Burkini: un étrange tour de passe-passe | Causeur

Burkini: un étrange tour de passe-passe

Autopsie d’un ratage

Auteur

Régis de Castelnau

Régis de Castelnau
est avocat.

Publié le 05 septembre 2016 / Politique Religion

Mots-clés : , , ,

Le port, volontaire ou non, du burkini, est l’expression d’un combat mené contre l’ordre républicain. On aurait donc dû laisser les maires appliquer la loi, sous le contrôle du juge, sans qu'il soit besoin de légiférer.
burkini conseil etat islam loi

Marwan Mohammed, dirigeant du CCIF, devant le Conseil d'Etat. Sipa. Numéro de reportage : AP21942980_000004.

Le Monde avait donc raison. Après l’ordonnance du 26 août 2016, suspendant l’arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet il avait titré « le Conseil d’État met fin aux arrêtés anti burkini ». Ce que j’avais considéré dans ces colonnes comme étant faux, le juge s’étant contenté de rappeler que l’on pouvait restreindre des libertés, dès lors qu’on établissait existence de risques de troubles à l’ordre public, mais que la commune de Villeneuve-Loubet n’en avait pas rapporté la preuve. C’était donc une décision d’espèce, pas de principe. Ce qui s’est produit par la suite jette aujourd’hui un autre éclairage sur cette décision, et nous confronte à un étrange tour de passe-passe.

Tenir compte du contexte

Les autres arrêtés soumis aux juridictions du premier degré ont été systématiquement suspendus, parfois même alors qu’ils avaient été validés une première fois par le même tribunal. Ce qui change tout. Le propre d’une décision juridictionnelle est de délivrer une vérité pratique. Qui ne concerne d’abord que l’espèce qu’elle tranche, mais peut comporter des aspects qui lui donnent une portée plus générale. Le fait que les tribunaux de première instance se soient ensuite alignés, sur la position du Conseil, quitte à se déjuger,  donne a posteriori à l’ordonnance du 26 août le caractère de décision de  principe! Avec comme conséquence principale, que la question de la nature exacte du burkini n’a pas été posée. Vêtement banal choisi par ceux qui le portent, ou emblème d’un combat politique et religieux ? Parce que si le port d’un tel vêtement est bien évidemment susceptible dans tel endroit précis et dans telles circonstances précises de provoquer des troubles à l’ordre public, comme le disaient les arrêtés, l’analyse du message qu’il porte dans son rapport au contexte dans lequel il est porté est tout à fait essentielle.

Un habit ontologiquement neutre ?

Cette analyse n’a semble-t-il pas été faite par les juridictions, lui donnant ainsi le caractère d’un vêtement ontologiquement neutre. Lorsqu’il a s’agit d’interdire, à juste titre, les « apéros saucisson pinard » et les distributions aux SDF « de soupe au cochon », on a examiné le caractère de discrimination interdite véhiculé par ces manifestations. Si j’ai quelques doutes concernant la bonne foi de certains des maires qui ont pris la trentaine d’arrêtés anti burkini, je suis plutôt d’avis que les mises en scène sur la plage de Nice à une dizaine de mètres du massacre étaient autant de provocations. Mais cette question n’a même pas été examinée.

Ce faisant, le dispositif mis en place par la combinaison de l’ordonnance du Conseil d’État et des décisions conséquentes des tribunaux administratifs pose quand même de sacrés problèmes juridiques. Il y a d’abord une discordance avec une jurisprudence constante et séculaire qui fait obligation au juge d’apprécier le risque de troubles à l’ordre public que pourrait présenter l’exercice d’une liberté fondamentale. Il y a ensuite le refus d’analyser l’expression en elle-même du message émis par l’usage du burkini, et cette façon de sanctuariser ce vêtement, étant quand même dans la situation actuelle, une drôle de façon de se débarrasser du problème.

Anéantir les libertés ou les organiser ?

Mais il y a plus sérieux, le caractère probablement inconstitutionnel de la position des juridictions administratives dans la façon dont elles ont jugé de la légalité des arrêtés. En effet, la vie civile est pleine de ces interdictions qui sont autant d’atteintes aux libertés, qu’on ne remarque plus parce qu’elles font partie de la vie de tous les jours. Les limitations de vitesse et les sens interdits entravent la liberté d’aller venir, comme l’interdiction d’aller sans autorisation dans la propriété du voisin. On est libre de fumer, mais on ne peut pas le faire n’importe où, on peut s’habiller comme on l’entend, mais il n’est pas recommandé, de se balader tout nu dans la rue etc. etc. Ne multiplions pas les exemples que tout le monde connaît, mais pour illustrer les délires qui se sont emparés des opposants aux mesures d’interdiction, et montrer où se situe le droit, on relèvera une perle trouvée dans le déferlement de ces textes tout d’emphase et de logomachie.

« Lorsque l’ordre politique et juridique s’autorise à disqualifier la volonté individuelle d’un citoyen parce que ce citoyen adopte un comportement jugé irrationnel, mortifère, dégradant ou indigne, alors, ce n’est rien de moins que l’anéantissement de toute liberté qui peut se profiler », explique la juriste Stéphanie Hennette-Vauchez. Cet anarchisme de pacotille est très sympathique, mais il est proprement inepte. Qualifier et disqualifier ce qui doit l’être, « L’ordre politique et juridique », fait ça toute la sainte journée, et c’est même son boulot ! Égorger son voisin est effectivement passablement mortifère, et « l’ordre politique et juridique », il n’aime pas trop. Il a donc promulgué un Code Pénal pour dire que ce n’est pas bien et l’interdire. Alors, « l’ordre politique et juridique » qui est le gouvernement du pays va s’autoriser non pas à anéantir les libertés mais à les organiser. Et dans une démocratie républicaine comme la France, les citoyens vont se mettre en tas pour décider de ce qu’ils veulent, pour ensuite élire des gens pour le mettre en œuvre, le tout dans un cadre juridique normé. Être contraint de rappeler ces évidences, finit par être un peu angoissant.

