Terrorisme: n’amalgamons pas tous les homophobes | Causeur

Terrorisme: n’amalgamons pas tous les homophobes

L’islamisme tue, c’est même à ça qu’on le reconnaît

Auteur

Cyril Bennasar

Cyril Bennasar
est menuisier.

Publié le 17 juin 2016 / Monde Religion

Mots-clés : , , , ,

omar mateen daech homophobie islam

Propagande de l'Etat islamique après l'attentat d'Orlando : "L'Amérique paie le prix fort."Numéro de reportage : AP21909618_000001. Sipa.

Si encore je n’entendais ces amalgames faciles et imbéciles, et cette tendance à mettre dans le même sac les manifestants pour tous, les homophobes refoulés et les décomplexés avec ceux qui tuent des homosexuels, que certains matins chez Guillaume Erner quand on y dénonce l’homophobie, (mais peut être y a-t-il trop de gays sur France culture ?) ma coupe ne serait peut être pas venue déborder ici.

Boutin n’est pas Al-Baghdadi

Mais l’article de mon ami communiste et néanmoins juppéiste Jérôme (mais Juppé n’est-il pas le petit pépère des peuples ?) m’a fait sortir de ma paresse et de mes gonds, avec les mêmes fadaises quand il propose de renvoyer dos à dos ou plutôt face à face l’homophobie du fondamentaliste chrétien et celle de l’intégriste musulman. Pour Jérôme Leroy comme pour Caroline Fourest, Al Baghdadi, Ted Cruz ou Christine Boutin,  c’est kif-kif bourricot.
Même les gays les plus islamophiles distinguent pourtant des différences entre les culs bénits qui se signent sur leur passage et ceux qui les saignent quand ils s’emportent, entre ceux qui leur promettent l’enfer après leur mort naturelle et ceux qui les défenestrent pour aller au paradis hétéro d’Allah. Même les lesbiennes les plus orientalistes préfèrent vivre en terres chrétiennes, où les fanatiques religieux homophobes sont groupusculaires et ne font pas les lois et où l’homophobie est un délit poursuivi, plutôt qu’en terres d’Islam où la charia les fait, où les peuples les font appliquer avec zèle et où c’est l’homosexualité qui est réprimée pénalement. Même les bi et les trans savent bien qu’il vaut mieux perdre son chemin au Vatican que dans certains quartiers de Marseille, que l’imam gay Ludovic Mohamed Zayed a fui pour aller vivre en Afrique du sud avec son amant citoyen de l’autre nation arc en ciel.

 32% des homos votent FN

Toutes ces petites différences finissent par en faire une de taille : la violence et le crime. Comparé au Coran, l’évangile du pasteur le plus cinglé n’est qu’un massage un peu hardcore, comparé au salafisme, le catéchisme de Ted Cruz n’est qu’une fessée. Et plus prés de nous, Faut-il rappeler l’évidence ? On n’a jamais vu la Gay pride s’aventurer au delà du périphérique. Faut-il enfoncer le clou ? Ce n’est pas est seulement par amour du drapeau que 32% des personnes se déclarant homosexuelles votent pour le front national. Je gage que tous les LGBT, même les plus à gauche, même les plus bouchés, voient bien qu’il y a dans le choc des civilisations, une homophobie avec une grande hache et une homophobie avec une petite bite.

Alors il faut vraiment une sacré dose de mauvaise foi pour présenter les deux fondamentalismes dans un jeu de miroirs, pour les renvoyer dos à dos (ou face à face, donc) comme au jeu du déni et du fantasme, et pour ça Jérôme Leroy ne craint personne parce qu’il bat tout le monde. Et le procédé est aussi répandu qu’agaçant. Pour bidonner une balance et nous la rendre équilibrée en trompe l’œil, on minimise les nuisances de l’un et on fantasme la puissance de l’autre. On grossit un fait divers, on nous rappelle d’antiques attentats d’intégristes chrétiens comme s’ils encombraient l’actualité, et on feint d’oublier que, ce qui relève de l’accident et de l’exception réprouvée et réprimée en Occident est la règle et la coutume en Orient. Pour conclure son article et pour toute eau à son moulin, Leroy conseille un roman américain de politique-fiction, et oppose une théocratie américaine pour de faux aux théocraties islamiques qui sévissent pour de vrai, qui lapident pour de vrai, qui torturent et assassinent pour de vrai. Mais la réalité, ce n’est pas la fiction. On se souvient alors que notre ami Jérôme est un romancier talentueux et on comprend mieux ses absences, alors on l’excuse. Jusqu’à la prochaine fois.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Juin 2016 à 6h26

      IMHO dit

      C’est un fait que notre société ne voit rien à redire au désir et au plaisir sexuel pourvu qu’ils soient raisonnables.
      On n’admire plus les grandes histoires d’amour, on est choqué par le désir de possession et le sacrifice de soi .
      Ce qu’on approuve, c’est les petits coups d’un soir qui deviennent de attachements durables .
      C’est gentil, c’est moral, c’est un progrès des moeurs, encore que
      ça se termine souvent par des ruptures qui font mal et qui font du mal.
      C’est qu’on veut toujours être aimé, malgré tout, mais qu’on ne veut plus en payer le prix en patience et en abnégation, on s’estime trop pour ça .
      Dans ce Tendre-sur-Raison, on ne loge point les cavaliers solitaires qui cherchent aventure, on leur dit de passer leur chemin .

      • 19 Juin 2016 à 12h55

        François dit

        Plutôt bien vu.
        En gros il est question d’égocentrisme, d’individualisme et de jouissance immédiate..
        Ça me fait penser à ce néologisme suremployé : “Androcentrisme” accolé à des générations d’hommes appelés “Hétéro-mâle-blanc-dominant” accusés de tous les maux, notamment de faire passer leur intérêt avant celui de leurs familles. D’être individualistes en somme…

        • 19 Juin 2016 à 14h00

          IMHO dit

          “plus en payer le prix en patience et en abnégation”
          J’aurais du écrire ” pas en payer “.
          On était aussi égoïste et personnel naguère qu’aujourd’hui, mais avec meilleure conscience, on avait mieux que des droits, on avait des prérogatives masculines ou des privilèges féminins
          On divorçait moins parce que le plus faible du couple se soumettait, et parce que dans le couple les droits et les devoirs étaient strictement définis par le sexe.
          Combien de divorces de nos jours ne se feraient pas si l’épouse se résignait à son morose destin, ce qu’elle ne fait plus ?
          Peut-être qu’un nouveau Contrat Matrimonial s’écrit aujourd’hui, moins sot que le Social, et que tous les ménages recommenceront à durer .
          Et laissons la “jouissance immédiate” aux puritains, si c’est le sain naturel avec lequel on se met au lit que vous nommez ainsi.
          Il est vrai que les femmes sont louves quand il s’agit de leur petits, mais quand on le sait, on ne se fait pas mordre.
          Quant à vous, cher François, hors vacarme vous êtes un père de faille qui a eu d’irrésistibles faiblesses, qui s’est fait prendre et qui a perdu sa famille .
          Je vous plains de tout mon coeur .
          Je ne crois pas que votre colère vous aidera.

    • 18 Juin 2016 à 18h15

      Grouex dit

      Jérôme Leroy et Caroline Fourest ou Che Gevara c’est kif-kif bourricot : des idéologues de caniveau qui rêvent d’éliminer tous les déviants.

      • 18 Juin 2016 à 18h51

        François dit

        Ça aussi c’est vrai. Déviants étant ceux qui ne correspondent pas à leur idéal de “pureté” condition sine qua non pour une société idyllique.

        • 18 Juin 2016 à 18h59

          i-diogene dit

          Les idéologies, c’ est comme les religions: des outils de manipulations pour contrôler des masses d’abrutis..!^^

    • 18 Juin 2016 à 16h41

      i-diogene dit

      Article qui manque un tant soit peu de recul:

      - les Etats Unis sont une république fédérale, et la loi de certains états, particulièrement religieux et puritains, interdisent rigoureusement l’ homosexualité et la sodomie (même entre mari et femme), sous peine de prison..

