Brexit: une cata pour le breakfast! | Causeur

Brexit: une cata pour le breakfast!

Le drapeau noir flotte sur la sauce Marmite

Publié le 25 octobre 2016 / Monde Produits

Mots-clés : , , ,

marmite tesco johnson

Sipa. Numéro de reportage : AP21962573_000002.

Le 24 juin dernier, les Britanniques savaient-ils qu’un de leurs aliments préférés, la sauce Marmite, allait peut-être disparaître des rayons des supermarchés?
Cette pâte à tartiner, née au début du XXe siècle, à base de levure de bière et riche en vitamine B1, est soit adorée ou détestée en raison de son goût très prononcé. Même si elle suscite beaucoup de controverses, la Marmite est un produit du quotidien outre-Manche. J’ai beau être Britannique, je ne l’aime pas du tout. Comment mes compatriotes peuvent-ils en enduire leur toast au petit-déjeuner ou se préparer des sandwich au Marmite? Quels excentriques ces Anglais !

La faute au Brexit !

Mais là n’est pas le drame. Quatre mois après la victoire du “Leave”, quand cette pâte noire amère a commencé à se raréfier dans les rayons des supermarchés Tesco – la première chaîne de grands magasins british – certains ont commencé à se mettre en colère. C’est bien évidemment la faute au ‘Brexit dur,’ promis par le Premier ministre Theresa May, qui a fait chuter le cours de la livre sterling à son niveau le plus bas depuis trente-et-un ans face au dollar.  Pour absorber le manque à gagner entraîné par la baisse de la livre sterling., le groupe anglo-néerlandais Unilever a augmenté de 10 % les prix de ses produits vendus au Royaume-Uni, dont la si populaire pâte à tartiner.

Tesco a mal réagi à cette décision. La marque se répand en déclarations intempestives, prétendant que Unilever cherche surtout à améliorer ses marges, et que le groupe néerlandais souhaite punir le Royaume-Uni pour son vote eurosceptique… Shocking ! L’enseigne a décidé d’entamer un bras de fer avec son fournisseur et a annulé ses commandes.

Frayeur et tremblements

La panique gagne mes compatriotes. Que vont-ils-ils manger au breakfast après le Brexit ? Plusieurs journaux britanniques en ont profité pour proposer des recettes de Marmite à faire soi-même. Des pots de  pâte à tartiner au goût immonde ont aussi été mis en vente sur Ebay. D’autres s’accommodent parfaitement de la situation, comme Boris Johnson, l’ancien maire de Londres et partisan du Brexit, aujourd’hui ministre des Affaires étrangères, qui n’aime pas plus la Marmite que votre serviteur.

Cette pénurie de la pâte à tartiner n’est pas une première en Europe. La commercialisation de Marmite avait été suspendue en 2011 au Danemark, en raison de sa trop forte teneur en vitamine B1. Un magasin qui vendait des produits britanniques à Copenhague avait alors lancé la campagne “Bring back Marmite” (Ramenez la Marmite). Plusieurs Britanniques résidents au Danemark s’essayaient déjà au trafic de Marmite… le nouvel or noir?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 27 Octobre 2016 à 8h24

      Pol&Mic dit

      Dommage si ça arrive ! car j’aime bien “MARMITE”!

    • 26 Octobre 2016 à 15h26

      Terminator dit

      Les anglais ont su résister à Napoléon comme à Hitler, je ne suis pas inquiet pour eux…

      • 27 Octobre 2016 à 8h53

        expz dit

        Oui, mais avec Napoléon ils avaient réussi à mobiliser les mobiliser/financer ses adversaires Européens et face à Hitler ils ont été sauvé par les USA et l’invasion de l’URSS.Donc leur intérêt est la dissolution du “bloc” UE:diviser pour mieux régner.

    • 25 Octobre 2016 à 23h00

      Warboi dit

      c’est une brève plutôt ? Et pas très fraîche, elle date de plusieurs semaines…
      La poor May est tombée bien bas, la voilà réduite à envisager un misérable chantage à l’impôt sur les sociétés pour garder de force le passeport européen de ses banques… Mais Theresa, l’Irlande avec ses 12% et l’UE pour jardin est bien plus intéressante que toi ! Out la City et ses lessiveuses d’argent sales. Et la vraie iron lady, Nicola Esturgeon qui maintient son referendum d’indépendance et 75% des entreprises britanniques envisagent de délocaliser dans un contexte de brexit dur… Le pain noir sera sans marmite.