Pour les mesures ponctuelles comme la « soupe au cochon » ou le burkini, où « L’ordre politique et juridique » est représenté par le maire, la question est délicate car s’agissant de porter atteinte a priori à une liberté, l’existence d’un risque de troubles à l’ordre public doit être avéré. Il peut se déduire d’un certain nombre d’éléments qui doivent donc être analysés.

Arbitrer entre liberté et ordre public : le raisonnement de la loi Gayssot

Prenons un exemple particulièrement significatif des raisonnements utilisés pour rendre les arbitrages entre respect des libertés et maintien de l’ordre public, il s’agit de la loi Gayssot. Que nous dit-elle ?

« Seront punis des peines prévues par le sixième alinéa de l’article 24 ceux qui auront contesté, par un des moyens énoncés à l’article 23, l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945 et qui ont été commis soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 dudit statut, soit par une personne reconnue coupable de tels crimes par une juridiction française ou internationale. »

Par conséquent, l’expression d’un négationnisme, quelle que soit la bonne foi éventuelle de l’auteur est considérée par nature comme causant un trouble à l’ordre public. Saisi d’une QPC , 8 janvier 2016 le Conseil Constitutionnel a validé ce texte en rappelant que sur la base de l’article 34 de la Constitution : «il est loisible au législateur d’édicter des règles concernant l’exercice du droit de libre communication et de la liberté de parler, d’écrire et d’imprimer ; qu’il  lui est également loisible, à ce titre, d’instituer des incriminations réprimant les abus de l’exercice de la liberté d’expression et de communication qui portent atteinte à l’ordre public et aux droits des tiers ». Et le conseil poursuit : « Considérant que les propos contestant l’existence de faits commis durant la seconde guerre mondiale qualifiés de crimes contre l’humanité et sanctionnés comme tels par une juridiction française ou internationale constituent en eux-mêmes une incitation au racisme et à l’antisémitisme ».

On va naturellement répondre que tout cela n’a rien à voir, qu’il s’agit d’un vêtement et que la liberté de s’habiller comme on l’entend est une liberté terriblement fondamentale. Et que si l’on y touche pour le burkini c’est la mort de la République, les heures sombres, le croissant jaune remplaçant l’étoile jaune, et, horreur, l’atteinte à la liberté des intégristes d’emburkiner leurs femmes et maintenant leurs enfants.

Rien à voir ? Voire.

Mais s’il s’agit d’un vêtement ?

Toutes les libertés fondamentales sont concernées, le vêtement étant lui aussi, c’est une banalité que de le rappeler, un moyen d’expression. Une preuve ?

Que nous dit l’article R645-1 du Code pénal ? Il est interdit « de porter ou d’exhiber en public un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes qui ont été portés ou exhibés soit par les membres d’une organisation déclarée criminelle en application de l’article 9 du statut du tribunal militaire international annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945, soit par une personne reconnue coupable par une juridiction française ou internationale d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité ». Le port de ces vêtements constitue bien, en lui-mêmesi l’on suit le raisonnement du Conseil Constitutionnel, une incitation au racisme et à l’antisémitisme.

L’on va à nouveau nous répondre que nous serions en présence d’un cas particulier et que l’on ne peut pas assimiler l’expression d’une idéologie religieuse dans des vêtements, celle de l’islam intégriste, à l’idéologie nazie. J’en conviens bien volontiers, mais nous discutons ici de principes juridiques qui sont les supports de l’instauration de prescriptions à caractère général. C’est si vrai que la Cour de Cassation vient récemment d’adopter une jurisprudence en s’appuyant sur ce type de raisonnement à propos du mouvement BDS préconisant le boycott des produits venant de l’État d’Israël. Cet appel au boycott est considéré par la Chambre Criminelle comme étant par nature l’expression d’une discrimination antisémite. Et les porteurs de t-shirts siglés BDS, considérés eux aussi comme support du message ont été verbalisés. Sans parler des porteurs de T-shirts « Manif Pour Tous » eux aussi verbalisés parce qu’évidemment homophobes…

Alors, le débat sur ces vêtements, dont l’islam intégriste essaie de banaliser le port dans l’espace public, doit impérativement avoir lieu. C’est d’ailleurs le cas, puisque nombreux sont ceux qui ont posé la question du message envoyé par le burkini. Tout comme en face se sont exprimées les partisans de sa neutralité quelles que soient les circonstances, et ceux pour qui le fait qu’il s’agisse d’une contrainte pour la femme, est sans importance. Pour ma part, je considère que le port, volontaire ou pas, de ces vêtements, est l’expression d’un combat mené contre l’ordre républicain et ses fondements. Un combat séparatiste et communautariste qui fait de soi-disant principes, d’un islam dévoyé, des normes supérieures à celles de la République. Je conçois parfaitement que ces positions soient contestées, mais elles sont massivement partagées par la population française. Le débat démocratique, c’est ça.