      - de plus, les actions homophobes, anti-IVG, anti-LGBT, de certains groupes d’ ultra-chrétiens défraient régulièrement les médias par des actions aussi brutales que musclées, voire meurtrières..

      Du coup, si le tueur d’ Orlando avait été chrétien, je pense que Jérôme Leroy aurait fait le même genre d’ article, mais je me demande si Cyril Bennasar aurait répondu avec autant d’ aplomb..!^^

      Depuis 2008, une vingtaine de tueries de masses aux USA.. Combien de ces forcenés étaient chrétiens..?:

      http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/10/02/aux-etats-unis-plus-de-170-tues-dans-des-fusillades-massives-depuis-l-election-d-obama_4781408_4355770.html

    • 18 Juin 2016 à 16h34

      Parseval dit

      Un essai-tribune intéressant : http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20160617.OBS2895/le-baiser-d-orlando.html (des souvenirs d’un avocat)

      • 18 Juin 2016 à 16h51

        Lector dit

        bof. Où l’on voit que les honteuses furent les premiers/premières à faire du militantisme voyant. 10/15/20 ans auparavant et en banlieue svp, il ne semblait pas y avoir tant de problèmes ou de réprobations. Et dans la génération plus âgée des ados et jeunes adultes des 70′s, il y avaient même des hétéros mâles pour s’essayer au rapport homosexuel. L’androgynie rock des Bowie et Lennox ne nous dérangeait pas le moins du monde. Curieuse évolution.

        • 18 Juin 2016 à 16h55

          Parseval dit

          Il faut croire que 68 a plus été un soufflé qu’on le dit.

        • 18 Juin 2016 à 17h06

          Lector dit

          hum. En tout cas, les LGTB sont devenus des ringards comme les beaufs. Voilà ce que dirait à n’en point douter l’esprit de 68.

        • 18 Juin 2016 à 17h08

          François dit

          Disons que le militantisme de l’époque “épousait” une révolution sexuelle en quête de découvertes.
          Le soufflé 68 s’en est quand même sérieusement pris à l’érectile-hétéro-masculin depuis…
          Je ne sais pas s’il y a réellement eu de femmes objets, mais l’homme objet est bien une réalité d’aujourd’hui ; manifestement facilement remplaçable par un bout de plastic.

        • 18 Juin 2016 à 17h24

          i-diogene dit

          Bof..!

          Les années 60/70, on peu leur faire dire ce que l’ on veut et l’ inverse, vu que c’ était une contestation générale de toute forme d’ autorité établie et de remise en cause des standards imposés..

          Je dirais, pour ma part, que c’ était une exploration “tout azimut”, le pied étant d’ ouvrir de nouvelles portes..

          Il n’ en reste pas moins que c’ était une période de créativité d’ une richesse incroyable..

        • 18 Juin 2016 à 18h24

          François dit

          I Diogène, découverte, exploration… c’est un peu blanc-bonnet et…
          Pour la créativité, aucun doute. Et tant mieux.
          Quant à l’idéal de liberté et du “jouir sans entraves” quelle arnaque – particulièrement pour les hétéros_masculins – au même titre que la plupart des déclarations de l’époque.
          Sous les pavés en fait de plage, c’est chômage de masse, paupérisation, décroissance, baisse du pouvoir d’achat, France dépressive ect….
          Et le pire c’est que cela ne semble m^me pas justifié économiquement mais bien humainement.

        • 18 Juin 2016 à 18h41

          i-diogene dit

          François,

          - ” Sous les pavés en fait de plage, c’est chômage de masse, paupérisation, décroissance, baisse du pouvoir d’achat, France dépressive ect….”..

          Pures fadaises idéologiques:

          Qui pille l’ économie française… Et mondiale..?:

          - les hippies bariolés..?

          Ou bien,

          - les gus en costars-cravates et limousines avec chauffeur qui tiennent les élus par leur porte-monnaie (financements de carrières, de campagnes électorales, corruption, trafic d’ influence, et j’ en passe..)..

          C’ est bien joli de réciter des slogans usés, mais il faut rester réaliste…!^^

        • 18 Juin 2016 à 19h19

          François dit

          I-Diogène, pour piller une économie, encore faut-il qu’elle existe et ce ne sont pas les Hippies bariolés qui l’ont construites mais bien nos ascendant(es) qui, pour nombre d’entre eux, y ont laissé leur peau.

          Pour sympathiques que furent ces jeunes gens d’hier ou d’aujourd’hui, il n’en demeure pas moins qu’ils ont un côté parasitaire, même si, de fait, ce n’est pas à l’échelle des traders ou autres financiers parfaitement immoraux qui sucent le sang des travailleurs comme dirait Mélenchon.

          S’il est une chose qui ne s’use pas c’est l’égocentrisme en fait de slogans éculés. Qui se développe même. C’est tout de même étonnant que nous soyons classés au rang des pays les moins optimistes au monde, bien avant d’autres qui ne savent même pas ce que “col blanc” veut dire.
          Il me semble que la raison doit-être cherchée ailleurs, au moins en partie.

        • 18 Juin 2016 à 19h54

          i-diogene dit

          Bah,

          Les légendes d’ extrême droite ont la vie dure..!^^

          Les jeunes de ces années de contestation ont grandi et ont participé activement à l’ essor économique du pays..( exemple: moi-même),

          Par contre, les changement bénéfiques produits par cette contestation sont incalculables aujourd’hui:

          - étiquetage obligatoire sur la composition des produits de consommation, dates de péremption, codification et classification des additifs autorisés ou interdits,
          - écologie,
          - extensions des droits de l’ enfant pour un recours au Pénal (augmentation des délais de prescriptions),
          - Fin de l’ omerta sur les crimes sexuels,
          - libération du joug de l’ église,
          - incitation à l’ entreprise individuelle,
          - Création de collectifs de défense des consommateurs,
          - etc…

          ..Sans compter la créativité dans tout les domaines: musique, arts, techniques, etc..

          En France, le mouvement de contestation a été parasité et récupéré par les syndicats et les ultra-gauche (communistes, trotskistes, etc..), et on a trop vite fait de résumer cette période aux parasites en question..

          D’ ailleurs, les syndicats parasitent toujours, mais le travail, cette fois..!^^

          Quant aux pillages des économies européennes et mondiales, on pourrait en débattre, mais c’ est la haute finance qui en est responsable, assurément…

        • 18 Juin 2016 à 20h34

          François dit

          I-Diogène,
          je ne vais vous répondre que sur les points que je maîtrise :

          Ecologie:
          Pour s’y intéresser il fallait qu’il y ait pollution. Donc auparavant cela n’avait aucun sens.

          - “extension des droits de l’enfant pour un recours au Pénal”

          L’enfant n’a jamais été aussi enfermé qu’à notre époque. Roi/Tyran/objet/carte de crédit pour des mères en incapacité de subvenir à leurs besoins. Se réjouir du pénal est curieux. Je ne me suis jamais réjoui que de l’éducatif.

          “(augmentation des délais de prescriptions)”,
          Ce n’est pas fait mais énorme connerie puant un puritanisme foireux finissant par asexuer notre société. Les pédopsychiatres les plus reconnus s’accordant à dire “« à terme, le plus traumatisant n’aura pas été l’abus, mais ce que l’on en aura fait, ce que l’on en aura dit » (Boris Cyrulnik, Hélène Romano entre autres)

          - Fin de l’ omerta sur les crimes sexuels,
          Tiens donc, l’AIVI cette association qui milite contre l’inceste affirme que de 2009 à 2016, les cas d’inceste sont passés de 2 millions à 4 millions. Belle réussite. En fait de fin d’omerta, pourquoi les parents des gamins de “l’affaire Barbarin” n’ont pas été poursuivis pour non dénonciation de crime puisqu’ils ont été informés par leurs enfants des attouchements ?

          – libération du joug de l’ église,
          Remplacé par celui du femelisme. Sans comparaison. Pire. De la fermeture des bordels à la ceinture de chasteté masculine + 15 lois pénalisant la “mauvaise sexualité masculine” c’est, en effet, une grande avancée. Donc une bonne chose… Pères… et mères se tapent leurs gosses pour être empêchés d’aller voir ailleurs.

