Hillary, une russophile honteuse? | Causeur

Hillary, une russophile honteuse?

Clinton (très) mal placée pour faire la leçon à Trump

Auteur

Geoffroy Géraud-Legros
Journaliste et intellectuel réunionnais.

Publié le 12 août 2016 / Monde

Mots-clés : , , , , ,

Il y a quelques années, le couple Clinton a entretenu une véritable lune de miel avec le Kremlin, qui a abondé les caisses de la fondation familiale. Pendant ce temps, une société proche du pouvoir russe prenait le contrôle d’une part substantielle de la production d’uranium nord-américaine.
russie clinton poutine uranium

Poutine et Clinton en 2010 au sommet de l'APEC. Sipa. Numéro de reportage : AP21291320_000134.

Un ogre, ça sert d’abord à faire manger la soupe

Pour faire avaler son morne brouet à des électeurs démocrates qui, par millions, repiquent au bon vieux tonneau du radicalisme américain, Hillary Clinton a misé sur Donald Trump : en plus d’être le « Bogeyman » presque trop parfait de l’histoire, le milliardaire coiffé au pétard incarne aussi la figure, bien contemporaine, du Troll ; et s’emploie, en tant que tel, à se faire éjecter de la compétition politique.  « Si ça se joue entre elle et cet enculé, je vote pour elle sans hésiter », me dit mon copain Hank. Hank, middle class, la quarantaine bien entamée, n’a jamais voté ; il a découvert la politique en soutenant « Fight for Fifteen » — le mouvement qui, aux quatre coins des États-Unis, impose un salaire minimal de 15 dollars de l’heure, et a voté pour Bernie Sanders.

À ses yeux, Trump est d’abord le seul grand patron américain qui refuse, par principe, de payer les employés plus de $ 10 — « he’s just another fat cat ». La correspondance de la Convention démocrate, publiée par WikiLeaks en amont du grand raout de Philadelphie, a révélé qu’au sommet du parti, de malfaisantes Pénélopes s’étaient appliquées en coulisse à « détisser » l’unité affirmée tout au long des primaires. Hank ne changera pas d’avis ; Sanders, lui, a bu le calice jusqu’à la lie avec un stoïcisme inattendu : Trump lui fout la trouille. Les électeurs ont sans doute l’estomac moins bien accroché ; boiront-ils, en se pinçant le nez, à la coupe désormais pleine de merde que leur tend Hillary ?

Peut-être bien, après tout : Trump, pris dans le tournoiement de son propre marketing, a perdu en une poignée de jours les quelques points d’avance conquis au sortir de la tempétueuse convention républicaine. Esclandre, désastreux aux yeux de l’opinion, avec les parents d’un militaire musulman mort au combat ; invectives contre Paul Ryan, l’influent speaker républicain de la Chambre des Représentants, et contre John McCain, le candidat républicain a finalement, de fort mauvaise grâce, accepté d’investir les deux hommes pour les prochaines élections. Chaque jour ou presque, Trump est à deux doigts de faire exploser son propre parti. Chaque jour ou presque, il le sauve, mais le sauve in extremis, au prix de compromis bien pourris et de mots d’ordre à rallonge qui n’auraient pas déparé le répertoire brejnévien — le dernier en date : « Party Unity Will Make America Great Again ».

« Publiez plus d’e-mails ! »

Du côté d’Hillary, on se dit sans doute que deux précautions — c’est à dire, deux épouvantails — valent mieux qu’une ; et on est allé chercher rien moins que le croquemitaine en chef : Vladimir Poutine. Des tréfonds de son château, c’est lui, via le réseau de Julian Assange, qui aurait empoisonné la Convention démocrate, « afin de favoriser Donald Trump », accuse Robby Mook, directeur de campagne d’Hillary Clinton. Fidèle à sa stratégie — stratégie dépourvue, peut-être, d’intention stratégique — de retournement des stigmates en emblèmes, le tycoon s’est empressé de lancer un appel aux Russes : « publiez plus d’emails ! » ; il fut promptement exaucé.

On se demande bien ce que l’électorat républicain, pour lequel la Russie est un lointain goulag enneigé et coco, et Vladimir Poutine un proche parent de Satan, pense de cette mascarade et de l’entrain avec lequel son champion endosse le costume d’homme du Kremlin, tandis que la candidate démocrate enfile l’uniforme des faucons. Cette division des rôles ne va pas de soi ; et il faut toute la puissance de l’amnésie médiatique pour faire oublier la lune de miel prolongée qui eut lieu entre les époux Clinton et le pouvoir russe. On se rappelle que c’est Hillary Clinton, dont la nomination fut accueillie positivement par Moscou, qui fut à l’initiative de la politique dite de « reset » inaugurée après la crise géorgienne de 2008, destinée à rapprocher les deux grands pouvoirs, notamment sur le plan économique.

