Christophe Guilluy : «60 % d’exclus» | Causeur

Christophe Guilluy : «60 % d’exclus»

La guerre entre France d’en haut et France d’en bas a commencé

Publié le 21 juillet 2014 / Économie Politique

Mots-clés : , , , ,

christophe guilluy regions

Causeur. Du projet gaulliste de régionalisation en 1969 à la réforme territoriale de François Hollande en passant par les lois Deferre de 1982, quel bilan tirez-vous des quatre décennies de décentralisation ?

Christophe Guilluy. La question des institutions – nationales ou locales – est si souvent l’objet de récupérations politiques qu’elle ne permet pas de débats de fond. Le dernier projet de réforme territoriale est arrivé juste après les européennes, comme si le redécoupage de la France en grandes régions allait répondre aux difficultés sociales et culturelles du pays. Cette opération de diversion n’a pas de sens ! Malgré quarante ans de décentralisation, la distance entre les citoyens et les institutions, entre le peuple et les élites est restée la même, car on ne fait que substituer un jacobinisme régional à un jacobinisme étatique.

L’application de la réforme Hollande-Valls ne permettrait-elle pas, cependant, de réduire les inégalités entre les territoires, qui renforcent ce sentiment d’éloignement ?

Bien au contraire !  La réforme Valls structure la France autour des grandes métropoles (Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, etc.) et des grandes régions, dirigées par les cadors de la politique française, aux dépens des territoires les plus fragiles socialement et économiquement. Les zones  économiquement les plus fortes seront mieux dotées en pouvoir politique que les territoires de la « France périphérique », des espaces ruraux, des petites villes et de certaines villes moyennes : avec l’élimination des départements, c’est la France des invisibles qui va être éliminée au niveau institutionnel ! La logique aurait voulu au contraire qu’on renforce cette France oubliée pour réduire sa fragilité économique et sociale.

Les départements et les conseils généraux sont-ils vraiment indispensables ?

Oui, et ils le sont d’autant plus là où la question sociale prend de l’importance.

[...]

*Photo : Hannah.

  • causeur 15

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 73 - Eté 2014

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur 15
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Juillet 2014 à 17h37

      Naif dit

      Frachement j’ai du mal à croire que l’état décide de s’occuper des “petits blancs” au détriment des immigrés. Quand bien même il le voudrait il n’en aurait pas le courage, trop de comportements et de systèmes à changer…

    • 21 Juillet 2014 à 13h23

      Tchitchikov dit

      Même si il y a prise de conscience, je crains malheureusement que rien ne bouge.
      Le gouvernement et l’état sont impuissants comme assommé devant l’énorme crise qui arrive… 
       

    • 21 Juillet 2014 à 12h58

      steed59 dit

      excellent la dernière phrase !!

    • 21 Juillet 2014 à 12h31

      elsa12 dit

      Les exclus se trouvent en Creuse.