Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

Cultivons nous avec Bobby Solo

Publié le 29 janvier 2011 à 5:58 dans Brèves

Mots-clés : , ,

La charte de France Télévisions prévoit notamment de proposer une offre diversifiée de programmes dans le domaine du divertissement et de la culture qui contribuent au rayonnement de la francophonie, et à la diffusion de la culture et de la langue française dans le monde.

Petit cas pratique ce lundi 24 janvier avec une émission diffusée sur France3 intitulée “Je t’aime à l’italienne” et animée par Yves Lecoq, Karen Cheryl –assez étrange avec comme un flou au milieu du visage- et Henry-Jean Servat, le sous-spécialiste amphigourique des princes et princesses.
L’idée : présenter l’Italie au travers des chansons les plus romantiques et les plus “ensoleillées”. Figurent au programme : Charles Aznavour et Milva, Toto Cutugno, Umberto Tozzi, Adriano Celentano, et Gigliola Cinquetti entre autres.

Bon soyons honnêtes, ça commence par un décor qui se veut typique et qui ressemble à une reconstitution fauchée d’une pizzéria de galerie marchande. Quand Yves Lecoq gêné par cette corvée demande à Frédéric François, élevé en Sicile, s’il a l’impression d’être un peu chez ses grands-parents, il faut au chanteur une dose considérable d’enthousiasme de commande pour feindre d’y croire. On souffre pour eux, d’autant qu’ils sont entourés de quelques figurants habillés en yachtmen des années 50 (lointain rappel chic de Vacances romaines?) toutes dents dehors, crispés dans une attitude joyeuse, donc forcément italienne. La dolce vita version série Z.

Dans une narration de thèmes sensés nous faire découvrir l’Italie se succèdent des chansons soit interprétées par des Italiens soit par des français mais avec un rattachement italien. Ainsi Léo Ferré uniquement parce qu’il habitait en Toscane…. Les propos de transition de Karen Cheryl et de Henry-Jean Servat, débités dans une syntaxe approximative, sont décousus et rendus encore plus improbables qu’ils sont systématiquement ponctués par le même plan de coupe d’unes des figurantes. A croire qu’on manquait tellement de moyens qu’on n’a pas pu les payer pour qu’ils restent durant toute la durée du tournage
Au milieu de ce naufrage que peut-il arriver de plus aux téléspectateurs ballottés entre les commentaires à deux balles et les images achetées à l’INA ? L’invité mystère ou plutôt l’invité improbable, en l’occurrence Bobby Solo.

Vite précipitez-vous sur votre ordinateur pour le googleliser. Vous apprendrez que la réplique romaine du King est l’auteur de la chanson “une larme dans tes yeux”, dont Mike Brandt a fait une reprise.
Bref on a fini par apprendre quelque chose, preuve que la charte de France Télévisions a été respectée, au moins s’agissant de diffusion de la culture…. entre Rimini et Paris.

Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !
Participez au développement de Causeur, faites un don !

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

A lire sur Causeur.fr

Vous devez être inscrit pour commenter.

  • 30 Janvier 2011 à 4h37

    pirate dit

    Ni l’un ni l’autre sophie, c’est les circonstances.

  • 30 Janvier 2011 à 2h43

    Sophie dit

    C’est le contenu du boulot qui vous déçoit ou qui vous exaspère, ou c’est le noviciat qui vous est insupportable?

    Parce que la stratégie à établir n’est pas la même selon les cas de figure….

  • 30 Janvier 2011 à 2h01

    pirate dit

    “Quoi de neuf en cuisine? Vous épatez la galerie grâce à vos cailles rôties aux figues, votre inoubliable sauce aux fines herbes, votre duo de poissons à la normande, votre salade de gésiers confits et votre bouchon fondant aux deux chocolats que tout Lyon s’arrache?

    Vous réintégrez vos pénates fourbu et courbattu, mais heureux et comblé?

    La vita e bella?”

    Non.

  • 30 Janvier 2011 à 1h07

    Sophie dit

    1 000 mercis, Pirate.

    Quoi de neuf en cuisine? Vous épatez la galerie grâce à vos cailles rôties aux figues, votre inoubliable sauce aux fines herbes, votre duo de poissons à la normande, votre salade de gésiers confits et votre bouchon fondant aux deux chocolats que tout Lyon s’arrache?

    Vous réintégrez vos pénates fourbu et courbattu, mais heureux et comblé?

    La vita e bella?

  • 30 Janvier 2011 à 0h41

    pirate dit

    Tiens puique je la tient, je redite Sophie, bravo pour ton article, ce que j’en ai lu. Et le choix de la photo.

  • 30 Janvier 2011 à 0h39

    Sophie dit

    Je regarde rarement la télé, mais j’assume mon côté midinette.

    Ti
    Aaaaamo,
    Ti amo, ti
    Aaaaamo,
    Ti amo, ti amo, ti amo, ti amo ti amo, ti
    Aaaaaamoooooooo!

    Mon Chéri et moi, les yeux dans les yeux, surplombant nos escalopes piémontaises et notre frisante, un bout de chandelle plantée sur une bouteille de chianti!

    Comme dirait Fioriono “Mai restare, da soli, non piangere, mai!”

    Et après?

    On n’a pas tous les jours la tête à relire Bossuet!

    Non, mais!

