La Belgique, eldorado d’un djihadisme en plein essor | Causeur

La Belgique, eldorado d’un djihadisme en plein essor

Apprendre des attentats de Bruxelles

Auteur

Luc Rosenzweig

Luc Rosenzweig
est journaliste.

Publié le 22 mars 2016 / Monde Société

Mots-clés : , , ,

Des personnes évacuant à pied l'aéroport de Zaventem (Photo : SIPA.AP21873807_000005)

Ce n’est pas le bilan humain (encore provisoire) des attentats de Bruxelles qui est effarant – il semblerait qu’ils aient causé moins de victimes que ceux du 13 novembre à Paris et leurs précédents plus anciens de Madrid et Londres – mais le fait qu’ils se soient produits dans un contexte de mobilisation policière maximale.

Cela signifie tout simplement que les terroristes islamiques peuvent frapper où ils veulent, dans des lieux symboliques théoriquement surprotégés comme l’aéroport de Zaventem, et une station de métro au cœur du quartier européen de la capitale belge.

Alors que toutes les polices du Royaume traquent les cellules djihadistes, et parviennent, par un enchaînement de hasards, à s’emparer du plus recherché d’entre eux, Salah Abdeslam, ses complices et amis sont en mesure, quelques heures plus tard, d’exercer une forme de riposte narguant la force publique, et suscitant, on peut en être sûr, la jubilation dans les rue de Molenbeek !

La théorie des « loups solitaires », pauvres jeunes paumés issus de l’immigration, à la limite de l’aliénation mentale, qui faisait florès, à Paris comme à Bruxelles il n’y a pas si longtemps, vole en éclats. Le djihadisme européen est bel est bien une organisation structurée, dotée d’une stratégie, de centres de commandement, d’un appareil logistique et surtout de bases de repli dans des quartiers où ils sont protégés par la population. Ces « bases vertes », comme on disait jadis les « bases rouges », où les terroristes marxistes (RAF, Brigades rouges, Action directe) tentaient, sans succès de trouver asile et protection, ont, elles, une existence bien réelle.

Comment, sinon, expliquer que les terroristes les plus recherchés d’Europe aient pu trouver, pendant quatre mois des « planques » dans la capitale de l’Union européenne. L’imperméabilité de ces réseaux à la pénétration d’indicateurs révèle l’inadaptation des techniques policières en vigueur à les combattre efficacement, pour autant que leurs membres de ces réseaux soient capables de déjouer les méthodes de traque technologique.

Le cas belge est la manifestation ultime et caricaturale d’une situation dont il ne faudrait pas croire que nous sommes épargnés. Molenbeek fait école à Sevran, Marseille, Vaulx-en-Velin. Là-bas, on « apprend de Molenbeek pour apprendre à vaincre » comme jadis les maoïstes de tous les pays « apprenaient de Yenan pour apprendre à vaincre ». La division linguistique de culturelle de la Belgique et de sa capitale, le clientélisme sans rivage de ses élus avec une communauté musulmane qui se sert du bulletin de vote comme d’une arme politique, sont la préfiguration de ce qui pourrait arriver chez nous si l’on persiste à écouter les discours en stéréo d’Edwy Plenel et Tarik Ramadan. Leurs émules d’outre Quiévrain ont table ouverte au Soir de Bruxelles, principal quotidien francophone de la capitale, comme à la RTBF, et à l’Université libre de Bruxelles.

L’heure n’est plus à la seule  compassion envers les victimes, au «  Je suis Bruxelles » comme on a été Charlie ou Bataclan. L’heure est à l’exigence populaire d’un combat sans merci, avec tous les moyens adéquats contre une menace avérée et gravissime. Oui, il faut être islamophobe au sens premier du terme, avoir peur d’un islam qui engendre des monstres et de plus en plus des sympathisants actifs ou passifs de ces monstres.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 23 Mars 2016 à 19h01

      caffer dit

      Les Belges ne semblent pas se vautrer comme les Français dans les manifestations émotives. Ils savent, vivant dans un pays déchiré entre communautés, que ce n’est pas la réponse. 
      Car l’émotion, c’est précisément ce que recherchent les terroristes.
      Face à une attaque, le premier réflexe consiste à résister. 

