La résistible ascension de… Marine Le Pen? | Causeur

La résistible ascension de… Marine Le Pen?

Les “fils” de Brecht se trompent de cible

Auteur

Jean-Paul Brighelli

Jean-Paul Brighelli
Enseignant et essayiste, anime le blog "Bonnet d'âne" hébergé par Causeur.

Publié le 10 février 2017 / Culture

Mots-clés : , , , , ,

"La résistible ascension d'Arturo Ui", de Dominique Pitoiset. Photo: Cosimo Mirco Magliocca

J’y suis allé pour Philippe Torreton, piètre analyste politique mais très grand comédien, et à la fin, j’ai applaudi tous les acteurs, tous remarquables, quelles que soient parfois les pitreries lourdingues que leur impose le metteur en scène, Dominique Pitoiset. La nécessité par exemple de faire jouer l’Acteur (Gilles Fisseau) à poil pendant 15 minutes ne m’est pas apparue clairement — sinon parce que depuis quatre ou cinq ans, depuis qu’Olivier Py a joué à ça avec un Roi Lear lamentable, tout scénographe qui se respecte doit dénuder au moins un personnage. Le dernier épisode, c’était un Mariage de Figaro pathétique, mis en scène par Rémi Barché à la Criée, le mois dernier, où le Comte exhibait sa chipolata étique et Chérubin ses œufs sur le plat.

Adolf Trump et Marine Capone ?

Les spectateurs en tout cas ont beaucoup applaudi. Reste à savoir quoi. J’ai peur qu’ils aient surtout apprécié le miroir de connivence que leur tendait la mise en scène — des bobos marseillais pratiquant abondamment l’entre-soi, fiers de ne pas appartenir à la majorité qui dans cette ville votera MLP, et d’autant plus confortés dans leurs convictions électorales (Hamon ? Mélenchon ? Le NPA peut-être…) qu’ils sont sûrs que leur candidat ne sera pas qualifié pour le second tour. C’est un vote snob sans conséquence. Il ferait beau voir qu’ils élussent quelqu’un qui menât une vraie politique de gauche… Derrière les Communards de luxe se cachent toujours des Versaillais repus.

La pièce de Brecht est à l’origine (1941) une allégorie transposant dans le monde d’Al Capone l’ascension d’Hitler au pouvoir. Hervé Briaux, le Président, c’est Hindenburg ; Daniel Martin (Goebbel), c’est Goebbels, dont il affecte la claudication ; P.A. Chapuis (Rom), c’est Ernst Röhm, le chef des S.A. éliminé par les S.S. durant la Nuit les Longs Couteaux, qui conclut presque l’histoire. Dans la pièce originelle, un bateleur passe régulièrement le long du quatrième mur avec un panneau explicitant la correspondance entre la fable et l’Histoire.

Dominique Pitoiset s’est voulu plus malin que l’auteur et a déshistoricisé la pièce au maximum, « afin de mettre ses pas dans ceux de Brecht, dit le programme, et de s’attacher à distinguer non seulement Hitler derrière Ui, mais surtout, derrière Hitler, les mécanismes qui rendent possibles — y compris aujourd’hui — une telle prise de pouvoir ». Hello Trump, bonjour Marine. Ou quelque chose comme ça…

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 11 Février 2017 à 19h57

      radagast dit

      A mon humble avis il serait en effet très douloureux pour les Français de sortir de l’euro et pourtant il n’est pas contestable que l’euro nous plombe , ou plutôt nous plombait quand nous avions encore une industrie digne de ce nom.
      L’euro a été voulu par les Français mais c’est devenu une réussite allemande.
      Les allemands s’en sortent bien moins à cause de leur excellence que parce qu’ils vendent aux européens et accessoirement aux autres pays .
      L’essentiel de l’excédent commercial des allemands se fait avec les autres pays de l’U.E. !!!
      Et dans ce manifeste accaparement du marché des biens haut de gamme l’euro-mark en supprimant le handicap que représentait la valeur du mark vis à vis des autres monnaies européennes a été déterminant .
      L’autre facteur a été l’écrasement des salaires allemands .
      Le seul espoir que nous ayons n’est pas de quitter unilatéralement l’euro mais que l’euro implose ou que l’euro nous quitte , c’est à dire que les allemands l’abandonnent .
      C’est d’ailleurs ce que l’examen objectif de l’état de nos économies respectives , de nos mentalités respectives , du fonctionnement de cette pseudo-monnaie commandent.

    • 11 Février 2017 à 13h14

      Eric Dufour dit

      “Derrière les Communards de luxe se cachent toujours des Versaillais repus.”

      MAGNIFIQUE ! Cela me fait penser immédiatement à une très grande majorité des jeunes de 68 qu’illustre très bien cette chanson de Brel — mais, je reconnais que ce n’était peut-être pas la volonté de Brel.

      https://www.youtube.com/watch?v=dCHi5apc1lQ 
       

      • 11 Février 2017 à 15h48

        ZOBOFISC dit

        Pour ma part, je revois cette UNE de CHARLIE HEBDO de 1973 avec un dessin de REISER. représentant un cadre dynamique en costard cravate tenant par la main un bambin.
        Le gamin, hilare, disait : “il y a cinq ans, papa occupait la Sorbonne”
        Et le père, abattu rétorquait : “Petit con” ! 