      • 25 Octobre 2016 à 23h25

        mogul dit

        Out la city et ses lessiveuses d’argent sales
        C’est vrai, celles du Luxembourg, pays natal de l’actuel grand manitoudu machin, nous sont bien suffisantes :-D
        Quand aux “75% des entreprises britanniques” qui envisageraient de délocaliser, comment dire… l’excès d’autocaresses sous le bureau devant le portrait de JC Junker rend apparemment idiote…

        • 26 Octobre 2016 à 0h50

          Warboi dit

          A côté de la city le Lux est un nain.
          Mogul, toujours le petit doigt sur la couture du knickerbocker pour défendre l’ultra-libéralisme mais seulement s’il est grand breton, parce qu’il a cette illusion que la GB le délivrera de l’UE honnie, alors que la GB qui va perdre dans l’affaire l’Ecosse et le passeport européen n’a plus que Saint George pour l’aider.
          C’est une impression où vous n’étiez pas si vulgaire avant ? Trop de Causeur sans doute. Vous gagneriez à une petite pause.

        • 26 Octobre 2016 à 1h00

          Warboi dit

          Je veux dire par là qu’avant vous étiez capable de faire un commentaire sans référence systématique au cul et à ses dépendances. A moins que vous ne visiez un job de routier transmanche ? Hélas, ce n’est pas l’avenir, surtout quand la frontière sera revenue à Douvres.
          Un boy’s band avec les joyeux drilles ci-dessous, les “Fat piggies” me semble plus approprié.

        • 26 Octobre 2016 à 8h48

          mogul dit

          Me reprocher, à moi, de défendre l’ultralibéralisme, alors que les ultralibéraux reprochent justement à May de ne plus l’être assez,  ne manque pas de sel, surtout de la part d’une groupie ultralibérale comme vous. En fait, c’est même grotesque.
          Depuis le temps que l’Écosse fait le coup du “retenez moi ou je me casse”, eh bien qu’elle se casse… mais quelque chose me dit que c’est loin d’être fait. La rente pétrolière n’aura qu’un temps et même la mère esturgeon se rendra bien compte que, sans le jus noir dans la si harmonieuse et si efficiente UE, elle n’aura plus que la peau de ses fesses pour pleurer dedans…
          Curieux, vos minauderies de rosière sur quelques traits d’esprit un peu gaulois sont trahies par votre fascination avérée pour la gent porcine, à laquelle vous revenez sans arrêt. Se faire passer à tous prix pour une sauterelle bobo qui se torche le cul avec un coton tige est un exercice de haute volée qui demande de l’entraînement. 
          Continuez, vous n’y êtes pas encore mais vous tenez le bon bout…  

        • 26 Octobre 2016 à 10h04

          mogul dit

          Au fait, si vous imaginez que le rétablissement des frontières va interrompre les relations commerciales (importantes) entre le RU et nombres de pays européens, sous prétexte de crime de lèse machin… :-D
          Au risque de me répéter, l’abus d’autoérotisme etc etc… 

        • 26 Octobre 2016 à 11h35

          Warboi dit

          “Je pense que les arguments économiques sont clairs. Je pense que faire partie d’un bloc commercial de 500 millions est important pour nous”, dit ainsi celle qui est alors encore secrétaire d’Etat à l’Intérieur dans le gouvernement de David Cameron. “Je pense que le problème est que beaucoup de gens investiront au Royaume-Uni parce que le Royaume-Uni est en Europe. Si nous n’étions pas en Europe, je pense que les firmes et les entreprises se demanderaient s’ils ont besoin de développer une présence en Europe plutôt qu’au Royaume-Uni”, ajoute-t-elle. 
          Auprès de Goldmans Sachs, Theresa May ne s’est pas contentée de louer les aspects économiques du maintien, mais aussi les avantages en matière de sécurité. Selon elle, la sécurité du pays est davantage garantie s’il reste dans l’UE, grâce à des outils comme le mandat d’arrêt européen, ou le partage d’informations entre la police et les services de renseignement. “Il y a définitivement des choses que nous pouvons faire en tant que membre de l’Union européenne qui, je pense, nous mettent en sécurité”, dit-elle ainsi. 

