Bruxelles, Soros: deux noms maudits qui font bondir Viktor Orban | Causeur

Bruxelles, Soros: deux noms maudits qui font bondir Viktor Orban

On a les épouvantails qu’on peut

Auteur

Pierre Waline

Pierre Waline
Diplômé des Langues'O (russe, hongrois, polonais), Pierre Waline est spécialiste de l'Europe centrale et orientale. Il vit a Budapest où il co-anime entre autres une émission de radio.

Publié le 26 mai 2017 / Monde

Mots-clés : , , , ,

orban soros europe

Viktor Orban. Numéro de reportage : AP21862439_000006.

Lors d’un fameux entretien télévisé de décembre 1965, le général de Gaulle comparait Lecanuet à “un cabri sautant sur sa chaise, disant: Europe, Europe!”. C’était il y a plus de cinquante ans et depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Le général qui serait pour le moins surpris s’il redescendait aujourd’hui parmi nous, de tomber sur cette usine à gaz quelque peu déglinguée que sont devenues les institutions de notre pauvre communauté. Une sorte de monstre difforme et boiteux, embarrassé de ses 27 petites et grosses pattes…

La Hongrie mord la main qui la nourrit

Certes, nos bureaucrates de Bruxelles, qui se mêlent constamment de tout, ne sont pas exempts de critiques, voire des plus sévères. Critiques qui valent également pour l’ensemble d’un système, devenu obsolète et pratiquement ingérable. Mais, de là à en faire sa bête noire et lui tomber sans cesse dessus à bras raccourcis? Telle cette campagne d’affiches et spots omniprésente dans le paysage hongrois, “Stop! Arrêtons Bruxelles!”. On en trouve partout, jusque dans les couloirs du métro… Je veux bien, mais toute plaisanterie a ses limites. Surtout lorsque l’on sait que la Hongrie figure parmi les principaux bénéficiaires des fonds alloués par Bruxelles, avec environ 5,6 milliards d’euros (période 2014-2020), contre une contribution correspondant seulement au sixième du budget européen (950 millions, 0,9%). De quoi financer plus de 90% des investissements publics, doper la croissance et maintenir l’économie à flot.

Si l’on ajoute à cela les dernières mesures dictées par le gouvernement hongrois à ses députés, notamment une loi visant à terme à faire fermer une université américaine, au demeurant prestigieuse, établie depuis vingt-cinq ans à Budapest (Central european university) et une autre loi visant de facto à placer les ONG et associations étrangères sous son contrôle, on comprendra que, pour beaucoup, la coupe est pleine.

La bombe des eurodéputés

Ainsi, les eurodéputés d’adopter une résolution laissant la porte ouverte à l’application de l’article 7 du traité de Lisbonne. Du jamais vu. Une véritable bombe, cet article 7, puisqu’il aboutirait à la suspension des droits liés à l’adhésion, dont le droit de vote et l’accès au marché unique. Une mesure qui ne sera bien sûr pas appliquée, ne serait-ce que par la longue procédure qu’elle implique, et qui se heurtera de toute façon à terme au veto des Polonais. Il n’en demeure pas moins. Le plus vexant pour Viktor Orban étant que même ses alliés conservateurs du Parti populaire européen lui ont fait faux bond, 67 d’entre eux ayant voté la résolution et 40 s’étant abstenus. Bien évidemment, la réaction du gouvernement hongrois ne s’est pas fait attendre: encore un coup de Soros. Bref, un Soros qui aurait influencé (voire soudoyé?) les 393 eurodéputés ayant voté la résolution? Soyons sérieux!

Un diable nommé Soros

Car une seconde bête noire, encore pire que Bruxelles, est figurée par ce machiavélique George Soros. Qui est-il? Un juif, milliardaire américain d’origine hongroise, aujourd’hui âgé de 87 ans, qui finance un peu partout dans le monde une myriade d’associations et établissements. C’est lui qui avait créé en 1991 cette fameuse Université d’Europe centrale (CEU) visée par la loi, mais qu’il ne finance plus que de façon limitée au financement. Sans oublier que c’est grâce à une bourse allouée sur ses fonds que le jeune Orban, alors étudiant, put suivre autrefois un cursus à l’université d’Oxford.

