See EU later! | Causeur

See EU later!

Avec 51,9% des voix, les Britanniques disent au revoir à Bruxelles

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 24 juin 2016 / Monde Politique

Mots-clés : , , ,

La une du "Sun" ce vendredi 24 juin

Ah, le chœur des vierges ! L’Angleterre a voté non. What a surprise ! Les journalistes s’émeuvent, les boursiers aussi, les marchés s’affolent, les fonctionnaires bruxellois s’agitent. Autant de gens dont nous n’avons cure.

L’Ecosse pourrait bien en profiter pour devenir indépendante et enterrer enfin Edouard le Confesseur, la Suède envisage déjà un référendum (pas la France : nous, nous ne sommes démocrates que lorsque ça arrange Goldman Sachs), les bourses asiatiques, réveillées en temps réel, s’effondrent. Ciel, mon vendredi !

Plus européen que moi, tu meurs. Mais pas l’Europe que nous ont concoctée les grands argentiers et les banquiers — une pure Europe financière, conçue pour que les riches soient plus riches et les pauvres plus pauvres, parce qu’il faut bien prendre l’argent quelque part. Pas l’Europe d’Angela Merkel — « la chancelière », dit François Hollande, sans même rajouter « allemande », tant il a fait allégeance dans sa tête — et de Wolfgang Schaüble. Pas l’Europe de Maastricht refusée par les Français et imposée aux Français. Et aux autres.

Non : les Etats-Unis d’Europe de Hugo, une confédération de nations unies par une vision politique, et non par des intérêts financiers. Une Europe qui accueillerait les Grecs parce qu’ils ont inventé la démocratie, et qu’ils sont la source de notre culture, bien avant le christianisme — et qui ne les rejetterait pas sous prétexte que leurs politiciens se sont fait rouler dans la farine par… Goldman Sachs. Une Europe qui entendrait ce que racontent Krugman ou Stiglitz à qui veut les lire — que l’on ne sort de la récession que par la relance, pas par des économies de bouts de chandelles. Une Europe qui saurait célébrer Shakespeare ou Dickens, et pas seulement les états d’âme de la « City ». Et Cervantès, et Racine, et Goethe, et Dante. Une Europe de la culture, une Europe qui serait forte de toutes ses langues, au lieu de s’aplatir devant le globish parlé par d’obscurs bureaucrates à Bruxelles ou Strasbourg. Une Europe qui remplacerait lesdits bureaucrates par des hommes d’Etat, parce que c’est d’une vision que nous avons besoin, pas d’un euro fort ou faible — et nous ne serons forts ou faibles que selon notre vision, et pas selon des critères boursiers.

I have a dream… En attendant, champagne !

PS : J’emprunte le titre de cette chronique et l’iconographie de départ au Sun d’aujourd’hui 24 juin. L’un des effets collatéraux du Brexit est que le Sun ne pèsera plus sur les décisions européennes, et, avec un peu de chance, dira moins systématiquement du mal des Frogs que nous sommes. Que du bonheur !

>>> Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de nos articles consacrés au Brexit.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 29 Juin 2016 à 0h54

      vivrelibre dit

      I have a dream…l’Europe des Nations! 

    • 28 Juin 2016 à 0h55

      lili23 dit

      Moi j’ai lu qu’il voulais négocier seul, «  Sous moi donc cette troupe s’avance, Et porte sur le front une mâle assurance. Nous partîmes cinq cents ; mais par un prompt renfort Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port, Tant, à nous voir marcher avec un tel visage, Les plus épouvantés reprenaient leur courage! J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés, Dans le fond des vaisseaux qui lors furent trouvés; Le reste, dont le nombre augmentait à toute heure, Brûlant d’impatience autour de moi demeure, Se couche contre terre, et sans faire aucun bruit, Passe une bonne part d’une si belle nuit. Par mon commandement la garde en fait de même, Et se tenant cachée, aide à mon stratagème » 

      • 28 Juin 2016 à 9h05

        la pie qui déchante dit

        “” J’en cache les deux tiers, aussitôt qu’arrivés”"
        ou c’est le Cid , ou bien c’est Cahuzac ???

    • 26 Juin 2016 à 23h23

      2HARDEL dit

      C’est vrai, ça ? Pourquoi ? 

      https://francaisdefrance.files.wordpress.com/2010/12/haine-islamiste.jpg  

      Martini Henry, vous avez une idée ?
      Pouvez vous donner une réponse à l’excellent RED, qui nous vient du Texas, et qui semble un peu perturbé par ce qu’il voit chez nous ?

      On peut le comprendre, remarquez. 

    • 26 Juin 2016 à 21h41

      RED (From Tex) dit

      Pourquoi est-ce que ces adversaires de l’Europe, ces partisans du “souverainisme”, ont toujours des gueules de fachos bas du Front ?…

      • 26 Juin 2016 à 22h09

        Martini Henry dit

        Pour te faire trembler sous tes draps, mon petit… Comme les sorcières et les loups de ton enfance, tu te souviens? Mère-grand, pourquoi as-tu de si grandes dents… Brrrrr. Terrifiant!

    • 26 Juin 2016 à 21h34

      RED (From Tex) dit

      Ah que M. Brighelli est heureux ! “les fonctionnaires bruxellois s’agitent. Autant de gens dont nous n’avons cure” !…

      C’est sûr : en 1933, il aurait été heureux : “les fonctionnaires de la SDN s’agitent. Autant de gens dont nous n’avons cure”

      Alors que le vote “Démocratique” des Allemands contre cette SDN honnie, cette Europe pourrie, ce traité de Versailles inique ! Cette revanche des “Peuples” contre la “Finance”… Quel bonheur !

      Finalement, M. Brighelli nous pond (je suis poli) un article dans la droite ligne de celui de la “patronne” ce matin…

      Je ne regrette pas de m’être désabonné aujourd’hui.

      Goodbye Causeur. Je fais mon Causeurexit ! Et c’est parfaitement “démocratique” !

      • 26 Juin 2016 à 21h42

        durru dit

        C’est sûr qu’il y a des analyses bien plus sérieuses et plus équilibrées chez Libé ou au Monde!

      • 26 Juin 2016 à 22h13

        Martini Henry dit

        Eh oui! L’exit, y’a que ça de vrai! Tu sens ce parfum de liberté? Ce souffle frais dans les cheveux! Respire un bon coup! C’est bon, hein?