Pas besoin de loi, appliquons le droit français tel qu’il est

Mais justement, il convient d’en tirer les conséquences et  de le trancher. Il appartenait aux juridictions de le faire plutôt que de se livrer, à cette contorsion passablement jésuitique qui a envoyé la balle dans le camp du législateur. On aurait peut-être pu se dispenser de cette étape, en laissant les maires, sous le contrôle du juge, régler le problème en appliquant le droit français tel qu’il est aujourd’hui.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Septembre 2016 à 17h01

      Granville dit

      Je n’étais pas au courant de cette décision du Conseil constitutionnelle mais je la trouve assez déplorable. Estimer que l’expression des idées visées est en soi un trouble à l’ordre public est assez gratuit. L’ordre public n’a jamais été particulièrement affecté par les délires de Faurisson quand il était en mesure de les diffuser librement. Du reste, c’est l’expression elle-même de ces idées qui serait un trouble à l’ordre public, pas leurs conséquences.
      Autrement dit, le Conseil constitutionnel valide l’idée de “safe space” qui a beaucoup de succès dans les universités américaines et qui consiste à interdire purement et simplement l’expression d’idées qui dérangent un certain nombre de gens.
      Les négationnistes sont des falsificateurs antisémites, et pratiquement tout le monde le voit parfaitement. L’expression de leurs idées est sans doute désagréable pour certaines personnes, mais jusqu’à un certain point seulement parce qu’elles sont évidemment fausses et que le mensonge ne peut blesser que superficiellement.
      Si tel est l’argument du Conseil constitutionnel, alors ce dernier a aboli la liberté d’expression et a trahi son mandat sur la base d’un argument qui n’en est pas un, mais qui s’identifie plutôt à une affirmation sortie de nulle part.

      Du coup, baser un argumentaire en faveur de l’interdiction du burkini sur cette décision devient modérément convaincant. Effectivement, depuis janvier 2016, on peut d’un point de vue juridique interdire à peu près n’importe quoi du moment qu’on déclare que c’est un trouble à l’ordre public, même si absolument aucun trouble n’a été concrètement causé par ce qu’on souhaite interdire. C’est assez irréfutable.

      Ce vers quoi on se dirige si l’on répond de cette façon à l’agression islamiste, c’est une sorte de politique de maintien de la paix autoritaire qui multipliera les interdictions de tous les côtés afin d’obliger les gens à se tenir tranquille. Ce n’est pas vraiment réjouissant.

    • 6 Septembre 2016 à 20h12

      Jean0308 dit

      non mon vieux , je ne te ferais pas ce plaisir . je reste ici nananère !
      J’ ai trop de tunes en France , pays que j’aime et mes voisins m’apprécient comme Juif impénitent !!!
      par contre toi , pépère , tu m’as l’air complètement taré :
      antisémite , raciste , traitre à ton peuple , ignare mais quel bordel dans ta tête !
      On te paie combien pour baver ici sur des gens que tu ne connais pas ? bref t’es pas un homme mais une serpillière , une lavette , une merde quoi ! évites stp de m’envoyer tes éructions à l’avenir , tu n’apportes rien au débat ni à moi ni aux autres . t’es un pauvre gars quoi !
      bien le bonsoir de Tsahal

      • 6 Septembre 2016 à 20h18

        Lector dit

        “éructions” très joli. Tout comme l’autoportrait que tu traces ici. Mais va donc te chercher un dico.

        • 6 Septembre 2016 à 22h45

          zigomar dit

          Eruccions? éruque Sion? éruxions? éruchzion? aire uxions? hérychions? 

    • 6 Septembre 2016 à 19h42

      Jean0308 dit

      schlomo43 à lector dit

      abonnes -toi à libé et à l’Osbs , ici , t’es pas dans les clous , tu perds ton fric et ton temps .
      Tu dois certainement avoir des factures et des impôts à payer ou fais-toi , plaisir , vas au bordel !

      • 6 Septembre 2016 à 20h09

        Lector dit

        pauv’ débile sectaire ! Tes conseils tu te les appliqueras à toi-même et ça nous fera des vacances. Ancien chevènementiste comme E. Lévy, puis UDF, ça fait plus de 20 piges que je me torche avec Libé. Par contre, si tu n’as pas compris que dans n’importe quel autre canard il y a de bonnes signatures (et aussi de mauvaises), c’est que tu n’es qu’un imbécile godillot.

    • 6 Septembre 2016 à 19h01

      Naif dit

      Ce que j’aime bien en lisant les articles de Régis de Castelnau, et d’autre d’ailleurs, c’est que presque à chaque fois l’auteur nous fait une démonstration magistrale de l’absence de république en france. Nous vivons dans une dictature de fait où les tribunaux appliquent une idéologie exterminatrice et le peuple n’a rien à dire.

      • 6 Septembre 2016 à 19h54

        i-diogene dit

        Les tribunaux appliquent la loi républicaine..

