) , et sans ménagements , sans aucun égard pour ma sensibilité , il faut que ce soit le Danemark . Vous n’ avez donc pas de cœur ? Après Occam , Marlowe , Lister , Dickens et Titus Oates , nous allons donc perdre Holberg , Oersted , Andersen , Bohr ?

      Noooooooooonnnnnnnnnnnnnn !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • 11 Août 2016 à 14h00

      gerard.jourdain@gmail.com dit

      encore un “machin comme disait De Gaule” qui va nous péter à la figure….
      merci les politiques de tous bord….
      les Français sont des veaux.

    • 11 Août 2016 à 12h20

      Lecteur 92 dit

      Si un deuxième pays pouvait partir, cela serait mégatop!
      Tout ce qu’il y avait à faire, il fallait le faire dans les années 80/90 quand les gens y croyaient encore, maintenant c’est trop tard. Nous nous sommes tellement fait avoir par une Europe anti démocratique et par nos politiciens que quoi qu’il soit proposé, les gens voteront non, sauf si évidemment, on supprime le référendum.

    • 11 Août 2016 à 11h55

      QUIDAM II dit

      L’Europe ! L’Europe ! L’Europe ! L’Europe !…
      Mais quelle Europe ?… Où ça, l’Europe ?…

      • 11 Août 2016 à 12h49

        silco dit

        Eh c’est bien la question…

      • 11 Août 2016 à 15h16

        saintex dit

        cépafo !

        • 14 Août 2016 à 12h50

          Schlemihl dit

          Je dirai même plus : c’est exact . qu’ est ce que c’ est qu’une Europe sans la Grande Bretagne ? une Europe ou on voulait mettre la Turquie ? Tiens ce serait peut être une bonne idée , avec Erdogan en Président . ça rappellerait les racines musulmanes de l’ Europe , et j’ y verrai volontiers ( en Europe ) le Qatar et l’ Arabie Séoudite 

          La Malaisie en Europe ce serait aux pommes !