          Theresa May, 26 mai 2016.
          Rien à ajouter…

        • 26 Octobre 2016 à 12h05

          mogul dit

          Vous aurez noté qu’elle parle, comme d’ailleurs beaucoup d’entre nous ici, “d’Europe” et non “d’UE”. C’est une nuance de taille, une nuance qui explique pourquoi le RU n’a jamais lâché sa monnaie, pourquoi il n’a jamais intégré Shengen etc… Une nuance qui explique peut être pourquoi Mme. May a décidé d’assumer bravement le brexit après avoir discrètement soutenu le remain.
          Une nuance que les dévots semblent définitivement ne pas vouloir comprendre. ..

        • 26 Octobre 2016 à 12h41

          thd o dit

          Brûler ce qu’ils adoraient (ici, le Royaume-Uni néolibéral) fait simplement partie de la tradition des européistes :

          http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/incendies-dans-la-jungle-de-calais-la-prefete-parle-d-une-tradition-de-la-part-des-migrants-879517.html

          mais ne vous inquiétez pas, tout ceci est parfaitement maitrisé, en concertation avec les chefs de communauté.

          Courbe la tête, fier Sicambre…

        • 27 Octobre 2016 à 3h45

          Warboi dit

          “Quelques traits d’esprit un peu gaulois” ?? Quelle cuistrerie, quelle prétention. Votre “sauterelle bobo qui se torche le cul avec un coton tige” en porte le brassard noir.
          Mogul, la vulgarité allée avec la balourdise qui chante les pieds… dans quoi déjà ?

    • 25 Octobre 2016 à 22h12

      Patrick dit

      Bring back Marmite

      My Marmite is over the channel,
      My Marmite is over the sea.
      My Marmite is over the channel,
      Oh bring back my Marmite to me.

      Bring back, bring back
      Bring back my Marmite to me, to me !
      Bring back, bring back,
      Bring back my Marmite to me.

    • 25 Octobre 2016 à 19h23

      Wil dit

      Sincèrement,on s’en fout.

    • 25 Octobre 2016 à 19h22

      Habemousse dit

      Tant que le Royaume Uni sera approvisionné en thé et en nuages, la paix règnera : si une de ces denrées venait à manquer je n’ose penser à ce qu’il adviendrait.

    • 25 Octobre 2016 à 17h55

      C. Canse dit

      Monsieur Seale

      Si vous cherchez ce produit : la Marmite, il s’en vend chez Auchan. En découvrant ce produit, j’en ai lu la composition ne sachant de quoi il retournait, cette composition bien chimique ne me tenta point, par une heureuse coïncidence vous en faites la promotion, ici, me permettant de mieux appréhender son usage…le tartinage, et pourquoi pas l’entartage, hein ? 

    • 25 Octobre 2016 à 17h35

      la ménagère dit

      Un article amusant dans un français impeccable… Bravo à l’auteur! C’est connu, les français sont avares de compliments surtout lorsqu’un étranger s’échine à trouver son chemin dans les méandres de la langue de Molière…
      Et pourtant beaucoup de français ne peuvent écrire aussi bien que vous.
      Je vous tire mon chapeau!

    • 25 Octobre 2016 à 17h34

      Cardinal dit

      On pourrait peut être essayer une recette locale :
      pétrole liquide lourd cru Mer du Nord + sucre de betterave + whisky + un rien de Stout.

    • 25 Octobre 2016 à 16h44

      mogul dit

      Encore un bienfait du leave…

      • 25 Octobre 2016 à 19h05

        Sancho Pensum dit

        Pour nous, oui. Pour eux, on verra plus tard…

    • 25 Octobre 2016 à 16h33

      no-futur dit

      là, t’es en plein reve Sancho!ptdr

    • 25 Octobre 2016 à 16h04

      Sancho Pensum dit

      Si au moins le Brexit pouvait vous amener, vous les Britanniques, à manger correctement…