          – incitation à l’ entreprise individuelle
          Ça c’est une bonne mesure vous rappelant tout de même que ça a toujours existé (commerces et exploitations agricoles) et que ce n’est jamais qu’une réponse adaptée à une économie évoluant.

          Pour créer des collectifs de consommateurs, c’est comme pour l’écologie, il faut qu’il y ait consommation. Donc rien de bien extraordinaire.

        • 18 Juin 2016 à 20h46

          François dit

          I-Diogène, je reviens sur votre étrange contentement quant à “La fin du joug de l’église”
          Le créneau de cette institution c’est la virginité de Marie. Autrement dit : La procréation sans rapports sexuels. Ce ne serait pas PMA, GPA et Ectogenèse en devenir ce projet “Laïc” de pureté ?

          Il faut baiser I-Diogène, tant qu’on peut encore le faire !

    • 18 Juin 2016 à 11h59

      MGB dit

      Cet article est aussi beau qu’une mortaise en queue d’aronde bien faite. (Et honni soit qui mal y pense : que l’on ne se méprenne pas sur l’usage du mot “queue” dans la phrase précédente !).

      • 18 Juin 2016 à 14h15

        François dit

        MGB, faites tout de même attention à ce que vous dites en parlant de queue. Vous allez terroriser Golvan ou Singe et inquiéter Isa ou Scarlet !
        Ce n’est pas bien, leur équilibre mental dépend de l’usage de cet organe qui leur fait un peu peur. (Singe fantasme sur les micropénis, sans doute a-il croisé un Orang dégoûtant et Golvan est terrifié à l’idée que son hymen anal pète laissant s’échapper masculinité et virilité (ce qu’il en reste).
        Heureusement, Isa et Scarlet veillent et sont là pour les rassurer…!
        La vie est bien “fête”…

        • 18 Juin 2016 à 14h37

          golvan dit

          @ françois à 14h15
          Ne vous défilez pas et répondez aux messages suivis plutôt que de pondre un petit monologue insultant sans interlocuteur, sans doute par manque de courage, surprenant pour un chantre de la virilité sodomite. 
          Pour résumer, disons que vous êtes libre de vos pratiques sexuelles, mais qu’il est peut-être un peu présomptueux d’en tirer des conclusion autres que personnelles.
          Vous êtes donc homosexuel, ce qui est parfaitement autorisé dans nos sociétés, mais n’imaginez pas pour autant que ce soit le rêve de la majorité des hommes. Si vous pensez que votre goût pour la sodomie fait de vous un “homme viril” gréco-romain tant mieux pour vous, mais j’ai plutôt l’impression que cette vigoureuse pratique vous a franchement atteint le cerveau.     

        • 18 Juin 2016 à 15h55

          François dit

          Et c’es reparti, Golvan ne produit pas un post sans parler de sodomie. Une passion on dirait.
          Bon, puisque j’ai “souffert” pendant quinze ans avec des femmes (puisque misogyne et homo) je vais leur en parler.
          Parlez-en à la vôtre Golvan (vous en avez une à part votre mère ?) elle doit certainement disposer d’un godemichet pour pallier à vos insuffisances et vous rendra ce service qui fera de vous un homme.
          Pour ce qui est de me défiler, vous avez raison, c’est tout à fait mon genre.
          Quant au rêve de la majorité des hommes, c’est devenu un fantasme. Songez que la société la plus occidentalisée au monde, le Japon, remplace désormais la femme par des poupées en silicone et que 76% des garçons de 18/34 ans ne s’intéressent plus du tout au sexe.
          En France, 40% de cette génération préfère sa console de jeu à la bagatelle avec une compagne.
          Autant dire que de fantastiques étalons hétéros-soumis comme vous vont pouvoir enfin s’exprimer.
          C’est chouette, non ?
          Quel homme ce Golvan !

      • 18 Juin 2016 à 14h19

        C. Canse dit

        À François

        Certains de vos propos sont d’une impudeur qui me gêne. Vous faites ce que vous voulez, où, quand, avec qui vous voulez, inutile de l’étaler. :-) (Ceci est un sourire. Allez-vous m’injurier ?)

        • 18 Juin 2016 à 15h04

          François dit

          Surement pas C Canse. Et si vous reprenez l’ensemble de mon fil de conversation avec les contributeurs, dont vous, vous constaterez que j’argumente, défend un point de vue, l’explique, en discute et ne suis jamais le premier à insulter, mépriser et émettre des sous-entendus sous la ceinture.
          En revanche, si on me “casse les cou…” je réponds sur le même mode.
          D’ailleurs, le sujet de l’article étant “homophobie et amalgame”, j”y réponds et l’on me parle d’homosexualité refoulée, de micropénis ou de haines des femmes;
          je préférerais que l’on m’explique, me démontre – voire me prouve – que je me fourvoie. plutôt que d’être l’objet d’invectives qui ne font que renforcer mon point de vue sur ce que devient notre société.
          Nous avons échangé, je vous lis et ne vous ai jamais insulté que je sache.
          Je ne vois pas pourquoi cela devrait changer.
          La pudeur consiste à ne pas mettre son nez dans l’intimité des autres.
          Notre siècle est à l’impudeur, à exhibitionnisme, aux idées toutes faites, à l’intrusion du féminin dans l’intimité du masculin.
          Au viol du masculin par le féminin pour faire court.
          Chacun d’entre nous doit vivre sa sexualité comme il le veut mais surtout le peut et, je suis comme tout le monde, sexualisé, et ce qui se passe dans mon slip ne regarde que moi et certainement pas des nazes comme ceux ou celles avec qui j’ai échangé à l’occasion de cet article.
          Maintenant si leur impudeur réclame des détails pour assouvir leur besoin de voyeurisme, no problem. Mon corps m’a toujours appartenu et je n’ai strictement rien à foutre de leurs névroses.

        • 18 Juin 2016 à 17h34

          C. Canse dit

          François, absolument : ne pas mettre son nez dans les affaires d’autrui, nous sommes bien d’accord. Je n’ai pas dit que vous m’aviez injuriée, je vous y mettais au défit, peut-être. :-))
           

    • 18 Juin 2016 à 11h35

      golvan dit

      @ françois
      Je trouve vos propos totalement délirants, au sens propre.
      La vision que vous avez de la femme est terrifiante, vos affirmations burlesques (les femmes draguées par les femmes au bureau entre autres…), et tous les maux de notre société moderne attribués au fait que les femmes n’obéissent plus au doigt et à l’oeil à un mari tout puissant. 
      Mais ce qui couronne sans aucun doute ce délire, c’est l’affirmation que la femme a privé les hommes du bonheur tout simple de la sodomie (en association avec l’Eglise bien sûr) .
      Il serait plus rapide de dire tout simplement que vous êtes homosexuel et que vous détestez les femmes plutôt que de passer votre temps à dire que les femmes sont des salopes et que tous les hommes ont envie de se faire enfiler.  

      • 18 Juin 2016 à 12h27

        scarlet dit

        Golvan: Sa haine des femmes est totalement délirante. Peut être est il homo refoulé ou non, mais je n’y vois pas de rapport de cause à effet avec sa haine des femmes. La haine des femmes ne m’apparaît être répandue chez les homos.
        Il donne le sentiment de s’être senti humilié par une femme. Mais il semble en avoir concu une telle haine… qu’il fait partie de ces gens qu’on n’aimerait pas trop croiser dans une ruelle sombre.

        • 18 Juin 2016 à 13h11

          François dit

          Mais pauvre Scarlet…
          De Gaulle disait, les Français sont des veaux. Ces veaux ont donné des bouvillons que l’on retrouve sur les bancs de l’assemblée nationale et qui votent une pelletée de lois incriminant le masculin sous la houlette de féministes se prenant pour das vaches sacrées et il serait temps que vous compreniez que ces bestioles ne font que gêner la circulation.
          Les hommes ne sont pas destinés à n’être que des bœufs dont la fonction consisterait à construire vos maisons, routes, labourer vos champs, donner leur vie en temps de guerre comme de paix, bref à être taillables et corvéables à merci.
          Ne vous inquiétez pas pour autant, vous trouverez tout de même de nombreux ânes comme Golvan ou Singe, lequel n’a surement pas choisi ce pseudo par hasard puisque chez les Bonobos les femelles font ce qu’elles veulent des mâles rien qu’en écartant leurs cuisses.

