Non, légaliser le cannabis n’est pas la solution | Causeur

Non, légaliser le cannabis n’est pas la solution

Récit d’un repenti de la dope

Publié le 23 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , , , ,

15ème édition de la Marche mondiale pour la légalisation du cannabis à Lyon, mai 2016. SIPA. 00754620_000006

Le député socialiste des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci, la psychiatre Béatrice Stambul et 150 autres personnalités marseillaises ont lancé un appel pour la légalisation contrôlée du cannabis. « Marseille souffre des dommages causés par la prohibition du cannabis, assure le texte. Nous voulons porter le changement et appeler à une politique plus efficace et plus humaine. C’est pourquoi nous lançons de Marseille cet appel à la France, pour que, dans la période électorale qui arrive, le débat sur la légalisation du cannabis soit ouvert. » En somme, plutôt que de financer la guerre, quelquefois bruyante, entre stups et trafiquants, pourquoi ne pas couper l’herbe sous le pieds des dealers et légaliser le cannabis ? La police pourra être utilisée à des tâches plus urgentes comme surveiller les radicalisés et autres djihadistes, quoique ces univers soient, de toute façon, très connexes. Message reçu par Benoît Hamon.

Et plutôt bien pensé. Même si un risque demeure: qu’une telle politique fasse monter la consommation dudit cannabis. « Et alors ? », objectera-t-on, fumer un joint ou boire un coup, quelle différence ? Après tout, en Angleterre, les rues, le samedi soir, sont pleines de gens imbibés qui titubent d’un pub à l’autre en gueulant des trucs incompréhensibles (pour un Français). N’aurait-il pas mieux valu fumer un petit pétard au coin du feu ?

Le hash, après tout, ça a l’air… cool. Mais en vrai, ça fait quoi ? Certains vantent ses vertus thérapeutiques. D’autres un peu moins : une récente étude menée sur des consommateurs réguliers de cannabis a montré qu’il provoquait une baisse de l’irrigation sanguine du cerveau. Ce qui pourrait causer maladies cardio-vasculaires, AVC et réduction de la matière grise favorisant notamment l’apparition de la maladie d’Alzheimer. Tout est sur internet : je ne vais pas m’y attarder, mais plutôt apporter un témoignage subjectif.

L’assèchement des sentiments

Être contre la légalisation du cannabis, c’est un peu comme être contre le mariage pour tous : un peu réac, un peu ringard, pas dans le coup. Dans le coup pourtant, je l’ai été. D’accord, c’était il y a quarante ans ! Mais je fumais des pétards et prenais même du LSD…

Quand vous prenez une substance hallucinogène (et le cannabis en est une, c’est une question de quantité) vous avez le sentiment d’augmentation de vos perceptions. C’est encore plus marqué avec le LSD où le monde autour de vous commence à ressembler à un tableau hyper réaliste. Mais j’ai eu des expériences similaires avec la marijuana. Au fond, c’est comme ce qu’a écrit Aldous Huxley dans Les Portes de la Perception. Partant du simple hash jusqu’au LSD et à la mescaline, ce sont des substances psychédéliques qui altèrent la conscience. Bon, j’avais la défonce mystico-intello. La plupart de mes compagnons avaient l’air plutôt abrutis, balançant la tête au son de la musique, ricanant bêtement d’une manière soudaine. Je ne sais pas la tête que font les jeunes d’aujourd’hui qui ont fumé un pétard : j’ai lâché l’affaire depuis longtemps.

Mais il y a un effet sur lequel je veux insister qui est pour moi la raison pour laquelle il faut impérativement ne jamais toucher à ça, c’est l’assèchement émotionnel. Ça a été décrit par des psychologues, des usagers… En tout cas, pour moi c’était clair et terrible.

Une drogue comme une autre

Un des plus grands plaisirs que j’avais étant jeune, c’était de humer l’air du temps. Je m’emplissais du monde qui m’entourait et j’en savourais les émotions. Des émotions indescriptibles, liées à des images, des odeurs, qui me donnaient la chair de poule, me faisaient exulter, ressentir une joie interne : remonter une simple rue dans Paris était une aventure enivrante.

Si j’ai fumé du cannabis, c’est sans doute parce que tout le monde (autour de moi) en fumait, par conformisme non-conforme. Et un jour, j’ai noté que ces délicieuses perceptions étaient comme mortes. La source de cette félicité s’était tarie. Les émotions étaient au « deuxième degré », distancées. J’essayais de les recréer mais elles ne m’étonnaient plus, ne me surprenaient plus. J’avais un contrôle mental sur les choses, j’éprouvais un sentiment de solidité, j’avais l’impression de m’être refermé. J’ai attribué ça au passage à l’âge adulte. Et un jour, quelqu’un d’autre a partagé avec moi son expérience, il l’attribuait à la prise de drogue. Mais lui, c’était des antidépresseurs. « Mind altering drugs » disent les Américains.

Nous vivons dans un monde où beaucoup ont perdu la saveur de la vie à cause de toutes sortes de drogues, illégales ou légales, qui profitent à des dealers de rue ou à des compagnies pharmaceutiques internationales.

Doit-on vraiment faciliter l’accès des jeunes aux portes de la non-perception, à la perte de ce qui est le plus précieux : le plaisir de vivre ? Pour faire la guerre aux dealers, légaliser le cannabis n’est pas la solution. Mieux vaut employer des fonds pour faire une vraie campagne de compréhension de ses effets et surtout de son absurdité. Et si vous voulez savoir ce que ça fait, lisez plutôt Aldous Huxley.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Janvier 2017 à 20h06

      amosroth dit

      Le sujet n’est pas tant les adultes qui ont une pratique “récréative” et contrôlée, mais bien celui des jeunes qui basculent dans une consommation addictive, destructrice pour leur cerveau, donc leurs études et leur socialisation notamment.
      Ne pas sous-estimer l’origine de la consommation d’herbe/cannabis etc.. dans l’émergence de la schizophrénie.  
      “Cannabis, le cri d’alarme des psys ”article de l’Express de 2012

    • 26 Janvier 2017 à 19h43

      Bacara dit

      Moi, franchement je n’ai pas d’opinion tranchée sur le cannabis . J’ai beaucoup fumé dans les seventies et puis plus rien dans les années 1980 , 1990 . Depuis 2005 environ, j’ai recommencé avec 
      de l’herbe que je cultive moi-même : j’aime bien me rouler un joint le soir au coin du feu … Faut arrêter
      avec la paranoïa sur le cannabis , je suis une mère comblée de 4 enfants , grand-mère de 5 : ils sont tous en bonne santé . Mes enfants ne fument pas l’herbe du diable : je crois qu’ils ont compris que cela faisait partie de mon histoire. Pas de quoi en faire un drame ! Je demeure une agrégée de lettres classiques et de cela j’en suis très fière.
      Croire que fumer de la weed peut transformer une personnalité , je trouve cela débile. Et puis abordons les conséquences sanitaires supposées de la consommation de cannabis : 2 amies de lycée
      très chères sont atteintes l’une de Parkinson , l’autre d’Alzheimer . Le choc. Elles n’ont jamais fumé
      de cannabis , même pas de tabac.
      Tout cela pour vous dire que je suis une grand-mère qui aimerait bien qu’on lui foute la paix avec cette histoire de cannabis . Je fume ma weed et alors? 

      • 26 Janvier 2017 à 21h59

        Flo dit

        Et alors ?
        Alors, rien.

      • 27 Janvier 2017 à 13h40

        Wiss dit

        Mais ça, voyez-vous, c’est très difficile à comprendre pour les non fumeurs car vous n’appartenez pas à la catégorie qu’ils s’imaginent et voient toujours; soit des petits délinquants, des désoeuvrés, des paumés…
        Car c’est la partie visible à la télé ou dans la rue.

        Cependant, beaucoup d’autres sont de simples consommateurs dans leur intimité, des adultes responsables et intégrés avec un travail et une famille. Ils peuvent être diplômés de grandes écoles ou analphabètes. Ils peuvent être chefs d’entreprise (j’en connais) ou livreurs de pizzas.
        Le stigmate social étant très important ce ne sont jamais des personnes dont l’image est “respectable” qui reconnaîtront fumer du cannabis. D’où la très mauvaise perception qui en découle et que je peux comprendre…
        Si l’on montrait plus d’exemples de fumeurs en réussite (mais est-ce le but?) et de personnes comme vous peut-être que les mentalités évolueraient.

