Burke et les pathologies françaises | Causeur

Burke et les pathologies françaises

Egalitarisme, universalisme, destruction des traditions: notre époque n’a rien inventé

Auteur

Jean-Philippe Vincent
est directeur d'études d'économie à Sciences Po Paris

Publié le 31 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

En 1790, dès les débuts de la Révolution, Edmund Burke, père fondateur du conservatisme, a dénoncé les dangers de l'égalitarisme, l'hypocrisie de l'universalisme abstrait et la volonté des progressistes de faire table rase du passé. Ça ne vous rappelle rien?

Edmund Burke.

Pourquoi les Français doivent-ils, aujourd’hui plus que jamais, lire Edmund Burke et, tout particulièrement, ses Réflexions sur la révolution en France, très heureusement rééditées aux Belles Lettres1?

Pas parce que Burke peut être considéré comme le père fondateur du conservatisme moderne, lequel conservatisme connaît ces temps derniers un regain d’intérêt en France.

Non, la raison évidente de relire Burke pour un Français d’aujourd’hui, c’est le diagnostic qu’il faisait en 1790 d’un certain nombre de passions françaises et, disons-le carrément, de certaines pathologies sociales, culturelles et politiques. Or ces pathologies se sont exaspérées à un point que Burke n’aurait pas soupçonné. Examinons-les et voyons en quoi le diagnostic du docteur Burke était fondé et sage.

Passion n° 1 : la monomanie de l’universel

On pourrait résumer l’article premier de la foi du catéchisme républicain à : « La France est la patrie des droits de l’Homme. » Effectivement, depuis 1789, la France a fréquemment déclaré des droits de l’Homme. Cette manie de la déclaration est récurrente : 1789, 1793, 1848, 1946, 1958, sans compter l’ineffable contribution française à la déclaration universelle des droits de l’Homme (1948). On se demande pourquoi François Hollande n’a pas fait sa déclaration des droits de l’Homme ! Mais si la France et les Français ont le génie de la déclaration, ils n’ont guère celui de la pratique des droits en question : la Terreur, les Empires, les massacres de 1848 et de 1871, l’horreur de Vichy, l’abomination de l’épuration, la guerre d’Algérie, tout cela ne témoigne guère d’un amour vrai et apaisé des droits de l’Homme. Burke avait flairé d’emblée l’imposture de la manie déclarative et de la prétention universaliste. Toutes deux lui faisaient horreur. Au surplus, inconvénient que Burke n’avait pas pressenti, prétendre que la France est la patrie des droits de l’Homme a une conséquence : tous les étrangers ont vocation à se sentir chez eux en France. Il en résulte que ceux qui sont nés français ne se sentent plus vraiment chez eux. C’est un inconvénient de la monomanie universaliste qui commence à être ressentie assez durement par beaucoup de Français.

A lire aussi >> Notre entretien avec le philosophe conservateur Roger Scruton 

Passion n° 2 : la monomanie de l’égalité

Burke écrivait en 1790 : « Qui veut niveler ne rend pas plus égal. » La France se distingue en effet par sa passion égalisatrice. Mais cette quête monomaniaque de

[...]

  1. Edmund Burke : Réflexions sur la révolution en France, collection « Le goût des idées », préface de Philippe Raynaud, Les Belles Lettres, 2016.

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Février 2017 à 16h34

      Schlemihl dit

      les causes profondes de la Révolution sont l’ absolutisme de la monarchie française , la séparation des ordres de la société , la destruction des corps intermédiaires et des assemblées délibérantes , l’ incapacité de se réformer . J’ y ajouterai la victoire complète de la monarchie après la Fronde et l’ absence d’ ennemis dangereux pendant plus d’ un siècle . On a besoin d’ ennemis pour savoir se défendre .

      Mais les rois de France avaient ils le choix ? à la différence des rois d’ Angleterre , ils étaient menacés , toujours et toujours , d’ une invasion étrangère . La France n’ est pas un île . et les rois de jadis pouvaient voir le destin des peuples qui avaient évité le despotisme centralisé et la destruction de l’ aristocratie , et qui étaient moins bien protégés que les peuples de Grande Bretagne .

      Ces peuples , c’ étaient Irlande Italie Allemagne et Pologne .

      • 5 Février 2017 à 14h03

        Pierre Jolibert dit

        Et on peut faire remonter encore plus loin la liste des noeuds jamais tranchés ni renoués. Je m’inquiète un peu des désirs vifs de lecture exprimés ci-dessous : Burke est profitable en lui-même, et pour goûter les passions anglaises. Mais si l’on s’intéresse avant tout aux passions françaises, ce n’est pas forcément à ces Réflexions écrites un peu dans l’excès de l’urgence qu’il faut s’en remettre, plutôt à l’examen de Tocqueville, plus rassis et attentif à distinguer les rythmes d’évolution.
        Il y a entre les divers noms dont le cumul clôt l’article pas mal de différences.

