Bourgogne: épidémie de suicides paysans | Causeur

Bourgogne: épidémie de suicides paysans

La France des oubliés va craquer

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 07 juin 2017 / Société

Mots-clés : , , ,

Les paysans français se suicident deux fois plus qu'il y a cinq ans. En Bourgogne, la mort brutale d'un agriculteur ayant foncé sur des gendarmes masque une épidémie de suicides aux causes économiques, sociales et politiques.
charolais bourgogne laronze suicide paysans

Elevage de charolaises. Sipa. Numéro de reportage : 00768775_000006.

Si les gazettes people se passionnent pour les idylles gnangnan de L’Amour est dans le pré, elles ignorent copieusement les quelque 300 suicides d’agriculteurs (contre la moitié il y a cinq ans) qui ont endeuillé la France en 2016. Seule la presse quotidienne régionale sauve l’honneur de la profession en relatant ces drames humains. Ainsi, le Journal de Saône-et-Loire rapporte la fugue désespérée d’un éleveur de bovins du village de Trivy, un village de 270 âmes près de Cluny.

Paysan vs gendarmes

Jérôme Laronze, 37 ans, avait abandonné son exploitation début mai à la suite d’un contrôle vétérinaire houleux. Le militant de la Confédération paysanne, connu pour ses troubles psychiques et son rapport olé-olé à l’autorité, avait foncé en voiture sur les gendarmes qui accompagnaient les services vétérinaires puis fui dans une course-poursuite folle sur la N79. Rebelote une semaine plus tard : retrouvé par la maréchaussée le 20 mai, Laronze a dirigé sa voiture à toute berzingue sur deux gendarmes, contraints de lui tirer dessus par légitime défense. Bilan : un mort deux gardes à vues, et une enquête ouverte.

Faut-il voir dans ce décès un suicide par procuration ? L’éleveur charolais avait prévenu un an et demi avant d’atteindre le point de non-retour : « Les agriculteurs sont plutôt des taiseux, et souvent ils retournent la violence contre eux-mêmes. C’est pour cela qu’il y a un ou deux suicides par jour dans notre profession. Mais peut-être que la violence va finir par se tourner vers les autres ». Prémonitoire.

Un outil de prévention des suicides

Mais les paysans bourguignons n’ont pas attendu ce triste fait divers pour réagir. Début mai, après le suicide de deux exploitants, la Mutualité Sociale agricole de Bourgogne a mis en place un outil de soutien psychologique aux agriculteurs en détresse. Vingt-quatre travailleurs sociaux dispersés dans la région répondent désormais aux appels de paysans pressurés par la paperasse administrative, la chute des prix ou la quête éperdue de subventions européennes. Certains y moqueront un « SOS amitié » rural mais il y a urgence. Le ministre de l’Agriculture a promis d’écouter les doléances des syndicats agricoles rencontrés le 23 mai, à commencer par la Confédération paysanne, ulcérée par la mort brutale de Jérôme Laronze. Aux yeux de Basta mag, la pression des contrôles sanitaires s’ajoute à la violence que subissent les inspecteurs. En somme, mis à part le grand propriétaire dopé aux subventions européennes, tout le monde paysan souffre.

La Fontaine ne s’y était pas trompé. Dans sa célèbre fable Les Animaux malades de la peste, le génial moraliste avait parfaitement dépeint le spleen du monde rural en décomposition : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés:/ On n’en voyait point d’occupés/ A chercher le soutien d’une mourante vie »

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Juin 2017 à 0h23

      Moumine dit

      “il y a un ou deux suicides par jour dans notre profession”, à peine supportable à lire…
      Déjà qu’il n’en reste plus beaucoup, de nos paysans…
      C’est abominable.