        Je pense que ce sera le cas d’ici 10/20 ans maximum, de plus en plus de pays choisissent d’aborder le problème sous un autre angle que la répression et en plus obtiennent de bien meilleurs résultats en terme de baisse de consommation que ceux appliquant le tout répressif.

        • 28 Janvier 2017 à 15h58

          Lector dit

          en fait c’était plutôt le cas il y a 15/25 ans dans les reportages sur la Hollande et émissions dédiées. Aujourd’hui à part l’aspect économique d’une légalisation californienne faut s’accrocher…

      • 27 Janvier 2017 à 19h33

        i-diogene dit

        Bien sûr, sans compter que l’ addiction est nettement plus faible que celle du tabac, de l’ alcool ou de certains médicaments (anti-dépresseurs, somnifères, etc..)..!

        Tout les consommateurs d’ alcool ne sombrent pas dans l’ alcoolisme, c’ est-même une infime minorité..

        Je pense que ceux qui foutent leur vie en l’ air par alcoolisme, ou addiction aux drogues dures, ont forcément un problème psy à la base..!

      • 28 Janvier 2017 à 15h30

        Rico dit

        Bacara
        “Croire que fumer de la weed peut transformer une personnalité , je trouve cela débile”.

        C’est de faire croire le contraire qui est débile en faisant la promotion d’une drogue que tu as “recommencé ” a fumer et qui semble plutôt nous démontrer une addiction parce que la régularité “du soir au coin du feu”.

        Fait donc ce que tu veux avec ta santé et ta dépendance  mais fout donc la paix aux autres si ce n’est aux mômes avec ton discours pour enfumés au coin du feu plutôt de nous clamer que la drogue dite douce mais drogue quand même donc de la merde,c’est pas bien grave ma foi.

        Et si les bobos bourgeois peuvent peut être s’offrir ce luxe financier,ce n’est pas le cas de ces jeunes qui fument pour éloigner la galère et qui s’y enfoncent de plus belle avec cette merde qui inclue une perte de contrôle et une dépendance pour un certain % qu’on le veuille ou non si ce n’est la tienne malgré tes dires.

         Les fumeurs réguliers reconnaissent pour ceux qui n’ont pas ta “chance” que se procurer du cannabis peut devenir une vraie galère avec ces réseaux parallèles de production et de distribution dont le prix très coûteux pour leurs revenus dans une société qui désocialise suffisamment les plus modestes et les plus fragiles de ces jeunes.

        Et ton exemple ne vaut aucunement valeur d’argument ou alors on peut parler de toute autre maladie due a la longévité ou a pas de chance, car si l’on parle de cancer du poumon et autre maux itinérant a la pollution du corps par psychotrope,ce sont bien en majorité les consommateurs qui coûtent a la sécu ou qui en décèdent et pas ceux qui les évitent avec sagesse.

        Et bien sur que je ne fume pas et alors,comme si cela devrait m’empêcher de dénoncer un militantisme malsain,qui bien évidemment plait a ceux qui consomment et pour cause.

        La priorité serait de dire stop aux dealers et surtout de protéger nos jeunes,non?

        Pour une fois,ok avec lui.

         https://fr.storyanddrama.com/serge-gainsbourg-enfants-chance-analyse-des-paroles/

    • 25 Janvier 2017 à 17h23

      Wiss dit

      Je constate, non seulement sur Causeur mais aussi sur d’autres médias online, que la majorité de ceux qui commentent sur le cannabis ne sont jamais des consommateurs. Ils s’érigent pourtant en grands connaisseurs sur les causes, les effets, ce que ça produit sur le corps… En gros des personnes qui ne commentent jamais (ou très rarement) en connaissance de cause.
      Je vois resurgir toujours les mêmes arguments selon lesquels le cannabis ouvre la porte à d’autres drogues, crée des psychoses, est un hallucinogène comme dit ici (faux, ce n’est pas classé comme substance hallucinogène, ni opioïde d’ailleurs)… En se basant sur des études vieilles de 30/40 ans, études financées par des laboratoires médicaux pour souvent inventer de faux résultats et faire peur à la populace.

      Or beaucoup d’études plus sérieuses ont été menées depuis, et sont venues démonter tous ces fantasmes. Notamment sur la permissivité qui ferait monter la consommation: la France est le premier consommateur en Europe alors que sa législation est la plus répressive – les hollandais sont parmi les moins fumeurs mais ont légalisé.
      Idem, aucune étude n’a démontré que le cannabis mène aux drogues plus dures. Je ne connais aucun fumeur qui soudain passe à l’héroïne, histoire de, et de plus qu’est ce qui permet d’établir un lien de causalité? Ce n’est pas parce qu’il existe des poly toxicomanes que les consommateurs de cannabis versent dans la drogue dure par voie de conséquence…
      Loin de moi l’idée que le cannabis soit innofensif, mais même les scientifiques s’accordent à dire qu’il est moins addictif et moins nocif que l’alcool ou le tabac, qui sont pourtant légaux.
      Plutôt que de laisser les jeunes découvrir le cannabis d’eux mêmes, sachant d’autant plus que braver les interdits est une motivation pour un jeune, il serait plus logique de proportionner une information juste et non partisane, d’éduquer sur les dangers réels et non ceux fantasmés.

      • 25 Janvier 2017 à 17h37

        Flo dit

        Salut Wil,
        j’ai un de mes proches qui est actuellement suivi pour emphysème et suspicion de cancer du poumon. D’après son pneumologue, le cannabis est encore plus toxique que l’herbe ou le tabac concernant l’emphysème. L’emphysème n’est pas le cancer mais une détérioration des poumons qui est irréversible, qui mène à l’insuffisance respiratoire ( on finit avec la bouteille d’oxygène)et n’a rien de franchement rigolo.

        • 25 Janvier 2017 à 19h11

          Wil dit

          Non Flo,cette fois je t’assure,c’est pas moi.
          Faut pas tout me mettre sur le dos non plus.;-)

        • 25 Janvier 2017 à 19h14

          Flo dit

          ;-)

        • 25 Janvier 2017 à 20h13

          Lector dit

          Bonsoir Flo, pour info cannabis = herbe = + de goudron dans la combustion. Dans celle du hash -ce que les médias appellent résine de cannabis- il y a moins de goudron (pas de chlorophylle) que dans l’herbe.

        • 25 Janvier 2017 à 20h57

          Flo dit

          Bonsoir Lector, je ne fais que répéter ce que dit le pneumologue à mon ami fumeur de tabac, herbe et shit. D’après ce pneumologue, d’un hôpital très renommé en cette spécialité, le cannabis est  encore plus mauvais que l’herbe et le tabac en ce qui concerne l emphysème des poumons 

        • 25 Janvier 2017 à 21h05

          Wil dit

          Ben ,c’est vrai.
          “Pour la santé”,mieux vaut fumer de l’herbe que du shit.

        • 25 Janvier 2017 à 21h06

          Lector dit

          Flo, le cannabis c’est de l’herbe, et, oui, ce n’est pas bon pour les poumons surtout qu’en France on le/la mélange avec beaucoup de tabac (contrairement aux usagers Québécois). Ceci dit les médecins qui parlent des problèmes réels de tabagisme mais ne se préoccupent par des particules fines des gaz carbonés dans leur commentaire… L’augmentation des maladies cardiovasculaires chez les personnes âgées et de l’asthme chez nourrissons et enfants dans les grandes villes n’est pas due à la fumette. En gros un ado qui fume à la campagne possède sans doute des poumons moins abîmés qu’un joggeur parisien.

        • 25 Janvier 2017 à 21h13

          Lector dit

          pas forcément Wil, parce que dans un joint un fumeur met généralement moins de cristaux de THC/résine qu’il ne met d’herbe et les goudrons viennent notamment de la combustion du végétal (dont la chlorophylle comme dit précédemment, ça c’est un rapport scientifique). Les fumeurs des années 70 qui utilisaient un tissu (qui retient pour part la merde goudronnée) pour filtrer la fumée d’un schilum le savent tout autant que les médecins qui utilisent des filtres “mécaniques” pour tester le taux de goudrons.

        • 25 Janvier 2017 à 21h24

          Wil dit

          Oh la la le boulet Lector!hahaha!
          Le François Pignon de la dope.
          https://www.youtube.com/watch?v=Q1x2TlOXA1w
          Tu nous emmerdes!;-)

        • 25 Janvier 2017 à 21h31

          Lector dit

          :D quel humour ! Non mais à part l’invective et le copié/collé t’as autre chose ?

