Hamon: le changement, c’est pas pour maintenant! | Causeur

Hamon: le changement, c’est pas pour maintenant!

Un candidat libéral comme les autres?

Auteur

Bastien Gouly
Journaliste

Publié le 15 février 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

Benoît Hamon incarne l'aile gauche du Parti socialiste mais son positionnement n'est en fait qu'un leurre.
benoit hamon liberal ps

Benoît Hamon reçu par Bernard Cazeneuve. Sipa. Numéro de reportage : 00791141_000009.

Il y a Benoît Hamon le frondeur. Toute une campagne construite, durant les primaires socialistes, contre la politique gouvernementale,  trop libérale. Et il y a l’autre. Celui dont le projet est moins proche de Mélenchon que de l’eau tiède. Pis, certaines de ses mesures sont contraires à l’image qu’il souhaite donner. Certaines de ses propositions semblent tout droit sorties d’une bible libérale, voire des courants libertariens. Mister Jekyll et Mister Hyde ? Peut-être… Ou alors, lui-même ne s’est pas  pleinement plongé dans le raisonnement de ses idées.

L’une d’elles, la plus célèbre, est même le pilier de son projet politique : l’instauration d’un revenu universel. Sur le papier, son argumentation et son schéma semblent évidemment suivre un raisonnement dit « gauchiste ». Mais sur le papier seulement. En réalité – et c’est aussi l’une des raisons de l’opposition de Jean-Luc Mélenchon sur le sujet – l’instauration du revenu universel est en phase avec l’objectif de société prôné par les libre-échangistes…

Benoît Hamon pose comme préalable que l’évolution technologique de demain n’accordera pas, à tous les citoyens, une place sur le marché du travail – d’où la nécessité d’un revenu universel. La mise en place d’un salaire garanti permettrait de légitimer la baisse des coûts salariaux. Une aubaine pour les grandes entreprises. Chaque citoyen percevant une même somme venant de la collectivité, le secteur privé n’aurait qu’à prolonger ce salaire pour donner l’impression de l’utilité du travail accompli.

Ce revenu, vraiment très universel, serait d’ailleurs perçu par tous les citoyens, sans exception, de Liliane Bettencourt au chômeur longue durée, quelle que soit leur richesse. Tant et si bien que, dans notre économie globalisée, le marché s’adaptant très vite, le revenu universel aurait pour conséquence inéluctable l’adaptation dudit marché et donc une substantielle inflation des prix, chaque foyer étant assuré de disposer d’un revenu minimum. Les pauvres seront toujours pauvres mais auront l’illusion d’être en situation moins précaires. C’est une variante de l’effet  « tittytainment », créé par Zbigniew Brzezinski, conseiller stratégique américain sous les présidences de Jimmy Carter et Barack Obama : si vous leur livrez assez de distraction (du « divertissement abrutissant ») et d’alimentation, les classes moyennes et populaires seront satisfaites, soumises au système, moins enclines à la révolte. Pour le plus grand bonheur des élites financières.

Les couches moyennes et faibles seront enfin les grandes perdantes du salaire universel qui implique la fin des allocations, donc du principe d’équité, selon les revenus des foyers. Les allocations auront toutes fusionnées dans ce revenu universel. Si bien que certains foyers, qui cumulent actuellement lesdites allocations, ou qui pourraient y prétendre, seront forcément perdantes financièrement.

Les écoliers, de futurs consommateurs en puissance

L’autre révélateur du faux-gauchisme de Benoît Hamon, c’est sa vision de l’école. Lui qui n’a été ministre de l’Education nationale que quatre mois, a tenu, lors de son discours d’investiture en tant que candidat socialiste, le 5 février, à remercier les efforts de celle qui lui a succédé au ministère, Najat Vallaud-Belkacem, qui précédée de Vincent Peillon, a continué ce que François Fillon avait initié en 2005 avec la loi d’orientation, soit la sacralisation des thèses libérales, sur les recommandations de la stratégie de Lisbonne de 2000 (définie par le Conseil européen).

A lire aussi >> S’il ressuscite, Fillon fera-t-il la chasse aux pédagos? Conservateur oui, mais libéral

Les principes de la « loi Fillon » : la remise en cause de l’apprentissage des savoirs fondamentaux au profit des compétences, formatées pour le marché. Il faut créer une nouvelle race d’élève, prêt à l’emploi, prêt à s’adapter au marché. La réflexion et tout ce qui relève du « citoyen éclairé », cher au principe fondateur de la République, est inutile au marché. C’est exactement ce que les « pédagogistes » – soutenus par Benoît Hamon – souhaitaient. Faire de l’école, un lieu d’animation « branchouille » où l’élève ne serait plus tenu par le redoublement, la discipline, le savoir. L’élève doit maintenant mettre à profit les données, qu’on lui offre sur un plateau, pour trouver des moyens de satisfaire un problème. Des problèmes qui ne sont plus de l’ordre d’un calcul mental, d’une réflexion chronologique sur les événements historiques ou d’une recherche de résolutions de fautes d’orthographe. Non ! Il s’agit désormais d’une course vers la modernité, ou  - dit de manière moins correcte – vers les nouvelles pratiques de consommation. On a fondé des partenariats avec des entreprises comme Microsoft pour satisfaire les besoins numériques de l’école… Et permettre aux élèves d’être compatibles aux produits Microsoft. On force les professeurs à créer des cours sur ordinateurs, calculatrices, sous forme de jeux.  La création du vide, pour former de bons consommateurs.

