«Nous sommes sortis de l’ère libérale-libertaire» | Causeur

«Nous sommes sortis de l’ère libérale-libertaire»

Entretien avec Jean-Pierre Chevènement

Auteur

La rédaction

Publié le 18 janvier 2016 / Politique

Mots-clés : , , , , , ,

chevenement daech irak immigration

Propos recueillis par Daoud Boughezala, Élisabeth Lévy et Gil Mihaely.

Causeur : Dans cette « France d’après » – attentats et régionales –, vous dénoncez les politiques qui ont échoué pendant trente ans. Or, après les avoir accablés et renvoyés presque dos à dos, vous les appelez à former « un gouvernement de salut public»…

Jean-Pierre Chevènement : Je les appelle à changer et à rompre avec les erreurs anciennes qui nous ont conduits là où nous en sommes. Ces erreurs qui remontent aux années 1980 ont une matrice commune : la perte de confiance en la France et dans l’État-nation comme cadre de souveraineté, de responsabilité, de démocratie et de citoyenneté. L’arrimage du franc au mark porte en lui le renoncement à la souveraineté monétaire. Ensuite vient le grand acte de dérégulation néolibérale : l’Acte unique permettant la libération totale des mouvements de capitaux sans aucune harmonisation préalable de la fiscalité de l’épargne. Corrélativement, il y a l’abandon de l’État stratège : la Commission européenne devient l’Autorité européenne de la concurrence et absorbe les politiques industrielles. Avec Schengen (1985), nous avons reporté le contrôle de nos frontières sur des pays périphériques comme la Grèce qui ne sont pas outillés pour les protéger.

Enfin, l’abandon de notre politique étrangère indépendante a abouti à la réintégration dans l’OTAN et à notre alignement sur les États-Unis, notamment au Moyen-Orient.

Mais toutes ces « erreurs » n’ont pas seulement été faites d’en haut. L’ouverture, c’était aussi une aspiration des peuples, légitime si on songe que beaucoup de sociétés étaient bloquées. Longtemps ces décisions dérégulatrices ont joui de l’assentiment de la majorité écrasante de la classe politique… et du peuple !

Je n’ai pas parlé de politique « illégitime » mais d’une politique de facilité correspondant au triomphe du néolibéralisme et à l’explosion de l’idéologie libérale libertaire – entamés en France depuis mai 1968. Les hommes politiques ont suivi cette idéologie au lieu de précéder. N’ayant pas correctement anticipé l’évolution des choses, ils nous ont mis à la remorque d’une Europe totalement opaque, antidémocratique, technocratique et frappée d’aboulie. Quand on voit le projet de traité transatlantique, on se demande s’il y a un pilote dans l’avion !

[...]

*Photo: Hannah.

  • #31.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 90 - Janvier 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    #31.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 19 Janvier 2016 à 16h13

      golvan dit

      Le titre ne correspond pas au présent que nous vivons en France actuellement.
      La meilleure preuve en est la majorité des réponses du forum où presque tout le monde tombe à bras raccourcis sur ce pauvre Chevènement, avec comme principal argument, d’une rare profondeur, le fait qu’il soit trop vieux pour avoir le droit de s’exprimer, et qu’il est un homme du passé puisqu’il considère que la France doit être indépendante, c’est-à-dire finalement ne pas être dépendante de l’UE.   
      En réalité, nous sommes encore en plein dans l’ère libérale-libertaire hédoniste et individualiste puisque personne ne raisonne en terme de bien commun, d’intérêt de l’ensemble des Français et a parfaitement gobé le mensonge de la disparition des nationalités, même si une part très importante des Français ne doit ses revenus qu’à l’Etat, incluant évidemment de nombreux retraités du forum, et qui confondent leur intérêt de vacanciers fortunés avec l’intérêt à long terme de leurs enfants.
      C’est ce que j’écrivais sur un autre fil, sur l’article de Guilluy, en précisant qu’il serait temps de savoir si les nations existent encore ou pas, et d’assumer, dans le cas de leur disparition, le fait qu’environ 35% des ayant droits de l’Etat devraient alors gagner leur vie autrement. Bien évidemment les retraités suivraient le mouvement, avec une baisse drastique de leurs retraites, l’imposition des Français ne serait plus la plus élevée au monde mais forcément la vie serait très différente, en particulier pour le peuple de gauche majoritairement fonctionnarisé qui goûterait soudainement aux joies de l’internationalisme réel, tant attendu.
      Bref Chevènement est peut-être un vieux con, c’est possible, mais ceux qui le voient ainsi en voulant le beurre de la France avec l’argent du beurre de l’UE devraient peut-être affiner leurs analyses à son sujet pour être crédibles.
      Quant au Tafta, on peut effectivement se demander comment on peut mener des négociations aussi importantes pour le sort des Européens dans l’opacité la plus complète et imposée par les Américains.
      A voir ce qui est advenu de notre contrat commercial sur les Mistral avec les Russes, et annulé sur ordre des Américains, ou du marché de Peugeot en Iran et récupéré par les Américains, on peut imaginer que le bonheur des Européens n’est pas le but principal des Usa.
      Mais à part ça je n’ai jamais apprécié le moindre socialiste, Chevènement compris.  

