Royaume-Uni: le Brexit diplomatique, c’est maintenant! | Causeur

Royaume-Uni: le Brexit diplomatique, c’est maintenant!

Bye bye l’Europe et bonjour Trump

Auteur

Manuel Moreau

Manuel Moreau
Journaliste et syndicaliste

Publié le 20 janvier 2017 / Monde

Mots-clés : , , , , , ,

Theresa May et Boris Johnson à Londres, novembre 2016. SIPA. REX40463627_000005

Bien avant que son discours très médiatisé éclaire sa politique, Theresa May avait déjà envoyé un signal fort de la nouvelle orientation britannique. Sa gestion de l’initiative française pour relancer les négociations entre Israéliens et Palestiniens est l’expression parfaite de la nouvelle orientation de son gouvernement : rapprocher ces deux peuples, l’américain et le britannique, séparés par une langue commune mais aussi par l’appartenance de Londres à l’Union Européenne.

Le premier acte a eu lieu le 29 décembre. Le monde se préparait à accueillir 2017 quand le Premier ministre anglais, Theresa May, a surpris avec une réaction très dure de la  déclaration du secrétaire d’Etat américain. A John Kerry qui, en marge de l’adoption de la résolution 2334 de l’ONU sur la colonisation israélienne, venait de reprocher au gouvernement Netanyahu de « céder aux forces les plus extrémistes de sa coalition », qualifiée de « plus droitière de l’histoire d’Israël »,  la locataire du 10 Downing Street avait sèchement fait déclarer à l’un de ses porte-parole : « Nous ne pensons pas qu’il soit très à-propos d’attaquer la composition du gouvernement démocratiquement élu d’un allié ». 

Boris Johnson n’est pas venu à la conférence de Paris

Ceux qui, sur l’instant, n’ont pas compris ont dû attendre dimanche dernier, jour de la conférence de Paris pour la paix au Moyen Orient pour y voir plus clair : le Royaume Uni largue les amarres, Theresa May a choisi son camp.

Pas moyen de le comprendre autrement : Theresa May, aidée de Boris Johnson, ont tout fait pour aider la conférence de Paris à se saborder pour frustrer les Français et embarrasser l’Union européenne. La photo de fin de bal est éloquente : François Hollande, Jean-Marc Ayrault, Harlem Désir ou John Kerry, elle est faite d’hommes sur le départ et d’une femme-spectre, Domenica Mogherini, la cheffe de la diplomatie européenne. Jouez à « où est Charlie » autant que vous voulez… vous ne trouverez pas la mèche blonde de l’ancien maire de Londres. La raison en est simple : le ministre des Affaires étrangères de Sa Majesté est resté chez lui. Il n’a même été remplacé par l’ambassadeur à Paris. Theresa May s’est contenté de mettre dans l’Eurostar M. Michael Howells, chef de la section Moyen Orient du Foreign Office, accompagnés par deux conseillers de l’ambassadeur. Ce sont ces trois diplomates subalternes qui ont eu le privilège de serrer les mains des quelques 36 ministres des Affaires étrangères. Et si les représentants britanniques n’ont pas signé le document final de la conférence pour la paix, ce n’est pas faute de stylo… « Nous avons des réserves particulières sur une conférence internationale censée faire avancer la paix entre deux parties sans que ces dernières soient présentes », a éclairé, dès le lendemain, un communiqué du Foreign Office, fustigeant cette réunion organisée « contre la volonté des Israéliens ».

La photo de cloture de la conférence de Paris, janvier 2017. SIPA. AP22000063_000031

Pour couronner le tout, le gouvernement britannique a empêché le conseil des ministres européens des affaires étrangères, réuni le lendemain à la demande de la France de transformer la déclaration, qui a conclu la conférence de Paris, en position officielle de l’UE.

Le canal de l’Atlantique

Tout cela est d’autant plus étonnant qu’il y a trois semaines, le même gouvernement avait voté la résolution de l’ONU réclamant l’arrêt de la colonisation israélienne dans les Territoires palestiniens. Mais depuis, Theresa May a choisi. L’Amérique du futur et non celle du passé. Celle qui prête serment aujourd’hui et qui soutient – pour le moment par tweets – Israël.

