Burkini: le “paradis” multiculti qu’on nous vend | Causeur

Burkini: le “paradis” multiculti qu’on nous vend

Derrière la jolie fable de sa créatrice australienne

Publié le 26 août 2016 / Monde Religion Société

Mots-clés : , , ,

Manifestation devant l'ambassade de France à Londres (Photo : SIPA.AP21942517_000008)

Lors d’un séjour à Birmingham en 2003, un interlocuteur quelque peu agressif m’expliqua avec une certaine suffisance que la France aurait certainement dû prendre des leçons du Royaume-Uni en matière d’intégration et de tolérance vis-à-vis des minorités religieuses. Je lui répondis avec un peu d’acrimonie – et peut-être de mauvaise foi – que les Français avaient effectivement beaucoup de leçons à recevoir de nos amis Britanniques qui accueillaient sur leur sol si complaisamment la fine fleur des prêcheurs salafistes ultraradicaux, dans les plus prestigieuses mosquées londoniennes, à Finsbury Park ou Brixton.

La discussion n’alla pas plus loin. A l’époque où je rembarrais gentiment mon Anglais amateur de frog bashing, on parlait déjà de « Londonistan ». Après les attentats contre les tours jumelles du World Trade Center, le gouvernement britannique avait entrepris de faire un peu de ménage, le sujet commençait à devenir sérieusement embarrassant… Le 7 juillet 2005, quatre explosions dans le métro londonien et dans un bus à impériale causaient la mort de 52 personnes. Je n’ai jamais revu celui qui, un an et demi auparavant, me présentait le Royaume-Uni comme un modèle d’intégration et raillait « the stupid french polemic » à propos du voile islamique en employant les mêmes termes que ceux utilisés aujourd’hui par les grands organes de presse britanniques pour se moquer de la stupide polémique française à propos du burkini.

« Absurdité française », a lancé l’éditorialiste David Aaronovitch dans The Times, estimant que de telles interdictions ne pouvaient qu’être l’œuvre « d’esprits tordus. » Pour Juliet Samuel, du Telegraph, l’interdiction des burkinis n’est rien moins qu’« un stupide acte de fanatisme ». Haro donc sur la France éternelle du racisme et de l’intolérance, avec sa laïcitié si ringarde et intransigeant, vue d’outre-Manche, voire de plus loin encore. En Australie par exemple, ou la créatrice du burkini, Aheda Zanetti, remercie les édiles français d’avoir dopé ses ventes, mais ne manque pas une occasion de dénoncer elle aussi le caractère rétrograde et discriminant de la loi française : « Jugent-ils une tenue de bain ou bien une race ou une religion ? », s’est-elle interrogée dans les colonnes du Daily Mail.

L’entrepreneuse libanaise qui a quitté son pays natal pour l’Australie à l’âge de 2 ans, est l’ambassadrice parfaite du storytelling qui s’échafaude autour du burkini. Dans un ouvrage paru en 2012, The click moment : seizing opportunity in an unpredictable world, ouvrage à mi-chemin entre l’essai et le manuel de développement personnel émaillé de quelques biographies très hagiographiques, Frans Johansson raconte la révélation d’Aheda Zanetti : « Pour Aheda Zanetti, l’un des déclics les plus importants de sa vie, celui qui allait changer sa carrière, intervint au début de l’année 2003. (…) Elle avait décidé d’aller voir sa nièce jouer au netball, la version australienne du basketball, dans un centre aéré du quartier, à Sydney. » C’est à ce moment, raconte le biographe, qu’Aheda comprend, en regardant évoluer sur le terrain sa nièce couverte de la tête au pied d’un pantalon, d’une chemise à manche longue et du maillot de son équipe, rouge comme un poivron apoplectique et à deux doigts du malaise, que l’uniforme de netball n’est pas adapté aux musulmanes pratiquantes, tout comme d’ailleurs, beaucoup de tenues sportives…et notamment les tenues de plage. Le burkini venait de naître. Ce fut une excellente intuition commerciale puisque 500 000 burkinis se sont vendus en l’espace de douze ans, à compter de la commercialisation en 2004. Le modèle de la femme d’affaire pragmatique présenté par Frans Johansson est aujourd’hui largement recyclé  dans la presse anglo-saxonne mais aussi française pour opposer une France éternellement rétrograde aux sociétés multiculturelles apaisées et pleines d’intiatives. Le problème est que l’Australie n’est pas vraiment l’idyllique paradis multiculti vendu par une partie des médias.