          Humilié par une femme ? Vous rejoignez Isa et Guenièvre qui considèrent, semblerait-il, que toutes les réactions des hommes ont une origine gynocentré. Quelle prétention et quel narcissisme.

          Je n’aime pas les connasses et encore moins les Hétérofiottes masculins.

      • 18 Juin 2016 à 12h29

        François dit

        Vous lisez trop vite Golvan, vous vous emportez. Je n’ai pas écrit “draguée” mais “Harcelée” peut-être que pour vous c’est la même chose :http://www.terrafemina.com/emploi-a-carrieres/actu/articles/41276-harcelement-au-travail-une-femme-sur-deux-victime-dune-femme.html

        La femme n’a pas privé l’homme du bonheur de la sodomie, mais du droit de disposer de son corps. Vous faites la différence ?

        Les homophobes comme vous n’existaient pas avant le IV siècle où l’empire romain a érigé les premiers bûchers après avoir fait allégeance au Christianisme cette idéologie “femeliste” cousine d’une autre le “communisme”. “Amour du prochain” pour la 1ère, “partage du fruit du travail des autres” pour la seconde, les deux considérant le prochain à l’aune de leurs critères. Vous suivez… ?
        Les Romains étaient bisexuels sans état d’âme. Certaines pratiques sont dites « contre natures », c’est-à-dire contraires aux usages sociaux mais elles ne couvrent pas la notion d’homosexualité.
        Vous vous rendez compte Golvan, vous auriez pu être un homme sans veiller en permanence à la virginité de votre trou de balle.
        Bien entendu Golvan, l’église n’a jamais condamné cette pratique. N’est-ce-pas ?
        Quant à ma sexualité qui semble vous intéresser au même titre que Guenon, je vous en parlerai un jour si vous me le demandez gentiment…
        Un indice : Je suis plutôt Greco-romain depuis l’enfance…
        Ca vous aide ?

        Quant à prétendre que toutes les femmes sont des salopes, je pense qu’il convient de relativiser cette affirmation tant il est vrai qu’il a beaucoup de connasses de sexe masculin.

        • 18 Juin 2016 à 12h54

          isa dit

          Un vrai cerveau malade celui- ci…

        • 18 Juin 2016 à 13h15

          François dit

          Un peu court Isa, mais peut-être ne pouvez-vous pas faire mieux…
          Votre homophobie vous rattrape.
          vous vous faites du souci pour Golvan ?

        • 18 Juin 2016 à 14h09

          golvan dit

          @ françois
          Bon, c’est bien ce que disais, vous prenez plaisir à vous faire sodomiser et vous avez apparemment besoin d’écrire de nombreux posts misogynes pour vous justifier.
          Et comme de nombreux homosexuels, vous semblez obsédé par la religion catholique à laquelle vous reprochez d’avoir interdit la sodomie.
          Bref, pas besoin d’en faire un fromage, ne vous inquiétez pas, votre profil est tout-à-fait ordinaire, pas forcément gréco-romain, déclarez à la face du monde que vous êtes homosexuel, et tout rentrera dans l’ordre. 

        • 18 Juin 2016 à 15h26

          François dit

          Golvan, quel fin psychologue…. Décidément la sodomie vous obsède. Essayez ! Ça rend moins con parait-il. Il semblerait que votre cerveau soit resté coincé entre vos jambes. Le faire débloquer est n’a pas que des inconvénients m’ont assuré de nombreux prêtres.

          Vous n’avez pas lu Isa qui prétend que les homosexuels ne sont pas misogynes et que ce “défaut’ est plus l’apanage des machos ?
          Elle n’a pas tort sur ce coup.
          Ca ne colle donc pas trop, en dehors de vos fantasmes.

          Encore un effort mon grand et vous allez me cerner.

        • 18 Juin 2016 à 16h03

          Lector dit

          les “bears” de Frisco ne seraient-ils pas misogynes ? Bien sûr que si. Faut pas prendre toutes les tatas pour des folles.^^

        • 18 Juin 2016 à 16h37

          François dit

          Evidemment Lector, il ya des misogynes chez les gays mais surement plus de misandres chez les lesbiennes.
          Les gays ne désirent pas les femmes mais les aiment, voire les magnifient (Romanciers, grands couturiers le plus souvent homos ect..)
          Vous avez entendu parler de lesbiennes qui magnifient le masculin ?

          Ne pas prendre les tatas pour des folles ? C’est drôle !

        • 18 Juin 2016 à 16h59

          Lector dit

          effectivement je n’en connais pas. Par contre les femmes magnifiées par les gay*… des égéries un peu masculine parfois et puis je repense à des amis gays très copains avec des filles hétéros plutôt laides, qui aimaient tant les ridiculiser en privé…
          *Tenez je repense à cette robe de cocktail d’YSL qui ressemble à un phallus (enfin le sce 3 pièces au complet : deux boules bouffantes surmontées d’un corset)… la femme magnifiée en forme de couille géante… c’est chouette comme vous dites.

        • 18 Juin 2016 à 18h12

          François dit

          Avoir des coulles c’est ce dont rêvent d’innombrables femmes, non ? Demandez à NKM.
          Là où il y a changement de paradgime c’est que les femmes ont compris que ce n’était plus du tout symbolique du pouvoir (Normal elles les ont coupé et constaté qu’elles étaient vides..)
          Donc, désormais elles disent : “T’as du clito”.
          Et de fait, elles n’ont pas tort..
          Y’a plus d’homme ma p’ove dame !
          Golvan vous le confirmera…
          http://www.programme-television.org/news-tv/VIDEO-Cannes-2016-T-as-du-clito-ou-le-discours-survolte-de-Houda-Benyamina-4326712

        • 18 Juin 2016 à 18h32

          i-diogene dit

          Arf..!

          Faut quand-même pas généraliser la femme à une excitée qui a été la première surprise de décrocher la lune..!^^

    • 17 Juin 2016 à 23h12

      Singe dit

      32% des homos votent FN à cause de l’appétence que l’ancien chef du parti a eu pour les amitiés “saines et viriles”

      • 18 Juin 2016 à 9h54

        François dit

        Finalement c’est un peu comme vous qui défendez mordicus le femelisme pour être pourvu d’une anima (Cette part féminine de l’homme) envahissante, c’est ça.
        Changez de pseudo pour Guenon.

    • 17 Juin 2016 à 22h37

      maxou dit

      Je n”  

    • 17 Juin 2016 à 20h59

      François dit

      En bref, il y a les homophobes d’intérêt :

      Les femmes ont créé ce sentiment pour mettre l’homme à leur service (mariage indissoluble, fidélité obligatoire) et on les retrouve aujourd’hui dans la Manif pour tous cette émanation de cette institution qu’est mère l’église qui s’est mise à leur service
      Les hommes qui en ont conclu que pour être un Homme il fallait désirer les femmes (Ceux-là ont le cerveau entre leurs jambes et les femmes l’ont bien compris) ce qui indique que sans femme ils ne sont rien, donc surement pas des Hommes.

      Et puis la masse indécise qui ne sait plus quoi penser.

      Et Isa qui veut à tout prix empêcher Sancho de se faire plaisir. (C’est dingue cette manie des femmes de vouloir à tout prix contrôler ce qui se passe dans nos slips petits bateaux)

      Sancho : Lache-toi et raconte-nous !

      • 18 Juin 2016 à 5h40

        thierryV dit

        La ou je suis d’accord, c’est le fait que les femmes ont depuis longtemps compris les ressorts de l’homme sur lesquels appuyer. Les pauvres se font complètement manipuler . Heureusement que la nature leur a donné un peut plus d’impact physique.
        Pour la femme l’homme est un moyen 

      • 18 Juin 2016 à 8h34

        Singe dit

        Le com de François témoigne apparemment de son homosexualité latente mal assumée. Un masculiniste fou qui est aussi un rève de féministe

        • 18 Juin 2016 à 8h58

          François dit

          Encore un psy… Ca veut dire quoi dovcteur “un masculiniste fou qui est aussi un rêve de féministe” ?

