Baupin, Verdun et les violences anti-policières | Causeur

Baupin, Verdun et les violences anti-policières

Morceaux choisis de L’Esprit de l’escalier

Auteur

Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut
est philosophe et écrivain.

Publié le 03 juin 2016 / Médias Politique Société

Mots-clés : , , , ,

(Photos : SIPA.00721870_000036/AP21897423_000012/00682597_000034)

L’affaire Baupin

Les grands livres nous lisent. Quand j’ai fini La Tache, le roman que Philip Roth a consacré au « persecuting spirit » qui déferlait sur l’Amérique de l’affaire Clinton-Monika Lewinsky, je me suis dit que nous ne perdions rien pour attendre. Eh bien ! voilà, nous y sommes : l’américanisation de la France est en marche. Un homme est accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes de son parti et c’est le branle-bas de combat médiatico-judiciaire. Pour en finir avec l’omerta sicilienne qui sévirait dans tous les lieux de pouvoir, la presse se mobilise, les pétitions pleuvent, et la ministre des Familles promet non seulement d’allonger les délais de prescription pour ce type de délits, mais de permettre aux associations de porter plainte à la place des victimes. Que les choses soient claires : le graveleux n’est pas mon genre ; j’aime l’ambiguïté dans les rapports humains et je n’ai pas la moindre indulgence pour les gestes déplacés. Mais tous les comportements antipathiques relèvent-ils des tribunaux ? Est-il juste d’englober dans la même catégorie de sexisme le viol et la gauloiserie ? Doit-on parler de progrès de la civilisation quand un ministre, Michel Sapin en l’occurrence, présente ses excuses pour avoir fait une remarque « inappropriée » sur la tenue d’une journaliste et lui avoir passé ensuite la main dans le dos ? Faudra-t-il traîner devant les tribunaux les membres du Conseil d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines qui ont accueilli Aurore Berger, jeune élue du parti Les Républicains, par des formules du genre : « Quand je te vois, j’ai envie de te faire une Baupin ! », ou encore : « Quand on te voit, Aurore, on a le bâton de Berger ! » ? Ces blagues sont lourdes, mais ce sont des blagues. Les vigilantes et les vigilants qui s’en indignent ne militent pas pour la légèreté mais pour l’oubli de la différence des sexes et la criminalisation de tous ceux qui s’en souviennent encore.

Et puis Denis Baupin était membre du parti le plus féministe de la scène politique française. Pourquoi les femmes qui étaient l’objet de ses assiduités n’ont-elles pas, à défaut de porter plainte, alerté leurs camarades ? Pourquoi n’ont-elles pas mis au courant Eva Joly, Cécile Duflot, Yannick Jadot ou Noël Mamère, ces ardents défenseurs des droits humains qui n’auraient jamais couvert les agissements d’un gros dégueulasse ? Et pourquoi parlent-elles maintenant, sinon parce qu’après Emmanuelle Cosse, son épouse devenue ministre du Logement, Denis Baupin a quitté Europe Écologie Les Verts ? Les langues se délient soudain pour lui faire payer sa trahison. Et Mediapart, le premier site de délation français, recueille ces révélations vengeresses avec d’autant plus d’empressement qu’elles permettent d’oublier Cologne et le terrible constat de Kamel Daoud : « Il faut offrir l’asile au corps, mais aussi convaincre l’âme de changer. L’autre vient de ce vaste univers douloureux et affreux que sont la misère sexuelle dans le monde arabo-musulman, le rapport malade à la femme, au corps et au désir. L’accueillir n’est pas le guérir. » Qu’il y ait des lieux, en France, où les cafés sont exclusivement fréquentés par les hommes, que le métro et le RER aient cessé, pour les femmes, d’être des endroits sûrs, voilà ce que l’antiracisme officiel ne veut pas savoir, voilà la réalité qu’au nom de la lutte contre l’islamophobie, Mediapart refuse de prendre en compte. Plus les femmes sont maltraitées dans les « quartiers » et plus le politiquement correct nous montre le calvaire qu’elles subissent dans les beaux quartiers. Caroline de Haas, qui appelle inlassablement à « oser le féminisme » contre Denis Baupin et les gros gorilles du palais Bourbon, disait à ceux qui raisonnaient comme Kamel Daoud au lendemain des événements de Cologne : « Allez déverser votre merde raciste ailleurs ! »

[...]