        • 25 Janvier 2017 à 21h36

          Wil dit

          Ok,je comprends que tu sois vexé Lector mais c’est ta faute.Tu l’as cherché sur ce coup là.

        • 25 Janvier 2017 à 21h37

          Wil dit

          Tu me le feras payer une autre fois,t’inquiètes.;-)

        • 25 Janvier 2017 à 21h52

          Lector dit

          bof, je te l’ai déjà dit : je me fiche total des projections que produit ton auto-suggestion.
          Cela doit te faire plaisir de croire que je serais vexé et que nous mènerions un combat mais en vérité ce sont des questions qui te regarde, toi.
          Faudrait voir à s’assumer plutôt que de rejeter ses propres fantasmes sur les autres. Ben tiens c’était ce que ton psy t’avait dit finalement : reconnaître tes addictions. Connais-toi toi-même, mon pote, pour commencer, déjà.

        • 25 Janvier 2017 à 21h53

          Lector dit

          et donc je n’ai rien à te faire payer… d’ailleurs je ne suis pas psy ! :))))))))))))

        • 25 Janvier 2017 à 21h55

          Flo dit

          Lector, quand je dis cannabis, je parle de shit.

        • 25 Janvier 2017 à 22h02

          Wil dit

          Lector dit”Cela doit te faire plaisir de croire que je serais vexé et que nous mènerions un combat mais en vérité ce sont des questions qui te regarde, toi.”
          Bien.
          “d’ailleurs je ne suis pas psy ! ”
          Par curiosité et si ce n’est pas trop indiscret,d’où te vient cette défense systématique de la psy-truc-chose?

        • 25 Janvier 2017 à 22h04

          Lector dit

          oui Flo, ça faisait bizarre à lire parce que le cannabis c’est le nom du chanvre chez les fumeurs… ce doit être la fièvre due à la grippe… pfffuiiii la grippe c’est plus puissant que le canna ! Je suis total wipe out ! :)

        • 25 Janvier 2017 à 22h08

          Flo dit

          En fait, à part chez les politiques et les médecins, qui emploie vraiment le mot “cannabis” dans la vie de tous les jours ? On parle d’herbe ou de shit.

        • 25 Janvier 2017 à 22h12

          Lector dit

          parce que c’est une science humaine très intéressante (et absolument pas une baguette magique comme le croit bêtement ses détracteurs).
          J’aimais déjà les Sherlock Holmes, Platon/Socrate, les Klemperer… avant de lire Freud… bref, pour moi : science du langage -de son écoute-, la thérapie en quelque sorte comme l’enquête de l’auto détective et puis modèle théorique qui permet d’expliquer pas mal de comportements :D
          Mais bon suis fiévreux donc je te résume ça rapide en pensant une fois de plus peut-être à tort l’honnêteté de ta question…^^

        • 25 Janvier 2017 à 22h13

          i-diogene dit

          Boh, faut aussi voir la réalité et sortir des intox classiques:

          - pour l’ organisme, 1 gr de théine est plus toxique qu’1 gr de THC..

          - le cannabis produit en effet des goudrons, mais la concentration en THC est nettement plus importante (surtout dans les têtes), le shit étant coupé avec n’ importe quoi à des concentrations variables…

          - la THC est nettement moins addictive que la nicotine et infiniment moins dangereuse que l’ alcool..

          - On peut mourir d’ un surdosage alcoolique (coma éthylique), mais pas d’ une overdose de fumette (commandez une pizza, ça va passer),

          - le sevrage brutal d’ un alcoolique entraîne des crises de délirium tremens et parfois-même, la mort..

          - le sevrage brutal d’ un fumeur de cigarettes peut engendrer de graves dépressions et-même le suicide,

          - le sevrage brutal de THC provoque rarement des effets aussi tragiques, pour une raison biologique très simple:

          - L’ alcool et la nicotine sont solubles dans l’ eau, donc, le manque se fait ressentir très rapidement..

          - la THC n’ est soluble que dans les graisses, donc le sujet capitalise 90 % de ce qu’il fume réellement.. Donc, le sevrage brutal n’ a que peu d’ effet immédiats.. Il faut compter 6 mois et plus pour éliminer totalement la THC des graisses..

          Le seul point noir de la THC, c’ est qu’ en cas d’émotion ou d’excitation intense, l’ adrénaline pompe la THC dans les graisses et dédramatise l’ effet de l’ adrénaline..: c’ est préjudiciable en cas de danger..!

          La différence entre un accident de la route, provoqué par:

          - un alcoolique, c’ est un freinage tardif..Trop tardif..!^^
          - un accro de la THC, c’ est l’ absence de freinage..: ..”Wow, ça passe à l’ aise, man”..!^^

        • 25 Janvier 2017 à 22h14

          Lector dit

        • 25 Janvier 2017 à 22h15

          Wil dit

          Lector dit
          “parce que c’est une science humaine très intéressante”
          Une science humaine qui n’est donc pas une science,par définition.
          Soignes toi bien Lector.Bonne soirée.;-)

        • 25 Janvier 2017 à 22h17

          Lector dit

          mouef tu oublies le pouvoir antioxydant naturel du thé^^

        • 25 Janvier 2017 à 22h19

          Flo dit

          Tout ce que je sais Lector, c’est que tous les fumeurs que je connais ne parlent que de shit ou d’herbe. Et de leur provenance.

        • 25 Janvier 2017 à 22h20

          Lector dit

          voilà suffit d’attendre un peu pour que tu t’autotorpilles : les sciences humaines ne sont pas des sciences et par définition ?! Hahahaha.
          Bon allez, c’est ça, quelle importance finalement, la division entre sciences dites dures et les autres… quelle lune !

        • 25 Janvier 2017 à 22h21

          Flo dit

          Et ce que je sais aussi, c’est que j’ai un ami qui a fait un avc et un autre qui a dû arrêter après des années de fumette, pour cause de malaises à répétition.

        • 25 Janvier 2017 à 22h23

          Lector dit

          ouep Flo, la beuh, la zeb, la weed, la ganja, ou désignée par son nom/sa marque, et le shit, le chichon, etc. et là encore son nom/sa provenance, sommes d’accord.

        • 25 Janvier 2017 à 22h26

          saintex dit

          Lector dit, parce que c’est une science humaine très intéressante (et absolument pas une baguette magique comme le croit bêtement ses détracteurs).
          Tu crois ? J’ai l’impression que ce sont les politiques, les juges, les journalistes et les psy-truc-chose de bazar qui pensent que c’est une baguette magique. Les détracteurs sont plutôt les détracteurs du message (vulgarisation à la petite semaine) véhiculé et rabâché par tous ces gens qui croient, en se le répétant comme Pascal, au bonheur d’un monde soutenu par des cellules psychologiques.

        • 25 Janvier 2017 à 22h27

          Lector dit

          la relation entre avc et thc, ça c’est un raccourci un peu rapide mais pourquoi pas. Ce n’est pas, comme nous le disions le seul risque et ce n’est pas non plus l’unique source de risque, n’est-ce pas ? Loin de là.

        • 25 Janvier 2017 à 22h31

          Lector dit

          Saintex il y a comme dans tous les domaines des charlatans ou des médiocres ainsi qu’une récupération/dérive médiatique débile. J’ai beaucoup de psy dans ma clientèle et ils ne ressemblent pas du tout à ce portrait à charge qu’on fait aujourd’hui. Mais bon si tu préfères consulter ton marabout…

        • 25 Janvier 2017 à 22h32

          Wil dit

          Lector dit

          voilà suffit d’attendre un peu pour que tu t’autotorpilles : les sciences humaines ne sont pas des sciences et par définition ?! Hahahaha.

          Bon allez, c’est ça, quelle importance finalement, la division entre sciences dites dures et les autres… quelle lune !”
          Ah,je “m’autotorpille” en faisant une différence entre science dure et…le reste.
          GOLDORAK!!!AUTOOOTOrpillatioooonnn!!!!
          Sincèrement,Lector,tu dois être vraiment très fiévreux.
          Je te laisse avec les questions de Flo pour lui expliquer le monde de la drogue que tu sembles connaitre sur le bout des doigts.Félicitations…

        • 25 Janvier 2017 à 22h32

          Flo dit

          Lector,
          tout ce que je sais, c’est que cet ami victime d’AVC ne veut plus y toucher après 40 ans de fumette quasi journalière ! Faut dire que dans l’état où il est, on le comprend.