        • 18 Juin 2016 à 9h09

          Singe dit

          Non non je ne suis pas psy mais une telle rage à vouloir défendre la masculinité a un côté suspect.

          pour vous répondre vous étés le meilleur ennemi des féministes dans votre délire.

        • 18 Juin 2016 à 9h29

          François dit

          Excusez moi, mais faut que quelqu’un s’y colle. A longueur d’antennes télés et radios c’est une incrimination permanente du masculin.
          Il n’y a ruen de suspect et pour tout vous dire l’appellation “masculiniste” ne me pose aucun problème.
          J’ai étudié les chiffres de la “victimisation” des deux sexes et surtout celle des enfants et Le féminin n’a pas la part belle.
          Alors quand je lis dans le dernier rapport de l’UNAF sur le rôle du père que seulement 1% de notre société considère qu’il est plus important que celui de la mère, au vu des résultats éducatifs globaux il y a un problème.
          Lorsqu’un sondage sur 210 000 jeunes de 18/34 ans (enfants de la “libération de la femme” ) établit qu’ils se sentent désabusés, perdus, exclus et sacrifiés certains disant “on a la haine”
          Vous le sentiment que cette fameuse libération a libéré quoi que ce soit dans une France se disant dépressive ?

        • 18 Juin 2016 à 9h31

          Singe dit

          un problème de micropénis François ? D’où votre rage à défendre votre masculinité ?

        • 18 Juin 2016 à 9h51

          François dit

          Mon pauvre Singe, vous êtes mûr pour marcher à quatre pattes à hauteur de clito.
          La dernière loi sur la ceinture de chasteté masculine a du être promulguée pour des mecs comme vous.
          Mais comprenez mieux que lorsque j’emploie ce néologisme “femelisme” ça ne s’adresse pas qu’aux femmes, peu s’en faut.
          UIl est vrai que les féministes radicales ne mettent aucune “rage” à défendre ce qu’elles appellent leur intérêt…

        • 18 Juin 2016 à 9h54

          Singe dit

          Pour vous une femme convenable est une veuve sicilienne donc ?

        • 18 Juin 2016 à 10h04

          François dit

          Vous en avez pas marre de vos poncifs ? Homosexualité latente, micropénis, veuve sicilienne…
          Dites-moi, si ma sexualité vous intéresse autant, retrouvons nous à la gay pride ! (Vous avez de l’argent…?)
          Ca finit par être suspect comme dirait l’autre.

          Je n’aime que les libres qui ne sont pas soumises à la dsoxa féministe de l’époque. Des E.Levy, Natacha Polony, E. Badinter, Eugénie Bastié (24 ans) E. Sullerot, Camilla Paglia, Christina Hoff Summers et des dizaines d’autres qui ne disent d’autre que ce que j’écris (grâce à elles d’ailleurs)

        • 18 Juin 2016 à 10h12

          Guenièvre dit

          @ François,
          N’enrôler pas E.Badinter dans votre camp SVP ! Non, les femmes comme elle ne crachent pas comme vous le faite sur “la libération de la femme” qui semble être pour vous l’origine de tous les maux dont nous souffrons. Elles ne regrettent pas le temps où la contraception était interdite et où l’avortement était pénalisé. Ni l’obligation d’avoir l’autorisation du mari pour travailler et posséder un carnet de chèques ( encore en vigueur dans les années 60 )Elles regrettent une dérive certaine mais ne jettent pas le bébé avec l’eau du bain !

        • 18 Juin 2016 à 11h09

          François dit

          Guenièvre, vous avez lu “L’un et l’autre” ou “Fausse route” d’E. B ?
          En 1907, les femmes qui travaillaient pouvaient disposer de leur compte en banque… En 1965 elles ont eu le droit à avoir un chéquier. La belle affaire, de toute façon ce sont elles qui géraient l’argent du ménage gagné par qui ?
          La pilule fut créé par un homme Gregory Pincus en 1956 et Neuwirth l’a libéralisée en 1967. (Pour la petite histoire, mon père, un vrai patriarche, en rapportait de Suisse avant cette loi pour les femmes de ses collaborateurs)
          Le père du féminisme fut un homme, Léon Charvet selon Simone de Beauvoir.
          Alors les légendes urbaines sur l’oppression des femmes ancestrale par des hommes….
          Je constate en effet que notre société va mal et que cela coïncide étrangement avec cette donne de la libération de la femme qui est un mensonge rien qu’en son énoncé.
          Nous n’avons jamais été aussi enfermés que depuis et ça s’empire. Principe de précaution, risque zéro ect..
          Il faut croire que c’est dans la nature des femmes. J’ai donné cet exemple on ne peut plus parlant du périmètre de liberté de l’enfant de 8 ans autour de son domicile qui était de 10 Km en 1920, 5 Km en 1960 et aujourd’hui…?
          La crise des années 70 a beaucoup plus à voir avec la perte de l’énergie humaine suivant 68 que fossile (pétrole)
          Le meurtre du père est une erreur sociologique majeure et l’agression permanente relayée par les médias contre les hommes, la cause de la crise d’identité masculine qui détruit nos garçons.
          En effet, un féminisme radical “rageur” pour plagier Singe et un maternalisme gluant sont beaucoup plus préjudiciables à notre société que toutes formes d’autres agressions que l’on pourrait affronter si les hommes ne se faisaient pas systématiquement castrer.
          Quant à E.B je pourrais vous donner d’innombrables citations et vous finiriez par vous dire que je suis gentil à côté d’elle (Dans tous les domaines)

        • 18 Juin 2016 à 15h58

          Lector dit

          c’est vrai que l’époque est misandre. D’une certaine manière Houellebecq l’avait annoncé tel dès les 90′s : “la cible contemporaine c’est le quadra blanc hétéro”. Et ça faisait les délices d’une Laure Adler, qui, comme Castor, devait ou doit posséder un vagin denté, ou supposé tel. Quand les moules auront des dents…

          Et d’ailleurs Olympe de Gouges déclasse sans conteste le Léon Charvet de Simone.

          Foucault déterrant Pierre Rivière, montrait du reste que le droit (devrais-je dire des rombières adultères) ne privilégiait pas forcement le mari. Néanmoins, c’est un fait qu’encore dans les années 60, de nombreuses femmes qui n’étaient pas de la haute, pouvaient éprouver quelques difficultés auprès de Justice à faire valoir leur droit de banque.

          Sinon, l’on pourrait encore citer Muray, tjrs lui, en pensant que cette “envie de pénal”, si prégnante de nos jours, répond à n’en point douter à une castration symbolique.

          Mais après tout, la libération de la femme fut aussi peu ou prou celle de l’homme. Et je repense à de nombreuses répliques du cinéma de Betrand Blier…

        • 18 Juin 2016 à 23h59

          Guenièvre dit

          Eh bien si vous avez vraiment lu “Fausse route ” vous sauriez qu’au début E.Badinter prend le soin de préciser que la différence des sexes est un fait qui ne doit pas prédestiner aux rôles et aux fonctions c’est-à-dire qu’elle ne remet absolument pas en cause les luttes féministes des années 70 auxquelles elle a participé mais certaines de ses dérives à partir de la fin des années 80.
          Le mouvement féministe comporte de nombreuse chapelles . Dans les années 70 beaucoup des groupes femmes qui ont fleuri un peu partout n’ont jamais prétendu que les femmes subissaient un oppression “de la part des hommes”. Elles voulaient seulement obtenir une égalité des droits, avoir des enfants quand elle le souhaitait et évacuer ce qu’il y avait d’oppressant dans les “rôles” que les sociétés traditionnelles leur avaient assigné ( rôles assignés aux hommes comme aux femmes d’ailleurs). Et je ne nie pas du tout que ces rôles et ces limites entre les domaines féminins et masculins garantissaient une certaine stabilité sociale. Je ne nie pas que l’on pouvait être parfaitement heureux dans ces rôles là. C’était si rassurant n’est-ce pas ? Seulement ces sociétés là n’existent plus et quoi que vous en pensiez la disparition des séparations rigoureuses entre les genres peut être extrêmement féconde chacun s’aventurant dans les domaines auparavant strictement réservés à l’autre. Vous pensez qu’ainsi le monde se délite moi je pense qu’il peut s’enrichir de nuances , que les femmes qui imitent les hommes ne font qu’engendrer une manière féminine de s’inspirer du masculin et vice versa , que l’opposition demeure de toute façon. Et quand je regarde autour de moi certains jeunes gens qui trouvent un grand plaisir à s’occuper de leurs bébés je ne vois pas du tout qu’ils se sentent atteints dans leur virilité.