  • causeur.#36.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 95 - juin 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#36.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 5 Juin 2016 à 23h02

      cage dit

      l’unesco dit:
       ”la gare de Cologne est un lieu sein de l’islam et Baupin est son profête”.

    • 5 Juin 2016 à 14h11

      Olympio dit

      Dans le cas des collègues d’ Aurore BERGE ou de M. SAPIN il ne s’agit que de goujaterie et de grossièreté. Cependant les élus de la République ne devraient-ils pas être exemplaires ???? ( Il est vrai que quand  au plus haut niveau on se permet des escapades à scooter …).
      Le cas de BAUPIN* est différent. Dirigeant des verts, Ex Vice Président de l’assemblée nationale c’est une personne de pouvoir et d’influence ce qui aggrave singulièrement son cas en particulier lorsque ses grossières assiduités s’adressaient à du personnel dont il était le responsable hiérarchique ou sur lesquelles il avait le pouvoir d’influencer le développement de carrière.

       Pour le reste, d’accord avec votre analyse bien sûr.

       * Un nom prédestiné lorsqu’il est décliné au féminin !
       

    • 5 Juin 2016 à 11h55

      la pie qui déchante dit

      pour Saint Denis , encore appelé Saint Nitouche ….

      Un main baladeuse peut souvent aboutir à une main courante …

    • 5 Juin 2016 à 11h53

      la pie qui déchante dit

      je rêve du jour où au commandement :”"A mon commandement préparez vous à charger”" les flics répondront par un sitting …

    • 5 Juin 2016 à 3h50

      Michel Zim dit

      Merci M. Alain Finkielkraut, pour vos textes, vos réflexions, vos précisons. Toujours un très grand plaisir de vous lire et de vous écouter. Belle et bonne journée à vous depuis la ville de Québec.
       

    • 4 Juin 2016 à 12h03

      thierryV dit

      Il ne manquerait plus qu’après avoir implosé l’armée , on dévitalise les forces de l’ordre .
      Rendu a ce point de déconfiture , notre régime (démocratie molle et lâche)risque fort de connaitre les soubresauts de l’agonie, à n’en plus finir .

    • 3 Juin 2016 à 22h26

      Teyras dit

      Ce que vous décrivez, avec justesse, hélas ne laisse rien présager de bon. Difficile d’être optimiste de nos jours.

    • 3 Juin 2016 à 20h56

      Singe dit

      La saloperie des phallus sur pattes des quartiers musulmans n’excuse en rien celles de salopards nantis

    • 3 Juin 2016 à 15h36

      Sancho Pensum dit

      Encore un qui porte des oeillères ! Faut qu’il se mette à la page. On n’en est plus aux blagues plus ou moins salaces, dont on pourrait se défaire par une “sexcuse” (motif que l’on invoque pour se dérober à une invitation érotique trop pressante – AF – Petit fictionnaire illustré). On est dans le harcèlement sexuel : des centaines de textos à caractère sexplicite pendant des mois. Et dans l’agression sexuelle : une main sur la poitrine, contre l’avis de l’intéressée, par exemple.
      Cette négation du réel devient carrément hallucinante.
      Pour le reste j’attends avec impatience un texte de Fink où il ne sera question ni d’antiracisme ni d’islamophobie. S’il en est capable. J’en doute.

      • 3 Juin 2016 à 20h53

        C. Canse dit

        À Sancho pensum

        Le sort des femmes vous importe ? C’est heureux.
        Mais pas celui des femmes musulmanes, étrange, très étrange. 

