Pourquoi une partie de la gauche s’est entichée du burkini? | Causeur

Pourquoi une partie de la gauche s’est entichée du burkini?

De la détestation de l’Occident

Auteur

Mathieu Bock-Côté

Mathieu Bock-Côté
est sociologue, auteur du "Multiculturalisme comme religion politique" (Cerf Ed., 2016).

Publié le 22 août 2016 / Religion Société

Mots-clés : , , ,

Séance de baignade près de Bizerte, en Tunisie, le 16 août 2016 (Photo : AFP/Archives FETHI BELAID)

La querelle du burkini vient de reprendre en France et elle a traversé très rapidement l’Atlantique. Elle déchaîne les passions, naturellement, surtout depuis que certaines villes françaises comme Cannes ont décidé de l’interdire à la plage. Les uns se demandent s’il faut généraliser cette interdiction alors que les autres ne sont pas persuadés des vertus d’une intervention politique autour de cette question, même s’ils désapprouvent symboliquement ce qu’il représente. On convient toutefois, en général, que le burkini n’est pas un vêtement de plage comme un autre mais bien le symbole d’une forme d’exhibitionnisme identitaire. On reconnaît un malaise légitime et profond devant ce vêtement militant. On se demande aussi si le burkini pose problème du point de vue de la laïcité ou pour des raisons encore plus profondes. Faut-il interdire ou non le burkini ? La question se pose.

Il faut toutefois noter l’existence d’une perspective surprenante qui prétend que tous font fausse route : c’est la gauche inclusive, qui refuse de voir dans le burkini quelque problème que ce soit. Elle n’y voit qu’un vêtement de plage parmi d’autres, ou alors, la simple expression d’une préférence spirituelle publiquement exprimée qu’il serait. Elle refuse de prêter une signification politique au burkini. Certains esprits doctrinaires intoxiqués par la rectitude politique et habitués à débiter des sottises à prétention philosophiques veulent même y voir quelque chose d’élégant. On nous joue la cassette d’une pudeur admirable. on encore, on fait du burkini et du bikini les deux visages d’une même aliénation? Le relativisme banalise tout. Le monde commun se laisse dissoudre dans une diversité infinie de subjectivités. On nous dit «vivre et laisser vivre»: on oublie qu’une société où le cadre culturel qui rend possible le burkini serait dominant ne laisserait plus vivre personne en paix.

Mais le burkini n’est pas qu’un costume de bain parmi d’autres et la gauche inclusive le sait aussi. Alors que ses détracteurs y voient une manifestation d’exhibitionnisme identitaire et un symbole islamiste qui s’inscrit dans une stratégie d’occupation de l’espace public, qui veut à la fois tester nos défenses juridiques et culturelles, pour banaliser les pratiques culturelles les plus rétrogrades et les plus en contradictions avec notre civilisation et notre culture, la gauche inclusive a décidé d’en faire un symbole des droits de l’homme à défendre à tout prix. Elle avait fait la même chose pendant la dernière campagne fédérale en défendant le droit d’une immigrante de prêter son serment de citoyenneté en niqab, comme si la contraindre à dévoiler son visage à ce moment était une offense aux droits humains. Il arrivera aussi à la gauche inclusive d’accuser ceux qui s’inquiètent du burkini d’instrumentaliser une question identitaire décrétée fantasmatique pour masquer les autres problèmes sociaux.

Sacralisation de la différence

Mais pourquoi la gauche inclusive s’est-elle entichée du burkini ? Pourquoi l’a-t-elle embrassé ? Il faut entrer dans sa vision du monde pour comprendre cela. La gauche inclusive entretient un préjugé lourd à l’endroit de la civilisation occidentale : elle serait fondamentalement allergique à la différence et aurait historiquement persécuté la diversité. Au nom de l’identité, elle aurait étouffé l’altérité. L’Occident, en fait, entretiendrait un rapport néocolonial avec la différence et ses institutions reposeraient sur une forme de racisme systémique. Dès lors, il faut, pour combattre cet Occident raciste et discriminatoire, embrasser les figures de la différence ou de la diversité qui sont en contradiction militante avec lui. Autant on diabolisera la « majorité », toujours soupçonnée de tentation tyrannique, autant on sacralisera les revendications des « minorités », surtout si elles entrent en contradiction manifeste avec la société d’accueil : ce serait leur vertu, d’ailleurs, car en les faisant triompher, on ferait reculer l’intolérance consubstantielle au monde occidental.

La gauche inclusive embrassera donc systématiquement ce qui conteste l’Occident. Le burkini devient alors le symbole d’une différence à protéger et la nouvelle frontière dans la grande conquête des droits de l’homme. Il devient une cause politique. C’est justement parce que le voile intégral entre en contradiction radicale avec l’Occident que la gauche inclusive se porte à sa défense avec énergie. C’est dans ce qu’il a d’odieux pour l’immense majorité qu’il est promu et encouragé. Les islamistes, qui ont parfaitement compris la psychologie progressiste dominante chez les élites occidentales, misent ainsi sur la culpabilisation de ceux qui font de l’ouverture un principe sans limites et qui sont terrifiés à l’idée de se faire accuser de xénophobie ou d’islamophobie. L’islamisme instrumentalise les droits de l’homme et parvient à hypnotiser la gauche inclusive qui s’allie avec lui sans même s’en rendre compte. Il parle notre langage pour le subvertir et notre gauche inclusive se laisse aisément bluffer.

