Brexit: un peu de grandeur plutôt que de la rancœur | Causeur

Brexit: un peu de grandeur plutôt que de la rancœur

Stop à la vengeance contre les supposés “mal-votants”

Auteur

Jean-Claude Allard
est Général de division (2° S).

Publié le 28 juin 2016 / Monde Politique

Mots-clés : , , ,

Des partisans du Brexit, au lendemain du vote, dans une rue de Londres (Photo : SIPA.AP21913876_000029)

Les réactions médiatiques et politiques exprimées à la lecture des résultats du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne inquiètent pour trois raisons.

Alors que l’euroscepticisme monte dans toute l’Europe, médias et politiques euro-optimistes découvrent soudain que l’un des peuples les plus distants par rapport à l’actuelle stratégie européenne peut les rejeter. Preuve de l’aveuglement dans les cercles de l’esprit et du pouvoir. Un aveuglement inquiétant quant à la capacité de ses membres à construire l’avenir.

Dès le résultat connu, une campagne de dénigrement a pris de l’ampleur : pétitions pour demander un nouveau vote, analyses « objectives » expliquant le vote négatif par « la xénophobie, la haine » des électeurs, déclarations sur ces circonscriptions de « petits blancs » qui ont voté « leave », etc. Une campagne qui joue très imprudemment sur les clivages forts qui traversent tous les pays européens sans exception et qui, si un terme n’y est pas mis au plus tôt, fera plus de mal que le Brexit lui-même.

Pour ne pas être en reste, des dirigeants politiques haussent le ton pour demander une sortie « immédiate », ne voulant pas « donner l’impression d’une Europe molle ». Un sursaut d’autorité à bon compte pour ceux qui ont traité avec le président turc, qui ont déversé des milliards d’euros pour sauver la Grèce. Mais il s’agissait alors de valoriser leurs egos de « sauveurs de l’Europe » avec de l’argent public. Aujourd’hui, il s’agit de faire taire les « egos » pour sauver l’Europe, et là, cela coûte cher pour leur amour-propre !

Alors au lieu de la rancœur, exprimons de la grandeur, car il s’agit de sauver, pour les générations futures, le projet de l’Europe.

Des dirigeants de l’Union européenne et des différents pays membres qui commencent leurs réunions ce lundi, les peuples européens attendent qu’ils tracent, enfin, une identité et un destin pour l’Europe et non qu’ils infligent une punition à des amis inquiets. Il s’agirait donc de dire :

  • - Le Royaume-Uni, pays souverain, pouvait légitimement consulter sa population, mais la légalité nous enjoint d’attendre la dénonciation des traités par le gouvernement britannique (article 50 du traité Lisbonne). Nous comprenons que cela ne puisse se faire dans la hâte sans provoquer encore plus de dégâts entre nous ;
  • - Nous sommes en effet convaincus de la nécessité de « faire l’Europe » car il s’agit d’un projet vital pour les peuples. Pour réussir ce projet, nous devons, de notre côté, comprendre si le rejet exprimé au Royaume-Uni, et qui se manifeste dans d’autres pays, porte sur l’objectif d’union, sur son contenu ou sur la stratégie pour atteindre cette union ? Trois thématiques interconnectées mais différentes ;
  • - Nous comprenons que, s’il y a urgence absolue, elle n’est pas dans la sortie du Royaume-Uni, mais dans une critique honnête et sans concession du projet européen afin que les peuples y adhérent. Car, s’il ne s’agissait que de créer un grand marché, alors le projet initial de la Communauté économique européenne suffisait ;
  • - Mais les évolutions du monde imposent clairement de produire plus de coopération entre États partageant les mêmes valeurs, mais avons-nous choisi les bonnes solutions ?
  • - Les cris des peuples laissent à penser que non. Adaptons notre stratégie pour construire l’Europe de demain dans laquelle chaque peuple sera heureux de partager avec ses voisins européens, sans avoir d’angoisse sur les surprises que pourraient leur réserver des politiques centralisées, déconnectées du monde réel.

S’il n’y a pas cette déclaration publique de la volonté de se livrer d’abord à une critique sans concession, afin de construire une Europe des Nations, donc des peuples, et s’il n’est pas mis fin à cette campagne de dénigrement des eurosceptiques, alors toutes les promesses pour « réécrire les traités », « faire plus de… », « faire moins de… » ne feront qu’amplifier la défiance et accentuer la profonde plaie qui balafre l’Europe de l’Algarve au comté du Viru-Est. Une plaie ouverte exposée à toutes les infections, dont la rancœur et la vengeance contre les « mal-votants » ne sont pas les plus bénignes.

>>> Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de nos articles consacrés au Brexit.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Juin 2016 à 11h41

      Flo dit

      Tiens , même à France Inter, il y en a qui se pose des questions sur le traitement médiatique du brexit :

      https://www.youtube.com/watch?v=_KyiRYWPxLE

      • 30 Juin 2016 à 12h10

        i-diogene dit

        Il est évident que les analyses à chaud manquent de recul..

        .. SUrtout que tant qu’ ils n’ auront pas fait jouer l’ article 50, le brexit n’ est qu’ une possibilité parmi tant d’ autres..

        • 30 Juin 2016 à 21h57

          la pie qui déchante dit

          “”Il est évident que les analyses à chaud manquent de recul..”

          c’est sur….
          c’était avant ou après le repas ….??

      • 30 Juin 2016 à 12h44

        lisa dit

        France-inter fait des progrès, bonne nouvelle

        • 30 Juin 2016 à 14h10

          isa dit

          C’est normal, les souverainistes étant fachos, on les trouve aussi bien à l’extrême- droite qu’à l’extrême- gauche, côté  Mélenchon France- inter.
          Je rappelle que ca s’appelle le rouge- brunisme ( pour les mal- voyants).

    • 30 Juin 2016 à 9h06

      Clash75 dit

      Référendum clair:seule solution,comme cela pas de tergiversations,pas de ressentis sèment du peuple dont on respectera la parole!?(enfin) cafe la quelle chienlit: migration anarchique, classes moyennes sur facturées, fonctionnaires protégés outrageusement’.A quand,même au risque d’une grève generale( mais nous y sommes déjà tellement confrontés) l’annonce de la retraite à minimum 60 ans pour les cheminots et consorts. Regime des retraites égalitaire.le secteur privé se fait avoir et fatigue,fatigue

    • 29 Juin 2016 à 22h32

      Nolens dit

      Dans certains commentaires je lis les 27 !
      Le problème est là. La Grèce aurait dû être virée à grands coups de pied au cul.
      L’Espagne et le Portugal sont entrés à cause de Miterrand.
      C’est du n’importe quoi et aujourd’hui on voit le résultat
      Amen

    • 29 Juin 2016 à 20h29

      la pie qui déchante dit

      Piketty , c’est cet expert socialiste en économie qui propose de taxer les propriétaires de leur logement en faisant valoir que , du fait qu’il ne paient pas de loyer , cela représente un revenu fictif qui devrait être imposable ….

      • 30 Juin 2016 à 12h31

        Warboi dit

        ça je dois dire, c’est fort.

        • 30 Juin 2016 à 13h47

          IMHO dit

          Non, c’est raisonnable, avec pour contrepartie la déductibilité de la base imposable du coût d’acquisition des logements.

      • 30 Juin 2016 à 13h55

        golvan dit

        @ la pie
        C’est tout bonnement la remise en cause de la notion de propriété privée, sous une forme sournoise.  

