Bonnet rose et rose bonnet | Causeur

Bonnet rose et rose bonnet

Hollande, Aubry : ne demandez pas le programme !

Auteur

Muriel Gremillet

Muriel Gremillet
est journaliste, avec une obsession : la politique.

Publié le 27 août 2011 / Politique

Mots-clés : , , ,

La guerre est déclarée, proclament les affiches d’un film placardée sur tous les kiosques. À vue de nez, ça s’applique assez bien à la petite sauterie annuelle des socialistes à La Rochelle. Pas de quoi être trop surpris, ni même déçu, ni rien. La primaire approche, la vraie campagne aussi, la baston est donc normale. Entre les deux favoris annoncés de cette compétition, Martine Aubry, ancienne Première secrétaire, et François Hollande, favori des sondages, les hostilités sont ouvertes. Leurs « lieutenants » comme on dit dans la grande presse (Pierre Moscovici pour l’un, François Lamy pour l’autre) ont expliqué aux journalistes autorisés qu’il ne s’agissait pas de s’empailler mais de se différencier. Et c’est bien le problème : comment se différencier quand on pense pareil – ou presque ?

Voilà des mois qu’Aubry et Hollande expliquent qu’ils sont d’accord sur tout, notamment sur la fameuse règle d’or qui prévoit d’inscrire dans la Constitution un plafond maximal de déficit public. Aubry et Hollande sont d’accord sur l’Europe, il en faut toujours plus. Aubry et Hollande sont d’accord sur l’Afghanistan, il faut en partir au plus vite. Aubry et Hollande sont d’accord sur l’école, la fiscalité (il faut une révolution fiscale), les retraites, même si dans un premier temps, Martine Aubry avait expliqué qu’elle souhaitait un retour à la retraite plein-pot à 60 ans, avant de revenir sur cette proposition.

Ces convergences en série sont d’ailleurs assez logiques: Martine Aubry et François Hollande sont des bébés Delors. Bercés par les mêmes ritournelles du socialisme européen, nourris aux rêves de transformation de la société d’avant 1995, ils ont vécu la défaite de 2002 avec une rage rentrée, l’un en gardant Solferino et Tulle, l’autre en se repliant sur Lille. C’est que les socialistes adorent le pouvoir local, celui qui ne ment pas, mais ne fait pas gagner la présidentielle.

Mais voilà, fini de rigoler: les 9 et 16 octobre, on ne sait pas combien de Français se déplaceront pour choisir le candidat socialiste à la présidentielle. Et les « états-majors » – encore un mot emprunté à la grande presse – des candidats ont compris que pour séduire et faire basculer ces masses inconnues d’électeurs, il faudra, à défaut d’offrir un plus produit, avoir au moins l’air d’être différent de l’autre. D’où la course à l’échalote de La Rochelle, sur fond de « moi c’est moi et lui, ben c’est lui (ou elle) ».

Mais il faut être solférinologue débutant pour ne pas voir que le résultat de ces tentatives de triangulation est assez mince. Des peccadilles sur le style, les régimes, ou la place de la culture dans la société. Il suffisait d’entendre le pseudo-débat entre Pierre Moscovici et François Lamy, samedi matin sur Europe 1, pour s’en convaincre. L’une a été ministre, l’autre pas. « Mais ça n’a pas plus d’importance que ça », expliquait Mosco. Après tout, ni Zapatero, ni David Cameron n’avaient eu de maroquins avant de diriger les gouvernements de leurs pays. Les déficits publics, « c’est une contrainte qui s’impose à tous », poursuit Pierre Moscovici, et François Lamy renchérit. Au bout du compte, le seul argument susceptible de convaincre l’électeur d’acheter un produit plutôt que l’autre est lâché par l’ancien ministre des Affaires européennes : « La seule chose qui m’intéresse au fond dans cette campagne, c’est de travailler pour le candidat qui sera le mieux placé pour battre la droite », soit François Hollande si on donne foi aux sondages effectués sur 404 personnes, qui le donnent gagnant face à Nicolas Sarkozy.

Nous voici donc au cœur du piège que les socialistes se sont tendus à eux-mêmes: oublions la politique – puisque nous pensons pareil – et ressortons du placard le « vote utile » dès la primaire. On voit bien que le candidat Hollande, dit « normal », brandit son avance sondagière de l’été pour terroriser à peu de frais les militants et sympathisants tentés par sa concurrente.