    • 23 Mars 2016 à 17h01

      L’endormi dit

      Monsieur Rosenzweig a longtemps séjourné à Bruxelles. A la différence de certains de ses collègues ” parisiens” il sait de quoi il parle et ce savoir il l’analyse ou le réexamine intelligemment. Ce qu’il affirme ici  ”froissera” pas mal de membres de l’intelligentsia politico-médiatique ( pardon: de leaders d’opinion) bruxelloise, mais il n’y a rien à retirer de cet article. Certes il n’y a pas de “vérité”, mais sous sa plume on s’en rapproche . 

    • 23 Mars 2016 à 13h32

      Pig dit

      317 municipalités dissoutes, 2 800 élus communistes déchus de leurs mandats, plusieurs milliers de communistes arrêtés. C’était quand ? C’était pendant la Drôle de Guerre (la guerre bidon, disaient les Anglais : Phoney War). Aujourd’hui, le chef de l’Etat, le premier ministre, nous serinent “Nous sommes en guerre”. Une vraie guerre, on suppose. Non, on assiste à une guerre beaucoup plus bidon que celle de 1939 ! Passe-t-on par les armes les nationaux passés à l’ennemi ? Non, on envisage seulement de leur ôter la nationalité quelques années après leurs forfaits. Je rappelle que si on est en guerre, les textes européens prévoient le rétablissement de la peine de mort (logique). 

      • 23 Mars 2016 à 15h39

        scylax dit

        Et le chef communiste Thorez déchu de sa nationalité par le gouvernement Daladier, homme de gauche.
        Thorez courageusement s’était enfui pour trouver refuge auprès de Poutine , pardon de Staline.
        Le jour venu on verra Chevènement, Mélenchon et Zemmour se réfugier à Moscou pour éviter un sort…funeste en tant que traitres. 

        • 23 Mars 2016 à 16h54

          mitch-savoy dit

          Je ne comprends pas votre association Zemmour _ Mélenchon que tout oppose?

        • 23 Mars 2016 à 20h44

          scylax dit

          Tout les oppose?
          Pas l’adoration inconsidérée pour le bolcho-tsariste Poutine, ni pour le national-socialiste arabe Assad. Zemmour est un chevènementiste, jacobin, étatiste. Son programme politique et économique est mélenchonien.
          Quant à l’Islam, même instrumentalisation. Sauf que l’un instrumentalisme l’Islam en le diabolisant (avec de faux arguments, curieux ça) et l(autre l’instrumentalise pour gonfler son électorat.
          Ces gens-là nous prennent pour des cons.
          Et ça marche ! 

        • 23 Mars 2016 à 23h23

          durru dit

          Sauf Poutine.

        • 24 Mars 2016 à 23h36

          AGF dit

          @ seytax
          “Ces gens là nous prennent pour des cons…” Quelle perspicacité de leur part. Vous les avez rencontrés?

    • 23 Mars 2016 à 11h16

      C. Canse dit

      Bravo, les Belges, deux terroristes attrapés vivants !
      Toute ma sympathie à vous.

      La France qui voudrait vous donner des leçons, avec toutes nos banlieues pourries ? 