Uranium… et coopération fructueuse

On sait moins que le secteur hautement stratégique de l’uranium fit l’objet d’une coopération particulièrement fructueuse entre le complexe militaro-industriel russe et de grandes entreprises américaines — plus précisément, celles qui abondent la puissante Fondation Clinton, qui fut la troisième grande bénéficiaire du « reset ». Moscou poursuivait une politique de sécurité visant « non seulement à construire des centrales nucléaires dans le monde entier, mais aussi à s’assurer le contrôle d’une large part de la production mondiale d’uranium », écrit Peter Schweizer dans son best-seller « Clinton Cash ». L’entreprise d’Etat russe « ROSATOM », fer de lance de cette stratégie, aura pour partenaires « une série d’investisseurs étrangers qui avaient versé d’énormes sommes à la Fondation Clinton et finançaient les conférences fort lucratives que donnait Bill. Les décisions prises par Hillary au poste de secrétaire d’État leur ont assuré des gains colossaux ». En 2009, sous l’égide de l’énergique Sergeï Kirienko (un éphémère Premier ministre de Boris Eltsine, fort apprécié en son temps par l’administration Clinton), « ROSATOM » achète 17 % d’« Uranium One », une grande entreprise canadienne qui opère sur le marché américain. À la fin de la même année, le directeur de « ROSATOM » fait valider par Vladimir Poutine un plan visant à acquérir des mines d’uranium à l’étranger.

Fondation Clinton, qui sont les donateurs ?

En 2010, la compagnie acquiert 52 % des parts d’« Uranium One ». Alors en plein développement sur le sol américain, l’entreprise « projette de contrôler la moitié de la production d’uranium des États-unis en 2015 », rapporte Peter Schweizer. La Fondation Clinton n’a jamais fourni les documents identifiant les donateurs… La transaction et les plans de « ROSATOM » visant à donner une dimension mondiale à « Uranium One » provoquèrent une certaine émotion dans les rangs du Congrès, plus particulièrement parmi les sénateurs des États d’extraction. Pourtant, la mobilisation d’un groupe bipartisan n’empêcha pas le CFIUS1, institution chargée de vérifier la compatibilité des cessions d’infrastructures américaines « sensibles » à des investisseurs étrangers, d’entériner la prise de contrôle de l’entreprise par le géant russe. Une procédure d’une facilité déconcertante, relève Schweizer, qui rappelle l’attention minutieuse que portait auparavant Hillary Clinton aux décisions du CFIUS.

500 000 $ l’heure de discours de Bill…

En 2005, l’ancienne first lady, alors sénatrice de l’État de New-York, avait ainsi publiquement dénoncé la cession de ports américains à un fonds souverain des Émirats Arabes Unis… L’annonce du « deal » entre les deux entreprises coïncida, écrit Schweizer, avec l’arrivée de Bill Clinton à Moscou, où l’ancien président toucha un demi-million de dollars pour délivrer « quelques remarques au cours d’une conférence » organisée par « RenCap », une entreprise créée à Chypre à l’initiative d’anciens officiers du KGB, elle-même impliquée dans la vente de « ROSATOM ». À cette occasion, Bill Clinton rencontra aussi Vladimir Poutine. Selon Schweizer, « les deux hommes entretenaient une relation de confiance », qui remonte au second mandat de Bill Clinton. En 2013, en pleine crise ukrainienne, celui-ci ne manquait pas de rappeler l’« intelligence » et la qualité « d’homme de parole » du Président russe. La détérioration ultérieure des rapports russo-américains a sans doute eu raison de la relation privilégiée entre les deux hommes. Néanmoins, on retiendra qu’Hillary Clinton a favorisé la prise en main d’un secteur hautement stratégique de l’économie nord-américaine par une entreprise d’État russe, directement contrôlée par le Kremlin.