>> A lire aussi: Hongrie: le Juif Soros en tête de Turc d’Orban

Il est vrai que, spéculateur habile et sans scrupule, Soros n’est pas un ange. Malgré tout, lui faire tirer toutes les ficelles, comme le rendre directement responsable en catimini du flot des migrants qui envahissent l’Europe? Qui plus est, face aux manifestations de protestation qui se déroulent régulièrement dans les rues de la capitale, les proches de Viktor Orban y voient systématiquement une manipulation de Soros. Le plus cocasse: lorsque 70 000 personnes – en majorité des jeunes – ont récemment défilé à Budapest, la réaction fut de dire que Soros les a fait venir par avions entiers de l’étranger… No comment.

Cap vers l’Est

Parallèlement, la diplomatie hongroise se tourne de plus en plus ostensiblement vers l’Est, à savoir la Russie, la Chine et les pays de l’Asie centrale. Ce qui n’est pas un mal en soi. Déjà, le gouvernement socialiste avait lancé jadis une ouverture vers la Russie, ce qui lui avait valu au passage les foudres de l’opposant Orban. Mais sur le plan commercial plus que politique et sans pour autant tourner le dos à l’Europe. Puisque nous l’avons évoqué, on se souvient que de Gaulle lui-même avait lancé ce type d’ouverture dans les années soixante, mais dans un contexte sensiblement différent. Or ici, c’est contre l’Occident que le Premier hongrois a entamé cette volte-face. Il ne s’en est pas caché lors d’une récente visite en Chine (dont il a vanté le régime) décriant, non sans lyrisme, la décadence d’un Occident arrogant face à un Orient novateur et prometteur. Peut-être certains y verront-ils un fond de vérité, mais à ce point?

Orban peut dormir tranquille

Qu’on le veuille ou non, la Hongrie et Budapest font bel et bien partie intégrante de l’Europe, ne serait-ce que sur le plan culturel. Et ce dès l’époque du roi Etienne, fondateur du royaume en l’an 1000. Pensons à tous ces artistes, écrivains, poètes, peintres qui séjournèrent à Paris, Vienne, Munich et Berlin. Une appartenance dont les Hongrois, en majorité favorables à l’Europe, sont bien conscients. C’est peut-être par là, avec cette violente campagne et cette orientation par trop ostensible vers l’Est, que Viktor Orban finira par lasser ses partisans. Malgré tout, il peut dormir en paix. Quasiment certain, la loi électorale et sa politique anti-migratoire aidant, de remporter les prochaines législatives qui se tiendront au printemps 2018. Face à une opposition morcelée et divisée, incapable de lui opposer un front uni. Seul espoir, bien maigre, voire naïf et utopique: que ce soit à la longue au sein de sa propre coalition que naisse un petit début de fronde? Mais non, ne rêvons pas.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Mai 2017 à 18h57

      Tonio dit

      @Schlemihl qui a dit: “Si ça se trouve nous finirons tous par approuver Orban. Le socialisme a fait faillite, si la démocratie, la tolérance et l’ esprit de gauche capotent aussi ? … C’est fait et pour longtemps!

      contre le camarade Staline et contre les gueulards Hitler et Mussolini, tous trois de gauche! ha! ha!…
      Le socialisme de droite ? connais pas

      la démocratie, la tolérance, esprit de gauche : faut pas tout mélanger, holà!

    • 29 Mai 2017 à 7h29

      Gavroche64 dit

      L’UE, c’est super bien. Cool… Personne ne rappelle, entre parenthèses, que personne n’entendait parler de la Grèce, avant qu’elle n’entre dans l’UE, suite à une manipulation de l’UE, Goldman-Sachs et du gouvernement grec corrompu de l’époque. Cela, c’est la réalité et l’histoire. Quant à Soros, il devrait être en prison pour répondre de ses crimes, ses ONG n’étant qu’un moyen de pervertir les gouvernements élus démocratiquement.

      • 29 Mai 2017 à 11h22

        Schlemihl dit

        Il n’ était pas très difficile de corrompre les socialistes grecs , pas plus qu’il ne serait difficile de corrompre et pousser au crime Aube dorée 

        Tout ce joli monde avec les dirigeants de Goldmann Sachs et tout l’ ONU et les trois quarts des gouvernements actuels méritent d’ occuper une position élevée . 