        On n’ est pas en Israël, on est en France..!^^

        - Tu peux faire ton Alya au lieu de critiquer les institutions françaises..
        - tu peux aussi voter FN: après les communautés musulmanes, il éradiquera, à coup sûr, la communauté sioniste..!^^

    • 6 Septembre 2016 à 13h45

      accenteur dit

      La devise de la République est liberté, égalité, fraternité. Peut-on imaginer que nos anciens inspirés par les Lumières aient pu choisir les 3 termes à la légère ? Non, ils ont compris – cf K.Marx plus tard, “le renard libre dans un poulailler libre” – que la liberté sans limite imposerait la loi du plus fort, alors ils ont ajouté, l’égalité des droits entre tous les individus. Ainsi l’égalité des droits donne une limite à la liberté. Pour preuve, les USA se flattent d’être le pays de la liberté, tandis qu’ils sont le pays du génocide des Indiens, le pays d’un capitalisme effréné, le pays des noirs pauvres toujours stigmatisés, de la vente libre des armes faites pour tuer etc.
      La liberté de se vêtir sans tenir compte de l’égalité des droits entre tous les individus (donc de l’égalité homme/femme) est une erreur celle commise par beaucoup dont le CE.
      Les hommes musulmans se baignent en maillot de bain banalisés, sans signes distinctifs religieux, seules les femmes sont tenues à la pudeur recommandées par l’islam. Pourquoi acceptent-elles cette injustice dictée par la religion ? Elles le font soit sous la contrainte – et il faudrait en avoir le cœur net – soit volontairement, parce qu’elles se considèrent comme combattantes de l’islam-isme, comme “soldates de l’oumma”.
      Dommage que le CE ait pris une décision sans réflexion réelle. Imposer un traitement inégal homme/femme, est une atteinte à notre conception de l’égalité et un signe d’obédience aux pays musulmans qui portent atteinte aux droits à l’égalité.
      Liberté sans égalité des droits n’est qu’injustice.

    • 6 Septembre 2016 à 8h16

      QUIDAM II dit

      La rose rouge était l’emblème des Lancastre ; la rose blanche celui des York…
      Ne serait-ce qu’en raison des disputes et des polémiques qu’il a sucitées, le burkini est un vêtement véhiculant un sens idéologique manifeste et provocateur : le burkini est l’emblème des islamistes.
      Une rose peut ne pas être pas simplement une fleur ; un burkini peut ne pas être seulement un vêtement de plage.

      • 6 Septembre 2016 à 19h31

        Jean0308 dit

        a lecteur dit ! de la la part de Schlomo43!
        facile d’insulter les gens derrière son écran , pauvre fiotte .
        on n’a pas garder les porcs ensemble alors tu m’envoies des réponses intelligentes ou tu traces ta route ….

        • 6 Septembre 2016 à 20h13

          Lector dit

          apprend déjà à utiliser internet et placer tes commentaires au bon endroit, petite bite.

    • 6 Septembre 2016 à 7h17

      thierryV dit

      Nous n’avons pas su aménager notre laïcité .Elle est plus un outil de combat anti clérical qu’un aménagement de la vie en commun .La preuve.Il fallait inscrire notre civilisation dans notre constitution et rendre toute arrivée impromptue soluble dans l’obligation culturelle .
      Maintenant , la laïcité est un boulet qui désarme tout initiative .De plus elle entraine certains membres de notre société a opposer des fleurs aux morts . Et ça c’est de la trahison pure simple ,qui consiste a désarmer , face au péril, sa propre communauté.
      Il faudra bien un jour poser les questions qui fâchent et avertir ces pyromanes , au nom de notre nation .Je sais , c’est bien loin du soutient psychologique , de l’utérus artificiel , du pétard pour abrutis et du revenu universel , mais il serait temps d’atterrir .

    • 6 Septembre 2016 à 3h01

      Livio del Quenale dit

      i-diogene 5 Septembre 2016 à 18h11dit : &&& Le combat est ailleurs que sur cette bagarre de chiffonniers..!^^ &&&
      -
       Grosse erreur ! Le combat (la lutte) est là aussi! Peut-être plus qu’ailleurs, c’est comme une propagande qui ferme l’espace de liberté en tapissant petit à petit les fenêtres et les ouvertures, qu’ouvre la laïcité laquelle n’est pas une religion comme le colporte quelque esprits ignorants.
      La laïcité: espace de liberté offerte à chacun à condition de respecter la liberté des autres.
      Cette liberté,en occident, est érigée en droit mais a son pendant : les devoirs , il n’y a pas de mystère.

      Depuis des siècles l’occident lutte contre l’obscurité, cherchant “les lumières” dont rêvent d’ailleurs ceux qui font l’inverse de ce qu’il faut. N’ayant toujours pas compris que pour grandir il faut séparer les pouvoirs des églises et des états et laisser un espace de liberté sur la place publique: la laïcité, où tous ceux qui ont des opinions et des religions différentes puissent coexister. 
      …/… 

      • 6 Septembre 2016 à 3h11

        Livio del Quenale dit

         L’obscurantisme est une manière archaïque de mener les masses populaires, mais celle-ci ont aujourd’hui les moyens de savoir qu’elle ne savent rien de ce qui les élèveraient. Notamment, de savoir faire le distinguo entre religion et foi.
        Aussi que l’on peut nourrir et transcender sa foi sans pratiquer une religion.
        Foi qui n’est pas une croyance mais une conviction.

        Religion, sorte de réponse à l’appel d’une propagande d’emprise qu’il faut pratiquer et qui vous occupe une grosse partie de la journée.
        Surtout si la religion, est avilissante pour la moitié du peuple et rétrogradant pour l’autre.

        La chrétienté catholique leur a montré ce qu’il ne faut pas faire en ayant justement commis les même erreurs quelques siècles avant eux. Des esprits ouverts se serviraient de ces acquis pour aller plus haut et s’ouvrir vers la créativité, le planning familial et apporter son lot de découvertes et ainsi entrer à parité dans le concert des nations.

         La terre se rétrécis par cette poussée démographique dramatique touchant à la folie que génère l’ignorance des masses et l’inconscience avide des dirigeants.