On voit même certaines féministes, surtout les plus radicales, se porter à la défense du burkini, en disant que la société n’aurait pas à dire aux femmes comment se vêtir. Combattre le burkini relèverait d’une vision du monde patriarcal. On ne sait pas si on doit s’esclaffer. Par un retournement malsain de l’évidence, le burkini devient un symbole de l’émancipation féminine, comme s’il ne témoignait pas d’un désir d’effacement du corps de la femme, qu’on veut expliciter inférioriser dans un système d’apartheid sexuel. Cette pirouette idéologique est devenue habituelle et est un autre visage de cette sacralisation de la différence. On se souviendra qu’après les agressions sexuelles massives à Cologne, bien des féministes se sont montrées soudainement bien discrètes et trouvaient des circonstances atténuantes aux agresseurs, parce qu’ils étaient du côté des damnés de la terre. Alors que le féminisme voit du sexisme partout dans nos sociétés, il refuse de le nommer s’il ne peut être attribué à la figure malveillante de « l’homme occidental dominateur », de peur d’encourager la « peur de l’autre ». Cette frange du féminisme pratique la fausse représentation – ce n’est pas l’émancipation des femmes qui l’intéresse mais le procès de l’Occident – et est en faillite morale.

La gauche inclusive refuse de prendre au sérieux la simple possibilité d’un prosélytisme islamiste cherchant à marquer l’espace public de symboles hostiles à la société occidentale. Elle s’aveugle pour ne pas avoir à avouer que sa vision du monde est en faillite et que l’islamisme est en conflit explicite avec notre monde. Pour ne pas stigmatiser les musulmans, ce qui est une préoccupation honorable, elle refuse de lutter contre l’islamisme, ce qui l’est beaucoup moins. On ne se contera pas d’histoire : le burkini est un symbole militant dans la lutte menée par l’islamisme contre le monde occidental. On peut croire qu’il est judicieux ou non de l’interdire – le débat est ouvert, même s’il ne faut pas douter de la légitimité d’une éventuelle interdiction. Mais symboliquement, on ne devrait pas hésiter à le critiquer vertement en envoyant le signal très clair qu’il est perçu par nos sociétés comme une marque d’hostilité à leur endroit. Il faut construire contre lui des digues culturelles et juridiques et la dénonciation du burkini et de ce qu’il représente en est une.

Cet article a été initialement publié dans Le Journal de Montréal.

Burkini, par magazinecauseur

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Août 2016 à 14h39

      pinkette234 dit

      Je lis “”On voit même certaines féministes, surtout les plus radicales, se porter à la défense du burkini, en disant que la société n’aurait pas à dire aux femmes comment se vêtir. Combattre le burkini relèverait d’une vision du monde patriarcal.”"”
      Et moi je dis que le burkini n’a pas sa place chez nous en France;J’ai entendu sur une radio ,une auditrice dire qu’une femme en burkini à la plage et s’occupant de ces enfants n’était pas plus “grave” que de voir des siens nus et des hommes nus:mais quelle mauvaise fois tout de même!!!il n’y a jamais eu d’hommes nus sur nos plages(sauf camps de nudistes!!!) Et personne pour reprendre cette dame…mais que peut-on attendre d’une radio très à gauche et pro muz!!!

    • 25 Août 2016 à 12h32

      bartolomee dit

      Il y a un point que je persiste à ne pas comprendre : quel est l’intérêt de tous ces “faiseurs d’opinion” qui nous disent ce que nous devons faire et penser ?
      - Le Monde, l’Obs, Libé : leur business, ça peut se comprendre, il faut vendre. De l’indignation ou de l’islamophilie, finalement peu importe du moment que les rotatives tournent.
      - Plenel ? De quoi vit-il ? de l’audience de Mediapart ?
      - tous les corporatistes et ségrégationnistes : qu’attendent-ils, qu’espèrent-ils, ils n’oeuvrent quand même pas pour la “beauté” de la “cause”, donc ils ont une stratégie personnelle…mandat politique ?

      Si un “Causeur” a des idées sur la stratégie personnelle de tous ces bateleurs, je suis vraiment intéressé…

      Merci d’avance

      • 26 Août 2016 à 18h50

        beornottobe dit

        “Il y a un point que je persiste à ne pas comprendre : quel est l’intérêt de tous ces “faiseurs d’opinion” qui nous disent ce que nous devons faire et penser “…….
        mais c’est simple: ces “faiseurs d’opinion” prêchent pour leur chapelle !….

        • 26 Août 2016 à 18h57

          bartolomee dit

          D’accord ! Je me l’étais bien figuré.