      • 19 Janvier 2016 à 21h23

        radagast dit

        Mon cher Golvan je ne peux que saluer la justesse et la mesure de vos propos.
        En particulier celui qui vise la schizophrénie de tous ceux qui n’ont eu de cesse de réclamer plus d’Europe et en même temps le maintien intégral de l’Etat providence à la Française , donc à peu près l’essentiel de ceux qui votent à gauche.
        (Ceux qui à droite sont européistes le sont souvent a contrario pour le démantèlement de ce même Etat providence , ce que certains appellent “la France issue du conseil national de la résistance “)
        D’aucuns rêvent d’un front républicain , de je ne sais quelle alliance de la carpe et du lapin qui risquerait fort si elle se concrétisait de produire un nouveau comité de salut public avec les excès et les outrances que l’on a déjà connu , mais le risque ne semble pas bien grand quand on prend en compte la difficulté entre droite et gauche de se mettre d’accord sur un simple état des lieux avant d’entamer des pourparlers sur d’éventuelles “solutions”.
        Je crois , qu’à moins que ne se lève venu d’on ne sait où , un homme ou une femme providentiel tel que notre pays en a connu dans ses pires moments , le processus de dissolution de ce qu’on a appelé “la France” est déjà bien entamé et que tous ceux qui aujourd’hui prétendent y trouver remède ne sont au mieux que des médecins de Molière ne jurant que par les saignées et la purgation , au pire des naufrageurs .

    • 19 Janvier 2016 à 13h17

      Grouex dit

      “une Europe totalement opaque, antidémocratique, technocratique et frappée d’aboulie”
      Quand c’est Chevènement qui le dit la gauche journalistique (on dit “la presse”) ne l’insulte pas !

    • 19 Janvier 2016 à 10h36

      QUIDAM II dit

      Extrait : « Car posons-nous la question ? Quelle affinité peut exister entre un Jean-Pierre Chevènement qui répète partout son attachement à la démocratie, à la laïcité, aux droits de l’Homme et le pouvoir de Bouteflika qui crache sur la démocratie comme il a craché sur la déclaration du 1er Novembre 1954, qui s’allie avec les islamistes, ennemis de la laïcité et des principes universels et qui a fait hisser l’Algérie parmi les pays les plus corrompus de la planète ?
      Évidemment, les mauvaises langues diraient qu’à la veille d’une élection présidentielle en France, le pouvoir algérien, connu pour sa grande “générosité”, peut, en effet, devenir un allié indéfectible. Mais cette insinuation, ce sont les mauvaises langues qui la propagent. Pas nous !
      Nous n’allons pas, tout de même, nous engager sur ce terrain, car nous pourrions dire toutes ces choses qui nous font parfois détester la politique… Mohamed Sifaoui – Lematindz » 18 Dec 2011
      (source :http://www.lematindz.net/news/6664-chevenement-et-ses-amis-publicistes-du-pouvoir-algerien.html)

    • 19 Janvier 2016 à 9h30

      RED (From Tex) dit

      Je préfère ne pas commenter… 20 phrases au moins m’ont fait bondir !

      Ce pauvre Chevènement raconte n’importe quoi.