    • 27 Mai 2017 à 13h32

      durru dit

      M. Waline, on vous l’avait pourtant déjà expliqué: écrire “De quoi financer plus de 90% des investissements publics” c’est un pur mensonges. Il s’agit simplement du fait que, dans 90% des investissements publics, il y a une partie de financement européen. Aucun rapport avec le poids de ces financements, qui sont loin de couvrir la totalité de ces investissements.
      Il n’est pas beau de mentir, encore moins d’insister dans le mensonge.

      • 28 Mai 2017 à 10h03

        IMHO dit

        Durru :

        Pièce n° 1
        Eurostat
        Opérations non financières [nasa_10_nf_tr]
        Dernière mise à jour: 18-05-2017
        UNIT Prix courants, millions d’euros
        DIRECT Payé
        NA_ITEM Formation brute de capital
        SECTOR Administrations publiques

        TIME/GEO Hongrie
        2015 7 256
        2014 5 666
        2013 4 448
        2012 3 707
        2011 3 387
        2010 3 617
        2009 3 231
        2008 3 458
        2007 4 330

        Pièce n° 2

        http://fr.welcomeurope.com/zoom-sur/fonds-structurels-hongrie-2014-2020-214+114.html#afficheTexte

        Extrait
        Cet accord mettra à disposition du pays 21,9 milliards d’euros au total au titre de la politique de cohésion (comprenant les trois premiers fonds) pour la période 2014-2020. La Hongrie bénéficiera également d’une dotation de 3.45 milliards d’euros destinée au développement rural et d’une enveloppe de 39 millions d’euros destinée au secteur maritime et de la pêche

        21,9 + 3.45 = 25,35 / 6 = +- 4 par an , comme ci dessus , soit en effet 90 % ou plus de chaque nombre de la pièce 1

        • 28 Mai 2017 à 10h14

          durru dit

          C’est à dire que, pour la période 2014-2020, l’UE baisse de 10% ses investissements en Hongrie. Autre chose?

        • 28 Mai 2017 à 11h24

          IMHO dit

          Oui, autre chose : bon dimanche, dudu , déguste ton humiliation

        • 28 Mai 2017 à 11h56

          durru dit

          Dans la pièce no. 1 il y a les investissements UE en Hongrie pour une période passée, la pièce no. 2 présente des prévisions. Nulle part n’est écrit le montant total d’investissements publics dans le pays.
          Croire qu’un pays européen de 10 millions habitants, avec un PIB de plus de 100 milliards, fait des investissements publics de 4-5 milliards par an, c’est être con comme un balai. Bon dimanche.

        • 28 Mai 2017 à 13h04

          IMHO dit

          Moisis en paix , durru .

        • 28 Mai 2017 à 13h18

          IMHO dit

          Correction :
          dans la pièce no. 1 il y a tous les investissements faits pas les administrations publiques ( l’Etat hongrois ) pas seulement les investissements financés par des subsides européens, c’est écrit dans le titre et non comme imaginé ” les investissements UE en Hongrie ” , qui n’existent pas , nulle part .

        • 29 Mai 2017 à 14h00

          durru dit

          28 Mai 2017 à 11h56 durru dit
          Croire qu’un pays européen de 10 millions habitants, avec un PIB de plus de 100 milliards, fait des investissements publics de 4-5 milliards par an, c’est être con comme un balai.

        • 29 Mai 2017 à 17h26

          IMHO dit

          Cliquez sur le lien dropbox ci-dessus !
          Ou dois-je conclure que vous êtes encore plus idiot que ce que vous écrivez ?

        • 30 Mai 2017 à 14h43

          durru dit

          “dans les régions en transition, la part des fonds structurels (FEDER-FSE) dans le cofinancement de projets pourra atteindre 60%, contre 50% dans les régions les plus développées. Dans les régions les moins développées, le taux de cofinancement pourra s’élever jusqu’à 85%.” Et ce n’est pas nouveau.
          Donc même avec un taux d’absorption de 100% (ce qui n’existe pas, la moyenne européenne étant vers 86%), 90% c’est impossible. Remballez.
          Le fait que tous les communicants de l’UE produisent des jolis emballages pour camoufler leurs mensonges ne font pas disparaître ces emballages. Un mensonge reste un mensonge.

