CRIF : les imprécations de Claude Askolovitch | Causeur

CRIF : les imprécations de Claude Askolovitch

Misère de l’antifascisme de pacotille

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
Journaliste.

Publié le 27 avril 2012 / Société

Mots-clés : , , ,

Claude Askolovitch est un journaliste en vue dans le microcosme. Grand reporter au Point après avoir éditorialisé au Journal du dimanche et fait ses classes au Nouvel Obs, il ne manque pas d’espace pour s’exprimer, d’autant plus qu’il est fréquemment invité dans divers talk-shows à la radio ou à la télé. Cette notoriété, qu’il doit à son talent et son entregent, devrait l’inciter à mesurer ses propos, et à ne manier l’insulte qu’avec d’infinies précautions et surtout lorsqu’il y a vraiment matière à s’indigner.

La charge au bazooka contre le président du CRIF Richard Prasquier publiée par Marianne2.fr se veut inspirée par la bonne conscience d’un antifascisme de bon aloi, mais s’exprime dans une forme que n’aurait pas reniée les polémistes antisémites du Gringoire des années 30. Le titre d’abord : « La morale du Crif s’arrête aux portes du ghetto ». On peut tout à fait, en tant que juif, être en désaccord avec les prises de positions du CRIF, ne pas se sentir représenté par lui et le clamer haut et fort. Nombreux sont ceux qui font un usage immodéré cette possibilité, et trouvent sans difficulté des médias complaisants pour les relayer, en dépit de leur statut ultra-minoritaire parmi les juifs de France. Mais ramener au « ghetto » et à toutes les images dévalorisantes attachées à ce concept l’organisation de représentation politique du judaïsme français, pluraliste et diverse dans toutes ses instances, est une insulte à la raison et au bon sens. Qu’aurait pensé Askolovitch de quelqu’un qui aurait écrit que « la morale de l’UOIF s’arrête aux portes de la casbah » ?

Le ghetto obsède tellement notre imprécateur qu’il y revient en conclusion pour affirmer qu’il abrite aujourd’hui des « salauds », dont Richard Prasquier serait le chef de file. Rien de moins. Cette fureur est d’autant moins admissible que, de l’aveu même d’Askolovitch, elle ne dénonce pas le président du CRIF sur ce qu’il dit, mais sur ce qu’il ne dit pas. L’imprécateur aurait souhaité que Richard Prasquier sonne, pour le public israélien, le tocsin antifasciste et partage son diagnostic sur une « France malade » accordant 18% des voix à Marine Le Pen. Ne pas obéir à l’injonction d’Askolovitch fait de vous ipso facto un complice du FN, donc un salaud, sartrien peut-être, c’est plus chic, mais cela revient au même.

L’objet de la tribune sollicitée par le quotidien de gauche israélien Haaretz se limitait à demander au président du CRIF les conséquences de la victoire au second tour de l’un ou de l’autre candidat sur les relations du pouvoir avec le judaïsme français et sur la politique de la France vis-à-vis du conflit du Proche orient. On pourra vérifier, en lisant cet article qu’il n’est en rien un brevet d’honorabilité accordé à Marine Le Pen.

Claude Askolovitch, présenté par Marianne2.fr comme un « bon connaisseur des institutions juives » ne peut donc ignorer que, depuis son accession à la tête du CRIF, Prasquier a fermement maintenu l’ostracisme que cette institution fait peser sur le FN, alors que quelques voix, dans les instances dirigeantes de la communauté, s’étaient élevées pour y mettre fin à la suite de la reconnaissance, par Marine Le Pen, de la Shoah comme « le summum de la barbarie ». Il n’a pu également lui échapper qu’au lendemain du drame de Toulouse, c’est lui qui, sur le perron de L’Elysée en compagnie du Grand Rabbin Gilles Bernheim et du recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur, lançait un appel exhortant les Français de toutes confessions à ne pas faire d’amalgame entre Mohamed Merah et l’ensemble des musulmans de France. Et c’est cet homme que l’on voudrait clouer au pilori comme fourrier du discours lepéniste dans la communauté juive ! Askolovitch se pare au détriment d’un homme d’honneur, et au mépris de la vérité, d’une vertu antifasciste de pacotille aussi intempestive que dérisoire.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Avril 2012 à 10h50

      Bibi dit

      French Jewish leader in hot water over apparent endorsement of Sarkozy
      Le lecteur de cette version apprendra que the weekly Marianne, which is vehemently hostile to Sarkozy, tandis que celui de la version en hébreu affirme que cet hebdo “est très critique envers Sarkozy”.
      En outre, le lecteur en hébreu apprendra que “la tempête qui a éclaté en France prouve que la communauté juive occupe encore une place centrale dans la campagne électorale”, tandis qu’au lecteur de la version en anglais on apprend que The controversy reveals that religious communities are still at the heart of the campaign.. Tempête=controverse, communauté juive=communautés religieuse s, chouette!
      Ce ne sont que quelques-uns des écarts entre les 2 versions, pratique courante de Ha-ha-haaretz.
       