    • 2 Février 2017 à 16h00

      AMA dit

      Si Burke a discerné les pathologies françaises, il ne semble pas en avoir déterminé les effets destructeurs à long terme. L’état des lieux 2017 est là pour illustrer l’étendue des ravages dus aux idées utopiques et révolutionnaires de ces intellectuels et philosophes qui ont détruit une si belle civilisation jusque dans ses fondations.

    • 1 Février 2017 à 22h54

      Pierre Jolibert dit

      On notera un point commun non négligeable entre Burke et Prévost-Paradol : la défense des causes perdues dans l’intégrité de leurs Empires respectifs.
      Burke, qui est libre-échangiste, a soutenu tout le long de sa carrière le principe d’une puissance possible combinée à un plus juste équilibre entre l’Etat et les colonies : il a critiqué la pression fiscale du gouvernement North sur l’Amérique et à cru jusqu’au bout à la possibilité d’un nouvel accord sans indépendance, et celle-ci n’aurait-elle pas eu lieu qu’il aurait été peut-être plus facile d’appliquer là-bas les vues qu’il avait d’autre part sur un acheminement progressif à l’abolition de l’esclavage. Et il jugeait de même de ce qui concernait l’Inde et son Irlande natale.
      Dans un tout autre contexte, un autre libéral, Prévost-Paradol misait tout sur un empire français ancré entre autres outre-Méditerranée, avec des formes inédites de naturalisation.
      Étant une bille en traduction, je laisse tel quel ce passage des Reflections de 1790 sur les vertus de la constitution non-écrite anglaise, wherein, by the disposition of a stupendous wisdom, moulding together the great mysterious incorporation of the human race, the whole, at one time, is never old, or middle-aged, or young, but in a condition of unchangeable constancy, moves on through the perpetual decay, fall, renovation and progression. Versez-le en italien, ça ne déparerait pas la méditation d’un prince sicilien.
      Thus, by preserving the method of nature in the conduct of the state, in what we improve we are never totally new ; in what we retain we are never obsolete. By adhering in this manner and on those principles to our forefathers, we are guided not by the superstition of the antiquarians, but by the spirit of philosophic analogy.

    • 1 Février 2017 à 19h24

      Fada dit

      Pour ceux qui voudraient enfin voir la révolution sous son vrai aspect social, je recommande la lecture d’un magnifique roman “Le conte des deux cités/villes” de Charles DICKENS.

    • 1 Février 2017 à 16h48

      Caillaux dit

      Puisqu’on en est aux références historiques, je suggère de comparer les motivations de Macron avec le saint-simonisme, celui qui a inspiré tant Louis Napoléon ou les frères Pereire. Peut être avec une relecture plus récente d’Albert Sauvy. Qui a même exprimé son espoir de développement dans un livre intitulé l’Europe “en marche”.

    • 1 Février 2017 à 15h26

      Giacomo dit

      Excellent exposé que devraient bien lire – ainsi que les ouvrages recommandés par JP. VINCENT – certains hommes politiques dignes de diriger la France (ils ne sont pas nombreux) principalement chez LR, ou Mr. JF Poisson, lequel, malheureusement est encore bien loin d’être compris par les français, car hors système et surtout ostracisé et non diffusé par les médias principalement de gauche qui ont pris le pouvoir. Et si par malheur c’est encore cette gauche – égalitaire et égalitariste…sauf pour elle-même – qui est élue en mai prochain, c’en est fini et bien fini de notre belle France dans tous les sens du terme.

    • 1 Février 2017 à 14h26

      Hannibal-lecteur dit

      Mon copain le clodo, il est
      1/ contre la justice sociale : il dit ” p’t'être que malgré moi je suis une parcelle de société, mais la société elle est que dalle pour moi, qu’a vienne pas me faire ch… ”
      2/ il dit ” droits pour tous ? J’en veux pas. Laissez ça aux cons qu’ont des devoirs. J’veux pas d’devoirs.”
      3/ il dit ” égalité? Mon cul égalité, personne n’est mon ėgal, et j’en veux pas des égal-s, des aussi-cons-que-moi …je veux des friqués qui me filent de la thune et des connards pour leur piquer leur thune, voilà.”
      4/ il dit ” égalité des chances ?    ????   C’est quoi la chance? “. 

    • 1 Février 2017 à 14h07

      Broquere dit

      Cette soi-disant passion française pour l’égalitarisme est en fait un refus du succès ou d’une quelconque supériorité des autres. C’est simplement de la Jalousie!
      D’ailleurs dès que le Français -comme les autres humains- en a la possibilité il s’attribue des faveurs et des avantages qui le distinguent des autres, cf nos élus mais pas qu’eux….

    • 1 Février 2017 à 12h20

      Schlemihl dit

      Qui a entendu parler de Burke Tocqueville Taine Prevost _ Paradol ? et pourquoi pas Anatole France , le vieux con qui prédisait la bombe atomique en 1908 ! Lisez les cahiers proudhoniens , les instituts d’ étude marxiste , les traités sur les outrages infligés à la planète Gaïa , les ouvrages sur les médecines douces , la sagesse des ” primitifs ” qui vivent en harmonie avec la nature , enfin du neuf et ne nous ennuyez pas avec des vieilleries , c’ est cul poussiéreux ringard !

