Causeur à l’Index ? | Causeur

Causeur à l’Index ?

Quand le MRAP fait des listes noires

Auteur

Elisabeth Lévy et Jérôme Leroy
sont journaliste et écrivain.

Publié le 22 février 2010 / Médias

Goya, Tribunal de l'Inquisition, 1812-1814.

Chef d’inculpation : rien à signaler. Ça, chef, c’est suspect. Même Staline ne l’avait pas inventé. Dans le rapport de police rédigé par le MRAP et intitulé “Internet, enjeu de la lutte contre le racisme”, Causeur figure à la rubrique “À droite de la droite” et a le droit à une sous-rubrique pour lui tout seul (ce qui permet de le repérer dans la table des matières). Seulement, ils sont un peu vexants, les copains. Tout ce qu’ils ont trouvé à dire, c’est ça : “Le contenu de ce site n’appelle pas d’observations. Sa ligne éditoriale est très à droite, proche des thèses néo-conservatrices.” Un peu court, jeunes gens – seule la jeunesse peut excuser les individus qui ont pondu cet annuaire des nouveaux ennemis du peuple. Chef d’œuvre de bêtise bureaucratique, ce listing Clearstream du pauvre qui figurera dans les annales de la dénonciation.

Que nos sympathiques défenseurs de la démocratie n’aient pas compris tout ce qu’ils lisaient sur Causeur, il serait malséant de le leur reprocher. Que rien, dans leur propre expérience, ne les ait préparés à comprendre le joyeux foutoir que l’on nomme pluralité et qui est le charme de notre chaudron de sorcière, on ne peut que s’en désoler pour eux. Accessoirement, nous avons bien rigolé en les imaginant, se grattant la tête pour savoir à quelle catégorie nous assigner, puis jetant l’éponge et décidant d’en créer une, fourre-tout, pour les enquiquineurs à qui on ne pouvait pas accrocher un grelot antisémite ou raciste. C’est vrai, quoi, qui sont ces gens capables de polémiquer ouvertement entre eux sans s’excommunier ? D’émettre les avis les plus contradictoires sur des sujets aussi secondaires que le Proche Orient, l’économie de marché, le féminisme ou l’identité nationale ? Le plus agaçant, c’est que, du coup, on ne sait pas s’ils sont de droite ou de gauche. Il paraîtrait même que certains, parmi eux, votent Sarkozy et d’autres Mélenchon. Dites-moi, chef, c’est quoi ce bordel ?

Il est vrai que les objectifs du MRAP sont eux-mêmes plutôt fumeux à en juger par le patchwork d’appels qui s’affiche sur la page d’accueil de son site : la lutte contre le racisme qui est sa raison sociale officielle passe donc par le boycott des produits de l’oppression (israéliens, vous avez compris), la régularisation globale et immédiate de tous les sans-papiers et l’adhésion à toutes les bonnes causes du moment. Il n’y manque que l’ours blanc supposé nous arracher des larmes qu’on voyait sur toutes les “unes” pendant le sommet de Copenhague. C’est pas antiraciste, l’écologie ?

Certes, la confusion mentale n’est pas un crime. Allez, aidons un peu le MRAP. Il y a bien un point commun entre les contributeurs de Causeurs qui doivent représenter à peu près toute l’offre électorale, y compris ceux qui ne votent pas, d’ailleurs. Nous pensons avoir tous lu Philippe Muray avant de nous être rencontrés et nous détestons rigoureusement les maccarthysmes de gauche, de droite, du centre qui s’exercent aujourd’hui dans les milieux les plus divers et les plus inattendus, comme par exemple chez les auteurs de polars, les éditorialistes économiques (professions qui se ressemblent par ailleurs par les temps qui courent) et les professionnels de l’antiracisme.

Avec ça, les amateurs de classification ne sont guère avancés. Le MRAP a donc fait le boulot. Avec 5-yearslater, Amiral Woland, la Droite strasbourgeoise, Europe maxima, Polemia, Causeur est donc à droite de la droite (ce qui si on n’y prend pas garde, va finir par nous ramener à gauche – le MRAP qui utilise les méthodes les plus classiques de l’extrême droite pour répandre les bons sentiments de gauche connaît le chemin). Amusant.