        • 25 Janvier 2017 à 22h41

          Flo dit

          Will,
          je ne pose pas de questions sur le monde de la drogue. Il se trouve que je connais ce monde assez bien. Peut-être pas aussi bien que Lector mais je côtoie ce monde. DE moins en moins depuis quelques années car mes proches qui fument arrêtent les uns après les autres depuis quelques années avec les ennuis de santé qui les rattrapent au milieu de la cinquantaine.
          Le plus atteint est plus jeune. Seulement 45 ans, mais il cumule alcool, tabac et fumette à haute dose. Plus les anxiolytiques depuis qu’il passe des scanners pour ses poumons …

        • 25 Janvier 2017 à 22h42

          Lector dit

          Flo un exemple ne fait pas une règle. Je pourrais aussi témoigner que j’en faisais pousser et en avais filé à ma mère pour son lumbago -et vu qu’elle n’était pas fumeuse c’était en tisane qu’elle l’ingérait, et ça la soulageait très bien sans effets secondaires (dose infinitésimale).
          Autre exemple : le thc aide à l’ouverture des alvéoles pulmonaires, comme l’eucalyptus distribué en pharmacie aux asthmatiques… comme quoi… mais bon ce serait combattre le mal par le mal… le tout serait d’avoir un usage modéré quand cela est utile ou occasionnel dans un éventuel cadre récréatif.

        • 25 Janvier 2017 à 22h47

          Lector dit

          Wil dit : “…” que dit-il ? Plein de choses pour dénigrer comme d’ahb’ mais n’assume pas ses propos : ben oui gars, qd tu dis d’une science qu’elle n’en est pas une c’est d’une bêtise… et qui ignore l’histoire des sciences en l’occurrence. Tu n’as même pas besoin de chopper la crève pour avoir la fièvre du net, que veux-tu, c’est comme ça ; éclate-toi bien gars.

        • 25 Janvier 2017 à 22h48

          Flo dit

          Lector,

          non un exemple ne fait pas la règle mais tous les fumeurs que je connais sont en train d’arrêter les uns après les autres pour des ennuis de santé. Et pourtant, ce n’était pas du tout dans leur plan. Ils ont arrêté, après des décennies, contraints et forcés.

        • 25 Janvier 2017 à 22h50

          i-diogene dit

          Lector,

          Bien vu, sauf que je parlais de la toxicité réelle des molécules actives, théine et THC..

          Il est certain que le Thé (feuille) et le cannabis (feuille et têtes), contiennent beaucoup d’ autres molécules, avec des propriétés qui sont propres à chacune d’ elles..

          Sinon,

          On peut boire une infusion de cannabis, mais peut-on fumer le thé..?^^

        • 25 Janvier 2017 à 22h54

          Lector dit

          ben oui, ils fumaient trop Flo, de mon côté je connais des petits fumeurs occasionnels qui n’ont pas arrêts depuis leurs 15 piges et qui en ont plus de 50 aujourd’hui sans ce genre de problème.
          Et puis vous savez, c’est comme le tabagisme : l’un fume deux paquets/jour et décède à 90 ans de vieillesse et l’autre se paye à 40 un cancer au bout de 10 ans de conso d’un demi paquet quotidien… que voulez-vous, c’est comme ça.

        • 25 Janvier 2017 à 22h56

          Lector dit

          L’Gene, je suis sûr qu’il en existe pour avoir essayé^^ On fumait bien de la paille à 10 ans pour “jouer aux grands” :D

        • 25 Janvier 2017 à 23h01

          Flo dit

          Oui Lector, c’est comme ça. Que ce soit le tabac, l’alcool, le shit, la coke, les médocs etc., c’est fou le nombre de gens qui ont besoin d’une drogue. C’est probablement une majorité.

        • 25 Janvier 2017 à 23h07

          Lector dit

          oui Flo, les paradis artificiels… on s’élève un temps au dessus de ce bas monde et puis l’on finit par tomber plus bas que terre… à part dans les tribus où il ne s’agit que de rites initiatiques, l’enfer des drogues dans notre monde de consommation massive est bien connu.

        • 25 Janvier 2017 à 23h11

          i-diogene dit

          C’est quand-même marrant, au Cambodge, on trouve partout du cannabis..

          Même les pizzerias font des panneaux qui vantent les vertus des pizza cannabis: “Pizza with happyness grass”..!^^

        • 25 Janvier 2017 à 23h14

          Lector dit

          Molière vantait bien les vertus du tabac… l’époque change i.e. ainsi que les modes de consommations qui pour part la définissent.

        • 25 Janvier 2017 à 23h42

          i-diogene dit

          Oui,

          Si fumer du tabac est préjudiciable à cause de sa composition complexe, la nicotine, bien dosée est bénéfique, particulièrement pour le cerveau et la capacité de réflexion..

          On en donne systématiquement aux prématurés pendant plusieurs semaines, pour qu’ils évoluent cérébralement comme des nourrissons nés à terme..

        • 26 Janvier 2017 à 14h05

          Wiss dit

          Salut Flo, c’est Wiss pas Wil désolé!
          Le cannabis est le nom de la plante, ce que vous appelez “herbe” est sa fleur (soit ce qui se fume) et la résine de cannabis serait le “shit”, qui est effectivement très toxique car il est impossible de savoir à quoi il est coupé… Ajouter du tabac en plus pour devoir le fumer en augmente la nocivité.
          La résine de cannabis est obtenue grâce à la fleur, c’est en théorie la sève qu’elle sécrète, mélangée à des pistils. La résine est dangereuse car elle n’est jamais pure, fabriquée clandestinement en utilisant les pires parties de la plante + autres saloperies.

        • 26 Janvier 2017 à 20h48

          saintex dit

          Lector, de quel portrait à charge parles-tu et cela est-il lié à mon propos ?
          Est-ce que tu aurais pris mon appellation de psy-chose-truc (emprunté à Will) pour une qualification générale d’une profession ? C’est sur que si j’ai l’habitude de dire que les Portugais sont gais et les Espagnols sont gnols, tu peux aussi bien m’envoyer chez un marabout (tu connais les marabouts ? … tous les marabouts ?…), que chez un psy ou chez les Grecs, c’est peine perdue.

        • 28 Janvier 2017 à 16h03

          Lector dit

          marabout d’ficelle Saintex, grosse ficelle…

      • 25 Janvier 2017 à 18h38

        Marco29 dit

        Lorsque je dis plus bas ” Il (Macron) craint que la légalisation n’entraîne une dérive vers les drogues dures” ce n’était pas de l’aspect addiction qu’il était question, dans un premier temps, mais de celui du marché de la drogue.
        En cas de légalisation, comment réagiraient les dealers face à un assèchement du “marché” ?

        • 26 Janvier 2017 à 14h08

          Wiss dit

          vous pouvez vérifier de vous-même les chiffes aux Etats Unis, la délinquance a extrêmement baissé dans les états ayant légalisé. Il y a également moins de morts par armes à feu, et ils ont constaté une baisse des accidents routiers mais pour ce dernier c’est plus difficile d’établir un lien de causalité.
          Par ailleurs ils ont récolté tellement d’impôts qu’ils ont du le redistribuer dans la collectivité.
          Voire les informations au Colorado.

    • 25 Janvier 2017 à 16h32

      Marco29 dit

      Macron, après avoir hésité car la question est complexe :
      - dépénalisation OUI, pour petite quantité (amende) afin de désengorger les tribunaux.
      - légalisation NON. Il craint que cela n’entraîne une dérive vers les drogues dures.
      Il doit quand même y avoir des études de faites sur les choix divers faits par les autres pays.
      En attendant, il a raison de ne pas aller plus loin.

      • 25 Janvier 2017 à 17h47

        JeanBart dit

        Oui il y a des études.
        Elles sont toutes concordantes : baisse de la consommation générale, baisse du nombres d’usagers problématiques.
        Aux Pays-Bas, hausse de la consommation occasionnelle d’autres drogues. Mais pas en Uruguay, ni au Portugal. La situation hollandaise est assez particulière (dépénalisation de nombreuses drogues (champignons, lsd, autres) et non légalisation du seul cannabis).
        Il aurait encore plus raison de se renseigner. Ce débat dépasse très largement le cadre de la seule santé publique : c’est un problème de sécurité intérieure, de justice, de lutte contre le terrorisme, et d’économie, stupid!

