Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

Recevez chaque lundi la synthèse de l'actualité de toute la semaine



X

C’est mon genre, c’est mon choix

Christian Flavigny dit leur fait aux tenants des gender studies

Publié le 02 décembre 2012 à 9:20 dans Culture

Mots-clés : , ,

flavigny gender studies

Ce texte, préface à La Querelle du genre de Christian Flavigny, est la propriété des Presses Universitaires de France (PUF).

Nietzsche voyait dans la lutte des femmes pour l’égalité des droits « un symptôme de maladie ». Son diagnostic sur ce qu’il nommait alors « l’éternelle guerre entre les sexes », voire « la haine mortelle des sexes »1 paraîtra sans doute excessif ; il est en réalité insuffisant. Car ce n’est plus de guerre entre les sexes et de haine des sexes dont il est question dans les gender studies ou « études de genre », mais de guerre contre le sexe et de haine du sexe, qu’il soit masculin ou féminin. Comme si l’égalité des sexes passait désormais par leur neutralisation. […] Il ne faudrait donc plus parler de l’égalité des sexes, mais de l’égalité des genres, les genres n’étant plus sexués en « homme » et en « femme », en « mâle et en femelle », en « garçon » et en « fille » et, a fortiori, en XY et en XX. La différence sexuelle étant dissoute au même titre que la différence génétique, il n’y aurait plus d’obstacle à la suppression de la différence sociale.

Ainsi peut-on, en première approximation, résumer la théorie du genre, « mythe contemporain » examiné par le docteur Christian Flavigny. Il rappelle qu’elle est apparue aux États-Unis et que, aux yeux des Américains, elle tient à l’opposition du « sexe », dans sa détermination physiologique, et du « genre », dans son sens psychologique, la dérive psychologisante entraînant rapidement une dérive sociologisante. Dans sa radicalité, en effet, la théorie du genre affirme qu’il n’y a pas d’identité sexuelle relevant de la nature, mais une identité générique, relevant de la culture, la seconde étant la cause des inégalités entre les pratiques sexuelles.

[...]

La Querelle du genre, Christian Flavigny (PUF)

  1. Friedrich Nietzsche, Ecce Homo, « Pourquoi j’écris de si bons livres », § 5. Souligné par Nietzsche.
  2. Judith Butler, « Le transgenre et les “attitudes de révolte” », Sexualités, genres et mélancolie. S’entretenir avec Judith Butler, sous la direction de Monique David-Ménard, Paris, Campagne Première, 2009, p. 22.
  3. Monique Wittig, La Pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 13 et p. 36.
  4. Judith Butler, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006, p. 73.
  5. Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, I, « La vieille et la jeune femme ».
voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire aussi

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

114

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 4 Décembre 2012 à 17h17

    Fiorino dit

    @ Saintex
    J’ai pas trop le temps de developper, mais si vos enfants un jour contesteront la théroie du genre à l’école, je crois qu’il le feront sous l’apllaudissement des camarades de la classe. En revanche ça sera plus difficile pour les cours d’histoire où apparament les textes rap qui dénoncent de façon unilitarale certains évenements historique lié à la colonisation ou à la repression du FLN en France sont maintenant l’objet d’étude!!!

    • 4 Décembre 2012 à 22h28

      saintex dit

      Prospective intéressante.

  • 4 Décembre 2012 à 14h03

    L'Ours dit

    Bibi,
    superbe prestation de Kissin, comme d’habitude, c’est vraiment un de mes préférés. J’ai aussi des yeux de chimène pour la jeune Khatia Buniatishvili.
    Sinon, le jour où les  réalisateurs comprendront qu’il est mieux de filmer un pianiste par la gauche, je prendrais encore plus de plaisir, on voit mieux le travail de la main gauche et aussi bien, voire mieux, celui de la main droite.
    Là, ce n’est pas mal non plus, toujours dans ce même concerto. Voire à partir de 6,30mn.
     http://www.youtube.com/watch?v=y2zDj1zePws
     

    • 4 Décembre 2012 à 21h55

      Bibi dit

      Ce Lang est toujours passionnant. Et je me rappelle de la grande pianiste chinoise qui demandait si elle mangeait bcp de Gefilte fisch elle jouerait comme Rubinstein ;-) En effet, j’ai eu la chance d’avoir l’oreille formée par le Roi Arthur (live!) et quelques-uns des “princes” et “princesses”… mais j’étais du côté de la main droite dans la salle…

      Je vous attends tjrs sur la colonisation.