      • 9 Juin 2017 à 12h59

        Livio del Quenale dit

        l’abominable est que l’on est gouverné par des citadins qui ne vont qu’aux supermarchés.
        Éventuellement viennent voir “de loin” le zoo de la campagne en se bouchant le nez parce que “ça pue” disent-ils, quand eux puent les parfums synthétiques.
        Que vont-ils bouffer quand il n’y aura plus que des ronces et des taillis dans les campagnes , Ils creuseront un peu lus la dette en achetant des OGM, des produits sous blister javellisés et le dimanche au mag’do les frites de l’oncle sam…

        • 11 Juin 2017 à 13h42

          Moumine dit

          Livio del Quenale
          Vous avez raison, bien sûr.
          Mais tout est fait pour que notre nourriture provienne de n’importe où sauf de la production locale, ou de ce qu’il en reste.
          Tout cela me dépasse.

    • 8 Juin 2017 à 18h45

      Livio del Quenale dit

      décadence!!
       à l’image de ces français citadins qui “bouffent” mag’do et/ou n’importe quelles saloperies sous blister venues d’on ne sait où aux hormones et désinfecté (mais infecte) au chlore

    • 8 Juin 2017 à 13h55

      Robinson dit

      La paysannerie est la quille du bateau France ; on la voit pas, on l’entend peu, elle s’étiole…
      A quoi ça sert la voile si il n’y a pas de quille !

    • 8 Juin 2017 à 11h56

      jim42 dit

      En effet, le suicide (non motivé par une maladie grave ou une fin de vie) est un meurtre par procuration et le signe d’une grande faibblesse de caractère masochiste.
      On ne se venge alors pas des Responsables du malheur, pas de soi-même : chute d’estime mélancholique.
      Ainsi la déçu narcissique peut également se soustraire au jugement: chez le criminel dont les éléments de réalité incontournables écrasent brutalement le Déni psychotique d’une existence de plusoieurs années, comme chez les Nazis et leurs familles se suicidant en masse à l’Est en Prusse à l’arrivée des soviétiques….
      Les juifs ou autres fuyards des années 30; voire davantage encore ceux qu’on forçait à creuser leur tombe pour les y fusiller, et qui ne réagissaient pas, tétanisés, n’avaient plus de réflexe d’auto-défense désespérée poussant à agresser les gardes-assassins fort peu nombreux…!Le “Mourir pour mourir” qui motivera bien des combattants en infériorité.: Ainsi, la sidération peut brutalement s’évanouir chez quelques-uns et aboutir à une révolte dont le succès (même relatif…) étonne toujours les ennemis mêmes: les troupes SS de J. Stroop à Varsovie, fuyant, effarées, les tirs justes et les cocktails Molotov bien lancés des quelques jeunes révoltés-désespérés du Ghetto, en criant: “les juifs, les Bandits! ont des armes!”
      La Passivité touche ainsi les officiers polonais par milliers à Katyn et les prisonniers russes de Barbarossa par millions…! “Encore une petite minute monsieur le bourreau!”
      Il faut se méfier de sa puisance; comme également de l’eau qui dort…
      La prochaine “Jacquerie” Française pourrait être terrible.

      • 8 Juin 2017 à 13h50

        accenteur dit

        Sauf votre honneur qu’à coups de tombereau de purin on fait moins mal qu’avec des kalachs.

    • 8 Juin 2017 à 11h33

      enfer dit

      Article et commentaires à vomir…
      Tout ce que veulent les agriculteurs c’est vendre leurs produits à un prix qui leur permette de vivre décemment…
      On ne veux pas d’aide, de subventions,et autres pièges à cons qui font rentrer chez nous des troupeaux de crétins hors sol autoproclamés contrôleurs.
      On ne veut pas ce ces fonctionnaires bobos, écolos, prétentieux, qui n’ont que le “bio” à la bouche, bio qui ne représente que quelques paumés et beaucoup d’escrocs.
      On ne veux plus ce ces pubs débiles des GMS qui bourrent le mou du consommateur…A t’on jamais vu maitriser un streptocoque dans un élevage avec des essences de plantes? Pourquoi pas de l’eau de Lourdes…