Ceux qui y cherchent une nouvelle politique moyen-orientale se trompent très probablement. Ce n’est pas un soudain amour pour Netanyahu qui peut expliquer ce changement radical. Il ne s’agit pas non plus pour le gouvernement britannique de célébrer le centenaire de la déclaration Balfour (novembre 2017) par un petit cadeau à un Premier ministre israélien qui n’est pas insensible, paraît-il, à ce genre de petites attentions.

L’affaire de la conférence de Paris a moins à voir avec le petit bassin à remous méditerranéen qu’avec l’Océan qui sépare la Grande-Bretagne des Etats-Unis. Si la géographie a ses lois, la géopolitique en a d’autres. Sa tectonique des plaques élargit chaque jour un peu plus le canal de la Manche.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Janvier 2017 à 14h45

      renéVar dit

      Il est savoureux de voir une ex-grande puissance se faire le suiviste d’une de ses ancienne colonie dont les citoyens l’ont foutu dehors avec panache !

      • 24 Janvier 2017 à 22h08

        philgold dit

        Et la France qui sert la soupe à tous les pays arabes … il est loin Bonaparte, la IIIème République et l’empire colonnial à la française.

    • 23 Janvier 2017 à 14h12

      rolberg dit

      J’ai hâte de voir les Britanniques se faire virer par les Américains de Donald. Les riches n’ont pas d’appartenance ou d’allégeance nationale. 

    • 23 Janvier 2017 à 11h29

      Terminator dit

      Remettre les pendules à l’heure, c’est ce que la France devrait faire aussi au mois de mai 2017…

    • 22 Janvier 2017 à 11h19

      oups dit

      Désolé , les messages partaient avant même que j’ai pu les relire .

    • 22 Janvier 2017 à 11h18

      oups dit

      Boris.Jonhson traite déjà les Français de fascistes en les comparant à Hitler lors de la dernière guerre mondiale … avant même qu’un accord soit proposé.
      Mrs les Anglais.. tirez les premiers !

      • 22 Janvier 2017 à 19h26

        durru dit

        C’est pas “les Français”, ce sont les têtes de cons qui sont encore là-haut pour quelques mois.
        Trump n’est pas l’ami de Poutine, mais ils pourront envisager des relations “normales”, basées sur des critères de vraie géopolitique.
        Pareil pour la France et le Royaume Uni. Il n’est pas nécessaire d’^être complètement débile.

        • 23 Janvier 2017 à 13h04

          ZOBOFISC dit

          Durru,

          Les “têtes de cons” ont quand même été élus par une majorité de votants français, donc, en application des principes démocratiques ce sont “les Français” qui sont représentés par ces “têtes de cons”  

        • 23 Janvier 2017 à 14h26

          durru dit

          Je ne crois pas vraiment que l’approche qu’ils ont des relations internationales était vraiment dans leur programme.

    • 22 Janvier 2017 à 11h10

      oups dit

      …On peut penser que les relations franco-britanniques vont de nouveau se détériorer , gra

    • 22 Janvier 2017 à 10h05

      oups dit

      Cette grosse truie peroxydée de Boris Johnson est une sorte de Trump à l’anglaise,le pouvoir en moins,rien d’étonnant qu’il pratique le french bashing et qu’il boycotte les conférences européennes. Rien de grave , ce type est grotesque .
      Il n’y a rien à attendre de raisonnable du gouvernement britannique , les Anglais préfèreront le conflit à tout accord qui ne leur serait pas complétement favorable en négligeant le fait qu’ils sont responsables d’avoir quitté l’union européenne , le royaume uni de pliera pas sous la menace de sanctions , T.M l’a dit . Reste à savoir quelle sera la réaction des populations écossaise et galloise et comment les pays membres réagiront face aux exigences non négociables des britanniques. On peut penser que les rela

    • 22 Janvier 2017 à 7h59

      Naif dit

      mais c’est quoi cette connerie ? Il n’y a pas de nouvelle politique anglaise, les anglais ont toujours préférés l’Amérique à l’Europe et thérésa May ne fait que continuer cette tradition comme la france continue la tradition de la politique arabe. Et qui gagne ? comme d’hab les anglais !

    • 22 Janvier 2017 à 3h51

      Cracker causeur dit

      Malgré les aboiements de toutes les gauches occidentales, Trump et Theresa May jouent bien leur partition et vont certainement tirer leur épingle du jeu.