On ne vous cachera pas, cependant, qu’on est un peu vexés par le laconisme de notre notice : comment ça, le contenu “n’appelle pas d’observations” ? Rien ? Pas un seul texte qui vous ait fait vous étrangler d’indignation ? Là, franchement, c’est désobligeant.

Pour comprendre tout le sel de l’affaire, il faut lire l’avertissement rédigé par les avocats de l’association :

“Il est très important de préciser en préambule et tout au cours de cette étude, que la méthode de travail retenue, de recherche de sites ouvertement racistes et de recensement des connexions et liens à partir de et vers ces sites a conduit à identifier aussi des sites contre lesquelles aucune accusation de racisme ne peut être lancée. Lorsque le MRAP estime qu’un site enfreint la loi française, il le dit explicitement. Les sites pour lesquels il ne le dit pas ne sont pas qualifiés de racistes par le MRAP.”

Nous ne sommes donc pas accusés mais identifiés. Comme quoi, on ne sait pas très bien. Remarquez, on est flattés d’être identifiés, c’est quand même mieux que d’être noyés dans la masse des gens à qui on n’a rien à reprocher, sinon d’exister. C’est à ce genre de petites précisions juridico-méthodologiques qu’on reconnaît la rigueur. Au MRAP, on doit connaître le fameux modèle mathématique des poignées de main. Vous savez, on n’est jamais, sur Terre, à plus de cinq poignées de mains de quelqu’un. Prenons un exemple simple, plus simple en tout cas que la classification taxinomique de ce rapport qui établit des distinguos talmudiques entre les chapelles de l’infâme (racistes, racialistes, ethnodifférentialistes) mais n’hésite pas à amalgamer, par exemple, fascistes et royalistes, ce qui va ne faire plaisir ni aux uns ni aux autres, qui ne furent jamais du même côté de la barricade ou de l’autel.

Mais comment expliquer à nos Sylla électroniques de sous-préfectures numériques que les gens qui aiment célébrer le solstice d’été en dansant tout nus autour d’un menhir n’ont absolument rien de commun avec ceux qui se mortifient après avoir raté leur commando anti-avortement, n’ayant pu attacher leurs menottes aux radiateurs avant l’arrivée des forces de l’ordre. Si on les jetait dans un cirque façon gladiateurs dans la Rome antique, ils préfèreraient encore s’entrelarder le croupion plutôt que de faire face ensemble aux fauves.

Enfin… Mais revenons à notre exemple des cinq poignées de mains. Imaginons qu’il y ait un communiste à Causeur, imaginons que ce communiste lors d’une joyeuse réunion de rédaction serre la main à un atlantiste qui lui même aurait serré la main d’Alexandre Adler, qui lui même a serré la main de George W. Bush. Eh bien, voilà notre communiste devenu un proche de l’ancien président américain. Ses camarades, s’ils suivent la logique mrapienne, n’auront rien à lui reprocher, mais seront bien obligés de signaler qu’il est l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’homme qui a vu Bush. Il fut un temps où on se retrouvait agent de l’impérialisme pour moins que ça. On ne sait jamais, avec les ennemis du peuple. Ils sont partout.

En l’espèce, pour bien comprendre l’imparable démonstration du MRAP, il suffit de remplacer les poignées de mains par des clics, comme on dit.

Et nous, de réprimer l’envie de donner des claques.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Février 2010 à 22h14

      Claudine dit

      @rackam
      J’ai mis la queue du chat dans la prise satellite pour qu’il grille à la place du poste et pour pouvoir regarder sans crainte les oscars qui parlent une langue étrangère ce soir, c’est étrange, le phare passe a l’or ange, mon chéri touille non la confiture mais le filet mignon, et il pleut des cordes. Je suis fin parée . Je vais réciter au sana, implorer sainte Barbe, serrer les fesses et attendre que ça passe. J’ai habité l’île Beaulieu ( dans votre coin)) et un jour j’ai vu s’envoler une caravane qui a traversé un parking en volant et est allée faire trempette tête première avec les civelles. Ici, elle partirait direct pour l’amérique…c’est plus ambitieux.

