China über alles | Causeur

China über alles

Mourir pour le yuan ou par l’euro ?

Auteur

Coralie Delaume

Coralie Delaume
est blogueuse (L'arène nue)

Publié le 07 octobre 2011 / Économie

Mots-clés : , , ,

Photo : AP

Que peuvent avoir en commun deux pays aussi différents que la Chine et l’Allemagne ? Qu’est ce qui peut rapprocher un géant asiatique de plus de 1,3 milliards d’habitants, vendant au monde entier des produits à bas coûts, et une vieille nation industrielle de 80 millions d’âmes, ayant construit son succès sur la qualité du made in Germany ?

Les similitudes sont nombreuses, si l’on en croit Jean-Michel Quatrepoint, qui publie un indispensable Mourir pour le yuan. Elles découlent d’un même modèle de développement : un mercantilisme agressif, autorisé par la pratique d’un protectionnisme plus ou moins avoué.

« Protectionnisme » : revoilà ce concept qui divise. Si ses adeptes se font de plus en plus loquaces, ses détracteurs le sont davantage. Comme l’expliquait ici Daoud Boughezala, on ne compte plus les procès en « extrêmedroitisation » adressés aux tenants de la démondialisation. Le plus notoirement imbécile fut celui intenté par Raphaël Enthoven, qui grandiloquait récemment en ces termes : « la démondialisation est un symptôme qui se prend pour une solution, c’est une formule magique ». La Chine, comme l’Allemagne, ont dû tomber dans la potion il y a bien longtemps…

Il faut dire que ces deux pays traînent derrière eux un lourd passé, qu’ils semblent avoir décidé de solder. Plus encore que l’Allemagne d’après la seconde guerre mondiale, la Chine fut durablement affaiblie par la guerre de l’Opium, dont l’auteur nous remémore les détails avec un vrai talent d’historien. Mais depuis Mao, la « renaissance de la nation chinoise » est en marche. Avançant sur deux jambes, le communisme au plan politique et le capitalisme dans le domaine économique, ce grand pays n’aspire qu’à une chose : retrouver son rang mondial. Pour ce faire, il n’hésite pas à utiliser les règles de la mondialisation sans jamais en jouer vraiment le jeu, comme l’explique Jacques Sapir dans La démondialisation.

Quatrepoint semble partager l’avis de son confrère. Il considère que les Chinois pipèrent les dés en 2001, en adhérant à l’Organisation mondiale du commerce. Il voit d’ailleurs cette entrée dans l’OMC comme « un événement éclipsé par les attentats du 11 septembre (…) et qui sera pourtant, lui aussi, ô combien, lourd de conséquences ». Car depuis lors, la Chine « accumule pour acheter le monde ». Elle détient d’ores et déjà des réserves dépassant les 3 000 milliards de dollars.

Tout comme notre cousin germain, dont l’économie est entièrement dédiée à l’exportation, la Chine a développé une économie de type mercantiliste. Le « Vampire du Milieu » 1, n’hésite pas à pratiquer toutes sortes de dumping. Dumping environnemental, bien sûr, mais aussi dumping social, avec le maintien de salaires extrêmement bas en dépit d’une croissance forte, et l’exploitation de nombreux mingong, ce lumpenprolétariat composé de travailleurs migrants. Pékin pratique enfin un dumping monétaire sauvage. Elle a arrimé sa monnaie au dollar, empêchant ainsi la hausse naturelle que devrait générer le dynamisme économique. D’ailleurs, la réévaluation du yuan est un sujet tabou pour les autorités chinoises.

Quelles convergences, ici, avec l’Allemagne ? Selon Quatrepoint, ces deux pays possèdent ce qui fait défaut à nombre de nations occidentales : une véritable stratégie économique. Ils ont en partage une démographie atone, qui les contraint à accumuler d’impressionnantes quantités de réserves, en prévision d’un très prochain « papy boom ». Et si le géant asiatique s’enrichit surtout au détriment des Etats-Unis, notre voisin d’outre-Rhin le fait quant à lui sur le dos…de ses partenaires européens.

