Et les Vikings inventèrent le Brexit | Causeur

Et les Vikings inventèrent le Brexit

Il y a vingt-deux ans, les Norvégiens disaient déjà non

Auteur

Olivier Prévôt
anime le site et la revue L'Esprit de Narvik et le blog Les Carnets de Betty Poul sur Causeur.

Publié le 27 avril 2016 / Monde Politique

Mots-clés : , ,

En novembre 1994, l’adhésion de la Norvège à l’UE par référendum semblait acquise d’avance. Patronat, syndicats, médias et grands partis votaient tous oui. Tout allait bien jusqu’à ce que, bêtement, le peuple s’en mêle…

Le 25 septembre 1972, les Norvégiens rejettent par voie de référendum, l'adhésion de leur pays à l'Union européenne (Photo : AFP)

Vers le Nord compliqué, on ne s’envole pas nécessairement avec des idées simples. Disons plutôt : avec les siennes – ou celles qu’on a faites siennes, au croisement d’une histoire collective et de quelques affinités plus choisies. Oublierais-je que je suis français – farouchement – et catholique – plus mollement, c’est-à-dire plus totalement –, il se trouvera nécessairement quelqu’un pour me renvoyer à mon papisme originel, à mes penchants jacobins, à ma furia francese. À Oslo, plus qu’ailleurs encore. Mais alors on heurte, on frotte et quelque chose se produit – ce vieux miracle de l’étincelle. Éclairante.

Philippe Delerm n’étant pas scandinave, il aura fallu la dix-huitième gorgée de bière et que s’entassent quelques notes de 150 couronnes – témoins de notre participation aux caisses de l’État-providence – pour que mon vieux pote Emil consente à délivrer son verdict : Tout ça, c’est des conneries !

J’avais pourtant sorti l’artillerie lourde de nos sciences molles. Histoire, sociologie politique, économie. Tout, absolument tout, dans une belle convergence, expliquait le refus norvégien, par deux fois, en 1972 et 1994, d’adhérer à l’Europe (53 % de non en 1972, 52 % en 1994).

Un Nord beaucoup plus compliqué

Je vous la fais courte, on peut lire tout ça dix fois ailleurs : indépendante depuis seulement 1905, la Norvège a développé un état social et protecteur, original et peu compatible avec l’orientation libérale de l’Europe ; l’exploitation des hydrocarbures en Mer du Nord garantit, par ailleurs, un haut niveau de vie. Enfin, de la crise de l’euro à celle des réfugiés, le désenchantement européen est tel qu’aujourd’hui seulement 20 % des Norvégiens soutiendraient une adhésion à l’Union. On n’en parle même plus. Pour faire bonne figure, j’ajoutais les traditionnels clivages séparant élite et peuple, ville et campagne.

Emil a écouté poliment les explications du Français, enrobées d’un prudent « Je te livre ma grille de lecture, tu me diras ce que tu en penses ». Il s’est calé sur sa chaise, une fois, deux fois. Il a reposé son verre et mis ses coudes sur la table. D’un geste de la main gauche, il m’a demandé de m’approcher. Là, une lueur ironique a traversé ses yeux. J’aurais dû me méfier.

En somme, c’est « Voilà pourquoi votre fille est muette ! Tout est dit, décrit, déroulé. C’est bien. Pourquoi voyager ? Tu sais tout, tu sais tout déjà, alors pourquoi tu me demandes ? Tu y étais ? Non ? Et tu en fais quoi des 48 % qui ont quand même voté oui ? À la trappe ? À l’échafaud ? Qu’un sang impur abreuve nos sillons ? Tu veux démontrer et trancher, pas comprendre. »

Norway, one point. Je joue à l’extérieur, et j’encaisse.

[...]

>>> Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de nos articles consacrés au Brexit.

