En Belgique, des employés en liberté surveillée | Causeur

En Belgique, des employés en liberté surveillée

La puce est un loup pour l’homme

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
est écrivain.

Publié le 12 mars 2017 / Société

Mots-clés : , , , , ,

Troupeau de moutons en Nouvelle-Zélande, 2015. SIPA. 00712819_000005

Alors qu’on ausculte la moindre convulsion du grand cirque éphémère de nos élections imprévisibles, pendant ce temps-là, en Belgique, des employés de New Fusion, à Malines, trouvent la vie bien plus pratique depuis qu’on leur a implanté une puce RFID dans le gras de la main. C’est ce que nous apprend la RTBF le 3 février. D’après La Tribune, les huit salariés sont même plutôt contents. Inutile de se fatiguer à chercher un badge, le mot de passe de son ordinateur ou le code pour ouvrir la porte. En plus, comme on n’est jamais trop prudent, « en cas d’accident, les secouristes auraient directement accès à vos données », disent-ils.

Au-delà de cette impression de déjà vivre dans une dystopie où se vérifient les pires scénarios de la SF, phénomène que le grand J. G .Ballard appelait le « présent visionnaire » pour qualifier ses propres romans, ce qui peut nous interroger ici, c’est tout de même le ravissement sincère des employés choisis qui ne voient que des avantages au point de faire passer Alexis Deswaef, le défenseur belge des droits de l’homme, pour un vieux ronchon quand il parle « de réel danger ».

Sans doute faudrait-il regarder du côté de La Boétie et de sa « servitude volontaire » pour comprendre cette obscure pulsion qui fait préférer la sécurité à la liberté, fut-ce au prix de la tyrannie, ou de Hobbes qui part du constat célèbre que « l’homme est un loup pour l’homme » et lui propose rationnellement d’abdiquer sa liberté pour assurer sa

[...]

  • causeur.#44.bd.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 103 - Mars 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#44.bd.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Mars 2017 à 18h37

      Ganzo dit

      Laissez le marché du travail tendu (30 ans de chômage massif) et vous aurez des hommes appeurés, vendant leur dignité, prêt à tout devant les patrons et les politiques.

    • 13 Mars 2017 à 18h36

      Ganzo dit

      Laissez le marché du travail tendu (30 a

    • 12 Mars 2017 à 17h56

      Alain M. dit

      En France, on verra seulement les délégués syndicaux demande un prime de puce-lage :-)

    • 12 Mars 2017 à 17h30

      A mon humble avis dit

      Est-il plus dangereux d’avoir une puce dans la peau, qu’on peut retirer quand on veut et avec des données acceptées, que de confier toute sa vie à Facebook?
      Je n’aime pas ces prothèses intégrées au corps, mais le vrai danger serait qu’elles soient obligatoires avec des infos non choisies, ce qui est loin d’être le cas.
      Je ne vois pas non plus ce que vient faire le débat sur la sécurité et la liberté dans cette histoire.
      Alors n’en faisons pas un monde, en devenant complice d’une opération marketing de promotion du système.

      • 12 Mars 2017 à 18h54

        Pierre Jolibert dit

        ça n’est pas plus dangereux que de s’en remettre à Facebook. Mais on reste également libre de ne pas se mêler à Facebook.
        Les gens qui ont été d’emblée dégoûtés par Facebook l’ont peut-être été par une inspiration assez voisine de celle qui anime n’importe quelle personne à qui les choses numériques sous la peau répugnent.
        On n’en fait un monde que parce qu’on y voit ramassé tout le monde tel qu’il est.

    • 12 Mars 2017 à 17h14

      Martini Henry dit

      Relire Sloterdjik et ses règles pur le parc humain. La domestication de l’homme comme grand impensé de l’humanisme.

      • 13 Mars 2017 à 13h51

        Lector dit

        +1 ; bien vu ! Un peu poussif comme essais ou bien mal traduit en français ; ceci dit la photo et le titre de Leroy illustrent très bien ce passage, d’une politique de l’élevage selon le soupçon de Nietzsche : “ils (les hommes) se sont soumis eux-mêmes à la domestication et ont mis en route en eux-mêmes un choix d’élevage allant dans le sens de la sociabilité de l’animal domestique.”

        Comme évoqué dans le reportage, la puce sous-cutanée introduit une possible traçabilité de l’humain. La suite dans le Médium de Sollers, chapitre usine des cadavres où le candide découvrira que la folie contemporaine “fabrique les corps et recycle les cadavres”.

    • 12 Mars 2017 à 17h05

      persee dit

       He bien sûr cette technologie est soutenue par la ligue belge des droits de l’homme , peut être aussi la LGBT US . Que du bonheur en perspective pour ceux qui ne sont pas encore sorti du stade anal .