      • 8 Juin 2017 à 16h00

        accenteur dit

        enfer
        sur la pointe des pieds pour ne pas provoquer encore plus votre ire : 1° peut-être que les agriculteurs-éleveurs qui sont actuellement formés à la gestion d’une exploitation investissent trop en s’endettant. Plusieurs années de problèmes et c’est la clé sous la porte ou le suicide.
        2° l’avenir n’est-il pas dans les coopératives agricoles de vente pour éviter la confrontation à leur désavantages avec les grandes surfaces.
        Tout serait à revoir dans la profession. Pour autant soutien inconditionnel à nos agriculteurs.
        Pour les écolos farfelus, d’accord avec vous. Une pseudo-science ecolo-bobo envahit tous les secteurs.

    • 8 Juin 2017 à 9h26

      EDNALLOH dit

      Les cliques au pouvoir depuis 5 ans s’acharnent à éliminer les populations qui votent “mal”. Les paysans, les retraités et les classes moyennes, grands perdants de leur politique de pillage des ressources à leur profit et au profit de ceux qui votent “bien”. Cette politique s’appelle la dictature camouflée en “démocrature”.

      • 10 Juin 2017 à 13h04

        Prince Murat dit

        Ednalloh

        Depuis cinq ans ? Quel âge avez vous ? Quel est le diagnostic pour votre trouble de la mémoire ?

        La décision de fusionner le PS et les Ripoublicains en un seul parti est une clarification bienvenue, mettant fin à une hypocrisie stupide.

        Depuis 1983, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande ont mis en oeuvre exactement la même politique : système économique répondant aux exigences du Medef, et immigration sans limites.

        Le mystère, c’est que des personnages aussi méprisables et grotesques que mr. Baroin bénéficient encore de 21% d’intentions de vote !

        Lorsque j’essaie de faire une comparaison historique avec la situation actuelle de la France, une date me vient à l’esprit : Septembre 1938 !

        Macron, c’est Édouard Daladier !

        Mais, entendons-nous bien : l’ennemi, la menace, Hitler et Mussolini, ce se sont les politiques de ”Concurrence Libre et Non-Faussée” et de ”Grand Remplacement par l’Islam”, mises en application depuis 2005 dans toute l’Europe.

        Ces deux pourritures marchant, en réalité, la main dans la main !

        Dans le passé, la réalité s’est imposée dès Mai 1940…

    • 8 Juin 2017 à 9h25

      lima dit

      Merci d’en parler. De laisser les agriculteurs dans une telle détresse me choque profondément.Beaucoup reçoivent de l’aide,sans aucun mérite. Un vrai scandale ce qui se passe là.

    • 8 Juin 2017 à 8h36

      Moi ex Adhérent dit

      Avons-nous perdu le sens des priorités ?
      La terre est la véritable richesse d’un pays. C’est elle seule qui permet à ses citoyens de vivre en autarcie … provisoire.
      Acheter du pétrole quand on n’a rien à manger, serait surprenant.
      Vendre nos terres aux chinois, une absurdité, et pourtant !
      Décréter une grande cause nationale supérieure aux exigences technocrates de l’UE, serait une preuve de courage, dans la nécessité de survie

      • 8 Juin 2017 à 9h51

        accenteur dit

        Tout à fait d’accord. La preuve le Vénézuela qui s’enfonce. ils ont tout misé sur le pétrole et avec la chute du cours du pétrole, ils se retrouvent ruinés et affamés. La richesse de base, c’est l’alimentation, saine si possible. Soutien à nos agriculteurs-éleveurs.

    • 8 Juin 2017 à 7h10

      accenteur dit

      macron regarde ailleurs, honte à lui. Les banlieues l’ intéressent plus que nos campagnes. Or les agriculteurs-éleveurs sont en plus, les gardiens de nos paysages ruraux. Si la France est si belle à regarder quand on la traverse, c’est que des travailleurs de la terre l’entretiennent sans relâche.