      • 25 Janvier 2017 à 19h24

        steed59 dit

        oui et non, et p’tet bien qu’oui p’tet bin qu’non

      • 26 Janvier 2017 à 14h12

        Wiss dit

        la légalisation n’entraîne absolument pas une dérive vers des drogues dures, c’est absurde!
        Justement des études ont été faites à ce sujet et aucune n’a pu démontré un lien de causalité.
        Celles qui l’établissent vous diront: 50% des consommateurs de cocaïne ont fumé du cannabis. Ce qui ne prouve rien, car ils sont également consommateurs de tabac par exemple, ou mange des pâtes 4 fois par semaine… 60% des consommateurs de cocaïne ont mangé des pâtes bolognaise, la sauce bolognaise mène aux drogues dures.
        Sophisme…

    • 25 Janvier 2017 à 10h47

      Flo dit

      Si j’étais fumeuse de cannabis, je passerais à l’herbe qui est moins toxique pour les poumons et j assurerais ma production personnelle.  Mais attention, je ne fais absolument pas l’apologie de l’herbe.  C’est une saloperie, comme toutes les drogues. 

    • 25 Janvier 2017 à 10h28

      JeanBart dit

      “si le Prozac avait été disponible aux siècles derniers, le spleen de Baudelaire, les humeurs d’Allan Poe et les lamentations de tant d’autres poètes, tout ce qui a une âme aurait été réduit au silence…”

      Je suis déçu de ne pas être surpris par la tournure des échanges : on repart sur l’axe de la santé publique. Or, dans les 2 cas qu’on oppose – légalisation ou prohibition – la santé publique trouve des avantages, et des inconvénients. Les arguments s’annulent. Le débat s’enlise. Pourtant il y a urgence à casser le crime organisé, principalement grâce à ce trafic. Crime organisé poreux à la mouvance djihadiste – quel meilleur moyen de racheter ses crimes que de devenir pieux ?
      Malgré tous les arguments – justes au demeurant- de Kravi et autres, la question de santé publique n’est pas prioritaire.
      D’autre part, si effectivement la légalisation à un effet bénéfique sur la consommation, comme tend à le prouver les études menées dans les pays ayant légalisé, nous gagnons sur les 2 tableaux.

      • 25 Janvier 2017 à 10h37

        Flo dit

        Je ne crois pas que le crime organisé ait disparu aux Pays Bas.  Et je ne crois pas non plus que nous ayons tout mis en oeuvre pour juguler le trafic de cannabis.  Je crois au contraire que nous le tolérons pour ne pas foutre le feu aux banlieues

        • 25 Janvier 2017 à 10h55

          JeanBart dit

          Absolument. Nous pouvons continuer la politique qui consiste à acheter la paix sociale sans s’intéresser à ce qu’il s’y passe. Mais difficile de regretter les territoires perdus.
          Les Pays-Bas sont le parfait contre-exemple sur le banditisme. Leur politique de dépénalisation n’y est pas étrangère ; elle laisse un flou dont su profiter le banditisme. D’où le fait de n’évoquer que la légalisation ; la dépénalisation remplace une hypocrisie par une autre.

    • 25 Janvier 2017 à 9h36

      accenteur dit

      La came que vendent les psys ne fait aucun mort à Marseille ou ailleurs. Dans une économie de marché, les labos concurrents recherchent des parts de marché à l’instar de tous les produits ni plus ni moins.

      La psychothérapie mais aussi et surtout les médicaments ont rendu une vie normale à des millions d’individus autrefois handicapés et qui souffraient abominablement. Diminuer la souffrance, rendre aux patients une vie normale à condition de ne pas oublier son traitement. Schumann s’est suicidé, de nos jours, on l’aurait tiré d’affaire.

      Plongez-vous dans l’histoire de la psychiatrie : nefs des fous, bûchers, internement à vie, camisole de force, douche froide ou baignoire dans lequel on mettait le fou furieux pour plusieurs jours. Il rentrait furieux dans la baignoire et re-sortait comme une serpillère. Sa parole ne comptait plus, il n’était plus rien.
      Sans compter les familles qui se débarrassaient d’un gêneur en le faisant passer pour fou et interner à vie. Ah! les familles, certaines vous faisaient interner sans scrupule pour capter un héritage.

    • 25 Janvier 2017 à 0h53

      dov kravi דוב קרבי dit

      Mon pauvre Will, ce n’est pas parce que l’on ne comprend rien à une discipline qu’on se permet le droit de l’invalider. Je vous laisse à vos certitudes.

      • 25 Janvier 2017 à 2h42

        Wil dit

        Rigolo va.
        J’ai 45 ans et ça fait 30 ans que je fréquente des psy en tous genres et comme je le dis plus tôt sur le fil si tu avais pris la peine de le remonter un peu connard,tous ces “grands génies” de la médecine psy que tu sembles défendre et qui ne font que vendre la came que les labos pharmaceutiques leur disent de vendre m’ont camé jusqu’à la gueule moi et quasiment toute ma famille de calmants parce que c’est tout ce qu’ils savent faire.
        Donc,c’est pas à moi que tu vas faire ton cinéma du style:”Moi grand génie de la psy,toi,ignorant,rien connaitre”
        L’escroquerie de la psy,je la côtoies tous les mois quand je vais voir la psychiatre de mon CMP qui a 20 ans de moins que moi et qui est fort jolie,qui sort de ses études et qui au bout d’un an commence à comprendre que c’est moi qui vais lui apprendre son taf.

        • 25 Janvier 2017 à 3h02

          Wil dit

          Et encore,les psy des CMP comme les infirmières qui le sont encore plus,sont admirables par rapport aux autres parce que même s’ils ne sont ni meilleurs ni pires que les autres,eux au moins se tapent le culs terreux et autres alcoolos et tarés dans mon genre qui n’ont pas les moyens d’aller consulter les psy privés dans des cabinets cossus et bien confortables.

        • 25 Janvier 2017 à 3h09

          Wil dit

          Allez,bonne nuit,grand “sifu” de la psychologie.Pfff.

        • 25 Janvier 2017 à 9h18

          accenteur dit

          La “came” que vendent les psys ne fait aucun mort à Marseille ou ailleurs. La guerre des labos de médicaments n’est pas différente de la guerre pour les parts de marché des pots de yaourt.
          La psy a rendu une vie normale à des millions de gens, tant par la psychothérapie, que par les traitements chimiques que vous dénoncez en ignorant que vous êtes.
          Replongez-vous dans l’histoire de la folie. Depuis les nefs des fous, aux bûchers, en passant par l’internement à vie, les douches et la camisole de force sans oublier la baignoire où le délirant étaient plongé plusieurs jours de suite. Il y mangeait dormait déféquait. Au départ un fou furieux à l’arrivée une serpillière.
          Sans compter les familles qui se débarrassaient du gêneur en le faisant passer pour fou.

      • 25 Janvier 2017 à 10h11

        Flo dit

        Kravi,
        visiblement,les psys que will a fréquentés pendant tant d’années n’ont pas fait grand chose pour lui. Il faut reconnaître humblement que les psys ne peuvent pas tout et qu’ils ont encore beaucoup à explorer.  

      • 25 Janvier 2017 à 10h19

        Flo dit

        Quant aux anxiolytiques, on sait aujourd’hui qu’il ne faut pas en prendre plus de quelques semaines sous peine de dépendance.  On ne le savait peut-être pas aussi clairement il y a 40 ans. Ma mère prend des anxiolytiques des décennies. j’ai réussi à lui faire prendre régulièrement sans dépasser sa dose. Et j’espère un jour la lui faire diminuer méthodiquement. Peut être jusqu’à l’arrêt total.  Peut-être que l’hypnose peut l’aider mais il faut trouver la bonne personne.    

      • 25 Janvier 2017 à 19h09

        Wil dit

        accenteur dit
        “La “came” que vendent les psys ne fait aucun mort à Marseille ou ailleurs.”
        Ah bon, et les études bidonnées sur certains antidépresseurs comme le Prozac par exemple,que j’ai pris pendant un certain temps;La soi disant “pilule du bonheur” comme on l’appelait à sa sortie jusqu’à ce que quelques années après sa mise sur le marché on se rende compte qu’il y avait vraiment un problème et qu’il y avait de forts risques de suicides pour ceux qui le prenaient et comme par hasard on a découvert ensuite que les études qui avaient permis sa mise sur le marché avaient été bidonnées vu le taux de suicide affolant des testés,ça n’a tué personne peut être?
        Qui sait combien de ceux qui en ont pris comme moi et qui se sont suicidés(il se trouve que j’ai fait 2 TS en le prenant) en sont morts?
        Je préfère même pas discuter la suite de ton commentaire qui est du même niveau sinon pire.

