Charlie Hebdo : Je marcherai mais n’essayez pas de me faire marcher | Causeur

Charlie Hebdo : Je marcherai mais n’essayez pas de me faire marcher

L’union nationale autour des victimes oui, l’hypocrisie sur les coupables non

Auteur

Elisabeth Lévy

Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.

Publié le 11 janvier 2015 / Médias Politique

Mots-clés : , , , , ,

charlie hebdo manifestation fn

Bon, j’irai « marcher contre la terreur ». D’abord, quand mon président et mon premier ministre m’invitent, c’est difficile de refuser. Et puis, j’ai un cœur moi aussi. N’empêche, je suis contente d’avoir un alibi – le journalisme. Il faut dire qu’on n’a pas tous les jours l’occasion d’assister en vrai à un tel barnum planétaire. La Reine d’Angleterre et le pape n’ont pas encore confirmé, mais pour le reste, il y aura du lourd. Cameron, Renzi et Merkel, et toute l’Europe en rang d’oignon : tous Charlie, même le Hongrois Viktor Orban. Pour l’Amérique, je parierais sur Kerry et Hillary Clinton, Charlie en diable. Charlie évidemment, Mahmoud Abbas et Benyamin Netanyahou, dont on ne sait pas s’ils défileront cote à cote, ce qui aurait une certaine allure. Certes, certains grincheux dotés d’un peu de mémoire pourraient trouver que la présence du Premier ministre turc Ahmet Davutoglu ne s’imposait pas : on ne se rappelle pas que son patron, Recep Tayyip Erdogan, fût un partisan acharné de la liberté d’expression, à l’époque des caricatures, en 2006, il était même salement remonté. Et son gouvernement a cru bon de dénoncer, en même temps que le terrorisme, la montée de « l’islamophobie » et de la xénophobie en Europe. Dans le genre, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a été plus classe : « Ces groupes, a-t-il déclaré, ont porté atteinte au prophète et aux musulmans plus que leurs ennemis (…), plus que les livres, les films et les caricatures ayant injurié le prophète. ». Passons. Dommage qu’on n’ait pas invité l’émir du Qatar, on aurait pu lui envoyer la note.

Après tout, Davutoglu il n’est pas, loin s’en faut, le seul charliste de la onzième heure. En 2011, après l’incendie des locaux de l’hebdomadaire qui publiait son « Charia Hebdo », beaucoup de ceux qui arborent aujourd’hui un air affligé trouvaient que nos rigolos exagéraient, qu’ils jetaient de l’huile sur le feu et que, le droit à la satire, bien sûr, mais à condition de n’offenser personne et surtout pas les musulmans. Et un paquet de ces défenseurs acharnés de la liberté ont une fâcheuse tendance à insulter ceux qui ne pensent pas comme eux, ce qui, à la réflexion, est un brin contradictoire. Rappelons-leur que le refus du désaccord peut tuer.

On ne va pas gâcher l’ambiance pour si peu, puisque c’est l’union sacrée et qu’on est tous Charlie. Tout de même, ça me chiffonne, cette union dont on a expulsé un parti qui représente un cinquième à un quart des électeurs. Il paraît qu’on peut défiler avec ce monsieur Davutoglu, mais pas avec Marine Le Pen : questions de valeurs. On sait bien que des valeurs, elle n’en a pas. Le président a essayé de rattraper la bourde de Cambadélis en affirmant que tout le monde était invité, mais on ne voit pas pourquoi Le Pen se priverait du cadeau que lui font ses adversaires. Du reste, d’après Claude Askolovich, qui a oublié de nous dire ce que ses « amis salafs » pensaient des événements, il faut s’interroger sur la responsabilité du FN. Celle-là, elle est bien bonne.

C’est ça qui est chouette quand on est de gauche : on a le droit de dire qui fait partie du peuple et qui est au piquet. Au nom de la tolérance : toi oui, toi non. Idées rances. Bref, le coup de l’unité nationale, c’est le vieux truc de la gauche pour désigner les méchants et mobiliser son camp. Et les méchants, je vous le donne en mille, ce sont les islamophobes. Le terrorisme islamiste vient de tuer, mais les responsables sont ceux qui le dénonçaient. Logique. Puisque tout ceci n’a rien à voir avec une quelconque religion. En attendant, la preuve que le grand rassemblement républicain commence à avoir un air de manif de gauche, c’est qu’il se conclura par une grande fête organisée par Jean-Michel Ribes.

À part ça, on est tous Charlie, c’est écrit sur tous nos écrans et placardé dans toutes nos villes, on finira par le psalmodier dans les églises. Dans les médias, on est déjà entrés en religion. Un ami rédacteur en chef de JT me l’explique sans ambages : jusqu’à demain, il n’y aura pas la moindre voix dissonante, pas le moindre débat. On devrait avoir droit toute la soirée à un défilé de people et de politiques venus dire leur horreur de la barbarie, de toutes les barbaries – on ne va pas stigmatiser une barbarie particulière.

Tous Charlie, donc, mais je demande si on parle tous du même Charlie. En tout cas, on ne va pas à la même manif. Va pour « marcher contre la terreur », comme nous y invite Le Monde, quoiqu’il eût été utile de préciser de quelle terreur il est question. Mais voilà que d’aussi éminents commentateurs que Plenel appellent à défiler contre le Front national (sic !). Clémentine Autain, elle, marchera « contre les attaques envers les musulmans. Contre toutes les formes de racisme et de xénophobie. Contre les fascismes » (serait-elle pour la maladie ?). Soyons clairs : toute attaque contre une mosquée ou une institution musulmane, et bien sûr, contre les personnes, doit être dénoncée et sévèrement sanctionnée. Mais alors que des journalistes, des policiers et des juifs (es qualités si on peut dire) viennent d’être tués au nom de l’islam, la violence contre l’islam est-elle la principale menace ?

N’empêche, je suis bien contente d’avoir un alibi. Parce que, autant l’avouer,, j’ai beau savoir que l’unanimité est toujours suspecte, je suis plutôt bon public pour le coup du « tous ensemble ». Comme pas mal de mes semblables, dans les crises, j’aime bien faire peuple, me dire que ce qui nous rassemble, etc. etc. Et puis, je suis certaine que mes concitoyens ont plus de bon sens que leurs supposés représentants et qu’ils ont une vague idée de la nature de l’ennemi. Alors, je veux bien être Charlie avec tout le monde. Mais pas avec n’importe qui.

 *Photo :  EREZ LICHTFELD/SIPA. 00701311_000028.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Mars 2015 à 4h28

      buddy dit

      Comme toujours E Levy est très claire et très juste dans ses analyses. Je vais finir par m’abonner.

    • 14 Janvier 2015 à 20h09

      Armanddem dit

      J’aimerais savoir où sont les Femen dans tout cela..
      en train de faire une manif à Riyad?  
      Je suis trop réac,  je sais, mais mes amis de gauche vont me pardonner, ou bien ?

    • 14 Janvier 2015 à 17h36

      Et…? dit

      ouppsss…j’allais oublier
      ..:lisez Gidéon Lévy….aussi

    • 14 Janvier 2015 à 17h30

      Et…? dit

      ouppsss…j’allais oublié…:lisez Gidéon Lévy….aussi