    • 8 Juin 2017 à 5h08

      Nolens dit

      Ceux qui ne sentent pas étouffés par les normes et les réglementations sont heureux comme des poulets d’élevage, ils se contentent de leur dose de grain OGM et des hormones leur donnant bonne allure.
      Sans aucune sympathie pour le Confédération Paysanne, ce sont des gens qui sont néanmoins respectables. L’ennemi de tout un chacun c’est la restriction quotidienne de nos libertés, on nous enchaîne tout en nous faisant croire qu’on nous libère.
      C’est le progrès, c’est “En Marche”, la marche des escrocs.

    • 7 Juin 2017 à 23h08

      Radiopariment dit

      Se réjouir du suicide des paysans, ou des détenus en prison, ou des policiers, ou de qui que ce soit, c’est la marque d’un imbécile ou d’un salaud, ou les deux. Des néo-nazis profanent les tombes de juifs, vous, vous applaudissez au suicide d’éleveurs comme d’autres se réjouissent des attentats de Nice ou du Bataclan. Si la vie de certaines catégories d’hommes ne vaut rien à vos yeux, dites-vous bien vous auriez été parfaitement à votre place auprès des pires sanguinaires dont le XX° siècle nous a abondamment abreuvé.

    • 7 Juin 2017 à 21h37

      Colonel DAX dit

      “Les paysans français se suicident deux fois plus qu’il y a cinq ans”

      Sont-ce des Zéleveurs, majoritairement….. ?

      Oui ?

      Alors, tant mieux.

      • 8 Juin 2017 à 5h01

        Nolens dit

        Beau commentaire, plein de compassion pour les paysans. J’espère que vous êtes bien dans votre peau de salaud plein de suffisance.

      • 8 Juin 2017 à 10h47

        Caminho dit

        Crapule.

      • 8 Juin 2017 à 13h42

        Robinson dit

        Commentaire d’un végétarien fanatique, ou d’un inspecteur vétérinaire terroriste.

    • 7 Juin 2017 à 20h47

      Jourbon dit

      Les paysans français sont tous au bord du gouffre, et beaucoup se suicident .
      Beaucoup, sauf ceux de Notre Dame des Landes à la place du future aéroport , à cet endroit les agriculteurs nous expliquent ( droit dans les yeux, et sans mentire ) qu’ils veulent rester car ils gagnent très bien leur vie .
      Donc Messieurs les agriculteurs français venez qui avez du mal à survivre, venez tous à Notre Dame des Landes , vous y rencontrerez des gens merveilleux qui vous expliqueront comment bien vivre de votre métier .
      Si cette histoire ne mettait pas en jeux l’économie de deux grandes régions que sont les Pays de Loire et la Bretagne, cela porterait à rire, mais malheureusement, pour faire plaisir à une bande de bobos écologistes qui ne représente pas plus de deux pour cent de la population française; nos dirigeants actuels risquent, une fois de plus de baisser leur pantalon .

    • 7 Juin 2017 à 16h42

      Caminho dit

      Et oui, en France les fachos qui votent Lepen se suicident de misère et les “progressistes” raflent tout : fric, élections, députés….

      • 7 Juin 2017 à 16h55

        i-diogene dit

        … Peut-on discuter de l’ avenir avec un conservateur..?

        .. Qu’il reste dans son bocal de formol, la France avancera sans lui..!^^

        .. Si on les écoutait, on labourerait encore avec un boeuf tirant le charrue..!

        • 7 Juin 2017 à 17h16

          Caminho dit

          Les générations spontanées en est toujours avec des silex et des peaux de bêtes.