    • 11 Février 2017 à 0h37

      adadaf dit

      Cela dit et sans vouloir froisser M. Brighelli, marinella semble quant à elle sortie d’une pièce de Labiche, en moins drôle. Sa dernière prestation théâtrale sur France 2 valait son pesant d’approximations vacillantes. Acte 2 scène 2 : le dialogue avec la patronne en maroquinerie montrait qu’elle n’avait toujours rien compris aux briefings de Philippot sur l’Euro.
      Acte 3 scène 1 : lorsque le diable apparait, l’héroïne va au bûcher comme Jeanne d’Arc, mais le feu ne prend pas.
      Acte 4 scène 1 : le match de boxe annoncé ne tient pas ses promesses, le public pense que le match est truqué.
      Au bilan, l’actrice principale a du mal à dissimuler ses faiblesses. Dés qu’elle est déstabilisée sur un thème qu’elle ne maîtrise pas, elle tremble puis change de sujet. Bref une soirée perdue. J’aurai mieux fait d’aller au Gymnase à Marseille.

      • 11 Février 2017 à 19h07

        Letchetchene dit

        Moi je l’ai trouvé humaine , dans le sens que l’on ne peux tout maitriser , car arrivé au pouvoir d’après vous est ce elle qui va s’occuper de la sortie de l’Euro ou son cabinet ministériel?
        Pour moi je ne donne pas 2 ans à l’Euro ainsi qu’aux pays restant pour tuer le restant de cette union malsaine !!!
        Qui va abonder à la caisse quand celle-ci aura perdu 25% des 50 % que donne l’Allemagne et la France !!
        Le Luxembourg , la Belgique, les Pays Bas , la Grèce, la Pologne , l’Italie , l’Espagne, le Portugal ,la Slovénie, La Roumanie , allons , allons si nous sortons de L’E.U. après la perte anglaise que deviendra ce “machin” sans les 2 plus gros souscripteurs , les allemands ne mettront pas 25% de plus de budget et les autres cités ci-dessous sont aux bords du dépôt de bilan notre sortie accélérera leur sortie!!!

        • 11 Février 2017 à 22h41

          adadaf dit

          La différence avec le Royaume Uni c’est que l’Angleterre a gardé sa monnaie depuis son entrée dans l’UE. On voit d’ailleurs que cette différence n’a pas outrageusement avantagé l’économie britannique pendant ce laps de temps. Qui peut citer un seul avantage économique compétitif du RU face à l’euro ?
          Le cas d’une sortie de la France de l’euro sera radicalement différent. Vous verrez alors comment les français y adhèreront en retirant massivement leurs euros des banques pour les thésauriser ou en les transférant sur des comptes allemands ou luxembourgeois. Ce qui entrainera obligatoirement un blocage gouvernemental des retraits et le début du chaos. Comme en Grèce. Pauvre marine.
          Ça s’appelle la Loi de Gresham qui veut que la mauvaise monnaie chasse la bonne.
          Mais on peut compter sur le patriotisme financier des lecteurs de Causeur pour ne pas se ruer, demain, sur les distributeurs.

      • 11 Février 2017 à 19h45

        Letchetchene dit

        Liste des 175 économistes envisageant la sortie ou la dissolution de l’euro comme une solution à la crise

        https://www.altereconomie.fr/175-economistes-anti-euro/

        Tous cinglés , ou tous réalistes???

    • 10 Février 2017 à 23h23

      AGF dit

      “Derrière les Communards de luxe se cachent toujours des Versaillais repus”.
      Superbe. M. Brighelli ,en titre sur 5 colonnes à la une dans “le Monde” et Mélenchon ,Hamon et Macron vont au tapis.Et on oubliera Fillon qui remontera à sa place. Mais ne vous laissez pas faire. Bergé a beaucoup ,beaucoup de fric.

    • 10 Février 2017 à 21h36

      Bacara dit

      Que devient Caubère ? Il a été tellement époustouflant dans le “Molière” d’Ariane M. 

    • 10 Février 2017 à 19h51

      IMHO dit

      Il y a trop longtemps que Marine marine dans son jus, elle a ranci .

    • 10 Février 2017 à 19h17

      Habemousse dit

      « …Philippe Torreton, piètre analyste politique mais très grand comédien… »

       Bon comédien suffira : il n’y a aucune comparaison entre le Torreton des « Rois maudits » et le sublime Jean Piat dans le même rôle, comme il n’y a aucune comparaison entre Jeanne Moreau ( vaches ?) et l’immense Hélène Duc.

      La politique vous aveuglerait-elle ?

      « elle n’est pas une tentation inhérente à l’homme, elle est le produit d’un contexte historique et économique. »
      Et spirituel aussi non ?

       L’histoire nous montre que la société a horreur du désordre : Napoléon est venu après l’épisode absurde et sanglant de Robespierre, Clemenceau et De Gaulle après les atermoiements impuissants de la gauche.