En 2004, le nouveau « maillot » commercialisé par la société Ahiida reçoit, à la demande d’Aheda Zanetti, l’approbation du grand mufti de Sydney, le cheikh Taj Aldin al-Hilali. « J’ai obtenu un certificat ou ce qu’on appelle une fatwa du mufti », explique l’Australienne qui a déposé les marques « burkini » et « burqini »1. Le grand mufti de Sydney est un personnage qui gagne à être connu. Originaire d’Egypte, Aldin al-Hilali débarque en Australie en 1982 avec un visa touristique en poche, qu’il parvient à faire renouveler régulièrement durant plusieurs années. En 1988 cependant, alors qu’Hilali est depuis six ans sur le sol australien, il se lâche un peu trop lors d’un prêche enflammé à l’Université de Sydney, dans lequel il accuse les juifs de contrôler le monde « grâce au sexe, à la perversion sexuelle, ainsi que la promotion de l’espionnage, de la trahison et de la thésaurisation pécuniaire »2. Le ministre de l’Immigration Chris Hurford3 tenta sans succès de le faire expulser et Hilali parvint même à obtenir un statut de résidant après avoir fait amende honorable et profité en 1990 du remplacement de Chris Hurford par le plus compréhensif Gerry Hand.

Le 13 février 2004, s’exprimant devant les fidèles de la mosquée de Sidon, au Liban, Hilali s’emporte violemment contre les Etats-Unis et qualifie les attentats du 11 septembre 2001 d’« œuvre de Dieu contre les oppresseurs ». Interrogé par une journaliste de la chaîne de radio ABC quant à la signification de ses propos, Hilali se justifiera benoîtement : « En fait il s’agissait de poésie et dans la poésie nous faisons usage de l’imagination dans les représentations »4. Ah, ces poètes… Que ne leur pardonnerait-on pas ?

Le cas Hilali est intéressant car il est aussi le parfait exemple de ce qui peut aussi clocher dans le multiculturalisme anglo-saxon. Et si la presse étrangère regarde aujourd’hui avec horreur les « affrontements communautaires » de Sisco et l’oppression des malheureuses burkinistes, il faut rappeler que de tels incidents pourraient faire pâle figure à côté des émeutes de la plage de Cronulla près de Sydney. Le 11 décembre 2005, environ 5 000 personnes se rassemblèrent pour protester contre les vagues d’incidents récents perpétrés, selon les médias, par des jeunes d’origine libanaise habitant les banlieues Ouest de Sydney. Le rassemblement eut lieu à la suite de nombreuses confrontations et altercations, dont le viol d’une jeune Australienne et l’agression de trois sauveteurs une semaine plus tôt. Les violences se multiplièrent au cours des jours suivant : le 13 décembre, des coups de feu furent tirés sur une école catholique et une église dans le quartier de South Auburn et la violence commença à gagner d’autres quartiers de Sydney. Le 14 décembre, une église fut même détruite par le feu à Auburn. Comme de coutume dans les nations post-industrielles et postmodernes, tout se termina finalement par un rassemblement antiraciste, qui est un peu au vivre-ensemble ce que le banquet final est à un album d’Astérix.

