Colombie: la triste victoire de la résignation | Causeur

Colombie: la triste victoire de la résignation

Les espoirs de paix douchés

Auteur

Alexis Brunet
est professeur de français langue étrangère.

Publié le 04 octobre 2016 / Monde

Mots-clés : , , ,

Faisant voler en éclats les sondages qui annonçaient ces dernières semaines une large victoire du « oui » au référendum sur la paix avec les Farc, le « non » l’a emporté sur le fil dimanche dernier. Si j’étais dubitatif sur la crédibilité de ces sondages, j’ai aussi été déconcerté par l’annonce du résultat.
colombie paix farc referendum

Sipa. Numéro de reportage : AP21958415_000017.

Santos, le président colombien, aurait pu faire passer son traité de paix avec les Farc sans consulter le peuple. Il a souhaité lui donner plus de poids en organisant un référendum. Il s’est sans doute imaginé un peu naïvement qu’on préfère une paix -même imparfaite- à une guerre. Sauf que non. L’accord n’a aucune valeur légale. Six ans de négociations pour rien. Un plan de paix de près de trois cents pages que peu de Colombiens ont lu pour rien. Des signatures et annonces à tout va pour rien. Les colombes et le Prix Nobel envolés. Vu ainsi ça pourrait prêter à sourire. Sauf qu’il s’agit de la tentative la plus aboutie de mettre un terme à un bien vieux et sale conflit qui s’envole avec. Pourquoi les Colombiens ont-ils rejeté cet accord dans l´isoloir ? Beaucoup ont eu peur qu’il permette aux Farc d’accéder un jour au pouvoir. L’ancien président Alvaro Uribe -grand vainqueur de ce coup de théâtre-qui n’a cessé de clamer ces derniers mois que cet accord ouvrirait la porte à une dictature communiste de type Venezuela ou Cuba, y est pour beaucoup. Il ne s’agissait pourtant que de cinq députés et cinq sénateurs des Farc qui auraient fait leur entrée dans l’arène politique. Et à moins d’un coup d’Etat, imaginer Timochenko -guide suprême des Farc- qui doit se contenter d’un taux de popularité de 3 %, être couronné un jour premier roi communiste de  Colombie revient à envisager que nous serions bientôt dirigés par Nathalie Artaud. Une hypothèse mensongère et grotesque donc, mais qui a porté ses fruits.

Les Farc mènent le bal

L’ironie de cette histoire, c’est que la possibilité ou non de voir renaître un plan de paix est soumise au bon vouloir des Farc. Ces derniers ont affirmé à plusieurs reprises avant le vote que si le « non » l’emportait, ils ne retourneraient pas à la table des négociations. Santos a aussi dit que les hostilités reprendraient. Uribe a répété pendant des mois que cet accord devait être modifié. Sauf qu’invité aux négociations à la Havane quatre ans durant, il n’a jamais voulu y mettre les pieds.  À l’annonce des résultats, tandis que Santos a affirmé vouloir lutter pour la pacification de son pays jusqu’à la fin de son mandat, Timochenko a annoncé maintenir sa volonté d’aller jusqu’à la paix. Reste à voir si les coéquipiers de ce dernier acceptent de reprendre des pourparlers, et sous quelles conditions. Beaucoup de Colombiens ont estimé que ce traité n’était pas assez dur envers les Farc, et doutent de la bonne intégration des guérilléros dans la société civile. Mais ces derniers ont-ils vraiment intérêt à accepter d’aller docilement en prison – et avec le sourire- alors qu’ils n’ont jamais perdu leur guerre ?

On me rétorquera que les blessures d’un conflit sont très difficiles à panser, et que n’ayant jamais vécu la guerre –et j’en suis verni- je suis bien mal placé pour donner des leçons de morale. C’est vrai. Reste que les victimes directes des Farc, tout comme les régions rurales qui ont le plus souffert du conflit, ont très largement voté en faveur du plan de paix, à l’inverse des citoyens des grandes villes, qui vivent essentiellement le conflit à travers la télé.