      Les électeurs, qu’ils soient Européens ou Américains n’ont jamais été autant manipulés, la démocratie n’a jamais été autant inexistante, et la nature jamais au bord du vide à ce point : que pensez vous qu’il advienne ? 

      • 10 Février 2017 à 19h52

        IMHO dit

        Habemousse va être déconvenu une fois de plus . Dur, dur, dur !

    • 10 Février 2017 à 19h03

      Saul dit

      Titre pompé sur Marianne
      Vous auriez pu vous fouler pour en trouver un autre quand même.
      Que fait Pénélope ? 

    • 10 Février 2017 à 18h54

      Allons bon dit

      Martini Henry, bravo ! Je suis complètement d’accord avec vous ! Beaucoup s’inquiètent mais calculent leur espérance de vie, d’autres n’approuvent pas les islamistes mais ont peur pour leurs euros, et ainsi de suite…
      Venez donc sur le blog de JPB, ça donnera de l’air pur !  

    • 10 Février 2017 à 17h53

      senik dit

      Brighelli tire la morale dans la suite qu’on peut lire sur son blog; je vous la résume : les Hitler et les Pol Pot  d’aujourd’hui s’appellent Goldmann Sachs, et ils sont le produit de la financiarisation mondialisée. Ce qui est drôle, c’est que la finance mondialisée était déjà la bête noire de Hitelr et Pol Pot.  

      • 10 Février 2017 à 18h19

        Martini Henry dit

        Faux. Hitler était soutenu par les plus grandes firmes allemandes! IG Farbe, Krupp, Opel, Bosch, Bayer, etc.. Jusqu’à General Motors et Ford, de l’antisémite et pro-nazi Henri Ford!

    • 10 Février 2017 à 17h50

      Naif dit

      la stupidité des gauchistes est vraiment sans fond. Aucun ne se pose la question du comment en sont ils arrivés là ?
       

    • 10 Février 2017 à 17h49

      Martini Henry dit

      “Derrière les Communards de luxe se cachent toujours des Versaillais repus.” Cette phrase dit tout. Elle dit les gauchos pro-immigration qui foutent leurs gamins dans les écoles privées parce que, n’est-ce pas… Elle dit les socialistes qui contournent la carte scolaire pour les mêmes raisons…Elle dit les humanistes qui paient leur femme de ménage au black et au lance pierres… Elle dit les fuyards de la banlieue, elle dit les fils et filles de comédiens qui nagent dans le piston et qui pleurent pour bénéficier encore de la préférence nationale mais qu’ils appellent, eux, plus élégamment et en toute bonne conscience, “l’exception culturelle française”… Elle dit les fils de, elle dit les fraudeurs fiscaux de gauche… Elle dit leur morgue, leur mépris du peuple, leur entre-soi, leurs sales gueules de péteux à cœur sec, leur égoïsme caché sous le masque de la générosité, leur saloperie mesquine et leur lâcheté, elle dit la légèreté avec laquelle ces anti-militaristes envoient tranquillement les paras et les légionnaires qu’ils détestent se faire casser la pipe pour leur politique étrangère merdique, elle dit la dénonciation sans scrupules, de leurs adversaires politiques à la Kommandantur…
      Elle dit tout ça et bien plus encore.

      • 10 Février 2017 à 18h12

        ERVEFEL dit

        “Elle dit tout ça et bien plus encore.”
        “…tout ça…” C’est quand même déjà impressionnant de citer “tout ça” d’un jet de plume!
        Et le pire c’est que le “..et bien plus encore…” suit.
        Diantre! C’est vraiment pourri!
        On pourrait aussi ajouter : elle dit ces pères la vertu qui prêchent l’austérité et s’en foutent plein les poches estimant que c’est la normalité; et bien plus encore si l’on voulait continuer.
        Il est vraiment temps de virer tout ça pour un ordre nouveau qu’on nous promet depuis si longtemps déjà.
        Mais arrivera t-il cette fois!? 

        • 10 Février 2017 à 18h21

          Martini Henry dit

          Non. La trouille est devenue la principale marque des français. Une trouille moite, gluante qui leur fait baisser la tête toujours et partout ou tendre une main implorante à leurs bourreaux. Lâches et satisfaits de s’en tirer sans trop de mal en fuyant, l’honneur dans la poche, bien couvert par leur mouchoir morveux.

        • 10 Février 2017 à 18h23

          Martini Henry dit

          Le pire, c’est que ces cancrelats maquillent cette trouille poisseuse du masque de la générosité. Quand ils ne font que ramper pour fuir… Pourvu qu’on leur laisse leur bagnole, leur télé et leurs vacances au Pilat.

        • 10 Février 2017 à 19h27

          ERVEFEL dit

          Oui c’est bien vrai le français est trouillard et pour ne rien arranger le matraquage médiatique entretient cette peur et même en rajoute sur certains sujets ( Europe, Euro, retraite, économie, protectionisme, nationalisme,etc…) et endors ses peurs quand il s’agit d’autres sujets (islamisation, sécurité, justice, immigration, mondialisation, etc…,), quand ils ne sont pas tout simplement dans le déni sur ces autres sujets.