Du dumping social, en Allemagne ? Certainement. Son modèle « holiste », typique de ce que Michel Albert appelait le « capitalisme rhénan », lui a permis de pratiquer sans heurts sociaux une politique systématique de gel des salaires. Dumping monétaire ? Pas à proprement parler, puisque l’euro interdit toute manipulation des taux de change. Mais l’Allemagne n’en a nul besoin. En effet, si la devise européenne est très surévaluée pour la plupart des économies de l’eurozone, elle demeure sous-cotée par rapport à ce que serait le mark aujourd’hui. Pour Laurent Pinsolle, c’est d’ailleurs l’une des raisons de l’attachement allemand à la monnaie unique : sa désintégration « serait une catastrophe pour Berlin car l’appréciation du mark réduirait les exportations allemandes dans l’ancienne zone euro ».

A Mourir pour le yuan, Jean-Michel Quatrepoint a donné un sous-titre : « comment éviter une guerre mondiale ». Outrancier, sans doute. Mais peut-être l’auteur tenait-il à répondre par avance à ceux qui scandent à l’envi, de manière tout aussi excessive: « le marché libre ou bien la guerre ! ».

Au demeurant, à l’échelle de cette Europe qui nous fut vendue comme la garantie d’une Paix perpétuelle, les récents efforts de l’Allemagne face au drame grec peinent à réparer les dégâts de sa trop longue politique de « cavalier solitaire ». Les forces centrifuges croissent chaque jour, les uns vilipendant « l’égoïsme allemand », les autres le « laxisme grec ». Dès lors, avant de mourir pour le yuan, accepterons-nous, nous, peuples d’Europe, de mourir…de l’euro ?

  1. Selon l’expression de Luc Richard et Philippe Cohen dans leur livre éponyme

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 8 Octobre 2011 à 7h13

      Fiorino dit

      @ JMS
      La situtation de la Guadeloupe ou de la Martinique ne peut pas être comparée à Mayotte. D’abord les deux premiers départements on connu un boom touristique cette année grace au revolution arabes et le taux de natalité y est similaire à celui de la France donc pas de problèmes démographiques, à Mayotte le taux de natalité est de 4 enfants par femme, une situation explosive pour une petite île. En plus les immigrés en Guadeloupe ou en Martinique sont 5% de la population certainement pas 30% comme à Mayotte.

    • 8 Octobre 2011 à 4h28

      JMS dit

      Il ne faut pas non plus oublier pour ces deux pays, le formidable problème de pyramide des ages qui les menace à très court terme. 
      Ça manque dans l’article. 

      • 8 Octobre 2011 à 6h27

        Fiorino dit

        Pour la Chine il faudrait connaître surtout la composiont ethnique de la pyramide des âges vu que la politique de l’enfant unique est apppliquée uniquement à la majorité han. Au fond il n’y a pas d’immigration à Chine, mais cette politique a finalement fragilisé la majorité han, c’est quand même assez étrange que les autorités chinoises n’aient pas pensé à cela.

        • 8 Octobre 2011 à 10h12

          Saul dit

          si ilsy ont forcément pensé, les minorités nationales ne pèsent que dalle face à la majorité Han. même après des decennies de politique de l’enfant unique, les Han représentent plus de 90% de la population totale

        • 8 Octobre 2011 à 10h19

          Fiorino dit

          Oui saul, mais le problème pour la Chine c’est que les minorités étaient majoritaires dans des territoires immenses au Xinjiang la politique de remplacement ethnique pour être durable elle doit s’accompagner aussi des dérogations à la natalité pour le han non? C’est le cas? On fait cela en douce? Je me méfie bcp des statistiques chinoises, il y a bcp d’enfants qui ne sont pas comptabilisés (il paraît 100 millions de chinois non registrés comme existants, des trafics d’enfants etc.). En tout cas si vous en savez plus je suis preneur.

        • 8 Octobre 2011 à 20h01

          Saul dit

          pas forcément. il faudrait être mathématicien pour dire quelle formule c’est mais en gros avec plus de 90 % (je crois que c’est 93, 94 un truc comme ça) de la population composée de han, même si cette majorité n’a qu’un enfant par couple, ça suffira toujours pour assurer sa prépondérance. la proportion est telle qu’ils resteront sans doute toujours majoritaires
          sur les territoires des minorités, il suffit d’assurer une forte politique de colonisation pour rendre minoritaire les populations autochtones (ce qui est le cas au Tibet, et ce qui se passe d’ailleurs au Xin Jiang, les Han étaient je crois de l’ordre de 10% dans les années 50, et aujourd’hui ils doivent representer pas loin de la moitié de la population de la région autonome)

    • 7 Octobre 2011 à 21h26

      Fiorino dit

      Pour la Réunion mes amis qui habitent là bas, m’ont dit que bcp de mahorais sont partis pour mayotte pour la départemantalisation, ça me paraît difficile qu’il y ait des émeutes anti-blancs dans une île aussi metissé (sauf pour les comoriens). Le droit du sol oui baroin avait proposé de le supprimer mais sarko avait dit non ceci dit ils ont mis une taxe, de toute façon premier maternité de france et 60% des naissances par des comoriennes la composition du departement va très vite changer et peut être ils reclameront l’indépendance. ça serai la meilleure solution.