        • 25 Janvier 2017 à 19h19

          Flo dit

          Le frère d’une amie s’est suicidé aussi sous antidépresseurs.

          Une cousine de mon mari a été shootée de nombreuses années par les antidépresseurs. Je l’avais vue pour la première fois il y a une douzaine d’années, c’était un véritable zombie. Je l’ai revue il y a trois ans : elle avait de son propre chef arrêté les médocs et ce n’était plus la même femme ! Elle a repris une vie normale. C’est elle qui a vu que les médocs étaient en train de la bousiller et c’est elle qui a entrepris de les arrêter.

        • 25 Janvier 2017 à 19h22

          Flo dit

          Il y a aussi ces cas de personnes qui non seulement se suicident mais tuent femmes et enfants. Il y a eu un cas un pu médiatisé, il y quelques années: un médecin surmené et sous antidépresseurs qui avait dézingué toute sa famille avant de se pendre.

        • 25 Janvier 2017 à 19h51

          Wil dit

          Ca rapporte tellement de fric à l’industrie pharmaceutique française et donc aux médecins,psychiatres complices et/ou ignorants,donc à tout le système sauf les patients qui ne sont souvent que des vaches à laits,qu’évidemment les plus grands scandales de la psychiatrie sont étouffés.
          Tout n’est pas à jeter bien sûr mais il y a un fait incontestable quand on connait le sujet,c’est qu’à partir du moment où un labo pharmaceutique change une molécule pour vendre un nouveau médicament,comme par hasard,le liste des maladies ou troubles mentaux s’allonge.
          En plus ou moins 40 ans,la psychiatrie est passé de quelques dizaines de maladies et troubles mentaux à plus de 350!
          Pourquoi?P

        • 25 Janvier 2017 à 19h56

          Wil dit

          Parce que qui dit “nouvelle” maladie,dit nouveau médicament à vendre qui ne diffère de l’ancien que de quasiment rien mais avec un bon discours de vendeur et des conneries et quelques cadeaux,le pov’ médecins qui n’a pas le temps de suivre ce qui se passe dans la médecine,gobera tout ce que lui racontent les labos et camera un nouveau patient/client,souvent en voulant réellement l’aider mais en ne sachant pas quoi faire.

        • 25 Janvier 2017 à 20h19

          Wil dit

          “Le livre noir de la psychanalyse
          Le projet d’un livre dénonçant les abus de la psychanalyse flottait dans l’air depuis un certain temps. Las de l’hégémonie et du mépris de leurs confrères, des psys non freudiens en caressaient l’idée. Des historiens informés des affabulations du célèbre docteur viennois reconstituaient peu à peu le puzzle de la vérité et s’étonnaient de voir la légende encore enseignée au lycée et à l’Université. Des malades victimes de la psychanalyse, notamment les familles d’enfants autistes, commençaient à émerger du bain de culpabilité dans lequel la psychanalyse version Bettelheim les avait plongés. Il a suffi d’une étincelle pour que ces forces se rencontrent et que le feu s’embrase.
          Certains journalistes ont cru déceler dans ce Livre noir le cheval de Troie des comportementalistes ; ils essaieront même de me faire avouer quelque tractation secrète à l’origine de l’entreprise. Je serais le chaînon manquant entre un rapport INSERM sur «l’évaluation des Psychothérapies» qui avait mis en émoi les freudiens et l’«amendement Accoyer» visant à réglementer le statut des psychothérapeutes… Pour eux, tout cela était une entreprise coordonnée. La vérité est plus simple. Juste un café entre amis, au soleil. Une conversation à la terrasse d’un café à Paris rue de Linné près du Jardin des plantes, un jour ensoleillé du mois de juin 2004.
          Ce jour-là, Didier Pieux, psychologue cognitiviste, Laurent Beccaria, directeur des éditions des Arènes et moi-même, débattions à bâtons rompus. Didier, qui s’occupait dans les années 1970 de jeunes délinquants, racontait ses efforts pour retricoter ce que la psychanalyse détricotait, à contre-courant du reste du monde.
          - Comment ça se passe à l’étranger ? a demandé Laurent.
          - La déconversion est complète. La psychanalyse est enseignée en fac de lettres, c’est tout. Elle a disparu du paysage, a répondu Didier.
          - Tu veux dire que la psychanalyse est devenue une exception française ?
          - Française et argentine…

        • 25 Janvier 2017 à 20h20

          Wil dit

          “J’enchéris : «Même aux États-Unis, la patrie de Woody Allen, le dogme freudien n’est plus enseigné en psycho ni en psychiatrie. La moyenne d’âge des psychanalystes frise les soixante-deux ans.»
          Laurent Beccaria est tombé des nues en prenant conscience de l’incroyable décalage entre le statut de la psychanalyse en France et à l’étranger. La discussion a duré. Et c’est là, entredeux expressos, que Le Livre noir a pris forme. Avec une idée simple : rassembler des contributions du monde entier pour une mise en question frontale de la psychanalyse.
          C’était le début de nos aventures. Et de nos ennuis… “

        • 25 Janvier 2017 à 20h35

          Lector dit

          oh le beau flagrant déni ! En effet les contempteurs de la psychanalyse ont fait la promotion du comportementalisme à fond et pas à côté de celle-là mais contre elle.

        • 25 Janvier 2017 à 20h41

          Wil dit

          Salut Lector.
          C’est tout ce que t’as comme contre argument?
          “C’est un peu court jeune homme…”;-)

        • 25 Janvier 2017 à 20h45

          steed59 dit

          ça me rappelle un passage de Houellebecq “Quand un femme entre en analyse, elle est foutue. Irrécupérable”

        • 25 Janvier 2017 à 20h58

          Lector dit

          pffouarf Wil, vu que les tiens n’en sont pas et conduits par le ressentiment d’un type qui a manifestement cru qu’au bout de deux ou trois séance il serait guéri d’un coup de baguette magique, je me marre.

          ça m’en rappelle un autre de Moix à Houellebecq : “vos romans ne disent pas le pourquoi mais le comment” réponse “oui c’est assez vrai”
          PTDR les éléments psychos dans les romans de Houellebecq existent bel et bien comme par exemple avec les deux frères des “Particules” que la mère a abandonnés (élément autobiographique comme l’on sait).

        • 25 Janvier 2017 à 21h07

          Wil dit

          ok Lector,c’est bien ce que je pensais,tu n’a aucun argument sérieux à m’opposer.
          Je le savais d’avance puisque c’est généralement sur ce sujet qu’on s’engueule.
          Mais c’est pas grave.

        • 25 Janvier 2017 à 21h58

          Lector dit

          ben voyons. C’est juste qu’il est inutile de discuter avec toi d’une question que tu préfères ignorer, d’un objet sur lequel tu butes effectivement régulièrement. Bref rien que de très prévisible en effet, NB c’est bien plus lassant que vexant… Faut savoir nommer les choses plutôt que de se goberger bonhomme…

    • 24 Janvier 2017 à 22h43

      dov kravi דוב קרבי dit

      Voilà pourquoi les candidats en recherche de voies électorales devraient être un peu plus responsables. Mais ça, c’est un rêve.

      • 24 Janvier 2017 à 23h11

        Lector dit

        quid de l’alcoolémie au volant ? Bien plus de morts sur les routes et je me demande si les statistiques qu’on espère que vous avez consultées pour écrire ce papier prennent en compte la consommation multiple (alcool + cannabis ou autre). Quant à faire un rapport entre agressions sexuelles et consommateurs endormis… cela me semble peu probant.

    • 24 Janvier 2017 à 22h40

      dov kravi דוב קרבי dit

      Shalom Lector. Bien sûr, le thc peut révéler la psychose. Mais à un moindre degré il donne des périodes parfois longues (plusieurs mois) de dépersonnalisation (très désagréable), sans que cela décompense. Des personnes fragiles (border line) peuvent parfois en ” réchapper “, mais c’est aléatoire, et très fréquent. Voilà pourquoi je suis contre la vente libre. Le problème de la délinquance est à ce titre contingent : je raisonne en terme de pathologie, pas de conséquences sociales.

      Shalom Steed. Psychiste = qui s’occupe de la psyché (néologisme personnel).