        • 2 Juillet 2016 à 8h36

          IMHO dit

          Je ne vois pas en quoi .
          Ce n’est pas le logement qui serait taxé, ce serait l’avantage qu’il donne au propriétaire en le dispensant de faire la dépense d’un loyer.
          La contrepartie serait comme ci-dessus la déductibilité, de la base imposable, du coût d’acquisition des logements ou du loyer payé .
          Ce serait équitable, car à situation familiale et revenus strictement égal, la charge de logement fait une différence énorme dans les revenus disponible.
          Bien sur, cela ferait plus d’impôt pour les propriétaires d’aujourd’hui, qui n’auront pas pu déduire le coût d’acquisition de leur logement, mais on peut compenser ce nouvel impôt en exonérant leur logement de droits de successions et de mutations.
          Ce que ces propriétaires payeront en plus aujourd’hui, leurs héritiers ne le payeront plus demain.

        • 2 Juillet 2016 à 8h47

          durru dit

          Et si on arrêtait de créer des taxes de partout et des niches fiscale à la pelle? Avoir un système fiscal simple, clair et lisible? Ah, mince, c’est pas possible, ça voudrait dire qu’on embauche plus de fonctionnaires pour s’occuper de tous ces sujets hyper-complexes. Plus de sous pour des saupoudrages électoralistes non plus. Et nos votes aux prochaines élections, qui c’est qui va nous les assurer?
          “Ce que ces propriétaires payeront en plus aujourd’hui, leurs héritiers ne le payeront plus demain.”
          Ah oui, certes, comme pour les retraites. Ce que les retraités d’aujourd’hui reçoivent, ceux de demain n’auront certainement plus. Mais ça, c’est pas notre souci, après nous le déluge.

    • 29 Juin 2016 à 19h34

      thd o dit

      Pan sur le bec des caractériels écossais :

      http://www.telegraph.co.uk/news/2016/06/29/nicola-sturgeons-hopes-of-keeping-scotland-in-eu-dashed-by-spani/

      “Nicola Sturgeon’s hopes of negotiating a deal to keep Scotland in the EU suffered a serious setback today after Francois Hollande ruled out talks and the Spanish Prime Minister said it has to leave with the rest of the United Kingdom.”

      Encore un héritage de Blair, et sa stupide décentralisation.

      Ici aussi, de Raffarin aux socialistes, la régionalisation est une mauvaise idée.

    • 29 Juin 2016 à 19h30

      la pie qui déchante dit

      Dernieres nouvelles :
      La bourse de Londres a effacé ses pertes d’après le Brexit …

      • 29 Juin 2016 à 19h46

        Flo dit

        Vous me l’enlever de la bouche, La Pie.

        Bientôt, le “drame” du Brexit sera oublié et la Tamise continuera de couler sous le Tower Bridge :-D

        • 30 Juin 2016 à 12h45

          lisa dit

          Pas eu le temps d’acheter des LS avant qu’elle ne remonte.

        • 1 Juillet 2016 à 1h31

          saintex dit

          Exigeons que la pie là remette tout de suite dans la bouche de la dame.

      • 29 Juin 2016 à 21h48

        Flo dit

        En fait, tous ces braves gens n’ont fait que gesticuler.

        • 30 Juin 2016 à 0h56

          Warboi dit

          Non Flo. Il y a eu un vote, un vrai. Et ces “braves gens” ont décidé de quelque chose de très important qui va entrer dans les faits assez vite.

        • 30 Juin 2016 à 9h22

          durru dit

          :D Flo parlait des gesticulateurs qui annonçaient une catastrophe imminente, une crise financière mondiale face à laquelle celle de 2008 serait de la gnognotte, suivez mon regard ;)

        • 30 Juin 2016 à 9h36

          mogul dit

          Warboi n’a pas fini de nous faire le SAV ☺…

        • 30 Juin 2016 à 11h27

          Flo dit

          Mais si Warboi et les vôtres, vous gesticulez et vous vociférez. Hollande et Juncker peuvent toujours réclamer une sortie précipitée, ce n’est que du vent et de la gesticulation. Ils ne peuvent rien imposer puisque une sortie de l’UE peut prendre deux ans. C’est dans le traité. Et personne, sauf les Britanniques eux-mêmes, ne peut obliger Camerone à démissionner dans la seconde.
          Vous pouvez vous rouler parterre en gémissant ou menacer de donner des coups de règles comme une bonne maîtresse d’école refoulée, cela ne servira à rien et n’impressionnera personne.

        • 30 Juin 2016 à 12h02

          i-diogene dit

          Ouais, Flo, sauf que:

          Tant que le RU n’ aura pas fait jouer l’ article 50, il n’ y a aucun brexit officiel..

          Donc, l’ UE presse Cameron de se déterminer rapidement… Ensuite, il y aura effectivement deux ans pour se désengager..

          A mon avis, le RU va faire traîner au maximum..!^^

        • 30 Juin 2016 à 12h29

          Warboi dit

          C’est tout l’intérêt du RU de faire jouer l’article 50 le plus possible.
          La temporisation renforce qui ? Mais les remainers pardi qui ont beau jeu de mettre à jour toutes les incohérences et les contradiction du brexit, entre les mensonges des uns, les fantasmes des autres et les menaces des troisièmes… Ce n’est pas l’UE qui risque de voir exploser son identité et son territoire, mais bien le RU.
          On comprend bien que les anglais soient devant le brexit comme une poule devant un couteau, mais chaque jour qui passe rend la situation un peu plus inextricable.

        • 30 Juin 2016 à 12h37

          durru dit

          Dur, dur, la logique, Dio… Comme dit Flo, il n’y a que les électeurs Britanniques pour pousser Cameron à la démission. L’UE n’y peut rien, et tant mieux.
          Quant aux incantation apocalyptiques sur l’avenir du RU, “wait and see”. Jusqu’à preuve du contraire, l’Ecosse, même indépendante, sera toujours en dehors de l’UE, l’Espagne peut vous le garantir :)

        • 30 Juin 2016 à 14h15

          isa dit

          Durru, vous ne nous avez toujours pas dit si, comme le prétend Bibi, votre mère ne serait pas un peu roumaine juive?

        • 30 Juin 2016 à 16h23

          Flo dit

          Le RU a tout intérêt de prendre son temps pour se mettre en ordre de bataille avant de faire jouer l’article 50. Il faut donc qu’une équipe se mette en place derrière un nouveau premier ministre et mette au point un cahier des charges pour les négociations à venir. Camerone partira à ce moment et le nouveau premier ministre fera jouer l’article 50. Cela se passera à mon avis grosso modo de cette façon car c’est ce qu’il y de plus raisonnable. Ce serait totalement irresponsable de se précipiter et de plier devant les moulinets de Hollande dont chacun sait qu’il sera éjecté de l’Elysée d’ici 10 mois.