        • 19 Juin 2016 à 0h01

          Guenièvre dit

          si vous aviez…

        • 19 Juin 2016 à 9h25

          François dit

          Guenièvre, il a 40 ans j’ai appris à cuisiner à ma première femme, changé les couches et j’étais certainement plus “maternel” que la mères des enfants.
          Chef d’entreprise je n’ai jamais hésité à confier des postes de direction à des femmes, plus souvent qu’à des hommes et je n’ai pas attendu ces conneries de plafond de verre ou d’autocensure patriarcale. Les dix dernières années de ma carrière mes “donneuses d’ordre” étaient des pédégères…de sociétés pour le compte desquelles je recrutais. Alors….
          On est d’accord sur ce que vous soulignez d’E. B qui a également dit “On ne peut plus parler de féministes mais DES féministes” ajoutant “Que les médias sont noyautés par les radicales et que cela finira par se retourner contre elles”
          Elle a également parlé d’androgynisation regrettable des garçons, Zemmour de féminisation, et moi d’hétérofiotisation (C’est pas de moi)
          Donc sans aucune réticence oui à l’égalité des droits mais un peu de bon sens. En Norvège, après un siècle de féminisme, 90% des ingénieurs sont toujours des hommes et 90% des infirmières des femmes. Pourtant ils ont tout fait pour l’égalité.La répartition des rôles dans l’économie mondiale laisse toujours les tâches les plus pénibles aux hommes. Les emplois féminins sont essentiellement tertiaire ou secteur marchand.
          Les campagnes partiales et mensongères sur femmes battues et agressions sexuelles imputant la violence exclusivement au masculin commencent sérieusement à être pesantes.
          L’égalité dans le travail domestique n’a pas besoin de campagne de pub, mais encore moins de culpabilisation du masculin (Une célibataire femme fait 3 heures de ménage pendant qu’un célibataire homme en fait 2)
          Ce que je dénonce ce sont les mensonges des radicales qui nous en abreuvent. Une réalité historique et sociologique trafiquée comme un endoctrinement malsain subi en permanence.

          La victimisation est certainement du côté du masculin que du féminin.

        • 19 Juin 2016 à 9h51

          François dit

          Si vous aviez ..(des couilles) c’est ça ?
          C’est aussi nul que Golvan s’accrochant ou Singe s’accrochant à leurs fantasmes ou Isa incapable de faire autre chose que d’insulter.

          Une précision supplémentaire : Je me suis battu contre l’autoritarisme patriarcal et pour l’IVG. Mais je ne vois pas ce que notre société et nos enfants ont gagné à être élevés aux “codes du féminin) avec le recul. Je leur préfère ceux du masculin.
          Je suis en effet contre la parité qui est un mensonge de plus quant au résultat et une idiotie.
          Le retour à “l’autorité” dont tout le monde parle et semble vouloir aujourd’hui semblent me donner raison. Or, je ne confonds pas autorité et autoritarisme qui sera brutal, ce à quoi nous aurons droit si un mouvement comme le FN passe.

          Vous devriez vous méfier des jugements hâtifs sur les autres et je préfère quand vous me répondez en argumentant ce qui permet de répondre et on n’est pas obligés d’être d’accord.
          En effet, je défends un point de vue.

        • 19 Juin 2016 à 10h32

          Guenièvre dit

          @ François,

          Je corrigeais seulement ma première phrase : ” si vous aviez lu ” et non “si vous avez lu ”

          “Ce que je dénonce ce sont les mensonges des radicales ”
          Sur ce point on est parfaitement d’accord !Je n’aime pas du tout le côté “guerre des sexes” de leur militantisme. Cependant vous leur accordez un peu trop d’importance. Les tendances que vous décrivez existent et c’est en politique qu’elles ont fait le plus de dégâts. Michel Schneider psychanalyste l’avait déjà analysé en 2005 dans “Big Mother”. Mais au niveau social le jeu est bien plus complexe et plus subtil. Comme le dit Lector la libération de la femme a été aussi peu ou prou celle de l’homme. Libération de la nécessité de jouer un “rôle” tout aussi contraignant parfois que celui de la femme.

        • 19 Juin 2016 à 11h11

          François dit

          Ok, alors excusez-moi pour mon interprétation. Oui j’ai lu “Fausse route” “XY” et je suis cette grande dame pour laquelle j’ai le plus profond respect, comme pour Robert d’ailleurs.
          Vous serez quand même d’accord pour admettre que non seulement les campagnes incriminant le masculin sont partisanes mais anachroniques. La France était agraire, puis industrielle et tertiaire,secteur marchand et numérique sont désormais les principaux pourvoyeurs d’emplois.
          Le paysan qui était dehors par tous les temps n’avait pas la part plus belle que l’ouvrier qui travaillait 10h par jour et rentrait crevé.
          Cette époque avait plus besoin de raison pour construire que d’amour pour s’épanouir.
          Je suis effectivement d’accord sur le fait que socialement sociétalement c’est beaucoup plus complexe et subtil mais très préoccupé par la tournure que cela prend.
          Je fus éduc, directeur de foyer et président d’assoc de réinsertion de jeunes en début de carrière. Ça me passionnait et le traitement éducatif réservé à notre jeunesse est en train de nous conduire à une reprise en main qui se fera brutalement (J’espère que non)
          J’interviens dans plusieurs familles et la démission des pères est atterrante. La toute puissance maternelle, qu’elle soit gluante, fusionnelle, ou abusive est castratrice. le cordon ombilical n’est plus coupé au nom de “l’amour”. Tu parles ! POUR ou DE l’enfant ?
          La libération de la femme est bien plus due aux conditions économiques qu’à un quelconque combat. Quant à celle de l’homme, j’ai 62 ans, 4 sœurs et 4 frères donnant 70 enfants, neveux/nièces et petits… Je je regarde avec intérêt, comme dans d’autres familles, ce qui se passe. Nous sommes tous d’accord pour constater que nous étions infiniment plus libres à notre génération. Hommes comme femmes. La liberté d”‘aujourd’hui a un étrange parfum d’illusion.
          “Big Mother” j’en ai lu des passages (Vous vous en doutez…)

        • 19 Juin 2016 à 11h45

          François dit

          La libération de l’homme a aussi un aspect économique. Lorsque vous travaillez 35 heurs, il vous reste du temps pour la vie de famille.
          Je pense qu’on va être surpris par la capacité émotionnelle des hommes auxquels on prêtait une absence de sentiments paternels alors que ce n’était qu’une injonction patriarcale de distance parent/enfant. Il était l’ordre la loi et l’autorité (ce n’était pas le beau rôle)
          En revanche cette distance étant abolie, nous nous heurtons à un nouveau problème qui est l’incestuel, lequel, à terme, fabrique des refoulés, asexués voire déviants ne quittant plus le cocon familial, ne souhaitant plus s’engager ; s’individualisant et s’enfermant dans un individualisme sclérosant.
          C’est un repli sur soi constaté à l’échelle des pays occidentaux.

      • 18 Juin 2016 à 18h14

        i-diogene dit

        FAUX:

        - ce ne sont pas les femmes qui ont créé le mariage indissoluble ni la fidélité obligatoire, mais les religions.. Or, elles ont toutes été écrites par des hommes..!^^

        - Le désir n’ est pas gérable: on désire une femme ou un homme, ou les deux..

