Hamon devant, Valls toujours debout | Causeur

Hamon devant, Valls toujours debout

…et rempart contre la corbynisation du PS?

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 23 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , ,

Malgré le très beau score de Benoît Hamon, Manuel Valls n'a pas perdu toutes ses chances de succès au second tour de la primaire de gauche. Il peut désormais incarner l'alternative à la marginalisation du PS sur une ligne très à gauche. Faites vos jeux...
benoit hamon manuel valls montebourg

Benoît Hamon et Manuel Valls. Sipa. Numéro de reportage : 00569012_000007.

Ceux qui voyaient dès décembre Benoît Hamon en Fillon de la gauche, déjouant les pronostics, avaient donc raison. L’ancien ministre de l’Education nationale a donc viré en tête du premier tour de la primaire de la Belle alliance populaire. Il devance Manuel Valls de cinq points et, surtout, il réalise le double des voix d’Arnaud Montebourg, relégué peu ou prou à son score de 2011. Tout ça pour ça.

La parabole du vendeur de dentifrice

L’ex-député de la Bresse n’a pas mené une bonne campagne.Il s’est sans doute trop persuadé que son plus grand adversaire était lui-même et a tenté à tort de gommer son côté Cyrano, adoptant une attitude policée dans les débats télévisés. On se souvient de la parabole de Marie-France Garaud servie à son poulain Chirac dans les années 70 : l’histoire de ce vendeur de dentifrice qui en atténuait le goût piquant, perdant ainsi sur les deux tableaux. Lors du dernier débat, il aurait pu suivre l’exemple de Fillon en mettant les pieds dans le plat à un moment où le sujet ne l’intéressait pas. Il aurait pu réaliser ce coup d’éclat et ramener vers lui les projecteurs lorsque les animateurs ont souhaité faire passer de longues minutes sur la question du congé paternité. L’avocat éloquent a raté le coche. Il aurait pu en profiter pour expliquer la manière dont il allait casser la vaisselle à Bruxelles. Dommage. A entendre son directeur de campagne Kalfon pendant la soirée électorale, il n’en était pas question. Montebourg bridé n’est pas Montebourg. Il retournera donc cultiver son jardin, comme il l’avait promis.

Valls bouge encore

Passons rapidement sur Vincent Peillon dont la campagne calamiteuse a fini comme prévu avec un score à un chiffre, pour en arriver à Manuel Valls. Contrairement à ce que l’on a pu entendre sur les plateaux, Manuel Valls n’est pas mort. Il bouge encore.

Lisez la suite de l’article sur le blog de David Desgouilles.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Janvier 2017 à 11h56

      Prince Murat dit

      Il est évident que Hamon aurait dû impérativement préciser cet aspect.

      Il y a un argument que je répète ici sans relâche : le Revenu de Base, strictement limité aux citoyens français, constitue en fait la seul arme 100 % efficace et non-violente contre l’immigration : désormais les français se conteront d’un salaire moins élevé que les étrangers, puisqu’il ne sera plus qu’un complément !

      L’information circulera très vite dans le monde entier : ce n’est plus la peine de venir en France !

      C’est tellement évident que mes contradicteurs en restent sans voix.
      Mais ce sont, en majorité, des vieux bourgeois ratatinés, qui vivent dans la terreur des ”classes laborieuses” ! Pour ces habitants de Neuilly-Auteuil-Passy, les pauvres sont tous des crétins obèses et déficients mentaux, qui passent leur vie avachis sur leur canapé, à jouer aux jeux vidéos, en bouffant des pizzas ! Eux, monsieur, ce sont des bons chrétiens !

      Ils ont travaillé (autrefois), comme dit la Bible, ”toute leur vie à la sueur de leur front” ! Il y en a bien un ou deux qui prétendent travailler… tout en dialoguant sur internet …

      Le Revenu de Base est une mesure parfaitement libérale, la seule encore capable de générer le plein emploi, en respectant l’initiative et l’entreprise privée, puisqu’il n’y aura plus de charges patronales et un ”filet de sécurité” en cas d’échec.

      C’est l’exact contraire du Marxisme, puisqu’il entraînera la disparation de la ”Lutte des Classes” !