Brexit: la classe ouvrière contre l’Europe | Causeur

Brexit: la classe ouvrière contre l’Europe

Entretien avec le philosophe conservateur Roger Scruton

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 24 janvier 2017 / Culture

Mots-clés : , , , , , ,

Qu'il soit de droite ou de gauche, le conservatisme britannique reflète le refus de la société civile d'être reformatée par la modernité. Le Brexit en est l'émanation la plus récente.

roger scruton conservatisme brexit islam

Daoud Boughezala. Vous racontez tenir votre fibre conservatrice de votre père, qui militait pourtant au sein du parti travailliste. Comment vous a-t-il transmis son amour de la permanence sans vous léguer ses idéaux socialistes ?

Roger Scruton.1 J’ai fait le tri entre les différentes facettes de sa pensée. Comme beaucoup d’Anglais de son époque, mon père Jack Scruton portait son ascension sociale comme un fardeau et a nourri un ressentiment de classe. Instituteur issu de la classe ouvrière, sa famille très pauvre a beaucoup souffert dans l’entre-deux-guerres. Ses idées socialistes n’étaient que pure négativité, et il n’est d’ailleurs jamais parvenu à les traduire politiquement. Mais ce que j’ai retenu de lui, c’est sa défense de l’enracinement, la préservation de ce qu’il avait hérité, aimait et voulait conserver. Ainsi s’est-il investi avec nos voisins dans la société de conservation de High Wycombe pour empêcher que les promoteurs immobiliers ne défigurent notre ville. Il a également créé une société de protection de l’environnement et encouragé les enfants des écoles à s’intéresser à leur histoire locale.

À l’image de Jack Scruton et d’« anarchistes tories » tels que George Orwell ou William Morris, le conservatisme british n’est pas réductible à la droite. Serait-il davantage un style ou une mentalité qu’une idéologie structurée ?

C’est fort possible. Au xixe siècle, William Morris se disait socialiste et son contemporain John Ruskin tory, mais ils étaient tous deux foncièrement conservateurs. Loin d’être le monopole d’un parti, le conservatisme britannique découle d’un mouvement de la société civile. Notre conservatisme pragmatique conduit des citoyens à se réunir pour s’enraciner sans demander la permission de l’État, voire en défiant l’État. Certains créent des petites associations de protection du patrimoine pour préserver l’histoire et la beauté de leur localité. D’autres ont une démarche plus politique, comme ce fut le cas de George Orwell. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Orwell a été frappé par la trahison des clercs que représentait le refus des intellectuels de gauche de participer à l’union nationale. Inversement, ce socialiste conservateur voyait dans la classe ouvrière un puits de loyauté patriotique.

Avec sa fameuse « common decency » attachée aux petites gens, que Jean-Claude Michéa a abondamment repris depuis, Orwell idéalisait quelque peu les classes laborieuses. À l’heure du marché roi, croyez-vous à la décence commune du petit peuple ?

Même si la télévision a beaucoup détruit les groupes d’entraide, dans la ville rurale où j’habite on trouve encore de très nombreuses associations privées, comme les clubs d’échecs ou de bowling. Presque tous mes voisins ont leur petite bande d’amis avec lesquels ils vont boire un coup le soir, jouer au cricket ou au football. Et ce ne sont pas des bourgeois mais des fermiers. Même si les syndicats britanniques restent faibles par rapport à la puissance des grandes centrales françaises, nous maintenons d’autres liens horizontaux comme la religion, qui est loin d’être morte !

Puisque vous m’incitez à comparer nos deux pays, la France est-elle la contrée de ce que vous appelez le « conservatisme métaphysique », voire du conservatisme impossible ?

Par opposition au conservatisme britannique, fondé sur le besoin d’association et le sentiment d’appartenance concret des individus, les Français ont

[...]

  1. Auteur d’une trentaine d’ouvrages en anglais, le philosophe Roger Scruton a publié son premier essai en français. De l’urgence d’être conservateur (traduit par Laetitia Strauch-Bonart, Le Toucan, 2016).