        • 30 Juin 2016 à 19h12

          Warboi dit

          Et bien pour la nouvelle équipe, c’est pas gagné…
          Celui qui rêvait du ten la nuit ne peut pas se présenter et pourtant il a tourné casaque à 180 degré exprès et pour rien…
          Pas de majorité.
          Ni aux tories, ni au Parlement… Mais c’est sûrement la faute de l’UE qui fait peur aux députés…
          Plus sérieusement, pour actionner l’article 50, il faut un PM et surtout un Parlement. Ce ne sera pas l’actuel. Il est très remain. Un prochain ? quel sera l’état de l’opinion dans quelques mois, quand on lui expliquera que pour avoir un accord de type norvégien avec l’UE il faut accepter les quatre libertés de circulation, les payer et n’avoir aucun pouvoir de décision ?
          Votera t-elle pour des députés brexit ?
          Je commence à me dire qu’il n’est pas prêt d’être mis en œuvre cet article 50…

        • 30 Juin 2016 à 19h44

          durru dit

          Vous commencez, mais je crains que avez déjà fini, également, car votre analyse est trop biaisée.
          Le nouveau premier ministre, quel qu’il soit, aura l’autorité nécessaire pour enclencher le processus. Faut-il vous rappeler que Theresa May, malgré sa position “remain”, a exclu toute remise en cause des résultats du référendum? Et aussi qu’elle a un assise très importante dans le parti?
          Arrêtez de prendre vos désirs pour des réalités, ça nous fera des vacances.

        • 30 Juin 2016 à 21h08

          Warboi dit

          Qui a demandé qu’on ne respecte pas le résultat du referendum ???
          Au contraire, nous sommes nombreux à souhaiter qu’il soit pris en compte et le plus vite possible.
          May est parfaite pour le rôle mais le psychodrame Johnson, omniprésent pendant la campagne et ex futur PM, ne contribuera pas à rassurer les remainers.
          Sinon vous oubliez un partenaire essentiel. Le Parlement. Il est remainer à 75% et ne votera pas l’article 50.
          De nouvelles élections générales devront avoir lieu, ce qui reculera d’autant la date de sa mise en œuvre.
          Dans quatre mois, quel sera le rapport de forces ????

        • 30 Juin 2016 à 21h49

          durru dit

          Purée, vous lâchez jamais???
          Dans quelle boule de cristal avez-vous lu que le Parlement ne voterait pas le déclenchement de l’article 50? Vous voyez les députés Tories élire un premier ministre et ensuite le désavouer sur sa première action? Mais vous êtes un grand malade, ma parole!

    • 29 Juin 2016 à 19h00

      nico dit

      L’oligarchie bruxelloise (secondée par ses laquais nationaux, de Sarkozy à Hollande en passant par la quasi-totalité de la classe politique) “construit” l’Europe non pas comme un prolongement, mais comme un substitut des nations.
      L’Union européenne a pour principes fondateurs la négation des nations européennes et la suprématie du marché.
       Son système de décision est exclusivement technocratique, totalement découplé du suffrage universel.
       Son arme ultime est la dette ; comme l’avait bien compris John Adams, “il y a deux façons de conquérir et d’asservir un peuple: l’une est l’épée, l’autre la dette”.
       C’est une machine à détruire qui profite à une infime minorité de riches ; ils en tirent d’immenses profits.
       Pour les peuples en revanche, il n’y a aucune prospérité, aucune liberté, aucun avenir heureux à attendre de cette union soviétoïde.
      http://les-minuscules.blogspot.fr/2013/10/coup-detat.html
      nl
       

      • 29 Juin 2016 à 20h27

        i-diogene dit

        Tu raconte n’ importe quoi, Nico..!^^

        La progression des dépenses des ménages n’ a jamais baissé, la croissance est stable depuis les années 60, et ceci, malgré les différentes crises…

        De plus, la libre circulation des biens en UE a favorisé l’ acquisition des biens d’ équipements des ménages et des entreprises..

        La consommation en volume de denrées alimentaires a toujours été stable (preuve que la société mange à sa faim),

        Le budget consacré aux denrées alimentaires a augmenté du fait que l’ on ne consomme plus les mêmes choses qu’ en 1960 (surgelés, produits bios, etc..),

        La part de budget familial consacrée aux loisirs, vacances et voyages a augmenté très largement ainsi que celle consacrée aux communications (tél portable),

        Etc…

        Plutôt que de réciter bêtement les intox des anti-euro, il serait plus judicieux de t’ informer correctement..

        Pour ta gouverne, une étude de l’ INSEE sur les 60 dernières années..:

        http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ref/CONSO09c.PDF

        • 29 Juin 2016 à 21h03

          kelenborn dit

          Charité bien ordonnée commençant par soi-même , ce ne serait pas une mauvaise chose si I-diogene commençait par s’appliquer ce principe!

          Je cite:
          “La progression des dépenses des ménages n’ a jamais baissé, la croissance est stable depuis les années 60, et ceci, malgré les différentes crises…”
          On se pince

          Le taux de croissance du PIB est de l’ordre de 5% l’an pendant ce que l’on a appelé les 30 glorieuses. En 1973 , à la veille du premier choc pétrolier, on a comblé le gap avec les USA en terme de revenu par tête. Aujourd’hui on est de nouveau distancé. Le taux moyen de croissance depuis le premier choc doit avoisiner les 2% !! Encore faudrait-il prendre en compte dans ce taux l’augmentation de la part du PIB non marchand (les administrations dont les effectifs ont gonflé). Or ce PIB correspond aux salaires versés et non à la production réelle! Il suffit d’augmenter le nombre des agents publics et leur rémunération pour que le PIB augmente
          Ceci c’est pour le produit: côté revenus, il est à noter que des dépenses ont fortement gonflé dans le budget des ménages. Vers 1970 , 15% d’une génération a le bac et fait éventuellement des études supérieures. Le chiffre est beaucoup plus important aujourd’hui et c’est à la charge des ménages alors que c’est un investissement pour le pays. Et je ne parle pas de dépenses extravagantes considérées comme un accroissement de richesse. En 2000, le coût du traitement d’une tonne d’ordures ménagères pouvait atteindre 1800 francs soit 3 fois le prix des patates Ceci était considéré comme une activité accroissant le PIB et on pourrait multiplier les exemples.
          Diogene sortait de son tonneau et errait dans les rues de la cité en cherchant un homme. Contentez vous de chercher les bonnes données et les vaches seront bien gardées!
          MK

        • 29 Juin 2016 à 21h50

          i-diogene dit

          Kelebom,

          C’ est du n’ importe quoi:

          La diminution du taux de croissance n’ a jamais influé significativement sur la consommation des ménages qui est restée assez stable..

          Que le PIB augmente avec le salaire versé aux fonctionnaires, c’ est logique: ils apportent un service, comme toute entreprise privée de services..: la société évolue, les services de l’ Etat doivent suivre en conséquence..: que les postes, l’ EDF, le traitement des ordures ou la Sécurité Sociale soient publiques ou privées, elle produisent bien un travail..

          Une société riche a de meilleures structures internes qu’ une société moins riche: pour ta gouverne, le Cambodge, par exemple, n’ a ni facteur, ni boites aux lettres, ni ramassage des ordures.. Juste une poste centrale dans les plus grandes villes.. Pour ce qui est des poubelles, ce sont les gens qui se débrouillent..

          Le fait que les familles dépensent plus pour les études supérieures de leurs enfants est aussi un signe d’ accroissement du revenu individuel: en 1960, elles ne pouvaient pas se le permettre..!^^

          Pareil, pour ta tonne de déchets..: en 1960, c’ était quasiment gratuit (décharges à ciel ouvert)… Qui aurait eu les moyens de payer 1 800 fr la tonne sur ses revenus..?

          Etc..

          T’ as une singulière façon d’ analyser les faits..Kelembrouille..!^^

        • 29 Juin 2016 à 21h58

          i-diogene dit

          Quiproquo: je parlais de la croissance de la progression des dépenses de ménages évidement..