145 millions de dollars pour la fondation Clinton

Selon Schweizer, les protagonistes de cette transaction auraient ensemble versé environ 145 millions de dollars à la Fondation Clinton, sans compter les sommes considérables reçues par son mari à l’occasion de conférences. Il y a là bien autre chose que les gesticulations de Donald Trump et les encouragements adressés par Vladimir Poutine à ce dernier ; Hillary Clinton, est très, très mal placée pour accuser son adversaire d’intelligence avec l’ennemi…

  1. Committee on Foreign Investment in the United States : Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Août 2016 à 22h27

      Danny Wolf dit

      Allez savoir ce dont Donald Trump est capable , en réalité ? Sera-t-il plus nul ou dangereux qu’un acteur de westerns ou un planteur de cacahuètes ,diacre de l ‘église baptiste ?
      Nul ne peux le dire avec certitude ..
      Pour ce qui est des Clinton, de leurs mauvaises habitudes financières et de leurs  amitiés Wahabites, changeront ils vraiment le cours naturel des choses ? peu probable..

      Quoi qu’il en soit , si vous jetiez un coup d ‘ oeil sur ce qui se passe sur la quatrième planète du système de Véga , vous auriez la surprise de constater que ce genre de problème s ‘est posé , se pose ou se posera , comme d ‘ailleurs dans tous les systèmes habités de toutes les galaxies  LOL

    • 13 Août 2016 à 15h47

      chazalet dit

      Peter Schweizer est un commentateur ultra conservateur habitué des plateaux de Fox News et l’ article du causeur repose sur son dernier livre et en grande partie sur l’histoire du deal d’uranium. Une recherche plus approfondie nous apprend que Schweizer a fini par avouer avoir manipulé les fait dans son livre: “The book features over 20 errors, fabrications, and distortions.” http://mediamatters.org/blog/2015/05/05/clinton-cash-author-peter-schweizer-admits-hes/203528

       Dommage que le causeur n’ai pas fait ce meme travail  

    • 13 Août 2016 à 7h33

      munstead dit

      Tout s’explique, Clinton est une agente russe qui a tout fait pour vendre le contrôle de l’uranium américain et canadien aux Russes. La preuve? C’est un média ultra-conservateur connu pour ses manquements à la déontologie, le Washington Beacon, qui l’affirme (source de cet article). Et Si HC accuse Poutine dans l’affaire des mails du parti démocrate c’est quelle est particulièrement retord et habile. Une traitresse, quoi.

    • 12 Août 2016 à 19h25

      Wil dit

      Et voila,comme je le disais précédemment,des débats médiatiques français sur cette présidentielles américaine où la parole n’est jamais donnée à la défense comme on dit.on reste entre gens de “bonne compagnie”,entre nous.
      Actuellement sur France 24 en français un débats intitulé “Course à la Maison Blanche:Trump est-il vraiment dangereux?”
      Deux invités,deux pros Clinton.Un présentateur qui ne fait même pas semblant de garder une certaine objectivité et qui acquiesce aux critiques faites à Trump.
      Au même moment,France 24 en anglais,”Race for the White House,Trump lagging behind Hillary Clinton in polls”
      Notez au passage que pour France 24,Trump c’est Trump et Clinton c’est Hillary Clinton.comme dit la chanson :”C’est peut être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup.”
      Deux invités,deux pros Clinton et une présentatrice que je n’ose qualifier de journaliste ayant à la base trop de respect pour cette profession qui fait la même chose que son collègue.
      Voila la pluralité d’opinion du journalisme français en action en 2016.
      Et ces gens viennent donner des leçons de morale et de valeurs républicaines.
      “les cons ça ose tout,c’est même à ça qu’on les reconnait.”Audiard.

      • 14 Août 2016 à 2h08

        munstead dit

        Bien, Belle envolée, belle citation finale, à peine usée. Maintenant vous avez la parole. Défendez Trump, pardon Donald Trump. Allez courage, ou plutôt bon courage.

    • 12 Août 2016 à 16h00

      Normanh dit

      Il est exact que le fils de monsieur Khan est mort en heros en Afganistan.Il est exact egalement que les auteurs du massacre de San Bernardino etaient deux refugies d’ origine Pakistanaise, comme monsieur Khan lui meme…La moindre des choses aurait ete d’ avoir quelques paroles de compassion pour ces victimes, au lieu de mettre son chagrin au service d’ un parti politique, quel qu’ il soit…Il y a de bons Pakistanais aux USA, IL Y EN A AUSSI DES MAUVAIS, la vigilance s’ impose…Trump ne dit rien d’ autre, mais la mauvaise foi chez les Democrates est HIMALAYENNE…!

    • 12 Août 2016 à 14h50

      lapaladine dit

      Tout cela me donne envie de vomir et notre civilisation n’a fait aucun progrès par rapport à celle des Romains.
      Alors les donneurs de leçon me passent au dessus de la tête, je m’en moque!!!