      • 7 Octobre 2011 à 21h30

        lisa dit

        De quoi vivraient-ils ?-

        • 7 Octobre 2011 à 21h40

          Fiorino dit

          De le même façon qu’ils vivaient à anjouan, n’oublions pas que la ligue arabe dont les comores font parti (si je ne m’abuse pas) veux que la France redonne mayotte aux comores. Enfin c’est finalement ce connard de VGE qui a fait compter le voix des mahorais alors qu’il aurait fallu se débarasser de tout l’archipel, car les mahorais aiment la france, mais si la popualtion devient ajounaise je ne sais pas ce qui se passerra. Ce département coûte une fortune.

        • 7 Octobre 2011 à 22h12

          pirate dit

          Tous les DOM coûte une fortune, tous. Mayotte ne veut pas être rattaché au Comorres, et les comoriens ne quittent par leur misère pour y retourner. Lisa c’est toute l’ambiguité des DOM, d’une part un désire violent d’indépendance qui se conçoit parfaitement, et de l’autre une impasse. La Guadeloupe est également métissé, et la Réunion j’en parle même pas, ça n’empèche nullement les émeutes anti blanc (voir les émeutes du Kung Fu dans les années 80), béké, zoreille, qui incarneront toujours là bas le salaud de possédant. Et la plus part du temps à raison.

        • 8 Octobre 2011 à 4h24

          JMS dit

          Il faut relire les fables de La Fontaine sur le chien gras et le loup maigre, on choisit d’être l’un ou l’autre, mais il n’existe pas de loup gras…

        • 8 Octobre 2011 à 6h11

          Fiorino dit

          A la Réunion il n’y acun désir violent d’indépendance et à la Guadaloupe non plus, ce n’est pas parce qu’une minorité a ce projét que cela est partagé par tout le reste de la population. A Mayotte la situation est encore plus complexe, parce qu’il y a une ménace de tomber sous domination comorienne. La Guadeloupe metissé comme la Réunion? Mais vous rigolez? Bien au contraire la Guadeloupe est sans doute l’île moins metissée avec Mayotte. Vous aller chercher des émeutes dans les annés ’80 pour en faire une généaralité.
          @ Lisa
          N’écoutez pas pirate à la Guadeloupe il est bcp plus facile entendre des horreurs sur les haîtiens ou sur les dominicains voire dominiquais que sur les blancs.

        • 8 Octobre 2011 à 13h30

          pirate dit

          wé wé trop m’écoutez pas, Fiorino le touriste vous explique ses vacances.

