Cœur de pirate: l’autre coming out | Causeur

Cœur de pirate: l’autre coming out

Grâce à Justin Trudeau, la Québécoise est… “fière d’être Canadienne”!

Auteur

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté
est sociologue, auteur du "Multiculturalisme comme religion politique" (Cerf Ed., 2016).

Publié le 08 juillet 2016 / Culture Monde Société

Mots-clés : , , , ,

Béatrice Martin, la chanteuse de Cœur de pirate, lors de la cérémonie des 25e Victoires de la musique en 2010 (Photo : SIPA.00595091_000100)

Béatrice Martin, alias Cœur de pirate, vient de faire un coming out inquiétant. Je ne parle pas de celui à propos de son identité sexuelle qui la concerne d’abord et avant tout même si elle a senti le besoin de nous en parler, ce qui était évidemment dans son droit. Qu’elle soit queer ou non, c’est son affaire. On lui souhaite seulement du bonheur. Je parle plutôt de son coming out politique, il y a quelques jours, dans le cadre des activités du 1er juillet. Celui-là est autrement plus troublant : Cœur de pirate a fait son coming out canadien. Elle est fière d’être canadienne. Elle a fait son coming out en sautant dans les bras de Justin Trudeau, à qui elle voue une affection manifeste.

Normal, c’était le 1er juillet, diront les blasés. Pas vraiment. Depuis toujours, les artistes sont les premiers porteurs de l’identité québécoise, qu’ils font vivre, qu’ils réinventent, qu’ils renouvellent, qu’ils approfondissent, qu’ils projettent dans le monde. Naturellement, ils ont embrassé massivement le projet souverainiste. Il y avait là une part de romantisme : quoi de plus beau que chanter le pays à naître? Mais il y avait surtout une intuition forte : une culture, pour vraiment s’épanouir, a besoin d’un pays. Elle ne doit pas seulement survivre dans le folklore mais irriguer tous les domaines de l’existence. Il y a quelques années encore, on pouvait difficilement imaginer un artiste québécois résolument fédéraliste.

Mais voilà que nous changeons d’époque. Le Québec n’est pas indépendant et rien n’indique qu’il le sera bientôt. Et nous définissons de moins en moins un pays par sa culture et de plus en plus par ses valeurs. Il faut dire que les souverainistes ont travaillé eux-mêmes à la déconstruction de l’identité québécoise en la vidant de son contenu linguistique, culturel et historique. Certains, dont j’étais, mettaient en garde contre une définition strictement idéologique de l’identité nationale, du genre « le Québec est progressiste et le Canada est conservateur ». On demandait : que se passera-t-il si le gouvernement fédéral redevient progressiste ?

On le sait, maintenant : les jeunes s’y identifient. Puisque le Canada est passé de Stephen Harper à Justin Trudeau, la nouvelle génération progressiste s’y identifie et décide d’y transférer son sentiment d’appartenance. Évidemment, c’est une identité fantasmatique, car le Canada a beau être le pays du multiculturalisme, du cosmopolitisme et des droits de toutes les minorités qui espèrent advenir sur la scène de l’histoire, il demeure un pays qui nie notre existence comme peuple. Le 1er juillet, Justin Trudeau l’a rappelé : il ne reconnait au Canada qu’une seule nation. Nous n’existons pas. Cela n’est pas sans conséquences pratiques.

 A-t-elle conscience d’adhérer à un pays qui nie sa propre culture ?

Cœur de pirate chante en français. Elle brille d’ailleurs en France et fait la fierté de ceux qui s’enthousiasment lorsque nos artistes rayonnent à l’étranger. Si elle se dit canadienne, tout simplement parce que l’idéologie officielle du Canada de Justin Trudeau lui plaît, a-t-elle conscience d’adhérer à un pays qui nie sa propre culture et refuse même d’appeler son propre peuple par son nom ? A-t-elle conscience d’embrasser un pays qui conteste le statut de la langue française au Québec même et qui milite contre la loi 101 ? A-t-elle conscience qu’en tant que fière canadienne, elle est fière d’un pays qui traite son peuple comme une minorité parmi d’autres et qui a refondé sa constitution sur la censure de son existence. Et quoi qu’on en pense, une constitution est une réalité pesante qui structure durablement la vie d’un peuple.

Peut-être que le coming out identitaire de cette chanteuse talentueuse est symptomatique d’une mutation identitaire globale? Un peuple vaincu, qui a échoué son indépendance, est fragilisé sur le plan identitaire. Il peut même en venir à perdre son nom et à s’identifier au pays qui l’a vaincu. C’est une vieille histoire : on en vient souvent à aimer ceux qui nous dominent. On s’invente une relation imaginaire avec lui, on lui prête mille qualités exceptionnelles, et on croit surmonter ainsi une réalité désagréable. Mais les faits demeurent. Par exemple, le Canada nie la nation québécoise et condamne sa culture à une régression sur son propre territoire.