        • 7 Juin 2017 à 17h50

          i-diogene dit

          L’humain n’ a pas attendu la bible pour utiliser les silex et s’habiller..!^^

          .. Ni-même pour déterminer que la terre est ronde et qu’elle turne autour du soleil..!^^

    • 7 Juin 2017 à 16h26

      i-diogene dit

      Il est à noter qu’en Bourgogne, aucun exploitant viticole ne se suicide.. Ils sont-même très riches..!

      Idem pour les exploitant de céréales qui ont su adapter leurs exploitations aux contraintes de l’ agro-alimentaire, particulièrement contraignantes..

      Les petites structures d’ élevages ne sont plus rentables, et bien souvent les agriculteurs n’ ont pas les facultés intellectuelles pour adapter leur exploitation aux normes..

      Aujourd’hui, un exploitant agricole doit avoir au minimum d’un BAC ou un BTS agricole pour concilier la gestion économique et les contraintes normalisées..

      Les petites structures ne sont plus rentables, les cordonniers non-plus.. C’est ainsi..

      L’erreur des chambres agricoles, c’ est de ne s’être occupées que des grosses exploitations et d’ avoir fait l’impasse sur un service d’aide à la gestion des petites exploitations..

      Maintenant, il faut bien admettre que les petits exploitants sont plutôt conservateurs et ne supportent aucun conseil..!^^

      • 7 Juin 2017 à 17h22

        Caminho dit

        Okay C-onsansgène : butons tous les patrons de petites structures, suicidons les sans-diplômes et brûlons les gens aux “facultés intellectuelles” insufisantes. Soyons progressistes, que diable : En Marche !

        • 7 Juin 2017 à 17h56

          i-diogene dit

          Caminhoplaboum,

          Qui parle de buter qui que ce soit..?

          L’inertie des conservateurs est un lent suicide: ” la force ne change rien, seule la capacité d’adaptation permet à un organisme de survivre”.. (L’ évolution, CH. Darwin)..

      • 7 Juin 2017 à 23h43

        durru dit

        Il s’y connaît aussi en agriculture, notre Immense Savant!
        Ben oui, les normes imbéciles qui pleuvent sur les petits exploitants ne sont en rien dans leur détresse, dans leur incapacité à gérer correctement leurs exploitations. Les “aides” décidées en haut lieu et qui profitent d’abord aux grandes exploitations industrielles et aux distributeurs non plus.
        Le capitalisme de connivence fait très bien les choses, il ne faut pas désespérer.

      • 8 Juin 2017 à 11h09

        accenteur dit

        Il en va des agriculteurs comme des entreprises. Les gros producteurs de blé dans la région parisienne, les producteurs de vins renommés ne sont pas à plaindre au niveau revenus et comble d’inégalités touchent les plus grosses aides de l’Europe. Ce n’est pas eux qui se suicident pour des raisons économiques bien sûr.

    • 7 Juin 2017 à 15h37

      Miss-sourire dit

      Le monde agricole est chahuté entre les fantasmes et désirs de nature et de bien-être de leurs concitoyens – habitants à 80 % en zone urbaine, et les pressions commerciales (importations de produits agricoles pas chers, mais moins contrôlés) et agro-industrielles, pour nourrir à faible coût tout ce beau petit monde citadin, qui est donc coupé de la campagne.

      On ne parle que du bio, mais cela ne représente toujours que 3 à 5 % de la consommation.

      95 % sont par définition non-bio…

      En plus, je pense que le monde agricole n’a jamais su vraiment communiquer sur son métier.

      • 7 Juin 2017 à 15h45

        Miss-sourire dit

        On parle souvent d’idéologie et de pédagogisme dans les arcanes du Ministère de l’éducation, la même chose existe chez les fonctionnaires du Ministère de l’agriculture.

        Ils et elles se prennent pour des Zorro de la campagne paysanne et bucolique.

        • 7 Juin 2017 à 15h49

          Miss-sourire dit

          Si notre nouveau Président veut faire des économies, il peut diviser par deux le nombres d’employés du Ministère de l’agriculture : et hop, cinq milliards d’euros de facilement trouvés !