    • 12 Mars 2017 à 16h17

      Sancho Pensum dit

      En matière de citations, j’aime assez celle-là : “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux”.
      On l’oublie un peu trop souvent, et particulièrement ici, où l’exigence de sécurité et d’ordre moral est significativement élevée.

      • 12 Mars 2017 à 16h36

        i-diogene dit

        La servitude heureuse…!

        La Fontaine l’ avait décrite dans : le chien et le loup..!^^

        L’esclave est terrorisé par la liberté: sans sa niche, sa gamelle, son collier, sa chaîne, le maître et son fouet, le chien se sent abandonné..!^^

      • 12 Mars 2017 à 16h40

        Rattachiste dit

        Sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité : c’est selon cette même approche qu’on s’accroche à l’euro.

        • 12 Mars 2017 à 16h59

          i-diogene dit

          Rattachiste, curieuse inversion des valeurs:

          - fermer les portes et construire des murailles seraient libertaires,
          - Ouvrir les portes et démanteler les murailles seraient liberticides,

          T’iras expliquer ton point de vue aux allemands de l’ EST..!^^

      • 13 Mars 2017 à 8h27

        durru dit

        Et ailleurs on oublie un peu trop souvent que l’absence totale de sécurité est souvent le premier pas pour la disparition de la liberté.
        Sinon, avez-vous la liste des parlementaires qui se sont opposés à la loi Renseignement? Avez-vous vu quelqu’un de gauche sur cette liste? Pour commencer par taper sur Causeur? Quid des médias “mainstream”? Lesquelles d’entre elles ont proposé des analyses sérieuses à ce sujet?

    • 12 Mars 2017 à 16h13

      Sancho Pensum dit

      N’ayant pas le décodeur Causeur +, je ne peux profiter de la fin de l’article. Dommage, pour une fois qu’on ne cognait pas sur les bougnoules ou le télevangéliste…
      Je me fais l’avocat du diable.
      D’abord pour constater que les salariés de cette entreprise ne sont pas plus esclaves de leur entreprise que lorsqu’on leur demande de badger avec une carte plastique.
      Ensuite en rappelant que dorénavant, dans de plus en plus de pays, tout le monde est fichable ou fiché. En premier lieu, évidemment par l’utilisation du portable, qui en dit beaucoup plus sur soi qu’une puce RFID qui permet seulement d’ouvrir une porte ou son micro. Ensuite par l’enregistrement systématique de nos empreintes digitales dans une base de donnée unique, reliée à notre identité administrative. Enfin, par le recours de plus en plus systématique au GPS : intégré dans notre portable, et bientôt obligatoire (*) dans nos voitures, qui dira tout de tous nos déplacements. Voilà la véritable menace.
      Enfin, en indiquant que les puces RFID peuvent offrir, dans certains cas, une aide précieuse : par exemple, en offrant les antécédents médicaux de personnes à risque (cardiaques, diabétiques,…)
      Entre parenthèses, comme indiqué dans le lien ci-dessous, il s’agit avant tout d’une opération marketing, comme celle de la discothèque espagnole il y a quelques années. Si l’on a certes d’abord commencé à RFIDer des objets et des animaux, et que l’extension à l’homme fait craindre une chosification de ce dernier, il ne faut pas perdre de vue que les opérations tentées à ce jour restent avant du domaine “ludique”.
      Les deux principaux écueils, à mon avis, sont les suivants :
      1. le risque pour la santé du porteur, du fait des radio-fréquences émises par le dispositif
      2. le risque de piratage des données, ou pire la “soustraction physique” de la puce par des moyens radicaux ; ceci pour le cas où la puce contiendrait des données sensibles.
      Ce qui suggère que l’utilisation de ce nouvel outil sera fortement limité.

    • 12 Mars 2017 à 16h03

      Pierre Jolibert dit

      J’ai immédiatement pensé à vous et commencé à me demander ce que vous en diriez, dès que j’ai entendu la nouvelle, toujours aussi incroyable les fois suivantes où on s’y replonge, il faut vraiment se pincer.
      Bravo pour les variations autour de la figure du loup, c’est ingénieux en plus d’être profond.

      • 12 Mars 2017 à 17h02

        persee dit

         J’imagine que beaucoup de chacals  et de renards, rêverait d’être loup , mais n’est pas loup qui veut .Sa loi est dure pour lui comme pour les autres .

        • 12 Mars 2017 à 18h46

          Pierre Jolibert dit

          D’où la morale invitant chaque espèce à garder son poste (grenouilles et boeufs, etc.), mais cette morale a été critiquée par beaucoup.