          Pas de la croissance du PIB..Dont je n’ ai jamais parlé dans le com en question..!^^

      • 29 Juin 2016 à 16h53

        thd o dit

        Ce Piketty n’a vraiment pas froid aux yeux.

        Il a participé à recommander l’euro, qui est dans son domaine de compétence théorique ; et pourtant son article doit admettre implicitement que l’euro était une erreur :

        “Avec plusieurs monnaies, il aurait suffi de dévaluer fortement les monnaies du sud de l’Europe (…)
        C’est ainsi que la zone euro est devenue un boulet pour l’Europe, ce que les tenants du Brexit n’ont pas manqué d’exploiter dans la campagne qui s’achève : à quoi bon rester avec des pays qui nous tirent vers le bas, et qui se sont montrés incapables de gérer correctement leur union monétaire ? L’euro devait marquer la transformation du marché commun en union politique, capable de nous protéger face à la spéculation des marchés, première étape vers une puissance publique permettant de réguler le capitalisme du XXIe siècle. En réalité, l’euro est devenu la machine infernale qui menace de tout faire dérailler.”

        Mais cette erreur dans son domaine de compétence théorique ne le décourage pas, et le voici qui nous propose des réformes dans le domaine institutionnel (où il n’a à ma connaissance aucune légitimité particulière).

        Et que propose-t-il ? Rien de moins que de supprimer les chefs d’Etat et de les remplacer par les parlements. En gros, le bordel de la IIIe et de la IVe française, mais à l’échelon européen.

        Il ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît. Le problème, c’est qu’ils sont nombreux comme ça au PS et à l’UMP, et que ce sont eux qui vont gérer la chose…

        • 29 Juin 2016 à 18h09

          i-diogene dit

          Bof,

          Pour les chefs d’ Etats, ça ne changerait rien en France:

          Le chef d’Etat ne couvre que l’ exécutif, donc, pas le législatif (séparation des pouvoirs).. Ce qui fait qu’ actuellement, Hollande n’ inter-agit pas dans la construction européenne.

          D’ autre part, son idée d’ utiliser des délégations (proportionnelles) des parlements nationaux me semble très positive:

          - pour accorder les violons, il vaut mieux avoir à faire à des violonistes qui connaissent leur partition, plutôt qu’ à des gus sous-qualifiés, nommés au petit bonheur à la chance des arguments des campagnes électorales..

          En tout cas, cela ferait avancer les choses dans une cohérence entre les nations et l’ UE..

        • 29 Juin 2016 à 18h40

          Parseval dit

          Boh les domaines de compétence.
          La constitutionnaliste de Causeur préfère bien s’inventer des vies où elle est courtisé par Tarzan est poursuivie par May Day…

        • 29 Juin 2016 à 18h51

          Saul dit

          oui enfin la séparation des pouvoirs est surtout théorique, les députés d’une majorité sont toujours aux ordres et ne franchissent jamais le Rubicon pour renverser leur gouvernement. Voir l’exemple de ces pantins de frondeurs.

        • 29 Juin 2016 à 19h35

          i-diogene dit

          Bin, non, pas théorique..:

          - La loi travail est un exemple d’ indépendance entre l’ exécutif et le législatif, sinon, elle serait passée au premier vote (majorité parlementaire)..!

          Ta réaction, c’ est juste ce que je reproche à la vision politique des français:

          - une couleur => une idée
          - la couleur inverse => l’ idée inverse..

          ..Et les dissidents sont accusés de traîtrise..

          A croire que la couleur politique prime sur la réflexion personnelle..

          Pfff.. Conneries de visions binaires..!^^

        • 29 Juin 2016 à 19h36

          thd o dit

          Non, ce qu’il propose n’est pas de remplacer les députés européens par les députés nationaux, mais les chefs d’Etats par les députés nationaux réunis en conclave. Et c’est à l’évidence une grosse connerie…

        • 29 Juin 2016 à 20h20

          Saul dit

          mais c’est passé à la 1ere lecture par le 49.3, inutile d’ailleurs puisque les frondeurs l’auraient voté (ils espèrent en seconde lecture que ce sera encore un 49.3, histoire d’éviter de la voter). La plupart des amendements qui ont été fait à ce 1er passage étaient téléguidés par l’exécutif dans le but de mettre fin aux mouvements sociaux sans perdre la face.
          C’est le sénat, d’une autre couleur politique, qui a transformé le texte (enfin, en remettant quasiment la 1ère version, sont taquins les sénateurs :-)).

          “A croire que la couleur politique prime sur la réflexion personnelle..”
          Ben oui, il ne s’agit pas de binarisme mais de pragmatisme de la part de nos élus : si toi vouloir encore investiture du parti pour garder ton siège, toi chier droit fissa

        • 29 Juin 2016 à 20h44

          i-diogene dit

          OK, Thdo,

          .. Mais non, ce n’ est pas une grosse connerie, c’ est le système actuel qui n’ est pas conforme à la constitution de la république française: l’ UE, c’ est du domaine du législatif, l’ exécutif ne devrait jamais pouvoir intervenir dans le législatif..

          Du coup, ça ne m’ étonne plus que ça patauge..!^^

        • 29 Juin 2016 à 21h14

          kelenborn dit

          J’ai déjà dit à Diogene que “charité bien ordonnée commençait par soi même” mais j’ai l’impression de pisser dans un violon.
          Tout à fait Thd , d’ailleurs , le problème c’est qu’une monnaie unique ne devrait voir le jour que dans un Etat fédéral , ce que n’est pas l’Europe. L’Allemagne, qui a recréé son Lebensraum et exporté son chômage vers les pays avec lesquels elle est excédentaire (F, RU, Italie etc…) aurait alors du être solidaire de la Grece ou de l’Espagne.
          Bon cela dit, Piketty battait Filipetti …on peut le pardonner
          MK

      • 29 Juin 2016 à 17h00

        thd o dit

        de Gaulle a imposé un exécutif fort en 1962. Les adeptes du parlementarisme savent qu’ils ne pourront pas revenir dessus au niveau national, donc ils veulent passer par le niveau européen.

        La défaite de 1940 et les deux guerres coloniales non gérées ne leur ont apparemment rien appris. Incorrigibles fouteurs de m***e.

        • 29 Juin 2016 à 20h50

          i-diogene dit

          De Gaulle avait attribué trop de pouvoirs à l’ exécutif.. >D>onc à lui-même..

          C’ est surtout ça qui fout la merde depuis quarante ans..!^^

      • 29 Juin 2016 à 17h10

        durru dit

        Jamais décevant, le Piketty:
        le vote Brexit exprime davantage un vote contre l’immigration et la mondialisation qu’un vote contre l’Union européenne en tant que telle.
        Mme Irma en toute sa splendeur. Il a jamais suivi la campagne au RU, on dirait. Jamais entendu parler du poids insupportable (pour les Britanniques) de l’armée bureaucratique bruxelloise et de ses normes pondues à la vitesse grand V.
        Cette menace [du populisme de droite et du nationalisme] est autrement plus dangereuse pour l’Europe que le défi posé par la gauche radicale, qui dans le fond ne fait que formuler une demande de bon sens : la restructuration des dettes publiques européennes est inévitable et doit être organisée au plus vite. Il aurait mieux fallu tenter de s’appuyer sur Syriza, Podemos, le PSOE et l’ensemble des partis de gauche radicale ou non, qui ont le mérite d’être fondamentalement proeuropéens, par comparaison aux populistes de droite.
        Evidemment, quand le mur est devant, la seule chose à faire est d’accélérer. Car, dans le fond, tout ce que la gauche radicale demande n’est que ce que la gouvernance européenne met en place depuis un moment: irresponsabilité et démocratie de façade.
        L’option de respecter les engagements pris lors des élections ne viendrait pas à l’esprit.
        Je suis plus en accord avec la conclusion:
        En tout état de cause, ce débat sur les institutions européennes est fondamental, et il ne doit pas être réservé aux experts du droit et des constitutions : il concerne tous les citoyens, de même que les débats sur l’impôt ou sur la dette. Ces questions ont trop longtemps été abandonnées à d’autres, avec les résultats que l’on sait. Il est temps que les citoyens de l’Europe se réapproprient l’avenir.