        Des guerres pour la survie s’annoncent : celle de l’eau potable, des terres agricoles non polluées, de l’espace vital … Et ce, en plus de celles que nous avons déjà pour l’énergie.

         mais encore les deux plus stupides : les religions autoritaires et leur cupidité et cupidité plus générale de sectes financières occultes .

         Conclusion : les détails sont les briques et la force de la globalité, que l’on peut d’ailleurs rapprocher de “l’effet papillon”.

        -  

        • 6 Septembre 2016 à 3h35

          Jean0308 dit

          soyez plus précis s’il vous plait à propos de
          toutes les religions svp ?

          l’obscurantisme est exclusivement dans l’islam , pas ailleurs .
          vous mélangez tout un vaste saladier .
          on ne pend pas les gays , on ne met pas les femmes adultères ( et alors quelle importance l’adultère hein ? ) dans un trou sur lequel se déverse un camion benne de caillasse , on ne coupe pas les mains des voleurs , on ne décapite pas au sabre . On peut vous en raconter des pages . Tout le monde ou presque est connecté sur la toile et voit les horreurs islamiques sur Youtube entre autres horreurs .
          Le relativisme” intellectuel ” ne prend plus ,il est ” has been “, il est derrière nous , mort.
          Ce qui doit importer c’est le présent et notre avenir

        • 6 Septembre 2016 à 3h42

          Lector dit

          l’obscurantisme ne serait que dans l’islam ? Première nouvelle. Quant à l’homosexualité, vous prétendez que les deux autres monothéismes n’y trouvent rien à redire ? Et vous parlez de relativisme ? Hahaha.

        • 6 Septembre 2016 à 3h50

          Jean0308 dit

          @ lector dit !

          l’obscurantisme est consubstantiel à l’islam .
          l’ islam une religion ? non ce n’est pas une religion , faites l’effort de vous instruire

        • 6 Septembre 2016 à 3h56

          Lector dit

          pfff débile, tu crois que nous files un scoop là ? Fais donc un effort toi-même pauv’ rigolo, au lieu de répéter des arguties sans nuances que tout le monde connait ! Bien sûr que l’islam est une religion et qui possède un aboutissant politique, comme les deux autres monothéismes ; imbécile !

        • 6 Septembre 2016 à 4h03

          i-diogene dit

          Tiens, mon Jeannot, ce n’ est qu’ une approche différente de l’ histoire, avec des erreurs, mais aussi des vérités:

          http://www.diatala.org/article-la-chronologie-du-monotheisme-est-elles-exacte-118958785.html

        • 6 Septembre 2016 à 19h35

          Jean0308 dit

          y en a marre de la repentance

        • 6 Septembre 2016 à 19h45

          i-diogene dit

          Jeannot,

          - “y en a marre de la repentance”..

          Bin oui, on se confesse et on recommence..!^^

          Ceici pour dire que la place des femmes dans les trois religions mono-théistes… C’est à la botte de l’ homme..

          Ce sont les femmes qui vaincront l’ obscurantisme des trois religions du livre maudit..!^^

      • 6 Septembre 2016 à 3h13

        i-diogene dit

        .. Et c’ est en posant des interdits que tu voudrais les libérer et les inciter à s’émanciper..?

        Mouhahaha..!^^

        • 6 Septembre 2016 à 3h48

          Lector dit

          bah, l’Gene, ce n’est pas non plus dans la soumission (fut-elle à dieu plus qu’aux hommes, disent-elles) qu’elles trouveront leur émancipation (mise à part du terrestre donc spirituelle, disent-elles tjrs… mais il semblait que tu excluais ce genre là^^)

        • 6 Septembre 2016 à 3h58

          i-diogene dit

          Evidement, Lector,.. Salut..

          L’ émancipation ne peut se faire que depuis l’ intérieur vers l’ extérieur..

          On ne peut pas contraindre quelqu’un à s’ émanciper contre son gré, or
          qu’ est-ce qu’ un interdit, sinon contraindre..

          C’est contre-productif puisqu’ au contraire cela engendre un repli communautaire..

          Les femmes musulmanes luttent de l’ intérieur, aussi bien au Maghreb, qu’ en Iran, Qatar, Yemen, etc..

        • 6 Septembre 2016 à 4h04

          Lector dit

          Salut, ouep, ça vient généralement de l’intérieur comme tu dis ; la preuve de Jésus à Luther et Calvin :))))))))

          Mais quitte à vouloir se distinguer, il est des séparations émancipatoires… n’est-ce pas ?

        • 6 Septembre 2016 à 4h13

          i-diogene dit

          Franchement, je vois pas bien en quoi une séparation peut être émancipatoire..:

          Dès qu’ on met une barrière entre deux humains, il y aura forcément de la bagarre..

        • 6 Septembre 2016 à 4h18

          Lector dit

          séparation de l’Eglise et de l’Etat en l’occurrence… eh oui !

          Et sinon, la burqa est bien une barrière… d’ailleurs c’est ce qu’était à l’origine le hijab : un rideau (pour séparer les femmes du prophète de la concupiscence de ses propres disciples^^

        • 6 Septembre 2016 à 15h13

          saintex dit

          C’est précisément le contraire. La bagarre ne commence qu’à l’instant où on lève la barrière. Tu peux faire une expérience au zoo de Bangkok avec les barrières de la fosse aux tigres. Ou dans un autre zoo qui tient des loups, et avant le repas. Homo homini lupus.