    • 23 Mars 2016 à 11h03

      golvan dit

      Comme d’habitude, la gauche militante qui poste sur ce forum tente de sauver les meubles en minimisant le rôle fondamental de l’islam dans le comportement des musulmans, extrémistes compris. 
      Cette gauche est d’accord pour dire qu’il existe bien quelques débordements, mais que ces débordements sont dus à l’humiliation subie par des jeunes “français” comme vous et moi mais qui sont rejetés, ce qui en fait “des jeunes braves” et non pas des ordures ordinaires et pas spécialement courageuses, issues de la délinquance minable. L’expression “jeunes braves” est une forme de marque de respect et pas spécialement bienvenue dans les circonstances présentes.
      Je note toutefois une légère évolution dans l’analyse de l’islam, même si c’est encore de la faute de la France si ces pauvres jeunes gens qui ne demandent qu’à travailler honnêtement se retrouvent malgré eux rejetés par la société française décidément très méchante, et qui ne récolte finalement que ce qu’elle a semé.
      Allez, encore un petit effort et la gauche militante devra reconnaître que c’est l’islam la cause du problème musulman, et rien d’autre, et que la meilleure façon de se préserver de l’islam est de le contenir dans les pays musulmans, là où, malgré l’absence de méchants Français de droite, les musulmans se massacrent entre eux et où l’islam fige ces sociétés dans la misère. L’exemple de la GB est d’ailleurs emblématique de la nature du problème, avec des Indiens qui ne causent pas de problèmes sociaux, et des Pakistanais (musulmans) haineux et rarement intégrés.
      Mais attention, montrer l’islam du doigt c’est faire le jeu des extrémistes et chacun sait que les musulmans sont des gens paisibles qui pratiquent une religion RATP religion d’amour de tolérance et de paix, comme chacun peut le constater.
      Il va falloir malgré tout que lesdits musulmans paisibles choisissent leur camp s’ils ne veulent pas faire l’objet de représailles qui ne manqueront pas de survenir si les attentats se poursuivent. 

      • 23 Mars 2016 à 11h40

        IMHO dit

        ” les jeunes braves d’une tribu ” est ironique, pour faire comprendre que les djihadistes sont des inadaptés à la réalité, qu’ils vivent dans une bulle .    

      • 23 Mars 2016 à 14h03

        Grouex dit

        La confrontation est parfaitement assumée, les vitrines politiques de l’islamisme le revendique : Les indigènes de la République et autres n’ont pas peur de l’évoquer .

      • 24 Mars 2016 à 14h04

        Hannibal-lecteur dit

        Golvan +++++! Mais les musulmans ne PEUVENT pas ” choisir leur camp ” ça revient à coller leur Coran à la poubelle !! J’ai pas la solution ☹️.

    • 23 Mars 2016 à 9h27

      IMHO dit

      Organisation structurée, dotée d’une stratégie, de centres de commandement, d’un appareil logistique et surtout de bases de repli, comme dit dans l’article, c’est l’équivalent de ce que les médias disaient et écrivaient sur Oussama Ben Laden et El Qaïda en 2001, avec même une histoire de quartiers-généraux souterrains creusés dans une montagne afghane: c’était très exagéré et ça l’est aujourd’hui .
      Rappelons que le chef des auteurs du massacre du 13 novembre n’a trouvé ensuite où se cacher que dans des buissons le long du périph’ et ce pendant quatre jours, et ensuite dans un taudis de Saint-Denis qui était bien connu des services de police, une organisation d’Arabe, quoi !
      La réalité est la suivante: des actes de vengeance-réflexe, de vendetta plutôt, commis par les jeunes braves d’une tribu, mais une tribu  atrophiée et humiliée, les jeunes braves étant des ratés sans avenir, sans espoir de devenir un homme respectable, et dont le suicide est un rachat, et une sorte de rite de passage – oui je sais..
      Ces jeunes hommes croient-ils vraiment au Paradis d’Allah ?
      Il suffit qu’il y arrive à croire qu’ils y croient pendant un quart-d’heure, le dernier, le reste c’est la Danse des Esprits : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ghost_Dance#Wounded_Knee
      un envoûtement et un lavage de cerveau .
      e qui rend ces gens si dangereux est l’acquiescement résigné de leur entourage à ce qu’il vont faire et que personne ne dénonce . Que faut-il donc faire ? Faire baisser le niveau d’excitation chez ces jeunes hommes en diminuant le notre : les médias doivent s’autocensurer, les mandataires politiques doivent se taire et les procédures de la justice et de la police doivent devenir secrètes mais contrôlées: pas de barbouzeries.
      Que les rédacteurs et lecteurs de Causeur fassent de même : lâchez un peu la grappe au monde avec le grand remplacement, ce qui va vous remplacer, ce sont les Français qui naissent tous les jours et qui sont indemnes de vos vétustes nostalgies mais pas des leurs 