        • 29 Juin 2016 à 18h48

          Parseval dit

          Le poids des normes. Mais si le RU veut accéder au marché européen il devra s’y plier exactement comme avant !!
          Son amour immodéré pour l’extrême gauche, c’est très relatif. Les lordoniens ne le classeraient pas exactement comme vous.

        • 29 Juin 2016 à 21h18

          durru dit

          Ben oui, on est pas sortis de l’auberge, et ça prend pas le chemin non plus.
          Je ne dis pas qu’il serait lui-même d’extrême gauche, mais crier sur tous les toits que Syriza et Podemos sont tout ce qui pourrait arriver de mieux à l’Europe, désolé, mais ça n’a pas d’autre nom que d’amour immodéré pour l’extrême gauche. Expliquer en plus que la relance par l’explosion des dépenses publiques serait la seule solution c’est en apposer le sceau.

      • 29 Juin 2016 à 17h19

        Warboi dit

        Merci Parseval.
        L’analyse est brillante, elle me prend parfois à rebrousse-poil (je suis plus tirolien que pikettien), mais je dois dire que c’est décapant et convaincant.
        Les solutions sont foisonnantes et partent un peu dans tous les sens mais ont le mérite de porter un vrai projet.
        Qui repose comme toujours sur les capacités de nos dirigeants à arrêter la petite politique politicienne à la petite semaine qui les caractérise, au niveau européen plus encore que national.

        • 29 Juin 2016 à 17h33

          durru dit

          Son amour immodéré pour l’extrême gauche est pour moi un repoussoir absolu. Même s’il est vrai qu’une bonne partie de ses constats sont tout à fait recevables.

        • 29 Juin 2016 à 19h07

          Warboi dit

          C’est toujours ce qui me retient chez lui, m’agace et m’interdit d’adhérer totalement. Mais là franchement, pas grand chose à reproche. Au moins sur le constat. Après les solutions, yakafokon, mais ça se tient.

        • 29 Juin 2016 à 19h55

          expz dit

          Je vous recommande vivement la lecture de l’ouvrage remarquable”piketty au piquet”,son auteur(libéral,dommage qu’il n’intervienne pas plus souvent…) est brillant,l’ouvrage humoristique.Et cela ne l’empêche pas de démonter toute la thèse de Piketty (notamment sur ses fameuses “statistiques”)avec la plus grande rigueur.Un vrai carnage.

        • 29 Juin 2016 à 21h12

          i-diogene dit

          Durru,

          Une proposition c’ est toujours perfectible, mais doit-on se cantonner à discuter de la couleur politique du créateur..?

          La démocratie française en crève de ce clivage droite/gauche..

          La preuve, c’ est que la droite a massivement retoqué le projet “loi travail” et qu’ elle propose aujourd’hui la version 1 de ce projet de loi..

          Ce ne serait pas complètement stupide ces guerres partisanes..?

        • 29 Juin 2016 à 21h24

          durru dit

          Diogène, ce n’est pas interdit de lire mon intervention plus haut pour voir ce que je rejette dans les propositions concrètes de Piketty. Le souci, ce n’est pas sa position partisane, mais son approche trop idéologisée de tout problème politico-économique.

    • 29 Juin 2016 à 16h11

      Parseval dit

      Ben Judah, journaliste : https://twitter.com/b_judah/status/748097437047332864
      Have been running around the City of London last few days. Here’s an update. Merkel and Brussels have outright already refused an EEA+ agreement that gives UK migration control, passporting and single market access. What is passporting? All banks registered in UK have a “passport” that allows them to do business with whole EU. The City depends on it. Base case is Berlin and Brussels plan to insist on an EEA- (i.e. a worse deal than Norway) that excludes passporting, migration controls. This would however allow services to continue to have access to the singoe market. But not financial services. Mass migration continues.
      This is formal offer. But Paris is planning a turn of cynical brilliance – that could at a stroke smite London and restore Paris to glory. France cynicallly intends to offer Britain an EEA- that excludes passporting, but givs them a migration cap, and single market access. This is a brilliant move: “you get less Poles, but we want your banks.” It would be in France’s interests to encourage UK out to get banks. This would leave some stuff shirt like Crabb in a disastrous position: Paris and Berlin would have handed him a deal only “bad for bankers.” But the cynical French deal would be exactly the kind of cap migration, free movement for us and single market deal that the public want.
      The next Tory muchkin leader would then be a hideous position: have his tax base slasshed at by loss of banks as his voters rejoice. Paris and Frankfurt would emerge as enormous winners by ending passporting. Hugely boosting popularity of French and German leadership. British public will be left moronically clapping the huge triumph of a few less Poles and the punishment for “bankers” and tax base slashed.
      City analysts I met look with unbrindled distain on a Tory leadership class they think are simply muppets. No clue what’s about to hit them.

      • 29 Juin 2016 à 16h16

        Parseval dit

        France has already made this plan public. Hollande utterly clear on exactly what he wants Paris to grab from London.
        How will EU divy up the City of London? This is base-case: Euro-clearing to Frankfurt and rest to Paris, Amsterdam to avoid #Frexit, #Nexit. They’ll be no “new” London. It will go to several places. Also, Germany urgently needs to reward France and boost EU there.
        Hollande is particularly keen to grab as many banks as he can from London: a sudden rush of banks to Paris could turn his Presidency around.

        It is crucial to understand EU must at all costs stop Le Pen winning in 2017. Best way to do this? Reward France the banks and their taxes.

         
        C’est surprenant un évènement historique, finalement. Il ne se passe rien, les gens courent de partout en agitant les bras ; s’égosillent en de vaines déclarations ; échafaudant des plans plus ou moins délirants et annoncent leur visions pour le futur…

        • 29 Juin 2016 à 16h18

          thd o dit

          Je viens de me débarrasser du journal de Bainville pendant la première guerre mondiale, mais il l’a arrêté au printemps 1915 exactement pour cette raison.

          Do you not know with how little wisdom the world is governed ?

        • 29 Juin 2016 à 16h42

          Warboi dit

          Il me semble absolument évident que la City ne peut pas conserver le passeport européen.
          Ce n’est même pas négociable.
          L’EU n’est pas à la carte, il fallait y penser avant.

        • 29 Juin 2016 à 16h56

          thd o dit

          Eh bien on verra comment se passera la négociation.

          Si les motoristes allemands, etc, veulent continuer à vendre leur came en GB, il faudra bien qu’ils en rabattent sur les points forts anglais. Et les fanatiques européistes verront de quel Warboi se chauffent les Anglais.