    • 19 Janvier 2016 à 2h06

      Nolens dit

      Ce type sent la naphtaline à tel point que c’est perceptible au travers de mon écran d’ordinateur.
      De parle-t-il : de fiscalité de l’épargne, il faut baiser encore plus ceux qui osent mettre de l’argent de côté, leur prendre ce qu’ils ont gagné, car il n’est point d’argent honnête que celui gagné par les fonctionnaires et les politiques.
      Ensuite il nous bassine avec le néolibéralisme qui fait de l’ombre à l’état alors que les incapables comme lui, Juppé, Hollande, tous formé à l’état omnipotent, l’état omniscient, l’état qui prend en charge vos faits et gestes depuis votre naissance jusqu’à votre mort en vous volant consciencieusement tout ce que vous gagnez par votre travail.
      C’est lamentable de le laisser s’exprimer, il porte la responsabilité de l’état dans lequel se trouve la France avec un peuple replié sur lui-même, incapable de se défendre, aspirant à la retraite à 50 ans dès le plus jeune âge, apeuré face au monde qui l’entoure et qui lui est libéral.
      La France est foutue, définitivement, il ne sait même pas tellement il est con et imbu de lui-même que tout cela est de sa faute et des malfaiteurs qui gouvernent depuis 1/2 siècle et plus.
      Il nous parle du terrorisme, mais le vrai danger vient de tous les musulmans qui n’arrêtent pas de s’installer et de piller le pays, en toute impunité.
      Ecoeurant ! 

    • 18 Janvier 2016 à 20h37

      Ibn Khaldun dit

      Jean-Pierre Chevènement, toujours aussi prompt à distribuer les bons et les mauvais points, comme le sieur de Villiers. Ce qui est relativement aisée lorsque l’on ne possède aucune charge gouvernementale.

      Laissons de côté l’image d’Epinal qui l’a encore sur le monde arabe, et cette sempiternelle démonologie sur le libéralisme, c’est tout bonnement consternant. Je rappelle qu’il est aussi le responsable de la situation actuelle.

      La première tentative d’organisation d’un islam de France fut entreprise en 1989 par Pierre Joxe, alors ministre de l’Intérieur, qui créa un Conseil d’Orientation et de Réflexion sur l’Islam en France (CORIF), dont la représentation fut contestée en raison du mode de désignation de ses membres qui n’étaient pas élus mais cooptés. Succéda au CORIF en 1993 le Conseil représentatif des musulmans de France (CRMF), qui implosa en raison des divisions et des luttes d’influence qui le minaient.

      Puis en 1999, Jean-Pierre Chevènement repris le projet, mais en se laissant fléchir par les fondamentalistes de l’UOIF puisqu’il supprima de la déclaration officielle régissant les rapports entre les pouvoirs publics et le culte musulman un passage évoquant pour le croyant le droit de changer de religion. C’était s’aligner sur les pays islamistes qui condamnent en effet l’apostasie et la punissent de mort.

      Monsieur Chevènement, qui pousse du col dans cette interview et donne des coups de menton, est à l’origine du délitement actuel au sein de la communauté musulmane e accessoirement en France. Si il avait maintenu cette clause, les musulmans de France n’auraient eu aucune crainte de désavouer leur foi pour devenir athée, bouddhiste ou que sais-je encore. Bref, ils auraient eu la liberté de ne pas croire. 

      La France aurait peut-être été à l’avant-garde dans le monde occidental avec une telle disposition. Au lieu de cela, Chevènement, le thuriféraire de Saddam, qui fait de beaux discours dans cette interview sur le nationalisme arabe laïc et le gaullisme (sic) s’est lamentablement couché devant les islamistes de l’UOIF.

      • 18 Janvier 2016 à 23h57

        minguette dit

        Et voilà.
        Il est temps pour Chevènement qui fut piètre ministre et mauvais candidat de prendre une retraite bien méritée.

    • 18 Janvier 2016 à 19h17

      radagast dit

      Curieux curieux…
      Certains causeurs et causeuses sont tout prêts à se pâmer devant un bellâtre ne sachant que rabacher la doxa de l’ordo-libéralisme comme Macron (il faut dire qu’elle lui a bien profité) et n’ont pas de paroles assez dures pour un vieux barbon sur le retour qui n’ayant plus à faire carrière peut enfin se permettre de dire ce qu’il pense sans souci du politiquement correct et des éléments de langage…
      Et ma fois je pense à peu près comme lui…

      • 18 Janvier 2016 à 23h59

        minguette dit

        Et vous avez probablement le même âge.
        On enlève son dentier, on prend sa blédine, on change sa couche et au lit.