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Janvier 2017 à 13h11

      Charles Lefranc dit

      Annonce de titre tendancieuse : ce n’ est pas la modernité , vocable fourre-tout , qui formate les classes moyennes et prolétaires; c’est plus simplement la course au profit qui est passée de l’echelle nationale a l’echelle mondiale . Or ce sont bien les politiques et leurs relais des organisations internationales , comme l’ OMC de Genéve , qui a démantelé les barrieres douanieres pour passer en force – GATA etc…- sur la peau des nouveaux chomeurs . A noter que le directeur de l’ OMC , de 2003 a 2013 etait Pascal Lamy , HEC-ENA , conseiller de J.Delors , membre du PS . Il y a une franche collaboration entre le PS et la Finance globale . Lamy leur arrache les dents et Flamby , méprise les ” sans dents ” . C’est la modernité …LOL

    • 25 Janvier 2017 à 8h35

      QUIDAM II dit

      Une grande part de l’électorat est lassé du Parti Socialiste…
      lassé de son infidélité au « peuple de gauche » historique, à sa culture et à ses traditions…
      lassé de ses aveuglements, de ses démissions et de ses renonciations…
      lassé de sa lâche complaisance envers le communautarisme islamique qui est pourtant ce qu’il y a politiquement et sociétalement de plus réactionnaire…
      lassé jusqu’à l’écoeurement de son personnel politique devenu une petite coterie endogame de privilégiés… dont beaucoup espèrent trouver une place dans la chaloupe de Macron pour se sauver du naufrage annoncé du PS.

      • 27 Janvier 2017 à 12h07

        Patrice Lucchini dit

        lassée, lassée, lassée, etc.

    • 25 Janvier 2017 à 6h12

      radagast dit

      Je n’ai jamais nié être conservateur bien au contraire !
      Je précise que je suis né en 1961 .

      J’avais écrit un début de long commentaire , un peu laborieux comme à mon habitude qui s’est opportunément effacé .
      En même temps j’ai trouvé cet article dont je donne le lien , tout y est dit mieux que je ne saurais le faire:

      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/04/01/31001-20160401ARTFIG00280-laetitia-strauch-bonart-le-progres-c-est-le-conservatisme.php

      • 24 Janvier 2017 à 15h41

        Bibi dit

        Je n’ai pu lire que la 1ère partie. Bensoussan dit vrai.

        • 24 Janvier 2017 à 15h50

          steed59 dit

          y compris le passage sur les juifs marocains face aux ashkénazes ?

        • 24 Janvier 2017 à 16h00

          Bibi dit

          Oui, très généralement parlant.
          Perso, je peux témoigner de Mme Cohen (et son mari et ses enfants) qui s’entendait en français avec ma mère Ashke, et qui me gardait quand ma mère-poule devait s’absenter sans pouvoir m’emmener avec elle. Elle n’est pas la seule personne/famille d’origine marocaine qui faisait partie de mon enfance.
          Ce qui est bcp plus intéressant est que les enfants et petits-enfants de ces gens, souvent quasi-illettrés, peuplent les facs, les hôpitaux, l’industrie etc. Exactement comme ceux de familles peu lettrées de Pologne-Ukraine…

        • 24 Janvier 2017 à 16h08

          steed59 dit

          je comprends d’où vient ton caractère un peu … particulier

        • 24 Janvier 2017 à 16h12

          Bibi dit

          Et moi, je ne comprends pas ta compréhension :-)

      • 24 Janvier 2017 à 20h17

        Schlemihl dit

        Quand une population quitte massivement un pays ( je veux dire qu’il reste une infime minorité , un centième ou moins ) c’ est qu ‘ on la chasse ou qu’ elle sait qu’il faut partir ou mourir . C’ est trop évident pour être discuté .

        Quand une classe sociale ou un peuple est mécontent d’ une institution , ou d’ une législation , ou d’ un gouvernement , c’ est qu ‘il a de bonnes raisons d’ être mécontente . Le Brexit est possiblement une erreur , mais le maintien d’ un peuple dans une formation politique dont il ne veut pas est une erreur évidente .