      • 29 Juin 2016 à 16h16

        thd o dit

        Si c’était le cas tant mieux pour nous, mais ce ne sont que des rumeurs. D’ici à octobre et dans les deux ans à suivre on va sans doute en entendre un bon paquet…

      • 29 Juin 2016 à 16h52

        durru dit

        Si les grandes décisions qui mènent le monde se prenaient dans le cabinet du secrétaire général PS (…consensuel, ah non, je cherche… de synthèse… non, c’est pas encore ça, mais c’est pas grave), ça se saurait.
        Heureusement que les choix sont bien plus pragmatiques.
        Je vous conseille d’attendre les vraies négociations et de vous tourner vers de la bonne prose de fiction.

    • 29 Juin 2016 à 13h15

      Patrick dit

      Les Remainer doivent bien rêver à “Retour vers le futur” et la machine à remonter le temps !

      • 29 Juin 2016 à 14h10

        isa dit

        Tu quoique mi fili

        • 29 Juin 2016 à 14h16

          Patrick dit

          Je pense qu’il y a un couac dans votre commentaire.

        • 29 Juin 2016 à 14h58

          durru dit

          Je dirais même mieux: un quoique :)

        • 29 Juin 2016 à 15h06

          la pie qui déchante dit

          Qui voulut être Cesar ,… mais ne fut que Pompée …

        • 29 Juin 2016 à 19h41

          isa dit

          Quand je pense avoir passé latin à l’oral du bac!
          Décidément mes seuls souvenirs remontent à Astérix! 

        • 29 Juin 2016 à 20h21

          Parseval dit

          Sic transit…

    • 29 Juin 2016 à 13h13

      Diogène le cycliste dit

      A mon avis, l’effet Brexit est fini et en faveur de nos amis britanniques.Il n’y a qu’à voir la bourse : 1er jour: -8,5%; 2ème jour : -2,5 à-3%; après : +2,60%donc le choc est encaissé.
      Quant aux négociations, les européens ne peuvent rien imposer aux anglais qui n’ont pas envoyé leur lettre et je pense qu’ils font faire durer pour laisser le temps de s’organiser et éviter que le départ se fasse dans la panique car chez les anglais, même si l’on est pas dans le même camp, il y une solidarité face à l’extérieur.
      Je pense qu’à la fin ce ne sera pas les anglais qui vont y perdre le plus.

      • 29 Juin 2016 à 14h30

        Warboi dit

        Permettez-moi d’en douter.
        Ce que vous préconisez là, c’est le cauchemar de l’UE. Que les négociations du Brexit qu’elle n’a pas demandé durent plusieurs années et paralysent totalement l’Union. Car, tant que la Grande-Bretagne n’est pas sortie, elle continuera à siéger au sein des instances européennes et pourra poser son véto à toute réouverture des traités par exemple. Cela n’a rien d’agressif ou de revanchard, c’est vital, il faut couper les ponts au plus vite avec le Royaume-Uni pour éviter le pourrissement. Ceux qui disent le contraire jouent contre les intérêts de la France qui est encore, leur pays ( ?). L’article 50 n’a pas été conçu pour servir d’instrument de chantage, une pratique très habituelle de Cameron. Un pays peut sortir, mais c’est seulement ensuite qu’on se mettra à discuter. Et cette fois, tous les états membres sont d’accord, c’est rare.

        • 29 Juin 2016 à 14h42

          Warboi dit

          Quant à la fin de l’effet brexit sur les marchés, ne rêvez pas. Il réagissent bien aujourd’hui après la fermeté affichée des dirigeants de l’UE.
          Mais des répliques sont inévitables.
          Personne ne sait où on va.

        • 29 Juin 2016 à 14h56

          durru dit

          “tant que la Grande-Bretagne n’est pas sortie, elle continuera à siéger au sein des instances européennes”
          Effectivement, premier exemple aujourd’hui, avec un sommet à 27.
          Par ailleurs, il semble que l’activation de l’article 50 en septembre serait acceptable pour les 27. A suivre.

        • 29 Juin 2016 à 15h58

          Warboi dit

          Rien n’a encore été reglé car l’article 50 est muet et il n’y a pas de jurisprudence (!). A priori, la Grande-Bretagne présidera l’UE au second semestre 2017, les ministres britanniques continueront à voter au Conseil des ministres, les députés européens britanniques à adopter les textes européens (on a encore vu Farage faire son numéro de cirque hier), les juges britanniques de la Cour de justice européenne à rendre des jugements. Ce qui est extrêmement étrange alors que toutes les décisions qui seront prises durant cette période n’auront pas vocation à s’appliquer au RU. Quant aux fonctionnaires britanniques des institutions communautaires (1400 en tout), ils resteront en place au moins jusqu’au brexit effectif.

          Pour la date, les 27 ont-ils le choix ? Une nouvelle fois c’est une prise en otage. Cela ne contribuera pas à la sérénité quand il s’agira de tout remettre à plat.

        • 29 Juin 2016 à 16h02

          durru dit

          Vous n’en savez rien, pas plus que moi. Seulement, la réunion de ce matin sans Cameron va à l’encontre de vos hypothèses. On verra. Les Britanniques sont connus pour se comporter en gentlemen (attention, j’ai bien écrit “se comporter”, pas “être”).

        • 29 Juin 2016 à 17h25

          Warboi dit

          ça s’accélère quand même. Les candidats au job doivent se faire connaitre avant jeudi et le prochain PM sera désigné le 9 septembre… Cameron a pété un âble avec Corbyn, l’atmopshère est de plus en irrespirable. Ils vont finir par se taper dessus…

        • 29 Juin 2016 à 17h37

          durru dit

          Vous croyez vraiment qu’un pays comme le RU aurait intérêt à rester sans gouvernement de facto pour longtemps? C’est normal, comme c’était aussi normal de laisser d’abord les gens reprendre leurs esprits.

        • 29 Juin 2016 à 19h14

          Warboi dit

          Non, ils n’y ont aucun intérêt.
          Il est vrai qu’ils sont tous sonnés.
          Mais je me méfie formidablement d’eux. Il n’y a pas plus roublards et fourbes (rien de personnel)).

        • 1 Juillet 2016 à 1h42

          saintex dit

          Seriez pas un peu xénophobe ?

      • 29 Juin 2016 à 20h55

        expz dit

        Tant que le brexit n’est pas effectif (avec les conséquences en barrières douanières) la bourse n’a aucune raison de s’agiter,les affaires continuent…Le plus important ce sont les variations de la livre et la perte du triple A qui auront,à terme ,une influence sur leur économie.
        Plus probable:la spéculation attend le moment favorable,:la surprise.Prévenue depuis le 23,la Bca (en concertation avec les autres Bc) injecte ses réserves d’ euros pour soutenir la livre mais ce ne sera pas éternel…Evidemment,c’est une simple hypothèse à priori invérifiable.Mais à la place des spéculation, c’est l’attitude que j’adopterais…