      Ouais Burke disait que les Français s’ occupaientd’ un homme abstrait et non des Français réels , que la révolution évoluerait vers l’ anarchie , le règne d’ une bande de criminels et que tout finirait par une dictature militaire . Tocqueville disait que le socialisme lui semblait impraticable , que l’ égalité des conditions était la loi du monde moderne , que la révolution avait été un malheur mais aussi une nécessité et que l’ Ancien régime n’ avait pas su se réformer , que les lois devaient tenir compte des réalités et de l’ intérêt commun . Taine craignait les socialistes , n’aimait pas le Commune et redoutait la tyrannie et la toute puissance de l’ état . lui aussi disait que l’ Ancien régime s’ était suicidé . Presvot Paradol disait à ses contemporains que l’ Allemagne marchait vers l’ unité et serait bientôt un ennemi dangereux et agressif ( il disait dans les années 1860 , mais tout le monde savait bien que les allemands sont des gens doux et paisibles , comme tous les blonds d’ailleurs ) .

      On pourrait dire aujourd’ hui que le gouvernement par la pègre n’ est pas souhaitable et que la Russie va vers de nouveaux malheurs . Que la faiblesse est le plus grand danger d’ un gouvernement , en France ou ailleurs . Que notre politique d’ immigration et d’ éducation est folle , criminelle , ou les deux . Qu’ une formation politique qui ne tient pas compte de la volonté populaire court vers la ruine , comme une union d’ état décidée dans un club de gens riches . Que la guerre atomique ….

      • 1 Février 2017 à 13h39

        Hannibal-lecteur dit

        Schlemihl, traiter À. France de vieux con, c’est vous qualifier vous-même. Intelligence subtile, compréhension parfaite de son époque, usage délicieux de la langue des dieux, le français, oui, ce grand Monsieur, s’il pouvait mesurer à l’aune de votre prose ordinaire et de votre logique assise sur vos a priori idéologiques les compliments que vous lui faites en serait fort satisfait : vous savez : le plaisir sans pareil de passer pour imbécile aux yeux d’un imbécile. 

        • 1 Février 2017 à 13h45

          steed59 dit

          visiblement tu ne comprends pas le langage schmelilien

        • 1 Février 2017 à 14h02

          Schlemihl dit

          Hannibal , jugez vous mêmes

          A France prédisait que les peuples européens allaient s’ entre exterminer dans une guerre effroyable
          Il dénonçait le colonialisme qui lui semblait ressembler un peu trop au banditisme
          Il ne comprenait pas que les Jaunes étaient racialement inférieurs aux Blancs et disait gravement qu’en battant les Russes sur terre et sur mer ( en 1904 1905 ) les Japonais s’ étaient mis dans un mauvais cas et qu’ils auraient du se laisser massacrer selon les lois de la guerre coloniale . Les Russes avaient récemment démontré la supériorité de leur civilisation en noyant dix mille Chinois dans l’ Amour
          Il avait pris le parti du capitaine Dreyfus quand ce n’ était pas du tout de bon ton
          Il s’ était fourré dans la tête que l’ humanité allait utiliser les forces nées de la désintégration de la matière pour construire des bombes d’ une efficacité terrifiante ( en 1908 )
          Il pensait que la religion avait encore un grand pouvoir sur la multitudes des ânes ( il avait voulu dire les âmes )
          Il appelait le Sultan Abd el Hamid , un peu tueur d’ Arméniens , le Grand Saigneur
          et bien d’autres sottises .

          Comme Aragon , j’ outrage sa mémoire ( avez vous déjà giflé un cadavre ? ) et je m’ efforce de penser bien …comme Aragon , justement , dévoué stalinien .

          Je suis Vert , je veux sauver la Terre , je recherche les vraies causes du ” terrorisme ” , qui est d’ailleurs de la Résistance , je hais la finance , je suis antisioniste , je sais que les races n’ existent pas ,j’attends avec impatience la bombe atomique iranienne , j’ adore M Poutine , je méprise les sciences exactes , je veux que la France accueille TOUS les migrants , je suis enthousiasmé par M Mélanchon et M Hamon , je souhaite à la France un Chavez ou un Castro , je crois que Pinochet a été le plus cruel dictateur du 20ème siècle ….

          Alors j’ appelle Anatole France un vieux con . J’ en sais quelque chose : je connais l’ Ile des Pingouins par coeur !

        • 1 Février 2017 à 14h03

          Hannibal-lecteur dit

          L’ours, l’égalité des droits est difficile à combattre, mais l’égalité des chances est un cas particulier, plutôt bizarre : car souhaiter l’égalité des chances c’est souhaiter de la chance à ceux qui n’en ont pas, pas autant qu’il faudrait, disons, et conduit à instaurer une inėgalité des moyens pour compenser le défaut de chance. C’est un peu contradictoire, enfin, paradoxal de viser un objectif d’égalité par mise en œuvre d’une inégalité de moyens…
          Comme quoi, l’égalité, c’est bien le pire des concepts, l’erreur majeure de la révolution : à remplacer aux frontons de nos mairies par ” Excellence “. D’urgence ! 

