Miracle: un documentaire féministe tout en finesse! | Causeur

Miracle: un documentaire féministe tout en finesse!

“Et la femme créa Hollywood” des sœurs Kuperberg

Auteur

Olivier Prévôt
anime le site et la revue L'Esprit de Narvik et le blog Les Carnets de Betty Poul sur Causeur.

Publié le 25 juin 2016 / Culture Société

Mots-clés : , , ,

C’est devenu un incontournable de toute critique festivalière : l’insuffisante représentation des femmes. On ne récompenserait pas une œuvre ni même un auteur, mais un sexe, voire un système. Parfois, ça peut virer au scandale, comme cette pétition qui malmena le festival de BD d’Angoulême. Pour prévenir toute polémique et montrer son évidente bonne volonté féministe, le festival de Cannes a ainsi projeté le film des sœurs Kuperberg, Et la femme créa Hollywood.

Contre toute attente, ce documentaire s’est révélé passionnant. Clara et Julia Kuperberg s’interrogent : Comment se fait-il que les femmes, très présentes aux débuts du cinéma, en aient été peu à peu exclues et n’y aient conservé que le statut d’icônes – ces fameuses stars des années 1940-1950 ?

[...]

Et la femme créa Hollywood, Clara et Julia Kuperberg, Wichita Films, diffusé sur OCS.

  • causeur.#36.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 95 - juin 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#36.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Juin 2016 à 17h17

      Dominique dit

      Documentaire absolument remarquable !

    • 25 Juin 2016 à 17h04

      Pierre Jolibert dit

      Merci beaucoup pour ce compte rendu.
      A signaler :
      les fanatiques de la parité ont casé dans l’épreuve d’hgemc du brevet de cette année un travail sur document portant sur un groupe de résistantes. Je vais attendre la correction pour voir ce que ça donne, mais le découpage du texte et les questions m’ont pas mal agacé (sans parler de la définition donnée au mot réfractaire).
      http://www.linternaute.com/actualite/education/1314380-brevet-2016-le-sujet-d-histoire-geo-et-son-corrige/
      D’autre part, les convocations à l’examen s’adressent donc maintenant à des filles de 14 ans en les appelant Madame.
      C’est que comme le dit Eugénie Bastié, “la fièvre existentialiste, née à la terrasse du café de Flore, a pris le triste chemin des rapports parlementaires”, qui plus est en contractant mariage avec la douche froide différentialiste (la parité).

    • 25 Juin 2016 à 15h12

      thierryV dit

      Nous n’allons pas , sans cesse , placer des marche pied législatifs et réglementaires pour ces dames. Elles doivent aussi s’imposer si c’est pas trop demander. Car a force ça va finir par faire assisté .