    • 29 Juin 2016 à 11h21

      golvan dit

      Depuis le Brexit qui, rappelons le est un scrutin parfaitement démocratique et légal par lequel la population britannique dans sa majorité a souhaité quitter l’UE, les européistes font preuve d’une incroyable agressivité alors qu’on se demande ce que peut bien faire le détachement un peu plus marqué qu’auparavant d’un des membres de l’Union. 
      Il semble que la raison de cette agressivité soit la peur de constater que le RU continuera, c’est certain, de commercer avec l’UE grâce à de nombreux traités bilatéraux, ne s’effondrera pas le moins du monde, c’est tout aussi certain, et apportera la preuve que l’économie bien menée n’a pas besoin d’une bureaucratie pléthorique, et soumise au jeu des corrupteurs des lobbies, telle qu’on la conçoit à Bruxelles.
      Car même si le RU reste dans l’UE, ce sera au prix d’importantes concessions de la part de l’UE, quoi qu’essaie de faire croire un Junker, sombre escroc corrompu au service de la finance mondiale. 
      Quant à imaginer la partition du RU, nouvelle approche de ceux qui refusent le vote majoritaire, il coulera de l’eau sous les ponts avant de voir l’Irlande du nord presbytérienne rejoindre l’Eire, et l’Ecosse devenir indépendante.  
      Sur l’Ecosse d’ailleurs, il est amusant d’entendre l’argument principal des européistes qui est l’obtention de subventions, comme d’habitude, alors que ces subventions ont pour légitimité la transition vers un grand espace sans subvention mais soumis à la loi du plus fort dans lequel les régions périphériques ont tout à perdre, en particulier dans le domaine agricole.
      Remarquons enfin que la France ressemble à s’y méprendre au RU, part de l’industrie dans le pnb à environ 17% avec la même conséquence sur le chômage, et économie basée sur “les services”.
      On peut imaginer qu’une part des brexiters a voté pour un retour de l’industrie au RU, des abrutis probablement…  

      • 29 Juin 2016 à 11h33

        Warboi dit

        “même si le RU reste dans l’UE” ?? Ce n’est pas au programme.

        Les états membres ne demandent rien d’autre au RU que de mettre en œuvre l’article 50 pour clarifier une situation très anxiogène qui vient de faire disparaître en fumée 3000 milliards d’euros. Point.
        Faut pas inverser les rôles, c’est le RU qui demande. Il y aura négociations, mais peut être pas celles que Johnson souhaitait. en particulier, jamais l’UE ne sacrifiera la liberté de circulation des personnes. Or on sait que c’est la raison principale du vote brexit. Johnson devra faire beaucoup de pédagogie.
        D’autant que je vois très très mal des “industries” revenir s’installer dans un pays qui ne fait plus partie de l’UE… Ce sera plutôt le contraire. Nissan et Toyota se sont installés au RU pour pénétrer le marché européen et ils sont très inquiets.

        Vous vous méprenez sur les motivations des Ecossais. Avec pas mal de mépris, vous prétendez qu’ils courent derrière les subventions… Ils aiment l’Europe, pour commencer, et ils tiennent aux infinies possibilités qu’elle leur offre, commercialement, mais pas seulement.

        • 29 Juin 2016 à 12h11

          golvan dit

          @ warboi
          Ouvrez les yeux et constatez que toute la puissance de la finance qui manipule concrètement l’administration bruxelloise fait jouer tous ses atouts pour évitez le caractère inéluctable (d’après le vote) de la sortie du RU.
          Et ceci bien sûr en affectant de s’en moquer voire de s’en réjouir.
          D’autre part, concernant les Ecossais, évitez de m’attribuer vos traits de caractère personnels, je n’ai aucun mépris pour les Ecossais, que je fréquente depuis précisément 43 ans, mais je connais l’agriculture écossaise et il est évident que toutes les agricultures périphériques sont vouées à disparaître dans la logique de l’UE et du Tafta, submergées par les agricultures de plaine, sauf production de niches.  
          Enfin, il me semble que votre dernier paragraphe relève plus de votre enthousiasme, tout à fait légitime, pour l’UE, mais que vous confondez sortie de l’UE et autarcie, comme d’ailleurs la plupart des Européistes qui annoncent l’Apocalypse en cas de sortie de l’UE.
          Rappelons qu’indépendance et pays souverain ne signifient pas autarcie, pas plus que libre échange ne signifie prospérité.
          Et au cas où cela vous aurait échappé, le patronat allemand ( ce qui revient à dire le patronat qui compte en Europe) a déclaré dès le lendemain des résultats, que le business continuait comme à l’accoutumé.
          Et le patronat allemand a plus de poids que cette marionnette de Junker.  
          Alors pas de panique.  

        • 29 Juin 2016 à 12h52

          Warboi dit

          Et que fait donc la “toute puissance de la finance” pour infirmer le résultat du refrendum ?
          Ce sont les Britanniques qui ne sont guère pressés… qui les empêchait d’acter au plus vite le brexit ? La finance ?
          Vous connaissez bien les Ecossais mais vous ignorez qu’ils sont masochistes au point de vouloir rester dans une union qui va faire disparaître leur agriculture ? Allons, un peu de sérieux. Ils savent parfaitement où se situe leur intérêt.
          Quant au TATA, il a plus que du plomb dans l’aile, son principal promoteur, le RU, aussi.
          Je n’ai pas parlé d’autarcie, sinon. Il est évident que le RU cherchera à nouer des accords commerciaux avec l’UE. Mais ce ne seront certainement pas ceux dont il rêvait.

        • 29 Juin 2016 à 12h53

          Warboi dit

          … TAFTA

        • 29 Juin 2016 à 13h01

          mogul dit

          Et que fait donc la “toute puissance de la finance” pour infirmer le résultat du refrendum ?
          On n’en sait encore rien mais on a déjà la déclaration d’intention. Voir la déclaration de M. Sutherland ci devant président de Goldman Sachs et ancien commissaire européen…

        • 29 Juin 2016 à 13h07

          golvan dit

          @ warboi 12h22
          On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, donc je ne cherche pas à vous convaincre.
          Mais de nombreux agriculteurs écossais savent, et le disent, que leur avenir ne dépend pas des subventions européennes mais d’un marché qui accepte le prix de leurs produits, comme d’ailleurs en France.
          Et dans cette logique, leur intérêt n’est pas de lier leur avenir à des productions agroalimentaires industrielles contre lesquelles ils ne peuvent pas lutter.  
          Par contre, on ne peut que constater que de nombreuses infrastructures routières en Ecosse ont été construites à l’aide de fonds européens, et ça c’est incontestable.
          Toujours est-il que je ne suis pas écossais et que je n’ai pas voté, mais que le peuple britannique l’a fait et désire sortir du machin. 

        • 29 Juin 2016 à 14h48

          Warboi dit

          Les Anglais c’est indéniable. Le brexit doit donc s’appliquer le plus vite possible. Je soutiens d’ailleurs cette hypothèse depuis bien longtemps.
          Par contre l’Ecosse souhaite rester, pour des raisons qui la regardent, et qui ont eu une influence décisives sur le referendum de 2014, comme sur celui qui viendra.

        • 29 Juin 2016 à 14h59

          durru dit

          Mme Irma ne peut pas s’abstenir. Plus forte qu’elle.

    • 29 Juin 2016 à 10h15

      Flo dit

      Bon papier sur le sujet :

      http://www.eric-verhaeghe.fr/brexit-gouvernement-profond-tente-de-reprendre-controle-de-situation/

      Déstabiliser le gouvernement britannique

      Pour « cornériser » les Britanniques, les Européens utilisent une technique vieille comme le divorce: tu pars tout de suite en prenant tes affaires et tu me laisses les enfants. Aucune discussion n’est possible.

      On comprend bien les motivations de cette urgence: acculer les Britanniques à une sortie non négociée, totalement impossible, qui les oblige à avouer leur impréparation devant leurs concitoyens. « Tu as voulu partir? Tu en assumes le prix! »

      Là encore, l’arsenal de la culpabilité et de la morale est mobilisé pour justifier une rigidité extravagante. L’Europe, qui a mis des mois à se mettre d’accord sur l’accueil des réfugiés, qui a mis des mois à traiter la crise grecque, et avant elle la crise de l’euro, l’Europe qui ne parvient pas à se mettre d’accord sur des politiques structurelles, exige soudain une décision immédiate sur un sujet complexe et sensible de la part de l’un de ses membres.