      • 24 Janvier 2017 à 22h53

        Lector dit

        Kravi, en tant que clinicien, vous pourriez accéder à l’idée de la vente en pharmacie sous contrôle médical.
        Pour ma part je suis dans l’absolu contre la prohibition voire la répression stupide des consommateurs occasionnels. Il faut être logique Cf. vente d’alcool et de tabac par exemple. Ne vaut-il pas mieux réglementer qu’interdire ?

      • 24 Janvier 2017 à 23h03

        Wil dit

        dov kravi דוב קרבי dit
        “Shalom Lector. Bien sûr, le thc peut révéler la psychose. Mais à un moindre degré il donne des périodes parfois longues (plusieurs mois) de dépersonnalisation (très désagréable), sans que cela décompense.”
        Qu’est ce que c’est que cette connerie de sois disant langage scientifique qui est con comme un ballet?
        Si je fais le mot à mot c’est totale connerie cachée derrière un écran de fumée scientifique!CA NE VEUT RIEN DIRE!
        C’est le langage de médecins qui ne savent rien.

        • 24 Janvier 2017 à 23h06

          Wil dit

          On a l’impression qu’entre dov et Lector,ils font un sketche.
          C’est pitoyable.
          Soit c’est de l’humour soit c’est une insulte à la moindre intelligence.

        • 24 Janvier 2017 à 23h07

          steed59 dit

          Fume un joint ça te calmera

        • 24 Janvier 2017 à 23h09

          steed59 dit

          Tu supporte pas qd ça t’echappes

        • 24 Janvier 2017 à 23h09

          Wil dit

          Probablement mais ça ne fera une escroquerie scientifique une vérité.

        • 24 Janvier 2017 à 23h11

          Wil dit

          Arrête,steed,ce discours je le connais depuis 25 ans et c’est de l’escroquerie.

        • 24 Janvier 2017 à 23h18

          steed59 dit

          Je sais pas moi non plus j’ai rien compris

        • 24 Janvier 2017 à 23h22

          Wil dit

          Ben alors pourquoi tu l’ouvres steed?Laisse les “experts” de Causeur nous dire que la psychiatrie,la psychologie et la thérapie ont une moindre valeur scientifique,qu’on rigole!

        • 24 Janvier 2017 à 23h25

          steed59 dit

          C’est juste que je m’emmerde et que j’ai pas sommeil vu que j’ai du boire une quinzaine de cafés auj. Sinon je te trouve un peu nerveux

        • 24 Janvier 2017 à 23h29

          steed59 dit

          C’est marrant a une époque pirate avait exactement le meme discours que toi

        • 24 Janvier 2017 à 23h46

          Wil dit

          Non,Pirate n’avait pas la même discours que moi.En disant ça,tu montres juste ta stupidité et/ou ton ignorance.Pirate est un sale con mais il a du talent littéraire.
          IL a tout mon respect même si j’ai combattu ses idées qui sont différentes des miennes.
          Il a été éjecté ce que je regrette en tant qu’amoureux inconditionnel de la liberté d’expression mais je m’attends moi même chaque jours à être éjecté.
          Pourquoi lui et pourquoi pas moi?j’en sais rien.C’est la vie.c’est le jeu.

        • 24 Janvier 2017 à 23h51

          steed59 dit

          Il critiquait comme toi la “chimiquisation” des traitements medicaux des pathologies d’ordre psychologique, notamment par le corps medical specialisé

        • 24 Janvier 2017 à 23h53

          steed59 dit

          Ignorant oui, stupide pas plus que toi. Mais bon t’as pas l’air dans ton assiette

        • 25 Janvier 2017 à 0h00

          Wil dit

          Je sais qu’on se retrouvait sur des idées comme tout le monde se retrouve sur des idées.
          Je ne lui en voulait pas à priori,j’ai toujours admiré son talent littéraire.
          Mais dans ma mémoire défaillante,il est camé comme un âne et s’est attaqué à moi et je me suis défendu.
          La mémoire donne toujours le beau rôle,je sais.
          Comme je l’ai dit.j’ai regretté qu’il soit éjecté.
          Ca n’a rien à voir avec moi.

        • 25 Janvier 2017 à 0h02

          steed59 dit

          C’etait un nanar gauchiste que je ne regrette pas

        • 25 Janvier 2017 à 0h03

          Wil dit

          Qu’est ce que tu cherches steed?
          Si tu m’en veux,dit moi pourquoi et on verra ensuite.
          Tu attends quoi de moi?

        • 25 Janvier 2017 à 0h12

          steed59 dit

          Je sais pas. Et toi qu’attend tu de la vie ?

    • 24 Janvier 2017 à 22h31

      Wil dit

      Hier soir sur ce site,j’ai avoué pour la première fois de ma vie mon accoutumance pour les calmants en dehors des différents psy que j’ai vu dans ma vie bien sûr.
      Généralement,les psy te disent que l’acceptation de sa propre accoutumance est le premier stade vers la “guérison” ou une sorte de connerie du genre.
      Evidemment,ils trouvent ce premier pas super quand c’est une autre drogue que les médicaments qu’ils t’ont filé depuis des décennies puisque eux,bien sûr…c’est de la médecine…
      Bande de charlots!

      • 24 Janvier 2017 à 22h33

        Wil dit

        Les médecins généralistes et autres psychiatres ne sont ni plus ni moins que des dealers officiels vu le nombre de psychotropes délivrés en France.

      • 25 Janvier 2017 à 10h08

        Flo dit

        Bonjour Wil,je crois qu’il existe une autre forme de psychothérapie qui consiste à adopter concrètement et petit à petit un autre schéma de vie et qui se méfie des grandes auto-révélations qui le plus souvent sont impuissantes en elles mêmes pour soigner la personne. 

        J’ai aussi entendu parler de l’hypnose mais je n’en sais pas vraiment plus.  

      • 25 Janvier 2017 à 11h32

        Flo dit

        Cela dit Wil, les psys ont raison de dire que l’acceptation de son accoutumance est primordiale.  La plupart des drogués sont dans le déni et le mensonge. Je le sais bien, moi qui ai été droguée au tabac !
        Mais l’acceptation de sa dépendance ne suffit absolument pas.  Il y a tout un boulot devant soi et on ne sait pas comment s’y prendre.  C’est pas évident.  

    • 24 Janvier 2017 à 18h44

      dov kravi דוב קרבי dit

      Ma déjà longue pratique de psychiste (et ancien consommateur) motorises à dire que sur un pourcentage difficile à quantifier (peut-être un sur quatre), le cannabis a un effet délétère sur le psychisme et peut entraîner de graves troubles de la pensée, indépendamment de ceux de la perception qui sont les effets recherchés : syndromes de dépersonnalisation, troubles paranoïaques transitoires (ou non), voire décompensations psychotiques.
      Avant de prendre la décision de dépénaliser, il faudrait être au courant de tous les effets sur comportements et santé.

      • 24 Janvier 2017 à 18h46

        dov kravi דוב קרבי dit

        Merci à la dictée vocale : m’autorise

        • 24 Janvier 2017 à 19h10

          Lector dit

          Salut Kravi, voilà ce que c’est lorsqu’on s’autorise à motoriser ses commentaires :D
          J’ai moi aussi constaté fut un temps dans mon entourage la faculté insidieuse que possédait le THC sur des esprits prédisposés à certaines psychoses. Il me semble que cette molécule favorise plus qu’elle ne crée le trouble. La plupart de ce public consommait à haute dose et, chose curieuse, tous ces types étaient adeptes de l’idéologie rastafari.
          Je me souviens dans ma jeunesse de l’avis judicieux d’un hollandais un peu plus âgé que je ne l’étais, rencontré durant un été : “when I feel somekind of sadness I don’t smoke pot. But it will increase joy if I feel right.”

        • 24 Janvier 2017 à 19h19

          steed59 dit

          psychiste ? mah zeh ?

        • 24 Janvier 2017 à 21h46

          Wil dit

          Lector dit”J’ai moi aussi constaté fut un temps dans mon entourage la faculté insidieuse que possédait le THC sur des esprits prédisposés à certaines psychoses. Il me semble que cette molécule favorise plus qu’elle ne crée le trouble.”
          C’est la même chose pour tous les psychotropes et donc les drogues.
          Si tu es dans un bon esprit,tu va grimper aux rideaux mais si tu prends une drogues parce que tu es mal et que tu penses que ça va te faire aller mieux,tu risques le pire,c’est à dire le suicide.

    • 24 Janvier 2017 à 18h44

      NICO.FR dit

      Amen.

