God save the Charia? | Causeur

God save the Charia?

Craindre ou ne pas craindre les “tribunaux islamiques”

Auteur

Jeremy Stubbs
est universitaire, écrivain, consultant, président des Conservateurs britanniques de Paris.

Publié le 27 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , , , ,

Faut-il s'indigner de l'existence légale des "tribunaux islamiques" en Grande-Bretagne ? Ce n'est pas certain. Tout d'abord, ceux-ci n'ont aucun pouvoir contraignant. Et il vaut mieux qu'ils délibèrent au grand jour plutôt que dans la clandestinité.
"Tribunaux islamiques" Charia Royaume-uni multiculturalisme dérives communautaristes

Une salle d'audience du conseil de la charia de Grande-Bretagne, à Londres, qui statue essentiellement en matière de divorces, février 2008.

Beaucoup de Français se sont émus quand, au mois de mai de cette année, la ville de Londres a élu son premier maire musulman. Que vont-ils dire maintenant, alors que commence à arriver en France la nouvelle de l’existence sur le sol anglais de « tribunaux » islamiques — tribunaux ayant la bénédiction (expression peut-être inappropriée) du gouvernement britannique ? Décidément, la folie multiculturaliste de vos voisins d’outre-Manche ne connaît plus de limites ! Une telle chose serait tout simplement impensable ici : au pays des droits de l’homme, il n’y a qu’un seul droit. Mais qu’en est-il en réalité de ces « tribunaux » ? Combien sont-ils ? Quels sont leurs pouvoirs ? Sont-ils contestés ? Une islamisation inexorable du royaume de Sa Majesté est-elle en cours ?

Le nombre de ces institutions est tout simplement conjectural. Nigel Farage, le bouillonnant ex-leader de l’UKIP, le parti anti-UE, a parlé de 80. Ce chiffre est conforme à un rapport du think tank Civitas de 2009, qui faisait état de 85 « tribunaux », tout en admettant qu’il s’agissait d’une estimation sommaire. Une étude de l’université de Reading a révisé le total à la baisse pour parvenir à 30. La vérité, c’est que, même si nous pouvons estimer approximativement le nombre des instances officielles, on ignore combien existent de façon officieuse. Souvent rattachés à des mosquées, ces « tribunaux » peuvent également se constituer presque n’importe où, que ce soit dans le sous-sol d’un immeuble ou dans le salon d’une maison privée. On parle d’imams qui délivrent leurs jugements à partir d’un fauteuil dans leur living-room…

Comment se fait-il que certaines de ces instances aient fait l’objet d’une certaine reconnaissance officielle de la part du gouvernement britannique ? C’est une loi de 1996, permettant de recourir à l’arbitrage pour résoudre certains conflits sans passer par le juge, qui leur a ouvert la voie. Depuis, différents médiateurs religieux, qu’ils soient chrétiens, juifs ou musulmans, ont été légitimés, parmi lesquels l’Islamic Sharia Council, fondé en 1982, le Muslim Law (Shariah) Council UK datant de 1985 et, plus récemment, le Muslim Arbitration Tribunal, créé en 2007. Ces instances sont habilitées à résoudre des contentieux par arbitrage, surtout dans le domaine de la médiation familiale et dans le cas de certains différends financiers. Elles travaillent dans le cadre de la loi anglaise (ou écossaise, l’Écosse ayant son propre cadre juridique) et n’ont aucune autorité propre. Elles ne constituent pas un système légal parallèle. Leurs verdicts ne sont contraignants que dans la mesure où les parties en désaccord s’engagent volontairement à les respecter. En 2008, l’archevêque de Cantorbéry, le chef de l’Église anglicane, a déclenché un esclandre lorsqu’il a

[...]

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Janvier 2017 à 18h12

      buddy dit

      On croit rêver :
      “surtout dans le domaine de la médiation familiale”
      “Leurs verdicts ne sont contraignants que dans la mesure où les parties en désaccord s’engagent volontairement à les respecter”
      On imagine bien le degré de liberté volontaire d’une femme ou d’une jeune fille trainée par son père ou ses frères dans un tribunal ainsi constitué.
      Pauvres Anglais.

    • 28 Janvier 2017 à 22h12

      Marski dit

      Ça, sir, ça s appelle la soumission.
      Et de ce côté-là de la Manche, on ne rit pas du tout.  

      • 29 Janvier 2017 à 8h19

        alain delon dit

        “Et de ce côté-là de la Manche, on ne rit pas du tout.”

        C’est bien le problème: nous avons Stéphane Guillon et Jean-Marie Bigard quand eux ont engendré Benny Hill

    • 28 Janvier 2017 à 14h23

      Chr martel dit

      Deja pour commencer je voterais FN, c’est la seule solution politique proposé contre la soumission a ce jour…

    • 28 Janvier 2017 à 10h09

      hoche38 dit

      Accepter les “tribunaux islamiques”, n’est-ce pas tout simplement le commencement de la soumission?