        • 1 Février 2017 à 14h09

          Hannibal-lecteur dit

          Eh bé, c’est bien possible : rien pigé en prenant au premier degré …
          Mes excuses, mais qui touche à Anatole s’expose à des réactions exagérées de ma part… 

      • 1 Février 2017 à 14h11

        malinamodra dit

        ???? VOUS AVEZ VOULU DIRE QUOI EXACTEMENT?

        • 1 Février 2017 à 14h14

          malinamodra dit

          Marrant, je pensais que l’absinthe était interdite!

        • 1 Février 2017 à 14h23

          Schlemihl dit

          Malinamodra , à qui parlez vous ?

          Au fait l’ absinthe est autorisée à nouveau , bien qu’elle cause des troubles cérébraux , comme le dit la chanson

          Donnez moi de l’ absinthe , afin que je m’ enivre ….

          Défiez vous de l’ absinthe ……

          en russe tchernobyl ( herbe noire )

          Je m’ en défie en effet et j’ai réduit ma consommation à deux litres par jour .

        • 1 Février 2017 à 15h05

          malinamodra dit

          Ah vous êtes marrant finalement. C’est vrai, j’avais pas réalisé Cierno byl !!!upieme spolu na zdravie Krasputina !
          Au fait j’en connais un qui en a fabriqué de la bonne! Si Si c’est vrai
          Et vous avez raison c’est plus interdit mais celle qu’on trouve dans le commerce est parait-il un peu dégueulasse. Seuls les tchèques ont gardé la vraie tradition!

        • 1 Février 2017 à 16h44

          Schlemihl dit

          Il y a absinthe et absinthe ….. on ne confondra pont l’ absinthe de M Horak ( Budejovice ) avec celle de M Immerschlass ( Verchovice ) , qui est bien meilleure . Quand la Bohême gémissait et pleurait sous le joug tricentenaire je m ‘ approvisionnais déjà chez M Immerschlass .

          Abstème comme un fou , je supporte mal les excès , et si j’ai poussé ma consommation à quatre bouteilles l’autre jour , c’ était pour avoir , lors de l’ anniversaire de M Donald Tusk , ingéré sept à huit litres de vodka ( de la Wyborowa naturellement qui est la seule potable ) . J’ai si j’ ose dire appliqué la méthode mais non la dose ) homéopathique : similia similibus curantur .

          Conseils de sobriété qui ne sont peut être pas superflus ici . MM Biegler Dub Draschner Lukas et Baxa me comprendront , même si ils emploient ici d’autre noms .

    • 1 Février 2017 à 6h06

      lafronde dit

      Merci pour cet article clair, qui démontre les travers de notre Régime. Question bibliographie, L’Ancien Régime et la Révolution de Tocqueville et Les Origines de la France contemporaine d’Hippolyte Taine. 

    • 31 Janvier 2017 à 20h59

      radagast dit

      Je suis un hooligan culturel , n’étant pas abonné je n’ai pu lire l’intégralité de l’article .
      Je suis aussi un conservateur parfaitement assumé et ce depuis mes plus jeunes années , un conservateur par tempérament , par caractère , mais il y a sans doute aussi des conservateurs par raison ou par choix.
      Je ne connais E Burke que depuis que j’ai entendu Madame Bérénice Levet à la radio .
      Avec elle et Laetitia Straucht-Bonart le conservatisme a de sympathiques défenseurs.
      Donc je me réjouis que l’on parle si bien du conservatisme , tout en ayant bien soin de le différencier de l’esprit réactionnaire .
      Depuis que j’ai découvert la formule Guépardienne : “il faut que tout change pour que rien ne change ” je l’ai adoptée .
      Je pense qu’à ce stade tous les progressistes de ce site auront envie de me descendre en flèche .
      Je n’ajouterai que ceci : ce que je viens d’écrire , énormément de Français le pensent ou le vivent .

      • 31 Janvier 2017 à 21h37

        malinamodra dit

        Oui sauf que Strauch Bonnart est une ânesse de concours. Elle n’a manifestement rien compris à ce qu’était la réaction!
        Dans une analyse hégelienne ou marxiste, en tout cas dialectique, la réaction est le moment de la contestation de l’ordre établi. Il s’accompagne nécessairement d’un “c’était mieux avant” de la part des …conservateurs. Mais ce mouvement est porteur d’un dépassement pour générer un ordre nouveau, qui aura intégré le précédent.
        La vision écologiste est profondément réactionnaire (elle trouve cependant les faveurs des conservateurs comme de Villiers). Elle doit cependant déboucher théoriquement sur un mieux qui n’est pas la chasse au diésel par Âne Hidalgo mais la mise en ouvre de nouvelles technologies dont la seule viable me semble être dans ce domaine le moteur à Hydrogene
        LSB devrait prendre du LSD avant de pondre dans le Point! ça ferait des oeufs en clé de sol et ce serait marrant

        • 31 Janvier 2017 à 21h50

          radagast dit

          Mon cher je ne me risquerai pas à argumenter là dessus avec vous .
          Il me semble néanmoins que cela se comprend parfaitement dans les faits .
          Sont appelés réactionnaires ceux qui veulent tout simplement un retour à la situation antérieure .
          (exemple type les ultras de la Restauration )
          Sont appelés conservateurs ceux qui exigent devant toute innovation un droit d’examen , et d’être libre de l’accepter ou de la rejeter selon ce qui leur paraît bon.
          (il me semble que vous dites un peu cela aussi)
          Les deux sont réunis par la détestation de l’idéologie du progrès.