    • 24 Janvier 2017 à 16h57

      accenteur dit

      1° Ce n’est pas parce qu’on connait les ravages de l’alcoolisme qu’il faut dans une société y ajouter ceux de la consommation du cannabis.
      2° Dans le cas de la vente libre du cannabis, les malfrats qui s’enrichissaient en faisant commerce illégal du cannabis, seront capables de se ré-orienter vers la vente d’un autre produit tout autant illégal et sans doute plus dangereux. Car vous n’imaginez pas qu’un malfrat peut renoncer à s’enrichir ?
      3° il faut d’urgence mettre en garde les enfants et les ados en dispensant un enseignement scientifique. Pas de la morale, de la science.
      Seul le savoir scientifique.
      Des cours faits par des médecins dans les écoles, collèges, lycées, universités, pas des la morale, j’insiste, l’ enseignement sérieux des dégâts produits par l’alcool, le tabac, les drogues sur le SNC, les poumons, le foie etc.

      • 24 Janvier 2017 à 17h49

        Rico dit

        @accenteur

        Bien vu pour l’ensemble de vos propos qui devrait en faire réfléchir plus d’un.

        C’est dingue cette mauvaise foi des consommateurs de drogue,car c’est une drogue,qui voudraient excuser le cannabis par l’alcoolisme.

        Outre qu’en générale,le fumeur de cannabis consomme les deux,un homme ou une femme qui prend son petit verre journalier voir deux sans abuser au repas par exemple,n’éprouve pas le besoin de planer et d’en rajouter avec une drogue que l’on sache.

        Et le fumeur de cannabis qui me dit que “ça ne lui fait rien” et même pas tourner la tète avec légère perte de contrôle (style Palmade dans son Sketch)…alors pourquoi en consomme t’il?
        Faut vraiment être tordu,non?

        En tout cas le consommateur qui prend son petit verre ou un petit apéro de temps a autre,sans faire de tort a personne ne devient pas un danger public pour les autres en voiture ou au boulot comme j’en ai connus dans la métallurgie sur machines outils.

        Pour info,je ne prêche pas pour ma chapelle car je n’apprécie pas le gout de l’alcool ni le tabac du reste, car autant fuir ce qui nous pollue l’organisme quand on en a la possibilité. 
           
         

        • 24 Janvier 2017 à 17h54

          Rico dit

          “comme j’en ai connus dans la métallurgie sur machines outils”.

          Je précise que je parlais de jeunes fumeurs de cannabis qui arrivait les yeux rouges a l’atelier. 

          Dépressif et manque de volonté…qui n’ont pas duré. 

      • 24 Janvier 2017 à 19h34

        Lector dit

        les malfrats ont tjrs feu de tout bois ; une éventuelle légalisation (or ce n’est pas ce qui est préconisé dans la dépénalisation par exemple) ne ferait qu’entamer leur bénéfice. Votre idée de ré-orientation ignore tout simplement ce que sont déjà ces milieux organisés.

        • 24 Janvier 2017 à 19h35

          Lector dit

          “fait feu”

        • 24 Janvier 2017 à 20h38

          Rico dit

          Légaliser c’est préférer un Etat dealer ou trafiquant a un Etat fort et Régalien qui éradique le trafic de drogue,cette merde dure ou douce,de nos rues.
          Cette solution qui met toujours en danger de rupture sociale voir de mort nos compatriotes dont les plus jeunes, n’est pas plus envisageable que la suppression de sanctions pénales.

          Cette suppression ne fera qu’exporter des trafics en d’autres circonstances,autres lieux,autres marchandises avec exactement les mêmes trafiquants dont la vocation première et de nuire a la société et de faire du profit sur ses travers.

          Ce n’est pas en fin de chaîne qu’on détecte et règle le problème mais au départ de cette chaîne.

          Ça commence d’abord avec les grossiste,trafiquants et dealers.

          Ne cédons rien a cet aveu d’impuissance et de lâcheté qu’utilisent a but électoraliste,une certaine fraction politique d’incompétent,perverse et fourbe. 

        • 24 Janvier 2017 à 23h03

          Lector dit

          bis : “autres marchandises des trafiquants” c’est déjà le cas et depuis longtemps. Faut connaître un peu le dossier ou le “milieu” avant de se faire et de donner un avis.

        • 25 Janvier 2017 à 18h06

          Rico dit

          @Lector

          “bis : “autres marchandises des trafiquants” c’est déjà le cas et depuis longtemps. Faut connaître un peu le dossier ou le “milieu” avant de se faire et de donner un avis”.

          C’est quoi cet argument annoté d’une prétention qui n’a rien de constructif est que croyez vous m’apprendre que je ne sache deja.

          Et en quoi votre cafouillis devrait il avoir valeur de vérité au “dossier” et a ce qui doit être fait pour éradiquer ce cancer?.

          Et d’après vous,le secteur de la drogue ne contient que des multi-cartes de la délinquance?

          Je vous parle d’adaptation de la délinquance d’un secteur criminelle tel que la vente de stup.
          Et vous confondez un grossîtes en drogue avec un mac.

          Vous croyez que la majorité des grossistes ou autres trafiquants avec leurs dealers ne trouveront pas une parade plutôt que d’empiéter sur le terrain du voisin au risque de finir troué par un Kalasch. 

          Votre façon de penser le problème en faisant de l’Etat un dealer, n’est rassurante que pour les consommateurs mais ne réglera en rien les problème sanitaires et criminelles.

          C’est du flan pour bisounours.

           Avez vous idée du nombres de communautés dans le grand banditisme qui profitent chacun d’un secteur de malfaisance en France et qui rapportent.
           
          On coupe la mauvaise herbe a la racine et je parle pas du cannabis,la, car on voit bien que vous,vous ne le connaissez pas le dossier si ce n’est l’esprit et la mentalité des racailles.

          Dépénalisation ou Légalisation ne sont que des aveux de faiblesses et de lâchetés qui n’éradiqueront en rien la volonté de nuisances de ceux qui en vivent si bien et ne protégerons en rien cette population désocialisé qui la subit.

          Le camp des voyous n’est pas le mien et vous pouvez l’inscrire au dossier. 

      • 25 Janvier 2017 à 18h10

        Rico dit

        Une Kalash…

    • 24 Janvier 2017 à 14h51

      ZOBOFISC dit

      Si demain, le cannabis est en vente libre dans les bureaux de tabac, toute la racaille qui vit aujourd’hui grassement de son trafic se retrouvera au « chômage » et se rabattra sur les vols et les cambriolages.

      Il n’y a qu’une solution : LA REPPRESSION 

      • 24 Janvier 2017 à 15h50

        JeanBart dit

        Hahahaha
        La vie doit être vachement plus simple vue comme ça !

        • 24 Janvier 2017 à 23h45

          ZOBOFISC dit

          La vie est effectivement bien compliquée et, tout ce qui peut la simplifier est le bienvenu.
          « Au nom des droits de l’homme » comme le répète Eric Zemmour dans une de ses plus célèbres chroniques on a arrêté de condamner les coupables et aujourd’hui on vit dans un monde de non droit.

          Le « tout répressif » n’est peut être pas le remède absolu, mais, n’en déplaise à dame Taubira, l’absence de répression ne peut conduire qu’au retour de la barbarie. 

      • 24 Janvier 2017 à 17h27

        Rico dit

        @ZOBOFOSC

        Vous avez raison car la dépénalisation n’est qu’un aveu de faiblesse face a la racaille,outre le déni de réalité des effets de cette saleté sur l’organisme humain qui reste une drogue ni plus ni moins comme tout ce qui fait perdre le contrôle de soi et met autrui en danger si ce n’est soi même.

        La racaille ne bride jamais sa malfaisance en fonction d’une action caduque tel qu’une dépénalisation électoraliste arrangée par une politique de couardise,mais bien au contraire, elle s’adapte pour continuer séance tenante a trouver une parade payante voir plus violente face au laxisme généralisé de ceux qui nous gouvernent avec la complicité et l’indulgence des consommateurs paumés du petit peuple ou des petit bourgeois a l’éducation bobo que l’on peut trouver ici comme ailleurs.
         
        Le constat et simple et il ne peut provenir que d’un Etat fort qui lâche ses forces de l’ordre et sa justice au cul des trafiquants.

        Et comme vous dites LA REPPRESSION.
               

        • 24 Janvier 2017 à 17h30

          Rico dit

          Désole d’avoir écorné votre pseudo ZOBOFISC.