Un pays, j’y reviens n’est pas qu’une affaire de valeurs, quoi qu’en dise une artiste incroyablement talentueuse qui participe à l’euphorie autour de Justin Trudeau. Si le Parti conservateur revient au pouvoir en 2019, sera-t-elle toujours autant canadienne? Une identité nationale ne peut être aussi instable, sans quoi elle se décompose. Le paradoxe, finalement, c’est que Cœur de pirate, en se disant fière d’être canadienne, chante un pays qui à terme, effacera la culture et la langue par lesquelles elle crée et exprime son génie. Aimer le Canada, pour un artiste québécois, c’est se livrer aux délices d’un amour autodestructeur et suicidaire.

Cet article a été initialement publié dans Le Journal de Montréal.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 10 Juillet 2016 à 19h07

      A_Vlrb dit

      Oh oh! Coeur de pirate ce n’est quand même pas Mozart! Si elle est géniale, quel superlatif va-t-on pouvoir utiliser pour Bach, Beethoven, etc… Moi, je la trouvais gentillette mais un peu conne; il faut croire que je me trompais!

    • 10 Juillet 2016 à 0h00

      Teyras dit

      Merci de dire les choses avec autant d’humour.Le Québec va se sentir pousser des cornes.

    • 9 Juillet 2016 à 22h42

      kriktus dit

      les artistes français participent depuis des décennies à ce même délice autodestructeur; l’impérialisme anglo-américain et maintenant aussi musulman fait la pluie et le beau temps et pareil certains s’inventent une relation fantasmatiques avec les vainqueurs.

      • 11 Juillet 2016 à 0h41

        FRANCDESOUCHE dit

        Excellente façon de dire les choses telles qu’elles sont, malheureusement.

    • 8 Juillet 2016 à 23h30

      Alex Z dit

      Ca me rappelle qu’un jour, dans un magasin d’accessoire auto, ici en France, mon interlocuteur, derrière le comptoir, parlait avec un fort accent québécois. “Ah vous êtes canadien” ? Lui-dis je sans penser à mal, car il me semblait bien que le Québec était une province du Canada.
      “Non” me répondit-il, et au bout d’un moment, “je suis québécois”. J’ai pris cela pour une boutade, mais le gars était très sérieux, et j’ai vite dû réfréner mon sourire car le gars n’avait apparemment aucune envie de plaisanter, et m’a demandé abruptement l’objet de ma visite. J’avais prononcé le mot qu’il ne fallait pas.

    • 8 Juillet 2016 à 14h47

      Jihème dit

      On a mal à la France qui se défait, on a mal au Québec qui renonce à ce qu’il avait de plus profond, son identité particulière et sa langue, sa force de résistance à l’oppression culturelle anglo-saxonne. Comment un peuple qui avait réussi de si belles choses pourrait-il ainsi renoncer et se perdre dans le grand magma du multiculturalisme alors qu’il est LE vrai peuple fondateur du Canada! Ce sont les forces de gauche et leur idéologie abreuvée de médiocrité politiquement correcte, malencontreusement inspirées des nôtres, qui le conduisent à l’effacement. Qui va à nouveau le réveiller pour assurer son existence ? Après le Brexit, il faudrait relancer la Canexit !

    • 8 Juillet 2016 à 14h01

      Simbabbad dit

      Ça veut dire quoi, “queer”? Voilà autre chose! Je doute que ça aie la même signification que dans le livre de William Burroughs.

      • 8 Juillet 2016 à 20h25

        vieuxchameau dit

        Qui remet en cause toutes les identités sexuelles….pour aboutir sans doute à ce que soit l’on est homosexuel, soit l’on est transexuel, les hétérosexuels devenant des fascistes bientôt nazis , de vieux réactionnaires à éliminer……..Ce sont des gauchistes qui poussent la “gauche” vers ses plus extrêmes limites en espérant encore et toujours les repousser un peu plus loin……Le comble du BOBO