        • 6 Septembre 2016 à 20h16

          Lector dit

          Saintex, c’est bien parce que tu contextualises que tu ne peux tirer là une règle qui aurait valeur absolue.

        • 6 Septembre 2016 à 21h41

          saintex dit

          Objection votre honneur. Il ne s’agit pas du tout de contexte. En réfléchissant aux sesn de barrière, j’ai trouvé une différenciation possible.
          1 – Si les barrières sont physiques et directes, la barrière sépare et ma remarque est sans discussion.
          2 – Si elle n’est pas directement matérialisée mais possède un support physique (loi-justice-police-administation pénitentiare, ça devient un sujet de philo.
          3 – Si elle est uniquement mentale, on peut trouver qu’elle sépare contre la bagarre, qu’elle y pousse, avec selon les cas tous les intermédiaires et extensions. Et ça peut aller loin.
          Globalement, nous devons être concernés par plus de cas “séparatoires” entre nos quatre murs. Et si idrogène veut lancer un sujet de philo, il faut qu’il indique les domaines de définition. Sinon ça risque d’avoir l’air loufoque.

        • 6 Septembre 2016 à 21h50

          Lector dit

          ah bon Saintex, le zoo ne faisait pas contexte dans ton commentaire ? Ben si. Sinon, tu sais, la barrière n’est qu’un maigre obstacle pour qui sait la franchir…

        • 7 Septembre 2016 à 10h27

          saintex dit

          Si peu savent franchir les barrières dont ils s’entourent, et le débat sur le moment de renversement d’un barrière physique selon sa géométrie et éventuellement son fichage est de l’ordre de la mécanique.

    • 6 Septembre 2016 à 0h11

      NBG dit

      On voit bien pour ma part toute l’inanité d’un projet d’interdiction du burkini que, dans sa logique constitutionnelle, le Conseil d’Etat n’a pas approuvée.

      Tous les “causeurs” de notre pays n’y pourront rien ou tout juste invoquer ce trouble à l’ordre public qui n’a jamais eu lieu et surtout pas en Corse où le burkini n’était pas en question.

      Quand on voit cette image de cette femme entourée de quatre policiers
      qui l’obligent à se dévêtir ou à quitter les lieux d’une plage tranquille, on est en droit de se poser la question de quel trouble il peut bien s’agir …

      Le trouble de notre pensée dévoyée par une idéologie du rejet nous
      faisant remiser une partie de notre liberté fondamentale ?

      Et si trouble il y avait, quel serait le rôle de la police ? Intervenir auprès de cette femme ou la défendre ?

      Quel retournement de situation quand l’agressée devient subitement l’agresseur d’une conception morale et liberticide d’une certaine pensée occidentale…

      Et cela au nom de la liberté de la femme !
      Cette liberté de la femme qu’on préfère voir à la maison plutôt que sur une plage !
      Un comble ! Cachez ce burkini que je ne saurais voir …

      Cette photo a fait le tour du monde et nous fait porter le poids d’une certaine honte pour le pays des droits de l’homme.

      Dans cette logique d’interdiction, pourquoi ne pas interdire le naturisme qui serait un grave trouble à l’ordre public si ses adeptes n’étaient pas “parkés” sur des plages spéciales ?

      Pourquoi admet-on un lieu spécial pour une catégorie de personnes qui
      ont droit à des lieux de plaisance pour pratiquer leur nudité en opposition à notre vivre ensemble (les “textiles bien que point interdits y sont très mal vus et plutôt absents) et refuserait-on ce même vivre ensemble à ces quarante femmes qui ont “envahi” nos plages ?
      (38 P.V. exactement, bigre !).

      A quand une loi contre les nudistes qui bravent l’ordre moral admis par tous et qui vampirisent une partie de nos plages ?

      • 6 Septembre 2016 à 0h57

        i-diogene dit

        Hé oui..:

        - certains en font une crise d’ urticaire allant-même jusqu’ à remettre en cause la la constitution et les lois (DDH et laïcité)..

        - Et c’ est là que réside le vrai danger..: une dérive vers le totalitarisme..

      • 6 Septembre 2016 à 1h42

        Jean0308 dit

        Il se trouve que cette tenue est rejetée par l’ écrasante majorité des français ( des français et pas des “touristes “qui se sont attardés en France ). ce n’est pas de la pudeur( qui implique un certain sens de la discrétion et du respect du pays d’accueil ) mais de l’ exhibition grossière justifiée par des motifs pseudos-religieux. le port du burkini est indéfendable comme la burqa ou le hidjab. La gestion des Corses sur leurs plages est excellente et plébiscitée sur le continent . C’est la voie à suivre
        soit on tape les mauvais , soit on se fait taper dessus !

        Causeur n’est pas Médiapart ou Libération et vos arguments ont un goût rance . ceci dit , tous à poils même les chiens mais pour vous je crois que ce sera difficile . baste
        Schlomo43

        • 6 Septembre 2016 à 2h00

          i-diogene dit

          Mon pôv Jeannot,

          - A propos de gourance, je pratique le naturisme depuis les années 70, quand c’ était formellement interdit..!

          - Quant aux idées putrides des racistes de tout poils, elles ne font certainement pas consensus en France, malgré tes affirmations fantaisistes..

          - Le Conseil d’ Etat a tranché, ils ne reste plus aux 38 maires qu’ à respecter la loi et la constitution..

          - A moins de faire un coup d’ Etat et de mettre en place une dictature totalitaire, je ne vois guère de solutions alternatives..!