En France, les idéologues se nomment Philippe Meirieu ou Florence Robine. Cette dernière, placée par Benoît Hamon à la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) en 2014, avait osé : « Il faut être capable de mettre des élèves en autonomie sans le professeur. Oui c’est possible. On n’a pas forcément besoin d’un enseignant pour apprendre . »  Cela nous vous rappelle rien ? Certains discours sur le trop grand nombre de professeurs… Trop coûteux, pas rentables. C’est oublier que dans certaines zones de la France périphérique, des écoles manquent encore d’instituteurs et d’enseignants… Peu importe, pour les « pédagogistes » et les néolibéraux, les enfants de l’élite pourront se payer les professeurs du privé, venant des très lucratives entreprises comme Acadomia, pour acquérir le savoir que les établissements ne peuvent offrir au plus grand nombre.

 

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Février 2017 à 16h11

      Quatre chemins dit

      encore un invertébré.

    • 17 Février 2017 à 13h33

      papazulu dit

      Le même sourire “Lou ravi” sur la photo à Matignon et à l’Elysée. On est encore bien loin d’endosser un costume présidentiel pour représenter près de 70 millions de personnes…

    • 17 Février 2017 à 10h35

      keg dit

      Normal, le changement est chasse gardée de son ami-frondé, François!
      Ce serait bien le diable s’il récupérait cet héritage en rejetant les autres… On accepte ou on rejette un héritage en bloc… et non en s’appropriant le meilleur.

      Ce n’est pas parce que l’on est frondeur que l’on peut se dédouaner d’une telle règle….

      Et s’il mettait la tarification au prorata du reste à vivre (après impôts, prélèvements obligatoires, emprunts, TVA, … ) au goût du jour. Ce serait peut-être déjà pour demain, même si on voudrait que ce soit pour aujourd’hui.

      http://wp.me/p4Im0Q-1xY

    • 17 Février 2017 à 5h32

      Marc-Aurèle dit

      La taxe islamo-citoyenne « Teushislam »

      Là, on touche au top du top, la kefta sur le couscous de ta légalisation : la taxe Teushislam, voilà la meilleure façon de faire émerger enfin l’arlésienne, cet islam de France (rien que le nom m’amuse !) qu’on dira Républicain et tout ! Pourquoi se faire suer avec des imams salafistes issus de dictatures islamistes, quand on a des salafistes made in France, au moins aussi crétins que des afghans élevés à manger des cailloux dans les montagnes ? Ce sera l’occasion de te rapprocher de ton rival de la primaire Arnaud De M., en plus. On aura qu’à prélever 50 % pour la construction des mosquées, médrésas et le financement des pèlerinages à France-Inter, 10% pour ton revenu universel et 5% pour le programme « Playstation 12 pour tous »… Le reste pour les jeunes de Cités, en complément du RSA, I-phone de service fourni. Alors, ça le fait ou bien ?

      Je vois déjà le slogan : « une sav’ de 500 g. achetée, c’est une belle mosquée salafiste qui s’ouvre, une soufflette c’est un petit garçon ânonnant le Coran en arabe alors qu’il n’y pige que dalle, une tulipe et c’est un hidjab qui se pose sur une traînée euh une femme »… Je trouve ça presque touchant, poétique, Ben… tu tiens quelque chose là. Putain, ça sent bon la paix et l’amour ton affaire, Justin Trudeau n’à qu’à bien se tenir !

      John-Edern Ah-Lié, Pdt du comité « Ivres Ensemble »

      *(73,58% du PIB -produit islamiste brut- des cités viendrait de la revente du teushi, le reste se partageant entre : drogues dures, pièces détachées de scooters, armes lourdes, confection de bâches de pudeur islamique, RSA et allocations diverses, et même pour quelques traîtres, travail légal-beurk-)

      **terme pas du tout raciste-surtout quand on connaît l’amour que les arabo-musulmans prêtent au meilleur ami de l’homme occidental- inventé par un humoriste communautaire, millionnaire et mono-bras, promu récemment lécheur de babouches attitré du grand démocrate progressiste, laïc et désintéressé…

    • 17 Février 2017 à 5h22

      Marc-Aurèle dit

      Légalisation du cannabis et clientélisme islamo-gauchiste : aidons notre pote Benoît Hamon à résoudre l’équation impossible !