          Mais pour quel intérêt ultérieur ? Une “chapelle” de ce jour est au mieux un monument en désuétude demain, et généralement une ruine un an plus tard…Les vents…vous me comprenez, ça fait s’envoler les édifices (érections ????) fragiles…

    • 25 Août 2016 à 12h19

      Claude Janvier dit

      Et si les médias et les “bien pensants” arrêtaient de stigmatiser les uns et les autres pour leurs croyances, leurs apparences, leurs tenues vestimentaires et leurs habitudes ? Quel bon bol d’air nous aurions…
      Claude Janvier

      • 25 Août 2016 à 13h08

        Rico dit

        @Claude Janvier

        Vous semblez ignorer que si nous souffrons actuellement d’un air vicié dans une ambiance anxiogène,c’est bien grâce a la religion,Monsieur,et musulmane ne vous en déplaise.

        Indéniablement dans les faits et les drames qui sont devenues presque monnaie courante avec son lot d’atrocités et de massacres de masses aujourd’hui en France.

        Pensons a nos victimes face aux provocations qui ne sont qu’étendard de l’avancée d’une menace contre nous et notre Nation.
          
        Il suffit de voir les rodomontades et autres bouffonneries pour la rentrée scolaire et l’échec de l’immigration musulmane qui inquiète de plus en plus car aujourd’hui nos enfants sont concernés plus que jamais…alors le bol d’air.
         
        Et plus nous accepterons ce joug religieux plus nous manquerons d’oxygène pour reprendre vos propos.

        Quand aux merdias,de quoi vous plaignez vous car rien qu’hier,ils ont quasiment passé sous silence… http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/afghanistan-attaque-contre-l-universite-americaine-a-kaboul_1824139.html….afin de nous concentrer et de nous sensibiliser sur les jérémiades-burkiniste  du CFCM et du CCIF,véritable caricature de la charria chargés de promulguer la propagande Coranique anti-Mécréante.

        Ce sont tous ces drames et ces affronts d’un ennemi tellement visible et culotté pour le coup,qui nous  pompent l’air a défaut d’en manquer.

        La bien-pensance,Monsieur c’est tout ceux qui ont contribué a installer cette suffocation Nationale et anti-Française comme anti-Occidentale.

        Cordialement. 

    • 25 Août 2016 à 9h12

      beornottobe dit

      au fond…… on s’en fout! l’essentiel n’est pas là! (la racine est bien avant cela)

      • 26 Août 2016 à 18h53

        beornottobe dit

        même si ça fait mal! et qu’on n’aura pas notre nom sur le mausolée des “bien pensants”…… (socialistes)

    • 25 Août 2016 à 8h43

      la pie qui déchante dit

      elles avaient peur de montrer quoi ???

      elles avaient peur de montrer aux voisins ,
      son tout mignon birkini
      ouitsi birkini
      rouge et jaune à petits pois ..;

      https://youtu.be/DM9giB75TkM

      ;))

    • 24 Août 2016 à 22h44

      lili23 dit

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_Livre_rouge

      avec l’ abondance du made in china mieux vaut assuré ses arrières 

    • 24 Août 2016 à 22h18

      Jasmin dit

      de Haas la pseudo féministe qui défend le Burkini au nom de la liberté.
      On croit rêver, une féministe qui revendique le droit pour les femmes d’afficher leur infériorité !!!!! Il faut qu’on m’explique.
       Et Cazeneuve qui répond toutes affaires cessantes aux injonctions du CFCM. Et qui vient faire des déclarations tout en miel et en soumission devant les représentants musulmans qui se rengorgent satisfaits d’avoir encore une fois fait céder cette France méprisée et honnie. 
      Je n’en peux plus de voir mon pays s’abaisser et de soumettre.
      Mais quand comprendrons nous qu’ils utilisent et pervertissent nos valeurs pour les utiliser contre nous : laïcité respect, égalité, libertté.
      Ces valeurs qui fondent notre civilisation leur sont étrangères. Ils ne s’en servent que pour nous affaiblir. Et nous nous cédons, cédons et cédons dans l’espoir de les amadouer,ca lors qu’il faudrait être ferme et fort
      Je ne me fait aucune illusion sur la décision demain du conseil d’Etat.
      Nous capitulerons une nouvelle fois, comme sur le voile.
      J’aimerais me tromper car j’aime mon pays et je me désespère de le voir s’abaisser et s’humilier mais je suis sans illusion, 

      • 25 Août 2016 à 8h45

        la pie qui déchante dit

        “”Je n’en peux plus de voir mon pays s’abaisser et de soumettre.”"

        j’en connais un autre …

    • 24 Août 2016 à 22h12

      lili23 dit

      moi j’en vois qui compare le vêtement de plage en  question avec des combinaison de plongée  et bien vu le prix je suis sur que c’est pour ce faire des gros sous parce qu’entre un bikini et une tenue de surf ou de plongée il y’a pas mal d’euros du nord