          - mais 38 maires pour 36 529 communes métropolitaines.. C’est pas gagné..!^^

        • 6 Septembre 2016 à 3h40

          Jean0308 dit

          Schlomo43

          comme tout le monde , je constate qu’il y a en un a qui a une drôle de semoule dans la tête … faut arrêter le gros rouge et le chichon mon gars ou bien visites la concurrence !

          Schlomo43

        • 6 Septembre 2016 à 3h52

          Lector dit

          haha commentaire typique du suiviste godillot qui se croit au dessus du panier mais qui rêve d’entre-soi…

        • 6 Septembre 2016 à 19h34

          Jean0308 dit

          moi aussi j ‘ai pratiqué mais peinard le naturisme dans les années 80 et à la demande générale !
          on aimait tant les bêêêtes de foire :-)

    • 5 Septembre 2016 à 23h51

      Patrick dit

      Un combat séparatiste et communautariste qui fait de soi-disant principes, d’un islam dévoyé, des normes supérieures à celles de la République
      Mais non, l’islam n’est pas dévoyé : c’est sa véritable nature ! Le coran est hostile aux juifs, aux chrétiens et aux athées et exige au mieux leur soumission, au pire leur extermination. Ce n’est pas plus compliqué que cela !

    • 5 Septembre 2016 à 23h20

      papyrageur dit

      1) Une fois de plus, l’état a montré sa lâcheté et son incompétence crasse.
      2) Les islamistes et leurs alliés bobo-islamo-gaucho doivent bien se marrer, sur le dos de ces c…s de français, en quoi d’ailleurs ils n’ont pas tort….

    • 5 Septembre 2016 à 20h41

      Guenièvre dit

      “Que les femmes, mêmes hostiles au projet islamiste, aient intériorisé d’une manière inconsciente leur infériorité du fait de la chose inconvenante qui doit être couverte qu’est leur corps est, en soi, une insulte à tout humaniste qui se respecte.”
      “prétendre aujourd’hui que le burkini est un vêtement comme les autres est une insulte au combat qu’ont mené et que mènent les femmes arabes tous les jours pour faire évoluer leurs acquis -ou pour juste les sauvegarder – et pour changer les mentalités qui se ré-enlisent depuis quelques décennies de désenchantement national dans le bourbier identitaire.”
      Maya Ksouri
      Avocate et chroniqueuse politique tunisienne.

      • 5 Septembre 2016 à 22h17

        saintex dit

        T’as raison Guène, t’as bien causé. Mais maintenant tu m’ramènes mes pantoufles, une roteuse, et tu r’tournes à la cuisine sans moufter.
        Et ouais ça étonne, mais suffit d’savoir leur parler !!!!

        • 5 Septembre 2016 à 22h30

          Guenièvre dit

          Tu sais pourquoi les blagues sur les femmes ne font jamais plus de deux lignes ?

        • 6 Septembre 2016 à 9h45

          Lector dit

          parce qu’elles auraient besoin d’être consolées…

        • 6 Septembre 2016 à 12h56

          saintex dit

          Parce que les hommes ne sont pas capables d’en articuler plus ?

      • 5 Septembre 2016 à 22h43

        i-diogene dit

        Aussi bien pour les filles que pour les garçons, il devrait être interdit de les endoctriner avant leur majorité:

        - c’ est un viol de leur intégrité mentale et de leur liberté intellectuelle..

        Ceci est valable pour TOUTES les religions..!^^

        • 6 Septembre 2016 à 3h06

          Lector dit

          Faut que la femme enfante dans la douleur voyons ; c’est le burkini mental judéo-chrétien, étanche au bain émancipatoire ; en bref enlisé dans le bourbier identitaire…

        • 6 Septembre 2016 à 9h18

          Guenièvre dit

          “Ceci est valable pour TOUTES les religions..!^^”

          Il est vrai que c’est une consolation pour toutes les femmes comme Maya Ksouri, une vraie consolation de savoir que c’est comme cela dans TOUTES les religions !!

        • 6 Septembre 2016 à 15h10

          saintex dit

          Les chiffres de la péridurale sont fluctuants entre 70 et 81%. L’un dit, 77% des accouchements par voie basse, ce qui élimine clairement les anesthésies liées à la césarienne. Mais ça ne laisse que 3% concernés par ce jugement : “Faut que la femme enfante dans la douleur voyons ; c’est le burkini mental judéo-chrétien, étanche au bain émancipatoire ; en bref enlisé dans le bourbier identitaire…”.
          Première conclusion, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain émancipatoire. Deuxième conclusion, bienvenu dans la confrérie des vieux, lesquels se laissent abuser par des souvenirs antiques, c’est à dire de plus de six ans. Dingue, non ? Conclusion trois, même Monseigneur Barbarin a choisi d’accoucher sous péridurale, et ça c’est un cygne (sorte de vilain petit canard). Conclusion quatre, tiens, tu prends le taf de IMHO ! Conclusion cinq, tout ça est tout de même amusant ))))

        • 6 Septembre 2016 à 20h46

          Lector dit

          Conclusion quatre fait le job du causeux moyen qui a raté qqs épisodes. :)

        • 7 Septembre 2016 à 10h30

          saintex dit

          ))) Et encore, nous n’avons pas étudié Jeanneton, sa faucille, larirette et larirette, la coupe des joncs (et probablement des glands) et ses trois morales.

        • 7 Septembre 2016 à 10h33

          saintex dit

          Au fait, j’ai oublié le lien qui donne 20% de césarienne et du coup les chiffres sont devenus abstraits.