      Check (« salut » en djeun’s) Benoît,

      Comme tu es un mec cool comme moi, un ex-djeun’s comme moi (tu es un quadra), que tu aimes le rock comme moi (un long dossier à ta gloire dans les Inrocks ou Rolling Stones, il y a peu, ça alors) et même peut-être/sans doute un amateur de vapeurs cannabiniques comme moi, je vais te tutoyer et t’appeler Benoît voire Ben, ok ? Wesh mon pote ! C’est tipar !

      Ben, donc, j’ai envie de t’aider. Car j’ai relevé un écueil de taille dans ton programme pour mai prochain, une incohérence possiblement fatale à ton sacre présidentiel : comment comptes-tu légaliser le shit et la beuh sans priver nos gentils « quartiers populaires » de l’essentiel de leurs ressources financières ? Sérieux Benoît ?

      Les présidentielles arrivent et je sais que pour rendre possible ton élection aux plus hautes fonctions tu ambitionnes de satisfaire toutes les « communautés » qui constituent apparemment pour toi notre vieille France : en premier lieu les islamistes que tu as si tendrement cajolés, toi et tes potos, dans ta bonne ville de Trappe, ensuite les djeun’s et ex-djeuns fumeurs de weed dont ton serviteur, et même -tu es forcément un peu pragmatique- les « souchiens **», ces salauds de « blondins » qui ont, et c’est malheureux, encore le droit de vote, comme dirait Jean-Mimi Apathie… Bref.

      Quitte à me répéter et à stigmatiser façon France Inter avec les flics (conceptualiser c’est généraliser, généraliser c’est stigmatiser : j’assume !), nos belles cités de France produisent/diffusent essentiellement deux choses***, ce que j’appelle les « 2 S » : Shit et Salafisme. Tandem de choc s’il en est. Bref tu projettes de légaliser la ganja et le popo, ce dont je me félicite sincèrement. Avec le revenu universel, la playstation, les nike et le kebab pour tous, c’est même le ciment de ton programme, que dire de ta set-list…

      • 17 Février 2017 à 5h25

        Marc-Aurèle dit

        c’est même le ciment de ton programme, que dire de ta set-list de DJ du multiculturalisme 3.0. Set-list que ni France Inter ni le Monde n’ont souhaité qualifier de « populiste » et encore moins de démagogique, car le populisme c’est mal et quand c’est mal… c’est la droite, pardi !

        Oui Ben, je sais, nous croivons, ils croivent,*** que tu es le candidat du bien, des gentils, des tolérants : Ben, l’ami des progressistes ! Cependant qu’un progressisme peut en tuer un autre et donc possiblement te mettre dans la cacak pour mai prochain. En effet, le progressisme consistant à envisager la France comme un patchwork de belles et gentilles cultures se valant toutes (sauf celle des souchiens qui est rance), ce progressisme consistant notamment à livrer femmes et enfants musulmans ou supposément musulmans à la parité salafiste et aux lumières islamiques façon VIIème siècle n’est en l’état pas compatible avec le progressisme cannabinique, (celui que je kiffe, tu l’auras compris).

        Il faut donc parvenir à ménager le mouton et le THC… Pour ce faire je te propose de créer une légalisation positive, ouverte, citoyenne, c’est-à-dire bénéficiant aux seuls « jeunes de cité ». Il faut bien payer notre dette coloniale, c’est pas ta copine Clémentine Autain ni tes potos du CCIF qui diront le contraire. Ces salauds de souchiens islamophobes (d’après les sondages), les Jean-Pierre, seront quant à eux calmés par la fin du financement des mosquées et médrésas françaises par les saoudiens et qataris grâce à la taxe participative et citoyenne « Teushislam ». Y’en aura pour tout le monde, enfin pour toutes les communautés je veux dire ! Faisant d’une pierre intifadesque deux coups, on pourra également faire plaisir aux benêts et autres trépanés en finançant des centres de déradicalisation ou des Clubs Mickey, ce qui revient à peu de choses près au même.

        Donc mon plan pour te sortir de cette chausse-trappe (lol quoi) :

        1/ Création d’un monopole du négoce de cannabis au bénéfice des..

      • 17 Février 2017 à 5h27

        Marc-Aurèle dit

        1/ Création d’un monopole du négoce de cannabis au bénéfice des « quartiers populaires » !
        2/ Création d’un label « Shit de France, Trésor de nos cités », sorte d’AOC du beuz !
        3/ Création d’un pôle d’excellence des métiers du shit, pour former les jeunes !
        4/ Financement national des mosquées, médrésas, voyages à la Mecque (variantes : Gaza, Molenbeek, Syrie…) et centres de déradicalisation/clubs Mickey grâce à la taxe islamo-citoyenne « Teushislam » !

        Si avec ça tu remportes pas les olympiades de mai prochain… C’est que France Inter a viré à droite !