      Contrairement à l’U.E. qui s’enfonce dans les sables mouvants, avec le million de migrants côté allemand, et le bashing anti-Trump et anti Poutine en France.
      Nous nous coupons tout espoir d’alliance future et le moment n’est pas si éloigné où l’Amérique et la Russie nous prendrons à juste titre pour des alliés de l’E.I.

      • 22 Janvier 2017 à 13h43

        Liamone dit

        la France ne sera jamais l’héritière de Pétain. Le charabia de propagande que suscite la peur du milliardaire américain ne conduira pas les citoyens français à faire confiance aux héritiers de Pétain.

    • 21 Janvier 2017 à 18h25

      ADB dit

      L’auteur de l’article prétend que Theresa May et son gouvernement ont tout fait pour saborder la Conférence de Paris voulue par Hollande pour rehausser “son prestige personnel”  (comme s’il pouvait en avoir un !!!). Dit gentiment, c’est une contre-vérité !  Cette Conférence de Paris, sans les deux états concernés, n’était qu’une stupidité voulue par un “minus habens”: il était simplement de bon sens de ne pas chercher à participer à une telle mascarade.

      • 21 Janvier 2017 à 18h36

        durru dit

        Mais, comme plein d’autres qualités, le bon sens se fait rare de nos jours…

      • 21 Janvier 2017 à 19h14

        Liamone dit

        Réaction pertinente. Hollande a rabaissé notre pays et l’Europe. Cet individu à déshonoré la France. Son parti disparaitra comme a disparu le Parti des valets de Staline et comme disparaitra le Fn qui milite pour l’Ego de la fille du conducator du parti qui, de temps à autres, nous fait l’apologie de l’occupation allemande. La honte au front pour ceux qui travail contre la grande nation européenne.

        • 21 Janvier 2017 à 19h42

          Letchetchene dit

          Tu as raison LIAMONE honte aux collabos islamos-gauchistes comme toi!!!Qui travaille pour mettre à mort notre civilisation

          Encore honte à toi…….

        • 21 Janvier 2017 à 23h34

          Liamone dit

          Letchetchene représente la perte des repères des générations qui fument depuis trente ans ou qui picolent depuis toujours. Ils confondent les staliniens dont leurs parents sont issus avec les partisans des vieux collaborateurs du nazisme qui nous la jouent “patriotes”, même si leur conducator se laisse aller à exprimer ses véritables sentiments qui transparaissent dans ses messages ou ils fait l’apologie de l’occupation allemande. Ils raisonnent en fait comme les musulmans salafistes qui considèrent que la grande nation européenne est à conquérir. Ils viennent de la même souche, les paumés du stalinisme et du nazisme.Pauvres aveugles.

    • 21 Janvier 2017 à 15h51

      Liamone dit

      l’Angleterre à été un état américain et le redevient naturellement. En effet l’Angleterre n’étant plus dans les splendeurs du XVIIIe ou XIXe siècle ne pourra jamais s’imposer comme le pays moteur de l’Union Européenne. Elle a donc choisi de trouver un allié solide, chez lequel elle pourrait déverser ses exportations, car l’Europe va se fermer petit à petit. L’Amérique appréhende depuis les années soixante l’émergence de la grande Europe, première puissance commerciale mondiale. Le but est de la détruire avant qu’elle ne se renforce. Les européens ont la lourde responsabilité d’avoir créé non pas un état uni, mais une machine à gaz qui sert à faire des bulles, c’est à dire à éviter que l’Europe devienne l’état fort qu’elle doit être. La Cour européenne, la commission et tant d’autres zinzins qui ne servent qu’à empêcher l’Europe de s’unir.
      Les parti français réagissent selon leurs idéaux et leurs valeurs, du moins pour ceux qui en ont. Les héritiers de l’extrême droite traînent leurs casseroles, celles de l’occupation et celles de leur président d’honneur ou porte parole, condamné encore une fois pour apologie de la Gestapo. Aussi le poids que ce parti pourra occuper en France est celui des héritiers qui font l’apologie de la Gestapo. C’est à dire un poids nul.

      • 21 Janvier 2017 à 15h55

        durru dit

        Ca va, pas trop serrée la camisole?