    • 8 Juillet 2016 à 11h56

      Axiophilus dit

      Le problème de l’identité québécoise m’a longtemps préoccupé quand j’étais jeune. J’avais même un correspondant dans une ville des Laurentides. J’ai cru comprendre que le Québec avait obtenu depuis le Révolution tranquille pas mal de concessions de la part du gouvernement fédéral notamment la charte de la langue française dite loi 101. J’ai cru comprendre que l’émergence d’un bourgeoisie aisée qui n’avait plus peur de la finance si décriée par l’église catholique permettait aux québecois de désormais se battre sur le plan économique à arme égale avec les anglo-saxons. J’ai cru comprendre qu’une production culturelle à portée universelle reconnue entre autre par Hollywood , Cannes, las vegas (Denis Arcand, Xavier Dolan, Céline Dion, etc.) à l’inverse de la précédente un peu trop ethnocentrique (œuvres Saint-sulpiciennes, histoires de coureurs des bois, etc.) permettait aux québécois de jouer dans la cour des grands. J’ai cru comprendre que l’idée de souveraineté-association n’était plus à l’ordre du jour. Aurais-je tout faux? Merci d’éclairer ma lanterne sachant que, de ma part, selon l’expression convenue il n’y a ni ingérence ni indifférence.
      P.S.: qu’en est-il de la petite communauté de Français aux Québec? J’y ai un neveu qui, après des études d’ingénieur, a choisi d’y exercer le noble métier de boulanger. (comme dirait Fernand Raynaud: ” l’étranger il était boulanger!”)

    • 8 Juillet 2016 à 11h33

      meylanville dit

      Deux fois, l’article vante son talent . Je ne m’en étais pas rendu compte .

      • 8 Juillet 2016 à 12h21

        Axiophilus dit

        N’étant pas un grand amateur de chansons de variété (euphémisme)je suis allé sur Youtube écouter du cœur de pirate. Sur le plan musical, cela dépasse à peine le degré zéro, sur le plan vocal, elle chante d’une voix nasillarde comme si elle essayait d’imiter l’accent américain, quant aux textes et lorsque l’ on comprend ce qu’elle dit car sa diction n’est pas des meilleures on s’aperçoit que cela ne pisse pas loin. Qu’il me soit permis de lui préférer Isabelle Boulay et les plus anciennes : Fabienne Thibeault , Diane Dufresne, Linda Lemay.

        • 8 Juillet 2016 à 14h15

          Donna se meurt dit

          …et Louise Forestier, joliment allumée (Lindbergh avec Charlebois), et Carole Laure (l’actrice) avec Lewis Furey.

    • 8 Juillet 2016 à 10h48

      JeanBart dit

      La fraicheur de ce papier fait du bien. Va-t-on de nouveau entendre les grincheux qui pestaient contre les référendums en Ecosse ou en Catalogne ?

      • 8 Juillet 2016 à 16h20

        Pierre Jolibert dit

        Oui.
        Nous sommes infatigables.

    • 8 Juillet 2016 à 10h03

      keg dit

      La québecoise fait comme nos politicards et carriéristes-conseillers…..
      Le coming-out n’est pas toujours l’opposé du come-back…..

      http://wp.me/p4Im0Q-1b9

    • 8 Juillet 2016 à 9h43

      steed59 dit

      mais est-elle vraiment une artiste ?

    • 8 Juillet 2016 à 9h18

      Rattachiste dit

      Attendons, le beau minet Trudeau fera long feu. C’est un petit personnage vide et suffisant. Maintenant tout va bien pour lui mais on verra quand certains problèmes plus aigus se poseront.

      On verra la tronche des multiculturaliste canadiens lorsque les islamistes allumeront le premier pétard au pays de l’érable, ce qui, finira, hélas par arriver.

    • 8 Juillet 2016 à 9h17

      Fioretto dit

      Ce sont tout de même les souverainistes qui ont fait venir un max d’immigrés d’Afrique du nord, qui ensuite se sont retourné contre eux lors de la charte de la laïcité.

      • 8 Juillet 2016 à 12h24

        Axiophilus dit

        J’ignorais ce fait. Pouvez-vous développer?

        • 8 Juillet 2016 à 13h22

          Fioretto dit

          Le statistiques ne sont plus disponibles je crois. Mais si vous le trouvez regardez la période dans laquelle les souverainistes étaient au pouvoir et vous verrez que le nombre de migrants venant du maghreb était très fort, ensuite au moment de la charte de la laïcité ce sont bien les maghrebins qui s’y sont opposé de la façon la plus virulente il y en a même un qui a dit “vive les québecoises libres (de porter le voile)”.

    • 8 Juillet 2016 à 8h14

      Clash75 dit

      Peut être n’a t’elle pas mesuré tout cela et n’est t’elle qu attirée que par l’homme trudeau? !
      Son charisme etc. 

      • 8 Juillet 2016 à 8h55

        Ibn Khaldun dit

        Ah bon ? Vous trouvez qu’il a du charisme ? 

      • 8 Juillet 2016 à 9h09

        Villaterne dit

        A l’impossible nul n’est tenu !