Les intermèdes du bouffon | Causeur

Les intermèdes du bouffon

Les carnets de Roland Jaccard

Auteur

Roland Jaccard

Roland Jaccard
est un psychologue, écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste et éditeur suisse

Publié le 01 septembre 2016 / Culture

Mots-clés : , ,

cioran jung schopenhauer

FineArtImages. Leemage.

1. Au café de Flore avec Cioran

C’est au café de Flore où il se réfugiait tous les jours pendant la guerre que Cioran a écrit : « Les amis ne nous aiment vraiment que lorsque nous avons l’élégance de mourir. » Ils prennent alors conscience de notre valeur pour mieux affirmer la leur. Et ce qu’ils désignent sous le terme d’amitié se métamorphose en une rivalité apaisée.

***

En 1946, Vladimir Jankélévitch écrit à un de ses amis : « La France est bien bas, mais elle a le café de Flore que l’univers nous envie. » Soixante-dix ans plus tard, on peut en dire autant.

***

J’observe les habitués du lieu et je songe que seuls m’inspirent confiance ceux qui ont quelques vices pour les racheter. Ce sont rarement les touristes, une engeance à proscrire, et jamais les mères qui traînent leur progéniture avec elles. Quant aux amoureux qui se bécotent, comment ne pas voir en eux deux haines qui se répandent ?

***

Il y a deux sortes d’hommes : non pas les riches et les pauvres ni les élégants et les rustres, mais ceux qui par crainte de la mort sont prêts à tout subir pour lui échapper et ceux qui, ayant déjà consenti à leur mort, sont prêts à ne rien céder de ce qui fait la dignité de leur vie. Jeune, j’aspirais à appartenir à la première catégorie. Le temps m’a détrompé.

***

Si qui que ce soit prétend faire votre bien, n’hésitez pas une seconde : prenez la fuite.

[...]

  • Brexit : l'étrange victoire

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 96 - Juillet-aout 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Brexit : l'étrange victoire
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Septembre 2016 à 20h59

      lili23 dit

      C’est plus dans leurs domaine de compétence de faire de arrêté sur les menu des écoles fou les tenues de plages  leurs salaires obligent   quelques traitements

    • 3 Septembre 2016 à 20h56

      lili23 dit

      http://mobile.lesoir.be/1307088/article/economie/2016-09-02/caterpillar-gosselies-va-fermer-2200-emplois-concernes
      Ca quand il s’agit de prendre des décision oxy-mor-iques les politiciens sont aux premières loge   un miséreux de plus heureux ou des bur-kini 

    • 3 Septembre 2016 à 20h43

      lili23 dit

      Si qui que ce soit prétend faire votre bien, n’hésitez pas une seconde : prenez la fuite.

      il y’a des divorcent en perceptive
      https://www.youtube.com/results?search_query=faut+qu%27on+se+batte

    • 3 Septembre 2016 à 20h32

      lili23 dit

      http://mobile.lesoir.be/1307088/article/economie/2016-09-02/caterpillar-gosselies-va-fermer-2200-emplois-concernes

      un licenciement des employés belges  en partie pour une usine française c’est ça le capitalisme  flux tendu de capitaux  inessentialisant la masse salariale pendant que les maires presque sous les hospices de dieu unissent les couples vitam aeternam (les relations entre époux peuvent tourner aux sangs)

    • 3 Septembre 2016 à 10h03

      QUIDAM II dit

      « … elle (la France) a le café de Flore que l’univers nous envie. »
      On ne peut pas être plus méprisant mais, sans doute, Jankélévitch avait-il raison.
      « Soixante-dix ans plus tard, on peut en dire autant. » lui répond en échos Roland Jaccard et, sans doute, a-t-il raison.

    • 2 Septembre 2016 à 22h39

      Eckinimod dit

      De toutes manières, il vaut mieux être seul que mal accompagné.
       ”A quoi bon lutter si ce n’est contre soi-même”, nous propose Durtal, ” et qu’elle folie de procréer des grosses” pensait des Esseintes.
      J-k Huysmans nous apporte des réponses raisonnables au fait de rendre aux autres son malheur, et de se reconnaître le sien comme un Bonheur!

    • 1 Septembre 2016 à 23h05

      saintex dit

      « Les amis ne nous aiment vraiment que lorsque nous avons l’élégance de mourir. » + “Ils prennent alors conscience de notre valeur pour mieux affirmer la leur. Et ce qu’ils désignent sous le terme d’amitié se métamorphose en une rivalité apaisée”.
      Mon cœur se serre qu’un humain pense cela. C’est d’une infinie tristesse et d’une totale désespérance.

      • 2 Septembre 2016 à 2h56

        Schlemihl dit

        Saintex méditez cette parole d’ un sage ( Jules Renard ) 

        Dans la vie , ce n’ est pas tout d’ être heureux , encore faut il que les autres ne le soient pas .

        Du même , cette constatation : Je ne me suis pas encore battu en duel mais j’ai déjà reçu des gifles .

