Trois jours qui ébranlèrent le monde | Causeur

Trois jours qui ébranlèrent le monde

Journal de bord d’un conservateur à Londres

Auteur

Jeremy Stubbs
est universitaire, écrivain, consultant, président des Conservateurs britanniques de Paris.

Publié le 02 août 2016 / Monde Politique

Mots-clés : , , , , ,

Au sein même du Parti conservateur, la campagne pour (ou contre) le Brexit n'a pas été un dîner de gala.
tories brexit londres europe

Londres, 22 juin 2016. Photo: Julien Mattia.

Mercredi 22 juin, soir.

Les puritains boivent du Bollinger

Fraîchement débarqué de l’Eurostar la veille du référendum, je suis invité à la Maison des lords à un cocktail pour des militants du Parti conservateur. Après avoir écouté quelques paroles rassurantes de notre ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond, nous nous dirigeons vers la sortie. En franchissant la porte, je me trouve brusquement nez à nez avec un inconnu qui m’interpelle. En dépit de son allure de vieux hobereau distingué, il prend soudain des airs de fanatique illuminé et se lance dans une vibrante homélie d’une solennité sinistrement comique. « Voyez-vous cette statue ? » dit-il en désignant l’effigie d’Oliver Cromwell, le dictateur puritain qui, au xviie siècle, a fait décapiter le roi Charles Ier. « En 1648, Cromwell a purgé le gouvernement en renvoyant tous les députés et en assumant tous les pouvoirs lui-même. Moi, je voudrais décapiter ce Parlement [son doigt accusateur pointe maintenant le bâtiment néogothique qui nous surplombe]. Vendredi matin, je veux respirer du bon air anglais, enfin ! Pour célébrer ça, je vais ouvrir une bouteille de Bollinger… »

Ce monsieur, qui n’est manifestement pas un démuni, fait un amalgame entre toutes les assemblées politiques, aussi bien celle de notre propre pays que celles de l’Union européenne. Il semble avoir oublié que c’est justement notre Parlement qui nous a donné ce référendum. Quand je m’enquiers de sa vision de la délibération nationale après la destruction du processus démocratique, il n’a pas de réponse. Il n’a rien à mettre à la place. Sa seule vision consiste à décapiter et à boire. Je suis moi aussi pour l’identité nationale (et, incidemment, pour la boisson, en grande quantité), mais quand on a la chance insigne de posséder des institutions séculaires, cette identité passe par elles et non par les humeurs destructrices du moment. Depuis Cromwell, nous avons passé plus de trois siècles à faire croître nos institutions au nom des libertés acquises. C’est la doctrine portée par le saint patron de la pensée conservatrice, le génial Irlandais Edmund Burke, le défenseur des coloniaux américains et le pourfendeur de la Révolution française. Se révolter pour protéger le processus de l’évolution, c’est anglais ; faire une révolution pour tout détruire afin – dit-on – de reconstruire, c’est français.

[...]

  • Brexit : l'étrange victoire

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 96 - Juillet-aout 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Brexit : l'étrange victoire
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 7 Août 2016 à 9h53

      beornottobe dit

      ils ont mis le temps !….. mais ils ont fini par le faire !

    • 5 Août 2016 à 11h58

      beornottobe dit

      l’histoire va t-elle se répéter ?…..(aux prochaines élections en France) ?

    • 4 Août 2016 à 19h04

      beornottobe dit

      l’arrogance de Bruxelles….. et la “pleutrerie” française (notamment) a eu un temps!…….. (ce n’est as une raison pour dire et faire n’importe quoi ensuite!……)

    • 4 Août 2016 à 19h00

      beornottobe dit

      je ne le dirai jamais assez (pour de multiples raisons) mais : BRAVO le Royaume Uni!

    • 4 Août 2016 à 18h59

      beornottobe dit

      une “dictature” ne s’improvise pas ! (relisez Machiavel!)

    • 4 Août 2016 à 18h57

      beornottobe dit

      de…… se croyants grands (les potentats de Bruxelles) sont devenus tout petits!…… (ET C’EST LOIN D’ÊTRE FINI!)

    • 4 Août 2016 à 18h52

      beornottobe dit

      “Bruxelles” a abusé (dans tous les domaines)
      c’est là où ils se sont trompés…….. (et c’est peu de le dire!)
      inaptes dans l’essentiel….. alors la folie leur est montée en tête!