    • 29 Avril 2012 à 10h27

      ALMARST dit

      Askolovitch.  KAPO juif.
      Hélas des juifs comme Askolovitch ont toujours existé  tout le long de l’histoire juive. Ce kapo médiatique tient sa réputation en attaquant les juifs pour passer pour un progressiste. Cela lui donne l’impression d’être  un homme libre et indépendant.

      En revanche pour le kapo Askolovitch attaquer les arabes et  les musulmans relèvent du  raciste et  de la xénophobie. 

    • 28 Avril 2012 à 13h26

      Marcel Meyer dit

      S’attirer la haine de Claude Askolovitch est un honneur. Je ne suis pas certain que M. Prasquier en soit toujours et pleinement digne.

    • 28 Avril 2012 à 2h55

      nedobejkine dit

      Hélas il n’est pas pire antisémite qu’un juif aveuglé par son désir de se fondre dans l’anticonformisme.

    • 27 Avril 2012 à 22h49

      Fiorino dit

      Je remet ici le lien, dans cette vidéo JFK tient de propos allucinant sur les attentats sucides en Israël si quelqu’un peut se la procurer…
      Avec Jean-François Kahn (directeur de l’hebdo « Marianne »), l’amiral Jacques Lanxade (Chef d’état-major particulier du Président de la République (avril 1989 – avril 1991) et Chef d’état-major des armées (avril 1991 – septembre 1995), Roni Brauman (Médecins sans frontières), Ghislaine Doucet (docteur, conseiller juridique de l’association “SOS Attentats” et membre du CICR). Théologiens : Olivier Abel, théologien protestant, Christian Mellon, théologien catholique.
      http://www.protestants.org/fileadmin/user_upload/tv/pdf/catalogue_video_120212.pdf

    • 27 Avril 2012 à 21h42

      Fiorino dit

      En plus deux articles sur marianne l’autre de jack dion qui en a profité pour venger son ex candidat bové qui avait dit que derrière les attaques antisémites en France il y a vait le mossad. Il y a vait un temps où Dion et Asko étaient anti-Ramadan, maintenant anti-Prasquier…

    • 27 Avril 2012 à 20h18

      Fiorino dit

      C’est vrai eetu j’avais oublié, il y a eu un moment où ils s’était spécialis dans la lutte contre l’antisémitisme d’extrême gauche. C’est pour cela que c’est très effrayant de voir les gens retourner leur veste a quelques semaines de l’élections présidentielle sur des sujets aussi délicats.

    • 27 Avril 2012 à 17h04

      Bibi dit

      Le “connaisseur” ne s’indigne-t-il par cet article?
      http://www.haaretz.co.il/news/world/france2012/1.1693682

      Pas sympa qu’Haaretz ne mentionne pas que ce n’est qu’une traduction de ceci:
      http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/pour-ne-pas-laisser-a-marine-le-pen-le-benefice-de-sa-victoire-26-04-2012-1455272_69.php

      Mais franchement, sur les 14% de votants en Israël (un peu plus de 7 000 personnes, et il ne s’agit pas que de juifs), ayant majoritairement (83%) élu NS au 1er tour, qui pense-t-il convaincre? Et quel est l’objectif de cette publication en hébreu?
        

    • 27 Avril 2012 à 15h17

      morsang dit

      Ces disputes (un peu communautaristes) nous dépassent.Nous ne feigneront pas (nonobstant Cocteau) d’en être les organisateurs

      • 27 Avril 2012 à 18h11

        Bibi dit

        Il y a environ 500 000 de juifs en France (et ça baisse), et qui appartiennent, comme tout citoyen, à des associations (communautés) de toutes sortes, dont certaines “confessionnelles”. La polémique n’étant pas connotée négativement (bien le contraire) dans la tradition juive, il n’est pas rare d’observer ce genre de comportements impliquant des personnes identifiées (par elles-mêmes ou par d’autres) comme juives. Mais cela n’en fait pas pour autant nécessairement une dispute communautaire.

        Il est vrai que dans le cas particulier exposé ci-dessus il y a un soi-disant émancipé des cloisons communautaires, qui accuse un représentant (élu) d’une association d’associations d’enfermement dans un communautarisme imaginaire, créé de toutes pièces par l’accusateur et ses camarades, afin de stigmatiser les juifs de manière équitable (par souci d’égalité avec des membres d’une autre minorité religieuse). 
         
        Que les positions anti-sionistes virulentes puissent inquiéter le représentant d’un collectif d’associations plutôt sionistes au moins tout autant que des positions anti-juives – voilà ce qui enrage le “connaisseur émancipé”. 
         