    • 27 Mai 2017 à 10h51

      Csaba dit

      Vive Harlem (Désir) le prochain président de UE !  

      • 28 Mai 2017 à 9h24

        Cram1 dit

        Ca y est, ma journée est gachée!

      • 29 Mai 2017 à 11h30

        Schlemihl dit

        Csaba …. ce nom n’ est ni slovaque ni roumain ni allemand ni slovène ni croate ni foxiate . 

        Quel est le pays bizarre ou on s’appelle Csaba ? Cruelle énigme ! comme disait le Comte Erdiszy Szapulam

        Ben oui ce sera M Harlem Desir le prochain président de l’ UE , ensuite M Dieudonné , M Ilitch Ramirez Sanchez Carlos , M Barghouti , M Soros et puis ce sera moi .

        Bon sang , ce que j’aurai comme filles ! et je vas t y en claquer les économies des imbéciles ! 

    • 27 Mai 2017 à 10h09

      t hdo dit

      Waline n’en est pas encore à nous faire croire que la Hongrie est noyautée par les ONG russes, mais on s’en approche.

      https://www.theguardian.com/world/2017/may/26/hungary-lgbt-world-congress-families-viktor-orban
      “Equally troubling, some critics say, are the group’s ties with oligarchs and figures from the Russian Orthodox church who have links to Vladimir Putin’s government – some of whom will attend the Budapest summit.

      Among them will be Alexei Komov, believed to be WCF’s fundraiser in Russia, who has known connections with two powerful oligarchs, Vladimir Yakunin, a former president of Russian Railways – and former close associate of Putin – and Konstantin Malofeev, a billionaire Orthodox philanthropist, both of whom have funded the group’s Russian activities.”

    • 27 Mai 2017 à 10h01

      Grosse fatigue dit

      Beaucoup de choses sont critiquables dans le fonctionnement bureaucratique de l’Europe et sont à réformer profondément. Mais de fait, si la Hongrie ne veut pas “subir” l’UE… virons là tout simplement et le plus vite possible. En tant que contribuable “d’Europe occidental”, la Hongrie me coûte bien plus cher que les réfugié syriens.

    • 27 Mai 2017 à 7h59

      IMHO dit

      Orban est un porc .

      • 27 Mai 2017 à 8h13

        durru dit

        Disait le cochon.

      • 27 Mai 2017 à 9h29

        Clash75 dit

        Il défend son pays en érigeant des frontières ,pas fou le mec. Tant que l’ue ne fait que le tancer sans l’arrêter, l’aurait tort de se priver. Il ne souhaite pas avoir des blds de la chapelle à gérer, pas tort hector

      • 28 Mai 2017 à 13h40

        IMHO dit

        Correction : Orban est un verrat . C’est mieux que porc , non ?

    • 27 Mai 2017 à 5h16

      taubiroute dit

      Si Soros n est pas linstigateur de linvasion migratoire de l Europe, ses associations ont grandement contribue a aider ces migrants et a inciter a la migration en fluidifiant et accueillant .
      Ca c est une evidence tres officielle !! Comme lon sait que Soros a organiser les “revolitions en Ukraine et ailleurs a l est !
      Bref ce monsieur devient tres dangereux pour la democratie en imposant ses idees d oligarque seulement par ce qu il en a les moyens, cette ploutocratie est inaceptable.

      QUant aux chantages en tout genre de Bruxelles, il faur imperativement y mettre un terme et dans les delais les plus bref, Juncker et sa clique sont en train d instaurer une Veritable dictature sur toute l Europe.

    • 26 Mai 2017 à 22h46

      Warboi dit

      L’Europe doit se refonder. tout le monde le dit.
      Je commencerais par ceci : Que les pays qui à l’instar de la Hongrie ne respectent pas les principes fondateurs de l’Union européenne voient leurs dotations réduites voire supprimées.
      L’Europe, tu l’aimes ou tu la quittes. Que la Chine et la Russie financent les infrastructures polacko-magyares.