      Dans cette opération, la visée politique du gouvernement profond est claire: il faut savonner au maximum la planche des décideurs anglais, pour les empêcher de négocier un bon traité de sortie et pour rendre la sortie intenable. En bout de course, le calcul qui est fait est bien celui d’une reddition avec très peu de conditions, voire pas du tout.

      • 29 Juin 2016 à 10h24

        isa dit

        Quand on divorce on s organise AVANT, surtout celui qui a pris la décision de divorcer, non?

        • 29 Juin 2016 à 10h32

          Flo dit

          Isa,
          ben non. Surtout que Camerone qui avait la possibilité de s’organiser ne voulait pas du divorce.

          Et ma chère Isa, le divorce, c’est mieux pour les enfants que ça se passe le mieux possible, non ?
          Ne soyez pas revancharde comme ça.
          On croirait entendre “l’Allemagne paiera” de 1919 qui a mené à la catastrophe que l’on connaît.
          C’est cet esprit revanchard qui génère les conflits et les guerres.
          Vous vous comportez comme des nationalistes, des nationalistes UE qui ne supportent pas les pays qui ne veulent pas faire partie de votre club et qui veulent les couler. Vous êtes exactement ce que vous dénoncez.

        • 29 Juin 2016 à 10h39

          isa dit

          Je ne crois pas meus c’est absolument l’image que vous voulez me renvoyer.
          Encore une fois, ce n’est pas Cameron qui a voulu le divorce, il a eu la bêtise de le demander à Farrage. Ce dernier était trop content, il l’a absolument voulu… Et maintenant il propose quoi aux enfants?
          Vous avez le don d’inverser le reel. 

        • 29 Juin 2016 à 10h50

          mogul dit

          Surtout que nos amis Brits vont évidemment négocier une sortie qui sera la moins pénalisante pour eux.
          C’est un exercice dans lequel ils ont toujours excellé, et je ne vois pas pourquoi cela changerait aujourd’hui.
          Les actuelles déclarations martiales de nos eurocrates ulcérés ne sont que le brassage d’air habituel destiné à passer leur ire sur le dos des mal-votants et à sauver les apparences.
          Les intérêts bien compris de chacun reprendront rapidement le dessus…

        • 29 Juin 2016 à 11h06

          Fioretto dit

          Dans ce cas Cameron n’aurait pas du se faire élire en promettant un référendum. Pour opportunisme éléctoral. C’est curieux ce patriotisme anglais en France de la part des souveranistes français un peu comme ce manifestant contre la loi travail …
          http://www.20minutes.fr/rennes/1875543-20160628-rennes-homme-brule-incendiant-drapeau-francais

        • 29 Juin 2016 à 11h23

          Warboi dit

          ça n’en prend pas du tout le chemin. Merkel, Renzi et Hollande se sont enfin mis d’accord hier, aucune négociation avant la mise en œuvre de l’article 50 qui doit intervenir le plus vite possible.
          Pas question d’accabler le RU qui va déjà bien mal, ce n’est pas notre intérêt, mais il y a des limites à l’indécence, surtout quand a agi à ce point en amateur, sans rien prévoir, ni préparer. Tant du côté de Cameron que des brexiters.
          Quand on quitte un club, on n’en écrit pas les règles.
          Ainsi, pour l’accès au marché unique et la conservation du passeport européen pour les banques britanniques que le RU va très certainement demander, il ne sera pas question de déroger aux “quatre libertés” de circulation fondamentales (des biens, des capitaux, des services et des personnes). Ce qui reviendra peu ou prou à ce que respectait déjà le RU dans l’UE. La Norvège s’y plie, c’est la moindre des choses que le RU s’y plie aussi.
          L’UE respecte le brexit, le RU doit respecter l’UE. Il a claqué la porte, c’est son droit absolu, sans s’inquiéter des conséquences sur nos économies, OK, mais faut pas non plus trop nous prendre pour des cons…
          Un accord sera certainement trouvé, mais n’aura certainement rien à voir avec l’accès au marché intérieur sans libre circulation des personnes promis par Johnson.
          Et il aura un coût… environ 9% inférieur à la contribution britannique dans l’EU.

        • 29 Juin 2016 à 11h29

          mogul dit

          Par opportunisme électoral… peut-être.
          Je dirais plutôt parce qu’il était obligé de le faire. Une bonne moitié de son propre parti grondait et UKIP ramassait la mise.
          Je suis presque sûr que si le PS ou le LR était confronté à la même situation (ce qui est déjà partiellement le cas), ils seraient bien obligés d’en arriver là. Il y a des moments politiques où le recours au peuple souverain est incontournable, même pour les allergiques à la démocratie directe.
          D’ailleurs le référendum sur NDDL ressemble un peu à ça, même si qualifier de “référendum” ce petit plébiscite taillé sur mesure pour être bien sûr de ne pas avoir de mauvaises surprises tient assurément de l’abus de langage…

        • 29 Juin 2016 à 11h30

          mogul dit

          Oups, mauvais placement…

        • 29 Juin 2016 à 11h32

          mogul dit

          Ah non, bien placé finalement !
          C’est le post de Nadboi qui m’a perturbé… :-)

        • 29 Juin 2016 à 11h37

          mogul dit

          “L’impréparation” supposée de Cameron et des brexiters n’a d’égale que celles de nos eurocrates et des marchés financiers qui s’arrachaient (d’après nos médias) les cheveux hier encore !
          Mais il semble que les cheveux repoussent aujourd’hui !.. :-)

        • 29 Juin 2016 à 11h39

          Warboi dit

          Et ben voilà… C’est un referendum purement opportuniste, une magouille de politicien à la petite semaine qui vient de jouer son pays aux dés pour se débarrasser de UKIP…
          NDDL n’est pas mieux, mais ses conséquences infiniment moins graves.

        • 29 Juin 2016 à 12h55

          mogul dit

          Opportuniste ?
          Comme je l’ai dit à Fio, mais je vais répéter pour vous, je pense surtout que c’était un passage obligé. À ce point d’impasse politique, le recours au peuple devient incontournable.
          D’ailleurs, préparez vous, ça nous guette fort…

      • 29 Juin 2016 à 10h58

        C. Canse dit

        À Flo

        Il est intéressant de noter que notre Président de la République fait, lui contrairement à A. Merkel, montre d’une étonnante intransigeance lui, notre F. H., qui reporte toujours une décision ; d’autant plus que Cameron avait déclaré laisser le “bébé” à son successeur pro-Brexit donc en septembre.
        Acculer Cameron, est-ce bien sage ?

        Le perpétuel indécis qui exige d’autrui de la précipitation, “Fais ce que je dis, pas ce que je fais.” dixit F. H. 

        • 29 Juin 2016 à 13h11

          mogul dit

          C’est d’autant plus malvenu que notre balance commerciale avec le RU est bénéficaire.
          Notre président Nougamou toujours à côté de la plaque…
          Il affiche une assurance d’autant plus mâle (ça nous change…) qu’il sait très bien qu’il n’aura que peu de part dans les tractations entre UE et RU, où tout va se jouer entre Londres et Berlin/Bruxelles…