    • 18 Janvier 2016 à 18h07

      Liamone dit

      Ce type est actuellement gâteux du moins quand on lit sa dernière déclaration après les élections régionales . Inapte a s’exprimer normalement sur des sujets de société, il est responsable de l’incendie des paillotes en Corse et devrait être poursuivi pour atteinte à l’ordre public.

    • 18 Janvier 2016 à 17h19

      philo47 dit

      Mais qu’à t-il fait M.CHEVENEMENT du temps ou il était Ministre, Député et Sénateur pour s’opposer à la corruption au sein de notre institution judiciaire. Il ne peut ignorer qu’en France les victimes, les justiciables sont au mieux ignorés, méprisés et même enfoncés par la Justice qui a pour vocation de protéger les puissants et les professionnels du droit qui dépouillent la République de ses lois. Je n’ai jamais entendu ce Monsieur dénoncer notre justice gangrénée, ni réclamer sa réforme en profondeur. http://combatcontreinjustice.over-blog.com

      • 18 Janvier 2016 à 17h56

        Ananias dit

        Qu’a fait Monsieur CHEVENEMENT? Appeler en fin de compte à voter François HOLLANDE.Tout le reste n’est que du baratin.Tout comme Monsieur MELANCHON qui après ses crises fait la même chose.

      • 18 Janvier 2016 à 19h55

        jmma31 dit

        il a fait l’apologie d’une certaine idee de la france. sure de sa force,de sa nécessaire singularité, il a tenté de remettre les choses dans l’ordre, de reparler de droits et de devoirs , il a tenté de briser le mythe qui prevaut a gauche de la criminalisation de la misère et qui nous a mené la ou nous sommes.
        Je pense qu’il ne suffit pas de décreter a la va vite qu’il n’a rien dit ni fait , pour que ce soit vrai , encore faudrait il étayer tout ca.
        Chevenement était un type qui avait beaucoup de fond qui a toujours été desservi par son physique et par la lacheté et la niaiserie d’une grande partie de la gauche.
        quant a lui reprocher d’avoir appelé a voter hollande , ce n’est pas moi qui l’ai fait qui pourrait lui reprocher.
        en revanche, qu’on se le dise , on ne m’y reprendra pas et ce quoi qu’il arrive 

        • 19 Janvier 2016 à 0h02

          minguette dit

          Son physique, surtout son physique.

    • 18 Janvier 2016 à 16h23

      Grosse FAtigue dit

      Ah, Jean-Pierre ! Quel bonheur de ne plus être au pouvoir ! ON peut dire et faire ce que l’on veut, on n’est plus obligé de fermer sa grande gueule ! Sauf que voilà : on laisse des traces en tant que ministre. Et les 80% d’une classe d’âge au bac, c’est toi mon Jean-Pierre ! Oh, non pas que je te reproche l’intention ! Mais franchement, regarde les résultats, les conséquences, et la catastrophe ! As-tu mis en place des classes de niveau ? Des classes allégées ? Un meilleur encadrement ? Que nenni mon kiki, rien ! Alors s’il te plaît, donne l’exemple, oh oui, si un homme politique pouvait donner l’exemple, après avoir été au pouvoir, ce grand exemple magnifique d’humilité : fermer sa gueule. Jean-Pierre, s’il te plaît : ta gueule.

      http://grosse.fatigue.free.fr/causetoujours

      • 18 Janvier 2016 à 16h36

        minguette dit

        Très salutaire rappel ! Merci au cube !
        Cette baudruche qui s’est dégonflée aussi vite qu’elle s’était gonflé le melon a surtout embauché des incapables supplémentaires, alourdissant encore notre deficit sans aucune utilité pour la pauvre EN…
        Tiens, ça marche aussi pour Bayrou.

      • 18 Janvier 2016 à 16h43

        Guenièvre dit

        Ah ! c’est vrai je l’avais oubliée celle-là !

    • 18 Janvier 2016 à 15h54

      Lassinange dit

      Mitterrand a pris le parti socialiste à Epinay en juin 71 grâce à J-P Chevènement; ce qui l’a conduit directement à l’Elysée en mai 81. J-P Chevènement fait remonter à cette date ce qu’il appelle:”(L)es erreurs qui (…) ont une matrice commune : la perte de confiance en la France et dans l’État”. Voilà un homme délicieux qui n’a pas compris à l’instant qu’il participait à un effondrement de l’Etat qu’il déplore aujourd’hui. Sans être grand clerc, cet effondrement était inscrit dans les faits. Il était parfaitement prévisible pour quiconque connaissait la personnalité versatile de Mitterrand, avait suivi ses discours émollient et s’intéressait un tant soit peu au credo socialiste “quis erat ejusdem farinae”. Chevènement voit juste; mais toujours après coup, dés qu’il est au bord de la falaise sur le point de choir ou qu’il approche son nez des odeurs les plus pestilentielles. Il jugera au lendemain de l’élection de Marine Le Pen qu’il était judicieux que les patriotes de toutes sensibilités politiques se réunissent derrière la nouvelle élue.Ce qu’il ne voit pas aujourd’hui. Ce monsieur a toujours un train de retard; un “arrière-train” en quelque sorte! 