On pourra objecter  que, comme dans l’épisode du Brexit, le peuple a su donner une belle leçon aux élites qui prétendent savoir ce qui est bon ou non pour lui. C’est vrai là aussi, Santos a été trop confiant, il s’est emballé, et les journaux ont sans doute trop voulu inculquer aux Colombiens ce qu’ils devaient faire (voter « oui ») et ne pas faire (voter « non »). Mais il s’agit d’un sujet un peu plus grave que la sortie ou non de l’Union européenne : il s’agit de guerre et de paix. Au lieu de prendre exemple sur l’Irlande du Nord qui parvint à surmonter ses soifs de vengeance pour accéder à une société pacifiée, le peuple colombien a préféré la voie du conflit interminable et insoluble, ou du moins celle d’un avenir incertain. Un choix démocratique donc respectable, certes, mais il devra en assumer les conséquences. Si le cessez-le-feu –pour l’instant maintenu- devait par malheur être levé, ce sont les gens des régions rurales, qui ont très largement soutenu cet accord, qui seraient les premières touchées.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Octobre 2016 à 7h24

      pbd dit

      J’habite hors de France depuis des décennies et suis encore une fois surpris par le décalage entre les articles de la presse francaise et ce que l’on peut constater sur le terrain. Et il ne s’agit pas que des 50% de touristes en moins que va recevoir la France de KIm K. … Déjà que le mot d’ordre des asiatiques est de zapper la France. Puis je dire que ma famille et moi , et nos amis, sommes à chaque fois angoisses à l’idée d’atterrir à CDG.?  La sortie de la GB de l’Europe est une bonne chose pour le UK, n’en déplaise à certains. Le vote no aux farc est réaliste. 
      Dans le pays où je réside actuellement, souvent les journalistes occidentaux et asiatiques nous demande des éclairages sur le pays. Les journalistes français ont déjà leurs idées préconçues, l’avantage c’est qu’ils savent mieux que nous … Cool. Il me souvient d’un temps où les rédactions avaient des correspondants du cru ….  

      Tout ça pour dire qu’il doit bien y avoir des raisons à ce no. 

    • 5 Octobre 2016 à 19h10

      Warboi dit

      “Un choix démocratique donc respectable, certes, mais il devra en assumer les conséquences”. Exactement comme le brexit. Très démocratique, très respectable et dont il faudra tout assumer.

    • 5 Octobre 2016 à 17h53

      Hannibal-lecteur dit

      À quoi sert-il de parler d’un choix démocratique “respectable”. Le choix démocratique ėtant pollué par tant d’impondėrables sentimentaux et dû pour l’essentiel au troupeau des foules peu instruites sinon peu intelligentes n’est JAMAIS “respectable”. 
      On doit le respecter quand on l’a choisi comme système politique, mais il n’est jamais “respectable” en tant que tel, vu les vices et les lacunes de son fonctionnement.  

      • 5 Octobre 2016 à 19h12

        Warboi dit

        Vous connaissez mieux ? Bien sûr que les choix sont rarement rationnels. Et alors. Au moins il y a choix.

      • 6 Octobre 2016 à 4h34

        maxou dit

        les foules “peu instruites” vivent ce que vous ne vivez pas. et c’est leur expérience qui leur fait déterminer leur vote.

      • 6 Octobre 2016 à 4h36

        maxou dit

        les foules “peu instruites” vivent ce que vous ne vivez pas. et c’est leur expérience qui leur fait déterminer leur vote. Bien des “instruits” n’ont aucune expérience de la vie du “troupeau” alors le choix du “troupeau” en vaut bien un autre.

    • 5 Octobre 2016 à 17h14

      François047 dit

      En 1923, Hitler etait emprisonné pour avoir avec, une poignée (toute petite) de fidèles, tenté un coup d’état. En 1933, 10 ans plus tard, il était chancelier… Il est des choses avec lesquelles il ne faut JAMAIS transiger. Regardez la France. Ce qui était autrefois une bienveillante tolérance pour une minorité est devenu un dû.