        Un monopole d’État pour les cailleras

        Légaliser c’est forcément confier à l’État le soin d’encadrer le bizzness, d’importer, produire et distribuer les produits issus du cannabis. On ne va tout de même pas donner le gâteau aux souchiens buralistes, non ? Je te propose un monopole étatique avec délégation de service public en faveur des cailleras de cités, euh des jeunes. Seules seront éligibles les cités où le taux de délinquance et d’incarcération atteint un certain seuil, synonyme de performance commerciale et de coolitude gangsta-rap. Les cités de fayots, bountys, harkis etc. n’auront qu’à se démerder et demander des conseils à Smaïn !

        Comme il faut bien des référents, des interlocuteurs privilégiés, on aura qu’à confier la direction des ressources humaines à ces fameux « grands frères », dealers, repris de justice, barbus, travailleurs associatifs dits « repentis », puis co-auteurs de livres dysorthographiques invités chez Demorand ou Charline Molenbeek (dans l’ordre chronologique).

        Le label « Shit de France, Trésor de nos cités » : Qui pneu le plus, pneu le moins !

        Faut labelliser Benoît : en 2017 c’est obligatoire, sinon pas de crédibilité sur le marché. Voire créer une nouvelle norme ISO, mais on verra ça après, OK ? Ceci dit (c’est un arabe), il serait déplacé d’interdire à nos cailleras citoyennes de couper le teushi avec du pneu : les traditions, quand elles ne sont pas souchiennes, …

      • 17 Février 2017 à 5h29

        Marc-Aurèle dit

        les traditions, quand elles ne sont pas souchiennes, c’est sacré ! Donc notre label « Shit de France, Trésor de nos Cités » ne sera pas un machin sanitaire, une niaiserie en mode santé publique ou quoi. Les gens continueront à fumer du pneu de camion, ça ne va pas les tuer. Si ? Quoi qu’il en soit, il faut un label qui « matche »**** avec le profil des producteurs/distributeurs, un truc progressiste, de gauche. Je te propose l’élaboration d’un cahier des charges adéquat avec notamment :
        l’interdiction de couper les savonnettes de haschich avec un couteau haram, genre qui a servi à couper du saucisson souchien ou un rôti de porc (facile à mettre en œuvre sauf en cas de boudin antillais, auquel cas faudra convertir fissa).
        l’obligation d’orienter les fours destinés à faire gonfler le pollen (une « Pratique Traditionnelle de Cité Certifiée », PTCC*****) en direction de la Mecque ou au moins en direction du Kébab le plus proche.
        La création d’un corps de métier nouveau pour contrôler la mise en œuvre du cahier des charges.

        Création du Pôle d’excellence citoyenne des métiers du Shit : la Silicon Valley du THC

        Toutes les professions auront leur diplôme d’état : du coupeur de shit au cadre technico-commercial chargé de définir des stratégies à court, moyen et long terme ainsi que les process de fabrication, en passant par les contrôleurs du label « Shit de France, Trésor de nos Cités ». Des CAP, des BEP, Bacs Pros et même des écoles de commerce islamique du shit ! Enseignement en syrien, barbe obligatoire même pour les imberbes, interdits aux femmes qui resteront à la maison avec une nappe noire sur la tête, comme la PTCC l’exige depuis quelques temps. Ça ne devrait pas te poser de problème pour justifier ça Ben, tu n’auras qu’à nous servir une analogie pourrie comme celle- putain t’as fais fort mec, respect !- des cafés de Sevran interdit aux chiennes euh aux femmes avec les cafés ouvriers du XIXème siècle.

        La taxe islamo-citoyenne « Teushislam »

        Là,on touche…

      • 17 Février 2017 à 5h38

        Marc-Aurèle dit

        Là, on touche au top du top, la kefta sur le couscous de ta légalisation : la taxe Teushislam, voilà la meilleure façon de faire émerger enfin l’arlésienne, cet islam de France (rien que le nom m’amuse !) qu’on dira Républicain et tout ! Pourquoi se faire suer avec des imams salafistes issus de dictatures islamistes, quand on a des salafistes made in France, au moins aussi crétins que des afghans élevés à manger des cailloux dans les montagnes ? Ce sera l’occasion de te rapprocher de ton rival de la primaire Arnaud De M., en plus. On aura qu’à prélever 50 % pour la construction des mosquées, médrésas et le financement des pèlerinages à France-Inter, 10% pour ton revenu universel et 5% pour le programme « Playstation 12 pour tous »… Le reste pour les jeunes de Cités, en complément du RSA, I-phone de service fourni. Alors, ça le fait ou bien ?

        Je vois déjà le slogan : « une sav’ de 500 g. achetée, c’est une belle mosquée salafiste qui s’ouvre, une soufflette c’est un petit garçon ânonnant le Coran en arabe alors qu’il n’y pige que dalle, une tulipe et c’est un hidjab qui se pose sur une traînée euh une femme »… Je trouve ça presque touchant, poétique, Ben… tu tiens quelque chose là. Putain, ça sent bon la paix et l’amour ton affaire, Justin Trudeau n’à qu’à bien se tenir !