      • 23 Mars 2016 à 9h34

        IMHO dit

        Pour info:

        2 Décembre 2015 à 15h54
        IMHO dit

        Une partie des musulmans immigrés en France restent agglomérés en une tribu qui forme un corps étranger dans la société française . Les autres musulmans se sont fondus dans cette société.
        Une tribu sans chef, sans territoire, sans force, sans héros, sans gloire, sans horizon, sans identité autre qu’une religion sans Eglise et sans éclat .
        Or une tribu, même intacte et prospère, est par nature et en permanence, en état de guerre potentielle avec les autres tribus ou peuples .
        Car les lois et la morale tribale ne donnent de droits qu’aux membres de la tribu, les seuls vrais hommes et vraies femmes . Tuer un étranger à la tribu peut être blâmé comme un manque de retenue ou d’humanité, non comme une infraction aux lois de la tribu .
        Et donc,agir pour empêcher ce meurtre n’est pas une obligation, et on ne le fait que bénévolement, si l’on est déjà mentalement un peu sorti de la tribu
        ET tous les membres des autres tribus ou peuples sont collectivement responsables de chaque offense commise par un des leurs à quelqu’un de la tribu . C’est la règle de la vendetta . Voilà donc parmi nous un véritable ennemi de l’intérieur, d’autant plus potentiellement agressif que cet ennemi souffre et désespère, que les jeunes adultes y sont frustrés en tout, même sexuellement: il n’y a jamais de terroriste père de famille .
        Pourquoi cette tribu ne se dissout-elle pas ?
        Parce que les interactions entre elle et la société française sont rares et difficiles .
        Pourquoi ? Parce que la façon de vivre des musulmans n’est pas attirante .
        Tout le monde connaît aujourd’hui ces jugements de Claude Lévy-Strauss, que l’Islam serait la religion la mieux adaptée à un corps de garde, que les musulmans n’aiment pas le voisinage des étrangers, que leurs solutions aux problèmes de la vie en société sont trop simples . 

        • 23 Mars 2016 à 9h37

          IMHO dit

          La suite:
          Parce que la culture musulmane est une brocante
          (à la musique près)
          Parce que,surtout, les définitions musulmanes de l’homme et de la femme, l’éducation qu’ils donnent aux filles et aux garçons, sont très différentes des nôtres, et que cela tue la confiance et la franchise.
          Parce que l’éducation donnée aux garçons en fait des tyrans pour les filles et ensuite les femmes . Parce que les garçons sont élevés sans exigence et sans discipline .
          Parce que l’assignation à domicile des femmes les empêche de s’européaniser .
          Parce que l’appauvrissement de la France prive les musulmans d’emploi.
          Parce que la société française a magistralement réussi à isoler les jeunes musulmans par le langage, et les manières .
          Parce que l’école française prétend faire des musulmans des Français au lieu de commencer par en faire des européens .
          Remèdes ? Attendre que ça fonde et en attendant, inciter les musulmans à nous avertir des projets d’agressions, pour avoir la paix .
            

        • 23 Mars 2016 à 11h54

          François dit

          IMHO,Votre passage sur l’éducation des garçons est parfaitement exact. C’est d’ailleurs ce qui fait des pays musulmans des régimes phallocratiques et non semi-patriarcaux comme nous l’avons connu avec Napoléon après la révolution Française.
          Ces gamins élevés dans la toute puissance et l’absence de respect d’eux mêmes, donc de l’autre les conduit aux pires extrémités.