    • 4 Août 2016 à 18h49

      beornottobe dit

      laissons le temps au temps!!!!! il y aura des “petits”…….
      FAUT JUSTE DU TEMPS (car il y aura une suite……)

    • 4 Août 2016 à 1h50

      Livio del Quenale dit

      On nous fait peur en nous promettant la fin de la France et du monde si l’Europe disparaissait .
      Mais si l’union fait la force on peut très bien s’unir sans baisser le pantalon.
      Il serait d’ailleurs plus difficile de prendre le contrôle de l’Europe si elle était formée de cellules agglomérées et autonomes, qu’un gros machin mou incapable de se défendre avec à sa tête un traître.
       

      • 4 Août 2016 à 18h54

        beornottobe dit

        en l’occurrence qui……., l’autre?

    • 4 Août 2016 à 1h41

      Livio del Quenale dit

      &&& Trois jours qui ébranlèrent le monde &&&
      -
       Ébranle? le monde financier … Peut-être.
      Mais pour la perfide Albion, tellement peu dans l’Europe

       Elle n’était pas dans Schengen ni dans l’euro payant le moins possible ses cotisations, toujours à réclamer des passe droits et avantages. Même ses émigrés qu’elle nous laisse de ce cote du Channel.
      Mais ils nous font la leçon et se mêlent de tout chez nous .

       (A quand un bon coup de balais en France .)

      Elle nous a fait retourner dans “le machin OTAN” du coup les ricains entre dans nos affaire et vont nous foutre dehors comme pour Alsthom, EADS. Alcatel, Airbus défense, hélicoptères etc.
      -
       Alors les britishs et les ricains, ces amis qui nous veulent tant bien dehors, aux diables.
      –   

    • 3 Août 2016 à 12h50

      Schlemihl dit

      J’ai été frappé par le contraste entre le ton épouvanté des journaux et l’ indifférence de tout le monde . Le ciel allait nous tomber sur la tête , c’ était la crise , l’ effondrement , le triomphe des nazis …. nous avons survécu jusque ici .

      Burke et de Maistre , des horreurs pour les Français élevés à l’ école de la République ? Qui en a seulement entendu parler ? au fait l’ un des deux était irlandais et ce n’ était pas de Maistre ( cherchez ! ) .

      Berkeley était irlandais aussi , il avait peut être raison . Qui sait ? l’ univers est peut être une création de l’ imagination et quand je mourrai ce sera la fin du monde ? Solipsisme ou vérité ? Poil au nez .

      Le Brexit , peut être à tort , m’a paru assez rigolo . Un pied de nez du peuple à MM les Importants . Et puis il y a eu Nice et l’ égorgement , tout le monde a oublié le Brexit , comme tout le monde a oublié la Syrie , la crise grecque ….un clou chasse l’ autre .

    • 3 Août 2016 à 12h31

      delor dit

      Si la “tendance anti-brexit” en Europe ne s’était pas mêlée (et ne se mêle pas toujours), laissant le peuple de Grande-Bretagne exprimer librement et sereinement sa souveraineté, il n’y aurait pas eu tout ce lamentable charivari auquel nous avons assisté (et auquel nous assistons toujours : cela se passe en coulisses, désormais).

      • 4 Août 2016 à 1h14

        Livio del Quenale dit

        @kelenborn
        hé hé ! Sommes nous sur de ne pas “rêver” notre existence dite réelle
        et qu’est ce qui peut être à l’origine des lois de la physique universelle de l’agencement de la matière et aussi de la vie Cette vie , ne serait-elle pas une pollution dans ce grand agencement . dans trois heures je relève les copies ;o)
        – 

    • 3 Août 2016 à 10h22

      kelenborn dit

      Ah oui, c’est très british et, tout compte fait c’est mieux que les troisièmes mi-temps du côté d’Agen ou de Monferrand, là où comme disait une certain dans les années soixante “I ameu goingueu tou ze blackeubohard”
      Un feu d’artifice, cette référence à Burke et de Maistre, quand pour un français élévé à l’école de la République, ce sont de véritables horreurs.
      Un brushing british pour nous rappeler combien nous sommes différents. C’est marrant! cela me rappelle Berkeley, un philosophe cinglé qui niait l’existence de la matière et pensait que toutes nos sensations nous étaient envoyées par Dieu! Un malade mental, sauf que débarrassée de l’intervention du tout puissant, ce n’est pas si idiot! Ce que nous voyons et sentons n’est jamais que le produit de notre chaine ADN qui conditionne notre compréhension du monde. A un moindre degré et entre être humains de notre culture devenue une seconde nature! Merci, Mr Stubbs de nous rappeler que les anglais et nous ne percevons pas le monde de la même manière. Cela réveille et rafraichit
      MK