      • 26 Mai 2017 à 22h56

        durru dit

        Comme par exemple l’Allemagne, qui ne respecte pas les règles d’une balance commerciale équilibrée? Comme la France ou l’Italie, qui ne respectent pas la règle du déficit à moins de 3% du PIB? Ou comme tous ces trois là, qui ne respectent pas la règle d’une dette inférieure à 60% du PIB?
        Faudrait commencer par un (très) gros, pour donner l’exemple. Mieux encore, faudrait faire exploser ce machin qui ne veut plus rien dire, car plus personne ne respecte plus rien.
        Chiche?

      • 27 Mai 2017 à 5h20

        taubiroute dit

        En effet tu laime ou ti la quitte !!
        Mais de quelle Europe parlerz vous? celle de Bruxelles?celle de Peuples libres desieurx de constituer un ensemble civilisationnel rayonnant sur le monde et y apportant ses valeurs? celle d un grand suoermarches a ciel ouvert ou regnent en maitres les multinationales et les banques?
        Il faut en effet organiser dans chaque pays un referendum sur la refondation de l europe.

      • 27 Mai 2017 à 10h18

        t hdo dit

        Bon, enfin avec un PIB hongrois qui dépasse les 100 milliards d’euros et, d’après le texte, des transferts européens inférieurs à 1 milliard d’euro par an, le choix sera vite fait.

        Tout le monde n’est pas aussi cupide qu’un électeur de Macron ou de Fillon, prêts à vendre père et mère pour un plat de lentille.

        Et il semble bien que les “principes fondateurs” de l’UE sont truffés de contradictions objectives, qui mèneront assez vite à leur effondrement final.

        • 27 Mai 2017 à 10h23

          durru dit

          Les principes, j’en sais rien, mais leur application est plus que truffée de contradictions…
          Quant à la supposée cupidité des électeurs de Fillon, qui étaient prêts pour “le sang, la sueur et les larmes”, j’aurais comme un petit doute. Pour ceux de Macron, par contre, j’appellerais ça surtout de la paresse: laisser aux autres le soin de “faire”. Eux, attendre et profiter des résultats.

        • 27 Mai 2017 à 11h28

          t hdo dit

          Il est possible qu’il y ait eu des pigeons dans l’électorat de Fillon. Mais, pour l’essentiel, le sang, la sueur et les larmes étaient fermement entendus par les fillonistes comme ceux des autres.

          C’est ce qui arrive à la populace lorsqu’on la prive d’objectifs valables : maintenir souveraineté et indépendance par exemple. Elle se transforme alors en meute se cherchant des objets à détruire ou à aduler.

          Du côté de l’adulation, Florence Cassez, Emmanuel Macron, ou l’escroc Fillon au Trocadéro.
          Du côté de la destruction, la nation chez les toutfriquisites, l’Etat chez les fillonistes (ou, plus exactement, un mélange des deux avec de fortes proportion de destruction de nation chez les toufriquistes, et l’inverses chez les fillonistes).

        • 27 Mai 2017 à 11h33

          durru dit

          Vous ne savez pas trop de quoi vous causez. Les retraités qui ont voté Fillon sont ceux qui, après avoir soutenu financièrement dans leur jeunesse leurs ancêtres se sont mis maintenant à soutenir financièrement leur descendance. A laquelle ils veulent, il faut le comprendre, lui éviter trop de sueur, sang et larmes. Tout en sachant que cela n’est pas complètement possible.
          “Destruction” de l’Etat? Quand même en réduisant son poids de 10% on serait encore au-dessus du niveau d’il y a 20 ans? C’est une blague?

        • 29 Mai 2017 à 14h11

          t hdo dit

          Non, vous devriez éviter ce genre d’argument.
          Les petits vieux du baby-boom coutent 30% plus cher que les générations équivalents dans les autres pays européens, donc leur prétendu soutien n’en est pas un.
          Détruire l’Etat ? Bien sûr, c’est ce qui est en train de se passer. Et ce n’est pas une bonne chose. Quoiqu’en disent les menteurs pathologiques de Contrepoints, et les gens “très intelligents” (ou pas) qui se sont fait happer par cette secte.