        John-Edern Ah-Lié, Pdt du comité « Ivres Ensemble »

        *(73,58% du PIB -produit islamiste brut- des cités viendrait de la revente du teushi, le reste se partageant entre : drogues dures, pièces détachées de scooters, armes lourdes, confection de bâches de pudeur islamique, RSA et allocations diverses, et même pour quelques traîtres, travail légal-beurk-)

        **terme pas du tout raciste-surtout quand on connaît l’amour que les arabo-musulmans prêtent au meilleur ami de l’homme occidental- inventé par un humoriste communautaire, millionnaire et mono-bras, promu récemment lécheur de babouches attitré du grand démocrate progressiste, laïc et désintéressé, le magnifique Mohamed VI, dit le joufflu.

    • 16 Février 2017 à 14h28

      malinamodra dit

      pascal PRAUD sur RTL à propos d’une pétition signée par Noah, Cantona, que…du beau monde!
      Ils sont venus, ils sont tous là : Yannick Noah, Éric Cantona. Ils pétitionnent, ils s’engagent : justice pour Théo, justice pour Adama Traoré (mort l’été dernier lors d’une interpellation)”, lance Pascal Praud. “Et ils ont raison, la cause est juste”, poursuit le journaliste.

      “En revanche, une voiture de police attaquée à coups de cocktails Molotov le 9 octobre dernier à Viry-Châtillon (quatre policiers blessés, dont deux grièvement) ne provoque dans la bobosphère aucune réaction. Aucune pétition à la une de Libération, aucune déclaration pour sensibiliser les quartiers populaires”, se désole-t-il. “Ce sont des flics après tout, c’est leur métier !”, lance Pascal Praud en reprenant l’argument de certains.

    • 16 Février 2017 à 14h09

      rolberg dit

      La droite sourit à la gauche et vice versa. De la politique. L’intérêt de ceux et celles qui les ont élus ne les préoccupent pas au-delà de cet échange.

    • 16 Février 2017 à 1h39

      ERVEFEL dit

      “L’autre révélateur du faux-gauchisme de Benoît Hamon, c’est sa vision de l’école. Lui qui n’a été ministre de l’Education nationale que quatre mois, a tenu, lors de son discours d’investiture en tant que candidat socialiste, le 5 février, à remercier les efforts de celle qui lui a succédé au ministère, Najat Vallaud-Belkacem, qui précédée de Vincent Peillon, a continué ce que François Fillon avait initié en 2005 avec la loi d’orientation, soit la sacralisation des thèses libérales, sur les recommandations de la stratégie de Lisbonne de 2000 (définie par le Conseil européen).”
      Quand on voit la brochette qui se sont succédée au ministère de l’éducation nationale, il ne faut pas s’étonner des résultats, n’en déplaise à l’ayatollah Najat Vallaud-Belkacem Belkacem qui applique scrupuleusement la politique de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et “la stratégie de Lisbonne de 2000 (définie par le conseil européen)”
      Même en ce qui concerne l’éducation nationale la France n’est plus une nation souveraine!
      Pauvre France! 

    • 15 Février 2017 à 23h43

      Sancho Pensum dit

      Benoit Hamon libéral… Le revenu universel inflationniste et tueur de révolte… Merci beaucoup, j’ai bien ri !

      • 16 Février 2017 à 0h00

        durru dit

        On a lâché les stagiaires :)

    • 15 Février 2017 à 22h29

      malinamodra dit

      Voila qui réjouira les LR ou leur donnera du baume au coeur
      Federbusch dans Atlantico à propos d’Hidalcrotte, super bosseuse puisqu’en même temps adjointe au maire de Paris, chez Aubry, élue régionale et..inspectrice du travail! SUPER WOMAN!

      Pour ces 10 années, il est légitime et tentant de faire le bilan des activités qui ont pu justifier qu’elle soit payée par l’Etat. Sur Internet, nous ne sommes pas parvenus à trouver de rapport ou document substantiel rédigé par Hidalgo en tant qu’inspectrice du travail durant ces années : voir par exemple en cliquant LA sur le site du ministère du travail et de l’emploi.

      Être correctement premier adjoint au maire de Paris et conseiller régional est déjà une gageure. Alors inspecteur du travail en plus … on aimerait comprendre comment cela fut possible.

      Le “coût total employeur” pour l’Etat d’un agent de ce grade est en effet au minimum de 5 000 euros par mois, soit plus de 500 000 euros sur la période concernée. Sans compter la majoration de la pension de retraite d’Hidalgo jusqu’à la fin de ses jours. Bref, plus que ce qui est reproché à Pénélope Fillon ! Les contribuables ont de quoi s’indigner.

      Depuis plus de trois ans, dans ces colonnes et dans celles du Delanopolis, je pose la question à Hidalgo et à son employeur : qu’a-t-elle fait d’avril 2001 à décembre 2011 à l’Inspection du travail pour justifier sa rémunération ?