      P.S. Faites-moi signe pour votre anniversaire ;-)
       

  • 3 Décembre 2012 à 22h29

    collet gérard dit

    la théorie des genres est une fumisterie dont on fait les flûtes ! Auriez vous la moindre idée de ce qu’est le langage, la parole… on ne peut nommer un signifié sans entrelacer des lettres – réunies sous la pression d’un réel –  et la lettre ne peut émaner que du corps : c’est du corps ! … avec toutes ses hormones !
    Alors , à dire vite …je l’admets volontiers…, la seule façon de défendre la théorie DU genre, c’est de se taire !   

  • 3 Décembre 2012 à 21h23

    GHMD dit

    Voilà la question bien posée par le docteur Flavigny. Finalement, quand on est un homme, et peut-être aussi quand on est une femme, la seule réponse aux totalitaires qui brandissent les gender studies, c’est peut-être de se faire musulman. Pensez-y, mesdames et messieurs sans sexe, avant qu’il ne soit trop tard.

  • 3 Décembre 2012 à 18h54

    nicolai vavilov dit

    une bouffée d’oxygène au milieu de l’étouffement par la doxa médiatique…
    consulter également Sylviane Agacinski sur France Cul
    http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-de-la-philosophie-entre-sexe-et-genre-2012-05-10
    et “femmes entre sexe et genre “au Seuil
    “il y a un fond biologique irréductible”
    Si les genres disparaissent un jour ce ne sera pas par décret de sociologues… mais par, hélas la biologie… ‘l’homme enceint” et autres utérus de laboratoire…et fécondation in “vitraux” (de cathédrale!!!)

  • 3 Décembre 2012 à 18h32

    saintex dit

    Fiorino,

    Je prends des risques, mais je me lance.
    Il existe quatre sources de droit qui sont, la loi, la doctrine, la jurisprudence et la coutume.
    La loi, tout le monde voit à peu près de quoi il s’agit, depuis la loi organique jusqu’aux normes en passant par les codes.
    La jurisprudence, c’est l’autorité d’un jugement dans le fait jugé.
    La coutume est comme la loi, tout un chacun l’appréhende.
    Quand à la doctrine, elle est la somme des avis émis par les spécialistes.
    Nous pouvons faire appel à M. Rouvillois, mais je ne crois pas qu’il existe une prééminence dans l’essence entre les sources de droit. Si untel ou autre dit qu’il faut relativiser ou non l’importance de la jurisprudence, il se situe dans la doctrine. C’est à dire qu’il émet son avis de spécialiste, ni plus ni moins.
    L’existence même de ces sources, et leur vie (prise en compte) montre bien au contraire un principe d’égalité.
    Prenez le Code Pénal, vous verrez que telle infraction PEUT ETRE passible d’une peine allant jusqu’à…
    Cela signifie donc liberté du juge, validation de l’existence d’une jurisprudence. Cette autorité du juge, la latitude conférée par la loi, et incluse dans celle-ci, reconnait à la jusriprudence le même niveau d’autorité.

    • 3 Décembre 2012 à 18h46

      Fiorino dit

      Saintex, en Israël comme en Angleterre il n’y a pas de constitution donc les juges ont de facto plus de pouvoir car il ne doivent pas établir leur decisions sur la base d’une charte écrite, pour le reste je vous avoue que vous me posez une colle, mais globalement dans les pays de common law le juge a plus de pouvoir que dans les pays de civil law. Vous remarquerez que le Québec à un systeme de civil law contrairement au reste du Canada. Cependant on remarque dans les pays de common law une tendance à se rapprocher vers les pays de civil law avec une multiplication des actes et des lois écrites. Si non la prochaine question c’est quoi la definition d’equity? Vous savez que c’est un terme intraduisible en français et dans les autres langues latines? ,)

    • 3 Décembre 2012 à 18h59

      saintex dit

      Ciel !