En dépit du contexte tendu, le cheikh Hilali n’était toujours pas décidé à se faire oublier. Dans un prêche enflammé tenu au cours du mois de ramadan entre septembre et octobre 2006, celui qui avait accordé au burkini d’Aheda Zanetti un certificat de conformité islamique, saisissait l’occasion de préciser un peu plus à ses fidèles la nature de ses préférences vestimentaires : « Si vous placez de la viande dans la rue, dans le jardin ou dans un parc sans la couvrir et que les chats viennent la manger… qui doit-on blâmer, les chats ou la viande à l’air ? La viande à l’air, voilà le problème. Si elle (la femme) était restée dans sa chambre, chez elle, portant son voile, aucun problème ne serait arrivé. » On ne peut en effet rêver meilleur patronage que celui-ci… Un peu plus d’un an auparavant, Gerard Anderson, chroniqueur du Sydney Herald Tribune se félicitait tout de même que le cheikh Hilali soit naturellement amené à amender son langage face aux douces contraintes imposées par la démocratie et du multiculturalisme5.  Raté. En 2006, le cheikh persiste et signe en déclarant à des journalistes, après ses déclarations polémiques sur les femmes, qu’il ne démissionnera que « quand la Maison Blanche sera rasée », ce qui avait le mérite de fixer un calendrier assez vague. L’Association des Libanais d’Australie finit par obtenir de lui qu’il renonce à prêcher, au moins pour quelque temps. « Nous sommes parvenus à un accord pour qu’il prenne un peu de repos (…) et de temps pour voyager », déclare alors Tom Zreika, président de l’organisation, à l’issue d’une réunion d’urgence des responsables musulmans d’Australie. Au grand soulagement de tous, Hilali abandonne même ses fonctions de grand mufti de Sydney en 2007, remplacé par Ibrahim Abu Mohamed, dont on ne peut pas dire qu’il soit à même de susciter plus d’enthousiasme au vu de ses récentes déclarations. Après les attentats de Paris en novembre 2015, le nouveau mufti s’est gardé de formuler toute condamnation explicite des attaques et a simplement indiqué qu’il était de fait « impératif que tous les facteurs causaux tels que le racisme, l’islamophobie, la réduction des libertés en raison des politiques de sécurité, la duplicité des politiques étrangères et des interventions militaires soient soigneusement examinées. » Un communiqué ressemblant d’ailleurs beaucoup à celui que le CCIF avait publié quelques heures après les attentats de Nice.

Il était peut-être nécessaire de restituer un peu plus précisément le contexte particulier dans lequel est né le burkini au début des années 2000, afin, au moins, de tordre un peu le cou à la jolie fable de l’entrepreneuse immigrée qui crée le burkini au pays des kangourous et de la tolérance et invente une nouvelle façon d’être cool tout en restant halal sur la plage. Ceci dit, la polémique actuelle réussit à faire passer la France pour un pays désespérément crispé sur ses principes laïcs et le lobbying islamique pour un véritable combat libertaire. Quel que puisse être le ridicule ou l’outrance des arguments employés, la fascination pour la success story tant de fois relayée d’Aheda Zenatti, « Madame Burkini » montre bien que la bataille médiatique a été remportée avant même que celle des idées ait eu lieu.

Burkini, par magazinecauseur

  1. 25 août 2016
  2. http://www.smh.com.au/articles/2004/03/08/1078594293439.html
  3. http://www.abc.net.au/insiders/content/2003/s890658.htm
  4. http://www.smh.com.au/articles/2004/03/08/1078594293439.html
  5. http://www.smh.com.au/articles/2004/03/08/1078594293439.html

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Août 2016 à 20h25

      beornottobe dit

      “multiculti “……
      c’est un tout nouveau vaccin!!!!!! (faites vous vacciner avant l’hiver)

      • 30 Août 2016 à 20h26

        beornottobe dit

        remarque : il n’est pas “indemnisé” par la Sécu ! (Marisol n’a pas voulu)

        • 30 Août 2016 à 20h28

          beornottobe dit

          ni “remboursé” non plus cela va de soi !…..

    • 30 Août 2016 à 14h03

      persee dit

      “à la demande d’Aheda Zanetti, l’approbation du grand mufti de Sydney, le cheikh Taj Aldin al-Hilali.J’ai obtenu un certificat ou ce qu’on appelle une fatwa du mufti ” dit la créatrice du burkini : Alors comme ça, il n’y a rien de religieux, mais Eden 31, SVP expliquez moi la vie ….

    • 29 Août 2016 à 11h10

      beornottobe dit

      “on” parle de tout !…… sauf de l’essentiel!!!!!

    • 29 Août 2016 à 11h04

      beornottobe dit

      “on” parle de tout !……. sauf de l’essentiel! (ça fait des années qu’on le dit!)

    • 28 Août 2016 à 17h41

      Eden 31 dit

      Le burkini n’est pas un objet religieux, il n’est pas une prescription du coran, pas plus que le voile sur la tête.