        • 21 Janvier 2017 à 17h24

          Liamone dit

          L’apologie de la Gestapo est faite par les partisans de l’extrême droite qui rêvent de rassembler les petits fils et arrière petits fils des collabos, condamnés à la libération à des peines d’indignité nationale ou à des peines de prison.
          C’est une démarche qui en vaut une autre, celle de Mélenchon qui rêve de rassembler les anciens valets de Staline, de Kroutchew et autres Pol Pot qui devaient étouffer l’occident. L’extrême droite ne pourra pas retrouver son honneur perdu dans la collaboration. Ses paroles sonnent dans le vide car le pays n’a pas perdu la mémoire.

        • 21 Janvier 2017 à 18h33

          durru dit

          “apologie de la Gestapo”? C’est certain, vous vivez dans un monde parallèle.
          Sinon, de quels collabos parlez-vous? Des communistes qui ont saboté l’effort de guerre, de ceux qui se sont dépêchés à négocier avec l’allié nazi pour continuer à publier l’Huma dans le Paris occupé, ou les socialistes qui ont voté des deux mains les pleins pouvoirs à Pétain, et qui ont par la suite bien prospéré à Vichy, à l’image d’un futur président?
          Je sais que les extrêmes se touchent, mais je n’avais pas l’habitude de voir la gauche française appelée “extrême droite”…

        • 21 Janvier 2017 à 23h48

          Liamone dit

          Durru veut se faire passer pour un” patriote” de l’extrême droite qui aurait une grande culture politique. Ta culture pauvre Durru tu l’exprimes par un charabia ou tu sembles confondre les staliniens du PCF qui se sont ralliés à Le Pen et qui depuis qu’ils étaient les valets du stalinisme ont perdu leur repères. Il sont de la même eau que les partisans de Le Pen qui nous fait l’apologie de la gestapo et que le tribunal a condamné pour cela en début de semaine.La liste des collaborateurs est longue et à la libération ,ils ont été condamnés qui à des peines de prison , qui à des peine d’indignité national. Le conducator du FN est un expert car il a fréquenté, des les années cinquante, toute l’extrême droite issue de la collaboration . C’était sa base sociale et politique. C’est elle qui l’a élu député poujadiste. Sa base qui haïssait de Gaulle et les valeurs de la Résistance et de la libération.

        • 22 Janvier 2017 à 9h07

          durru dit

          Mitterrand, Thorez, Sartre, etc, ils ont été condamnés à la Libération? Pour une nouvelle, ça en est une!
          On s’en fout de JMLP, il jouait dans le sable à l’époque. Moi je parle de vrais traîtres à la patrie, des vrais collabos de première main. Vos diatribes pour les laver plus blanc que blanc ne changent rien à l’affaire.

        • 22 Janvier 2017 à 13h51

          Liamone dit

          On ne se fout pas de JMLP, fondateur et président d’honneur du FN. Ou est l’honneur du Fn quand il est dans les mains de JMLPen, il vomit sur les valeurs de la Résistance et de la Libération. L’honneur de la France c’est de Gaulle et les gaullistes. Le tribunal vient de condamner Le Pen pour apologie de la Gestapo et ses partisans osent la ramener! Honte! aux héritiers de Pétain.

        • 22 Janvier 2017 à 19h29

          durru dit

          L’honneur de la France? Ben, mon grand, JMLP n’a pas eu la francisque, et il n’a pas été Président non plus. L’honneur n’y est plus, et depuis un moment, et c’est pas de la faute de JMLP. Ce qui veut pas dire que je l’apprécie, hein!

        • 23 Janvier 2017 à 9h16

          Liamone dit

          Le FN incarne la trahison. Celle de l’extrême droite qui a servi l’occupant et s’est engagée à ses côté. À la libération le nettoyage n’a pas éliminé tous les porteurs de Francisque et quelques porteurs de décorations allemandes en ont eux mêmes réchappé. Le Pen Le beau Le Pen, président d’honneur du FN fait régulièrement l’apologie de l’occupant nazi. Il a été condamné la semaine dernière à une lourde peine d’amende pour ce motif. le FN porte la honte au front depuis sa création. La honte qu’incarne l’extrême droite dans ce pays.

        • 23 Janvier 2017 à 9h23

          Liamone dit

          Le président d’honneur du FN et ce parti , depuis sa création porte au front la honte qu’incarne l’extrême droite dans ce pays. A la Libération, l’épuration est passée. Les reliquats de l’idéologie qui avait soutenu la collaboration avec l’occupant à perduré. En début de semaine dernière le président d’honneur du FN a été condamné pour apologie de la gestapo.la honte au Front

    • 21 Janvier 2017 à 12h12

      Nolens dit

      On ferait aussi bien d’emboîter le pas vers les USA, vite fait hors de l’Europe.
      A propos qui c’est le guignol avec le napperon sur la tronche sur la photo, le technicien de surface ?