      En Israël comme en Angleterre et dans tous les pays, des constitutions existent, qui défnissent justement entre autres, le cadre des lois.

      Le Québec n’a pas de civil law car c’est un pays francophone. Le New-Brunswick est bilingue et les autres états canadiens sont anglophones.

      Enfin, oserais-dire last but not least, Il n’existe aucun concept qui ne puisse être exprimé dans nos langues latines. De plus, ces dernières ont l’avantage d’être encore construites avec une syntaxe signifiante et une sémantique générale. Lorsque je dis, avantage, c’est bien sur un voeu pieu, puisque ce qui fait l’avantage et la suprématie de l’anglais est sa déconstruction. C’est une boîte de Pandore. Lorsque, même un anglophone de naissance dit quelque chose dans son pays, cela ne signifie pas forcément la même chose dans un autre pays anglophone. Vous parliez, (complètement hors propos), de diviser pour régner, et bien nous y sommes. Le lexique nommé anglais est souvent un outil pour cette fonction.

      • 3 Décembre 2012 à 19h05

        Fiorino dit

        Non il n’y a pas de constitution en Israël et en Angleterre contrairement à ce qui se passe aux USA par exemple. Les chartes n’ont pas le même valeur que les constitution. Mais bibi pourra vous reinsegner mieux que moi.

      • 3 Décembre 2012 à 19h15

        saintex dit

        La constitution britannique, pouvant certainement être considérée comme une des plus anciennes du monde, se base sur un empilement de constructions successives. Ce qui ne remet pas en cause son existence et n’empêche pas le Royaume Uni d’être une monarchie constitutionnelle.
        Je n’ai aucune idée sur la constitution israélienne, mais la certitude qu’elle existe. L’apport du Livre peut lui donner une parentée avec le Royaume Uni, mais la jeunesse de cet état l’en éloigne. Quoiqu’il en soit, probablement M. Rouvillois serait à même de porter des appréciations, intéressantes au sens général, mais en dehors du sujet.
        Elles existent Fiorino, elles existent

      • 4 Décembre 2012 à 22h08

        Bibi dit

        Qu’est-ce que la constitution britannique? 
        Il n’y a pas de constitution israélienne au même sens que la constitution française. C’est un fondement Bible-Talmud + lois ottomanes, britanniques, israéliennes (parlementaires)… usages… précédents (notamment établis par la Cour Suprême).
         

  • 3 Décembre 2012 à 18h00

    Bibi dit

  • 3 Décembre 2012 à 17h28

    Mangouste1 dit

    Bonjour Saintex,

    :o)))))))))))))))))) 

    • 3 Décembre 2012 à 18h11

      saintex dit

      Mangouste, vous venez de pulvériser le record du nombre de mentons. (o; (pour changer un peu)

  • 3 Décembre 2012 à 15h38

    ylx dit

    En Norvège, le pays du monde qui s’est le plus engagé pour la parité, une émission de TV très populaire a fait récemment scandale. Son journaliste-vedette a été enquêter dans plusieurs secteurs de la vie quotidienne pour constater que les hommes étaient toujours à la même place, comme partout, c’est le cas notamment des ingénieurs masculins à 90%, et les femmes toujours aussi nombreuses dans leurs métiers traditionnels, écoles et les hôpitaux. Grosse gêne chez tous les Responsables interviewés.

    En France récemment des pédagogues mal inspirés (pléonasme) ont eu la malencontreuse idée de faire rédiger un “dictionnaire” par des enfants de Cm2, lesquels à cette occasion ont aligné tous les poncifs de la différenciation sexuelle vue par les enfants ” pendant que le papa regarde la télé, la maman elle repasse” .etc Scandalisés par un tel hérétisme les grands prêtres du politiquement correct ont arrêté l’expérience, sine die.

