François Bayrou, une trahison de lui-même | Causeur

François Bayrou, une trahison de lui-même

Son “alliance” avec Macron est incompréhensible

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 23 février 2017 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

François Bayrou et Emmanuel Macron au sommet du col du Tourmalet pendant le Tour de France, juillet 2016. SIPA. 00775337_000003

Il est certes moins douloureux d’être déçu par quelqu’un qui a été un adversaire politique et idéologique que par quelqu’un dont vous vous sentez proche. Pourtant, François Bayrou m’a profondément déçu hier après-midi. Car, au risque de provoquer ici et là quelques quolibets, j’avais conservé pour cet homme une estime et un respect malgré tous les désaccords qui nous opposaient, en premier lieu sur la reine des batailles, celle de l’Europe. Cet homme, l’un des rares de notre vie politique à écrire encore, d’une belle plume, ses livres lui-même, a toujours montré un enracinement. Il est l’un des rares à inscrire son engagement politique dans l’histoire et la géographie de notre pays. A en connaître et en respecter sa culture et sa langue. C’est d’ailleurs au nom de cet enracinement qu’il a été le procureur le plus impitoyable de la candidature d’Emmanuel Macron, cet « hologramme » serviteur des plus gros intérêts financiers, selon ses propres mots. Il posait évidemment le bon diagnostic sur cette candidature hors-sol qui s’assumait, précisant, le front même pas rosi, que la culture française n’existait pas.

Au service de la finance et de Pierre Bergé

Ce ralliement, que François Bayrou travestit, sans doute pour s’en convaincre lui-même, en « alliance », est une trahison. Pas la trahison d’un camp, d’un secteur de l’électorat ou même d’idées, la dernière étant bien plus importante que les deux premiers. Il s’agit d’une trahison de lui-même, la plus grave. Parce qu’au fond de lui, François Bayrou sait très bien qu’Emmanuel Macron élu, il ne sera pas celui, qui, par miracle, deviendra l’adversaire déterminé des intérêts financiers et des « puissances de l’argent », puisqu’il en est précisément le serviteur zélé. Sous le Second Empire, on aurait même parlé de candidat officiel. Parce qu’au fond de lui, François Bayrou savait qu’il y avait un chemin – certes escarpé mais il connaît bien la montagne – pour une campagne justement dirigée contre les candidats liés à ces intérêts : Emmanuel Macron comme François Fillon, dont les liaisons dangereuses avec un célèbre assureur résonnaient tant avec le projet de réforme de la sécurité sociale. Que le candidat de la sagesse contre toutes les aventures, c’était lui, et que dans une campagne plus incertaine que jamais, les 40% d’indécis pouvaient finalement faire la différence.

Alors certes, il n’avait peut-être pas les moyens financiers, il ne pouvait peut-être pas prendre le risque d’être ruiné et de terminer sa carrière en dessous du seuil fatidique et symbolique des 5%. Mais à choisir, finalement, entre Fillon et Macron, n’était-il pas plus proche, par bien des égards, du Sarthois ? N’avait-il pas porté en 2012 le même projet que le candidat LR d’aujourd’hui, obsédé par le poids de la dette et de la remise en ordre des finances publiques ? N’avait-il pas plaidé à l’époque pour le même projet – sang et larmes compris ?

Au bonheur de la dame

Ce ralliement à la caricature du marketing électoral est bien piteux, François Bayrou. Vous voilà désormais avec Jacques Attali, l’homme qui peste contre l’enracinement, Pierre Bergé, l’homme qui explique qu’on peut bien prêter son utérus puisque les ouvriers prêtent leurs bras, et Patrick Drahi qui symbolise aujourd’hui la mainmise du fric sur les médias. Vous voilà condamné à subir une recomposition low-cost, et prendre le risque d’offrir à Marine Le Pen l’adversaire dont elle rêve nuit et jour.

Cette recomposition dont nous avons rêvé chacun de notre côté autour des questions centrales de l’Europe et de la mondialisation, la recomposition autour de Bayrou et Chevènement ou entre Bayrou et Guaino, oui bien sûr, cela aurait eu de la gueule, de la culture de l’érudition. Cela sentait bon la France éternelle. Mais entre Le Pen et Macron ! Vous rendez-vous compte, François Bayrou, de la défaite que vous actez ? J’en suis certain, en fait. Charles Péguy, que vous vénérez, aurait vomi le progressisme d’En Marche : cette phrase, vous l’avez confiée très récemment à une de mes consoeurs. Il y a quelques semaines, nous étions ensemble au cimetière Montparnasse pour dire adieu à William Abitbol. Vous y étiez même la seule personnalité politique de notre pays et j’avais été touché que vous fassiez le déplacement depuis Pau entre Noël et Saint-Sylvestre pour les obsèques de cet homme aux idées aux antipodes des vôtres. C’est sans doute pour cette raison que je ne voulais pas croire à ce piteux ralliement d’hier, mes sentiments l’emportant sur ma froide observation de la vie politique. Finalement, l’observateur de la vie politique peut, lui aussi, avoir ses faiblesses.