On comprend mieux, dans ces conditions, que « monsieur Normal » boude les « photos de famille » rassemblant les candidats-camarades, sèche le discours d’ouverture de sa rivale et raille la campagne de terrain menée par les troupes d’icelle qui distribuent sur les marchés sa « lettre aux Français ». Hollande espère bien transformer les conjectures de CSA ou d’Opinion Way, qui valent aussi cher que celles du printemps donnant Hulot triomphant, en prophéties auto-réalisatrices. Sa différence à lui tient en une phrase : je suis en tête. Mais, sondages ou pas, Martine Aubry est également convaincue d’être la meilleure adversaire du président sortant. Cette conviction partagée par les deux candidats qu’ils seront élus confortablement risque de leur coûter la présidentielle. Cette posture de jumeaux maléfiques augure mal de la capacité des socialistes à mener une politique différente.

Dans ces conditions, le seul espoir, pour ceux qui aimeraient voir arriver au pouvoir une gauche ayant autre chose dans sa besace qu’une vague pensée social-démocrate usée jusqu’à la corde, est que les autres candidats – Montebourg, Valls et même Royal qui pèse sans doute plus que ce qu’on croit – obligent les deux favoris à abandonner leurs discours soporifiques et à parler aux Français plutôt qu’aux éditorialistes en quête de micro-fractures.

D’ici là, il faudra prendre son mal en patience avec Hollande et Aubry, les deux faces de la même pièce de un Euro.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 31 Août 2011 à 1h37

      eclair dit

      hollande aubry la même chose.
      Non Aubry après avoir soutenu DSK corps et âme
      maintenant
      http://www.lefigaro.fr/politique/2011/08/30/01002-20110830ARTFIG00567-aubry-critique-l-attitude-de-dsk-vis-a-vis-des-femmes.php
      “la candidate à la primaire socialiste a affirmé qu’elle pensait «la même chose que beaucoup de femmes sur l’attitude de Dominique Strauss-Kahn vis-à-vis des femmes», ”
      Cela me donne envie de vomir

    • 29 Août 2011 à 22h33

      11114444 dit

      @Fiorino

      C’est un argument de répéter “phantasme, phantasme, phantasme” en sautant comme un cabri comme vous le faites ? 

      Qu’est ce qui relevait du fantasme dans mon commentaire ?

      Le lien qui figurait dans mon commentaire ne conduit-il pas à une tribune de Caroline de Haas, publiée dans le Monde, niant l’existence des genres  ?

      Caroline de Haas n’est-elle pas membre de l’équipe de campagne de Martine Aubry ?

      Et sans doute ministrable si Martine AUBRY est élue ?

      Martine Aubry n’est pas Socialiste peut-être ?

      A moins qu’elle ne soit pas candidate aux présidentielles ?

      Ah c’est ça ?
        
      Allez, pour vous calmer, vous reprendrez bien un petit coup de Caroline de Haas :

      http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2011/08/24/theorie-du-genre-homoparentalite-ces-ultimes-sursauts-reactionnaires_1562407_3232.html

    • 29 Août 2011 à 19h38

      laborie dit

      Si vous aviez encore des illusions…

      “ Ce qu’il y a de fondant, à Cordicopolis, ce sont toutes ces âmes idylliques qui s’imaginent qu’on pourrait avoir le Bien sans Mal, le tigre sans ses griffes, la langue française sans ses buissons d’épineuses incohérences, le soleil sans la pluie, des voitures sans pollution, une “bonne” télé sans ses pubs, la littérature sans son revers de crime par lequel elle s’immortalise, les loisirs de masse sans le béton, la chimie industrielle sans les pluies acides. Le beurre et son argent pour le payer. Midi à quatorze heures comme toujours. Autant rêver Céline sans ses Bagatelles. Un “Céline qui penserait juste”, ainsi que je l’ai lu quelque part. La réconciliation des contraires. Le Paradis sans la Chute. Le Trémolo enfin reconnu, établi dans tous ses droits, et sans aucune contrepartie.”

      ….et les Socialistes sans tout le reste… 

      • 29 Août 2011 à 19h39

        laborie dit

        L’empire du bien, Philippe Muray, 1991. 

    • 29 Août 2011 à 11h56

      Marie dit

      @Fiorino
      “mais une fois que le couple l’a fait à l’étranger on le laisse tranquilles.” ha bon contourner la loi pour obliger son pays a accepté ce qui est interdit c’est moral!

      • 29 Août 2011 à 13h55

        Fiorino dit

        Ce n’est peut être pas moral mais à ce moment là encore une fois on prend la résponsabilité et on enleve les enfants aux parents immoraux. Si non c’est de l’hypocrise crasse pour faire plaisir à ceux qui aiment bien voir les autres souffire. Qu’est-ce que vous apporte marie de voire la justice s’acherner sur une famille dont les enfanrts on déjà douze ans, harceler leur parents et leur nier la nationalité française? Parce qu’elles ont un certificat de naissance amériacain? Et puis ce n’est pas contourner la lois, ces gamines sont nés aux usa comme bien d’autres. C’est le ministère de la justice qui s’est acharner contre eux.