          Bon alors, en Guadeloupe exactement comme en Martinique, le métissage est complet, il faut être une buse ou ne pas connaitre le sens du mot métissage pour l’ignorer. Tellement métissé que la population se divise elle-même en catégorie coloré, et que s’y rapporte des valeurs, chabin (roux noir) mulatre, coolie (mélangé avec un indien d’Inde) etc, voir là dessus la littérature caraïbe, Confian, Césaire, etc… car cela se rapporte à des catégories sociales hérité de l’esclavage. Les mulâtre faisant office de contremaitre, les coolies étant le résultat de la fin de l’esclavage et d’une importation de main d’oeuvre venu d’Inde… etc. Et conséquement, à chaque problème sociale, généralement avec des motifs oscillant entre la vie chère, le prix de la banane, et le salaire des ouvriers de la banane, se greffe dessus les différents d’ordre “racial” et notamment vis à vis des békés, vécu comme les puissants (ce qu’ils sont le plus souvent, sauf les “ba-feuille” traité du coup avec mépris par tout le monde). Bien entendu la question de l’indépendance est invoqué depuis environs 30 ans, sans issue. Personne ne sait exactement se situer. Tout le monde la veut, et en même temps personne. C’est une arlésienne de la vie là-bas. Le racisme lui est bien plus fort (comme le sentiment indépendantiste) en Guadeloupe qu’en Martinique. On le retrouve du reste dans les comportement, localement, mais également ici même. Un guadeloupéen sera toujours plus agressif et revendicatif sur le sujet de la domination blanche qu’un martiniquais. Pour ce qui s’agit des haïtiens, ou des dominicains, c’est la même, ils sont universellement rejetés. Mais globalement les habitants de Gwada sont plus dur dans leur rapport. Ca m’amusait beaucoup, quand j’y vivais de comparer les unes de France-Antille. A droite systématiquemet des faits divers violent, à gauche systématiquement des fait divers en forme d’incident ménager. Pour la Réunion, d’après ce que j’en sais des réunionnais que je connais ici, la question n’est pas du tout la même, en effet, le million de réunionnais n’ont pas l’air d’avoir cette question raciale sur le dos, et les origines du métissage est moins homogène qu’en Matnik-Gwada. Chinois, syrien, français, ça vient du monde entier et le monde entier religieux s’y croisent. La Réunion c’est le doigt bien tendu à ce multiculturalisme qui donc ne marche pas comme chacun sait ici, enfin surtout ici. Pour Mayotte, en effet la question est différente à plus d’un titre, le voisinage des Comores y est largement pour quelque chose, exactement comme la Guyane représente un gros problèmes, tant social, que par la présence de voisin agité (Surinam), et une immigration sauvage (à vrai dire la Guyane, d’avis de flic et de travailleur social, c’est un western).

    • 7 Octobre 2011 à 21h13

      Fiorino dit

      Mais l’Allemagne ne doit pas des sous à la grèce en réparation de la guerre?

      • 7 Octobre 2011 à 21h15

        eclair dit

        l’allemagne a remboursé toutes ces dettes sur les guerres mondiale l’année dernière.

      • 8 Octobre 2011 à 4h26

        JMS dit

        Les Grecs ont inventé la politique, alors il faut faire attention avec eux, ils viennent de ressortir une sombre histoire d’emprunt forcé dans les années 40…une manœuvre…

    • 7 Octobre 2011 à 21h09

      eclair dit

      @pirate
      donc vous connaissez les aspirations des chinois pour aimez les films chinois, les arts martiaux et la bouffe chinoise.
      Epatant.

      La chine veux redevenir le grand empire qu’elle était.
      Et la chine est un empire expansionnistes. A son rythme certes mais elle vise à ss’agrandir

      • 7 Octobre 2011 à 21h26

        skardanelli dit

        • 7 Octobre 2011 à 22h02

          pirate dit

          eclair à part des banalités t’as pas un truc intéressant à proposer que ne propose pas déjà absolument tout le monde. Ska c’est exactement ça.

    • 7 Octobre 2011 à 20h22

      Florence dit

      Patrick
      je ne fais en aucun cas de procès d’intention à l’Allemagne. L’Allemagne defend ses intérêts et elle a bien raison. Qui le ferait à sa place ? Personne.
      De même, la France doit défendre ses intérêts car personne ne le fera à sa place.
      On peut en dire de même pour tous les pays

      • 7 Octobre 2011 à 20h28

        Patrick dit

        Désolé Florence, mais je ne pensais pas spécialement à vous en disant cela, mais plutôt à l’article de l’auteur, et les réactions en général.

    • 7 Octobre 2011 à 18h57

      Patrick dit

      Il ne faut pas faire trop vite des procès d’intention à l’ALlemagne. Les Allemands sont travailleurs et souffrent énormément de perte de pouvoir d’achat. Ils ont perdu la guerre et ont du reconstruire des villes entières. Plus tard ils ont racheté l’ex RDA exangue. Si la France avait du faire face à de telles situations, il y a longtemps qu’elle aurait fait faillite.
      Et maintenant ce pays souffre de dénatalité dans sa population d’origine. Et là, nul ne sait ce qui se produira !

      • 7 Octobre 2011 à 21h46

        Fiorino dit

        Les pays de l’est aussi d’ailleurs je ne vois pas quel genre de marché pourra être pour l’allemagne comme ce pays ont une natalité en berne et très peu d’immigration, sauf le kosovo bien sûr mais enfin dans un etat maffieux comme ça je ne crois pas qu’ils puissent faire des gros affaires.