      Toujours aucune réponse …
      On peut désormais interroger également Benoît Hamon qui connaît bien son Hidalgo : il a partagé son bureau au cabinet d’Aubry et le mari de la maire de Paris, Germain, est désormais son directeur de campagne.

      Allo, le Canard ? Allo Mediapart ? Allo Hamon ? Allo ? Allo ?

      R

      • 16 Février 2017 à 0h12

        Sancho Pensum dit

        Bof ! Hidalgo était probablement en situation de détachement. Elle ne bossait donc plus à l’inspection du travail. Sa retraite à 52 ans ? Elle a trois enfants.
        N’est pas le Canard enchainé qui veut…

        • 16 Février 2017 à 12h22

          malinamodra dit

          Absolument mais..ce serait bien de vérifier tout cela
          On ne peut pas dire qu’elle était probablement en situation de détachement!

        • 16 Février 2017 à 12h28

          malinamodra dit

          Ah oui un complément ( je canardise)
          “Hidalgo retourne au ministère de la santé, affectée à l’Inspection du Travail. Elle continue d’y accumuler de l’ancienneté administrative puisqu’en 2011 elle peut se targuer de 29 années de services. Elle n’est donc pas en disponibilité, ce qui lui assure logiquement un traitement. ”

          Ah oui Gaucho c’est vrai que vous êtes certainement un élève d’Houdini!
          Je n’y avais pas immédiatement pensé mais …il n’y a pas de détachement dans des fonctions électives donc…on ne peut cumuler des droits à pension!

        • 16 Février 2017 à 13h16

          Sancho Pensum dit

          Il me semble que si, on peut parfaitement être détaché dans des fonctions électives. Et la situation de détachement a ceci de bien que la carrière continue à courir, contrairement à la situation de disponibilité.
          Par ailleurs, l’administration d’Etat est un peu plus regardante sur les situations individuelles que l’Assemblée nationale, aussi bien sur les questions pécuniaires que les questions déontologiques. Je conçois mal que Hidalgo ait pu continuer à pointer au ministère tout en étant élue à Paris et que personne n’y ait trouvé à redire… Surtout au moment où la droite était au pouvoir.

        • 16 Février 2017 à 13h19

          Sancho Pensum dit

        • 16 Février 2017 à 14h15

          malinamodra dit

          Dont acte!!! Tant pis pour moi!
          Il n’en demeure pas moins que je ne suis pas persuadé que l’on puisse accumuler des points de retraite dans l’administration d’origine que l’on cumulerait avec la retraite d’élu!
          De toute manière, Federbusch soutient qu’elle continuait à être rémunérée! S’il n’en a pas la preuve, qu’il se cloue le bec

        • 16 Février 2017 à 14h53

          Sancho Pensum dit

          Comme je disais, n’est pas le Canard qui veut. Et je crois réellement que si cette attaque contre Hidalgo était fondée, il y a longtemps que la droite l’aurait utilisée.
          Ceci dit, il y a tellement de choses à dire sur Hidalgo par ailleurs, comme ses fréquents retournements de veste, qu’on aurait tort de se focaliser sur ce pétard mouillé.

    • 15 Février 2017 à 22h10

      jcm dit

      La flambée de Hamon dans les sondages tient à son programme : Hamon va se casser la figure, comme tous les prophètes qui ont raison trop tôt.
      Le revenu universel est incontournable.

      Mais dans la bouche de Hamon, dans la France détruite par la gestion calamiteuse de la gauche, le revenu universel, authentiquement libéral , n’a pas l’once d’une chance.

      On remarquera néanmoins la flambée subite liée à l’espérance énorme que représente le revenu universel.
      Ce n’est pas le rêve qui fera avancer ce RU, mais la necessité , même s’il l’urgence liée à l’endettement nous masque les facteurs définitifs qui amèneront la mise en oeuvre des revenus universels dans les pays riches.

      • 16 Février 2017 à 0h04

        durru dit

        “le revenu universel, authentiquement libéral”
        Ma chère girouette, allez raconter vos sornettes ailleurs. Vous ne savez visiblement pas du tout de quoi vous causez.
        “les facteurs définitifs qui amèneront la mise en oeuvre des revenus universels dans les pays riches”
        Vous auriez un petit exemple?

    • 15 Février 2017 à 22h04

      malinamodra dit

      Pas mal sur la photo ! comme on dit chez moi à côté de chez Tartufillon, il a l’air “beunaise” On dit ça ailleurs?
      Et d’ailleurs beunaise ça rime avec benêt

    • 15 Février 2017 à 22h01

      malinamodra dit

      Ah !! misère nouére comme on dit au québec, rien ne va plus pour Crassepoutine
      Il fait un article qui se veut humoristique ( genre humour René Andrieu) et voila qu’il y a 37 commentaires dont 5 de lui
      Il va falloir faire un référendum !! puisque Crassepouille ne veut pas se cantonner à faire des articles sur la culture ( que personne ne lit) mais se hasarde à scribouiller des articles politiques completement nuls pour lequel Le Gloupier n’aurait pas assez de munitions pour l’entarter, pourquoi ne ferait il pas Pif le chien! Un sac de croquettes, ça va pas ruiner Babette!
      Et TOC comme dit Hannibal dit le dentier!