    Une grande boutique de jouets radio-commandés et de maquettes vient de s’ouvrir à côté de chez moi : avions, hélicoptères, tanks, figurines militaires, pas une femme, pas une fille comme clients, pas de poupées barbie ou de Hello Kitty…Un vrai paradis pour mes petit-fils …

  • 3 Décembre 2012 à 15h07

    Jesse Darvas dit

    On peut suivre l’auteur jusqu’à cette phrase hyperbolique:

    “La société nouvelle est en marche vers un monde sans procréation ni oppression qui, le mauvais sexe mis à nu, se drapera d’un bon genre. ”

    Il oublie simplement, ici, qu’il faut distinguer les élucubrations de quelques “théoriciens” d’une part, et les croyances partagées par l’écrasante majorité de la population d’autre part. La théorie américaine du genre n’a jamais dépassé, dans ses effets, les murs de quelques facultés “radicales-chic”.
    La destruction du sujet logocentré est une vieille lune foucaldienne et derridienne; pour autant l’exaltation de la subjectivité individuelle n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui, après la fin de tous les grands méta-récits (c’est en quelque sorte le seul méta-récit qu’il nous reste).

    Bref on peut se faire peur à examiner les théories les plus farfelues mais il ne faut pas oublier que les academics sont soumis au même régime que le reste du monde: pour faire parler de soi, il faut se distinguer, si possible en articulant des absurdités. Lesquelles restent heureusement sans effet aucun.

  • 3 Décembre 2012 à 14h41

    saintex dit

    Eugène,

    Je fais relativement bien la différence entre premier degré et ironie, même si l’exercice est parfois difficile avec des condensés en quelques lignes.

    Mise en pratique.
    Lorsque que j’écris, “absolvez”, j’emploie volontairement un vocabulaire religieux. Ceci autant pour dénoncer le caractère inspiré de ces nouveaux prêtres d’une nouvelle foi païenne, que pour vous mettre face à votre attitude vis-à-vis d’eux et des autres.
    Lorsque vous répondez que vous n’êtes pas adorateur des ayatollahs, ce que nul n’avait dit, vous savez que vous pratiquez délibérément une esquive. Cela vous évite de répondre aux autres interrogations qui vous ont été proposées. L’esquive n’est pas ironie, laquelle permet au moins des remises en cause.
    Ne vous y trompez pas, Eugène. Je sais ce que parler veut dire et je suis loin d’être le seul ici. Souvent le dernier mot vous est laissé. Dans la plupart des cas, c’est parce que votre interlocuteur sait que la radicalisation et l’insulte ne mènent à rien, que en public l’ego prend de l’ampleur et fausse la donne.
    Peut-être me trompé-je, mais ce que je lis de vous me laisse à penser que la contradiction vous est positive, que vous évoluez. Ceci même si vous la cherchez pour elle-même avec Bibi, et non pour ce qu’elle peut apporter. Pour autant, ne croyez pas duper qui que ce soit par les esquives. Celles qui vous sont laissées ne sont que des portes ouvertes sur votre chemin.

    • 3 Décembre 2012 à 14h45

      Eugène Lampiste dit

      esquives de quoi ?

      avez vous dit ou pas que je trouvais qu’ils n’étaient pas dangereux ?

      le rapport avec la théorie du genre et votre prof de paléolithique (je ne l’ai toujours pas compris) ? 

    • 3 Décembre 2012 à 14h47

      saintex dit

      Et pour répondre à votre question qui portait sur la dangerosité des ayatollahs terranovoqueeristes, relisez toutes vos interventions. La plupart disent que ceux-ci ne sont pas dangereux parce que leurs théories, en ce qu’elles sont fumeuses, n’ont pas d’avenir.
      Elles prétendent régir la vie des hommes sur la terre. Pour un incroyant anti-clérical, cela devrait éveiller plus de suspicion que les théories fumeuses qui concernent l’au-delà.

      • 3 Décembre 2012 à 14h52

        Eugène Lampiste dit

        ah vous parlez des ces ayatollahs là ?
        car bon, quand on me parle de curé puis d’ayatollahs, moi je pense aux musulmans. 

        et bien oui, je pense que ces théories n’ont aucun avenir.
        je l’espère en tout cas.

        ça ne veut pas dire que je ne les trouve pas débiles ou dangereuses. 