    • 18 Janvier 2016 à 15h08

      Guenièvre dit

      “Quant à l’Irak, il avait un régime dictatorial qui tient en grande partie à l’hétérogénéité de ce pays. Le gouvernement de Saddam Hussein était quand même laïque et modernisateur …”

      C’est vrai quoi ! quand on a un pays hétérogène on est parfois obligé d’employer les grands moyens pour uniformiser un peu et éviter le chaos! Ce sont non seulement les chiites mais le kurdes qui auraient dû le comprendre avant qu’Ali ne se fâche :

      “« Je vais les tuer tous avec des armes chimiques ! Qui va dire quelque chose ? La communauté internationale ? Qu’elle aille se faire foutre !”

      Pas a peine de t’en faire Ali la communauté internationale elle a fermé sa gueule :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Halabja

      Quant à la présence de chiites et d’un chrétien ( T.Aziz,) c’était pour la vitrine, les Occidentaux aiment les symboles…)

      J’ai toujours apprécié le côté républicain de J.P. Chevènement sur l’école mais là…

      • 18 Janvier 2016 à 15h34

        isa dit

        En réalité, il a toujours été proche des dictatures arabes: bravo Guenievre et Quidam!

      • 18 Janvier 2016 à 16h43

        minguette dit

        Oui bravo.
        Le mépris à peine voilà de la gauche de la gauche qui vient doctement nous expliquer que la “dictature laïque” c’est quand même ce qui va le mieux au teint des peuplades barbaro-musulmanes pas trop gérables, est assez insupportable.
        Aziz était un gadget.

        • 18 Janvier 2016 à 17h53

          Borgo dit

          C’est sûr que maintenant l’Irak est un havre de paix.
          Calme et volupté pour tous et surtout pour les chrétiens… 

        • 18 Janvier 2016 à 19h41

          Guenièvre dit

          Borgo on est obligé de choisir ? l’Irak d’aujourd’hui est une horreur, l’intervention américaine a semé le chaos mais on n’est pas obligé de rajouter qu’au moins le régime de Saddam Hussein était laïque.Ce type a été l’un des dictateurs les plus sanglants de la planète avec Hitler, Staline et Pol Pot. En quoi est-ce plus glorieux d’avoir torturé,emprisonné, massacré et génocidé pour conserver son pouvoir et pas au nom d’une religion ?

    • 18 Janvier 2016 à 14h17

      QUIDAM II dit

      Si le PS a ” toujours combattu ” Jean-Pierre Chevènement, c’est peut-être notamment parce qu’il a fait échouer délibérément Lionel Jospin aux présidentiels de 2002.
      C’est peut-être également parce qu’il comprenait trop bien les dictateurs arabes tels que Saddam Hussein. ” La politique arabe de la France que le général de Gaulle a définie après l’indépendance de l’Algérie, en 1962, visait à favoriser les vecteurs de progrès dans le monde arabe et à ne pas nous attacher, comme les Américains, à des pays dont l’orientation politique pouvait paraître dangereuse. ” dit-il…
      . Selon lui, le régime de Saddam, qui écrasait, torturait et faisait assassiner son opposition démocratique même hors des frontières de l’Irak, était donc un ” vecteur de progrès ” (les démocrates arabes apprécieront).
      . De même, sans doute, que la prise du pouvoir par l’ayatollah Khomeini ” encouragée par Giscard et Carter ” était de nature ” à favoriser les vecteurs de progrès dans le monde arabe ” (et musulman) ? Les démocrates iraniens apprécieront.
      Jean-Pierre Chevènement n’a jamais été très clair sur tous les sujets. 

      • 18 Janvier 2016 à 15h35

        isa dit

        C’est un nationaliste qui aime les autres nationalistes.