        La pulsion est engendrée de façon inconsciente, au-delà de toute réflexion et encore moins du contrôle..!

        C’ est d’ ailleurs ce que peinent à comprendre les homophobes comme Galvan ou singe, qui ne se focalisent que sur l’ acte en lui-même (ce qui est d’ ailleurs suspect, ce voyeurisme..!^^).

        Au départ d’ une relation, il y a forcément:
        - une attirance de la même façon que chez les hétéros..
        - qui peuvent engendrer des sentiments de la même façon que chez les hétéros..

        • 18 Juin 2016 à 22h48

          François dit

          Les religions ou systèmes de gouvernement sont instaurés pour répondre à des besoins ou une vision sociétale.
          Il n’est donc pas réellement question de sexe.
          C’est comme si l’on disait aujourd’hui que ce sont des hommes, puisque hommes, qui ont voté toutes les dernières lois incriminant et pénalisant leur genre sexué sans prendre en compte qu’elles sont toutes été inspirées par des mouvements féministes misandres.
          Donc votées et promulguées par des hommes sous emprise.

        • 18 Juin 2016 à 22h52

          François dit

          En gros, I-Diogène écrite par des hommes et voulues par des femmes…

    • 17 Juin 2016 à 20h10

      Sancho Pensum dit

      - Mais au fond quelle différence y a t il entre le bon et le mauvais homophobe ? – Ah j’l'atendais celle là ! J’l'attendais…
      - Non mais, le mauvais homophobe ? Bon, bah, c’est le gars qui a un fusil, y voit un homo qui bouge, y tire…
      - Et le bon homophobe ?
      - Le bon homophobe ? C’est un gars, il a un fusil, un fusil, y voit un homo qui bouge, y tire… mais… c’est pas la même chose : y’a le bon homophobe, et y’a le mauvais homophobe… Y’a le viandard, et y’a le non viandard…
      - Bon y faut expliquer, tu vois : y’a le mauvais homophobe : Y voit un homo qui bouge : y tire, y tire. Le bon homophobe : y voit un homo : y tire… mais c’est un bon homophobe !!! On ne peut pas les confondre….
      - Y’a le mauvais homophobe : y voit un homo, y tire, c’est sûr… Alors là on le reconnaît à la ronde ! Mais le bon homophobe : y voit un homo, y tire, mais… c’est un bon homophobe quoi ! Bon, d’toutes façons, c’est des questions à la con ça…
      - Faut leur expliquer aux gens parce qu’ils savent pas faire la différence après.
      - On dit qu’il y a trop d’homophobes…
      - Ah ça c’est la faute aux mauvais homophobes ! Le bon homophobe, y’en a pas de trop, hein ?
      - Ah bah ça c’est sur hein !

      • 17 Juin 2016 à 20h16

        isa dit

        Vous l’avez chopée aux Inconnus celle- ci:-)))

        • 17 Juin 2016 à 20h25

          Sancho Pensum dit

          Il m’a suffit de changer chasseur en homophobe, pour coller pile-poil à la prose de Benassar.
          Lui, par contre, n’a pas l’excuse de l’alcool.

      • 17 Juin 2016 à 20h24

        François dit

        Sancho, sur ce coup là, il ne vous manque qu’une seule chose pour aérer vos neurones c’est de vous faire “Tirer”….

        • 17 Juin 2016 à 20h39

          isa dit

          François, vous êtes légèrement malade du ciboulot et totalement obsédé par vos fesses.
          Ça se soigne. 

        • 17 Juin 2016 à 20h46

          François dit

          Ben quoi Isa, vous seriez viscéralement homophobe ou culturellement ?

          Pour les soins, vous avez une adresse de maison close à me conseiller, pas une où vous travaillez si possible.

        • 18 Juin 2016 à 9h19

          Singe dit

          François est un genre d’érotomane

        • 18 Juin 2016 à 11h36

          François dit

          Vilaine jalouse Singe !

    • 17 Juin 2016 à 19h03

      Scarabas dit

      Bravo Cyril, de remettre les pendules à l’heure avec humour et fermeté.

    • 17 Juin 2016 à 17h57

      Axiophilus dit

      Il est du dernier cri dans les salons parisiens tendance bobo EELV Jack Lang et compagnie de se livrer à un frénétique cunnilingus sur tout ce qui touche à l’islamisme. Il est très tendance dans les rédactions de taper à bras raccourcis sur le christianisme en général et le catholicisme en particulier. De la sorte, vous pouvez vous targuer d’ un Casier Judiciaire d’immaculé conception , d’une biographie irréprochable et d’un C.V. de tolérance, gentillesse et ouverture sur les cultures du monde que les autres incultes et analphabètes sont incapables de présenter.
      Sauf que confronter à la réalité du monde extérieur que ce soit lors de voyage ou autre (choix d’une résidence par exemple) ces mêmes bobos se révèlent fermés sur eux mêmes, intolérants aux coutumes locales et méprisants à tout ce qui ne s’apparente pas leur mode de pensée.
      La place des Vosges c’est bien mais Bobigny quand même pas!

      • 17 Juin 2016 à 18h49

        IMHO dit

        Un cri !

        • 17 Juin 2016 à 19h03

          Axiophilus dit

          dernier cri, oui. vous ne connaissez pas l’expression? Dernier cri= à la mode. Maintenant savoir si les bobos crient quand ils se font des machins, c’est une autre histoire! Il parait que Néron imitait les femmes en jouissance quand il se faisait emmancher.

    • 17 Juin 2016 à 17h47

      Fioretto dit

      @ Isa et Parseval
      Au délà de ces débats d’extremistes de tout bord, il y a des trucs qui moi me foutent la trouille, qui va mettre un terme à tout cela ?
      http://www.francetvinfo.fr/france/jihadistes-francais/jihadisme-de-vesoul-a-raqqa_1503067.html

      • 17 Juin 2016 à 17h58

        isa dit

        On est bien d’accord Fio.
        Faut juste pas tout mélanger. Étant de la génération de Guenievre, je t’avoue ne rien comprendre à ces barrières basées sur … Le cul, dont chacun fait ce qu’il veut.
        Je ne savais pas que c’était si ” libertaire” de ne pas catégoriser les gens selon leur vie sexuelle.
         

        • 17 Juin 2016 à 19h34

          François dit

          Intéressant de vous entendre dire que l’on fait ce que l’on veut de son cul chère Isa, dans une société où la libération de la femme, de la fermeture des bordels à la ceinture de chasteté masculine en passant par une avalanche de lois pénalisant le masculin a vu le jour.

          Vous savez que “on fait ce qu’on veut’ a débuté avec le mariage obligatoire et indissoluble obligeant à la fidélité du mari pour le besoin des femmes ?

          Vous êtes une repentie ou simplement une opportuniste ?

        • 17 Juin 2016 à 20h22

          isa dit

          Non mais Amaury euh François, c’est quoi votre blême avec les femmes?
          Et avec moi?
          Si vous avez fait un mauvais mariage, je n’y suis à peu près pour rien.
          On fait ce qu’on veut avec son cul du moment qu’en temps qu’être humain on s’empêche.
          Et pour commencer on ne monnaye pas les rapports sexuels, humains qui doivent être gratuitement et librement consentis.
          C’est ce que j’appelle faire ce qu’on veut avec son cul en respectant la liberté de l’autre ( or je ne crois pas en la liberté des prostitues). 

        • 18 Juin 2016 à 9h14

          François dit

          Certaines femmes “se vendent” Promotion canapé, 5 à 7 de la bourgeoise et son dernier sac à main, étudiante pour améliorer ses fins de mois..
          Et en <Europe il y a même des lois pour payer son permis de conduire en nature :
          https://francais.rt.com/international/12420-pays-bas-loi-auto-ecole-sexe
          Mon problème avec le "Pouvoir des femmes" et non LES femmes est beaucoup celui de la société que le mien.
          C'est drôle d'ailleurs cette formulation qu'a employé également Guenièvre. Pour critiquer LE femelisme" il faudrait avoir un problème à titre personnel avec elle…
          Vous croyez Qu'E. Levy qui a produit l'été dernier un N° spécial été antiféministe a un problème avec les femmes ?