    • 27 Février 2010 à 21h42

      Claudine dit

      Fait! J’ai rangé mes krasiva tsetocs ( je ne sais comment on peut écrire ce truc, mais ça sonne tellement joli) arrimé les bancs de jardin, arrimé les niches ds chiens et celles des chats ( zut et mis des miettes de biscuit dans mon clavier, faut que je vise comme une malade pour mettre un e ) les sapins demi centenaires hurlent et grincent, il faut dire qu’ils en ont déjà vu deux meurtrières pour leurs copains, je doute qu’ils résistent cette fois, mais comment pourrais-je les sécuriser ceux-là. Les denttiers sont dans les bidets et tout baigne.

    • 27 Février 2010 à 20h32

      rackam dit

      Rentrez les plantes, les animaux domestiques qui ne ronflent pas, les principaux ancêtres encore globalement vivants. Mettez à l’abri tout ce qui se casse, remontez d’un cran les meubles précieux, les tapettes à souris, gonflez un zodiac au pied de votre lit. Dormez en maillot de bain, un tuba à portée de main. Ne mettez pas vos dents dans un verre d’eau, ça viendra seul.
      Coupez l’électricité, mouchez les bougies, réduisez la voilure, abritez la voiture, faites quelques confitures, mettez une bouée canard au chien, un tonnelet de chouchen au cou du poisson rouge. Jetez la bouteille à la mer, soit par la fenêtre car elle sera juste là. Disposez un pot de mayonnaise sur le rebord de la fenêtre du premier, ça mettra en fuite les tourteaux. De même une gousse d’ail taillée en fleur de lys effraie les coquilles Saint Jacques.
      Priez saint Colomban, qui a traversé le Channel dans une auge en pierre. Lui devrait pouvoir vous aider, vous apprendre à naviguer, juchée sur le toit de votre maison.
      Rejoignez le point de ralliement de la gare de Morlaix, validez votre ticket, étiquetez vos bagages. Chantez algue et louya: tout ira bien. Si l’arrière tient bon.
      Je suis à l’arrière. Je tiendrai jusqu’à l’heure de la messe, après….

    • 27 Février 2010 à 20h25

      Claudine dit

      @ rack am

      oubliez la réponse à nadia, j’ai même perdu son coment. Ou c’était la semaine passée et je suis tombée dessus, alors prompte comme je suis j’ai sauté … sauf que ma comprenette n’est pas aussi véloce, alors je me mange de la gaffe dans le nez :)

    • 27 Février 2010 à 20h19

      Claudine dit

      C’est parti! Je viens de passer 20 mn à me faire saucer comme une soupe, juste pour fermer un volet qui est curieux et voulait voir le spectacle, et je suis ravie de vous apprendre que sans enclumes dans les poches, j’ai peiné comme forçat. La mer est tellement pleine et calme que je n’ose imaginer dans la nuit. Volets fermeés et triple vitrage, j’entends le ronronnement s’amplifier, ça va être pire qu’en 89!
      Je ne sais pas faire de photos de nuit.

    • 27 Février 2010 à 20h04

      rackam dit

      Saul,
      il y a déjà un mort à Luchon, c’est plus près de chez vous que de Plounevez-Kergrist…

      Claudine,
      à quel post de nadia répondiez-vous? je n’en vois aucun ici… Mais le crachin m’obscurcit l’iris. Faites des photos de nuit.

    • 27 Février 2010 à 19h26

      Claudine dit

      @ nadia

      Pardon, j’avais mal lue votre commentaire ( avalé la première parte) mes excuses.

    • 27 Février 2010 à 19h24

      Claudine dit

      @Saul
      C’est parce que c’est un flibustier qu’il dit ça, pour tromper l’ennemi .

      @rackam c’est grande marée en plus je n’avais pas remarqué, ou alors il y a tsunami qui se trimbale sous l’eau au large, elle est pleine, les crêtes commencent à se former, il flotte depuis 1h, la nuit tombe et pour mes photos ça va être fichu snff

    • 27 Février 2010 à 19h02

      Saul dit

      “…nous arrive du sud-ouest ”

      ah bravo ! on balance les copains maintenant ?
      en plus pure calomnie…

    • 27 Février 2010 à 18h58

      rackam dit

      Z’ont gagné (chez les british) mais que ce fut rude !
      Et ça fait nos affaires….
      Ca souffle chez vous?
      Ici, pour l’heure c’est calme, mais je crois que le paquet nous arrive du sud-ouest.
      Cette nuit l’Ankou, par la cheminée, sous les portes, entre les pierres, par la serrure,
      les trous de souris, … sèmera à tout vent.