    • 15 Février 2017 à 18h39

      Lector dit

      “qui implique la fin des allocations, donc du principe d’équité”

      mis à part le fait que vous n’ayez rien compris au dit revenu de base ou au salaire universel et à sa mise en place progressive (selon tout tank Hamon himself), quel serait le principe d’équité qui traite de manière inégalitaire deux “inactifs”, un ancien smicard et un ancien cadre par exemple ?
      Si vous ne possédez pas une once de logique, revenez donc au journalisme d’information plutôt que de vous cantonner dans le journalisme d’opinion.

      • 15 Février 2017 à 19h02

        golvan dit

        @ Lector à 18h39
        Je crois qu’il est inutile de s’écharper sur une utopie dont les promoteurs ne sont même pas d’accord sur la définition.
        Et si ce brave Hamon a parlé de progressivité sur la mise en place du bidule, c’est pour mieux en masquer la totale impréparation.
        Mais là encore, comme sur des mesures écologiques réelles dans la production agricole ou industrielle, parler d’un sujet franco-français alors qu’on se présente comme un chaud partisan de l’UE et que lesdites mesures ne sont prises par aucun autre pays au sein de cette UE revient à pisser dans un violon.

        • 15 Février 2017 à 19h14

          Lector dit

          Golvan les différentes dénominations recouvrent des variantes de l’idée et de sa mise en place. Pays Bas, Finlande etc.

          http://geopolis.francetvinfo.fr/l-europe-experimente-le-revenu-de-base-aux-pays-bas-il-sera-de-900-euros-90593

          Pour ce qui est du candidat Hamon, je me souviens d’un très pertinent (bah oui j’étais d’accord et avais eu la même idée :))) commentaire d’une invitée sur une émission de LCP qui disait en substance qu’un jour arriverait ou nous regretterions sans doute les énarques en voyant advenir un personnel politique uniquement issu du militantisme partisan… et voilà !

        • 15 Février 2017 à 21h43

          golvan dit

          @ Lector
          Oui je connais bien les Pays Bas où j’ai pas mal d’amis, mais le problème c’est qu’ils vont peut-être quitter l’UE , comme la GB et qu’ils ont déjà voté contre, et que les élucubrations des Néerlandais ne concernent pas tellement les pays de l’est de l’UE. Or, jusqu’à preuve di cnotraire, notre industrie se délocalise vers l’est de l’Europe et non pas vers les Pays-Bas.
          Sauf bien sûr si l’on considère que Renault, société de droit néerlanadais, s’est délocalisé aux Pays Bas,

        • 15 Février 2017 à 21h47

          golvan dit

          @ lector
          Et je ne parle pas évidemment de la Finlande aux déficits gigantesques qui risque de tomber de haut d’ici peu de temps.
          Mais là je dis ça parce que je suis de mauvaise foi.

        • 15 Février 2017 à 22h40

          Lector dit

          vu

    • 15 Février 2017 à 17h29

      golvan dit

      Hamon a parlé du RU parce que ses conseillers le lui ont proposé, histoire de se démarquer des autres candidats, et lui-même n’ayant jamais travaillé de sa vie, l’idée ne pouvait que le séduire.
      Et il est parfaitement exact que le RU est à la base une idée des libertaires libre-échangistes qui ne font en définitive que refiler aux Etats nations, qu’ils conspuent par ailleurs, la réparation des conséquences de leur folie, c’est-à-dire la disparition du travail pour les citoyens les moins qualifiés dans les pays occidentaux, étant entendu que les pauvres hères des pays dits émergents travailleront eux, pour un salaire de misère.
      Pas très logique mais quand on prétend que le travail disparaît du fait des rendements qui s’améliorent et de la robotisation, on n’est plus à une bêtise près, surtout lorsque le même candidat se veut internationaliste et immigrationniste.
      Au passage remarquons que le RU de Hamon n’est tout de même pas exactement celui des sites dits libéraux, même si, quelle que soit la définition du RU, dès lors que l’on se veut européiste, c’est aussi le cas de Hamon, il apparaît clairement que ça n’est pas du tout la vision qu’ont les “élites” de Bruxelles des revenus du travail, la tendance étant plutôt au nivellement par le bas en copiant les pays de l’est et l’Allemagne des mini jobs et du “made by Germany mais ailleurs”.