    • 21 Janvier 2017 à 0h27

      Wil dit

      L’un des meilleurs groupes de rock progressif au monde.
      https://www.youtube.com/watch?v=ob0OYmSQukk

      • 21 Janvier 2017 à 0h38

        Wil dit

        On sait déjà ce que Lector en pense:”Ouais,bof.bla,bla,bla…”Ok.;-)
        Pensez par vous même,Ca sera plus simple.

        • 21 Janvier 2017 à 1h10

          Wil dit

          Désolé,Lector,ça m’a échappé,si je puis dire.
          Tu n’es pas comme ça.

    • 20 Janvier 2017 à 23h50

      Robinson dit

      L’alliance de Yalta est en train de se reconstituer, entre UK, USA et URSS, contre l’Europe continentale, qui ne souvient plus qui l’a écrasée et qui l’a sauvée.

    • 20 Janvier 2017 à 19h57

      steed59 dit

      “séparés par une langue commune” ??????

      • 20 Janvier 2017 à 20h08

        Lector dit

        c’est une citation de George Bernard Shaw (parlant de la GB et des USA si je ne m’abuse)-reprise aussi par Dantec dans son TdO, cette fois pour parler de ce qui divisaient de fait français et québécois qui tout en étant francophones appartiennent à des espaces géographique et culturel différents.

        • 20 Janvier 2017 à 20h09

          steed59 dit

          quelle culture !!

        • 20 Janvier 2017 à 20h32

          Lector dit

          mouif, oups “ce qui divisait” tant qu’à faire :D

    • 20 Janvier 2017 à 19h52

      hoche38 dit

      Heureusement, pour terrasser ces méchants anglais, l’Union de Bruxelles a commis son plus fin diplomate avec Michel Barnier. C’est un homme qui voit loin: lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac, je l’ai entendu nous expliquer que la Méditerranée n’était pas un obstacle, mais un lien entre l’Europe et le Maghreb. Il fallait profiter de l’entrée de la Turquie pour y ajouter les trois pays de l’Afrique du Nord. Madame Theresa May n’a qu’à bien se tenir.

    • 20 Janvier 2017 à 19h42

      Impat1 dit

      IMHO, vous avez raison à 17h33.
      C’est un des bons côtés du Brexit.

    • 20 Janvier 2017 à 17h33

      IMHO dit

      On est censé pleurer ? Il va peut-être devenir possible de dire ou d’écrire quelque-chose à Bruxelles qui ne soit pas connu à Washington dans les jours suivants et on devrait le regretter ?
      Voyons ce qui est : il y a un traître à demeure dans les institutions européennes depuis quarante ans .

      • 20 Janvier 2017 à 20h41

        Wil dit

        Depuis 40 ans?!hahaha!naïf va.
        “Proches, si proches…
        Les liens secrets entre la CIA
        et les pères fondateurs de l’Europe
        Schuman et Monnet.
        “Circus politicus” de Christophe Deloire et Christophe Dubois révèle les réunions ultra secrètes des Conseils européens où tout se joue, dans les coulisses, dans de mystérieux clubs d’influence où les banquiers américains expliquent la vie aux politiques, dans les officines et les bureaux d’agents secrets…”
        http://www.atlantico.fr/decryptage/schuman-monnet-fondateurs-europe-cia-circus-politicus-christophe-deloire-christophe-dubois-283741.html

        • 20 Janvier 2017 à 21h06

          IMHO dit

          Non, Wil, je veux dire par là que tout fonctionnaire européen britannique qui apprend quelque-chose qui peut être utile aux Etats-Unis se fait une devoir de les en informer par l’intermédiaire du gouvernement Britannique .

        • 20 Janvier 2017 à 21h39

          Wil dit

          Mais peu importe que la GB sorte de l’UE,ça ne changera rien de ce coté là.
          Le gouvernement allemand a déjà fait allégeance aux USA.
          les USA d’Obama se sont fait choper en train d’espionner Merkel,la France et compagnie et il n’y a eu aucune mesures de rétorsions.