      • 17 Juin 2016 à 18h51

        Parseval dit

        Comment veut tu mettre un terme à tout cela ?
        On ne peut pas empêcher les gens d’êtres stupides…
        :-(

      • 18 Juin 2016 à 11h48

        Pierre Jolibert dit

        Ah oui, cette histoire est absolument passionnante.
        Un groupe, de l’émulation, de l’imitation.
        La version France 2 était absolument extraordinaire : le journaliste a vraiment sincèrement posé la question suivante : “mais comment cela a-t-il pu arriver à ces membres de la classe moyenne pavillonnaire sans histoires” ? C’est encore plus fort que la lettre volée de Poe : la réponse est littéralement dans la question mais celui qui la pose ne la voit pas.

    • 17 Juin 2016 à 16h50

      L'Ours dit

      On a laissé entrer chez nous une religion barbare et après on s’étonne que nombre de ceux qui s’en réclament se conduisent comme des barbares.
      L’enseignement de nos valeurs ne suffit pas si on fait accroire dans le même temps que leurs valeurs sont aussi respectables et admissibles que les nôtres, chez nous.

      • 17 Juin 2016 à 20h22

        Sancho Pensum dit

        Vous parlez de quelles valeurs – ou de quelles pratiques ?
        Si vous parlez de la lapidation des femmes adultères, de la mise à mort des homos, de la polygamie, de l’excision, de la burqa, il me semble que l’affaire est entendue, non ?…
        Si vous parlez des cinq piliers de l’islam (la prière, l’aumone, le jeune, le pèlerinage…), on aura beaucoup de mal dans un pays comme la France à s’y opposer, sans faire de la peine aux catholiques !

        • 18 Juin 2016 à 8h24

          L'Ours dit

          Les piliers sont comme “islam religion de paix”. On les met en avant pour cacher la forêt.
          Si les islamiques ne s’en tenaient qu’aux piliers et non à tout le reste, je ne serais pas islamophobe. Il se trouve que l’océan est plus vaste que 5 grosses gouttes
          A croire que tout ce qui se passe dans le monde sort de nulle part.

    • 17 Juin 2016 à 16h30

      thierryV dit

      Qui peut ,une seule seconde, sincèrement penser qu’en déboulant chez nous, les candidats à la reprise laisseront leurs habitudes et leur cultures ,pour adopter celle du territoire ciblé ? Il faut être gravement naïf et surtout drôlement atteint.

    • 17 Juin 2016 à 14h45

      L'Ours dit

      Il parait selon JL que CB ne serait pas islamophobe… comme moi.
      Alors c’est que je n’ai rien compris à CB.

      • 17 Juin 2016 à 16h07

        Peter33 dit

        Il n’est pas islamophobe il est menuisier !! C’est écrit !!

    • 17 Juin 2016 à 14h43

      Etoile Vesper dit

      La majorité des musulmans de France était opposée au mariage homosexuel, quand la majorité des français y était favorable. Il est IMPOSSIBLE pour une lesbienne ou un homosexuel d’afficher son homosexualité dans les quartiers à forte population musulmane sans se faire démolir le portrait ou insulter dans le meilleur des cas. Dans absolument TOUS les pays musulmans, l’homosexualité est un délit passible de prison, voire de la peine de mort. Mais malgré cela, Jérôme Leroy et toute la gauche islamophile continue de nier l’évidence et de renvoyer dos à dos catholiques et musulmans sur cette question. C’est sans espoir.

      • 17 Juin 2016 à 14h44

        Etoile Vesper dit

        err. : continuent vs continue

        • 17 Juin 2016 à 19h28

          François dit

          Etoile, dans les pays musulmans on ne va pas en prison pour homosexualité, pédérastie ou même pédophilie sinon il faudrait qu’ils en construisent un paquet mais pour AFFICHAGE de ce type de pratique.
          C’est très différent.

    • 17 Juin 2016 à 14h28

      golvan dit

      Personnellement je trouve complètement niais de dire qu’on est ravi de fréquenter des homosexuels, tout comme je trouverais niais d’affirmer être ravi de fréquenter des hétérosexuels.
      Je les trouve aussi cons, aussi beaufs, aussi manipulateurs que tout un chacun, et, du temps du service militaire, j’ avais viré un officier de marine de mon établissement pour avoir fait des avances à un jeune garçon qui travaillait pour moi en lui promettant un piston (si j’ose dire) pour obtenir une planque, exactement comme un quelconque enfoiré promettrait une promotion canapé. 

      • 18 Juin 2016 à 12h12

        Axiophilus dit

        Votre post confirme des témoignages entendus durant ma vie professionnelle. Les homos militants se plaignent d’une prétendue discrimination à l’embauche. Mais, dans certains métiers, n’y a-t-il pas une discrimination dans l’autre sens? Un de mes clients me faisait remarquer les difficultés à obtenir une place et de la promotion pour son fils travaillant dans l’hôtellerie, les bonnes gâches étant réservées aux membres du club de la jaquette flottante. Même observation dans le culturel. Un jeune homme de ma connaissance est sorti écœurée d’un entretien avec un metteur en scène de théâtre bien connu. C’était “tu couches avec moi ou tu vas voir ailleurs!” Et que dire du milieu de la mode?!
        Je n’ai rien contre les homos discrets. Lors d’un voyage avec ma femme nous avons sympathisé avec un couple de lesbiennes dont le niveau culturel tranché sur le reste des voyageurs. En revanche les homos militants dévoilent le fond de leur caractère à travers leurs propos et leurs écrits : ils se révèlent haineux, vindicatifs et intolérants. Relisez la réflexion ignoble de Pierre Bergé concernant la manif pour tous.

    • 17 Juin 2016 à 14h17

      L'Ours dit

      Guenièvre,
      sur votre demande plus bas, comme vous et beaucoup autour de moi, je dirais même systématiquement, comment les journalistes peuvent-ils ne pas comprendre qu’il est psychologiquement INSUPPORTABLE de voir en permanence affichée la gueule d’assassins quels qu’ils soient!
      De la même façon, quand ils incluent au nombre de morts celui de ou des assassins, ça ne manque pas de me faire bondir.
      Ils devraient se renseigner chez un psy pour comprendre l’effet que ça fait.

      • 17 Juin 2016 à 14h18

        lisa dit

        Quand il y a une de ces gueules dans un hebdo chez moi, je le feutre en noir, ce doit être la censure des méchants cathos qui frappe…

    • 17 Juin 2016 à 14h15

      kelenborn dit

      De manière préliminaire, je précise que puisqu’on est ici censuré (pardon modéré)quand on écrit un mot de travers, je remplacerai désormais ou plutôt aussi longtemps qu’on pourra encore ne pas être d’accord les termes litigieux par Bisounours ou Bipbip laissant à l’éventuel lecteur le choix de la traduction.
      Ce cher Jerôme Leroy devenu Juppéiste!!Pardi, en 1941, le PCF n’était-il pas dans la Fan zone d’Hitler suite au pacte germano-soviétique. Il faut s’étonner de la mansuétude que l’on a pour la pauvre carcasse qui reste de ce parti passé de 21% des voix en 1978 à 1% aujourd’hui. Mansuétude qui devrait être élargie à tous les collabos du stalinisme au premier rand desquels Lipietz devenu vert après avoir été groupie de Polpot ! Voila bien un “bisounours”!!!
      On a poursuivi Faurisson qui niait l’existence des chambres à gaz, pourquoi pas Lipietz admirateur de ce “bip bip” qui a anéanti le tiers de la population cambodgienne. Pour se décrasser de la pensée unique il y a encore du chemin à faire, n’est ce pas madame Levy?
      MK
      kelenborn.e-monsite’com

      • 17 Juin 2016 à 19h39

        François dit

        Kelenborn, si vous considérez être censuré sur Causeur, je vous conseille d’essayer Marianne, l’express, le nouvelobs, parisien, 20 minutes et beaucoup d’autres et on en reparle.