    • 15 Février 2017 à 16h05

      morsang dit

      Ubu président
      Peut être en matière d’emploi avec le (modeste) revenu universel adopterons-nous la formule qui a fait le succès de l’économie soviétique:”ils font semblant de nous payer on fait semblant de travailler”Et les électeurs ont-ils conscience qui si ce père Ubu était élu ils en auraient pour cinq ans à se tenir les côtes de rigoler.Il faudrait un demi siècle pour corriger mais la France est éternelle

      • 15 Février 2017 à 21h31

        malinamodra dit

        Oui Morsang, je crois qu’on rigolerait une semaine et qu’il en resterait 259 pour pleurer

    • 15 Février 2017 à 16h05

      Sadim dit

      Pas faux mais ca manque de recul… et d’alternative: en effet les pauvres sont les travailleurs et les riches les donneurs d’ordre! Je ne vois pas ce qui va pouvoir faire changer ca. Meme le communisme n’y est pas parvenu!

      L’obsolescence de l’homme est un probleme universel, sans cesse renouvele. Ben oui, c’est la vie… et la vie, tu l’aimes ou tu la quittes!

      In fine, c’est quoi le probleme?

    • 15 Février 2017 à 15h55

      malinamodra dit

      Qu’Hamon soit un imbécile ne surprendra personne! C’était parfaitement connu au PS où on l’utilisait parce qu’évidemment, sur la photo , il était plus sexy que Julien Dray ou Michel Sapin (le PS n’avait pas Larcher!)
      Nous raconter que cet âne, c’est une sorte de Deus ex machina du capitalisme , cela relève d’une pobouille que l’on retrouve généralement chez Crassepoutine qu’un rien suffit à faire aboyer! Alors, on en a déjà un! Comme disait Coluche, on va pas en faire un élevage
      Le seul fait tangible est que le revenu universel existe déjà!!!!En clair, l’économie a réussir à développer une productivité suffisante pour qu’un certain nombre de gens, inemployables en l’état de la technologie, soient parqués au chomage avec le RSA. En 1950,si quelqu’un ne savait pas lire, on lui donnait une pioche ou une pelle ! Aujourd’hui c’est inconcevable car le SMIC irait bien au dela de ce que produirait le malheureux! Comme Hamon est con, il délire et confond le revenu universel avec Bernardin de Saint Pierre! Le seul résultat de sa bêtise serait de fait que les classes moyennes paieraient la casse!
      Quant à l’école, j’aime bien Brighelli mais il faudrait qu’il sorte de la craie et du tableau noir! Le premier enseignant de France s’appelle aujourd’hui madame Google et c’est pour cela que les élèves des milieux non défavorisés s’en sortent. Le seul domaine où la dame ne peut rien faire c’est l’acquisition des fondamentaux et on ne peut compter sur des familles illettrées du 9.3 pour donner un coup de main!
      Alors, voir la main du capitalisme la dedans , c’est à peu près comme quand Crassepoutine voit derrière le premier licenciement, derrière la première charge de CRS , la main de Thiers et les pleurs de Zola !!! L’évènement est lamentable, l’indigence de l’analyse ferait presque oublier qu’il l’est!!
      Eh oui! le ventre est encore fécond qui nourrit la pensée des imbéciles!

      • 15 Février 2017 à 18h44

        Lector dit

        “Le seul fait tangible est que le revenu universel existe déjà!!” Exact et ce n’est certes pas la panacée. Mais bon, on peut tjrs croire qu’on reviendra au plein emploi et décréter la prohibition du chômage… pour faire dans le comique tristement contemporain et la pensée magique… y en a.

        • 15 Février 2017 à 21h29

          malinamodra dit

          Ce que j’écrivais était un peu provoc mais , en fait le chômage est une chose extremement complexe . Autrefois, c’était un phénomene purement économique. Je crois qu’il est devenu politique et social.
          A la limite on pourrai très bien le supprimer! L’URSS l’a fait! il suffirait de généraliser des conneries genre contrats d’avenir!
          Mais, au fond, et je vais être iconoclaste, qui souhaite vraiment que le chômage disparaisse et quel en serait le prix?

        • 15 Février 2017 à 22h42

          Lector dit

          “Ce que j’écrivais était un peu provoc” ah bon ? :)) ho moins que d’habitude en fait. C’était bien balancé.

    • 15 Février 2017 à 15h02

      reddingbox dit

      Franchement essayer de nous expliquer que Hamon est un méchant libéral est assez ridicule, merci à Causeur d’eviter de faire passer des états d’âme de stagiaire en journalisme pour des analyses politiques.

      • 15 Février 2017 à 15h09

        Rattachiste dit

        Mais au contraire, il est une espèce d’idiot utile, nécessaire au capitalisme, , un sociétaliste qui fourgue les concepts libéraux comme la gestion de projets à l’école (project management), l’autonomie (empowerment) tous concepts piqués de la pensée managérialiste depuis les années 60 (ça se présente comme moderne mais c’est très daté en réalité).

        Sans oublier un sans-frontiériste idiot qui puise ses racines dans l’internationalisme dévoyé de la gauche et je ne parle pas du shit…

    • 15 Février 2017 à 14h34

      Cyranitto dit

      Bonjour,
      “Benoît Hamon incarner l’aile gauche du Parti socialiste”
      Cela commence bien…..