    • 12 Août 2016 à 14h40

      barba-papa dit

      j’approuve Wil qui dit

      Cette campagne présidentielle américaine est intéressante parce qu’elle montre la conception de leur métier toute particulière des journalistes français qui par ailleurs passent leur temps à donner des leçons de morale et à se gargariser avec des valeurs républicaines comme la liberté d’expression.

    • 12 Août 2016 à 14h23

      beornottobe dit

      tient…..! au fait !…… qu’en pense ou qu’en dit : WIKILEAKS ou pis le “suédois”……..

    • 12 Août 2016 à 14h18

      beornottobe dit

      Il est à parier que les Gauchistes Français vont se mettre à trouver que Poutine n’est pas si monstrueux que ça!….. (PAS PIRE EN TOUT CAS QUE CEUX QUE NOUS AVONS AUX E.U ou en EUROPE – dont la France……
      La Gauche -dont Hollande- n’en est pas à son premier revirement près…….

    • 12 Août 2016 à 13h38

      Wil dit

      Cette campagne présidentielle américaine est intéressante parce qu’elle montre la conception de leur métier toute particulière des journalistes français qui par ailleurs passent leur temps à donner des leçons de morale et à se gargariser avec des valeurs républicaines comme la liberté d’expression.
      Comme ça ne concerne pas la France le journaleux français lambda et sa rédaction n’ont pas à craindre de se faire rappeler à l’ordre par le CSA qui laisse faire tout et n’importe quoi et il peuvent donc se lâcher et passer à la trappe toute la charte de déontologie du journalisme.
      C’est comme ça qu’on assiste semaine après semaine par exemple à des soi disant débats TV ou tous les intervenants présentateur/trice compris sont ouvertement pros Clinton,disent tous la même chose,crachent sur Trump sans qu’il n’y ait jamais personne pour le défendre.Des interventions de soi disant experts en vie ou politique des USA choisis parce que pro démocrates et jamais de républicains.
      C’est aussi comme ça qu’on voit que chaque petite phrase de Trump et tout ce qui peut le mettre en difficulté est systématiquement relayé par les médias français mais que rien ou presque de ce qui met en difficulté Clinton ne l’est.L’affaire des e-mails de Clinton en est un exemple frappant.
      La médiacratie française agit de façon ridicule comme si la campagne américaine se jouait en France et qu’il fallait donc absolument convaincre les français de voter Clinton comme elle le fait pour n’importe quelle élection française où elle diabolise les candidats qui ne lui plaisent pas.La différence étant comme je l’ai dit que pour celle ci elle n’a aucune règle à respecter et surtout pas celle que n’importe quel journaliste digne de ce nom devrait s’imposer à lui même quelles que soient ses opinions personnelles,l’honnêteté intellectuel.
      Une fois de plus le journalisme français ne sortira pas grandi de cette histoire.De toutes façons il s’en fout,seul compte pour lui que son entre soi perdure.

      • 14 Août 2016 à 17h34

        kelenborn dit

        Ah oui!!! il y en a une en particulier qui donne envie de gerber avant même qu’elle n’ouvre sa gueule tant on aurait peine à imaginer qu’elle s’autorise à péter si elle n’était certaine que cela sentira la rose!
        Une poufiasse mijaurée avec un nom comme Buchanan ou quelque chose d’approchant

    • 12 Août 2016 à 12h47

      Cardinal dit

      Hillary Clinton rentrera donc dans l’histoire en plagiant Vespasien sous la forme : “L’argent n’est pas radioactif !”.
      Au vu du choix des américains entre leurs deux candidats comme prochain président, nous devrions être heureux de pouvoir choisir
      le notre entre Marine, Nathalie, deux François, Alain, Nicolas, Arnaud, Jean Luc et les autres. Nous savons au moins que l’élu(e) continuera à ne rien changer tout en s’efforçant d’être un innovateur normal.

      • 12 Août 2016 à 14h26

        Schlemihl dit

        Vespasien , je le rappelle , a déclaré également : l’ endroit sera propice .

    • 12 Août 2016 à 12h35

      Yanick Toutain dit

      Passsionnant
      On comprend mieux DEUX CHOSES
      1° pourquoi Poutine ne publie pas davantage de preuves de l’implication de la CIA derrière DAECH… pour ne pas nuire à sa partenaire Clinton….. qui fit bon ménage avec Robert Gates, le VRAI père de DAECH ISIS ISIL à la fois sous Bush puis sous Obama.
      On remarquera que Hollande a fait la même chose : le général Benoit Puga, le véritable chef des terroristes en Afrique, qui, en tant que CEMP de Sarkozy avait missionné MNLA et les jihadistes Ansardine et AQMI pour ATTAQUER le MALI après avoir poignardé Kadhafi dans le dos…… est resté au même poste avec Hollande pour missionner (on a toutes les preuves) Ansardine à l’attaque de la gendarmerie de Samorogouan le 9 octobre 2015