          Oui la vision écologiste , la vraie , et assez profondément réactionnaire ou au moins conservatrice , il y a longtemps que je le pense et parfois l’écris .
          Et ce n’est pas le moindre des paradoxes de notre époque que de voir appeler “écologiste” des partis d’extrême gauche.
          A par ça que pensez-vous de Chesterton ?

        • 1 Février 2017 à 9h06

          malinamodra dit

          Oui Radagast
          J’ai lu un article de cette Laetitia dans LePoint
          Je crois qu’il y a deux choses qu’il faut distinguer
          1. les réactionnaires qui veulent revenir à l’ordre antérieur et qui sont le plus souvent une infime minorité parce qu’on ne remonte pas le temps
          2 la réaction qui est tout autre chose: dans Atlantico il y a une interview de Peggy Sastre sur le “masculinisme” réaction des hommes au féminisme aux USA: les masculinistes ne sont pas des nostalgiques du temps où les femmes ne votaient pas et faisaient la cuisine . Ils dénoncent en clair les discriminations dont sont victimes les hommes en raison des excès du féminisme
          Pour être clair, le masculinisme n’aurait pu exister s’il n’y avait pas eu le féminisme . En revanche ceux qui sont nostalgiques de l’ordre antérieur n’ont pas eu besoin du féminisme pour exister
          Et c’est en quoi LSB est soit idiote soit escroque
          nb le correcteur d’orthographe m’indique qu’escroque existe bien! une victoire de Caroline My Ass !
          De Chaterton je sais pas, connais pas mais … pour ma part qui suis abonnée je n’arrive pas à lire la suite de l’article

        • 1 Février 2017 à 12h36

          Schlemihl dit

          Les écologiste sont d’abord des menteurs , ils sont une secte religieuse et ne savent pas ce que c’ est que l’ écologie .

          Ils sont accessoirement réactionnaires mais rien ne sortira d’ eux , ni par la dialectique ni par une manivelle , qui me parait , comme la brouette , beaucoup mieux pensée que la dialectique .

          Chesterton a écrit un chef d’ oeuvre sur les sociétés secrètes complots conspirations et autres balançoires : Le nommé Jeudi ; à lire ! et en plus c’ est très rigolo .

      • 1 Février 2017 à 13h48

        Hannibal-lecteur dit

        Radagast, le conservatisme peut être aussi considéré comme le meilleur tremplin pour construire l’avenir, car le passé tel quel est bien la plus solide des assises puisqu’elle est celle qui a existé. 
        Conserver ces assises ne signifie pas s’y cramponner pour qu’elles se répètent ….enfin, pas pour tout le monde et tant pis pour ceux-là qui qui ne voient pas que la vie, c’est le contraire de l’immobilisme.
         

        • 1 Février 2017 à 14h04

          Renaud42 dit

          Construire l’avenir est un fantasme de progressiste.
          On ne peut construire qu’un futur réifié.
          L’avenir c’est l’imprévisible qu’on laisse advenir en construisant au présent afin que le destin ne se charge pas de remettre les pendules à l’heure douloureusement.

        • 1 Février 2017 à 15h45

          Hannibal-lecteur dit

          La méthode pour construire l’avenir – façon de parler – est, je vous l’accorde, le prochain acte concret …mais cet acte peut avoir une intention à plus long terme, …viser l’avenir , non?

        • 2 Février 2017 à 13h19

          Renaud42 dit

          Quand quelque chose peut être visé c’est que cette chose est dans le passé et non l’avenir. C’est pourquoi les progressistes sont par principe des faussaires.
          Un projet dans le futur c’est un passé maquillé, travesti en avenir.
          Quand ce système reste marginal l’avenir, c’est à dire la vie, parvient encore à se faufiler.
          Mais avec l’envahissement des projections, de l’utilitarisme, de la calculabilité, des algorithmes, des biotechnologies, etc. la vie étouffe, l’entropie se diffuse comme un cancer où le Même s’auto-reproduit.
          Et cela avec la bénédiction de gouvernements dégénérés et jusque dans la reproduction biologique des individus.

      • 1 Février 2017 à 22h32

        Pierre Jolibert dit

        Bonsoir Radagast,
        je ne sais quel jour il y a sur France Culture une rubrique coup de coeur de Grands Noms, il n’y a pas longtemps c’est Boris Cyrulnik qui s’épanchait sur sa découverte du Guépard (film).
        Et de vanter, après le toutchanger/rienchanger, le dialogue Lancaster/Reggiani à la chasse. Mais c’était pour dire que boudu que c’est merveilleux les temps nouveaux, ce garde-chasse qui peut enfin l’ouvrir face à son maître… Pas un mot sur le contenu de la discussion : Reggiani qui est furieux que son vote contre l’unité par fidélité aux Bourbons qui ont payé ses études de musique n’ait même pas été compté par ce fayot de bourgeois de maire. Le dialogue du conservateur et du réac aussi intégral qu’imprévu, c’était peut-être trop dur pour l’auditeur moyen.