 

Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Février 2017 à 13h54

      Carol Langloy dit

      Tristesse de voir le niveau du débat des anti-Macron viscéraux. Le Café du Commerce est encore trop propre pour l’accueillir. A la limite, les lieux d’aisance pourraient convenir. Je vous en supplie, arrêtez les imprécations, les injures, les procès d’intention. Il n’y a de complot que dans votre imagination. Donnez-nous de vrais arguments, des comparaisons, en un mot effectuez un travail de vrai journaliste. Et faites nous grâce de votre schizophrénie paranoïde…

    • 27 Février 2017 à 18h27

      persee dit

       C’est d’ un homme SEUL dont vous parlez, et qui n’ a toujours pas intégré que la politique , c’est savoir mener les hommes, et en  faire des alliés ; que cela plaise ou non . Sarko savait le faire . Il l’a trahit lui aussi .  Il ne représente que lui-même , et son verbiage de curé en chaire , n’abuse plus grand monde . 

    • 26 Février 2017 à 19h32

      Rico dit

      Marrant d’entendre Bayrou se faire insulter de traître,pour la simple raison qu’il ne choisit pas les traîtres de l’UMP,qui, non content d’avoir trahis leurs valeurs de droite en matiere de Patriotisme et de Souverainisme sur des décennies,n’ont fait que de trahir le peuple Français.

      Sans oublier cet acte majeur de dictature anti-Constitutionnelle et lourd de conséquences datant du référendum Populaire sur la constitution en 2005 avec 54.2% de Non…et Non, ça voulait dire Non a cette Europe Caduque et ses  mesures mortifères et dangereuses pour la sécurité Nationale en matiere d’immigration de masse sur ces décennies.

      Bayrou n’est qu’un produit depuis toujours de cette pseudo droite,traîtresse et anti-Nationale.

      Et quand je vois Dany le rouge se ranger a cette union,l’UMPS mondialiste aux ordres d’une Europe de col-blanc qui se gave sur le dos des Nations reste plus que jamais d’actualité.

      Non décidément cette UMP détestable représenté par Fillon ne mérite aucun respect et ce n’est pas le rajout d’un Bayrou qui y aurait changé quelque chose.

      • 26 Février 2017 à 19h43

        mogul dit

        Je suis assez d’accord. À ce niveau là ce n’est plus de la trahison, Bayrou est juste égal à lui même. Ou alors il s’agit de trahison génétique, un peu comme son nouvel ami pour qui la culture française n’existe pas et qui voit des crimes contre l’humanité partout, un peu comme les européistes dans leur ensemble etc…

    • 26 Février 2017 à 19h23

      radagast dit

      B.F.M. radio n’a pas que du mauvais.
      Il y a des mois de cela Emmanuel Lechypre et d’autres économistes auraient mis au point un calculateur qui serait capable de chiffrer le programme des candidats de la manière la plus complète possible , c’est à dire en tenant compte des effets positifs et négatifs des mesures préconisées .
      Ils ont commencé par celui de F Fillon et effectivement d’après eux on devrait assister à une hausse des déficits dans un premier temps mais à un retour à l’équilibre à la fin du quinquennat .
      De toute façon quand on regarde la part de la dépense publique dans notre économie on ne peut sérieusement croire que l’on peut lutter contre elle et réduire les déficits dans le même temps .
      Ceux qui le prétendent sont des menteurs .
      La question est de savoir si la situation du pays , à tous égards , se trouvera assainie et sans trop de casse .

      Dans un autre ordre d’idée beaucoup de maires ont du s’étrangler de stupeur en découvrant le projet d’Emmanuel Macron d’exonérer 80% des foyers de la taxe d’habitation . Certes il leur promet que l’Etat compensera (avec quel argent ?) mais ils savent ce qu’il advient de ces dotations au fil du temps…
      Au passage les 20% de foyers restant apprécieront …
      Mais n’est ce pas que Macron entonne à nouveau le refrain de la commission Attali , ruiner les petits riches pour conforter les très gros riches sur fond de société du low cost mondialisé ?
      M Bayrou , maire de Pau et partisan de la rigueur budgétaire commencerait il son programme d’avalement de couleuvres?
      Autre chose : le chômage pour tous , enfin l’indemnisation pour les travailleurs indépendants .
      Avec quel taux et quelle base de cotisation ? et pour quelle indemnisation éventuelle ?
      N’est-ce pas avant tout une tentative de hold up sur les professions non salariées pour renflouer l’assurance chômage ?
      Il est aussi question d’obliger les demandeurs d’emploi d’accepter l’offre qui correspondrait à leur qualification .
      Même si c’est à des centaines de km ?