        C’est bien observé . Et de Vladimir Soloviev , mon maître en morale , cette observation d’ un prêtre à une dame âgée : Tu es vieille , tu es faible , et jamais tu ne vaudras mieux .

        Ceci n’ étant pas dit pour encourager au laisser aller , mais pour se méfier de l’ idéalisme et des pensées sublimes , vu que ce sont souvent des mensonges . La vérité ! 

        • 2 Septembre 2016 à 10h31

          saintex dit

          Jules Renard n’est pas un sage, il est un autre désespéré qui préfère en rire. Mais il ne décrit ainsi que son propre désespoir dont l’image se forme sur sa propre rétine. Ce n’est pas une prétention à une vérité universelle et encore moins l’affirmation que l’amitié, et probablement l’amour qui la met à l’horizontal, ne sont que des leurres pour un “vol d’idées en l’air”. Ce qui m’étreint n’est pas qu’elles puissent être tirées comme des canards sauvages. C’est que leur description est le signe que l’auteur ne les a jamais connus.
          Et quand bien même ce serait vrai que tout un chacun se trompe et se leurre en les croisant, ou croyant les croiser et les vivre, quel est le bénéfice de Cassandre ? Pour elle et le reste du monde ?
          Je n’y vois que l’apaisement de se sentir moins seule en projetant sa vacuité ou son handicap à l’ensemble du monde. Ainsi soit-il, et je n’ai pas la censurer, j’ai la tristesse que personne ne lui tende la main pour lui montrer une autre route.
          Je vois trop de possibilités de contextes pour interpréter cette phrase, ” Tu es vieille , tu es faible , et jamais tu ne vaudras mieux”. Cela peut aller du meilleur (tout au plus maladroit) au pire. Mais si il n’y a pas de contexte, si la voix qui la prononce est neutre, cet homme là ne sait pas comment fonctionne le monde.
          L’humour est une merveille d’espoir, une paire de lunettes teintées, ne le perdons pas, ne le dévoyons pas. Un humoriste a dit, “Un homme qui sait se rendre heureux avec une simple illusion est infiniment plus malin que celui qui se désespère avec la réalité.”

      • 2 Septembre 2016 à 9h19

        ReCH77 dit

        La désespérance absolue était aussi une posture… et la marque de fabrique © Cioran. N’oublions pas l’hUmour. Belle journée à tous.

        • 2 Septembre 2016 à 11h04

          Schlemihl dit

          Bonne journée à toutes et tous . 

      • 2 Septembre 2016 à 12h56

        Hannibal-lecteur dit

        Nom de Dieu, saintex, que les tristes et les désespérés mijotent tant qu’ils voudront dans leur tristesse et désespérance, mais qu’ils ne polluent pas autour d’eux! Et pour ça, saintex, on a besoin de vous, de vos a-peu-près réjouissants et de votre bonne humeur. Voilà, quand on est doué, on a des devoirs issus de son don. Bottez, s’il vous plaît dans la taupinière suspecte des lamentations de Jaccard et qu’il crève de sa nostalgie d’opérette, si c’est possible. La peau du cul lui pèle et lui tombe en poussière !
        Qu’est-ce qu’il se prend au sérieux, le fat! 

      • 2 Septembre 2016 à 14h29

        Livio del Quenale dit

        Et pourtant bien lucides, ce dont nous manquons , des gens lucide et de bon sens. 
        j’appelle ces gens “les réveillés”.
        -
         Car nous avons et en particulier dans nos “gratin” plus de “ceux qui par crainte de la mort sont prêts à tout subir pour lui échapper”. Et ainsi être désemparés à tourner en rond, ne sachant que faire devant un problème quelconque.  

    • 1 Septembre 2016 à 22h42

      Schlemihl dit

      La fréquentation des cafés prend un temps qui devrait être consacré à l’ étude ou à la prière , mais si on trouve quelqu’ un d’assez bête pour payer , elle représente un repos et une économie .

      La consommation de boissons diverses le cul sur une chaise est une façon de passer le temps infiniment préférable à l’ alpinisme .

      La philosophie de comptoir ne mérite pas d’ être comparée à l’ hégélianisme  car elle lui est très supérieure , et c’est vrai .

      l’alcoolisme est moins dangereux que les utopies politiques , et il vaut mieux être ivrogne que socialiste nazi communiste islamiste vert ou conspiratiste . 

      Un soiffard qui de son métier ne fait rien est moins malfaisant qu’un journaliste ordinaire .

      Sur ce je vais allumer ma pipe à la pompe et vous souhaite de bien dormir si vous habitez dans l’ hémisphère nord et n’ êtes ni gardien ni sentinelle ni veilleur de nuit . 

    • 1 Septembre 2016 à 18h43

      clark gable dit

      Tous les jours au café ?
      Et que consommait il , et d’où sortait il l`argent ?
      Autant de questions dont on ne connaitra jamais les réponses
      Vraiment une période confuse et pas clairs cette 2éme guerre mondiale !

      • 2 Septembre 2016 à 2h58

        Schlemihl dit

        Observations de bon sens . Mais guerre ou pas guerre , certaines choses ne changent pas .