    • 5 Septembre 2016 à 19h03

      maxou dit

      Les musulmanes se voilent pour éviter d’être violées elles savent que tous les musulmans sont des violeurs potentiels : c’est ma déduction et elle me semble cohérente car mahomet avait pris pour épouses certaines captives de guerre, dans le coran une sourate parle des orphelines dont l’homme s’occupe avant de les prendre pour épouses, alors avoir un acte sexuel avec une fille à qui l’on a tué père, frères, fils, oncles (tous les mâles de sa famille) ressemble bien a du viol.

      • 5 Septembre 2016 à 22h40

        GHMD dit

        Ben quoi ? Bien sûr,c’est comme cela qu’on faisait depuis les temps les plus préhistoriques. L’épouse du musulman intégriste, radical, c’est sa femelle. Que dire d’autre ?

    • 5 Septembre 2016 à 18h36

      Tonio dit

      “..des tensions communautaires qui ne devraient pas exister…”
      N’est-ce pas une évidence que tension il y a parce qu’il y a concurrence entre deux communautés?
      La communauté nationale et la communauté musulmane ?
      Qui a forgé les armes de cette tension ?
      Les Français de 14-18 et de 39-45 ou les mollahs de 2001?
      Jusqu’à ce jour l’Etat n’a rien entrepris pour résorber ces tensions ou combattre leurs fauteurs; au contraire “il” organise des démonstrations de contrition officielle, des commémorations qui ne coûtent pas un sou de loyauté civique, il adoube les imams radicaux au lieu de les enfermer ou les expulser.

      Faire sans faire, tout en faisant, c’est la tactique hollandaise pour être réélu à coup sûr…

      • 5 Septembre 2016 à 18h58

        beornottobe dit

        résultat ; “il” ne sera pas réélu! ( il se présentera même pas)

        • 5 Septembre 2016 à 22h00

          Jean0308 dit

          il serait atteint des premiers symptômes de la maladie d’ Alzheimer dit-on
          à la poubelle comme l’autre

    • 5 Septembre 2016 à 18h30

      Letchetchene dit

      DUFLOT sur BFMTV avec le BOURDASSE!!!

      “Verte ” à l’extérieur, ” rouge ” à l’intérieur !
      ” COMME LA PASTÈQUE”

      Au moins elle nous rafraichi en cas de chaleur pas comme la DUFLOT qui nous gonfle!! et c’est peu dire….

    • 5 Septembre 2016 à 18h22

      IMHO dit

      Le port d’un uniforme, un insigne ou un emblème rappelant les uniformes, les insignes ou les emblèmes ne constitue pas “en lui-même, si l’on suit le raisonnement du Conseil Constitutionnel, une incitation au racisme et à l’antisémitisme ” comme le prétend RDC.
      La réponse de la Cour Constitutionnel à la QPC sur la loi Gayssot ne vaut que pour la loi Gayssot, et le négationnisme, qui en effet en niant la réalité du génocide des juifs, “ouvre un boulevard” à la propagande antisémite en discréditant ceux qui auraient inventé le mensonge du génocide et donc en premier lieu, les juifs et donc en discréditant en même temps leur moralité .

      L’article R645-1 appartient au Livre VI : Des contraventions
      Titre IV : Des contraventions contre la nation, l’Etat ou la paix publique.
      Le port de ces uniformes est une atteinte à la paix publique, il est scandaleux, il choque ceux qui le voient et surtout ceux qui ont été, eux ou des parents, victimes des porteurs de ces uniformes, mais ce n’est pas une incitation à l’antisémitisme ou quoi que ce soit, plutôt le contraire, par le dégoût que cette exhibition doit susciter .
      Donc, il n’y a aucun article d’aucun Code applicable au burkini, et si on en veut un il faudra le voter, ce qu’i s’annonce burlesque .
      Quant à la conclusion de l’article, là moi pas comprendre .

      • 5 Septembre 2016 à 19h25

        Pipelettoide dit

        Quand je vois un burkini ou un voile je ne peux m’empêcher de penser à toutes les victimes innocentes et les exactions de l’EI  (I comme islamique c’est pourquoi le politiquement correct préfère daech, dans cette langue l’islam est moins visible )où est ma liberté de ne pas avoir à supporter cela ? 

        • 5 Septembre 2016 à 20h01

          IMHO dit

          Un burkini n’est pas un uniforme, c’est une maillot de bain.
          D’autre part l’objet d”une liberté est par définition
          un acte: on a le liberté d’aller et de venir ou de ne pas bouger, ce quie es tuna

        • 5 Septembre 2016 à 20h19

          IMHO dit

          Un burkini n’est pas un uniforme, c’est un maillot de bain.
          Pas votre liberté, votre droit: on est libre de faire ou de ne pas faire, mais on n’est pas libre d’exiger que votre voisin de palier soit catholique, mais on a le droit d’exiger qu’il ne fasse pas de tapage nocturne.
          Le droit suppose une lésion si on est privé .
          Donc vous auriez effectivement le doit d’exiger l’interdiction du burkini, pour le déplaisir qu’il vous donne, mais ce droit se heurtera à celui de se baigner qu’ont les musulmanes, et ce serait donc à un cour de justice de décider lequel des deux droits est le plus lésé par l’exercice de l’autre .
          Tentez votre chance, demander à Régis de Castelnau de plaider votre cause .

        • 6 Septembre 2016 à 0h27

          NBG dit

          Tiens, vous rejoignez Daech qui lui aussi ne peut voir un burkini et l’interdit comme l’Arabie saoudite …