  • 3 Décembre 2012 à 12h29

    saintex dit

    Gégène,
    La phrase suivante a été dite par un professeur de l’Université Catholique de Paris à des élèves en première année de l’histoire de l’art.
    C’étaient des gens biens au paléolithique. Il n’y avait pas d’inégalité(s) sociale(s). Contre la discrimination, il ne faut donc plus parler de paléolithique inférieur mais de paléolithique ancien.
    Une plaisanterie ? Et bien non. Et quatre-vingt-quinze pourcent des élèves ont noté sans moufter pendant que la prof ne relevait pas les quelques rires qui ont suivi, en cercle restreint, celui de ma cadette (mauvais esprit probablement).
    Croyez-vous vraiment que ce qui est enseigné à nos enfants passe au-dessus de ces chères têtes blondes sans y laisser de traces.

    • 3 Décembre 2012 à 12h32

      Eugène Lampiste dit

      quand les profs sont encore plus incultes que les élèves, peut on encore parler d’enseignement ?

    • 3 Décembre 2012 à 12h39

      saintex dit

      Il semble que ce soit le statut d’école ou d’université qui définit l’appartenance au principe d’enseignement.
      Par ailleurs, le problème de cette prof n’est certainement pas son inculture. Elle doit savoir des tas de choses. Mais comme souvent, le savoir est un bât qui blesse quand il est mal utilisé.
      Un bouffeur de radis noirs comme vous pourrait être plus méfiant face aux prêches de ces nouvelles religions.

      • 3 Décembre 2012 à 12h46

        Eugène Lampiste dit

        elle est peut être douée en histoire de l’art, mais elle ne connait rien au système de fonctionnement des “sociétés” du paléolithique.

        quant à ces nouvelles “religions”, si les gens sont prêts à croire n’importe quoi parce que c’est à la mode, c’est leur problème.

      • 3 Décembre 2012 à 13h12

        saintex dit

        Alors vous débinez le curé. Vous savez, ce brave homme dont le poète a dit : “On n’était pas du même bord, on n’était pas du même chemin, mais on cherchait le même port”.
        Vous le débinez au nom d’un passé qui n’est pas le sien, parce que d’autres que lui ont mal agit et trahi leur religion. Vous lui demandez la repentance comme les cons vous la demande pour je ne sais quel génocide auquel vous ne pouvez mais.
        Et dans le même temps vous absolvez des ayatollahs parce que vous pensez que eux, ne sont pas dangereux. Mais fichtre, c’est sur terre qu’ils promettent leur paradis de merde. Vous ne pourrez leur échapper par l’absence de foi en la vie éternelle. Vos enfants et petit-enfants vivront sous leur coupe, et c’est ainsi que vous mourrez tout à fait.

      • 3 Décembre 2012 à 13h17

        Eugène Lampiste dit

        et bien j’en dis des choses, saintex.

        c’est bien la première fois qu’on me dit que j’adore les ayatollahs. 

      • 3 Décembre 2012 à 13h24

        saintex dit

        Parler ne se peut qu’avec un langage commun. Faîtes-vous la différence entre absoudre et adorer ?

      • 3 Décembre 2012 à 13h31

        Eugène Lampiste dit

        autant que vous devez faire la différence entre premier degré et ironie.

         

      • 3 Décembre 2012 à 13h38

        Eugène Lampiste dit

        par contre, saintex, j’aimerais bien que vous me disiez où vous avez vu que je disais que les ayatollahs n’étaient pas dangereux, et où je les “absolvais”

  • 3 Décembre 2012 à 12h28

    Guenièvre dit

    Oui, on pourrait après tout se dire que cette théorie fumeuse ne vaut pas que l’on s’y attarde et que c’est une mode qui passera comme une autre. Seulement il faut bien constater que tout dans notre société aujourd’hui tourne autour de cette utopie : un sujet libéré du passé, libéré de toutes les entraves traditionnelles y compris celles de la biologie , un sujet qui s’affranchit des chaînes généalogiques et qui s’auto-construit ( voir aussi les théories fumeuses des sciences de l’éducation). Est-ce que tout cela constitue une avancée vers une véritable autonomie ? ou bien une plongée dans des fantasmes régressifs ? Est-ce la raison ou l’inconscient qui nous gouverne ?