        • 2 Février 2017 à 8h51

          radagast dit

          Il s’agit je crois de Don Tuméo , l’organiste et non le garde chasse , et ce passage est en effet celui que je préfère , un des sommets de l’ouvrage .
          Et d’une certaine façon ce dialogue magistral est un peu le reflet de mon dialogue intérieur .

        • 2 Février 2017 à 9h28

          radagast dit

          Et en effet il n’avait rien compris Cyrulnik , il aurait d’abord du lire le livre et non se contenter du film .
          Don Tumeo ce n’est pas un garde chasse qui peut enfin l’ouvrir face à son maître , c’est un homme entre deux mondes , homme du peuple mais ayant étudié , c’est le partenaire de chasse du prince et un peu son confident en même temps que sa conscience .
          Je pense que le possesseur de ce blog ne m’en voudra pas de donner ce lien :

          http://blogpatrickgermain.blogspot.fr/2016/07/le-palais-du-guepard-palerme.html

        • 2 Février 2017 à 19h53

          Pierre Jolibert dit

          Merci pour le lien.
          Oui pardon je m’étais mis en tête qu’il faisait office aussi d’une sorte de régisseur pour cette maison-là.
          Je n’ai pas lu le livre, mais la scène du film est suffisamment claire sur les origines sociales de l’homme (et ce qu’il dit sur la mère de Cardinale, désolé pour le livre je trouve ça plus commode avec les acteurs).
          Pour le roman, je remplaçais dans un lycée général (quel calvaire) la 1ère année où il a été au programme de lettres des Terminales L. Si vous aviez vu la tête de la professeur chevronnée de Lettres classiques formée à l’ancienne et en fin de carrière… elle ne pouvait rien en faire de ce roman, disait-elle avec condescendance. Pour Romeo & Juliette et les contes de Perrault, encore, pas de problème, elle pouvait faire tous les corrigés de dissert sophistiqués possibles et imaginables. Mais non là vraiment, le Guépard, il n’y avait strictement rien dans le parcours d’un(e) bon(ne) élève né(e) vers 1945 et formé(e) au canon secondaire de la bonne République de Naguère et au summum de la scolastique des années 60 qui le/la préparât à mettre en fiches un roman historique aussi anachronique, oeuvre quasi unique à tonalités suspectes de l’époux d’une émigrée lettone à particule et qui pouvait à peine prétendre relever de la Litttttératurrrrrrre.
          Ce sont les mêmes antiquarians chevronnés (voir infra) qui ont fait le même coup du mépris quand on leur a collé à l’examen les Mémoires de de Gaulle, je ne sais plus si c’était avant ou après.

    • 31 Janvier 2017 à 19h47

      malinamodra dit

      Cette canaille de Mettout , vopo à l’Express: il “modere”, se fend d’un article intitulé
      Sur le net, les trolls de Trump votent Le Pen! Le titre est clairement non modéré
      En voici un passage
      Appel à la modération
      Dédiabolisation et droit européen obligent, @The French Resistance et les modérateurs de la Taverne des patriotes appellent leurs ouailles à la raison: “Pas de racisme ou d’antisémitisme, si vous tenez de tels propos on vous le fera signaler (sic) une fois et si vous continuez, c’est le ban”. Des précautions dont ne s’embarrasse pas l’oncle d’Amérique: sur “The Great Liberation of France”, on dépeint régulièrement un Hexagone menacé, entre autres, par l’islam, les homosexuels, les “merdias” et les Noirs.

      On est ravi !!! on n’a plus le droit de dire : les merdias: 3 ans de camps!!! Weg und schnell! sonst sofort hingerichtet!!
      désolé pour le doublon mais le Causeur a du estimer que j’en avais dit assez

      • 31 Janvier 2017 à 22h43

        IMHO dit

        “vopo” est bien, je dois dire .

    • 31 Janvier 2017 à 19h44

      malinamodra dit

      Cette canaille de Mettout , vopo à l’Express: il “modere”, se fend d’un article intitulé
      Sur le net, les trolls de Trump votent Le Pen! Le titre est clairement non modéré
      En voici un passage
      Appel à la modération
      Dédiabolisation et droit européen obligent, @The French Resistance et les modérateurs de la Taverne des patriotes appellent leurs ouailles à la raison: “Pas de racisme ou d’antisémitisme, si vous tenez de tels propos on vous le fera signaler (sic) une fois et si vous continuez, c’est le ban”. Des précautions dont ne s’embarrasse pas l’oncle d’Amérique: sur “The Great Liberation of France”, on dépeint régulièrement un Hexagone menacé, entre autres, par l’islam, les homosexuels, les “merdias” et les Noirs.