    • 28 Janvier 2017 à 9h25

      Laurence dit

      « Et il vaut mieux qu’ils délibèrent au grand jour plutôt que dans la clandestinité. »
      Mais bien sûr, faudrait pas gêner les sans-gênes muslims quand même.
      Le plus drôle dans cette accroche, c’est qu’il est implicitement admis que la charia est incompatible avec nos tribunaux « occidentaux » mais que bon puisque les muslims nous mettent – nous les pleutres – devant le fait accompli il n’y a plus qu’à collaborer pour que tout se passe avec le moins de vagues possible.
      Quand je pense que ce pseudo intello a qualifié le brexit de bombe fragmentation responsable de l’éclatement du Royaume Uni… c’est dire l’extraordinaire sens de l’observation des journaleux du dimanche et autre spécialiste de la spécialisation à Causeur.

      • 29 Janvier 2017 à 18h03

        buddy dit

        « Et il vaut mieux qu’ils délibèrent au grand jour plutôt que dans la clandestinité. »
        Après ce sera “« Et il vaut mieux qu’ils lapident au grand jour plutôt que dans la clandestinité. »
        Puis :
        « Et il vaut mieux qu’ils égorgent au grand jour plutôt que dans la clandestinité. »
        Mais ce sera trop tard.

        • 29 Janvier 2017 à 19h58

          Laurence dit

          Oui c’est tout à fait cela dans l’esprit et donc dans les actes. Ce n’est pas tant que cette gangrène gagne du terrain partout – après tout l’expansionnisme revanchard est consubstantiel à l’islam – qui ne lasse pas de me révulser mais la COUPABLE complaisance de ces tocards d’européens, branchouilles en tête, face à l’invasion et à la colonisation musulmane.
          Ce pauvre Stubbs pense sûrement que la British Rule prévaudra quoiqu’il arrive. D’imaginer sa futur tronche de cocu ne me consolera pas du désastre. Hélas.

    • 28 Janvier 2017 à 4h28

      taubiroute dit

      l idee meme d assoicier les mot tribubal et religion , islam en locurence, demontre la these de Zemour et de finkelkraut, Lislam est incompatible avec la democratie et la republique occidentale !!
      C est un danger mortel . Faudra t il entreprendre la 10eme croisade pour contrer ce nouveau nazizme vert comme l islam !

    • 28 Janvier 2017 à 2h08

      buddy dit

      “recourir à l’arbitrage pour résoudre certains conflits sans passer par le juge”
      Non merci, on a connu le résultat : Lagarde et Tapie.
      Les anglais donneurs de leçons avec leur famille royale parasite d’un autre age, ne s’intéressent qu’aux affaires de la city, ils seront les premiers à être bouffés..

    • 28 Janvier 2017 à 0h00

      EMERICH dit

      La réponse du peuple anglais à la folie multiculturaliste a été claire : Brexit. Le sujet est donc clos dans le sens contraire préconisé par le rédacteur de l’article.

    • 27 Janvier 2017 à 19h49

      alain delon dit

      My god Jeremy, jé prifère vou peintoure des chevals que vous article d’opiniyon

    • 27 Janvier 2017 à 19h30

      walkyrie dit

      Pas de charia en France. Ce sera d’ailleurs un sujet de présidentielle. Les chariaistes devront quitter le territoire.

      • 29 Janvier 2017 à 18h05

        buddy dit

        La Charia tout de suite, c’est Hamon

    • 27 Janvier 2017 à 16h59

      persee dit

      Mais puisque l’on nous a dit que l’élection d’un maire pakistanais et musulman, ne présentait aucune spécificité exogène . Londonien avant tout .  Pas de quoi s’étonner ; notre tour est pour bientôt . la gauche le veut …  Cela dit , Je croyais les anglais plus courageux et plus sensés .

    • 27 Janvier 2017 à 16h47

      Fioretto dit

      Il y a pas que les français qui sont contre même les canadiens ne vous ont pas suivi dans votre délire. Cette polémique n’est pas nouvelle j’était encore en Italie quand cette affaire des tribunaux islamiques est sorti et on été choqué.

    • 27 Janvier 2017 à 16h36

      Marc54 dit

      Ce qui est dramatique est que nous glissons peu à peu vers la domination de ces extrémistes alors que nous avons très largement les moyens d’inverser le mouvement.
      Ces gens là n’ont aucune technologie et sont moins nombreux que nous.
      Nous aurions un Poutine ou un Trump à notre tête, le problème serait réglé en quelques semaines.
      Mais nous sommes des mous et nous avons peur de nos ombres.
      Nous sommes terrorisés par nos extrémistes de gauche qui veillent à ce que notre dégringolade de ralentisse surtout pas.

      • 27 Janvier 2017 à 23h02

        Ambrosius dit

        Tellement vrai Marc54… à moins que nous ne réagissions rapidement, nous sommes en train de vivre la fin de l’Occident.

    • 27 Janvier 2017 à 16h18

      jcm dit

      Effrayant.