        Il faut toujours écouter ce que disent les populations , que ce soit par leur vote , ou leur émigration , ou leur comportement . Aucun gouvernement ne peut rien faire de solide sans l’ appui de la population , et les gens qui croient pouvoir s’en passer sont voués à l’ échec . Les causes profondes de l’ échec du communisme , c’ est d’abord son absurdité , ensuite c’est que personne ne voulait vivre dans une société réellement communiste . Les personnes qui nous ont imposé l’ Europe sans tenir compte des votes des ploucs découvriront qu’ on a besoin des ploucs . C’ était vrai au temps de Hugues Capet , c’ était vrai au 15ème siècle , ça reste vrai maintenant .

        Ce ne sont pas les sages et les savants qui mènent le monde , ni les riches , ni les forts , ni les sociétés secrètes . Ce sont les ploucs , et la marche des gueux est le grand branle du monde .

      • 24 Janvier 2017 à 21h17

        Bibi dit

        Ce que Bensoussan ne dit pas (ou qui a été coupé) est que tous ceux et celles arrivés en Israël durant la première quinzaine d’années ont été logés dans des camps de réfugiés. Il y avaient des juifs du Maghreb, du Yémen, des survivants de la Shoah d’Europe, des illettrés et des PhD. Et puis, des camps de tentes ou de préfabriqués (en fibres dont l’amiante), on les a “surclassé” en HLM. Ida et Anouchka étaient voisines d’Albert et Gilbert, de Naïm et Margalit, allaient à la même école et jouaient ensemble. En hébreu. Les parents s’entendaient comme ils pouvaient, généralement avec bcp de bonne volonté.
        Et le miracle s’est produit.

        • 24 Janvier 2017 à 21h21

          steed59 dit

          PhD ?

        • 24 Janvier 2017 à 21h24

          Bibi dit

          Doctorat.

        • 24 Janvier 2017 à 22h01

          Bibi dit

          Sketch-culte de la TV israélienne des années 1970, au moment où l’Aliya de l’URSS
          https://www.youtube.com/watch?v=MBNWHTipwEA

        • 24 Janvier 2017 à 22h17

          Bibi dit

          Salah Shabati est un film israélien de 1964 (avec Haïm Topol, plus connu comme Tevyé dans “Violon sur le Toit”). Écrit et dirigé par des Vechkenaz, y compris la musique “orientaliste” de Yohanan Zaraï, qui a donné le nom à Rika (et qui vient de nous quitter).
          Extrait de l’arrivée de la famille “orientale” au camp de réfugiés
          https://www.youtube.com/watch?v=DL4aU8duqFA

        • 24 Janvier 2017 à 22h50

          Bibi dit

          Miracle – suite.
          À la fin de la pâque, le soir, tout le monde se roue sur du pain. Un des endroits les plus courus dans mon quartier telavivien huppé (≈6ème ou 7ème parisien) fut le kiosque à Falafel tenu par des juifs du Yémen durant qq générations. Le Falafel ce sont des boulettes de pois-chiche frites, dans une Pitta, agrémentées de salades et de sauces.
          Nous étions tous en train de nous régaler, et mes oreilles l’ont été autant que mes papilles en entendant mes voisines Yekke (juives germanophones) se lâcher “ach is so gut!” tout en maîtrisant la sauce Tahina dégoulinante :-)

        • 24 Janvier 2017 à 23h00

          steed59 dit

          Du verbe “se rouer”

        • 24 Janvier 2017 à 23h23

          steed59 dit

          Qui ne connait pas les falafels

        • 24 Janvier 2017 à 23h33

          Bibi dit

          Falafel ist sehr gut.
          Ne te fies pas à l’ersatz parisien.

        • 24 Janvier 2017 à 23h36

          steed59 dit

          Il faudrait deja que je me trouve dans la ville maudite

        • 25 Janvier 2017 à 13h46

          Schlemihl dit

          Hihi Bibi il est rigolo ce sketch

          Mettez vous à la place des vrais juifs ( les biélorusses et les ukrainiens bien sur ) que peuvent ils penser des polonais qui mettent du sucre sur le poisson , des allemands baragouineux … je ne parle même pas des autres .

          Au fait qui seront les prochains à se faire engueuler ? essayons de le deviner …..