      • 6 Octobre 2016 à 4h39

        maxou dit

        Parce que ce n’est plus une minorité ……

    • 5 Octobre 2016 à 12h10

      vieuxchameau dit

      “De la résignation” ?????? Les Khmers rouges sont partis de rien et on a vu les résultats soutenus par la campagne ……
      Les paysans souffrent, c’est vrai! Mais si vous donnez un seul doigt aux FARC, ils vous boufferont le bras
      Donc soit un plan de paix est nettement plus draconien vis à vis d’eux et de leurs immondes chefs bien riches, bien gros, bien gras (comme bon nombre de dirigeants communistes)….Soit il faudra finir par les éliminer militairement!

    • 5 Octobre 2016 à 7h12

      Naif dit

      le parti pris de l’auteur fausse la vision.

      Habitude bien française de donner son opinion avant de donner les faits.

      Comme d’hab quand on est de gauche on diabolise l’adversaire,  sous entendu que si les gens ont voté contre c’est à cause de ce salaud d’Uribe. Il est vrai que le peuple est con et qu’il est incapable de libre arbitre, il faut donc lui imposer des choix difficile mais nécessaire.  

      Ah la dictature il n’y a que cela de vrai quand on est de gauche !

    • 4 Octobre 2016 à 17h49

      bu2bu dit

      L’Irlande du Nord, une société pacifiée?
      N’importe quoi. La Bosnie Herzégovine et le Kosovo sont aussi des sociétés pacifiées, s’pas?
      Keskon peut lire comme con.eries, quand même….

    • 4 Octobre 2016 à 16h59

      ALOIS.CH dit

      Abonné depuis peu, mais lecteur fidèle, je saisis cette opportunité, non pas pour réagir à cet article, mais à celui de Roland Jaccard, que je découvre toujours avec impatience et bonheur, comme les autres d’ailleurs… Je serai donc hors sujet mais bref. Amateur très modéré du monde numérique, j’ignore si ces quelques lignes atteindront le but qu’elles se fixent. La citation de Luc Weibel “L’écriture doit être tout sinon elle n’est rien”, rappelle étrangement celle de G.Bataille “La littérature est l’essentiel ou n’est rien”. Bon, il n’y a pas mort d’homme. A force de lire on finit par s’approprier certaines paternités, sans malice, comme le reconnaît Claude Rich au début des Tontons Flingueurs. Mais peut-être eût-il été intéressant de le signaler. Passionnant numéro encore. Bien cordialement.

      • 5 Octobre 2016 à 12h19

        vieuxchameau dit

        Bienvenue sur ce forum….Du coup j’ai pu prendre connaissance de l’article cité par vous….Je salue votre culture…..et j’espère lire prochainement vos commentaires en rapport avec l’article du jour car oserai je vous l’avouer et avec beaucoup d’humilité….Au delà de votre style, le fond m’a quelque peu laissé sur ma faim…..Cordialement

    • 4 Octobre 2016 à 16h51

      Félix dit

      La Vérité, quand on voit le comportement des FARC qui menacent de ne pas retourner à la table des négociations, est que toute entente avec des terroristes, des bandits, des rebelles s’est toujours révélée impossible.

      Voyez ce qu’il en a été des accords avec Pablo Escobar. Il a fallu le tuer une fois pour toutes pour en être débarrassé.

      Si l’on faisait la même chose avec nos candidats au terrorisme, on en serait définitivement débarrassé.

    • 4 Octobre 2016 à 15h39

      steed59 dit

      peut-être aussi parce que la base sociologique des FARC était en milieu rural

    • 4 Octobre 2016 à 15h32

      Tassendar dit

      C’est bête mais cela s’appelle la Démocratie. On ne peut pas la célébrer pour le Brexit ou d’autre consultations et la pourfender ailleurs. Peut être que les conditions de la paix (que les FARC deviennent un mouvement politique) ou d’autres détails ne plaisent pas au peuple.

      • 4 Octobre 2016 à 16h44

        beubeuh dit

        C’est à de demander si le Traité de Versailles, l’Armistice de 1945 ou la réunification allemande n’auraient pas été rejetés par réferendum.

        • 5 Octobre 2016 à 16h17

          steed59 dit

          Le traité de Versailles avait été rejeté par le Congrès US