  • 3 Décembre 2012 à 12h19

    saintex dit

    Il n’y a pas d’égalité entre les hommes, c’est une évidence trop oubliée, souvent volontairement. Est-ce un problème ? Oui, majeur, parce que c’est cette inégalité qui fonde une société. Chacun apporte sa différence pour le mieux de tous et par conséquence pour son propre mieux.
    Il n’existe pas dans la nature supérieure, de société égalitaire. Cela ne présenterait aucun intérêt. Si des individus sont identiques, ils vivent un mode de reproduction non sociétaire. Et s’ils vivent en société, ce sont des amibes.
    On peut certes souhaiter redevenir bactéries, mais ce sera aussi chiant que contre-nature et plus rétrograde que le créationnisme. Allez, qui est pour ? Levez la main ! Ciel un manchot. Voyons voir…. pas de chocolat.

    • 3 Décembre 2012 à 12h22

      Eugène Lampiste dit

      égaux ne veut pas dire identiques, saintex.

      • 3 Décembre 2012 à 12h34

        saintex dit

        Eugène,
        Le problème est que égaux ne veut rien dire. La Déclaration des Droits de l’Homme parle d’égalité devant le droit en ayant le malheur de dire, égalité en droit. Nous ne sommes pas égaux, et c’est ce qui nous rassemble, ni ne sommes identiques.
        Et puis, avez-vous quelque chose à ajouter à la “magic touch” qui signe et que signe Dame Guenièvre, au sujet de l’égalité de dignité.

      • 3 Décembre 2012 à 12h41

        Eugène Lampiste dit

        dans une civilisation démocratique, égaux devrait pourtant tout dire.

        égaux devant les soins médicaux, devant la qualité des écoles, devant la justice, la sécurité publique, etc etc. 

        égalité des chances pour tous, et que le meilleur gagne (si meilleur veut dire celui qui réussira socialement et financièrement). 

      • 3 Décembre 2012 à 12h53

        saintex dit

        Eugène,
        Vous mettez le doigt sur un sujet qui m’est cher.
        Egalité devant tout ce que vous dîtes, bien évidemment je suis d’accord. Mais pourquoi spécifiquement dans une société démocratique. Ce n’est hélas pas plus le cas dans une société démocratique que dans une théocratique ou autocratique et devrait l’être tout autant. Le côté pervers de la démocratie est l’idée fort répandue que, à partir du moment où elle est établie, la vérité humaine est là. Cela suppose qu’un système politique est une fin en soi. Il n’en est rien. La fin à viser est d’arriver à ce que vous exprimer. Et si pour cela il faut mélanger de l’autocratie et de la démocratie, de la spiritualité et de la laïcité, alors mélangeons, ne sortons pas d’une chapelle pour entrer dans une autre, visons la le bonheur et la paix sur terre aux hommes de bonne volonté.

      • 3 Décembre 2012 à 12h55

        Olyvier dit

        Bonjour Eugène,
        J’en conclue que vous êtes contre l’AME qui réserve la gratuité des soins aux sans-papiers, et laisse tous les autres au devoir de payer… 

      • 3 Décembre 2012 à 12h57

        saintex dit

        Que le meilleur gagne ? Non, que tout le monde gagne dans la mesure de son possible. Encore une fois pour son bien propre coïncidant volontairement avec celui de tous.
        Que chacun vise à vivre mieux dans les respect des autres. Et réussir sa vie peut signifier être riche, mais ne doit pas exclusivement le signifier. Pauvre financier, heureux savetier, l’argent est une maîtresse exigente qui fait payer avant, pendant et après. Pour faire plaisir à Fiorino, j’ajoute que je reste convaincu qu’une grosse quequête est préférable à une grosse voiture.

      • 3 Décembre 2012 à 13h01

        Eugène Lampiste dit

        bien sûr olyvier.

        et je suis aussi contre la soupe populaire qui donne à manger gratuitement aux clochards.

        contre les restos du coeur, aussi
        etc etc
         
        une association qui s’occupe des sans papiers a pour vocation de ne s’occuper que des sans papiers.
         

      • 3 Décembre 2012 à 13h20

        Eugène Lampiste dit

        le principe d’égalité dans une théocratie ou une autocratie ?

        diantre. 

    • 3 Décembre 2012 à 12h25

      Guenièvre dit

      Bien d’accord avec vous Saintex, nous ne sommes pas égaux, nous sommes d’égale dignité…

  • 3 Décembre 2012 à 12h11

    saintex dit

    Ciel, j’ai pris du retard, le pire des retards. Bonjour Mangouste.