        • 25 Janvier 2017 à 16h29

          steed59 dit

          à mon avis ils parlent forts, se plaignent de tout, trouvent le pinard et le camembert cher, et ouvrent des boulangeries/patisseries cachers à la chaine du coté de netanyah

        • 25 Janvier 2017 à 16h38

          Schlemihl dit

          Vous croyez Steed ? c’ est possible .Je soupçonne qu’il va y avoir des mouvements de population du côté de Mar.. ( Bouches du Rhône ) ou Par … ( Seine ) notamment dans le 19ème et d’autres endroits , ces localités se trouvant dans l’ ouest de l’ Europe . Non , ce n’ est pas la Finlande ni l’ Albanie ni le Japon .

        • 25 Janvier 2017 à 16h53

          steed59 dit

          au fait je croyais que les vrais juifs étaient les juifs allemands et que ceux d’ukraine/biélorussie étaient un peu trop “slavisés”. Et je parle même pas des sef’. Sinon ma soeur vit dans le 19ème, dans une partie plutot tranquille (plutot dans les hauts entre buttes-chaumont et Robert-Debré), peut-être (surement ?) lié à la présence d’une important population juive. C’est pas non plus la guerre civile, ni Stalingrad (le métro)

        • 25 Janvier 2017 à 18h26

          Schlemihl dit

          Fi donc ! les juifs allemands étaient des allemands dont les ancêtres avaient été de confession israélite , pour causer bien . Ils ne parlaient que l’ allemand , étaient patriotes , se croyaient allemands les pauvres gens .

          En 1933 le réveil a été un peu dur et il y a eu beaucoup de suicides . Et puis ils sont morts et voilà .

    • 24 Janvier 2017 à 13h51

      Bibi dit

      votre Révolution s’inspire d’ouvrages comme Du contrat social de Rousseau. Non moins abstraite est sa réplique contre-révolutionnaire chez Joseph de Maistre ou le Chateaubriand du Génie du christianisme. J’aime beaucoup les lire mais leur pensée a quelque chose de proprement éblouissant qui verse dans le romantisme, sans grande portée pratique.

      Bien vu.

      • 24 Janvier 2017 à 14h33

        steed59 dit

        Chteaubriant était un piètre politique. Son passage au MAE l’a amplement démontré

      • 24 Janvier 2017 à 15h26

        Archebert Plochon dit

        C’est certain mais c’est déjà pas mal.

    • 24 Janvier 2017 à 13h47

      agatha dit

      Très intéressant, sauf la vision folklorisante de MLP. Les questions sont à la hauteur.

      • 24 Janvier 2017 à 13h53

        Bibi dit

        la quête d’une société pure entièrement consacrée à sa mission sainte.
        Me semble une observation pas mal. Y lis-je un understatement qui n’y est pas?

        • 24 Janvier 2017 à 14h32

          steed59 dit

          le sionisme n’est-il pas en quête d’une société pure entièrement consacrée à une mission sainte.

        • 24 Janvier 2017 à 14h42

          agatha dit

          Ce que je dis n’est pas du tout en défense de MLP. Scruton, lui, a le droit de tout dire, sauf des fadaises romantiques et abstraites, dans l’esprit de ce qu’il est le 1er à reprocher à Rousseau, Chateaubriand et Joseph de Maistre.

        • 24 Janvier 2017 à 14h44

          steed59 dit

          Maurras, le maitre à penser de l’extreme-droite française n’avait rien de romantique, et était très pratique.

        • 24 Janvier 2017 à 15h32

          Bibi dit

          steed à 14h32,
          Non. Rien de “pur” ni de “mission sainte”.

        • 24 Janvier 2017 à 15h38

          steed59 dit

          l’un des principal argument du sionisme n’est-il pas l’argument religieux qui consiste à dire que Dieu à donné cette terre à ce peuple ?

        • 24 Janvier 2017 à 15h49

          Bibi dit

          Dieu ne figure pas dans le credo sioniste (ni d’ailleurs dans la déclaration d’indépendance de l’état d’Israël). La terre de Sion est le foyer ancestral du peuple Juif. C’est un fait historique.
          La désignation par Dieu (à commencer par le patriarche Abraham) fait partie du discours religieux, à la fois des sionistes et des anti-sionistes.