      Il s’agit d’un usage propre à une certaine communauté, revendicative, sous soumission aveugle à des extrémistes fanatiques, mais à contrario insoumise aux usages locaux et au bien vivre ensemble de notre pays.

      Si cette communauté, sectaire, voulait être discrète et non pas provocante elle aurait d’ailleurs un burkini discret dans des teintes blanches ou très claires et non pas systématiquement, et sévèrement, noir et moulant… en plein soleil.
      Il y a une volonté manifeste de provocation.
      Il suffit de voir leur pouvoir à manipuler des associations d’extrême gauche et leur réactivité à poursuivre en justice sachant la justice française mole et laxiste à leur avantage.
      Leur objectif n’est pas leur intégration, mais la désintégration de notre société.

      Lorsqu’on vient dans un pays, qu’on en a l’autorisation, voir l’honneur, d’y entrer et d’y séjourner, ou même quand on y né, on s’identifie aux usages qui y sont en pratique. Le contraire est une provocation qui doit être sanctionnée, si elle est une régression ou une tentative de prosélytisme vers des usages sectaires.

      Les européens se sont battus pour être nus sur les plages dans les années 60, et ont obtenu des plages spécifiques naturistes ou nudistes où ils sont encore nombreux, et proche de la nature et en paix, sans revendication religieuse ou prétendue telle.

      Nous n’avons pas à revenir en arrière pour la seule tentative de provocation d’islamistes fanatiques, dont on sait de quoi ils sont capables ; car tels restent toujours leurs objectifs : le recule des usages en pratique en Occident et la soumission des femmes, manipulées pour les plus stupides, à une prétendue religion qui n’existe pas et relève plutôt d’une secte de fanatiques. Les sectes étant pénalement sanctionnables, ce qu’a occulté le Conseil d’Etat.
      Pourquoi-pas aussi tenter de nous imposer la polygamie.
      Imposer un vêtement couvrant

      • 28 Août 2016 à 17h43

        Eden 31 dit

        Imposer un vêtement couvrant à une femme sous prétexte d’une religion c’est la priver de sa propre liberté.
        Priver de liberté c’est l’objectif de l’islamisme fanatique.
        Liberté, égalité…

        On rève !
        On rève éveillés dans un pays qui a déjà trop lâché par des politiques qui n’ont vu qu’à court terme leur élection ou leur ré-élection, sans vision de maintenir une société Française unifiée sur des valeurs communes au patrimoine certain pour lesquelles les anciens se sont pourtant battus au péril de leur vie.

        La France recule, les touristes nous évites par peur des attentats, notre aura s’éteint car nous sommes tirés vers le bas par cette médiocrité qu’on veut nous imposer, bien loin de valeurs progressistes.

        Bien plus facile de cacher une arme sous un burkini, burqa, niqab… voila aussi la nouvelle armée insidieuse de la secte islamiste.
        D’ailleurs ces personnes ont déjà des plages où elles sont acceptées, de l’autre côté de la méditerranée. Qu’elles y aillent ou y retournent. En outre il s’agit d’anciens territoires français (département Français, et autres sous protectorat), où nous avons déjà reculé et abandonné, leur y laissant toute place libre à leur disposition comme le demandaient déjà leurs islamistes, à l’époque dénommé non pas Etat Islamiste mais le FLN et ses fellaga (« casseurs de tête » en arabe), manipulateurs des foules locales influençables, naïves et sottes.
        Visiblement ça ne leur suffit pas, pour eux la conquête n’est pas terminée… et ils viennent ici, sur nos terres historiques, République laïque, de culture et d’usages Chrétiens.

        Arrêtons de reculer ou le déclin est assuré.

        Il y a eu Paris, et Nice.
        Mais n’oubliez jamais New York le 11 septembre 2001, 3000 morts.
        Ni Oran le 5 juillet 1962, jour d’indépendance de l’Algérie, là aussi 3000 morts, civils français pensant pouvoir rester en Algérie après l’indépendance, tous tués par les islamistes… 54 ans déjà…
        et l’histoire continue.

        Français réagissez.

    • 28 Août 2016 à 13h59

      Kastal Ben dit

      “Les chats ou la viande à l’air?”.
      Mais quelle stupidité que de comparer l’homme à un chat qui agit par instinct.
      Pour les islamistes l’homme perd sa raison devant cette “viande à l’air”