    • 26 Mai 2017 à 19h53

      steed59 dit

      j’ignorais que Causeur essayais de ressusciter des vieux cadavres

    • 26 Mai 2017 à 19h32

      dov kravi דוב קרבי dit

      shalom Angel, vous m’ôtez les mots du clavier. Oui, Soros est un ignoble individu. Ce grand mécène falastinolâtre avoue s’être un peu servi des restes de quelques familles hongroises déportées. « Si je ne l’avais pas fait, d’autres l’auraient fait. « Parce que, si j’avais pas fait ça, je n’aurais jamais eu d’argent. ». (Autobiographie de Georges Soros).
      La fondation Soros finance la diffamation anti-israélienne, très active en France et bien sûr les raclures hors la loi de BDS.
      Et enfin, ce qui intéressera peut-être les lecteurs français, l’anti-israélien Soros finance des extrémistes islamistes en France.

    • 26 Mai 2017 à 19h02

      Angel dit

      Mr Soros est loin d’etre admirable
      Mr Soros createur de ”freedom house” seme le trouble pas seulement en Hongrie mais un peu partout
      Mr Soros effectivement juif soutient les nazis de Kiev
      Et surtout Mr Soros est un soutien indefectible de ll’OLP et de laa rentree de la soi disante Palestine a l’UNESCO

    • 26 Mai 2017 à 18h05

      Macgregor1 dit

      Cet article est un tissu de naïveté,de conformisme et de lieux communs.Je trouve scandaleux de mentionner sans arrêt l’origine de Mr Soros.Ce n’est pas parce que mOnsieur Soros est juif et moi d’origine juive que je dois l’admirer et le soutenir.
      Au contraire c’est bien à cause de mes origines juives que je m’inquiète de cette invasion de soi-disant réfugiés qui est en fait une invasion musulmane.J’admire la Hongrie et la Pologne qui s’opposent à cette invasion organisée et orchestrée par les diktats de l’Union européenne et par Soros.
      On fait venir des gens en grand nombre sans se soucier des conséquences à venir.
      Mais elles sont déjà là!!! A Paris dans le quartier Pujol où les femmes sont insultées,où elles n’osent plus sortir de chez elles car dans la mentalité des adorables migrants,une femme doit rester chez elle.
      Voilà des choses que les anges comme le Monsieur qui a écrit cet article ne veulent pas voir
      De tout coeur j’applaudis aux mesures d’Orban.Bravo!!!

      • 26 Mai 2017 à 22h24

        Schlemihl dit

        Si ça se trouve nous finirons tous par approuver Orban ….. possible

        Et tant pis , c’ est la ruine de beaucoup d’ espérances humaines . Le socialisme a fait faillite , si la démocratie , la tolérance et l’ esprit de gauche capotent aussi , il faudra crier Viva Franco ! contre le camarade Staline et contre les gueulards Hitler et Mussolini .

        Si la gauche , le parti de la transgression , du refus de se soumettre , de la raison , c’ est Mélenchon ….. oui il faudra peut être crier vive Orban !

        J’ espère en un avenir meilleur . L’ avenir réalise les rêves des philosophes et donne raison aux enfants aux imbéciles et aux fous .

        Je souhaite aux Magyars un futur meilleur que Orban , et pour nous aussi . 

        • 26 Mai 2017 à 22h32

          durru dit

          M. Orban existe grâce à des gens comme M. Juncker, Mme Merkel, M. Draghi… Comme le FN, d’une certaine manière.
          Quant à “l’esprit de gauche”, faudrait peut-être un jour se poser la question pourquoi dans des pays comme la Pologne ou la Hongrie cette espèce, l’électeur de gauche, est en voie de disparition?

        • 27 Mai 2017 à 0h44

          Schlemihl dit

          Durru , l’ esprit de gauche vit encore , mais les partis de gauche soi disant sont des cadavres .

          Le début de l’ esprit de gauche , c’ est le respect de la science et le rationalisme .Hourra pour la Thermodynamique ! et merde aux verts . 

      • 26 Mai 2017 à 22h34

        durru dit

        C’est Philippe Muray qui avait tout compris: “Le réel est reporté à une date ultérieure”.

        • 27 Mai 2017 à 1h51

          Csaba dit

          ” Quant à “l’esprit de gauche”, faudrait peut-être un jour se poser la question pourquoi dans des pays comme la Pologne ou la Hongrie cette espèce, l’électeur de gauche, est en voie de disparition ? “ 

          Un verre ça va trois verres bonjour les dégâts !