      2° Pour revenir à Poutine
      C’est donc d’uranium qu’il parle quand après avoir rhabillé Obama soutien de ISIS pour…. l’hiver…. conclue par
      “Je crois personnellement que les intérêts géostratégiques de la Russie et des USA sont essentiellement les mêmes”
      https://www.youtube.com/watch?v=OQuceU3x2Ww
      à 6’50

      • 12 Août 2016 à 12h55

        Cardinal dit

        Il parait clair que la CIA vous manipule pour entretenir le mythe qu’elle est une organisation efficace, que ses agents portent des mocassins élégants et non pas de gros sabots paysans.

      • 12 Août 2016 à 13h00

        Schlemihl dit

        Je ne suis pas orientaliste ni spécialiste de l’ Islam . Mais je crois que Daech a plusieurs pères , dont M Gates ne fait pas partie . Un mouvement planétaire ( l’ islamisme plutôt que Daech ) qui pousse à l’ assassinat et au suicide et trouble le monde entier ne vient pas d’ une conspiration . Ca relève de l’ anecdote .

        L’ islamisme sunnite a pour pères le hanbalisme le wahabisme les frères musulmans l’ indistinction entre temporel et spirituel en terre d’ Islam le colonialisme l’ instinct de mort …. et le nazisme . Entre autres .

        L’ islamisme est très facile à comprendre , même pour moi . Seulement il faut le voir tel qu’il est et non pas tel qu’ on voudrait qu’il soit . C’ est aussi facile que de voir que l’ Empereur nu dans la rue n’a pas d’ habits . Le nazisme était très reconnaissable lui aussi , plus que le communisme , expert en mensonges . Seulement l’ islamisme est effrayant , on n’a pas envie de comprendre .

        PS : il y a un islamisme non sunnite , qui vaut bien l’autre .

        • 12 Août 2016 à 14h06

          Yanick Toutain dit

          Votre réponse est une BLAGUE
          Au Mali TOUT ce que fait IYAD AG GHALI est SOUS CONTRÔLE
          Quand il a envoyé ses miliciens attaquer la gendarmerie de Samorogouan, la COMMANDE lui avait été passée par Soro et Bassolé (général de gendarmerie envoyant les jihadistes assassiner ceux qu’il dirigeait avant le 30/10/2014)
          Vous êtes soit NAIF soit un IMPOSTEUR
          je vous recommande la lecture des deux derniers albums de Largo Winch
          Vanhamme est bien moins naif que vous ne faites semblant de l’être !!!

      • 12 Août 2016 à 14h24

        Schlemihl dit

        Je sais …. le hasard n’ existe pas , tous les événements malheureux sont décidés par des forces occultes malfaisantes , tout est sous contrôle .

        Les personnes bien renseignées sont priées de m’ informer sur

        les prochains attentats
        les prochaines élections aux Usa ( Clump ou Trinton ? )
        que va t il se passer en Ukraine Syrie Vénézuéla Irak et ailleurs
        Qui sera le prochain président de la République

        etc

        Quand on connaît les lois de l’ histoire , on doit prédire avec certitude , comme Christophe Colomb . En s’ embarquant , il dit : il est temps que l’ Amérique soit découverte !

        • 13 Août 2016 à 9h47

          Philvar dit

          C’est vrai que les complots ça n’existe pas !

      • 13 Août 2016 à 12h57

        Schlemihl dit

        Philvar

        Les complots existent . Les sociétés secrètes existent aussi et sont certainement très nombreuses . Il est facile de deviner qui s’affilie aux sociétés secrètes : ceux qui y croient et les combattent . Moi aussi j’ai été membre d’ une société secrète , mais j’avais dix ans .

        Ce qui change le cours de l’ histoire , c’ est la volonté de millions d’ hommes , le climat , les épidémies , les croyances et leur changement , les volcans , le hasard …. ça ne se contrôle pas . L’ islamisme est une force historique , comme autrefois le communisme ou les croyances millénaristes en Europe au 15 16 et 17ème siècle . Les petits malins qui ont cru manipuler le communisme ont été broyés par la machine . il y a surement eu des petits malins qui ont voulu manipuler l’ islamisme . Ca ne se laisse pas conduire .

    • 12 Août 2016 à 11h41

      Philvar dit

      Pourquoi “honteuse” ? Les affaires sont les affaires ! Non ?