    • 31 Janvier 2017 à 17h33

      accenteur dit

      Merci; monsieur Vincent, pour votre “exeunt”, ça en jette. Ceci dit, pourquoi aller chercher un Anglais (tu m’provoques ou quoi ?) pour démontrer nos tares si c’est pour terminer avec une liste d’auteurs français (penseurs conservateurs libéraux) fort recommandables qui ont diagnostiqué la même pathologie.
      La Révolution Française, c’est mes amours d’enfance. En classe, je devenais sourde et aveugle après 1789, il ne fallait pas ternir la belle histoire d’égalité et de fraternité. Quand en grandissant, j’ai eu le courage d’aller au delà, jusqu’à la Terreur, et encore au delà, j’ai pris peur.
      En ce moment, j’avoue ma peur. Quelque chose, partout, se met en place qui me déplait.
      NB J’irais le lire votre Burke. Je sais d’avance qu’il aura raison. Mais merde, fallait pas faire la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ? Je ne suis pas chevalier de l’ordre de Malte, moi. Je suis du peuple.

      • 31 Janvier 2017 à 19h38

        malinamodra dit

        Ben bon courage car vous allez vous emmerder!
        Au passage, quand même, Burke est celui qui reproche à la révolution française d’avoir créé des abstractions dont la notion de citoyen. Il a cette fameuse phrase qu’il faudrait que je retrouve: “je connais des laboureurs, des ouvriers, des flamands … mais je ne connais pas de citoyens”
        En clair c’est lé négation de la révolution française en ce qu’elle a de plus noble: la notion de citoyen qui n’est ni un homme, ni une femme , ni un ouvrier, ni un aristocrate, ni un juif , ni un migrant….)
        Tout ce qu’a remis en cause la clique multiculturaliste avide de discriminations positives.
        L’Angleterre est un pays inégalitaire et c’est ce que célèbre Burke! C’est ce que vous voulez? Ben vous l’avez vu naître chez nous depuis 25 ans!
        Bonne lecture

        • 1 Février 2017 à 5h16

          radagast dit

          “je connais des laboureurs, des ouvriers, des flamands … mais je ne connais pas de citoyens”

          Je dois dire en toute modestie que j’ai souvent pensé la même chose .
          Idem des “européens” .

        • 1 Février 2017 à 8h17

          accenteur dit

          Bipolaire, je suis conservatrice les jours pairs et révolutionnaire les jours impairs, n’ayant jamais trouvé le juste milieu, et je vais au vent mauvais qui m’emporte, deça, delà, pareil à la feuille morte.

        • 1 Février 2017 à 9h10

          malinamodra dit

          accenteur
          Rassurez vous! c’est une maladie répandue et on est tous un peu comme cela. Il n’y a que Craspouille que cela dépasse car sa seule dialectique est celle de l’opposition entre la bêtise et la crotte

        • 2 Février 2017 à 2h04

          Schlemihl dit

          Burke avait surement raison mais …

          La monarchie et les institutions politiques françaises se sont effondrées en quelques mois . Le Roi ni personne ne gouvernait plus fin 1789 et on était en anarchie . c’est dons qu’il y avait un vice interne .

          La monarchie avait écrasé la féodalité et aussi la noblesse . Quatre gentilshommes ne pouvaient pas délibérer sans permission de M L’ Intendant , qui n’ était pas un gentilhomme . La monarchie avait détruit les municipalités , les assemblées provinciales , les syndicats ( qui existaient sous d’autres noms )  . Les Français obéissaient aux subdélégués , les subdélégués à l’ Intendant , les intendants au ministère , les ministres au Roi .

          On pend un boulanger devant sa boutique à Paris ? c’est que le Roi ne commande plus . Toute la France est en anarchie puisque tout repose sur le Roi . Personne ne sait plus délibérer , et comment le clergé et les nobles pourraient ils délibérer avec les autres ? à la fin d’ une délibération il faut lever une taxe , et le clergé et les nobles ne payent pas .

          Trois cent ans plutôt on l’ avait déjà remarqué : Charles VII qui a gagné … de lever des impôts à son plaisir ( en exemptant le clergé et les nobles ) , a grandement chargé son âme et celle de ses SUCCESSEURS et à fait au Royaume une plaie qui LONGTEMPS saignera .

          Louis XV et Louis XVI ont tenté des réformes . Ils ont échoué . On ne pouvait plus empêcher une catastrophe .Et comme les Français étaient accoutumés à l’absolutisme , au mépris du droit des particuliers devant l’ intérêt commun , ils n’ ont pas oublié ces principes quand il s’agissait de commander aux autres et de tenir compte des droits des autres . on

           leur avait enseigné la tyrannie et l’ illégalité à coups de trique ! 

          Ce qui bien sur ne concerne en rien les Français modernes qui sont libres , sont représentés par des gens intègres qui défendent leurs intérêts ( ceux des Français ) et dont les droits sont garantis devant la loi le gouvernement l’ UE et mon cul . 