        • 24 Janvier 2017 à 16h05

          Bibi dit

          A propos, tu ne m’as pas répondu sur le fil Fink si tu voulais voir l’épisode du docu israélien sur les croisés.

        • 24 Janvier 2017 à 16h08

          steed59 dit

          ken, todah

        • 24 Janvier 2017 à 20h27

          Schlemihl dit

          Non Steed , le sionisme ne cherche pas une société pure accomplissant une mission sainte . Il cherche un refuge pour un peuple menacé d’ extermination , et de nos jours il cherche à maintenir ce refuge car la survie du peuple juif en dépend . Après tout , on peut admettre que protéger un peuple de l’ assassinat est une mission sainte .

          Quant à une société parfaite je n’ en veux pas car une société vivable est faite pour des êtres humains et non pour des anges . Quant à une mission sainte je n’ en veux pas car je ne suis pas informé des volontés du Ciel . Essayer d’ empêcher les gens de se faire tuer et essayer d’ être civilisé , ce n’ est déjà pas si mal .

          Tu veux changer le monde ? lave toi les mains ! et passe un coup de balai ! et va faire ton travail ! et ne vole pas , ne crache pas là ou c’est propre et n’ écris pas sur les murs .

        • 24 Janvier 2017 à 20h33

          steed59 dit

          schmel, pour avoir déplacer des milliers de gens prêts à gratter une terre inculte et déserte avec une sorte d’enthousiasme messianique, et à créer un Etat moderne par le travail acharné de ses habitants, la cause défendue ne peut être que métaphysique et transcendantale. 

        • 24 Janvier 2017 à 22h11

          Schlemihl dit

          Steed

          Vous avez peut être raison et il y a peut être quelque chose de surnaturel . Je ne suis pas athée mais agnostique et je trouve le monde étrange et mystérieux .

          Je préfère ne retenir que ce qui peut être prouvé et ne pas faire appel au surnaturel .  

        • 24 Janvier 2017 à 23h16

          Bibi dit

          Hein?
          Par rapport à Mohammed Ali, conquérant égyptien d’origine albanaise, nous sommes des saints. Il a déporté des milliers d’arabes trop compromis avec les ottomans, et “importé” des militaires et fonctionnaires égyptiens pour servir et mettre en place ses réformes “progressistes”. Un véritable échange de populations a eu lieu entre 1830-40.
          Nous n’avons expulsé que des bandes d’assassins établies de plus ou moins courte date, qui voulaient nous jeter à la mer, si ce n’est nous mener aux fours-crématoires planifiés à côté de Jénine. Et dont plusieurs milliers ont été réadmis en Israël après la fin de la guerre d’Indépendance.
          Rien de métaphysique ni de transcendental dans toussa. Juste de l’Humanité.

        • 25 Janvier 2017 à 10h47

          Schlemihl dit

          Bibi , c’ est peut être ça qui déplaît . Les israéliens n ‘ exterminent pas l’ adversaire , ne pendent pas , ne décapitent pas , ne violent pas , ont une économie développée , des institutions politiques évoluées …..

          Quand on voit la haine et la fureur qu ‘ inspire l’ Israël , comme ils disent , et l’ indifférence devant ce qui se passe en Irak Syrie Yemen Libye et partout , on se pose des questions .

          La façon d’agir des israéliens , c’ est peut être de l’ insolence .

        • 25 Janvier 2017 à 16h11

          durru dit

          Schlem, c’est sûr que c’est louche! Il y a certainement quelque chose qui ne va pas, et il faut absolument trouver quoi. Du coup, ils creusent :)

        • 25 Janvier 2017 à 20h04

          Bibi dit

          Sommes terriblement coupables d’actions disproportionnées. Après les millions pour des soins médicaux aux syriens, une centaine d’enfants syriens vont être accueillis en Israël.

        • 26 Janvier 2017 à 15h46

          Schlemihl dit

          Il faut reconnaître un excès de travailleurs et une carence sévère en assassins . Cela fait longtemps que j’ y vois une impertinence assez injurieuse . Ceci n’ est pas une blague .

    • 24 Janvier 2017 à 12h58

      Angel dit

      Bravo