    • 7 Octobre 2011 à 17h24

      Florence dit

      Bien sûr que les deux grands gagnants de la mondialisation sont l’Allemagne et la Chine, tous les 2 exportateurs et bénéficiant d’une monnaie sous-évaluée.

      C’est gros comme le nez au milieu de la figure.

      Pour l’instant on tient l’Allemangne, on la fait cracher au bassinnet pour la Grèce car elle a besoin encore de la zone euro mais pour combien de temps ? Quand elle aura rééquilibré ses marchés vers la Russie et l’Est de l’Europe, elle nous dira Aufwiedersehen avec un bras d’honneur !

      • 7 Octobre 2011 à 19h03

        skardanelli dit

        Avant que l’Est n’apporte le même paquet de pognon il va couler de l’eau sous les ponts.

        • 7 Octobre 2011 à 20h07

          Florence dit

          Juste un petit exemple : où est passé l’ancien chancelier Schröder ? Chez Gazprom !
          Attendez quelques années, regardez bien ce qui se passe en dehors du spectacle médiatique que l’on nous donne en continu pour nous endormir et vous verrez.

    • 7 Octobre 2011 à 16h39

      Florence dit

      Excusez-moi de faire un HS mais visiblement on ne parle pas trop de ce qui se passe dans un département français et pourtant cela ressemble au chaos :

      http://www.estrepublicain.fr/actualite/2011/10/07/nous-sommes-pris-au-piege

      • 7 Octobre 2011 à 16h52

        Patrick dit

        Cela s’est passé le 27 septembre, mais la presse est curieusement muette !
        Comme quoi, les journalistes comme les politiques nous informent de ce dont ils veulent bien nous informer.
        Et je pense que les politiques n’ont évidemment pas de solution.

        • 7 Octobre 2011 à 16h54

          lisa dit

          La suppression du droit du sol ? pour le futur parce que là les manifestants ne viennent pas de naître…r

        • 7 Octobre 2011 à 17h01

          Florence dit

          Patrick
          cela se passe depuis le 27 septembre et ça continue !

        • 7 Octobre 2011 à 21h44

          Fiorino dit

          Pour l’instant il font payer un truc du style 30 euros pour un certificat de naissance. Mais avec la départementalisation ils ont supprimé les limites aux allocs avant c’était trois enfants. Quelle connerie, il aurai fallu le preparer à l’indépendance, avec une armée française qui empêche un attaque des comores dont le mahorais ne veulent pas et c’est tout.

      • 7 Octobre 2011 à 19h01

        skyhigh dit

        C’était à prévoir! Prochaine étape La Réunion.

      • 7 Octobre 2011 à 19h07

        skardanelli dit

        Coupez têtes, boulez kés !

      • 7 Octobre 2011 à 21h10

        pirate dit

        situation à la guadeloupéenne, comme il y a deux ans… et pour les mêmes exact raison. Résultat de la départemenlisation réclamé par les maorais, avec le surcroit de faire face à une immigration clandestine plus qu’endémique, inabsorblable. Si vous n’avez pas vécu dans une de ces iles il est difficile de comprendre cette rage.

        • 7 Octobre 2011 à 21h20

          Fiorino dit

          Non car à la guadeloupe 30% de la population n’est pas immigrées, en plus c’était Saint-Martin qui ne fait plus partie de la Guadeloupe qui accueiait les gros de l’immigration clandestine. Et historiquement c’est totalement différent la départemantalisation est tout de même très ancienne en Guadeloupe par rapport à Mayotte ou elle date d’il y a un an.

        • 7 Octobre 2011 à 22h15

          pirate dit

          Je ne parle pas de ça tétard, je parle des émeutes à cause de la vie chère, c’est récurrents et dans tous les DOM et la violence ressemble ici à celle décrite en Guadeloupe.

        • 8 Octobre 2011 à 6h14

          Fiorino dit

          En Guadeloupe il y a vait une manip d’un syndicat indépandentiste qui represente un petite minorité de la population ce n”était pas des émeute spontanées.

    • 7 Octobre 2011 à 16h07

      commines dit

      La conclusion pose la vraie question. L’Euro a été mal conçu dès l’origine ; indépendance de la BCE qui ne peut prêter aux états ni émettre d’Euro-obligations. Pas de sanctions en cas de non respect des critères de Maastricht. Pas de politiques fiscale et économique dans l’Europe. Qui se souvient de cette phrase prononcée en 1970 par Henry Kissinger et toujours malheureusement d’actualité : “l’Europe quel numéro de téléphone”? Un vieil adage dit :”nul ne peut se plaindre de ses propres turpitudes”. Alors avant de trouver un responsable à nos échecs, commençons d’abord par balayer devant notre porte.