          J’apporterais simplement une nuance en ce sens que l’assignation à domicile des femmes vient en grande partie d’elles. 

        • 23 Mars 2016 à 12h14

          laborie dit

          Dans un remarquable film Suburra, l’auteur nous montre effectivement le comportement tribal des gangs qui se partagent le pouvoir à Rome (une partie de la curie romaine, les gangs du Nord, du Sud, les politiciens etc..)
          Claude Levi-Strauss est en effet passé par là.

          Au passage Levi avec un i et pas un y…tant qu’à faire.

        • 23 Mars 2016 à 12h25

          François dit

          C’est comme Wolinsk(y)…

      • 23 Mars 2016 à 9h56

        IMHO dit

        Il faut ajouter aussi une solide dose de psychopathie chez les tueurs, il est censé y en avoir un ou deux de pour cent de psychopathes dans la population masculine.  

        • 23 Mars 2016 à 12h20

          François dit

          IMHO. J’ai relu 2 fois vos textes. Cela fait vraiment plaisir de lire quelque chose d’aussi cohérent et construit.
          Ça change d’un certain vomi. 

        • 23 Mars 2016 à 19h18

          IMHO dit

          Merci mais n’ accablez pas les autres commentateurs, ils ont tous quelque-chose ou presque .

        • 23 Mars 2016 à 10h48

          Bibi dit

          Molenbeek fut un quartier juif.

        • 23 Mars 2016 à 10h53

          IMHO dit

          ?

        • 23 Mars 2016 à 11h13

          Martini Henry dit

          C’est une illustration par l’image. Rien de plus. Regardez les équipes de molenbeek aujourd’hui. La différence vous sautera aux yeux. Une population remplacée par une autre, en 40 ans. Mais c’est sûrement un fantasme…
          Oui Bibi. Vous connaissez la blague? Dans une tribune de foot, à Anvers, pour éviter les incidents entre flamands et Wallons, le speaker leur demande de se répartir entre deux tribunes différentes. Ce qu’ils font. Reste au milieu un petit groupe de juifs orthodoxes. L’un d’eux s’avance et dit : “Et nous, les belges, on va où?”

        • 23 Mars 2016 à 11h36

          IMHO dit

          Martini, les footballeurs sur la photo, il sont tous morts ou très vieux aujourd’hui, il a bien fallu les remplacer, non ? 

        • 23 Mars 2016 à 11h47

          Martini Henry dit

          Eh oui… Les remplacer par des populations issues d’autres ethnies, d’autres pays, d’autres cultures, croyant en d’autres Dieux… C’est cela, le grand remplacement. Celui des ruiter, debolle, desaeyere, decubber, jansen, cnops, bogaerts, devriese, erkens, dekip, boskamp, cneudt, dewolf, martens, gorez, luycks qui composaient cette équipe par d’autres noms, qui n’ont rien de belge.
          Un Bruxelles en remplace un autre. C’est un constat. Moi, je préférais l’ancien. Quand il ressemblait encore à Bruxelles et pas à Barbès, qui ressemble maintenant aussi à certains quartiers de Stockholm, de Londres ou d’Alger…
          On a le droit de préférer le Molenbeek d’aujourd’hui. Ou pas.
          C’est d’ailleurs ce que dit très exactement l’analyse que vous citez en copie : Ces nouvelles “tribus” de Molenbeek ou de Barbès sont, comme le dit votre article, une source de violence, de conflits en même temps qu’un terrible appauvrissement culturel et, souvent, un outrage esthétique.

    • 23 Mars 2016 à 8h03

      walkyrie dit

      Oui, des terroristes isolés disaient les “spécialistes”. Rien de grave. Pas d’amalgame, pas de stigmatisation, pas de vagues.
      Tout comme ces chefs d’état qui ont par le passé accueilli des terroristes à l’Elysée.
      Les victimes avaient apprécié. 
      Le malheur a une origine : le laxisme.