    • 29 Août 2011 à 6h26

      Fiorino dit

      J’ai lu l’article de C. de Haas, il me semble qu’au lieu de vituperer dessus vous feriez mieux de proposer vos solutions. D’ailleurs je rappelle que sarko a mis en place un dispositif pour donner des droits ed des devoirs au deuxième parent dans le cadre d’un couple homo. Prenons le cas des mères porteuses. En France pas mal de couples vont à l’étranger, il y en a qui passent à la télé dans les émission débiles sans être inquiétées et une dont les parents ont été mis en garde à vue et dont les enfants ne sont pas inscrit à l’etat civil, mais la justice ne vas pas au bout de la logique et ne retire pas les enfants à ce parents qui élèvent leurs enfants depuis plus de dix ans. C’est quoi ce système aléatoire? On tire au sort un couple et on s’acharne sur eux et leurs enfants? Vous avez une solution pour ces questions ou bien c’est plus facile de continuer à phantasmer sur la dissolution des genres?

      • 29 Août 2011 à 8h44

        Mangouste1 dit

        Quelles solutions, Fiorino? 

        Sur le cas dont vous parlez, que je ne connais pas, je dirais que la justice a bien fait : c’est une chose d’interdire certaines formes de procréation, c’en est une autre de retirer un enfants à ses parents adoptifs après dix ans. 

        • 29 Août 2011 à 9h21

          Fiorino dit

          Elle a bien fait? Elle les a mis en garde à vous pour les relâcher, elle les poursuit depuis cinq ou six ans pour enfin aboutir au statu quoi, elle refuse l’inscription à l’Etat civil qui pesera elle sur les enfants et tout ça pourquoi? Pour un désir de punition? Vous croyez que c’est bien de les harceler comme ça? Et pendant ce temps les autres se baladent dans les émissions de télés à racconter leur aventure en Californie ou dans d’autres Etats Européens sans être nullement inquiétés. Je ne dis pas qu’il faut autoriser les mères porteuses en France mais une fois que le couple l’a fait à l’étranger on le laisse tranquilles. En tout cas moi ça me paraît raisonnable au moins l’autoriser à l’intérieur de la famille mais bon c’est une autre question.

    • 28 Août 2011 à 21h40

      Impat1 dit

      Sophie, non, pas encore, ce sera pour mai 2012.

    • 28 Août 2011 à 21h35

      Sophie dit

      Ah? Elle a été répudiée?

    • 28 Août 2011 à 21h23

      Mangouste1 dit

      Impat et Patrick,

      Venez danser chez nous si vous ne trouvez pas votre bonheur au bal des lampions du 14 juillet… mais je vous préviens : on n’a pas que des déesses au bord de la piste. 

    • 28 Août 2011 à 20h46

      Patrick dit

      @ Mangouste1 (28 August 2011 à 8h45)

      Oui, mais avec ce genre de “filles”, je préfère encore m’abstenir d’aller au bal !

    • 28 Août 2011 à 19h03

      Marie dit

      @sophie
      elle a gardée le nom de son permier mari…

      • 28 Août 2011 à 19h11

        Jrockfalyn dit

        Car elle ne jette rien…

    • 28 Août 2011 à 18h40

      Sophie dit

      Je pige pas. Si son père s’appelle Delors et que son mari s’appelle Brochen, comment se-fait ce qu’elle s’appelle Aubry?

    • 28 Août 2011 à 18h12

      Impat1 dit

      Mangouste1 (8h45)
      On peut aussi aller voir dans le bal voisin… 

    • 28 Août 2011 à 8h55

      Mangouste1 dit

      Et quand on voit les réactions à l’article de C. de Haas sur le site du Monde, à 95 pour cent négatives, on se dit qu’il reste un peu d’espoir.

      • 28 Août 2011 à 18h04

        Fiorino dit

        Elle racconte quoi C. de Haas sur le monde?

        • 28 Août 2011 à 20h36

          11114444 dit

          Si vous suivez le lien qui figure dans mon précédent commentaire, vous lirez ce que raconte dans le Monde Caroline de Haas, “Chargée des droits des femmes dans l’équipe de campagne de Martine AUBRY”, et constaterez que pour les socialistes la confusion, ou plutôt la disparition, des genres n’est pas un “fantasme” mais bel et bien un programme à réaliser.

        • 28 Août 2011 à 20h51

          Fiorino dit

          La dispartion des genres? La question des genres est née aux USA or s’il y a un pays ou on aime les hommes très virils c’est exactement les USA. Franchement je trouve que vous fantasmez bcp sur cette histoire. Je vous signale d’ailleurs qu’en France contrairement à l’Italie ou à l’espagne deux pays théoriquement plus machos, les femmes prennent encore le nom des maris. Je ne sais pas en Espagne mais en Italie les femmes ont toujours gardé le nome de jeune fille même mariée. Donc ce n’est pas pour demain.