        • 18 Janvier 2016 à 16h47

          minguette dit

          Et moyennement regardant sur les moyens employés par ses copains vecteurs de progrès qui haïssaient autant l’Amérique que lui, qualité sans prix.

    • 18 Janvier 2016 à 13h45

      Angel dit

      MALGRE CERTAINS DESCAOORD JE TROUVE mR cHEVENEMENT BEAUCOUP PLUS DIGNE ET INTERESSANT QUE NOMBREUX POLITICARDS DE LA POTICAILLERIE OTANO/ERUOPEISTE OU NON

    • 18 Janvier 2016 à 13h08

      floréal50 dit

      Certains pensent et disent que le “Che” n’a plus rien à dire et, logiquement, ne pense plus ? Moi je vois un homme (qui n’est pas de mon “camp idéologique”) compétent et ferme dans ses analyses. Il confirme ce que beaucoup de Français souhaitent sans pouvoir toujours l’exprimer : la République doit rester “une et in divisible” sinon elle disparaîtra avec ses gloires et ses misères.
      J’aime qu’on me parle franchement et le souverainisme réaliste est parfaitement le projet que j’attends d’un homme politique se situant au-dessus de la mêlée. C’est pourquoi je me permets de proposer à JP Chevènement qu’il réunisse tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, place sa vision républicaine au centre d’un dispositif d’union “nouvelle” : les Guaino, MM Le Pen, Dupont-Aignan, de Villiers etc…Est-ce que c’est vraiment impensable…lorsque c’est tellement nécessaire ?

      • 18 Janvier 2016 à 16h23

        Tchitchikov dit

        La solution : souverainiste libéral ou libéral souverainiste. On embarque tout ce qui on du coup pour l’intelligence et le bon sens ( “common decency”).

    • 18 Janvier 2016 à 12h22

      isa dit

      J’ai une super adresse de maison de retraite.
      Jure, on y trouve même des gens qui étaient intelligents. 

      • 18 Janvier 2016 à 14h19

        minguette dit

        Il n’a que 76 ans, un petit jeune prometteur. Et puis il a ressuscité d’entre les morts en vrai lui.

    • 18 Janvier 2016 à 12h00

      Ilote dit

      Effectivement, un pays socialiste qui entre dans une mondialisation libérale, ça ne fonctionne pas. Deux solutions : on s’enferme ( on quitte la mondialisation ) ou on quitte le socialisme. Aux Français de choisir, pour l’instant ils préfèrent l’enfermement.

      • 18 Janvier 2016 à 16h18

        Tchitchikov dit

        Mais non c’est exactement le contraire puisque le socialisme cela n’existe pas.
        C’est une arnaque, une escroquerie, un rideau de fumée sociétal; SFIO atlantiste, Mitterand au pouvoir (AhAhAh), Tapie ministre, … 1983 et 2014 la fin d’une illusion soigneusement orchestrée pour se faire élire.
        Et tout çà, alors qu’il y avaient des gens assez cons pour croire Jack Lang sur parole quand celui-ci il expliquait avec aplomb que mai 1981 avait été lé passage de l’ombre à la lumière. Après l’aube, l’aurore!

    • 18 Janvier 2016 à 11h17

      Wil dit

      J’ai regardé l’interview de Chevènement par Natacha Polony elle même ancienne(?) chevènementiste dans Polonium sur Paris première et c’est malheureux mais il n’a plus rien à dire et comme lui fait remarquer Polony il n’a aucun héritier politique.
      http://news360x.fr/natacha-polony-polonium-15-janvier-2016/
      Il fait un bon constat de la situation du pays et pourquoi il en est arrivé là mais en matière de propositions pour l’avenir il n’y a rien.Il en est même à trouver Macron le banquier libéral intéressant,c’est dire qu’il n’a vraiment rien compris.
      La carrière politique de Chevènement se limite à des démissions de gouvernement et une phrase :”un ministre ça démissionne ou ça ferme sa gueule”.Pauvre bilan.
      La prise de conscience du pays qu’il a souhaité se fera sans lui et par un autre parti que le siens.Parti que pourtant il ne souhaite pas exercé le pouvoir.
      Bref,Une vie politique inutile de plus.Dommage.

      • 18 Janvier 2016 à 11h19

        Wil dit

        “Parti qu’il ne souhaite pas voir exercer le pouvoir.”

    • 18 Janvier 2016 à 11h14

      oups dit

      Limpide .