  • causeur.#34.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 93 - Avril 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#34.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Avril 2016 à 10h17

      keg dit

      Les Vikings ont toujours eut des longueurs d’avance sur les autres… Eux ont toujours su naviguer même dans les brumes et jusqu’en leur Amérique à eux…. Ils sont même venus chez nous et ont fait souche…. Mais tous leurs descendants ne sont pas anti…..

      http://wp.me/p4Im0Q-13t

    • 29 Avril 2016 à 1h59

      zvilevy dit

      bon le peuple bien sûr; et le pétrole, bien sûr appui sûr du peuple

    • 28 Avril 2016 à 17h07

      Consolideur dit

      “De la crise de l’euro à celle des réfugiés, le désenchantement européen est tel qu’aujourd’hui seulement 20 % des Norvégiens soutiendraient une adhésion à l’Union. On n’en parle même plus.”

      Comme on les comprend et comme on les approuve, nos amis norvégiens qui ont eu l’intelligence et la clairvoyance de refuser l’adhésion à l’UE …

    • 27 Avril 2016 à 19h44

      Ibn Khaldun dit

      indépendante depuis seulement 1905, la Norvège a développé un état social et protecteur, original et peu compatible avec l’orientation libérale de l’Europe ; l’exploitation des hydrocarbures en Mer du Nord garantit, par ailleurs, un haut niveau de vie.

      Ne comparons pas ce qui n’est pas comparable. Bien entendu que la Norvège peut se permettre une telle politique protectrice : 5 millions d’habitants pour une superficie quasiment égale à celle de la France ! Il faut donc vous imaginer la France avec seulement 5 millions d’habitants et qui, plus est, homogène (taux d’immigration dérisoire) ; des hydrocarbures à ne plus savoir qu’en faire (la Norvège est le Qatar de l’Europe) et des dépense militaires ridicules par rapport aux investissements français.

      Même si la zone Euro devait exploser et mettre fin à la monnaie unique, la Norvège dormirait encore sur ses deux oreilles. Tous les pays ne sont pas à mettre sur le même plan. C’est pour cette raison que le tant vanté modèle Scandinave ne peut pas s’exporter. 

      Maintenant, prenons du recul, si vous le voulez bien, concernant ce modèle que le monde envie (sic) : Pour en finir avec le « modèle scandinave » 

    • 27 Avril 2016 à 18h38

      Villaterne dit

      Quelqu’un a-t-il noté l’ignoble chantage d’Obama exercé sur les anglais en recevant Cameron ?
      ça donne ceci
      Les états-unis privilégierons toujours des échanges avec l’Europe plutôt qu’avec l’Angleterre
      En gros ça veut dire vous votez contre le Brexit ou on vous fait crever !
      Ah Obama ! Quelle belle âme !!

      • 28 Avril 2016 à 14h39

        munstead dit

        Vous traduisez un peu librement les propos d’Obama. Il a simplement dit qu’entre un marché de 450 millions de personnes et une Angleterre appauvrie de 50 millions, le choix, s’il fallait en faire un, serait vite fait. Mais si ce qui restera de la Grande-Bretagne après le départ de l’Écosse puis du Pays-de-Galles veut devenir le 51e état des États-Unis, pourquoi pas?

         

        • 28 Avril 2016 à 14h52

          Ibn Khaldun dit

          Villaterne a raison, d’autant plus qu’Obama, qui ne s’est jamais intéressé à l’Europe, vient mettre son nez dans un processus qui ne le regarde guère. Ce qui est particulièrement savoureux au vu des thuriféraires qui pullulèrent au moment de son élection.

          En outre, vous connaissez la fameuse phrase de Churchill à De Gaulle ? : « Nous allons libérer l’Europe, mais c’est parce que les Américains sont avec nous pour le faire. Car, sachez-le ! chaque fois qu’il nous faudra choisir entre l’Europe et le grand large, nous choisirons le grand large ! Chaque fois qu’il me faudra choisir entre Roosevelt et vous, je choisirai Roosevelt ! ».