  • 29 Janvier 2011 à 21h33

    Olivier dit

    A Vincent et Gilbert Duroux : au-delà de l’ironie, l’état navrant des émissions de chansons à la télé suggère une vraie question : à l’heure de la multiplication des chaines et d’internet, il devrait être paradoxalement possible au service public de (re)prendre le risque d’une émission où de bons auteurs ou interprètes viendraient, dans un studio sans public et avec un présentateur sobre et s’exprimant en bon français, interpréter chansons et poèmes mis en musique. Eventuellement autour d’un thème ou d’un auteur. Et en “prime-time” évidemment. Je prends le pari qu’aujourd’hui, ça marcherait. Ou alors, une majorité de nos concitoyens sont irrécupérablement formatés (c’est-à-dire définitivement cons), comme le pense – inconsciemment – le boute-en-train démagogue Patrick Sébastien déjà mentionné.

  • 29 Janvier 2011 à 21h14

    Gilbert Duroux dit

    Olivier dit :
    29 janvier 2011 à 20:02

    “Erreur : Bobby Solo a chanté « una lacrima sul viso » (adapté par je ne sais plus qui en « une larme sur ton visage »), un slow « early sixties » qui n’a rien à voir avec « Une larme dans tes yeux » chanté bien plus tard par Mike Brant dans un style « mid-seventies ». L’information culturelle ne souffre pas l’approximation”.

    Vous avez raison Olivier. Faut-être le dernier des incultes pour confondre. Et c’est pas la peine de se foutre de la gueule d’Henri-Jean Servat (qui le mérite) si c’est pour faire pire.

  • 29 Janvier 2011 à 20h49

    Olivier dit

    A l’attention de l’auteur : si vous aimez vous repaître, fût-ce par fascination morbide, de ringardises italianisantes, vous pouvez entendre régulièrement, le samedi soir, la “chanson” de Patrick Sébastien qui clôt son émission de music-hall, avec figuration folklorique, paroles-clichés sur la joie de vivre des Italiens et rengaine insupportable.
    Pour qui aime l’Italie et la bonne chanson : il y a le poème de Musset “A mon frère revenant d’Italie” merveilleusement mis en musique par Georges Brassens et figurant sur un album posthume de 1983 regroupant quelques enregistrements inédits.

  • 29 Janvier 2011 à 20h31

    Vincent dit

    Bien vu,Olivier.C’est Lucky Blondo qui a repris “Una lacrima sul viso” (“Sur ton visage une larme”).Non mais!

  • 29 Janvier 2011 à 20h25

    Saul dit

    vous avez de droles de gouts Rodolphe, pour regarder ce genre d’émission..
    bon j’avoue, j’ai vu juste les premières minutes, et ça avait l’air d’être très…prometteur…
    mais j’ai zappé, dans un reflexe inconscient…

    @ Fiorino,
    peut être l’avez vous déja, mais il y a un numéro du magazine “L’Histoire” qui a sorti un spécial Italie, si vous ne l’avez pas je vous le conseille, très bon, et j’aurais aimé avoir votre avis dessus (ils confirment ce que vous disiez sur les avancées sociales dues au régime fasciste)

  • 29 Janvier 2011 à 20h02

    Olivier dit

    Erreur : Bobby Solo a chanté “una lacrima sul viso” (adapté par je ne sais plus qui en “une larme sur ton visage”), un slow “early sixties” qui n’a rien à voir avec “Une larme dans tes yeux” chanté bien plus tard par Mike Brant dans un style “mid-seventies”. L’information culturelle ne souffre pas l’approximation.

  • 29 Janvier 2011 à 16h21

    Borgo dit

    D’ailleurs White Horse l’a dit : les économies serviront à payer le petit pactole de Guillon. Un qui s’y connait en attitude citoyenne : content d’empocher son fric, mais colère que ce soit la collectivité qui paie.
    Ah mais !

  • 29 Janvier 2011 à 16h17

    Borgo dit

    Ah Bobby Solo ! Heureusement qu’il était là…

  • 29 Janvier 2011 à 16h16

    Dōseikon dit

    De même que, dit-on, les cimetières sont remplis de gens irremplaçables, il est probable que les poubelles de la médiasphère enfouiront dans l’oubli qu’elles méritent — douce justice immanente — les apparitions gonflantes de Me Bosselut sur un peu tout et n’importe quoi.

    (Si Me pouvait d’ailleurs passer davantage de temps à soigner sa syntaxe éclopée que devant son poste de télé, ça nous soulagerait la sensibilité. D’avance merci.)

  • 29 Janvier 2011 à 14h43

    hathorique dit

    C’était surement une émission à renforcer les italo-phobiaques, qui aurait pu être sponsorisée par Berlusconi.

    Mais la chanson italienne c’est aussi la splendide Milva.

    http://www.youtube.com/watch?v=RWgl3vJravs&feature=fvwrel

  • 29 Janvier 2011 à 9h33

    White Horse dit

    Cela n etait pas plus nul qu un des ces débat entre un second couteau UMP, un prétendant PS, un extrémiste caricatural animé par un présentateur mondain avec l aide de politologues vendeurs de sondages, d’experts autoproclamés et du comique de service chargé de casser les invités.
    Bien sur que cela n était pas terrible, mais ce petit gout de nostalgie !! et puis en période de crise peut être une manière d économiser ( a vérifier) pour payer les indemnités de Guilon

  • 29 Janvier 2011 à 9h25

    Fiorino dit

    La verité sur les hommes ;-)
    http://www.youtube.com/watch?v=g1nrmqM0XWY

  • 29 Janvier 2011 à 9h18

    Fiorino dit

  • 29 Janvier 2011 à 8h05

    Roba dit

    Me Bosselut, la bande-annonce prédisait déjà que ce serait nul et catastrophique. Si vous avez malgré tout regardé cette émission: ou vous êtes masochiste… ou votre femme est italienne et vous a contraint à contemple ce chef d’oeuvre.