        • 2 Février 2017 à 9h31

          radagast dit

          Schlemihl

          Je vous découvre !
          Il y a longtemps que je n’ai pas lu quelque chose qui me paraisse si juste et si honnête sur la Révolution , pour laquelle , en votre honneur , je veux bien cette fois mettre une majuscule.

        • 2 Février 2017 à 9h51

          Lector dit

          Toute la France ? Sauf le département des Hautes-Alpes qui jouissait d’un statut fiscal et politique privilégié depuis 1343. Suffisait de racheter au dauphin les droits seigneuriaux. C’était beau l’autonomie, mais c’était avant la Révolution.

        • 2 Février 2017 à 11h54

          radagast dit

          Lector

          Les émissaires de la république quand ils visitaient les communes du Queyras étaient fort surpris d’être accueillis par des édiles qui leur tenaient des discours en latin .

          Nolens volens , les Corses , incarnent aujourd’hui le meilleur des Français.

        • 2 Février 2017 à 23h40

          Schlemihl dit

          Radagast

          Ce que vous découvrez , c’ est Taine ( Les origines de la France contemporaine ) et Tocqueville ( l’ Ancien régime et la Révolution ) .

          Il y avait en France quelques génies de ce genre , comme Levy Brühl Guignebert … il y en a sans doute encore mais ils doivent causer rarement dans le fenestron .

          Car la France est un grand peuple et elle a donné beaucoup de raison et d’ intelligence à l’ humanité . Le gaillard qui s’ inquiétait de l’ avenir du Royaume , c’ était Commynes . Et celui qui a remarqué que si haut que fut le Trône , on n’ est jamais assis que sur son cul  , c’ était Montaigne .

          Réflexion faite , si le peuple français venait à disparaître de ce monde , ça m’ embêterait . 

    • 31 Janvier 2017 à 17h19

      malinamodra dit

      Bon faut payer Vincent pour avoir la suite ou faut s’abonner à l’ImMonde?
      C’est pas grave , au fond, l’Ours trouve quand même quelque chose à dire

    • 31 Janvier 2017 à 17h02

      L'Ours dit

      Je ne m’écarte de ses vues que sur l’égalité des droits et l’égalité des chances.
      Il me semble qu’il n’y a pas à discuter lorsqu’une société considère que le droit doit en principe s’appliquer à tous et de la même façon.
      Il en va de même de l’égalité des chances, mission qu’accomplissait à merveille l’école de la république… jusqu’à l’arrivée des pédagogues, pardon des pédagogistes. Ils ont changé l’égalité des chances pour atteindre le haut en nivellement par le bas.

      • 31 Janvier 2017 à 21h04

        radagast dit

        L’égalité en droit , l’égalité devant la justice aussi sont les seules vrais apports bénéfiques de la révolution de 1789 .
        “Les Hommes naissent libres et égaux en droits ” .
        Malheureusement sous l’effet de la dictature de la pensée de gauche on a voulu que cette égalité de droits devienne une égalité de condition.
        Et la seule façon d’y parvenir est le nivellement par le bas qui a été institutionnalisé depuis mai 68 .

      • 31 Janvier 2017 à 21h05

        radagast dit

        L’égalité en droit , l’égalité devant la justice aussi sont les seuls vrais apports bénéfiques de la révolution de 1789 .
        “Les Hommes naissent libres et égaux en droits ” .
        Malheureusement sous l’effet de la dictature de la pensée de gauche on a voulu que cette égalité de droits devienne une égalité de condition.
        Et la seule façon d’y parvenir est le nivellement par le bas qui a été institutionnalisé depuis mai 68 .

      • 1 Février 2017 à 14h12

        Hannibal-lecteur dit

        Excuses, l’Ours, ma maladresse a placé ma réponse qqpart ci-dessus…

    • 31 Janvier 2017 à 16h49

      malinamodra dit

      Il y a un bug? ça s’arrête sur
      Mais cette quête monomaniaque de

      [...]

      • 31 Janvier 2017 à 17h19

        André dit

        Non, simplement l’accès à l’intégralité de l’article est réservé aux abonnés, car il est issu du numéro papier de janvier.

        • 31 Janvier 2017 à 17h25

          alain delon dit

          Déni criant du principe d’égalité devant l’information

        • 1 Février 2017 à 15h08

          malinamodra dit

          Nnon non mea culpa! j’avais pas vu qu’il fallait télécharger le numéro!
          Bientôt pour lire la fin de l’article, faudra aller demander la clé de la cave à Frankencroute

    • 31 Janvier 2017 à 15h51

      Aristote dit

      On peut aussi lire Scruton, dont How to be a conservative vient d’être traduit en français sous le titre “De l’urgence d’être conservateur”.

      Scruton est particulièrement intéressant parce qu’il est d’une origine sociale modeste, son père, ouvrier, militait pour le Labour Party. Son conservatisme n’a donc rien d’une défense des intérêts de classe.  

      • 31 Janvier 2017 à 17h27

        alain delon dit

        “On peut aussi lire Scruton”

        Avec Scrotum, autant lire l’avenir dans les boules

        • 31 Janvier 2017 à 22h47

          IMHO dit

          C’est facile, mais ce Scruton n’avait qu’à s’appeler autrement .