      • 26 Février 2017 à 19h28

        radagast dit

        Question aussi d’avoir recours dans la fonction territoriale à des contrats de droits privés ou quelque chose d’approchant .
        Ceux qui poussent des hurlements de vierges effarouchées devant le projet de F Fillon de diminuer de 500 000 le nombre de fonctionnaires ( avec un flou regrettable je le reconnais sur le principe et la méthode ) devraient bien se demander si ce n’est pas une façon détournée d’arriver au même résultat .
        En fait bien des mesures prônées par Fillon se retrouveraient dans celles que voudraient appliquer Macron (et peut être sont elles nécessaires) mais avec un enfumage socialo-moderno-mystique qui semble hypnotiser le bon peuple.

        • 26 Février 2017 à 22h33

          malinamodra dit

          Je ne suis pas certain que cette histoire de TH ne soit pas contraire à l’article 72 de la constitution (libre administration des collectivité) Mais on ne le saura qu’après

      • 26 Février 2017 à 20h24

        C. Canse dit

        La réduction de la taxe d’habitation sera compensée, vraisemblablement, par l’augmentation de la foncière, les chômeurs propriétaires seront ravis de vendre pour 
        1) payer la taxe foncière démultipliée, genre Poll Tax de Thatcher.
        2) accepter un emploi.
        Ils déménageront grâce aux bus Macron…
         

        • 26 Février 2017 à 20h29

          C. Canse dit

          En passant, aucun candidat ne propose l’abrogation de la taxe foncière ni pour ceux qui remboursent un emprunt ni pour ceux qui n’en ont pas.

          Salauds de proprios, payez ! 

        • 26 Février 2017 à 22h20

          IMHO dit

          Ah ah, on veut donc être seule avec soi-même, sans gueux alentour !

        • 26 Février 2017 à 22h34

          C. Canse dit

          T’es bouché, sombre m…
          Va donc enc…leur quelqu’un d’autre. 

        • 26 Février 2017 à 23h57

          C. Canse dit

          Tu préfères quoi ?
          Copier-coller ou capture d’écran ? 

        • 27 Février 2017 à 2h22

          Warboi dit

          Elle a sniffé quoi la séquence ?

        • 27 Février 2017 à 9h47

          IMHO dit

          Peut-être que les coups de béquille ont laissé des traces .
          Son pseudo devrait être C.Quelle et non C.Canse ?
          Quoi qu’il en soit, si l’invalide l’a rendue infirme, je condouille à son malheur, ab IMHO pectore .

        • 27 Février 2017 à 12h28

          C. Canse dit

          Ainsi se clôt un pitoyable incident, IMHO.

      • 27 Février 2017 à 10h39

        i-diogene dit

        Radagast,

        Bien sûr qu’ on peut réduire les déficits en même temps que la dépense publique..

        .. Ce n’ est pas parce que tu ne trouves pas la solution qu’ elle n’ existe pas..!^^

        .. Ca prouve seulement que t’ es trop mauvais en gestion..!^^

        Quand aux chômeurs de longue durée qui n’ acceptent que des emplois de proximité, ça va leur sortir les doigts du cul..:

        - c’ est bien joli d’ habiter le 93 et de pleurnicher qu’ il n’ y a aucun débouché, mais c’ est une excuse merdique..
        - Arès, ils osent critiquer les migrants qui font des milliers de Km pour trouver des débouchés professionnels..!
        - perso, j’ ai décroché des chantiers sur toute la planète, pour faire bosser mes collaborateurs..: aucun d’ entre eux ne s’est jamais plaint de gagner plus qu’ à côté de leur domicile..!

        .. A un moment donné, faut stopper les conneries..: ceux qui ne veulent pas bouger ne doivent pas non-plus vivre sur ceux qui bougent et les critiquer en plus… SI ça ne tenait qu’ à moi, ils peuvent crever la gueule ouverte..!^^

    • 26 Février 2017 à 18h27

      Pol&Mic dit

      vous avez dit “blaireau”?

    • 26 Février 2017 à 18h23

      Pol&Mic dit

      enfin !…… connaissant le personnage maintenant, ça devient compréhensible!

    • 26 Février 2017 à 18h22

      Pol&Mic dit

      Son “alliance” avec Macron est incompréhensible (c’est le moins qu’on puisse dire!)

    • 26 Février 2017 à 18h18

      Pol&Mic dit

      “François Bayrou, la trahison” (faite homme!)