        • 3 Juin 2016 à 21h50

          Sancho Pensum dit

          Vous prenez des risques avec cet argument réversible. Car, en creux, il signifie que le féminisme de Fink épouse strictement les contours de l’islamophobie. Prendre la défense des femmes, oui, si on peut cogner sur les arabo-musulmans. Sinon, RAB !

        • 3 Juin 2016 à 21h57

          C. Canse dit

          RAB ?
          Cantine ? 

        • 3 Juin 2016 à 22h33

          Sancho Pensum dit

          Battre, braire, branler… comme tu veux tu choize !

        • 3 Juin 2016 à 22h38

          C. Canse dit

          À Sancho Pensum

          Heu, je ne comprends pas. Pourquoi de la grossièreté ? 

        • 3 Juin 2016 à 22h50

          Sancho Pensum dit

          Si un philosophe, en service commandé, pour sauver ses copines Anne-Marie La Pourrie et Elisabeth Leviathan, en vient à défendre un gros porc, vous pourrez bien excuser mes écarts de langage. On n’est plus à ça près.

        • 3 Juin 2016 à 22h56

          C. Canse dit

          À Sancho pensum

          Si. 

      • 4 Juin 2016 à 0h14

        lilith_12002@yahoo.fr dit

        A vous lire, on dirait que vous avez eu le droit de fourrer votre nez dans le dossier d’instruction…Bien sûr, il n’en est rien. Et vous n’avez retenu que ce que vous vouliez retenir. 
         Le fait qu’il y ait pu y avoir des réponses et des encouragements sur le même mode séducteur à ces fameux texto, argument avancé par la tête de turc médiatique qu’est cet accusé mais que personne n’écoute, ne semble même pas vous avoir traversé l’esprit. 
         NON monsieur (ou madame, peu m’importe), la femme n’est pas une victime permanente et éternelle avec un grand V. Et la femme politique est tout aussi capable de manipulation médiatique que l’homme politique.
         Souvenez-vous en, car ce serait le nier qui relèverait du sexisme.

        Quant au reste, Mr Finkelkraut à raison: les associations féministes, Caroline Haas en tête, cherchent avant tout à faire oublier leur complaisance au lendemain des drames de Cologne et d’autres villes allemandes.

        • 4 Juin 2016 à 19h08

          Sancho Pensum dit

          Évitez de fournir votre boîte mail. Vous pourriez être harcelée.
          Pour le reste, le commerce des œillères se porte bien. 

        • 4 Juin 2016 à 19h13

          durru dit

          Sancho en donne la preuve à chacune de ses interventions, ou presque.

    • 3 Juin 2016 à 15h20

      la pie qui déchante dit

      je ne comprendrais jamais rien à rien ,….
      Dominique avait pourtant chez lui , à la maison , largement de quoi faire le tour de la question ….

    • 3 Juin 2016 à 13h03

      netrick dit

      Pourquoi les victimes de M. Bau(chaud-la)pin ne sont-elles pas allées informer les femmes de pouvoir qui avaient contribué à son érection, pardon, son ascension :
      Dominique Voynet, Eva Joly, Cécile Duflot, Anne Hidalgo ???  

    • 3 Juin 2016 à 12h27

      thierryV dit

      Je trouve étrange ou dramatique la mansuétude dont fait preuve cette société vis à vis d’autres ennemis mortels que sont ces activistes ou anarchistes .Il est vrai qu’ils sont plutôt de gauches.
      Nous avons beaucoup d’action engagées contre notre organisation sociale et a tous les niveaux . Ca risque un jour de lâcher dans la violence faute d’avoir eu le courage de dénoncer et stopper ces attaques ouvertes ou larvées.

    • 3 Juin 2016 à 12h10

      Habemousse dit

      Et la CGT, cette entreprise cocardière qu’on vilipende alors qu’elle va bientôt être la seule à ne pas délocaliser son siège à l’étranger !

    • 3 Juin 2016 à 11h55

      meylanville dit

      Il y a décidément dans notre société trop de personnes dont on parle et qu’on devrait tout simplement ignorer .