    • 7 Octobre 2011 à 15h42

      pirate dit

      Le péril jaune le retour…. tellement caricatural cet article, tellement à l’ombre de la petite trouille occidentale qui s’invente des ennemis abslument partout, si en plus les jaunes priaient en vert, alors la la Coralie elle se barricaderait dans son bunker construit avec ses petites mains. dans le jardin. Je ne sais pas pour votre auteur, mais ça serait pas mal que vous arrêtiez les fantasmes sur la Chine. La première préoccupation du gouvernement chinois, ce n’est pas de racheter le monde, c’est de ne pas être renversé par les chinois eux-même. La première préoccupation culturelle des chinoise ce n’est pas “on va niké tous les blancs” c’est pousse toi de là que je m’y mette. Et cet article c’est une rigolade quand on sait tous les enjeux qui font de cette nation une nation volatile et fragile dès lors où le pouvoir en place est destabilisé. Pourquoi la guerre de l’opium d’après vous ? Raison commerciale ? Non la raison commerciale n’est que l’aboutissement d’une démarche stratégique qui était d’une part le pourrissement de la chine impériale, d’autre part un moyen d’inviter la dites chine sur le terrain de la guerre moderne. Les malades de l’Asie donc.

      • 7 Octobre 2011 à 15h56

        Saul dit

        “La première préoccupation culturelle des chinoise ce n’est pas “on va niké tous les blancs” c’est pousse toi de là que je m’y mette”

        ce qui aboutit quand même, “il faut niquer les blanc pour se faire notre place au soleil” ;-)

        • 7 Octobre 2011 à 19h28

          pirate dit

          non, ce qui revient à dire que si le monsieur dans la rue là, va pas assez vite, et bin on le dégage ou on prend un chemin détourné. La question n’est pas ethnocentré. Les chinois sont de bons vivants qui ne s’embarasse pas de manière, voir à ce sujet des villes comme Hong Kong ou ShangaI, et qui sont pressé en toute chose.

        • 7 Octobre 2011 à 19h55

          Saul dit

          je ne te dis pas que leur motivation est ethnique, mais pragmatique : ils veulent être sur la 1ère marche du podium.
          or il se trouve que c’est nous qui l’occupons.
          donc, logique, faut qu’ils nous niquent.
          ce serait des noirs, ou même d’autres jaunes, ils chercheraient à les niquer tout autant, la couleur de peau n’est pas leur motivation, on est d’accord (ce qui est somme toute très naturel, c’est toujours “niquer ou être niqué”)

        • 7 Octobre 2011 à 21h04

          pirate dit

          je ne pense même pas qu’ils veulent être les premiers. Disons que c’est compliqué les chinois. Je ne suis pas sinologue, mais pour avoir fréquenté, lu des romans chinois, et baigné de loin dans cette culture par mes centres d’intérêts (cinéma, art martiaux, bouffe) et avoir bossé avec eux, c’est mélange d’ambition dans l’accumulation plus que dans la performance américaine (être les 1er donc) d’individualisme forcené, de chauvinisme qui confine au nationalisme pur et dur (les chinois se désignent tous comme Han-zi, fils de Han) d’irrationalité la plus complète où la superstition tien une grande place. De goût pour le tape à l’oeil, de pragmatisme déterminé et sans gants, d’attachement à la tradition et tout en même temps de rejet complet de celle ci, de fatalisme qui rappelle la culture méditéranéenne (mey yu ban fa, une des expression favorite des chinois de la rue, “c’est comme ça, on ne peu rien y faire”, avec kwailo -ou gwailo- qui signifie plus ou moins salopard de blanc). Bref c’est un peu plus complexe que le résumé “péril jaune” de cet article.

    • 7 Octobre 2011 à 15h33

      Saul dit

      en gros on va se faire niquer (mais on s’en doutait un peu….)
      y’avait un reportage l’autre jour sur les clopes de contrefaçons, fabriquées en Chine…décidément après le lait à la mélamine et tout le reste, ça me convainc encore plus que notre salut passe par la vitrification de chaque mètre carré de l’empire du milieu