          Or, voilà que le grand large leur demande de rester en Europe; les Britanniques n’y comprennent plus rien. 

        • 28 Avril 2016 à 22h50

          Lector dit

          Revenge !

    • 27 Avril 2016 à 17h31

      CAubree dit

      Si la Norvège n’est jamais rentrée dans l’UE, elle peut difficilement en être sortie. Par ailleurs, votre point de vue consiste à approuver l’égoïsme national d’un pays pétrolier, ce qui est défendable, mais devrait être précisé en tant que tel, comme devrait être précisé qu’il est difficilement transposable. D’autant que, dans le cas britannique, ce sont les Ecossais qui ont le pétrole … et qui sont les plus favorables à l’UE.

      • 27 Avril 2016 à 17h43

        thd o dit

        C’est avec un jargon comme celui-là, “égoïsme national”, que toute une cohorte de couillons franchouillards s’est laissée embringuer dans la déplorable UE.
        Est-il égoïste de vouloir gérer ses propres affaires et de vouloir rester soi-même ? Dans ce cas, tout individu non moutonnier devrait être stigmatisé pour son égoïsme.
        L’égoïsme, c’est celui des européistes français, qui n’ont même pas la reconnaissance du ventre pour le pays qui leur a donné un niveau de vie confortable, et dont ils se permettent de priver leurs descendants pour satisfaire leur idéologie ridicule.

        • 27 Avril 2016 à 18h19

          steed59 dit

          la question de la pêche a pesé bien lourd dans le refus de l’Europe que celle du pétrole. Raison logique, la PEP (politique européenne de la pêche) est complètement intégrée (comme la PAC) alors que le pétrole, aux dernières nouvelles, reste la propriété des Etats exploitants. Peu de chance que l’UE vienne mettre la main sur le pactole pétrolier. J’ai été étonné de constater que cet argument principal ne soit cité qu’à la fin de l’article. Mais bon, l’auteur est peut-être le voisin de pallier au chômage de Grandgil qui a bénéficier du piston de ce dernier pour entrer à Causeur.

        • 28 Avril 2016 à 12h04

          CAubree dit

          Ne montez donc pas si vite sur vos grands chevaux. j’ai précisé que c’était défendable et si j’en crois votre ton, j’ai l’impression qu’une opinion différente de la vôtre est justement difficilement défendable en votre présence. Les “européistes”, les “couillons franchouillards”, les “moutonniers”, “ridicule” quel langage quand même. Et je ne vous permets pas de dire que je n’aurais pas la “reconnaissance du ventre” (c’est-à-dire sans insulte que je ne serais pas un bon patriote) parce que je n’ai pas vos opinions et que, à vous croire, je serais prêt, tout guilleret, à voir la France se dissoudre pour rien. La France est membre de la CEE depuis 60 ans et cela fait 60 ans que des gens comme vous nus annoncent que cette fois, cest la fin, si personne ne réagit dans les mois qui viennent, la France va mourir dans d’atroces souffrances, etc… Millénarisme de bazar rhétorique.
          Bon, sur le fonds, il n’y a pas de discussion possible avec vous si vous n’avez que le langage insultant au bout du clavier. Si le terme vous dérange, c’est quand même bien  de cela qu’il s’agit. La Norvège a les moyens, généreusement dispensés par la nature, de s’en sortir seule et de refuser un destin collectif au continent. Très bien pour eux. Mais tous les pays n’ont pas bénéficié de cette Providence.

        • 28 Avril 2016 à 14h43

          munstead dit

          Rappelez-nous, l’égoïsme national c’est celui qui a triomphé en 14, en 39? Votre dernière phrase est un peu bizarre très “égoïsme national” bien sûr. Il existerait une France au-dessus de nous, à laquelle nous devrions allégeance à jamais? Vous avez 100 ans?

    • 27 Avril 2016 à 17h16

      salaison dit

      il faudrait (selon les politiciens (nes)) changer de peuple!…..;-)