Au FN, chacun pense ce qui lui plaît | Causeur

Au FN, chacun pense ce qui lui plaît

On trouve de tout ou presque dans la nouvelle supérette frontiste

Auteur

Daoud Boughezala

Daoud Boughezala
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 26 novembre 2014 / Politique

Mots-clés : , , , , ,

fn philippot bay marion

J’avais quitté Hugo1 jeune chevènementiste las de l’apathie d’un mouvement tombé au fond des oubliettes de la politique. Quatre ans plus tard, je retrouve cette rock-star du militantisme fidèle à lui-même : hâbleur, ambitieux, mais nettement plus enjoué. Il n’est pas donné à tout le monde de délaisser les charentaises de la gauche républicaine pour entrer au Rassemblement Bleu Marine. Arrivé au siège du FN dans les bagages de Florian Philippot, il me dit y couler des jours heureux, sans avoir rien renié de ses idées. Cependant, au nom d’une certaine idée de la tolérance, plusieurs de ses anciens camarades ne lui adressent plus la parole, horrifiés par son ralliement à un parti dont ils croient qu’il veut jeter les étrangers à la mer (voir encadré). Peu lui chaut. Faisant fi des cancans, Hugo aborde le prochain congrès frontiste – prévu à Lyon le dernier week-end de novembre – en pleine confiance : « Si j’étais Marine Le Pen, j’essaierais de temporiser avant le congrès à motion unique et préparerais une grande synthèse consensuelle qui ravirait tout le monde. Mais elle a choisi de nous donner raison sur le plan économique. La ligne Philippot a gagné. »

Justement, le Congrès sera au moins l’occasion de savoir si la greffe a pris. Car le « marinisme » est en quelque sorte un monstre idéologique. Au départ, un cocktail de positions « de gauche » sur la mondialisation et l’économie et d’idées dites « de droite » sur l’immigration et la sécurité – l’incapacité d’un Mélenchon à faire le lien entre les deux expliquant que le peuple lui préfère « la Le Pen » : elle sait, elle, qu’on ne séduit pas le prolo en lui chantant les beautés du monde métissé. En réalité, la question de l’immigration, fédératrice pour les électeurs, fait largement consensus chez les cadres, quoi qu’ils n’emploient pas la même rhétorique. Ce qui divise le FN en profondeur, c’est bien la perception du capitalisme et, par conséquent, la place de l’État. Question d’analyses, mais aussi de représentations, d’héritages, de modes de vie, de réseaux. Bref, de sensibilités. Plus républicaines chez les uns, plus identitaires chez les autres. Affaire de dosage.

[...]

*Photo : ALAIN ROBERT/APERCU/SIPA. 00656799_000006.

  1. Le prénom a été changé.
  2. Le prénom a été changé.
  3. «  FN : la conquête de l’Ouest », Abel Mestre, Le Monde ; 30-09-2014.
  4. Nombre de militants du FN reconnaissent la séduction qu’exerce le programme économique du Front sur les classes populaires. Mais l’une des petites mains de l’aile droite du Front m’a expliqué qu’il valait mieux nier l’évidence pour torpiller la stratégie Philippot. La politique a ses raisons…
  5. Entretien de Christophe Guilluy avec l’auteur, 20-10-2014.
  6. Afin de saluer sa lucidité intermittente, on passera sur les diatribes baroques d’Eribon contre le « réactionnaire Marcel Gauchet », la « pensée fascistoïde d’Alain Finkielkraut » (!) et autres « chroniqueurs de droite et d’extrême droite qui prospèrent » dans les journaux dits de gauche, au service de l’idéologie du FN. À croire que le prolo d’Hénin-Beaumont navigue entre France Culture, Le Monde et Libération !
  7. « Le divorce entre les classes populaires et la gauche », La Grande Table, émission animée par Caroline Broué, France Culture, 10 avril 2014.
  8. Retour à Reims, Champs « Essais », 2010.
  9. Désormais, les petites phrases du patriarche (« Monseigneur Ebola », « la fournée », etc.) suscitent la désapprobation unanime des dirigeants frontistes, qui y voient autant de sales coups portés à l’ascension du Front.

  • causeur 18

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 77 - Novembre 2014

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur 18
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Novembre 2014 à 12h19

      Michka dit

      Ça ne change pas beaucoup pour ce qui est de la diversité des groupes qui composaient le FN avec Jean-Marie le Pen, Royalistes, Intégristes cathos, extrême droite et autres. A présent on va avoir des ex-camarades du parti, des mélanchoneux ou mieux mélanchonâtres et divers prolos déçu par la gauche. Pendant les travaux le ratissage continue.