    • 28 Août 2011 à 8h45

      Mangouste1 dit

      “Bref on est mal parti pour 2012″

      Je vous comprends : le choix sera difficile. Mais comme on dit chez moi : il faut bien danser avec les filles qui sont au bal. 

    • 27 Août 2011 à 23h12

      Patrick dit

      La gauche se caractérise notamment par :
      - un islamo-gauchisme (il n’y a pas que la maire de Lille, à Strasbourg ce n’est pas mieux : http://www.causeur.fr/le-catholique-voila-lennemi,9489/ ) ;
      - la confusion des genres avec sa funeste “théorie du genre” et tout ce qui en découle (merci à 11114444 pour le lien, très édifiant!) ;
      - l’idolâtrie de la CE avec son idéologie à vomir (ultralibéralisme, braderie des patrimoines nationaux, abandon de toute gouvernance nationale, tyrannie des normes étouffant toute initiative etc. ;
      - terrorisme intellectuel stigmatisant toute personne qui ne pense pas comme eux.

      Cette liste n’est pas exhaustive, mais rien que là il y a des raisons suffisantes pour ne plus voter pour eux.

      Le malheur, c’est qu’à droite il y a un petit nerveux, certes ayant des qualités, mais beaucoup trop orienté fric et imposant au gouvernement la mise en oeuvre de décisions prises parfois sur des coups de tête.

      Alors Marine ? Exutoire, échappatoire, fausse bonne solution. On a vu aux cantonales que ses candidats ne connaissent absolument rien aux dossiers qu’ils devraient traiter en cas d’élection. Sans oublier qu’il s’agit tout de même d’un parti extrémiste. Bref on est mal parti pour 2012.

      • 28 Août 2011 à 10h43

        Fiorino dit

        En même temps c’est sarko qui a mis en place un dispositif permettant au deuxième parents non biologique dans le cadre du couple homo d’avoir des droits et des devoirs sur celui-ci. Simple pragamtisme, cette histoire de confusion de genres rélève bcp du phantasme.

        • 28 Août 2011 à 16h56

          Jrockfalyn dit

          Il a déjà fait le test ADN sur le bébé de Carla ???

    • 27 Août 2011 à 20h29

      11114444 dit

      Pour ceux qui veulent affiner leur connaissance du fond commun du programme du Parti Socialiste :

      http://mobile.lemonde.fr/idees/article/2011/08/24/theorie-du-genre-homoparentalite-ces-ultimes-sursauts-reactionnaires_1562407_3232.html

      Ce délire égalitariste n’est pas extrait d’un obscur blog féministe.

      C’est une tribune du Monde rédigée par une future ministrable de l’équipe de campagne de Martine Aubry.

      Bienvenus à Socialoland…

      • 27 Août 2011 à 20h41

        isa dit

        non, je n’y crois pas, celle qui s’est ridiculisée à plein tube avec ses histoires de clito dans l’équipe de M.Aubry? c’est vraiment du grand n’importe quoi ce parti! De pire en pire…

    • 27 Août 2011 à 17h56

      RotilBis dit

      La personne à droite sur la photo, c’est madame Brochen ? 

      L’épouse de Jean-Louis Brochen ?  

      • 27 Août 2011 à 19h03

        JMS dit

        Là encore nous sommes en présence de personnages qui s’assoient allégrement sur la Laïcité.
        Celà va même beaucoup plus loin que vous ne le pensez.
        Tout à été dit sur le tropisme de ce personnage, mais on n’a pas assez insisté sur le fait qu’en tant que madame Aubry-brochen maire de Lille a été responsable d’une politique, il serait interessant de voir la politique de subventions municipales par exemple , du genre combien? et à qui ? Dans le milieu de la culture en particulier.
        Il est notoire avec une sombre histoire de piscine qu’au nom du respect des différences on a mené à Lille une politique proto-musulmane assez scandaleuse.
        Dans le but politicien de faire un front national fort pour mieux évincer la droiet.
        Mais on n’a peut être pas encore tout vu.

    • 27 Août 2011 à 17h42

      Anne-Hilarion dit

      @ l’auteur : 

      Il est regrettable que ce texte ne fasse pas à Jean-Michel Baylet toute la place qui lui échoit dans ces primaires. 

      • 27 Août 2011 à 17h59

        isa dit

        Oh ben oui! Un grand homme comme ça, avec un programme si passionnant, c’est dommage!

    • 27 Août 2011 à 16h50

      JMS dit

      C’est sûr que la crise financière a placé les candidats socialistes dans une sorte de seringue d’où ils ne peuvent se sortir (comprendre se différencier) qu’en s’opposant sur des attitudes et bientôt sur des querelles de personne.
      Mais il est un liant entre ces candidats, c’est le fumet délicieux du pouvoir…