    • 26 Mai 2017 à 15h31

      Schlemihl dit

      Lanyok faluba !

      Je me permettra de citer sur ce sujet un de nos plus éminents hommes politiques , et même le plus éminent de tous , M Emmanuel M…., spécialiste de la Hongrie contemporaine .

      ” Les Hongrois , comme tous les Slaves , ont conservé la nostalgie de l’ orthodoxie , comme je l’ ai constaté à l’ Institut Clémenceau de Bucarest , capitale du pays ( 77 rue Kun Bela ) . Malgré les promesses du traité de Trianon le Kossovo a été attribué à la Prusse et la blessure saigne encore dans tous les coeurs vraiment magyars . les nations si cules n ‘ accepteront jamais qu’ un esprit sioniste et capitaliste intervint dans l’ héritage légitime de la Princesse Bathory Erzsebeth et de Kis Bela . Fidèles à la mémoire de Szalasi et Rakosi , chaque citoyen s’ efforcera etc …”

      Voila l’ opinion de Monsieur M …. , Président de la République .

      • 26 Mai 2017 à 16h04

        Renaud42 dit

        Qui s’y colle au jeu des 7 erreurs?

        • 26 Mai 2017 à 22h25

          Schlemihl dit

          Sept seulement ?

        • 27 Mai 2017 à 3h44

          Renaud42 dit

          Je connaissais les boulettes “slaves” et “Bucarest” mais le reste est inventé par vous.

        • 27 Mai 2017 à 19h05

          Schlemihl dit

          Renaud je n’ai rien inventé et surtout pas les noms propres .

          Slave , c’ est trop classique , je ne pouvais esquiver . Comme les Roumains d’ailleurs . 

      • 27 Mai 2017 à 10h04

        t hdo dit

        Comme le remarquait de Gaulle, si quelqu’un dit : “la Hongrie est une île”, personne n’en revient.
        Les gens n’ont plus leur bon sens, c’est à cause de la télévision et du rock and roll semble-t-il.

        • 27 Mai 2017 à 19h06

          Schlemihl dit

          Thdo 

          ce n’ est pas une île ? 

        • 29 Mai 2017 à 14h16

          t hdo dit

          En fait ce sont les journalistes qui ont mal compris mes propos. On parle en effet habituellement de “l’île gouvernementale” pour désigner le quartier de l’Institut Clemenceau, de la rue Bela Kun au boulevard Krouchtchev, et c’est à cette île-là que je voulais faire allusion.
          Ayant suivi des cours de géographie chez les jésuites, je savais parfaitement avant toute cette agitation artificielle que la Hongrie appartient au continent asiatique.

      • 29 Mai 2017 à 14h02

        Macgregor1 dit

        Les Hongrois ne sont pas des Slaves

        • 29 Mai 2017 à 14h12

          t hdo dit

          Et la Hongrie n’est pas une île. Et Clemenceau ou Bela Kun n’y sont pas trop bien vus (vérifiez).

        • 29 Mai 2017 à 15h35

          Schlemihl dit

          Est ce si important McGregor ?

          Le hongrois , comme le vogoule et l’ ostiaque , est une langue ougrienne qui forme avec les langues finno permiennes la famille finno ougrienne , les langues lapones en faisant partie mais de classification incertaine . Finno ougrien et langues samoyède forment la famille ouralienne . On suspecte soupçonne et subodore une parenté possible avec le youkaghir , peut être avec l’ esquimau aléoute …..

          Et le tchouvantse ? je pense que oui mais ….

          Tout le monde s’en fout .  

        • 29 Mai 2017 à 15h39

          Schlemihl dit

          Thdo

          L’ Asie commence à Budapest , disait Metternich ….. dès qu’ on a passé le minuscule bras de mer qui sépare l’ Autriche de l’ Asie . 

    • 26 Mai 2017 à 15h26

      Renaud42 dit

      “usine à gaz quelque peu déglinguée”? “Une sorte de monstre difforme et boiteux”? On a les métaphores qu’on peut.
      Je rectifie : outil d’oppression et de déshumanisation des peuples par l’élite mondialisée.