      • 29 Avril 2012 à 21h32

        lisa dit

        je feindrai
        tu feindras
        il feindra
        nous feindrons
        vous feindrez
        ils feindront

        Le cherettendre

    • 27 Avril 2012 à 13h19

      from dit

      Nous vivons vraiment en des temps intéressants…

    • 27 Avril 2012 à 13h06

      L'Ours dit

      Ce n’est pas la première fois que je trouve les réflexions d’Askolovitch complètement biaisées, et comme il n’entend pas lorsque j’essaie de le recadrer en lui répondant par téléviseur interposé, il ne me reste qu’à attendre profitablement les articles de Rosenzweig pour me remettre.

    • 27 Avril 2012 à 13h04

      Naif dit

      Une charge directe qui mérite de mettre le pied dans le plat mais ne fera pas changer un fanatique comme askolovitch incapable de s’interroger sur ses engagements et sur leur conséquences. Et comme effectivement il est partout cette réponse n’est pas près de changer grand chose, mais ça fait du bien ! 

    • 27 Avril 2012 à 13h03

      Promizoulin dit

      Aaaah ce brave Askolovitch… Il est bien pratique finalement, car lui et quelques autres comme Muchielli ou Wieviorka, ce sont de véritables boussoles qui indiquent le Sud, c’est toujours utile pour se repérer intellectuellement ! :)

    • 27 Avril 2012 à 13h00

      Bibi dit

      Askolovitch serait « Bon connaisseur d’Israël et de la communauté juive française » selon Marianne, mais ignare de la presse israélienne: la tribune de Prasquier n’est toujours pas parue en hébreu. 
      De plus, la connaissance de la langue anglaise – langue dans laquelle la tribune est parue – dudit “connaisseur” présente des lacunes pour le moins curieuses. Comment et pourquoi fait-il l’impasse sur une phrase telle que It is clear however that, whatever the results of the election, the important issue of secularity will lead to difficulties in the legal adjustments to religious practices such as shechita. ?
      (Il est clair cependant que, quelles que soient les résultats de l’élection, le sujet important de la sécularité (laïcité?) va entrainer des difficultés dans les ajustements légaux à des pratiques religieuses telles que l’abattage rituel).

      De surcroit, le pauvre “connaisseur” ne peut se référer à une autre tribune, dans la même plateforme, intitulée “La France choisit la peur” par la correspondante spéciale – celle-ci n’est parue qu’en hébreu! C’est d’ailleurs la ligne éditoriale (en anglais, on peut recenser au moins 2 autres tribunes très inquiètes du score MLP). 

      Il est grand temps pour ce “connaisseur” et ses camarades de franchir la muraille du goulag mental dans lequel ils s’enferment et qui est responsable de leurs difficultés de compréhension. 
        

      • 27 Avril 2012 à 13h10

        Bibi dit

        Autre méconnaissance du “connaisseur”: sa tribune commence par Quand le Front national rameute un électeur sur cinq en agressant l’immigré et le musulman, l’homme qui représente les juifs de France n’y voit pas malice, et éprouve le besoin de le dire au peuple israélien.
        Mais (a) il n’existe pas de peuple israélien, et (b) le lectorat d’Haaretz en anglais (et en hébreu) est non seulement ultra-marginal en Israël, mais surtout composé de non-israéliens.
          

    • 27 Avril 2012 à 12h31

      eetu dit

      askolovitch, ça me rappelle de vieux souvenirs …
      C’est lui qui avait monté de toutes pièces et lancé ce que l’on a appelé “l’affaire Siné” il y a 3 ans.
      L’ayant entendu sur RTL hurler à l’antisémitisme, j’étais allé sur Charlie-Hebdo constater l’objet du délit, qui comme chacun sait (décisions de justice à l’appui) ne valait même pas un froncement de sourcil.
      Comme il s’était à cette date manifesté sur Mediapart sur un autre sujet, j’avais envoyé un post le traitant de crétin, ce qui était bien le minimum pour cet incendiaire inconscient … Cela m’avait valu un éditorial indigné de plénel, appelant à la conscience universelle comme lui seul peut le faire, et me traitant d’antisémite quasiment à l’égal d’hitler.
      Le petit asko avait reçu en récompense de la part du bouffon un gros sucre d’orge (chez le frère lagardère) en même temps que son complice val, nommé oberkommandant hees-hees (à France-inter).
      C’est dire que je n’ai rien à cirer de ses ennuis avec le sieur prasquier, lequel, s’il ne mérite pas les injures d’asko cette fois-ci, les mérite au moins pour l’ensemble de son oeuvre …

      • 28 Avril 2012 à 1h39

        newparadigm dit

        Val, nommé hees-hees (à France-inter)
        Et ça donne des leçons de maintien à Askolovitch ?
        Mais je partage l’exaspération de LR à propos du susdit. Son arrogance et sa suffisance l’ont déjà qualifié haut la main pour le Grand Prix Macé Scarron de l’Honnêteté Intellectuelle et la Bonne Foi.