  • 3 Décembre 2012 à 0h50

    ylx dit

    A ce sujet je recommande la lecture de “Sex Aequo – Le quiproquo des sexes” de Jean-Paul Mialet

  • 3 Décembre 2012 à 0h46

    ylx dit

    Et quand bien même on arriverait à convaince une jeune fille qu’elle est strictement égale à un jeune homme, vous aurez le plus grand mal à lui expliquer alors qu’elle est terriblement complexée par son physique, son acné, sa petite poitrine et son surpoids qu’elle est absolument égale à sa séduisante copine qui attire tous les regards des garçons !

    • 3 Décembre 2012 à 7h39

      Mangouste1 dit

      Et vous appuyez là sur ce qui fait mal : on peut danser sur sa tête, à la fin, il faut toujours reconnaître cette terrible vérité : pas d’égalité entre les hommes ici-bas.

  • 3 Décembre 2012 à 0h30

    Bibi dit

    @Fiorino,

    Ça y est. Le couple d’homosexuels israéliens mariés au Canada qui ne pouvait pas y divorcer (procédure non-dispo pour les étrangers au Canada!) a obtenu gain de cause en Israël. Dans un tribunal civil israélien “aux affaires de la famille”. 
    Sans changer quoi que ce soit aux lois et aux compétences en matière de de mariage/divorce en vigueur.  
     

    • 3 Décembre 2012 à 0h55

      ylx dit

      HS pour Bibi . vous savez sans doute que le Ring du Met vient de sortir en Dvd – Voir les critiques sur Amazon.fr

    • 3 Décembre 2012 à 10h22

      Fiorino dit

      Oui bibi, mais en France comme en Italie il y a primauté de la loi sur la jurisprudence, les système israélien est plus proche du monde anglosaxon. Ce qui permet au juge une plus ample liberté de faire jurisprudence.

  • 2 Décembre 2012 à 21h39

    Amalfiore dit

    La réalité pour certains ,est terrible, au point de la nier.On préfère récuser car il est trop difficile d’accepter.
    La différence pose des problèmes et des questions à l’intelligence et vouloir la gommer est une manière de s’aveugler. 

  • 2 Décembre 2012 à 20h42

    Mangouste1 dit

    Eugène,

    “la mode de la théorie du genre passera, comme les autres.”

    On peut l’espérer, mais après combien de temps et quels dégâts pour les générations qu’elle va toucher?

    • 2 Décembre 2012 à 20h46

      Eugène Lampiste dit

      les ados l’auront oubliée en sortant du cours

      et d’autant plus facilement qu’ils ne l’auront pas écoutée.

      seuls les homos écouteront (peut-être), les autres s’en foutront complètement.

      à cet âge là, on s’en fout des théories sur le sexe, on cherche avant tout à passer enfin à la pratique. 

      • 2 Décembre 2012 à 20h47

        Eugène Lampiste dit

        je suis beaucoup plus inquiet à propos des programmes d’Histoire.

        là, ça devient grave. 

      • 2 Décembre 2012 à 20h50

        Mangouste1 dit

        La pratique, y a pas qu’à cet âge, notez-le bien. Par contre, je ne suis pas aussi optimiste que vous sur l’absence d’impact de cette fumisterie sur les jeunes : cette théorie est à peu près aussi consistante intellectuellement qu’une chanson d’Indochine, mais justement, Indochine, beaucoup de jeunes aiment bien…

      • 2 Décembre 2012 à 20h54

        Eugène Lampiste dit

        bah, j’ai regardé un peu sur internet.

        dans les manuels, on en parle à peine (je me demande même si ça sera traité en classe tant les profs doivent en rire)

        et puis si c’est juste pour dire qu’être homo c’est pas une tare, moi ça me va.
          
        le reste ne prendra pas, enfin, j’espère. 

      • 2 Décembre 2012 à 21h07

        Mangouste1 dit

        Mouiche : on verra bien, faisons confiance à l’avenir.

        Bonne nuit à tous, je crois que je vais faire comme Hatorique. 

      • 2 Décembre 2012 à 21h12

        Eugène Lampiste dit

        un film méprisé par la critique à sa sortie.

        comme d’habitude.