    • 27 Février 2010 à 17h55

      Claudine dit

      @rackam

      I’ld rather say chiquenaude, but my crossed fingers wouldn’t or may be it is my crossed eyes’s fault? No idea… ils en sont où les Irish ?

    • 27 Février 2010 à 17h49

      rackam dit

      Claudine,
      quichenaude ou chiquenaude? that is the question.
      Pour l’instant l’Irlande mène mais sous une telle flotte que la balle semble enduite
      d’huile de ricin.
      Retour dans 45 minutes.
      Tenez-bon.

    • 27 Février 2010 à 17h47

      Christian dit

      J’aime bien cette histoire de “poignées de mains” et plus particulièrement celle de Mouloud Aounit et Latrèche.
      Tout un symbole de la dérive du mrap.

    • 27 Février 2010 à 17h14

      Claudine dit

      Vous croyez qu’il a pu moulouder le lieu et l’âge du bosco, le petit gros ? Il doit se faire du kouign amann à décrypter nos infâmes plans fafistes.Poilokistes.Mer calme.

    • 27 Février 2010 à 17h07

      Claudine dit

      @ rackamini
      Dis voir, toi,i je vais le dire à ton père le truc du “le plus souvent”, il va te donner une telle quichenaude que ça t’enverra rejoindre la p’tite annick, frais de port payés, en ricochets; Garnement.

    • 27 Février 2010 à 16h59

      Claudine dit

      @ rackam
      Il y a un cafteur qui m’a brisé le coeur, même que j’ai du le dire à mon légionnaire pour qu’il me pimpolise un peu pour me changer les idées. Pour me consoler il dit même qu’en parlant de barbues, ce serait mieux que Montparnasse soit soufflée vers ici, vu que des barbues il y en aurait assez pour tous après la tempête. On prépare déjà le fumet en attendant. Il y a des Nantaises bienheureuses….moi je vous lirai et vous relirai en consolation. Toujours mer d’huile, et l’Irlande ?

    • 27 Février 2010 à 16h59

      expat dit

      @ Claudine : merci pour le breton, mais doucement – vous voyez moi et les langues ?

    • 27 Février 2010 à 16h57

      expat dit

      @ Rackamouse : je vais rater le match cause sortie. Tu nous fait un blow-by-blow ?

    • 27 Février 2010 à 16h47

      Claudine dit

      @ Saul
      Merci ‘je mouRIRAI moins bête.

    • 27 Février 2010 à 16h36

      rackam dit

      Mon papa m’ a emmené faire un tour en ville, c’est samedi, les gens dépensent ce qu’ils n’ont pas gagné cette semaine. Partout des panneaux lumineux affichent “Ce soir vent violent soyez prudent”. Semblerait qu’ils aient prévu de servir des fayots dans toutes les cantines.
      Si seulement le vent pouvait emporter la tour de Bretagne et aller la planter à côté de sa cousine Montparnasse. Elles se feraient des mamours et auraient des petits collectifs. A la place, on mettrait un champ de menhirs, avec un dolmen pour que les sans-abri fest-nozoient. Et puis, Eole pourrait déraciner des panneaux publicitaires et même ceux qui parlent mal de lui. Le vent n’est pas violent sauf quand la mer l’énerve.
      Et là, c’est mon papa qui est énervé, parce que Saul veut jeter des barbus dans la mer. “On a déjà les barbues, pas la peine de repeupler avec vos surplus” qu’il dit. Je sais pas ce que c’est qu’un surplus, mais il paraît qu’on en étale rue Myrha, à Paris, là ou Sophie et ses girls vont ribouldinguer mardi. . La concurrence au Salon de l’Agriculture sera rude, quelques poules sur le boulevard ça s’entend de loin. Paraît que Sarko irait plutôt inaugurer ça que le barnum de Vaugirard.
      Mon papa fait dire à l’ilienne qu’il est marié ( je cafte pas en disant que c’est, le plus souvent , avec ma mère). Il reviendra voir les dégâts entre les mi-temps du match que l’Irlande doit gagner.
      rackamini